Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Paige "Popli" Eligia

Le caractère d'un personnage

par Paige "Popli" Eligia  il y a 5 mois

Bonjour/bonsoir

Je reviens avec un nouveau sujet sur les personnages. Oui, ces petites bêtes pas dociles qui me donnent du fil à retordre.

Après l'intelligence, je suis bloquée sur leur personnalité. Ce qui les différencie les uns des autres. Cela fait deux heures que je tourne le problème, et pour l'instant rien n'est sorti de concret.

Voilà ce que j'ai fait :

J'ai démarré avec le site MBTI.

J'ai rempli avec ça des qualités, défauts, incidences sur les autres dans une fiche personnage.

Mais... ça reste creux, faux. ça ne sonne pas juste.

J'en galère tellement que j'ai tenté de faire ma propre fiche de personnage sur moi-même.

Je n'arrive pas à identifier des qualités, défauts, tics de langages, comportements... associé à un personnage. Je n'arrive pas à choisir. J'ai tenté une liste de qualités défauts, ça m'a perdu.

On m'a conseillé de m'inspirer des personnes autour de moi, mais pareil je n'arrive pas à extraire la personnalité.

Donc qu'est-ce que la personnalité d'un personnage ? Comment la définissez-vous ? Comment la créez-vous ? Avez-vous une trame à remplir pour cela ?

Je pense avoir besoin de quelque chose de synthétique, mais je n'arrive pas à créer ce canevas à rempli.

Merci d'avance à tout ceux qui prendront le temps de commenter.

C'est quelque chose de très difficile pour moi. Je ne suis pas douée niveau relationnel et les autres, et j'ai l'impression qu'on est là dedans.

Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
Après toutes vos explications et conseil, voici ma "fiche" personnage. Elle résume ce qu'il me manquait, en plus du physique des personnages que je n'ai pas eu besoin de retranscrire. Si ça peut aider d'autres que moi ^^ Je commence par décrire ses réactions aux diverses émotions, puis ce que je sais sur lui par fait. Ensuite j'explique pourquoi dans ces faits, et en général ça produit d'autres faits. Puis je rassemble le tout dans une biographie avant d'en extraire ses traits de caractères, dû à son passif et à sa personnalité. L'inverse (choisir les traits en premier) m'était totalement impossible alors je suis très heureuse d'y être enfin parvenu !

Emotions
joie :
tristesse :
colère :
peur :
confiance :
surprise :
dégout:
anticipation :

Faits
Fait 1 :

Biographie :
Né sur

Résumé des traits de caractères
qualités :
défauts :
Particularité :
Tics, expressions :
Style vestimentaire :
Peur :
Voix :
Aime :
Image de profil de Romain G
Romain G
Salut !

Mes personnages ont longtemps été ma bête noir. On leur reprochait leur trop grande homogénéité. J'ai, je pense, passé le pas. Tout ce qui suit sera mon avis (je le précise pour éviter de répéter 1000 fois "à mon avis", "je pense que" haha)

Le plus important dans le personnage est de lui trouver le "vouloir" et le "besoin" (la théorie n'est pas de moi, elle est de John Truby dont je t'invite à lire les passionnants ouvrages de naratologie).
Le "vouloir" (want) est ce que le personnage désire, il est la clé de ses motivations (la motivation étant souvent la pierre angulaire d'un personnage intéressant, même s'il ne doit pas forcément s'agir d'un désir de pouvoir par exemple: un personnage sans but peut paraitre plat). Le personnage en a conscience.
Le "besoin" (need) est ce qui manque dans la vie du personnage. Il s'agit d'une prise de conscience qu'il doit surmonter. Le need est inconscient. L'intérêt est que le want et le need sont souvent en conflit direct. Ce conflit est d'ailleurs la source du développement de personnage. L'arc descendant (la descente aux enfers) est typiquement un personnage qui continue à poursuivre son need coûte que coûte en méprisant son need (Daenerys dans GoT par exemple).

Trouve ce qui motive ton héros et ce qui lui manque en réalité pour devenir quelqu'un de plus accompli.

D'un point de vue moins théorique, les personnages intéressants sont ceux qui font bouger l'histoire. Si mes personnages étaient souvent les mêmes avant c'est parce qu'ils étaient ballottés par le scénario, par là où je voulais les emmener. Je les obligeais à réagir d'une certaine façon car j'exigeais d'eux qu'ils se retrouvent dans telle situation. Or non. Il faut accepter que les personnages décident de contrôler le plot. La meilleure façon d'étudier les personnages et de les distinguer est de les mettre dans une situation d'urgence. C'est là qu'ils montrerons leur vraie nature. Connaître leur passé est intéressant, mais l'ennui dans ce genre de situation c'est qu'on se retrouve souvent dans deux cas de figures:
- Écrire un passé plus intéressant que l'histoire racontée
- En faire une sorte de victime qui a bien trop souffert (rares sont les personnages à l'enfance heureuse lorsqu'on décide de la backstory d'un personnage). Le drama a tendance à l'emporter sur la cohérence.

@Steph Loup'tout a très bien expliqué les caractéristiques physiques/mentales/de voix/de discours/d'habitude des personnages. J'ajouterais que tu peux aussi user de métaphores et de symbolismes pour joindre/disjoindre/rapprocher/dissocier tes personnages. Un exemple: j'utilise personnellement la cigarette dans Arwyn comme un moyen de mesurer le niveau de corruption mentale d'un personnage. C'est assez bête et très particulier mais j'apprécie beaucoup.

Très important aussi, un personnage bateau peut devenir passionnant s'il s'inscrit dans un univers aux multiples interactions. Penser la relation proches/personnage famille/personnage est pour moi aussi importante que de caractériser le personnage en lui-même. Cersei Lannister ne serait pas aussi fascinante sans les liens qui l'unissent avec ses frères, son père et ses enfants !
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
Oui j'avais déjà leur but et motivations, mais j'étais perdu sur le fond ^^
Je te rejoins pour le relationnel, j'ai même construit un arbre généalogique pour m'en sortir
Par contre je n'ai pas compris ton histoire de cigarette :o
Image de profil de Romain G
Romain G
J'utilise la cigarette comme symbole du niveau de corruption d'un personnage. Plus un personnage se ment à lui-même, adopte un comportement auto-destructeur et plus j'insisterai sur le fait qu'il fume, sur la fumée etc.
En gros tu peux utiliser des petites métaphores comme cela. Par exemple, dans Breaking Bad, Walter adopte les habitudes des personnes qu'il tue. Ce sont de petits détails comme cela ^^
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
D'accord j'ai compris :) Oui je vois ce que tu veux dire pour les métaphores. C'est très subtil. Un peu trop pour moi pour le moment, mais je garde ça dans un coin de ma tête.
Image de profil de Charlotte Miller
Charlotte Miller
Pour ma part, je n'ai pas de technique autre que celle du théâtre, que je transpose à l'écrit.

En premier lieu, je décide de l'histoire du personnage en question, en mettant en avant les malheurs et les bonheurs qu'il a vécus. Ensuite j'imagine ce que j'ai écrit comme si j'étais ce personnage et je cherche à comprendre ce que je ressentirais à sa place.
Il faut commencer par les événements et les sensations fortes, s'il y en a eu, puis fouiller ses failles, ses faiblesses, ses peines. Et se triturer le cœur dessus.
Ensuite il faut chercher les moments heureux dans sa vie et ça vient presque naturellement en contre point de l'exercice précédent. Au final, tu comprends alors ce qui le motive et qui le fait avancer, dans ses tripes.
Pour finir, la partie la plus facile, ses motivations "superficielles", "ou dans sa tête", qui peuvent être différentes à cause du poids de la société par exemple.
Voilà pour le "définir".

Pendant que j'écris, je le fais à la lueur de son passé, je me glisse dans cette enveloppe et je tâche de tout voir et ressentir à travers ce prisme.
Ce n'est pas sans faille, j'imagine, et ça n'empêche pas de revenir ensuite sur le résultat de ce premier travail pour le rendre intelligible à autrui, gommer ou ajouter des aspérités.

Je n'utilise pas les "fiches de personnage" ni rien qui ressemble à une liste car, comme toi, je trouve ça sans âme.
Et surtout, je ne leur colle pas d'étiquette définitive, une créature vivante est toujours bien trop complexe pour se contenter de quelques vagues adjectifs, même nombreux.
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
Oui tu rejoins les autres en dessous avec le fait d'écrire la biographie du personnage. Ce qu'il a vécu, ces bons et ces mauvais moments.
Je comprends :)
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Salut ! :)

J'avoue que perso, la facilité avec laquelle mes personnages se construisent d'eux-mêmes dépend beaucoup du roman sur lequel je suis ^^" Pour mon premier roman, ils sont venus tous seuls, avec leur caractère, leurs rêves et leur physique. Pour d'autres récits, je me suis arrachée les cheveux en me demandant pourquoi mes persos restaient aussi superficiels. ^^ Comme toi, j'ai testé les fameuses fiches persos mais j'ai vite abandonné car ça me saoule de décrire mes persos en remplissant des colonnes de qualités, de défauts etc.
Après, pour cerner un peu leur caractère, j'esquissai le truc, sans partir sur faire vingt pages sur eux (genre sept adjectifs qui les qualifient bien, la couleur des yeux, des cheveux et leurs particularités).

Mais si tu trouves tes persos creux, c'est peut-être car il leur manque quelque chose. Pour rendre des persos vivants et profonds, ils ont besoin de plusieurs choses :
- Une histoire personnelle (comment en sont-ils arrivés là, dans quel environnement ont-ils grandi, pourquoi vivent-ils dans cette ville, pourquoi exercent-ils ce métier en particulier, ont-ils eut des traumatismes enfants...) ; le but de l'histoire personnelle, c'est d'expliquer le caractère, le rêve et parfois même le physique du perso (genre, un perso arrogant qui en fait a été rabaissé et humilié toute son enfance aura plus de profondeur que s'il était juste arrogant sans explication, et ça peut expliquer pourquoi il veut devenir roi ou accéder à une haute fonction mais aussi pourquoi il se tient un peu courbé (posture de soumission, qu'il essaye justement de vaincre etc.)).
- Un physique (c'est un peu la base, mais faut éviter de tomber dans le stéréotype du style le mercenaire super balèze, la guerrière belle à la chevelure rousse, la fille de joie bonde et plantureuse, le vieux mage barbu etc. Faut au contraire oser être original, ou au moins que cela reste cohérent avec l'histoire du perso en question (une fille de bonne famille qui se lance soudain dans l'aventure ne pourra pas être musclée et forte directement, par exemple))
- Un caractère (qui est en partie expliqué par son histoire personnelle)
- Une voix (comment le personnage s'exprime-t-il ? cela en dit long sur lui ! Par exemple, s'il vient des faubourgs, il aura sans doute un vocabulaire familier, voire vulgaire, mâchera peut-être ses mots ; un personnage timide hésitera, bredouillera, chuchotera ; un personnage taciturne fera des phrases courtes et ira à l'essentiel... il faut que le lecteur, rien qu'à lire les répliques d'un des persos principaux dans les dialogues, puisse savoir qui parle et ce assez vite ; cela voudra dire que ton personnage a une voix propre et qu'on ne pourrait pas changer ses répliques sans que cela se voit)
- Des particularités (elles peuvent être physiques, psychologiques, magiques... un perso peut avoir des cicatrices, un tatouage, une marque de naissance, il peut avoir du mal à parler de certains sujets sensibles, avoir un don particulier etc.)
- Un style vestimentaire (souvent négligé alors que bon, chacun a son style de vêtements préférés ; si ton perso porte toujours une écharpe car c'est celle de son frère mort ou même s'il préfère s'habiller en violet car c'est sa couleur préférée, cela lui donne direct plus de consistance et prépare même des scènes potentiellement drôles ou de conflits (si le perso qu'adore le violet, pour un plan d'espionnage, doit porter des vêtements noirs, il peut être dégoûté, pester, vouloir à tout prix être quand même en violet et tant pis pour la discrétion etc.)
- Une morale (même le pire des salauds a des limites, il peut égorger femmes et enfants et refuser qu'on fasse du mal à un chat, par exemple ; un personnage, même méchant, qui n'a pas de limite, fera creux)
- Un rêve/un but/une ambition (ça, c'est le moteur de ton personnage ; pourquoi est-il parti à l'aventure, pourquoi se bat-il, pourquoi veut-il vaincre machintruc ; même les persos secondaires méritent d'avoir un but, une raison d'être, ça les enrichis et peut même les mettre en conflits avec le héros)
- Des points forts/des points faibles (là, pour le coup, je ne parle pas forcément de qualités et de défauts ; le perso peut être fin stratège mais être allergique aux concombres, ou bien il baratine très bien les femmes mais ne sait jamais comment s'en dépatouiller ensuite car il est puceau et a peur d'avoir une relation intime ; ces points serviront aussi à approfondir ton perso ;) )
- Des tics et des expressions (on a tous des expressions orales qui reviennent naturellement quand on parle, et on a tous des tics, des tocs qu'on fait sous le coup de certaines émotions ou dans certaines situations, comme se ronger les ongles, se gratter la tête, le nez, danser d'un pied sur l'autre etc. si ton perso a au moins une ou deux expressions récurrentes et un tic ou deux, il sera déjà plus vivant :) )
- Une peur (on pourrait la mettre dans les points faibles, mais je trouvais que cette catégorie n'était pas assez forte... bref, on a tous une ou plusieurs choses qui nous effraye au point de nous pisser dessus ou d'être complètement tétanisé ; ça peut être la peur du vide, des araignées (une phobie donc) ou bien une peur liée à un traumatisme (si enfant un perso a failli se noyer, il peut avoir une peur bleue de l'eau) ou encore à une sentence, une conséquence de ce que le perso a fait dans son passé (un ancien assassin qui redoute d'être reconnu et mené à l'échafaud, par exemple) ; la peur est importante car elle peut aussi être un moteur du personnage (dont le but serait alors de fuir ce qui le terrorise ou, au contraire, de le vaincre) )
- Des relations avec les autres persos (là, c'est plus en bonus, histoire de savoir comment il se comporte avec les autres personnages ; moi je fais ça sur une feuille blanche, j'écris le nom des personnages et en fonction de mon personnage, j'ajoute des catégories de persos (par exemple, si mon personnage s'appelle A, qu'il est amoureux de B, je trace une ligne entre A et B et j'écris que A est amoureux ; si A est très respectueux avec les gens de la haute mais méprisable avec les petites gens, j'écris "nobles" et "roturiers", trace mes lignes et inscrit ce que je veux ^^) ; avec ça, en un regard, j'arrive à peu près à comprendre le fonctionnement relationnel de mes personnages :)

Voilà, j'espère t'avoir un peu aidé ! :)
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
Ooh ce post est une mine d'or *-* (comme à chaque fois que tu prends le temps de commenter un sujet en fait ^^)
Je vais l'ajouter au déblocage que m'a fait Gigi juste en dessous !

Alors il y a juste la voix qui me pose de vrai problème, car je n'arrive pas à trouver des adjectifs pour la décrire, de même que les tics de langage. C'est quelque chose que je ne parviens pas à estimer en observant les autres, alors créer... J'ai cherché des listes d'adjectifs sur google, mais rien je sèche !
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Merci ^^ J'essaye juste d'aider dans la mesure de mes moyens, mais c'est vrai que je me documente beaucoup à côté pour m'améliorer sans cesse :) D'ailleurs, si tu veux, le site Monde Fantasy est vraiment pas mal, il donne de bons conseils d'écriture et pas qu'en fantasy, malgré le nom ^^". Il y a aussi le site Écrire 1 roman qui pourrait t'intéresser :)

Ensuite, pour la voix, j'avais trouvé cette liste d'adjectifs il y a quelque temps sur un site (je ne sais plus lequel par contre ^^). Je te le copie-colle dans le commentaire suivant :)

Après, tu n'as pas forcément besoin de décrire les voix et les types de langage, montre-les plutôt aux lecteurs ;) Exemple, dans mon premier roman, j'avais un dragon qui aidait le perso principal. Comme j'imaginai sa voix grave et profonde, je l'ai donnée à voir au lecteur en mettant en gras toutes les répliques du dragon. De même, dans d'autres romans, quand une voix souffle ou murmure, les auteurs la mettent souvent en italique, comme pour les pensées. Tu peux toi aussi jouer sur ça ;) Après, un personnage qui zozote, tu n'as qu'à écrire ses répliques avec le zozotement comme "Ze crois que ze t'aime..." :) Un personnage coléreux aura plus facilement tendance à s'emporter, donc il criera, vociférera, insultera, beuglera, mugira, s'impatientera etc. Un personnage au contraire calme proposera, supposera, soufflera, exposera, expliquera etc.
Pour les tics de langage, essaye déjà de connaître les tiens :) Perso, moi je sais que je dis souvent "du coup", "putain de bordel de merde" (quand je suis énervée, c'est cette insulte-là qui sort en premier, je sais pas pourquoi XD), "techniquement" (quand je fais de l'ironie) et "purée de patate" (quand je suis en présence d'enfants). :) Si tu as du mal, tu peux déjà faire une petite liste des insultes que ton personnage connait. Après, bien sûr, tout dépend du caractère et du milieu de ton perso. Un personnage avec une bonne éducation et soucieux de sa réputation, jurera plutôt en "diantre" ou en "morbleu" qu'un tavernier qui dira plus volontiers "merde" et "mortecouille". Je te conseillerai d'ailleurs d'aller jeter un petit coup d’œil aux vieilles insultes françaises, il y en a qui vaillent vraiment le détour ! XD Tu peux aussi faire revenir un mot de manière très récurrente dans les paroles de ton perso (des enfants avaient écrit un texte sur Pépin le Bref et chaque fois que le personnage parlait, il commençait presque toutes ses phrases par "Bref", type "Bref, aujourd'hui il pleut et je n'ai pas de parapluie... bref, je serai donc mouillé, tant pis pour moi.... il faut dire que, bref, je n'ai pas de chance..."). Tu peux aussi abuser d'adverbes :) Dans un livre, j'ai vu un personnage qui parlait avec des adverbes en -ement à presque chaque phrase ! Cela donnait un peu ça : "Manifestement, ces enculés ne savent pas comment faire. Ah, du temps de mon pépé, ça ne se passait absolument pas comme ça ! Regardez-les, ces crétins emplumés, qui se dandinent comme des poules ! C'est tellement stupide !" ; la force de ce personnage c'était qu'à la base, il était de faible extraction et qu'il mettait plein d'adverbes en -ement dans son discours car il trouvait que cela faisait "noble" comme langage (alors même qu'il a pas forcément corrigé ses autres travers de langage, comme la vulgarité, justement) XD
Certains persos peuvent aussi avoir des citations fétiches qu'ils récitent à tout bout de champ, des onomatopées qu'ils font souvent, des surnoms qu'ils ont donné à d'autres persos... Je pense pour le coup au film Maléfique, avec la réplique "Tiens, tiens" et "Salut mocheté" :)
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
"La voix caractérisée d'après le volume, le timbre, le mode d'articulation


♦ Aiguë : timbre de voix se plaçant sur de hauts octaves. En acoustique, on différencie les aigus des graves à leur fréquence, ce qui fait qu'une personne possédant une voix naturellement grave peut parler dans des tonalités aiguës, qui resteront plus graves que les tonalités graves prononcées par les timbres naturellement aigus (oh la la, ça commence bien ce lexique).
♦ Basse : voix dont la sonorité est peu marquée, généralement sans timbre, très proche du chuchotement.
♦ Blanche : voix sans timbre, inexpressive ou sans résonance.
♦ Caverneuse ou sépulcrale : voix grave et vibrante qui semble venir des tréfonds de l'âme. Très adaptée aux entités maléfiques et millénaires, à Smaug aussi...
♦ Chantante : à mi-chemin entre le langage parlé et le langage chanté, une voix chantante a des accents joyeux qui soulignent la bonne humeur et la légèreté.
♦ Chaude : voix douce, prenante et attirante, qui procure une sensation de bien-être, très agréable à entendre. C'est davantage un timbre de voix qu'un ton que l'on peut emprunter.
♦ Claire : voix affirmée, maîtrisée, que l'on entend sans problème.
♦ Claironnante : voix claire et retentissante, semblable au clairon.
♦ Criarde : qui rend un son aigre et perçant, peu agréable à entendre.
♦ Cristalline : voix claire, sans défaut.
♦ Doux ou suave : voix au timbre agréable, rassurant, sans violence.
♦ Faible : voix à peine audible, qui souligne la faiblesse de la personne qui parle.
♦ Fausset (de) : voix aiguë
♦ Fluette ou grêle ou frêle : voix fragile et aiguë que l'on entend à peine. Souvent attribuée aux enfants ou aux jeunes filles.
♦ Flûtée : voix douce et nette, dont le son rappelle celui d'une flûte
♦ Grave : contrairement à la voix aiguë, la voix grave couvre des fréquences basses. Naturellement associée aux voix masculines.
♦ Grinçante : voix agaçante, qui manque d'harmonie, semblable au grincement d'une porte.
♦ Gutturale : voix rauque et profonde qui vient de la gorge.
♦ Harmonieuse ou mélodieuse : voix très agréable à entendre, sans défaut.
♦ Imperceptible : voix que l'on entend à peine.
♦ Métallique : voix qui résonne de manière artificielle.
♦ Modulée : voix contrôlée, suivant un rythme agréable à entendre.
♦ Monotone ou monocorde : voix ennuyeuse, qui reste toujours sur le même ton sans variation.
♦ Nasillarde ou nasale : voix qui vient du nez, s'appliquant le plus souvent aux gens enrhumés.
♦ Pénétrante : voix qui procure une émotion forte.
♦ Perçante ou pointue : voix forte tirant vers les aigus.
♦ Plate : contraire de la voix chantante, c'est une voix sans accent particulier.
♦ Pleine : voix puissante venant du ventre.
♦ Profonde : voix ample et grave qui semble venir du plus profond des entrailles.
♦ Puissante ou sonore ou de stentor ou retentissante ou forte : voix forte, parfaitement audible.
♦ Rauque ou rocailleuse ou graveleuse ou rude : voix grave, rêche, qui donne l'impression que quelque chose râpe la gorge. La personne semble avoir des difficultés à parler.
♦ Sourde : voix peu sonore, qui ne porte pas.
♦ Suraiguë ou haut perchée ou stridente : voix très aiguë, peu agréable à entendre, qui agresse les tympans. Peut se référer à un cri.
♦ Tonitruante : voix très forte, qui retentit (voire résonne) comme un coup de tonnerre.
♦ Traînante : voix dont l'élocution est très lente. Peut parfois s'approcher d'un ton moqueur.
♦ Voilée : voix qui a perdu de son intensité, de sa netteté, comme si le son était recouvert d'un voile. Plus douce qu'une voix rauque ou enrouée.



La voix caractérisée par les états physiques ou moraux :


♦ Aigre : voix qui produit une impression piquante, désagréable.
♦ Aimable ou cordiale : voix avenante, rassurante, qui incite à la confiance.
♦ Avinée : voix d'une personne ivre.
♦ Bourrue : d'une rudesse qui n'exclut pas la bienveillance.
♦ Brisée : voix qui perd soudain en intensité et en netteté, sous le coup d'une émotion.
♦ Cajoleuse ou conciliante ou affectueuse : voix douce et rassurante qui soutient et rassure l'interlocuteur.
♦ Caressante : voix agréable à entendre, qui donne l'impression d'une caresse.
♦ Cassante ou sèche : voix forte et agressive qui veut généralement mettre fin à la discussion en cours.
♦ Cassée : voix difficile à entendre, rendue rauque par un effort physique ou un choc émotionnel.
♦ Courroucée ou indignée : la locuteur est furieux et exprime son mécontentement de manière plus ou moins forte.
♦ Désincarnée : le locuteur n'a pas d'enveloppe physique (esprits) ou ne semble pas en avoir. Voix plutôt inquiétante.
♦ Doucereuse ou mielleuse ou onctueuse : synonyme de doux, à connotation plus péjorative cette fois. L'adjectif mielleux est souvent utilisé pour désigner une personne "lèche-botte", voire hypocrite.
♦ Émue : voix chargée d'émotion, elle peut être faible, vibrante et trembler légèrement, voire être larmoyante.
♦ Enrouée ou éraillée : synonyme de rauque, une voix enrouée est plus faible et s'applique le plus souvent aux malades ou aux personnes venant de pleurer.
♦ Étouffée : voix de faible intensité, que l'on a du mal à entendre car occultée par quelque chose.
♦ Essoufflée : la personne a du mal à s'exprimer car elle manque d'air, peine à prendre sa respiration.
♦ Éteinte : voix rauque, faible, qui exprime la fatigue ou la lassitude.
♦ Éthérée : synonyme de désincarnée, avec une connotation plus positive. Les fées peuvent avoir des voix éthérées, par exemple.
♦ Étranglée : voix qui a de la peine à sortir de la gorge, à cause d'une vive émotion ou d'un problème physique (un étranglement... par exemple)
♦ Fragile : le locuteur est sur le point de pleurer
♦ Furieuse : voix forte qui exprime une très grande colère.
♦ Grasse : voix aux accents grossiers.
♦ Haletante : voix laissant fortement entendre la respiration.
♦ Impérieuse ou autoritaire : le locuteur est en position de commandement ou impose son point de vue.
♦ Inquiète : voix qui peut varier en intensité, exprimant l'inquiétude.
♦ Joyeuse ou amusée ou enjouée ou gaie : voix qui manifeste la bonne humeur de la personne.
♦ Lugubre : empreint d'une profonde tristesse, d'accablement et de désespoir.
♦ Mordante : voix puissante, particulièrement pénétrante, qui démontre une certaine agressivité et met mal à l'aise l'interlocuteur.
♦ Morte : similaire à la voix blanche, une voix morte n'exprime plus aucune émotion. Connotation négative, idée de fatalité.
♦ Pâteuse : voix affaiblie, engluée. On peut avoir une voix pâteuse en se réveillant, ou lors d'une gueule de bois.
♦ Plaintive : le locuteur se plaint (ça c'était dur), cherche à attirer de la clémence ou de la pitié.
♦ Posée ou calme : voix douce et assurée, pleine de sagesse et de sérieux.
♦ Résolue ou décidée : qui exprime la conviction.
♦ Rieuse : voix qui retranscrit la joie et l'amusement.
♦ Saccadée : la personne a du mal à s'exprimer, les mots sont entrecoupés. Peut advenir dans une situation où le locuteur manque de souffle ou s'il est particulièrement énervé au point de parler par monosyllabes.
♦ Sarcastique ou sardonique ou ironique ou gouailleur ou acerbe ou cinglant : ton emprunté pour se moquer de quelque chose ou de quelqu'un plus ou moins violemment
♦ Sévère ou dure : voix aux accents incisifs, empruntée pour exprimer le mécontentement.
♦ Sifflante : la voix produit un effet de sifflement sur les consonnes s, x, z, voire f. Certaines voix sont naturellement sifflantes, bien que la plupart du temps le ton devienne sifflant lorsqu'on a du mal à respirer, sous le coup de l'essoufflement ou de la colère soudaine, par exemple.
♦ Solennelle : voix empreinte de gravité adoptée dans des situations importantes, elle soutient la plupart du temps un discours sérieux.
♦ Songeuse ou rêveuse : la personne est généralement perdue dans ses pensées, ses réflexions.
♦ Tendre : voix chargée de douceur, apaisante, dans laquelle s'entend l'attachement.
♦ Tendue : une voix tendue trahit la nervosité d'une personne (agacement, inquiétude, colère)
♦ Timide : la personne ne parle pas fort et de manière hésitante.
♦ Tranquille ou confiante : voix paisible et apaisante, exprimant l'assurance de la personne.
♦ Tremblante ou tremblotante ou chevrotante : voix instable, que la personne ne contrôle pas. Adoptée lors d'émotions particulièrement fortes (excitation, inquiétude, énervement) ou par les personnes âgées.
♦ Triste ou morne : voix exprimant le mal-être de la personne.
♦ Usée ou fatiguée : voix altérée, qui a perdu de sa force. Le locuteur est généralement fatigué, affaibli, malade ou mourant.
♦ Vibrante : voix chargée d'émotion, de passion, d'enthousiasme.


Et je pense qu'il s'agit là d'un bon début ! Même si, malgré tous ces mots, décrire avec précision le timbre d'une voix est impossible, puisque chacun est unique."

* cette liste n'est pas de moi, je l'ai copié-collé d'un site dont j'ai oublié le nom ^^
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
Cette liste *-* Si tu savais le temps que j'ai mis à en chercher une équivalente.
Je vois ce que tu veux dire pour les tics de langage. J'ai beaucoup de mal à m'auto-analyser alors je ne sais absolument pas mes tics. Il faudrait que je lance ça dans une discussion avec mes amis. Par exemple quelqu'un que je connais dis toujours "à l'heure d'aujourd'hui" un autre quand il explique dit "faut bien se dire une chose..."
Il faut que je trouve un truc qui se répète pour chacun, un peu leur marque de fabrique. Hmmm... Je vais réfléchir, je tiens presque le truc. Et ça donnera un peu de vie à mes personnages !
Je l'ai fait pour mes deux pixies. L'une est fan de voiture et rapporte toute sa conversation à la mécanique, en disant de quelqu'un de fatigué qu'il doit faire le plein. L'autre ajoute toujours un dénominatif du genre : mes gaillards, mon beau, etc.
Il faut jsute que j'étende ça aux autres, mais en forçant moins le trait.
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Héhé, moi aussi quand je suis tombée dessus je me suis dit "purée, faut que je la sauvegarde quelque part ! " XD

Pour les pixies, très bonnes idées, suffit en effet d'étendre un peu le truc pour les autres persos ! :) La gestuelle aussi est importante dans les dialogues. Par exemple, le personnage de Sherlock Holmes joue souvent du violon pour couper court à la conversation, ou bien il se détourne carrément de celui qui parle. Autre exemple, Hermione, dans Harry Potter, se réfère toujours à un livre, à un cours et donne beaucoup d'explications détaillées, aussi, dès qu'on une référence ou une explication, on se doute bien que c'est de la part d'Hermione car, dans le trio, c'est elle qui a ce rôle. :) Je joue pas mal d'histoires devant les enfants, où je dois du coup incarnée différents personnages qui interagissent les uns avec les autres (alors que je suis toute seule xD) et la posture et l'élocution joue pas mal pour leur faire comprendre qui est qui. La vieille sorcière est voûtée, sa voix est grinçante et elle parle un peu par énigme, tout en traitant tous les autres personnages de limace ou de bave de crapaud, le roi est droit et digne, mais pas forcément très rusé, le garde tempère le roi mais redoute ses colères, donc fait beaucoup de courbettes, tout en le conseillant, la magicienne est sûr d'elle et parle au roi d'égal à égal mais avec une voix plus douce et calme... Bref, si vraiment tu n'arrives pas à saisir la voix d'un personnage, hésite pas à essayer de le jouer, ça pourrait vraiment t'aider ! ;)
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
Aha je fais aussi l'actrice devant les enfants, mais je n'avais jamais songé à m'analyser ^^
Oui le coup de jouer le personnage quand il parle est aussi une bonne idée ! Je n'avais pas penser à la gestuelle !
Merci pour la richesse de tes commentaires, tu m'as beaucoup fait avancer !
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Tant mieux ! :) Je viendrai te lire à l'occasion, histoire de voir ce que tu écris et comment sont tes personnages ! ;)
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
Avec plaisir :) Pour l'instant mes personnages sont encore fades dans mes écrits, je vais devoir tout repasser à la loupe :O
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Courage, l'écriture passe par une phase d'imagination mais aussi de relecture ! ^^
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Hello, franchement avec le MBTI tu te casses un peu trop la tête, je trouve. Si tu es perdu, fais plutôt le test MBTI pour toi même de manière sincère (c'est toujours bon de s'auto analyser). D'ailleurs normalement il est payant, donc gare à ce que tu trouves gratos sur internet XD bref, tu le fais passer à toi et à des amis, c'est toujours rigolo et éclairant. Et tu verras comment ces traits de caractère sur papier deviennent plus "clairs" avec des exemples concrets parmi ton entourage.
Bon, pour l'expérience, c'est enrichissant :) pour tes personnages, je ne suis pas sûre :P c'est un peu too much pour pas grand chose, surtout s'ils n'ont pas encore un caractère défini.
Je dirais que tout simplement pose-toi les questions "pourquoi Machin agirait-il comme ça ?" un passé, un secret, un désir, bref autant de raisons qui nous "poussent" à faire des choses. Si tu te dis "je veux que X soit gentil et Y méchant" faut se demander pourquoi et jusqu'à quel degré. Tu veux le gentil bête et niais ou le gentil juste ou sage ? Le méchant bête et manichéen ou l'aigri, le narcissique, l'incompris. Tu vois la chose ? Je ne sais pas si je m'exprime bien :)
Une piste aussi consiste à bien penser toute la bio de ton personnage, même ce que tu ne vas jamais présenter ni exploiter, mais qui va te servir. Honnêtement que sa couleur préférée soit le rouge n'a aucun intérêt si tu ne vas pas au delà (aime-t-il le rouge car ça lui rappelle le sang ? ou au contraire, par la chaleur que cette couleur dégage ?). ça ne sert à rien de te dire qu'il a N frères et sœurs si tu n'exploites pas quelles étaient leurs relations. Bref, tu prends un fil et tu tires et tu tires et tu tires. Puis aussi ton personnage va se forger pendant l'écriture, il va dessiner lui-même son caractère, tu vas l'aider à s'affirmer en te posant ce genre de questions "pourquoi ferait-il cela". Bref c'est mon humble avis :)
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
Oh oui je me casse la tête, mais j'ai cherché dans tous les coins pour essayer de trouver une solution xD
J'ai la trace globale de chaque personnage si tu veux, (le méchant intelligent) mais je suis bloqué au niveau des réactions. Dans mon histoire, leurs réactions sont inconstantes et pas toujours logiques...
Je pensais qu'écrire l'histoire suffirait mais je vois que je tourne en rond. Alors je veux poser les choses pour ne pas passer un temps fou en réécriture, avant d'écrire la suite.
Je pense que ce qu'il me manque est la bio de mes personnages, c'est une piste que je vais devoir travailler. J'ai les idées importantes pour le récit, mais je sèche pour le reste --' Je sens que ça va me casser la tête aussi xD
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
La bio et les traits de caractère me semblent indispensables. Surtout tu dois décider que tel ou tel personnage "est comme ça" et t'y tenir :) même si les réactions paraissent étonnantes. On es tous différents, donc tant que ça reste cohérent ça tient. Une personne "carrée" trouvera de toute façon un personnage "pas carré" incohérent et invraisemblable, mais il "parlera" à d'autres. Par contre ce qui serait incohérent est que ton personnage "pas carré" devienne "carré" sans raison (on peut changer, pas fondamentalement, mais il faut un événement déclencheur). Je ne sais pas si je m'explique.
Si ça te casse trop la tête, concentre-toi uniquement sur les personnages principaux, limite-toi si tu en as "plusieurs".
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
Je vois tout à fait. Après j'ai eu deux évènements majeurs qui ont "changés" mes personnages ce qui a ajouté à la confusion déjà pas claire ^^
J'ai compris pour la bio, par contre je sèche toujours sur les traits de caractère. J'ai trouvé une liste de traits, mais je m'y perds complètement, il y a trop de choix je n'arrive pas à sélectionner.
Oui je vais déjà me concentrer sur Trent et Joyce.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Du peu que j'ai lu, j'ai eu du mal à cerner Trent, mais j'ai cru comprendre qu'il avait une maladie. Donc c'est plutôt là qu'il faut creuser. Au lieu de chercher des personnalités, fais une recherche au sujet de sa maladie (si j'ai vu juste). Par exemple, des fois on a des idées reçues sur la schizophrénie ou l'autisme. Fais une recherche et une fois que tu auras ces données en tête, demande-toi comment ton personnage vit sa maladie. Le sait-il ou pas ?
Pour le méchant, je ne connais pas, mais tu insistes trop sur son intelligence et je sens que là tu risques un écueil à force de dire "Machin est très intelligent" oui et alors ? Des faits, pas de paroles :) (il faut que le lecteur déduise de lui-même pas que l'auteur lui rabâche, car si tu ne donnes pas des preuves, le lecteur va être déçu).
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
Pour l'intelligence je sais exactement comment l'amener, par des actions qui ne trompent pas :)
Je commence à comprendre ce que tu veux dire... Je comprends vite mais faut m'expliquer longtemps. Tu vois, Trent n'est pas clair !
Disons que c'est une maladie "magique" alors ça me complique encore plus la tâche ! Mais je crois que j'ai compris : il faut que je me centre sur un fait du personnage (par exemple le fait que Trent prenne des médicaments) et que j'explore le pourquoi du comment, c'est à dire : comment réagit-il, quelles incidences sur sa vie quotidienne, sur son enfance etc.
Si j'exploite ça à Joyce, je peux prendre le fait d'être rouquine et enrobée, y'a-t-il eu des moqueries dans son enfance, comment ça a ébauché sa personnalité, etc.
Ah j'y suis presque, creuser encore un petit peu...
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
On y arrive :) ben voilà des pistes, d'ailleurs pour le personnage de Joyce, c'est THE prétexte (un peu trop cliché :P) pour un méchant. L'enfance est source de tous nos "traumatismes" disait Freud (en d'autres termes).
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
Merci beaucoup :) J'ai réussi à élaborer une personnalité à Joyce ! Me baser sur des faits pour développer la personnalité m'a beaucoup aidé !!
Accepterais-tu de la lire pour me donner ton avis ? (c'est brouillon et ça spoil l'histoire :o)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Avec plaisir, balance-moi le lien :) tu sais je suis immune au spoil :D
Image de profil de Ghost Hildly
Ghost Hildly
Je suis pas terrible avec les fiches personnages. J'en ai, mais elles sont partiellement remplies.
Ma méthode est proche de celle d'Ālغx | : j'invente des situations pour voir comme ces personnages réagissent.
Cependant, je ne prends pas des situations totalement au hasard, il faut qu'elles soient dans l'univers du roman. C'est ce que j'appelle des "hors sujet". Souvent c'est donc toute une série d'histoires courtes qui se déroulent avant le roman. Ainsi, j'apprends à les connaitre, et en plus j'étoffe mon univers. Ça donne aussi des anecdotes à raconter pour eux^^
La plupart de mes hors sujets sont écrits à partir d'un thème ou mot-clef choisi par un tiers.
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
Pareil pour moi, mes fiches personnages sont pas très utiles... Peux-tu me donner un exemple d'une de ces histoires courtes ? Donc c'est quelqu'un autour de toi qui te donne le thème où tu balances ton personnage ?
Image de profil de Ghost Hildly
Ghost Hildly
C'est ça. Avant les nanowrimo, je demande à des proches 5 à 10 mots. Ensuite, je me débrouille pour écrire une vingtaine/trentaine d'histoires avec ces mots. Ils peuvent m'aider à élargir l'univers (j'ai eu "pullover" une fois, alors j'ai raconté une histoire avec des gens sur une île pleine de moutons), où connaitre mes personnages :

Par exemple, j'ai eu le mot "cleptomane".
J'ai raconté l'histoire d'une de mes persos, qu'on connait adulte dans le roman, mais lorsqu'elle était enfant et vivait dans les rues.
Pour le mot "jalousie", c'est une conversation entre la mère de mon personnage principale, peu de temps avant qu'elle ne tombe enceinte de celle-ci, et une autre femme qui sera l'antagoniste du roman.
Résultat, je les faire interagir avec d'autres personnes, je travaille leurs passés, j'apprends à les "écrire" sans forcément faire de fiche.
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
J'ai une trame pour vérifier si je connais bien mon personnage, mais avant je le laisse vivre ;)

C'est-à-dire que j'y pense quand j'ai un creux. Je le regarde (je laisse faire le "naturel") dans des situations secondaires qui ne seront pas forcément écrites, et petit à petit sa personnalité se dessine. Un coup qu'elle lui est bien chevillée au corps, normalement c'est bon ;)
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
Accepterai-tu de me donner cette trame pour que je me créée la mienne ? Quelles situations secondaires ? Je pense que c'est ce qu'il me faut :o
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Des situations secondaires, comme par exemple manger, ce qu'il mange, comment il le mange, sa manière de se tenir à table, au petit déjeuner, lorsqu'il est invité, etc. Ou ses rapports avec sa mère, ou son père, leurs échanges sur de petits riens, etc.

Ma trame, elle est là :
https://www.atramenta.net/lire/laffiche-perso/69940
Elle avait été mise sur scribay fut un temps mais ça s'est perdu dans le temps ;)
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
Je vois pour les situations secondaires ce que tu veux dire...
Oh ta trame me fait peur, y'a trop de trucs là dedans !!! ^^"
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
La trame, c'est juste pour vérifier ;)
Image de profil de Oreleï
Oreleï
Marrant de croiser les discussions ;-)
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
fouineuse ! ^^
Image de profil de Oreleï
Oreleï
Ahahaha !
Même pas fait exprès ! Cela dit, merci pour ta trame, c'est intéressant.
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Sur le même profil, dans la même collection, il y a plein d'autres trucs intéressants, si ça "t'intéresse" ;)
Image de profil de Ainhoa
Ainhoa
Oh oh oh bien vu Oreleï
Image de profil de Oreleï
Oreleï
Yes, je vais regarder :)
Image de profil de Oreleï
Oreleï
Vis9vies "l'expérience Lorine"

C'est une réflexion que je me suis faite de nombreuses fois, ce fameux "savoir lire". Avec cette impression qu'une belle écriture, des images léchées, une pointe de lyrisme et un peu de vocabulaire permettent de passer outre le vide d'un texte ; que le lecteur rempli l'espace qui lui ai laissé par ce que lui souhaite y lire... Ou parfois, de passer outre l'abjecte d'un texte. J'ai le souvenir d'un poème immonde sur l'inceste que tous les lecteurs trouvaient magnifique et je me demandais si nous avions lu le même texte...

Il serait présomptueux d'affirmer que je ne serai pas tombée dans le piège Lorine. Cela dit, cette expérience pose vraiment question...
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Sur un autre site, j'ai vu une discussion au sujet d'un texte abordant la pédophilie par le point de vue du pédophile. Il y avait bagarre entre ceux qui défendaient l'écriture (c'était bien écrit, un peu dans le genre Nabokov) et ceux qui n'arrivaient pas à commenter et à juger de l'écrit, s'en tenant au sujet. Il y a un monde entre ces deux genres de lecteurs, et ce monde est vide, comme sans lien entre ses deux bords ;)
Image de profil de Oreleï
Oreleï
Dans l'exemple auquel je pense, ce n'est pas le fait d'apprécier ou non le texte qui m'avait posé problème, c'est surtout que 90% des lecteurs n'avaient pas vu le sujet du texte... Pour le reste, tant que l'œuvre est bien fictionnelle... J'ai le souvenir d'un poème nécrophile plutôt bien mené (pourtant, la nécrophilie, c'est vraiment dégueulasse !!) ;-)

Paige Eligia mes excuses pour les divagations et le squattage de post, je referme la parenthèse
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
Il n'y a pas de mal xD
Image de profil de Ālغx |
Ālغx |
Généralement j'imagine mon personnage dans pleins de situations différentes, dont certaines en dehors de son univers et je "regarde" comment il interagit. Agressif ? Taquin ? Enjôleur ? Et j'aime bien m'entraîner sur les gens que je croise dans les transports : qui sont-ils ? où vont-ils ? Quel est le ton de leur voix ? Leurs manies ? Ça crée des histoires sympas et surtout donne des tonnes d'idées pour des personnages de qualité.
J'utilise plutôt les fiches personnages pour noter mes observations plus que pour vraiment peindre le caractère de mon héros. Pour le coup c'est la partie suivante qui me pose des problèmes : réussir à retranscrire ce que j'imagine sur le papier... Bon courage !
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
Je comprends ta méthode, c'est intéressant. Quelles sont les situations que tu imagines ?
Image de profil de Ālغx |
Ālغx |
C'est difficile de répondre, je n'ai pas de scénarios fixes, mais j'essaye de faire un lien entre l'histoire que j'imagine et la scénette dans laquelle évolue le personnage. Gigi écrivait au-dessus de tirer, tirer, tirer sur un fil. C'est un peu l'idée, je sort mon héros de sa zone de confort (celle que j'imagine le plus facilement, mais qui ne permet pas de connaître son héros à fond) et je l'observe. Il faut simplement faire attention à ce que tes propres réactions ne se mêlent pas à celle de ton personnage.
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
La limite entre soi et son personnage est toujours mince et difficile à maintenir ^^ D'accord je vois comment tu fais.
Image de profil de Ālغx |
Ālغx |
Oui ! Je me rend de plus en plus compte que mes personnages sont finalement assez similaires et ne possèdent pas vraiment d'âme propre. L'exercice n'est pas facile :(
Image de profil de Paige Eligia
Paige Eligia
Oui c'est très difficile !!
0