Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Gruik

Narratif vs Actantiel

par Gruik  il y a 3 mois

Bonjour à tous,

quelques questions de novice.

- Pensez-vous que le schéma narratif et le schéma actantiel s’opposent ou bien sont-ils complémentaires ?

- Utilisez-vous l’un ou l’autre ou les deux. ? Plus ou moins consciemment.

- Suivant l’utilisation de l’un ou de l’autre, cela modifie-t-il la façon dont vous créez votre récit ?

- Même si on ne suit pas un ordre chronologique dans un roman, le chapitre hors chrono a à priori une structure chronologique. Il y a-t-il d’autre options ?

Je ne dirais pas que je suivais allégrement les cours de français. Analyser un texte m’a toujours donné l’impression de briser la magie de l’histoire.

Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Je vais quand même essayer d'expliquer comment je vois les choses ^^ Même si je sais que je ne sais pas expliquer ;)

Le s. narr. est comment j'ai l'intention de raconter l'histoire. On pourrait dire que c'est l'intrigue présentée à ma sauce.

C'est un storyboard, dans ma tête. Il y a une image/scène de début, puis des images/scènes qui s'enchainent logiquement (au moins dans ma p'tite tête) jusqu'à l'image/scène finale.

Au départ de mon idée (projet), j'ai des ombres de persos qui font des trucs flous pour arriver à un but mal défini. Quelques images assez nettes de trucs dont je ne sais pas s'ils vont se retouver dans l'histoire finale, mais ça guide mon fil, ça lui donne déjà une couleur.

Ensuite, je découpe, et ça donne mon s. narr., avec mes persos qui se mettent en place, la chrono qui est logique, les actes qui s'enchainent, les bouts de suspense qui s'accrochent régulièrement, la déco qui se précise, les tranches de temps attribuées équitablement, etc.

Et là, j'arrive à mon s. act., qui n'est pas celui qu'on présente habituellement. C'est bien un s. act., parce qu'il distribue les rôles entre tout ce qui intervient. C'est comme un calque que j'applique sur mon s. narratif. Et les deux vont continuer d'évoluer ensemble, l'un sur l'autre, ou l'un sous l'autre, mais toujours bien collés ensemble.

Mon s. act. se présente (c'est l'image qu'il me donne), comme des méduses qui s'accrochent à des planches de salut. Chaque méduse est un actant. Ça peut être un perso, ou un objet, mais ça peut être un décor, ou une idée forte, comme un rite, une religion, un ordre (de faire quelque chose), une conviction, etc. Chaque méduse a des tentacules qui s'étirent, chaque tentacule étant reliée à une planche. Chaque planche est un rôle, ou une importance, qui concernera une ou plusieurs méduses (actants), et il y aura donc un ou plusieurs tentacules reliés à chaque planche (rôle).

Ce que je trouve bien avec mon système, c'est que je peux le visualiser (en imagination, parce qu'en concret je ne le pose pas ainsi noir sur blanc) comme une mer peu profonde au fond de laquelle serait tracée une route, avec son relief, ses embranchements et ses voies secondaires, sur laquelle se déplacent les mobiles (persos, animaux, objets mobiles comme les voitures). C'est mon s. narr.
Au-dessus sont les méduses (mes actants) qui lancent leurs tentacules jusqu'à la surface où flottent les planches (planches de salut qu'il ne faut pas que je perde) avec les idées fortes qui font faire l'épaisseur de l'histoire (mine de rien). Je précise que je vois les méduses un peu comme les âmes des persos ou des objets du s. narr. (des émanations, si on peut dire), reliées à un fil à l'objet/perso qui se trouve sous elles.

Je peux donc visualiser trois niveaux : en bas l'intrigue, entre deux eaux ce qui intervient, et en surface les idées. En bas, le s. narr., au-dessus le s. act. Quand on regarde du dessus, on a une vue d'ensemble, avec les liens entre ce qui se passe sur le s. narr. et le s. act.

Donc pour moi, l'un ne va pas sans l'autre, c'est ce qui donne la profondeur ^^
Image de profil de Gruik
Gruik
J'en reste sans voix. Très intéressante façon de voir les choses. ça m'aide beaucoup à voir comment je pourrais monter ma cuisine. Merci
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Je prends un exemple, histoire de tenter d'expliquer ^^

Imaginons qu'on a une forêt.
Il va y avoir des actants qui vont la traverser. Le héros et son canasson, mais aussi le méchant qui veut s'emparer de l'avoine du canasson.
On se retrouve avec plein d'actants : le héros, le canasson, l'avoine, le méchant, et surtout la forêt. Mais il y a d'autres actants : le temps qu'il fait, le chemin, et peut-être bien qu'il y a des trolls, ou des cailloux pointus, ou bien des arbres qui ont envie de s'écraser, etc. Ça me fait déjà une mer pleine de méduses, alors que je n'ai qu'un petit bout de tracé sur le sable ^^

On continue sur le même exemple.
L'avoine a donc une importance, et pas négligeable puisque c'est elle qui est la carotte (ouais, faut suivre, je suis métaphorophile que c'en est maladif ^^). L'avoine est donc une grosse planche à la surface. Et je vais la peindre en or, histoire de pas l'oublier. À l'avoine est rattachée la méduse-canasson, la méduse-méchant. Mais aussi la méduse-héros, parce que c'est quand même lui qui a chargé l'avoine sur le canasson. Il y a aussi des méduses non citées, comme celle du vendeur d'avoine. Il y a aussi des petites méduses comme le temps qu'il fait, car s'il fait très froid, la canasson aura peut-être besoin d'un petit remontant en cours de route. Etc. etc.

Donc, on a le trésor-avoine, et on voit tout de suite qu'on a des éléments qui vont se tenir : héros/canasson/avoine/méchant/temps
Et on peut se poser la question : mais que vient donc faire la forêt là-dedans ? ^^
Eh bien, soit la forêt a un rôle, voir "sa" planche, soit sa planche n'est pas reliée à la planche-avoine, et on peut supprimer la forêt, ou bien on sait qu'il est inutile de la décrire, et on ne passe pas son temps en descriptions inutiles.

Grosso modo, c'est à ça que me servent mes schémas narr. & act. À ne garder que l'essentiel, et à ne pas oublier l'important.

Autre remarque qu'on pourrait avoir : pourquoi les méduses ? pourquoi ne pas doter directement les objets/persos du schéma narratif de tentacules qui iraient directement sur les rôles/importance/planches du schéma actantiel ?
Parce que ça laisse aux persos/objets de mon s. narr. une totale liberté de mouvement. Mes méduses ne se déplacent pas vraiment en réalité. Elles sont justes plus grosses pour les persos ou objets importants. Et en plus elles me permettent de voir la place que peut prendre un "intervenant" moins défini, comme par exemple une religion.
Image de profil de Gruik
Gruik
Pour quelqu’un qui "ne sais pas expliquer", tu t'en sors bien mieux que certains profs que j'ai eu. Après j'étais peut-être aussi un peu con. (ya des séquelles...)
Bref c'est clair ! Once again, Merci.
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
"Pensez-vous que le schéma narratif et le schéma actantiel s’opposent ou bien sont-ils complémentaires ?"
Pour moi, ils sont tous les deux indispensables.
Mais peut-être que je n'ai pas compris ce que c'était ^^

"- Même si on ne suit pas un ordre chronologique dans un roman, le chapitre hors chrono a à priori une structure chronologique. Il y a-t-il d’autre options ?"
Oui, écrire de la SF et un voyage dans le temps ! :D
Image de profil de Gruik
Gruik
Je n'en était pas sur, mais il me semblait bien. (pour le premier point)
Haha, Tu retournes dans le passé pour modif une partie de ton roman, ça fous les chocottes...
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Je tente de t'expliquer comment je "vois" ça au-dessus ;)
0