Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Anthère

La tolérance au lore

par Anthère  il y a 11 mois

Bien le bonjour,

pour les nombreux qui ne me connaissent pas, j'écris sur un univers assez borderline. Du coup pour rôder le lecteur sur les contextes est assez compliqué : il faut qu'il comprenne vite des choses pas communes dès le début de l'histoire.

Bref, cela veut donc dire que je dois passer par la case : scène avec des personnages qui balancent du lore de façon énervée (en gardant quand même minimum de finesse cela va de soi). Or, j'ai toujours peur d'emmerder le lecteur avec ces manoeuvres complexes, car en bientôt cinq ans d'écriture, je n'ai jamais eu vraiment de retour sur ce point là.

Je ne sais pas si le dosage est correct, s'il y a une réelle compréhension de l'univers, ou qu'au contraire le lecteur est gavé et plus rien ne veut dire quelque chose. C'est comme si j'avançait à l'aveuglette, et ça, ça commence à m'emmerder.

C'est pourquoi je vous demande : quelle est votre tolérance au lore donné de façon subtile (par le biais de dialogues ou détails glissés par-ci par là #pasTolkien) quand vous lisez un bouquin ? À partir de quand êtes vous gavé ? Voilà je veux savoir votre point de vue sur le dosage du lore dans un univers complexe (j'insiste sur le complexe car là est toute la difficulté).

Je vous remercie de votre réponse.

Cordialement,

un type perdu.

Image de profil de Le Rat
Le Rat
Je suis en amour des lores. Ce sont des mondes entiers que l'ont crée, comment ne pas aimer ces puits de rêves et de songes qui sont au paroxysme de l'imagination? Il y a deux façon de présenter son monde et son lore qui permet au lecteur de s'y intéresser.

La première solution est de faire en sorte que le lecteur s'y intéresse et le lecteur s’intéresse à se que le personnage trouve intéressant. En créant des personnages passionnés, on peut passionné le lecteur.

La deuxième solution est de mêler les explications à l'histoire, que chaque pièce de lore qui soit dite porte en son sein un détail qui avance l'histoire et le personnages. En vérité, il faut que chaque scène avance l'histoire ou les personnages. Le lore est un background, il ne faut pas dédier des ressources au lore sans que celle-ci apporte quelque-chose au récit ou à la charactérisation.
Image de profil de Charlotte Miller
Charlotte Miller
cette deuxième solution n'est pas évidente à mettre en place mais c'est celle que j'ai choisie. Encore que je caresse parfois l'idée d'écrire une encyclopédie au sujet du monde de mon "invention".
Je mets invention entre guillemet parce que je n'ai fait qu'acomoder des idées déjà existantes entre elles.
Image de profil de Le Rat
Le Rat
L'encyclopédie est ma voie personnelle. Mais le monde que je présente dedans ne va apparaître au grand public sous forme narrative avant un bon bout de temps. Mon encyclopédie s'appelle "l'Adal-Mann Evemio, un survol du continent d'Evemio". Tu peux t'en inspirer si tu veux.
Image de profil de Lux Atrée
Lux Atrée
Si j’interprète correctement ce que veut dire lore ....
Et bien je déteste ça !!
Quand je lis, je n’ai pas du tout envie de me coltiner un truc complexe.
J'aime bien Tolkien par exemple, mais ses descriptions peuvent devenir absolument indigestes, j'ai par exemple laissé tomber la lecture du Silmarillion : c'est beaucoup trop chiant (sans compter que j'aime bien la fantasy, mais quand l'action prend le dessus sur la partie ésotérique que je ne subis qu’à regret pour pouvoir suivre l’histoire).
Exemple de ce qui est pour moi un univers facile à appréhender et où tout coule de source : l’univers de Conan par Howard.
Quand je veux lire un truc facile et bien écrit (et oui, Robert E. Howard a un super style), qui permet de s’évader facilement, je re re re re re re lis un Conan …

Écrire cette réponse m’a donné envie de chercher un nouveau truc à lire de Howard … le roi Kull, Bran Mak Morn, ou Solomon kane ...
Image de profil de LeK
LeK
Je suis horriblement peu tolérant, et c'est sans doute pour ça que j'ai du mal avec la Fantasy. Je vois le truc comme un jeu vidéo : je m'en fout de lire le manuel de règle avec histoire-géographie inclus (coucou le Seigneur des Anneaux). A l'inverse, du Lore distillé au fur et à mesure du récit ne me pose pas problème. Faut juste penser à mettre directement après un "exercice pratique", une application dans l'histoire.
Image de profil de Castor
Castor
Je vois cela comme un papier cadeau, ça brille, ça attire. mais le plus important c'est ce qu'il y a dedans : l'histoire, les émotions etc… Plus il y a de papier cadeau, plus on perd de temps à l'ouvrir et moins on profite de ce qu'il y a dedans.
Image de profil de Anthère
Anthère
Bonne métaphore, le mieux c'est d'en mettre quand même, mais avec des ouvertures faciles.
Image de profil de pseudonyme "AliLuz" seul
pseudonyme "AliLuz" seul
Exellente métaphore * pousse en l'air* Mais tu as entièrement raison.
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
De mon côté j'aime l'exposition quand c'est bien équilibré et que ça ne prend pas trop de place. En Fantasy, c'est commun de passer un peu de temps à décrire certaines choses, idem pour la science-fiction. Mais bon, plus le temps passe et plus les nouvelles générations préfèrent actions / dialogues > descriptions. Du coup j'essaie d'écrire mes textes de sorte à ce que j'ai 80% d'actions et de dialogues et 20% d'expositions. Le plus souvent, c'est mieux de mettre ce genre de détails dans des dialogues ou bien des découvertes des personnages principaux, soit dans une bibliothèque ou bien dans une salle des archives, etc.
Image de profil de Anthère
Anthère
Yep j'utilise les mêmes procédés, je balance jamais de grosses descriptions à la dure, ça n'a plus trop de sens.
Image de profil de Aulos
Aulos
Ça ne va pas trop t’aider, mais je pense que ça dépend de la manière et de la quantité de lore que tu balances à chaque fois ET du lecteur. Certains adorent les longues descriptions et d'autres décrochent rapidement.

Une solution pour gagner en flexibilité est peut être de créer des annexes, c'est-à-dire des "chapitres" documentaires qui détaillent le lore, mais que le lecteur n'est pas obligé de lire. Tolkien l'a fait bien sûr, mais des auteurs plus récents aussi, comme Frank Herbert (Dune) ou Lian Hearn (le clan des Otori).
Image de profil de Anthère
Anthère
Justement, ça peut m'aider. Tu viens de me filer une idée de secours au cas où. Bien joué.
Image de profil de Aulos
Aulos
Eh bien de rien ;)
Image de profil de philippemoi
philippemoi
c koi un lore???
Image de profil de Anthère
Anthère
C'est le terme utilisé pour définir les informations/histoires sur un univers, tout ce qui se trouve autour de la trame principale (en gros)
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
J'emploie surtout le terme exposition en français, mais c'est ça.
Image de profil de Charlotte Miller
Charlotte Miller
je pense que le mieux est de faire comme on le sent (huhu). Je me suis posée cette question des mois avant de commencer à écrire véritablement mais quand j'ai avancé mes doigts sur le clavier, j'ai fait de mon mieux.
Pour le premier jet, je saisi tout ce qui me vient comme ça me vient, mais je sais que je vais devoir supprimer pas mal de détails géographiques ou historiques car ils ne sont pas utiles à mon histoire, au final. Une fois que j'ai réalisé ça, je me suis sentie libérée sur le sujet.
Image de profil de Anthère
Anthère
Ouais, chacun à sa façon de faire.
Mais toi, c'est quoi ta tolérance ? À partir de quand t'es gavée dans une lecture ? Je veux savoir.
Image de profil de Charlotte Miller
Charlotte Miller
je ne suis jamais gavée, je crois. je lis des livres de JDR qui ne traitent que de lore alors heu... je suis hors concours :p
Image de profil de Cléo Didée
Cléo Didée
Arf, difficile à dire pour ma part. Ça dépend énormément de la quantité balancée, comment c'est fait et surtout des données totalement nouvelles. C'est plus simple quand les informations utilisent des termes et des entités dont je connais les représentations (elfes, voleurs, confréries, etc.) que quand il y a des entités et des termes inventés.
Plus tu as de mots ou de concepts originaux, plus il faut les dispenser avec modération. Inclure le terme une première fois, proposer un début d'explication et développer plus tard.
L'idéal est encore de faire lire ton texte en demandant un retour sur ce point spécifique. As-tu été sur la bourse aux relectures ? https://www.scribay.com/talks/18704/bourse-aux-relectures---octobre-2019
Image de profil de Anthère
Anthère
Ouais en effet, le dosage sera compliqué pour ce que je vais balancer.
Je prend note de ta tolérance.

Et pour ce qui est de la bourse aux relectures, je l'ai beaucoup utilisé par le passé. Les retours étaient intéressants, mais la plupart faisaient du hors sujet sur mes attentes et se contentaient d'annoter bêtement en voulant réécrire à leur style.
Image de profil de Cléo Didée
Cléo Didée
Ouais, c'est délicat, chaque relecteur aura sa sensibilité et son opinion, il faut là aussi trouver l'équilibre ^^
Tu veux que je jette un œil en ne regardant QUE ma compréhension de l'univers et le dosage de lore ?
Image de profil de Anthère
Anthère
Je ne peux accepter de l'aide gratuite. Tu voudrais quoi toi en retour ?
Image de profil de Cléo Didée
Cléo Didée
J'ai justement des interrogations proches des tiennes au sujet d'un de mes romans. Bien qu'ayant deux relecteurs dessus, on peut faire un échange : chacun jette un œil et se concentre sur la présentation du lore et les idées pour le diffuser.
Image de profil de Anthère
Anthère
Ça marche. Je suis en pleine réécriture, laisse moi quelques jours histoire de tout mettre en ordre et je te recontacterai en mp.
0