Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de TeddieSage

Liste de ce que vous n'aimez pas écrire et de l'écriture en général

par TeddieSage  il y a 2 mois

Après le topic de vos turn-offs littéraires, je vous invite à partager une liste de choses que vous n'aimez pas particulièrement écrire en tant que créateurs.

- Personnellement, je n'aime pas me casser la tête avec un vocabulaire trop riche. Je préfère écrire des textes simples et accessibles.

- Je n'aime pas écrire trop de répétitions même si je suis conscient que j'en fais à la pelle.

- Je n'aime pas écrire des histoires sans personnages minoritaires, car je trouve que ça manque de réalisme.

- Je n'aime pas écrire des scènes sexuelles car j'ai tendance à les finir trop rapidement. À vrai dire, je n'ai pas le talent pour écrire de l'érotisme. Tout se termine de manière crue. Je sais que c'est ce que lit la plupart des gens, mais je préfère de loin écrire de la romance sans trop m'attarder aux scènes pour adultes.

- Je n'aime pas écrire trop de détails dans certaines actions ou descriptions. J'aime aller direct au but et laisser au lecteur la chance d'imaginer ou d'interpréter une scène à sa façon. Le strict minimum est parfois nécessaire pour ne pas s'éterniser à certains moments. Par le passé j'en faisais beaucoup trop et on m'a reprocher de faire trop d'exposition, depuis disons que suis passé à l'autre extrème.

- Je n'aime pas écrire des scènes de combats qui durent un éternité non plus. J'aime que l'action soit rapide, brutale et puisse permettre une certaine fluidité au monde que je décris.

- Je n'aime pas écrire des personnages trop puissants, car cela veut dire que je m'approche de la fin d'une histoire et qu'il n'y a plus vraiment de progrès à faire pour ces derniers. À moins de me servir d'un "outil de narration" pour leur faire perdre leurs pouvoirs.

- Je n'aime pas écrire des scènes sachant que je vais les effacer et pourtant je le fais tout le temps, car j'hésite à la crédibilité de mes histoires.

- Je n'aime pas écrire quand ça devient une corvée, un travail, une obligation.

PS : Gardez ce sujet 13 ans et plus, s'il vous plaît.

Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
J'aime corriger les autres, mais pas me corriger parce que me relire m'ennuie. o3o
Image de profil de Anne O'Delly
Anne O'Delly
Je n'aime pas écrire le premier jet... :D
Image de profil de CsharpCello
CsharpCello
-Je n'aime pas écrire des personnages trop jeunes ou trop vieux par rapport à moi, surtout par peur de ne pas les écrire avec justesse. C'est surtout pour ça que je ne développe pas souvent les parents de mes personnages, ce que je trouve assez dommage.

-Je n'aime pas écrire des personnages anecdotiques, j'ai tendance à vouloir développer tout le monde. Par exemple, lire des romans pour adolescents avec des personnages secondaires type "membre du groupe de potes" très peu développé et sans identité propre mais qui reviennent assez souvent, ça me bloque. Alors en écrire... Dès que le personnage fait plusieurs apparitions, je fais en sorte de dresser un léger portrait.

-Je n'aime pas écrire des fins heureuses. La plupart du temps, je préfère les fins un peu vagues et très ouvertes, pas du "ils vécurent heureux et ensembles". Parfois un peu tristes, mais pas de façon systématique.

-Je n'aime pas écrire des histoires qui se déroulent dans un univers fantastique, des combats épiques ou des scènes violentes, j'ai l'impression que ça sonne faux quand ça vient de ma plume. Pareil pour les scènes de sexe, j'ai tendance à esquiver grâce à des sous-entendus.

-Je n'aime pas écrire des personnages gays ou d'origines ethniques minoritaires juste pour mentionner leur existence. Je donnerais ces caractéristiques à mes personnages si cela a un but dans l'intrigue, ou tout simplement parce que je les ai imaginé comme ça. Je n'irai pas prendre un personnage que j'ai imaginé blanc, le re-imaginer noir juste pour qu'il y en ait.
Image de profil de Alban Michel
Alban Michel
"Personnellement, je n'aime pas me casser la tête avec un vocabulaire trop riche. Je préfère écrire des textes simples et accessibles." ça va également dépendre du public que l'on vise.

"Je n'aime pas écrire trop de répétitions même si je suis conscient que j'en fais à la pelle." en fait tu n'as trop le choix. :D

"Je n'aime pas écrire des histoires sans personnages minoritaires, car je trouve que ça manque de réalisme." faut pas non plus se forcer à mettre des noirs dans une Europe du moyen-âge...

"Je n'aime pas écrire trop de détails dans certaines actions ou descriptions. J'aime aller direct au but et laisser au lecteur la chance d'imaginer ou d'interpréter une scène à sa façon. Le strict minimum est parfois nécessaire pour ne pas s'éterniser à certains moments. Par le passé j'en faisais beaucoup trop et on m'a reprocher de faire trop d'exposition, depuis disons que suis passé à l'autre extrème." on me reproche souvent de ne pas en dire assez, mais nous avons tous les deux le même point de vue sur ce sujet. ;)

"Je n'aime pas écrire des scènes de combats qui durent un éternité non plus. J'aime que l'action soit rapide, brutale et puisse permettre une certaine fluidité au monde que je décris." je suis d'accord. Une scène d'action, plus elle est longue, plus elle est chiante... mais ça ne vaut que pour les romans.

"Je n'aime pas écrire des scènes sachant que je vais les effacer et pourtant je le fais tout le temps, car j'hésite à la crédibilité de mes histoires." voilà pourquoi c'est important d'écrire un plan en amont, mais ça n'empêchera pas qu'il y ait des modifications en cours d'écriture.
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
> "Je n'aime pas écrire des histoires sans personnages minoritaires, car je trouve que ça manque de réalisme." faut pas non plus se forcer à mettre des noirs dans une Europe du moyen-âge...

^ Sauf que j'écris du Fantasy, dans un monde inventé de A à Z. Voilà pourquoi je me permets de créer un monde à mon image.

Merci d'être passé.
Image de profil de Andy Clarbann
Andy Clarbann
Je ne suis pas certain que "réalisme" et "créer un monde à mon image" soient compatibles
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Sans commentaire.
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Je n'ai pas à débattre sur le sujet. Bonne journée.
Image de profil de Ainhoa
Ainhoa
Je n’aime pas me fixer de limites.
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Ah... moi j'aime m'en imposer. Pas plus de 10 000 mots par jour sinon je suis en panne le lendemain. Et encore, faut que je sois raisonnable de ne pas tout faire en un seul coup. Mais pour ce qui est de l'imagination, il n'y a pas de limite selon moi.
Image de profil de Ainhoa
Ainhoa
10 000 mots par jour ??? Serieux? Tu es conscient que ça fout un sacré complexe là ! Looool
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Dis toi que ce n'est pas une compétition. J'écris vite, mais j'écris mal. Ne te cause pas un mal de tête. Le côté "rush" de l'écriture boost mon adrénaline, tu vois, et j'adore écrire et écrire et écrire. Ça me fait penser à autre chose qu'à tout ce qui me stresse au quotidien. :p
Image de profil de Jasmin Kelzief
Jasmin Kelzief
C'est amusant ça ! Mon mode de fonctionnement est aux antipodes du tien : déjà je ne stresse pas ou peu (quand ça m'arrive je préfère comprendre ce qui me stresse pour l'atténuer au maximum) et ensuite je me reprends si souvent que l'idée de rush m'est presque inconcevable uhuh.
Image de profil de Romane de Joriis
Romane de Joriis
Oh intéressant ! ça fait des semaines que je souhaite écrire sur les turn-off littéraires mais par manque de temps j’y ai renoncé. Comme ton post demande peut-être que j’investisse moins dans un pavé (espérons, j’ai tendance à trop dire parfois :P ), je vais m’y lancer. Donc ce que j’ai du mal à écrire dans mes textes :

— une écriture trop simplifiée en raison de la première personne en narration et au présent : lors que je peux maîtriser sans problème certaines tournures et du choix du vocabulaire sur mes textes à la troisième personne au passé (allant jusqu’à ressusciter des mots, souvent féminins), j’ai beaucoup de peine encore à trouver un certain dosage du style avec la narration à la première personne. Je me suis un peu cherchée, avec un style plus littéraire ou alors plus impulsif mais c’est toujours la même chose. J’ai peur que les simples phrases, les simples mots choisis, sans recherche et rien, me pénalise et fait prendre les potentiels lecteurs pour des idiots incapable de réfléchir… c’est assez sévère comme jugement mais c’est un point que j’y tiens beaucoup.
(ne cherchez pas à comprendre, c’est ma logique à moi xD)

— écrire des personnages « vierge Marie » (alors l’allusion à la Vierge, c’est plus dans l’idée d’immaculée conception, l’absence de mal/mauvaises intentions dans un personnage) : il y a un truc que j’ai retenu de mes dures années d’école, voire même au sein de la famille ou en côtoyant des gens : tout le monde – d’une manière ou d’une autre – peut être capable du pire, que l’humain peut renfermer la pire monstruosité. Et je trouve que de faire que des personnages avec un bon fond… je trouve que cela va à l’encontre de ce que j’ai pu voir / connaître, comme si je cachais la merde sous le tapis.

— écrire des personnages masculins : cela peut paraître très surprenant car il me semble que cette tendance touche plus les personnages féminins, pour avoir lu / entendu des critiques à ce sujet. Mais pourtant… l’inverse existe aussi, et je suis la première à le dire vu qu’il me touche beaucoup. Je n’explique pas cette peine à créer / gérer un personnage masculin, je passe énormément d’heures dessus pour le comprendre pour un résultat qui se trouve toujours dans la médiocrité. J’ai essayé pourtant de me renseigner, demander des conseils mais les seuls « conseils » que j’ai pu recevoir là-dessus était plus de l’ordre : « Bah c’est comme les personnages féminins ». J’en suis plus avancée qu’avant, c’est clair xD

— Les recherches, ou du moins son abus : dis comme ça, cela peut surprendre mais quand je suis en période de recherches, cela peut sembler sans fin… D’ailleurs, pour mes recherches sur ma petite histoire de magie, j’en suis à une vingtaine d’ouvrages dessus, ainsi que deux dictionnaires de patois locaux, et des ouvrages de contes et légendes locaux. Et ce n’est pas terminé xD
Image de profil de Ainhoa
Ainhoa
Ohh tu es mon strict opposé ! ;) j’ecris au feeling, emploie des mots simples, ne fait aucunes recherches (hormis me servir de mes observations personnelles des gens)
Image de profil de Romane de Joriis
Romane de Joriis
J’ai une seule étape où j’écris au feeling : le premier jet. Pour le reste, je peaufine le mieux que je peux. Et cela peut virer à l’obsession. Mais je suis moi-même une lectrice exigeante, peut-être que je ne fais qu’appliquer ce que je souhaite dans un texte ? C’est fort possible !

Là où je te rejoins, ce sont les témoignages des gens ou ce que tu as pu observer. Cela m’aide beaucoup.
Image de profil de Daegann
Daegann
Je n'aime pas écrire.

Voilà, c'est tout ^^
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Je suis choqué ! D:
Image de profil de Daegann
Daegann
Oui, bon je me doute...
Disons que j'aime raconter des histoires, je suis content une fois qu'elles sont couché, mais écrire, en soit, c'est pas tellement mon truc. C'est long, je n'y prend pas particulièrement de plaisir et je sais que je n'ai pas un grand talent. C'est surtout pour pouvoir partager ma passion qui est donc de créer des personnages, des histoires et de faire vivre le tout...
Image de profil de Jasmin Kelzief
Jasmin Kelzief
C'est juste le temps de l'écriture qui te déroute ou c'est un ensemble supérieur plus conséquent qui fait que tu n'apprécies pas t'y atteler ?
D'ailleurs… tu aimes lire l'écriture ou tu aimes lire des histoires (si tu aimes lires, évidemment) ?
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Je partagerais ma liste mais, comme Vicomte Bidon l’a dit, je préférerais que ce soit une liste de chose que j’aime écrire. Si tu n’aimes pas écrire quelque chose, ça veut peut-être dire, outre de simples préférences, que tu as des problèmes avec ces aspects. Quelques-uns de tes points m’ont un peu inquiété.

« - Personnellement, je n'aime pas me casser la tête avec un vocabulaire trop riche. Je préfère écrire des textes simples et accessibles. »

Il est possible d’écrire de la prose riche sans que ce soit pourpre ou inaccessible. Tous les écrivains agrandissent sans cesse leur vocabulaire, ce serait un peu ridicule de te limiter. Au contraire, même, je te conseille ne pas te soucier de ça, et d’écrire comme bon te semble. Les mots « trop riches » seront tout à fait compréhensibles, si tu ne les as pas pêchés dans les tréfonds d’un thésaurus et que tu les as mis en place juste pour impressionner.

« - Je n'aime pas écrire trop de répétitions même si je suis conscient que j'en fais à la pelle. »

Tout le monde passe par-là, entre autre avec l’aspect des périphrases. Plus tu écriras, le moins il y en aura. N’aie pas honte d’en faire, ça fait partie de l’apprentissage.

« - Je n'aime pas écrire trop de détails dans certaines actions ou descriptions. J'aime aller direct au but et laisser au lecteur la chance d'imaginer ou d'interpréter une scène à sa façon. Le strict minimum est parfois nécessaire pour ne pas s'éterniser à certains moments. Par le passé j'en faisais beaucoup trop et on m'a reprocher de faire trop d'exposition, depuis disons que suis passé à l'autre extrème. »

Alors j’espère que bientôt, tu trouveras le juste milieu, car il ne suffit pas de passer d’un extrême à l’autre; il faut que le pendule s’ajuste. Je comprends tout à fait le besoin de le garder au minimum, de ne pas encombrer le lecteur avec des panoplies de détails, mais parfois c’est bon de beaucoup décrire. Tout dépend du contexte, certaines scènes en demandent plus, d’autres moins.

« - Je n'aime pas écrire des personnages trop puissants, car cela veut dire que je m'approche de la fin d'une histoire et qu'il n'y a plus vraiment de progrès à faire pour ces derniers. À moins de me servir d'un "outil de narration" pour leur faire perdre leurs pouvoirs. »

Oh boy, euh… tu sais que c’est possible de commencer une histoire avec un personnage surpuissant, hein? Ça se fait. Beaucoup de personnes le font, soit pour le faire tomber en pouvoir au fil de l’histoire, ou pour démontrer l’existence qu’il mène avec autant de puissance. One-Punch Man est un bon exemple, un héros ridiculement puissant qui s’ennuie car il n’a plus d’adversaires assez forts à combattre.

C’est tout à fait faisable d’avoir un personnage qui devient vite puissant, sans devoir mener à terme l’histoire. Ça, c’est une question de narration, de la façon dont l’histoire est racontée. On peut avoir des scènes d’action tendues même si le personnage est surpuissant, tout dépend de ce qui est en jeu, outre la survie du protagoniste qui va quasiment sans-dire. Un conflit n’a pas à être purement physique. Puis il n’y a aucun mal aux « outils de narration », tu les utilises toi-même. Il s’agit de bien les utiliser.
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Merci pour tes commentaires. Je n'ai trop le temps de discuter de long en large, mais j'ai tout lu et certains des points me font réfléchir à ma façon de voir les choses... que je compte retravailler justement. Donc merci en encore.

En fait, j'ai pensé faire un topic de liste de choses qu'on aime écrire mais je n'ai pas eu le temps. Si tu veux lancer l'autre topic, tu peux. J'y répondrais sans problème.
Image de profil de Jasmin Kelzief
Jasmin Kelzief
Personnellement, je trouve que ce sujet pousse plus à l'introspection qu'un topic "ce que j'aime écrire".

Je comprends le besoin de nuances et l'apprécie, toutefois, êtes-vous d'accord avec moi sur la nécessité de rappeler qu'il existe des auteurs "extrêmes" (pour reprendre la terminologie employée dans ce fil) dont le travail n'est guère plus désagréable que celui des "modérés" ?
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
« Je comprends le besoin de nuances et l'apprécie, toutefois, êtes-vous d'accord avec moi sur la nécessité de rappeler qu'il existe des auteurs "extrêmes" (pour reprendre la terminologie employée dans ce fil) dont le travail n'est guère plus désagréable que celui des "modérés" ? »

Oh tout à fait, mais ça créé une sorte de spectre, un mètre sur lequel se placer. Au sens où, plus tu es extrême (du genre, prose dense ou archaïque, style dépaysant, structure de l’histoire en morceaux), plus tu te places dans une niche, donc plus ton lectorat est petit et sélectif. Plus tu es modéré, plus tu es susceptible d’attirer l’attention des masses, du dénominateur commun.

Mais après, il y a des cas rares où un écrivain est tellement talentueux que son habilité pour raconter une bonne histoire est plus grande et importante que son style dit extrême, et qu’il accède malgré cela à une reconnaissance « mainstream ». Ceux qui défient les conventions, à proprement dire, et qui attirent des lecteurs de tous les coins qui ne seraient pas intéressés en temps normal.

Au bout du compte, ce qui est désagréable ou non est surtout une préférence. Pour ma part, je cherche de bonnes histoires et des personnages attachants. Tant que l’auteur peut faire ces deux choses, et bien les faire, alors son style, qu’il soit extrême ou modéré, m’importe peu.
Image de profil de Andy Clarbann
Andy Clarbann
Les descriptions
Les lieux réels, avec photoréalisme etc
Les personnes réelles
Les situations quotidiennes, tout ce qui ne sort pas de l'ordinaire
Les scènes de sexe
Image de profil de Ainhoa
Ainhoa
Ah ah je ne te verrais jamais sur un de mes textes alors ;)
Image de profil de Andy Clarbann
Andy Clarbann
Haha possible, mais vu le temps que j'ai à consacrer à scribay en ce moment même les genres que j'aime écrire ont peu de chances de me voir passer
Image de profil de Ainhoa
Ainhoa
Ah ça c’est plus embêtant déjà ;)
Image de profil de Orchidoclaste
Orchidoclaste
Je n'aime pas écrire ma liste de courses.
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
Je n'aime pas écrire "je n'aime pas écrire" (mais j'aime bien écrire "j'aime bien écrire")
Image de profil de Angeldiary
Angeldiary
– Je n’aime pas les « tandis que », « alors que » (Il se glisse trop facilement dans mes écrits en ce moment xD)
– Je n’aime pas écrire des histoires à 100 % sérieuses (je peux juste pas, ça m’ennuierait à écrire au bout d’un moment)
– Je n’aime pas écrire des histoires dont j’ai planifié en avance tous les détails (ça me bloque et je me lasse rapidement)
– Je n’aime pas écrire le premier chapitre (parce que c’est souvent galère d’écrire les premières lignes)
– Je n’aime pas utiliser les verbes « «lâcher » et « lancer » en incise (je les utilise trop et ça m’énerve xD)
– Je déteste et n’écrirais sans doute jamais une histoire avec une localisation réelle trop précise (genre, écrire une histoire se déroulant à Paris et dont chaque bâtiment existerait dans la vraie vie)
Image de profil de za
za
Intéressant comme sujet.
- Je n'aime pas écrire de personnages homophobes, sexistes, transphobes, racistes... (même s'ils sont parfois nécessaire à certains récits)
- Je n'aime pas écrire quand on lit par dessus mon épaule, ça me bloque complètement.
- Je n'aime pas écrire de scène de viol.
- Je n'aime pas écrire un personnage sans avoir fixé dans ma tête tous les détails inutiles de son passé, de son caractère, de ses lubies, même si le lecteur n'en saura jamais rien.
- Je n'aime pas écrire à la première personne.
Image de profil de Jasmin Kelzief
Jasmin Kelzief
"- Je n'aime pas écrire à la première personne." Pour le coup, c'est raté :rire:
Image de profil de MaddyMoon Rhodian
MaddyMoon Rhodian
- Tout comme toi je n'aime pas écrire des scènes que je vais devoir effacer.
- Je n'aime pas commencé plusieurs histoires et devoir en mettre plusieurs de côté afin de terminer la première (mais je le fais qu'en même xD)
- Je n'aime pas avoir l'envie d'écrire quand je peux pas et au contraire ne pas l'avoir quand je pourrais ^^'
0