Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Alban Michel

Quand on a fini d'écrire un roman...

par Alban Michel  il y a 9 mois

Après 3 années de travail acharné, j'ai enfin achevé l'écriture de ce roman... J'en ai rêvé de ce jour où je dirais "Ça y est, je peux enfin me reposer !"

Je laisse le texte reposer un mois, puis je passe à la relecture.

Ça fait 2 jours que je me "repose" et j'ai l'impression de devenir fou. Je travaille, je joue à la console et je regarde des séries, mais je m'ennuie profondément.

Vous pensez que je vais survivre à ce mois de repos et pas en finir en hôpital psychiatrique ? ^^

Image de profil de Rose_Noire
Rose_Noire
Oui , j'en suis sûre ,
tu dépasseras toutes les épreuves d'écrivain,
tu as apparemment survie face à la page blanche puisque tu as finis ton oeuvre,
tu peux faire face à tout et à n'importe que à présent,
Rappelle toi que si tu as réussis à mettre des mots sur tes idées pour en faire une oeuvre tu es capable de faire d'énormes choses,
Tu as été volontaire pour écrire, tu es un artiste à présent,
Personne ne t'y a obligé et pourtant tu l'as fait,
C'est un geste trés courageux d'oser ...
Et si tu t'inquiètes de finir à l’hôpital psychiatrique je suis sûre que tu t'inquiètes pour rien, tu affronteras malheur et bonheur, maladie et guérison ....
Image de profil de Alban Michel
Alban Michel
Merci beaucoup ! <3
Image de profil de Alsensei
Alsensei
Il y a toujours un sentiment de vide après tout gros travail achevé, la première grosse œuvre que j’ai achevée de ma vie c'était ma thèse, et une thèse elle s'écrit en un-deux voire trois ans, du coup grand soulagement de finir sur le moment, mais bizarrement après, un sentiment de vide m’empare. Car tout les jours du matin au soir j’y travaillai et que tout à coup je me retrouve à avoir fini, j’ai déprimé pendant deux mois alors qu’à la base j’avais hâte d’en finir pour prendre le diplôme. Et quand je parle de déprime je parle d’une grosse déprime. Alors les gens comprenaient pas car je suis censé être heureux d’avoir terminer, moi même au début je comprenais pas : p
Mais bon ça finit par passer, pour moi ça a était le fait de commencer à travailler, de mettre mon énergie dans un autre projet qui m’a sortit peu à peu de cette spirale, de garder mon esprit occupé tout le temps... l’homme a besoin de travailler, de but pour se sentir en vie : p
Image de profil de Lina_Dreamer
Lina_Dreamer
exactement mon état actuel.
Je viens de dire stop il y a quelque heures, ça fait 3 semaines que mon cerveau n'a pas arrêté de travailler comme une machine.
Projets, brevets examens, visite du ministre, pression des parents...
Tout repose sur mes épaules pour un projet "environnemental". Le buffet, les micros, les salles à louer, les invités, les lettres, gérer l'argent, préparer mon speech, aider les autres groupe, préparer mon groupe, tenues, maquillage, équipe artistique etc....
Et toute seule devant tout ça... Avec en plus les examens régionaux qui approchent, les compétitions... les concours...
J'me suis évanouie tellement j'étais sonnée, j'ai vite appelé mon père en sanglotant pour venir me chercher. J'ai loupé mon examen de technologie.
Cela fait maintenant 3 ans que je cherche ce qui me rend triste, pourquoi suis-je toujours en train de regarder dans le vide, pourquoi j'espère encore alors qu'il n' y a plus aucun espoir ? Pourquoi j'ai ce regard vitreux et sans vie ?
Et je me retrouve encore, à fixer mon plafond et à me demander où j'en suis dans cette vie, je n'aime plus trop le contact physique avec les gens, le bruit, la présence...

ça te passera, si tu joues aux jeux vidéos :p , perso, j'ai plus le moral à rien faire, je veux juste fermer les yeux et ne plus jamais revenir. Je ne me souviens même plus de la dernière fois où j'ai mangé XD
Image de profil de Alban Michel
Alban Michel
Oulah, on appelle ça une dépression je crois. Fais pas de bêtises hein ?
Image de profil de Alsensei
Alsensei
Lina c’est une dépression, je suis pas psychologue mais si j’en étais un, à en juger tes paroles, je te dirai que tu as tendance à vouloir que tout soit parfait et que tu as l’impression de devoir tout faire toi même pour en être sure (ce qui exprime un besoin de reconnaissance et/ou de manque d’amour ), mais à force d’accumuler tu n’y arrives pas puis le burn out...et tu rentres dans une spirale où tu ressasses tes échecs, avec sa la victimisation prend place et tu te sens bonne à rien...bref je te conseil du repos, relativises un peu, dédramatises certains échecs, et organise des activités de détente entres amis/famille, tu te sentiras mieux, dit toi qu’il y a des enfants qui perdent leur parents, des parents qui perdent leur enfants tout les jours mais qui ne se laissent pas abattre, alors pourquoi se laisser abattre par un examen de technologie ou autres? Bonne chance ; )
Image de profil de Lina_Dreamer
Lina_Dreamer
Alban Michel une grosse dépression même, tkt pas, j'reste forte ;)
Image de profil de GEO
GEO
Bonjour,
je crois qu'il en va ainsi de chaque projet que l'on entreprend, qu'ils soient professionnels ou personnel, la fin d'un projet, c'est l'expérience d'un grand vide, c'est normal à mon sens, on s'investit dans des actions pendant des mois, on fait ce qu'on peut pour le meilleur résultat possible et voilà qu'un jour, on doit lâcher l'affaire, car elle est terminée.

C'est une petite déprime qui passe dès lors qu'un autre projet arrive, elle est normale.
A+
GEO
Image de profil de R. F. Castel
R. F. Castel
Haha ! Les hôpitaux psychiatriques risquent de se retrouver très vite submergés dans ce cas !

Plus sérieusement ! Depuis le temps que je suis sur ma saga, j'ai dû en faire des pauses pour ne pas faire de burn-out (si si, à écrire, corriger, relire, recorriger, retoucher, relire, recommencer et re-recommencer 22h/24, 365 jours par ans, ont finit complètement chèvre et le moindre rien porte sur les nerfs, avant qu'on comprenne qu'il faut lâché du lest). Le hic, c'est que ça va plus ou moins bien le premier jour. Le second aussi, parfois. Et arrivé au bout du troisième, on commence à ressentir le manque. Les muscles se crispent, les méninges s'agitent et les dents grincent.

Pour ma part, j'ai jamais tenu plus de deux jours et demi, alors que je me suis à chaque fois fixé qu'une toute petite semaine de rien du tout. Même sortir mes chiens ou faire mes courses me stress, lorsque je me remémore tout ce qu'il me reste encore à faire. Je ne suis pas sûr que je puisse parler de déprime, mais d'un manque certain, c'est incontestable.
Je ne me souviens plus qui a dit que la lecture était une drogue. Mais je le confirme ! Et j'atteste que même écrire nous rend rapidement accro.
Image de profil de Alban Michel
Alban Michel
Ah ouais 22H/24 c'est pas mal. :D

Du coup, je me suis juste permis de noter quelques idées dans le plan, mais j'ai pas touché au fichier word du récit. :D
Image de profil de R. F. Castel
R. F. Castel
De noter les idées, c'est important je pense. Cela permet aussi de ne pas se déconnecter complètement, au risque de ressentir ce sentiment de "Far niente" qui pèse sur la conscience. De plus, si pour ce faire, on peut éviter les fichiers d'origines tels que Word, c'est tout bénéf. Surtout qu'une fois qu'on se replonge dans les retouches, on n'en décroche plus et ça devient le cercle vicieux qui use le morale et apporte très vite son "ras le bol général". ;-)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Si, si. Il y a bien une petite période de dépression post-écriture, mais finalement elle est nécessaire pour prendre du recul sur ton texte et le retravailler par la suite "à froid". Il sert aussi à reposer les neurones pour mieux relancer la machine. C'est bien de faire autre chose, carrément à l'opposé. Comme on te l'a déjà si justement proposé : fais autre chose, si possible éloignée avec l'écriture (ou si tu as des idées, écris-les). Mais faire autre activité est super aussi, si possible quelque chose qui nécessite un peu plus d'énergie que de regarder la télé ou jouer à la console :)
Image de profil de Alban Michel
Alban Michel
Je vais aller courir. :D
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
Je te comprends parfaitement!
Ça m'arrive aussi, surtout quand je tue un perso, il me faut bien deux jours pour m'en remettre et reprendre l'écriture. De plus j'ai la forte tendance à m'attacher particulièrement à ceux que je destine à mourir, une horreur! Parfois même; je pleurs pendant l'écriture de leur décès!
Un truc que ma mère ne comprends pas.
Image de profil de Charlotte Miller
Charlotte Miller
Je me sens moins seule en lisant ces lignes ♥
Image de profil de R. F. Castel
R. F. Castel
La sensation que tu éprouves en te démettant de l'un de tes protagonistes, est tout à fait justifiée, même si les personnes de ton entourage ne le comprennent pas.

Qu'ils soient héros, gentils, méchants, en second plan ou même simples passants, ce sont des personnages que l'auteur a conçu et façonné à sa convenance. Ce sont des individus "vrais". Pas dans la réalité, il en va de soi ! Mais ils sont vrai dans l'esprit de l'auteur. Et forcément que lorsque l'un d'eux meurt, c'est une partie de son concepteur qui meurt avec lui.

N'est-ce pas, d'ailleurs, ce que l'on cherche à transmettre aux lecteurs ? Cette perception des faits qui nous anime, lorsqu'on couche nos histoires sur papier ou sur un banal écran d'ordinateur.
Image de profil de Ihriae
Ihriae
C'est une phase tout à fait normale - que ce ceux qui ont écrit une thèse, notamment (mais pas que, ou qu'eux) connaissent bien - Et généralement, on leur conseille de trouver une activité nouvelle dans laquelle ils s'investiront le temps de trouver d'autres sujets d'articles, un poste... ou de reprendre leur travail à tête reposée.

C'est aussi une phase normale que tu peux mettre à profit en lisant, en regardant des séries, ou d'autres choses, comme tu le fais déjà, et où tu peux prendre des notes qui t'aideront dans ta réécriture ou nourriront tes prochains écrits.

C'est peut-être aussi une forme d'instinct qui te dit : "OK. J'ai terminé d'écrire mes 3 tomes, mais j'ai encore des choses à dire sur le sujet". À toi de voir si cela concerne bien ta trilogie, si c'est à y intégrer, ou s'il s'agit d'histoires concernant ta trilogie sans en être une suite directe ou / et avec les mêmes personnages, et donc si tu dois préparer et écrire un tome 4, ou bien un "one-shot", ou encore une nouvelle trilogie (un préquel, une histoire parallèle, ...).

Bref, pas d'inquiétude. Tu ne devrais pas terminer en psychiatrie. En plus, nous sommes à une période particulière de l'année. Bouge-toi de chez toi, va respirer l'ambiance, les lumières, les couleurs, le temps ou encore observer l'humeur des gens (tellement variable, actuellement, d'une personne à une autre)... pour mieux les réutiliser dans tes écrits, quel que soit le genre que tu affectionnes.
Image de profil de Alban Michel
Alban Michel
Ouais, je vais aller en soirées. :D
Image de profil de Maddymoon Rhodian
Maddymoon Rhodian
Je me suis dit la même chose quand j'ai posé le point final de mon 3ème tome. "Enfin, fini maintenant une pause de deux semaines, un mois..."
J'ai lu plusieurs autres textes sur scribay, regardé des séries... mais au bout de même pas une semaine, je me suis dit je peux pas laisser cette histoire dans cet état, il faut que je la réécrive... alors un mois, je sais pas trop ^^' J'espère que tu en sortiras indemne!
Image de profil de Alban Michel
Alban Michel
Merci ! :D
0