Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Lynhésis

Vos personnages sont définis avant ou pendant l'écriture ?

par Lynhésis  il y a 2 mois

Une question qui me trotte dans la tête depuis quelques temps...

Quand je démarre un chapitre de mon histoire avec un nouveau personnage, je connais grosso modo sa personnalité et je sais quelle évolution je veux lui faire prendre au fil de l'histoire. Mais je me rends compte que je butte souvent sur des détails car je n'arrive pas à définir précisemment sa personnalité avant de commencer à écrire sur lui.

Les idées me viennent au cours de l'écriture, mais je suis constamment obligée de revenir en arrière car je passe mon temps à rajouter des détails.

Sans changer radicalement la trame de l'histoire, ça me ralenti quand même pas mal ^^

Du coup ma question est la suivante : quand vous écrivez, est-ce que vos personnages sont déjà définis où est-ce que, de la même façon, les idées vous viennent au fur et à mesure ?

Image de profil de Kae Morrigan
Kae Morrigan
En règle générale, mes personnages ont déjà un caractère de base et, au fil de l’histoire, des idées me viennent et ça me permet de nuancer et affiner la personnalité, puis de la faire évoluer au fil des évènements. Mais la base est là.
C’est rare qu’un personnage m’échappe complètement et soit tout l’inverse de mon idée de base, mais ça m’est arrivé et ce n’est pas si déplaisant, ça fait une bonne surprise. :)
Image de profil de Cornedor
Cornedor
C'est toujours inconscient, chez moi xD Le perso se construit au fur et à mesure, ou plutôt non, il est construit dans ma tête et il réagit à sa manière quand je le mets en situation dans l'histoire... Donc je n'ai pas trop d'efforts à fournir, limite il réagit tout seul !
À partir du moment où je commence à imaginer une histoire, avec tel et tel personnage, leurs caractères s'imposent d'eux-mêmes, je les imagine en situation, etc, du coup quand je passe à l'écriture bah ils sont déjà prêts, je les connais assez bien pour savoir direct ce qu'ils font, comment ils pensent, ce qu'ils ressentent...

En fait, les rares fois où j'ai fait des fiches personnages, c'était :
1) parce que je perdais le goût d'écrire l'histoire et que je galérais à adhérer à mes personnages (donc je cherchais à leur rajouter de l'intérêt, des caractéristiques, mais au final ça servait à rien vu que j'arrivais pas à les envisager autrement, la fiche ne changeait rien) xD

2) parce que j'avais envie de faire bien, de travailler "sérieusement" (mais en fait mes persos étaient déjà conçus dans ma tête, donc le fait d'écrire en toutes lettres ne m'a strictement rien apporté)
Image de profil de Kiran Syrova
Kiran Syrova
Bonjour.
Pour ma part, j'écris sans fiche, sans plan. En fait, j'irai même au plus simple : j'écris sans rien. Juste l'inspiration du moment. La personnalité de mes protagonistes s'impose d'elle-même. Il arrive d'ailleurs que les choix de mes personnages m'amènent dans des situations complexes que je n'avais pas prévue. C'est d'autant plus amusant et frustrant, car lors d'un blocage, cela peut durer quelques jours afin de le surmonter ou de trouver une échappatoire.
J'ai récemment essayé de faire une fiche personnage pour Elise Rivera, la nécromante de mon roman, néanmoins, j'ai abandonné en cours de chemin. Je n'en voyais pas l'utilité avec ma façon d'écrire spontanée.
Image de profil de Eris
Eris
J'avais lu un article sur un blog qui conseillait d'écrire des fiches personnages avant de commencer. De faire s'il faut 50 pages qui devaient contenir tout, habitude du matin au soir etc.
J'ai fait ça avant de me lancer dans mon écriture puis au fur a mesure j'ai perdu les feuilles (je taff sur papier en 1er) du coup je me suis mis a improviser complètement quand j'ai du introduire un nouveau personnage x).
La pour mon roman, jintroduit les personnages au fur et à mesure sans vraiment me soucier, je me dis que leur personnalité viendra le moment venu ^^.
Je pense que finalement ça dépend beaucoup de comment on travail. Il y a des personnes qui improvisent beaucoup et d'autres qui sont hyper méticuleux, franchement fait comme tu le sens, comme tu préfères l'important c'est de pas trop s'embrouiller l'esprit.
Image de profil de phillechat
phillechat
Il y a un schéma général et puis tout s'affine avec le temps.
Pour une écriture à trois, l'interaction est essentielle :
https://www.scribay.com/text/312540929/trois-mains-et-deux-destins-
Image de profil de Le Kanidé
Le Kanidé
Pour ma part j'ai mon idée de personnage et je la développe au fur et à mesure.
Par exemple mon héro au début est joyeux mais suite à un événement il devient dépressif. Là ensuite je travaille sur sa phase de reconstruction pour lui donner une personnalité plus mature etc. En fait si tu veux changer la personnalité d'un personnage créer un événement qui fera en sorte qu'il change ^^
Image de profil de Ihriae
Ihriae
Pour L'Origine de nos peurs, il y a d'abord eu un synopsis, c'est-à-dire un récit de 10 à 15 lignes évoquant les principaux protagonistes (will, Esmelia / Mead', Baal, Circé, les "Rheya", 'Cian et Venn). Ensuite, j'ai développé ces personnages (physique, traits de caractères, capacités, particularités...). Cela m'a aidé à étoffer mon récit, notamment en fonction de ce que peut faire ou ne pas faire /dire tel ou tel personnage. Cela m'a obligé, plus d'une fois, à chercher de nouvelles situations et, parfois, à créer d'autres personnages qui aideront ou s'opposeront aux premiers personnages. Certains de ces nouveaux personnages ont été développés pour des intrigues secondaires (Reyloo /Insigo / S8 - Seight, Eric Curtis, Halley Larson, Cassius Jameson...). J'ai fait des petites fiches moins détaillées que les premières (surtout par manque de temps). Il est aussi arrivé qu'un personnage me "surprenne" et prenne de l'importance au travers d'une intrigue secondaire (Lafferty, Teutatès).

Pour Les Larmes de Cassandre, j'ai créé les personnages en premier. Sachedieu existe déjà dans d'autres récits (thrillers horrifiques et fantastiques, non publiés), mais les autres personnages ont été imaginés à partir de connaissances, de rencontres, ou encore de photographies... : cela a été un point de départ. Ensuite, en les développant beaucoup plus largement, les récits sont nés. Parfois une simple idée, parfois quelque chose de beaucoup plus développé.

Pour L'OdP comme pour Les LdC, il y a un autre facteur important qui intervient aussi bien dans la création des personnages que des récits : la musique. Qu'elle soit classique, ethnique, de BOF ou encore variété, elle peut m'inspirer des personnages, ou des bouts d'intrigues secondaires.
Image de profil de Lynhésis
Lynhésis
C'est vrai que la musique m'aide beaucoup. Elle m'aide à trouver le rythme et l'ambiance de certaines scènes. Mais quand j'y pense, je pourrais effectivement associer une musique à chacun de mes perso. Merci pour ton retour en tout cas
Image de profil de Ihriae
Ihriae
Merci à toi pour ce joli sujet.
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Je me retrouve tout à fait dans tes propos... sauf que moi ça dépend pas mal de mes histoires. ^^ Avec certaines que j'ai écris d'un coup, mes personnages se sont définis eux-mêmes au fil de l'écriture, je les voyais, je les entendais en écrivant les mots et je savais d'instinct quelle réplique ils allaient sortir, ce qu'ils allaient faire, car ils affirmaient dès leur apparition leurs personnalités. (Au cour de cette histoire, j'ai inséré un paquet de persos que je n'avais pas du tout l'intention d'insérer ou même penser imaginer, ils se sont simplement imposés d'eux-mêmes à tel ou tel moment du récit). Pour d'autres histoires, en revanche, c'est une autre paire de manches... j'ai dû faire des fiches personnages (souvent incomplètes car ça me casse un peu les boules de neige de les écrire), en essayant de détailler leur caractère, leur physique, leurs défauts et leur passé... Franchement, ça ne m'a pas apporté grand-chose. Prévoir l'histoire dans son intégralité, ça n'est pas une bonne solution d'après moi. D'une parce que je trouve qu'on perd un peu le plaisir de l'écriture, de découvrir notre propre histoire, d'être surpris par les directions qu'elle prend sans désespérer car ça ne rentre pas dans le cadre minutieusement préparé qu'on avait fait. De deux, les personnages doivent avant tout être incarnés, vivre à travers nos mots, alors prévoir tout en amont, avant même de commencer d'écrire le récit proprement dit, connaître tout de leur évolution, ce n'est pas tellement possible et ça amènera de toute façon à des modifications plus ou moins importantes.
Après, rien n'empêche de noter deux, trois idées sur un personnage, d'écrire de petits textes sur lui pourquoi pas pour voir comment il réagit, avant de le lancer dans le récit. :) Je trouve aussi que la voix du personnage, sa manière de s'exprimer en dit beaucoup sur lui. Dans mon premier roman (écrit à l'instinct ^^), je reconnaissais direct mes persos à leur façon de parler, j'ai même mis en place des polices d'écriture différentes pour certains personnages (les vents en gras car ils parlent fort, les pierres en italique et espacé car elles parlent lentement et doucement, les brises en italique serré car elles pépient et déballent tout d'un coup en chuchotant). J'avais aussi un lutin qui parlait plus comme un enfant, un djinn grognon qui avait plus le vocabulaire d'un adolescent, une sorcière farfelue aux expressions colorées (genre "par la barbe de Merlin, il est plus sourd qu'une pomme de pin !"), des elfes qui parlent par énigme... Tout cela rend les personnages uniques et reconnaissables pour les lecteurs, car si les persos se révèlent par leurs actions, ils se révèlent d'autant plus dans les dialogues. Un personnage coléreux aura tendance à crier facilement et à s'irriter d'un rien, un personnage timide répondra plus par petites phrases courtes ou juste par signe de tête ou bien en bégayant. Le niveau de langage renseigne aussi sur l'éducation du perso (un roi ne va pas parler comme un voleur né dans les bas-fonds, de même un elfe n'aura sans doute pas le même vocabulaire qu'un dragon ou qu'une sirène). C'est vraiment quand mes personnages parlent et échangent entre eux que je sais qui ils sont et qu'ils m'apparaissent le plus clairement. Pour rendre la voix de ton perso unique, il y a plein d'astuces, comme changer la police d'écriture pour rendre visible le changement de voix de perso, des expressions qui reviennent (tel que "en fait", "du coup", "que diable !", "nom d'un perroquet déplumé !", "par le papier Q du Grand Majiloukou !"), une façon de parler marquée (comme un zozotement, un bégaiement, des temps d'arrêt réguliers, des "euh" répétés, mal conjuguer les verbes ou mal coordonner les personnes (comme les étrangers qui parlent français ou tout étranger parlant une autre langue que la sienne et qui fait des fautes de langage qui ne gêne pas la compréhension mais qui ne sont pas non plus correctes d'un point de vue grammatical "tu voudrons manger", "Moi souhaiter voir toi"...), une tendance à rouler les rrr ou à ne pas dire certaines lettres, une gestuelle qui revient selon certaines situations (se gratter la tête en parlant quand le perso est gêné par exemple). Tu peux aussi te faire une liste de synonymes du verbe "dire" (ou en trouver une sur internet ^^) et attribuer plusieurs de ces synonymes à un personnage, pour cibler un peu sa manière de parler (exemple, un perso qui n'a pas l'habitude de parler en public aura sans doute plus tendance à soupirer, murmurer, souffler, chuchoter, bredouiller, s'interrompre, hésiter, alors qu'un perso qui serait un bon orateur aurait plus tendance à s'exclamer, déclarer, charmer, annoncer, affirmer, emballer, proclamer, décider, marquer un temps de pose au moment propice etc.) :) Je pense vraiment que la voix du personnage est l'une des clefs qui permet le mieux de le comprendre, de le cerner et donc, pour un auteur, de le faire vivre sans revenir sans cesse pour corriger des traits de sa personnalité que l'on avait loupé dans les premiers chapitres :) Même si, de toute façon, quand ton premier jet sera écrit, normalement tu procéderas à une longue phase de correction, donc peut-être, au lieu de revenir sans cesse en arrière, continuer d'écrire en notant dans un coin qu'il faut que tu revois ça à tel et tel chapitre et n'y revenir effectivement que dans la phase de correction :)
Image de profil de Lynhésis
Lynhésis
La liste de modifs à faire sur tel ou tel chapitre, je l'ai en effet. Au début je revenais systématiquement sur mes chapitres, mais j'ai finis par comprendre qu'il fallait que j'avance car de toutes façons même si je fais des modifs, j'y reviendrais pour d'autres raisons plus tard. J'aime beaucoup ton idée de liste de verbe attribuée aux perso. Je pensais justement profiter des vacances pour faire des "fiches personnages" en répertoriant leur description et caractéristiques que j'ai déjà défini (histoire de ne pas me contredire par la suite). Mais ce sont effectivement des fiches qui vont évoluer constamment. Merci pour ta réponse en tout cas.
Image de profil de Maï Maï
Maï Maï
Alors là, tu touches du doigt un sujet qui m’intéresse ! J'ai le même problème que toi, à savoir que mes personnage évoluent avec mon histoire. Et effectivement, il m'arrive fréquemment de devoir revenir en arrière pour réajuster quelques détails... et ça me freine aussi ! Rassure toi, tu n'es pas le/la seul(e) =)

En même temps, il me semble normal de faire grandir et évoluer les personnages en même temps que le récit. Difficile de cerner totalement une personnalité tant qu'on ne l'a pas confronté à diverses situations... Sauf si tout, absolument tout, est écrit à l'avance dans l'esprit de l'auteur. Ce qui me parait quand même très improbable.
Image de profil de Lynhésis
Lynhésis
Oui c'est sûr que c'est inévitable de toutes façons. Après je suppose qu'il n'y a pas une bonne méthode à appliquer. Le principal étant de trouver la manière d'avancer qui nous convient.
Image de profil de Vireluba
Vireluba
J'avoue qu'à part leur prénom et leur "genre" car j'écris du fantastique, je ne connais rien d'eux, cela vient comme j'écris mais j'essaie de noter la description et le caractère au fur et à mesure car sinon je me perds.
Après, je pense que ce n'est pas du tout la bonne approche, je crois qu'il est préférable d'avoir une base, peut-être de dessiner tes personnages si tu sais dessiner ou de définir bien avant l'écriture.
Perso, je n'y arrive absolument pas ^^
Image de profil de Lynhésis
Lynhésis
Pour le dessin, j'en fais pas mal par moment, du coup j'essaie effectivement de représenter mes perso. Mais je ne suis jamais satisfaite du résultat XD
Image de profil de Daegann
Daegann
Sans être fermer à toute évolution au cours de l'écriture, amha il faut un minimum préparer tes personnages à l'avance, au moins pour les principaux. Déjà parce que ça apportera de la richesse dès le début et puis ça apportera une constance.
Autrement ce serait comme voir une BD ou sur les première page on a de simple croquis avec des personnages pas très détaillé et sur les dernière page, le trait est plus précis et la character design à évolué. Si on avait ça, on trouverais ça pas terrible, on se dirais que l'illustrateur à tout improviser et n'a pas fait son boulot préparatoire, c'est pas pro et ça se ressent.
La parallèle est le même : si on veut juste se faire plaisir, why not. Mais faut se dire que ça risque de se voir. Qu'en travaillant en amont, déjà on peut prendre plaisir à le faire (perso c'est ma phase préféré), ça peut nous donner envie d'utiliser le perso en question, et puis dès les première lignes on sera plus à l'aise.

Après faut pas être bloquer. Il y a des chose prédéfini qu'on utilisera finalement pas, de nouvelles apparaîtrons, mais les grandes lignes et certains détails seront bien là.

Si tu bloque sur cette phase il y a plein de petite astuce plus ou moins accessible. Répondre à des questionnaires plus ou moins long comme si le personnage y répondait, ça aide à mieux le connaitre et à débroussailler sa façon de parler. Tu peux aussi là jouer très minimaliste en ne listant 3 traits de caractère marquant, trois spécialité et deux ou trois défauts / incompétences ainsi que quelques expression type : quel est son juron favoris, à-t-il un tic de language ? ce genre de chose tout bête peut permettre de mieux personnifier le personnage et le distinguer des autres.

En tout cas le travail en amont n'a pas forcément besoin d'être hyper exhaustif, juste suffisant pour poser le personnage sans avoir à revenir continuellement dessus au fil de l'écriture et sans qu'il ne soit trop fade au début de l'histoire (le début, c'est les premières impression, c'est super important !)
Image de profil de DLD
DLD
Les personnages sont tous différents. Il y a ceux qui vont obéir sagement à ta plume et d’autres, tu ne sais pas pourquoi, qui vont n’en faire qu’à leur tête.
Comme dit ma mère « faites des personnages tiens ! Il ne vous en seront jamais reconnaissants »
Et comme lui répond ma tante : « on n’accouche pas de personnages pour soi mais pour eux-mêmes et pour ceux qu’ils vont rencontrer un jour. »
Le lecteur donc.

Te bile pas trop. Avance dans ton récit. Tu peaufineras aux relectures successives.
Image de profil de GEO
GEO
Bonjour,
A chaque fois que je n'ai pas défini un personnage à l'avance, je me suis retrouvé à devoir rattraper le coup en cours de rédaction.
Désormais je prend plaisir à définir mes personnage lors de la préparation en me donnant la liberté de les revoir au fur et à mesure de la conception puis de la rédaction.
A+
GEO
Image de profil de PM34
PM34
En général je m'invente des personnages pour une histoire, et leurs personnalités vient au fur et à mesure que j'y pense, et en écrivant. Il m'arrive aussi de les inventer pour une histoire, de laisser tomber cette histoire, et ensuite de les recycler dans une autre quand j'aime bien le personnage. Par exemple, j'avais créé un assassin ayant le pouvoir de se téléporter dans les ombres pour mon livre "l'homme est un loup pour l'homme". J'ai arrêter de l'écrire, mais l'assassin est un personnage d'une réponse à un défi, "le contrat satanique". Je lui ai aussi retiré son pouvoir de téléportation, étoffé son histoire et sa personnalité, et ça m'a donner le personnage d'Onyx, dans "le labyrinthe" et "Onyx".
Image de profil de Lynhésis
Lynhésis
Je comprend tout à fait. De mon côté, en écrivant un chapitre d'Erenphis, j'ai créé un personnage juste pour les besoins du chapitre. Mais finalement au fur et à mesure que je le faisais parler, je me suis dis qu'il y avait moyen de faire un truc vachement sympa avec lui. Et c'est devenu un des personnages principaux de l'histoire.
Image de profil de PM34
PM34
Il y a sûrement un trouble psychiatrique qui consiste, pour un écrivain, à être certains que son personnage est vraiment vivant. Une schizophrénie de l'écrivain.

Mais je me demande si on ne l'a pas tous, plus ou moins fortement bien sûr.
Image de profil de Lynhésis
Lynhésis
XD ! En effet c'est bien possible ! Mais au moins, ça donne plus de consistance à nos personnages. Ça ne peut pas faire de mal ^^
Image de profil de PM34
PM34
Sauf quand le personnage se rebelle :P
Image de profil de Xavier Escagasse
Xavier Escagasse
Mes personnages evoluent au fur et à mesure de l'ecriture, et je suis obligé souvent de tout reprendre pour la coherence de l'ensemble. Ils partent meme parfois dans des directions pas du tout prévues, comme s'ils avaient une vie propre. C'est un peu absurde de le dire comme çs, mais parfois je ne peux pas l'expliquer rationnellement, à part d'accepter que je suis fada ;-)
Image de profil de Lynhésis
Lynhésis
Oui c'est bien le problème. Être obligée de revenir constamment en arrière pour adapter les modifs. Ça donne l'impression de ne pas avancer.
Image de profil de Xavier Escagasse
Xavier Escagasse
D'un autre côté, nous sommes des amateurs qui écrivons pour notte plaisir, alors est-ce vraiment important ? Vu qu"on ne gagne pas notre vie avec...
Image de profil de Agapé
Agapé
Pour ma part, j'ai souvent le même cheminement que toi...
Je commence à écrire les premiers chapitres avec certains traits de caractère en tête, l'apparence, grosso modo son enfance/sa famille, puis je brode sur les détails au fur et à mesure. C'est comme si je les découvrais en même temps que le lecteur x)
Image de profil de Lynhésis
Lynhésis
Oui c'est exactement ça. Ça me rassure car j'ai parfois l'impression de me lancer dans l'écriture en n'ayant pas assez préparé mon sujet.
0