Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Karandja

Votre vie passée ou présente influence-t-elle vos écrits ou personnages ?

par Karandja  il y a 3 mois

Bonjour ! J'ouvre ma première discussion sur une question que je me pose depuis un certain temps :

Lorsque vous créez des personnages ou des histoires, est-ce que votre passé ou présent a une influence sur les choix de certain caractère de personnage ou évènement qui se déroule ?

Par exemple, pour mon histoire, il n'y a quasiment pas de père (un seul en fait, mais c'est un connard), parce que -je pense-, je n'ai pas eu de père dans ma vie. Donc je ne sais pas quel rôle ils sont censés jouer.

De même que pour les caractères d'une bonne partie de mes personnages, qui représente une partie exacerbée de ma propre vie.

Bon, je ne sais pas si c'est clair ou si cette conversation serait utile, mais ça m'intéresse vraiment d'en savoir plus.

Merci beaucoup et bonne journée :)

Image de profil de Baella
Baella
Inconsciemment oui, je pense que ça joue. Mes personnages ont rarement des parents présents et ça vient sûrement du fait que mes parents n'étaient pas supers démonstratifs de marques d'affections
Et des amis qui ont pu me lire pouvaient pointer l'influence des livres que j'avais lu récemment sur mes textes
Image de profil de phillechat
phillechat
En fait je dirai oui, hélas ! Mon rêve est de sortir ce petit moi "haïssable", mais mon personnage fétiche " Monsieur K ", c'est beaucoup moi.
ce problème a été très visible dans notre deuxième roman à trois, où je n'ai cessé de laisser revenir et déformer souvenirs d'enfance et d'adolescence :

https://www.scribay.com/text/239581197/townsurvival
Image de profil de LYAKOH
LYAKOH
Les animes, les livres et les jeux animent notre livre, l'univers. Comme dans Made in abyss, Terry Pratchett, ou chrono trigger et tout cela s'est incrusté dans notre quotidien. Maintenant qu'on les utilise pour voir ce que ça donne, nos créations sont plutôt sympa ><
Image de profil de Symph'
Symph'
Je me prends à écrire des passages de ma vie sous forme d'histoires, alors oui clairement oui pour moi xD
Mes personnages... sont mes amis, de simple connaissances, un amour ou moi-même
Image de profil de Laura Beppo
Laura Beppo
Bonjour, pour ma part, mes personnages me ressemblent plus que je ne le voudrais. A près les avoir travaillés, je nous découvre plein de points communs que je ne recherchais pas! Du coup j'essaie de lutter contre ça en leur cherchant des modèles réels ou imaginaires. Je pense aussi travailler pour les mettre de plus en plus en action, dans des contextes bien éloignés de ma vie, et de moins en moins en introspection, ce qui m'obligera à les détacher de moi!
Comment faites-vous pour construire et varier vos personnages?
Image de profil de Ayshah Hassan
Ayshah Hassan
Si je peux répondre à ta question pour ce qui est de la construction, je me base sur leur passé qui est l'élément principal. Mes personnages varient en fonction de la situation ainsi que leur sentiments et leur émotions. Et quand l'élément déclencheur ou les péripéties arrivent, leurs qualités et leur défauts changent et leur façon d'être s'améliore ou régresse.
Image de profil de Laura Beppo
Laura Beppo
Merci pour ta réponse. J'essaie de procéder ainsi, mais je constate que mes personnages ont tendance à se rapprocher peu à peu de ma propre psychologie. La bonne nouvelle, c'est que du coup j'ai du mal à les rendre méchants ;-)
Image de profil de Cléo
Cléo
Laura Beppo Est-ce que tu fais des fiches personnages quand tu écris - même des toutes petites ? En les écrivant, tu pourrais les comparer entre elles et voir s'il y a des recoupements ?

Après, à mon sens, le fait que tes personnes aient des éléments de ta personnalité n'est pas si dérangeant que cela si cela permet de rendre leurs réactions crédibles. Je trouve que parfois certains personnages font "faux" justement parce qu'on voit que l'auteur lui-même n'arrive pas à avoir de l'empathie pour eux. Il faut simplement que tes personnages n'aient pas tous ta personnalité entière haha.
Image de profil de Clelie
Clelie
J'ai le même problème, en particulier pour la partie "les rendre méchants" : j'ai énormément de mal à avoir des personnages "méchants", je ne peux pas m'empêcher d'avoir pitié et de les humaniser ! Sans doute parce que j'ai rarement rencontré des personnes réellement mauvaises. Et c'est fort dommage, car on s'ennuie sans méchants (pas dans la vraie vie, hein, dans les romans/récits) !
Image de profil de Laura Beppo
Laura Beppo
Je fais des fiches oui, mais je ne définis pas assez certains traits de caractère, je crois que je reste trop dans la fonction du personnage dans l'histoire. Du coup, quand j'écris vraiment ce personnage, il n'est pas tellement comme envisagé! Je vais travailler ça. Je crois que j'ai un peu peur des mots quand il s'agit d'être méchant!
Image de profil de Cléo
Cléo
Je comprends ! Ma technique (qui vaut ce qu'elle vaut haha), c'est de ne pas concevoir mes méchants comme "méchants". Ce n'est pas leur trait de caractère principal dans ma tête. Je me dis juste cette personne a des intérêts antagonistes vis à vis des héros.

Souvent, il se trouve que cette personne est prête à tuer/faire des choses moralement répréhensibles pour atteindre ses objectifs. Mais je ne centre pas son caractère sur cette capacité à faire le mal. Je me demande pourquoi il/elle/iel en est arrivé à cette extrémité. Etait-ce de l'amour ? Un instinct de survie ? Une envie de vengeance justifiée ? La nécessité de protéger un être aimé ? Un trauma dans l'enfance ?

De la même manière, je m'assure que mes "héros" aient aussi des pulsions "mauvaises" contre lesquelles ils choisissent (ou non) de lutter.
Image de profil de Vincent Vey
Vincent Vey
C'est pas la question de la motivation des personnages,ici ? Du 'qu'est-ce qu'il le fait agir' et quand ton personnage agi, pour lui ce qu'il fait est normal, voire juste ou beau, alors qu'il peut commettre les pires horreurs. On fait tous agir nos personnages selon nos visions des êtres humains, si tu affines ton regard, tes théories sur tes contemporains, tu affineras ton travail sur tes personnages.
Petit conseil d'étude pour les méchants : Ozymandias dans Watchmen (c'est mieux en BD qu'en film, comme tous les Alan Moore, d'ailleurs). Tous les supers héros dans cette histoire sont fascistes, violents et névrosés, ils sont tout niqué dans leur tête, si l'expression est encore à la mode. Ozy, au milieu de tous ceux là paraît être le plus civilisé, pourtant, quand le Comédien, le plus cynique de la bande, découvre son plan pour 'sauver le monde', il n'arrive pas à l'accepter ; pourtant, du point de vue d'Ozy, il n'y a pas de meilleure action.
Karandja les pères non plus ne savent pas quel rôle ils doivent tenir. Tu peux faire agir ton personnage pour qu'il se conforme à un des thèmes de ton texte, que ce soit dans ces bonnes ou mauvaises actions.
Image de profil de Korten
Korten
Bien sûr. Je pense que ça a forcément une influence même si tu écris des histoires de SF ou du fantastique.
Beaucoup de romans s'inspirent ou racontent des faits réels. Et dans un écrit, il faut y mettre du tien, y mettre ta propre originalité et expérience.
Image de profil de Laurent Datünder
Laurent Datünder
Les personnages sont souvent le reflet de leur auteur ou de personnes de leur entourage... Il est même possible que l'on soit influencé sans s'en rendre compte.
Mais, intentionnellement, je pense qu'il ne faut pas non plus leur donner trop de caractère propres à nous-même ou à des gens que l'on connaît.
Dans mes propres romans, il y a toujours un personnage qui possède ma personnalité (je lui donne aussi des qualités que je n'ai pas, un peu narcissique mais véridique). Souvent, et quand ils sont bien crées, ce sont des persos très intéressants. A mon avis, il est aussi nécessaire de s'inspirer de "personnes réelles" pour que le lecteur s'identifie facilement au personnage. Mais ce n'est pas non plus essentiel, un personnage "de papier" peut être aussi complexe qu'un autre qui aura été créé à partir d'un modèle.
Je pense qu'il faut peser le pour et le contre, mélanger la fiction et la réalité pour leur donner vie, les rendre crédibles... et originaux ! :-)
Image de profil de Morgane Destree
Morgane Destree
Je pense qu'il y a toujours un peu de nous dans nos personnages, la façon dont ils réfléchissent, analysent la situation, perçoivent les sentiments, les événements... Je m'inspire beaucoup de mes expériences, de mes ressentis, même si j'écris beaucoup de l'historique. Après, comme dit justement Kindaichi, on ne peut pas faire tjrs du copié-collé avec nous même, il faut donner du corps et de la dimension à nos personnages... C'est là que l'imagination prend la relève...
Image de profil de FredH
FredH
Perso, sur Faux-Semblants, j'y ai mis plein de trucs pas intéressants de ma vie, de mon passé. Et quand j'ai créé certains personnages, je m'imaginais certaines personnes de mon entourage actuel. Donc oui, on peut dire que mon passé ou mon présent a eu une certaine influence...
Image de profil de Kindaichi
Kindaichi
Bonjour, je pense qu'il y a un certain équilibre.
Si tout mes personnages me ressemble ou vivent en partie ma vie, je me dis que j'ai raté quelque chose. En revanche, il n'est pas rare que certains d'entre eux aient la même vision que moi sur certains sujet. Mais cela reste en accord avec leur personnalité.
Image de profil de Mimlay
Mimlay
Salutations ! :) J'ajoute ma pierre à l'édifice...

Je dirais que les traumas de mes persos sont souvent à l'opposé de ce que j'ai connu. Exemple : j'ai tendance à leur donner des parents froids, absents ou décédés, alors que de mon côté, j'ai deux parents très aimants et attentionnés.

Après, j'ai remarqué qu'ils ont souvent des pensées que j'ai pu avoir, ils reprennent souvent ma vision des choses. Et puis, je me débrouille toujours pour leur répartir mes complexes (que ce soit physique ou mental), comme ça j'ai plus de facilités à les accepter à travers eux. Exemple : un visage joufflu ou un fort sentiment de culpabilité face à l'échec.
J'incorpore aussi des crises de panique, que je décris comme je les ai vécu. Ce sont les seuls passages du récit entièrement copiés sur ma vie, le reste c'est un mélange ou du 100% fiction.

A part ça, je suis plus inspirée par les livres et les séries/films, donc de manière générale je dirais que c'est moitié-moitié. :)
Image de profil de Karandja
Karandja
Merci beaucoup Mimlay pour ta réponse.
Par contre, je me demande quelque chose : comment tu fais pour imaginer des parents froids ou la vie d'un orphelin ? comme je disais, moi j'ai vraiment du mal à imaginer un père, comme je n'en ai pas eu.
Image de profil de Mimlay
Mimlay
Je m'inspire de mon entourage. :) Ma grand-mère me parle souvent de ses parents, qui ne montraient pas d'amour, étaient rabaissant. J'ai une amie qui est aussi dans ce cas, et j'ai même eu l'occasion de rencontrer un de ses parents (effectivement, sa mère est une vraie conne).
Et puis, je me suis beaucoup renseigné sur Internet, sur les comportements toxiques et leurs impacts.
Je pense d'ailleurs que le sentiment de ne pas être compris, de solitude quoi, est universel. Sur ce point-là je n'ai pas besoin d'inventer, juste de l'ajouter à des comportements toxiques. Évidemment, c'est pas comparable hein, mais ça aide déjà.

Voilà, donc pour résumer : expérience des proches ou personnelle + recherches.
Image de profil de Karandja
Karandja
Merci Cléo !
C'est une réponse très complète !
Je serais curieuse de savoir à quoi correspond un arc narratif. Ca correspond au passé, affinités et caractère des personnages ?
Merci !
Image de profil de Cléo
Cléo
Karandja, dans ma façon de procéder, un arc narratif comprend le passé du personnage (ce qui s'est passé avant le début du récit) la situation initiale, (le début du récit) toutes les péripéties que je prévois pour le personnage, et la fin que je prévois pour lui. Et chaque étape comprend non seulement les éléments scénaristiques, mais aussi les réactions, l'évolution psychologique du personnage...

Par exemple, dans mon plus gros projet, l'un des personnages principaux est une jeune femme qui au début du récit, se complait dans l'absence de responsabilités (etc...) que lui permet sa position à la Cour. Elle a même du mal à gérer la douleur de l'un de ses amis (qui vient de perdre sa mère) et est globablement useless haha. Son arc narratif implique qu'elle grandisse, change, fasse des choix difficiles. C'est le genre de cheminement qui m'intéresse quand j'écris.
Image de profil de Karandja
Karandja
Merci beaucoup pour ton explication. je devrais peut être faire ça avec mes personnages plutôt que de tout garder dans ma tête...
Image de profil de Cléo
Cléo
C'est une question super intéressante ! D'une manière générale, je construis mes personnages afin qu'ils soient le plus "crédibles" possibles. C'est à dire que je m'échine à créer des personnages suffisamment épais pour qu'au bout d'un moment, le lecteur ait vraiment l'impression de bien les connaître et de pouvoir anticiper leurs réactions. C'est important pour l'immersion. La plupart du temps, j'écris un arc narratif / personnage pour leur permettre aussi d'évoluer, et tout doit rester cohérent. C'est un challenge.

Du coup, avec le temps, j'ai constaté que chacun de mes personnages avaient un petit trait de caractère en commun avec moi (même les antagonistes). Je pense que j'ai besoin de ça pour me lier avec les personnages et les écrire plus facilement. Leur caractère complet n'a souvent rien à voir avec le mien, mais il y a toujours un petit quelque chose dans la façon dont il réagissent à certains événements, qui vient de moi.

Après je pense qu'il y a une recette par auteur, donc je ne sais pas si ça aide ^^.
Image de profil de Karandja
Karandja
Merci beaucoup pour toute vos réponses !
Il y a un peu de tout, c'est vraiment intéressant.
Globalement, on ne part pas de rien, aussi bien pour l'histoire que pour les personnage j'ai l'impression. Après, ça ne veux pas dire qu'ils sont "nous" ou quelqu'un qu'on connait, mais plus qu'on se retrouve un peu dedans. je pense que c'est plus simple aussi de prévoir les comportements et les réactions face à certaines situations quand on l'a déjà vécu ou que quelqu'un y a eu affaire.
TeddieSage je ne connaissais pas l'aphantasie. merci pour cette information.
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Oui, tout le temps. Puisque je souffre d'aphantasie, il m'est impossible de visualiser quoi que ce soit sans emprunter des traits de personnes que je connais ou bien de personnages connus. Par exemple, quand je ferme les yeux et qu'on me demande d'imaginer une pomme ou une plage, je ne vois que du noir.

Je dois tout le temps me baser sur mes souvenirs, ce que je vois, ce que j'ai expérimenté visuellement et avec mes autres sens. Du coup, oui, je m'inspire beaucoup de la vie réelle et de tout ce que je consomme. Les sentiments de mes personnages viennent de moi, des gens de mon entourage et de ce que j'ai connu.
Image de profil de Maddymoon Rhodian
Maddymoon Rhodian
Certains faits sont basés un peu sur ma vie, je pense. Enfin, dans certaines situations je me base de ce que j'ai vécu ou ce que je vie. C'est un peu le cas, lors des repas de familles de mes personnages où tout n'est pas tous roses et tout calme.
Sinon les personnages en eux-même sont plutôt tiré de quelques caractères des personnes que je connais avec un peu du miens. Après, si on me lit on découvre que mes héros ont tous un peu de difficulté au niveau de l'amour ou de leur parents, je peux m'avancer en disant que c'est tiré de mon vécu... peut-être est-ce parce que j'aime ce genre de personnage.
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Mes envies d’ailleurs et ma soif de vouloir explorer de nouveaux horizons, peuvent se refléter dans les univers des histoires que j’écris ou dans les mondes qui voyagent au travers de mes pensées.
Je reste neutre quant aux personnages. Il peut arriver qu’un personnage présente un même trait de caractère que moi, cela ne signifie pas pour autant que j’ai mis une part de moi en lui. Mes personnages ne sont pas moi, ni même quelqu’un de mon entourage. Entre moi et le personnage il n’y a pas le même vécu, le même mode de vie, le même contexte, le même monde, les mêmes interactions, le même entourage, les mêmes lois et justices… Ce sont ces éléments qui vont construire la personnalité et le caractère du personnage. Mon passé et mon présent n’interfèrent donc pas car le personnage à son propre passé/présent.
Bien évidemment je parle à titre personnel, pour d’autres cela peut être totalement différent… et tant mieux :)
Image de profil de Paige "Popli" Eligia
Paige "Popli" Eligia
Je pense que nos écrits sont toujours une partie de nous :)
Et mes personnages ne dérogent pas à la règle. J'ai le réservé, celle qui a grandit comme moi, etc... Quelqu'un qui me connait bien et lit mon histoire n'aura aucun doute que ça vient de moi ^^
Je le fais même sans m'en rendre compte !
Image de profil de ArchiducAshide
ArchiducAshide
Et bien en ce qui me concerne je dirais que cela dépend. Il m’arrive d’incorporer et de m’inspirer de certains éléments me concernants à mes personnages si j’estime que cela peut leurs apporter quelque chose d’intéressant ou d’original. Par exemple j’ai toujours été obnubilé par le fait d’être à l’heure, de ne pas être en retard. En y réfléchissant j’ai trouvé cela un peu comique au fond et du coup un des personnages de mon roman est pareil et est constamment en train de regarder sa montre. Après voilà ça ne concerne pas tout mes personnages et je ne m’inspire pas uniquement de moi-même. Si par exemple je rencontre quelqu’un qui a une manie original ou n’importe quoi qui puisse m’inspirer et apporter de la consistance à mes personnages je n’hésite pas à m’en inspirer.
Image de profil de Karandja
Karandja
Merci pour ta réponse !
Effectivement, il faut que cela ai un interet pour le personnage, je suis d'accord. Par contre, ta remarque sur le fait que tu peux aussi te servir de personne que tu rencontre est interessante...
Image de profil de ArchiducAshide
ArchiducAshide
De rien !
Oui chacun d’entre nous est unique et ça représente autant de possibilité pour créer des personnages réalistes, attachant (ou inversement détestable)
0