Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de AnemaryColin

Avez-vous des "turn-off" litterraire?

par AnemaryColin  il y a 1 an

Bonjour tout le monde,

Juste une petite question pour vous amis scribiens et scribiennes : Avez-vous des turn-off littéraire? Des choses, des petits détails de rien du tout qui vous empêchent d'apprecier un livre?

Je ne parle pas de l'orthographe, mais plutôt de choses comme le style, le caractère des personnages ...

Dans l'attente de vos réponses,

;)

Image de profil de Alsensei
Alsensei
Oh! Y en a pas mal , je vais essayer de résumer :

D’abord les genres : J’aime de tout sauf les histoires à fleur de peau, d’amour , les histoires érotiques aussi, ça ne me dit vraiment rien, tout ça.

Le style d’écriture : Trop de description et je détale en un instant. On lit un bouquin pour son histoire, son intrigue, pas pour des descriptions , il faut savoir mettre la juste dose. Et quand je dois relire 36 fois la même ligne pour savoir qui parle ou ce qui se passe ça me rebute quand même.

L’intrigue : Que sa commence d’une façon classique pas de problème, mais si je me rend compte qu’il n’y a pas d’originalité et que donc je peux presque prévoir la suite... ça n’a aucun intérêt je trouve.

Les personnages : ternes, fades, qui parle pour parler , surtout si c’est le perso principal, là c’est mort : La manière dans le perso évolue par rapport à ce qu’il traverse est importante de même que son passé et son caractère.

Les histories ou ça manque d’actions ... j’ai envie de dire à l’auteur lâche toi! C’est pas toi qui va mouiller ta chemise ou qui va te blesser!

Le plagiat : ....c’est écœurant ! Prendre inspiration d’un texte ou faire un clin d’oeil à une scène populaire ça passe, aucun problème ! Mais quand tu vois que t’as une grande partie de l’histoire qui est plagié...enfin bref...

L’univers : s’il n’est pas cohérent à l’histoire et aux personnages, ça gâche tout.
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Un truc que je n'aime pas normalement, c'est les nombreuses références à la culture pop dans les séries fantastiques ou de science-fiction. Quand l'auteur n'a pas assez d'imagination pour créer ses propres personnages, groupes de musiques, acteurs, etc. et qu'il name drop des trucs connus... ça me titille dans le mauvais sens. Enfin, si ça colle avec le contexte, je n'y vois pas trop de problème quand c'est une fois ou deux, mais quand ça devient fréquend dans la série, j'ai juste envie d'enfoncer ma tête dans le mur le plus près. Je crois que c'est pourquoi je préfère les histoires sur des mondes imaginaires. Ça tue moins mon immersion de cette façon. Je me demande bien pourquoi tout ça me fait grincer des dents.
Image de profil de Castor
Castor
Peut-être parce que tu as raté les années 80 ? On est bien d'accord que la culture pop c'est uniquement les années 80 :o)
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Enfin, la culture pop, la culture des années 90 et j'en passe. Toutes les références au monde réel dans les vingt ou trente dernières années. S'il y en a trop, je décroche facilement - surtout quand c'est utilisé comme un outil pour remplir des trous vides.
Image de profil de 6_LN
6_LN
Je pars du postulat que je suis dans un genre qui me plaît de base:
Typiquement:
- si je dois lire 20 fois le passage pour comprendre ce qu'il se passe
- beaucoup de personnages dès le début
- tout ce qui paraît gratuit (souvent les descriptions mais pas forcément)
- les personnages lisses (par exemple un livre que j'ai failli arrêter: le 1er jour du reste de ma vie de Grimaldi, un tissu d'attendu et de superficialité je trouve)
- l'attendu justement, le cliché, la facilité
- les autobio qui s'apparente plus à un journal intime et qui n'a d'intérêt que pour l'auteur
- la bio ou autobio qui ne respecte rien du genre et qui se permet plus d'approximations et de jugements que des faits et de l'analyse (pour moi c'est clairement le pire, parce que ce n'est pas respectueux).

Cela étant, ce n'est pas forcément rédhibitoire, parce qu'un texte dans lequel tout est cliché si c'est très bien écrit ça peut finalement être une lecture agréable par exemple.
La question tient à l'équilibre pour moi :) et ce autant dans scribay que dans les ouvrages publiés
Image de profil de izuchux
izuchux
Ah bin je fais exactement la même réponse? merci ;o)
Image de profil de 6_LN
6_LN
Tu me fais penser que je n'ai parlé du plagiat. Pour rappel, en plus d'être immoral c'est ILLEGAL.
J'ai aucun souci avec les références, les hommages etc.
Mais quand c'est 60% du texte voire plus faut pas se foutre de la gueule du monde !
Et ici j'en ai lu quelques uns (pourtant j'ai pas une culture littéraire de dingue donc j' ai du en rater pas mal !) et ça m'a beaucoup énervée.
L'inspiration oui, on est sur un site amateur, de se chercher en voulant "copier" à droite à gauche c'est légitime mais pas LE PLAGIAT
Image de profil de Lola P
Lola P
J'ai beaucoup de mal avec le romantisme à l'eau de rose. Là où les corps seraient en fusion, bruleraient de je ne sais quel feu, alors que les phrases restent désespérément plates.
De l'autre coté du prisme, les romans drolatiques qui utilisent l'argot, le jeu de mots, les situations cocasses sont souvent de pâles copies de Dard ou d'Astier. Il y a une aspiration à l'originalité qui n'est que rarement atteinte.
Image de profil de Hilaze
Hilaze
La liste est longue... Je vais tenter de résumer.

1) Le personnage principal authentiquement gentil et parfait. Mais si, ce mec lambda qui sait toujours quoi faire, chef parfait malgré lui, qui n'a pas besoin de conseillers ni de personnes pour le modérer, celui qui veut rendre service et y parvient, et en plus au physique avantageux. Ce mec qui sait improviser des discours qui font bouger les foules dans le bon sens, du premier coup... Bref, le superman qu'on ne rencontrera jamais. Beau, intelligent, bienveillant et heureux. Ces personnages principaux, je les trouve insupportables. Un bon personnage est imparfait.

2) Les personnages nombrilistes, ou les récits qui insistent trop lourdement sur les sentiments. J'ai trouvé ces personnages surtout dans la littérature pour ados, et dans l'écrasante majorité des cas il s'agissait de récits à la 1ere personne, du coup je fais une réaction épidermique aux récits à la 1ere personne à cause de ça (seule exception à ma connaissance en fait : Hunger games). Je vais prendre comme exemple les ailes d'émeraude. J'ai juste lu le premier tome parce que je trouve criminel de ne pas finir un livre, mais j'ai pas supporté le personnage principal (au point d'oublier son nom ^^). "Et moi je suis seule et malheureuse, et moi j'aime ce mec, et moi j'ai été trahie par ce pur beau gosse, et moi..." et toi ta gueule, connecte tes fucking neurones et fiche le camp ! Et lâche ton nombril au passage.

3) Le romantisme et les histoires de cul. Ça, j'ai jamais été une grande romantique, je tolère trois lignes pour des personnages qui se tiennent la main ou se font un câlin, mais un paragraphe ou plus, qu'on me passe un fusil histoire qu'il se passe quelque chose d'intéressant ! Que l'histoire avance, bon sang ! C'est comme les scènes de sexe, qu'au moins on raconte ça parce qu'à un moment l'un des partenaires va tenter de poignarder l'autre pendant l'acte ou après, qu'il lui ai refourgué une huile de massage acide qui va lui ronger la peau... Quelque chose de plus épique et tendu que le plaisir. Ou au moins utile à l'histoire, auquel cas on pourrait suivre une grossesse, avec tout ce que ça pourrait impliquer : les qu'en dira-t-on, les risques de la grossesse et de l'accouchement, les conséquences diplomatiques, mettre en exergue des différences culturelles, une fausse couche, les conséquences sur l'image de la belle, quelque chose !

4) Le misérabilisme. Les personnages qui enchaînent les coups durs et s'en plaignent, sans chercher ni parvenir à s'en sortir, ou alors subissant de grosses ficelles servant à dénoncer l'horreur d'une situation. Au bout d'un moment, je hurle presque au bouquin "mais sortez-vous les doigts du cul !" En général, ces personnages-là je les vois très bien dans une scène de cinéma clichée, où ils sont à genoux sous la pluie battante, et déchirent leur chemise en hurlant "Je suis Malheureux !!!".

5) L'antagoniste quasi omniscient. Celui-là, en général je ne le grille qu'à la fin, mais qu'est-ce qu'il m'énerve ! Le premier exemple qui me vient en tête c'est Aizen dans Bleach. Le gars sait tout, prévoit tout, jusqu'à la réaction de chaque personnage et dans les moindres détails. Alors pourquoi cet abruti se fait griller ? Dans un livre, je trouve que ce type de personnage fonctionne encore moins bien. De mon point de vue, un bon antagoniste ne maîtrise pas tout, ne prévoit pas tout... comme le personnage principal !

6) Les copier-coller. J'ai vu ça dans une série de livres... Trois à cinq paragraphes de description d'un lieu où les personnages se rendaient de plus en plus souvent, et de descriptions des ébats d'un personnage récurrent... Eh bien à chaque fois, paf ! Les même paragraphes revenaient, identiques ! Heureusement que j'ai vu ça qu'une fois, mais quand même, ça marque. Alors je ne parle en aucun cas des tics de langage des personnages, ça au contraire c'est une excellente chose, mais vraiment les copier-coller longs. Même d'un tome à un autre, ça se crame tout de suite.

7) Les prophéties. On sait d'avance que soit l'auteur nous spoile dans son propre livre, soit il va nous manquer un élément pour deviner, et dès qu'on l'a hop, ça devient du spoil. Personnellement, le spoil ne me dérange pas, après tout, si tel personnage meurt, je ne sais ni comment, ni pourquoi, ni quelles sont les conséquences de sa mort, donc ça ne ruine en rien ma lecture... Mais avec les prophéties, je trouve que c'est la plupart du temps excessivement maladroit. Je ne connais que deux exceptions : Percy Jackson (bien que limite) et L'épée de Vérité (je vous conseille la deuxième, d'ailleurs... je trouve cette série exemplaire, il y a tout dedans, avec de bons dosages et du réalisme). Tout le reste, fut décevant.

Voilà... ^^ je m'excuse pour ce pavé, mais quand on me donne l'occasion de pester, j'en profite !
Image de profil de Lola P
Lola P
Je suis d'accord sur quasi tous les ponts. Pour les romans à la première, c'est le cas du mien, caramba ! Et c'est une adolescente qui parle ;)
Image de profil de Hilaze
Hilaze
^^ Comme précisé, il y a des exceptions partout... Et l'un de mes premiers écrits a été du point de vue d'une adolescente et à la première personne !
Image de profil de Lola P
Lola P
^^ Je ne suis pas sûre d'être une exception ; j'aimerais le croire ;)
Image de profil de Ainhoa
Ainhoa
ah ah ton commentaire m'a bien fait rire. Je ne peux que te rejoindre sur ces points ! ps: ne viens jamais me lire, je ne voudrais pas que tu t'énerves ;) ;) ;)
Image de profil de Hilaze
Hilaze
^^ Tiens donc ? Pour la peine, j'irais voir quand j'aurais un peu de temps ! Niark niark niark !
Image de profil de Ainhoa
Ainhoa
alors tu es maso ;) lool !
Image de profil de 6_LN
6_LN
Je ne retrouve pas tes textes dans les défauts qu'elle a cités ^^ Ainhoa cesse donc la flagellation ;)
Sauf peut-être la question des sentiments mais je pense que ce qu'elle désigne c'est davantage le trop et le pathos (enfin il me semble), si non je suis pas d'accord, moi zaime les sentiments, les émotions, les descriptions. Limite l'action, je m'en passerais ^^
Image de profil de Ainhoa
Ainhoa
Ah ah ben le point deux, sur les sentiments, le 3 sur le sexe , et pt’etre bien un peu de 4 quoique corrige ;) bon ok j’ai pas la totale (et encore heureux!)
Image de profil de Hilaze
Hilaze
Xp je pense qu'il est difficile de faire un carton plein !
Ah, sur les sentiments, tout va dépendre de l'auteur... et de mon point de vue, les actes priment sur les émotions. Ou encore mieux, les actes donnent des informations sur les émotions : entre "Elle se moucha, et ne put retenir un hoquet" et "elle était triste" je vais préférer "Elle se moucha...".
Image de profil de Ainhoa
Ainhoa
Le fameux show don’t tell ;)
Image de profil de Hilaze
Hilaze
;) exactement
Image de profil de 6_LN
6_LN
Alors de ce point de vue, je voyais qu'on n'avait pas le même opinion. Après ça dépend, moi j'aime les descriptions d'émotions mais disons "profondes" dans le sens où effectivement le triste, malheureux etc très peu pour moi. Si ça sert l'histoire. Si c'est pour le balancer gratis je ne vois pas l'intérêt. Bref bref. Ça dépendra aussi du genre, enfin personnellement je n' ai pas la même attente quand je lis Queffelec, ou Perec que quand je lis Stephen King. Je m'égare encore pardon.
Cela dit je pense qu'il y a des choses à ne faire dans aucun livre: le gratuit. Le fait pour être fait. Mais dans ce que tu dis Hilaze quand tu évoques "elle se moucha et ne put retenir un hoquet" c'est ce que je vais considérer (toute proportion gardée et à voir en contexte) comme de la description d'émotion.
Image de profil de Bulwyde
Bulwyde
Aaaah les héros parfait et les méchants vraiment très méchante et bien trop fort pour (normalement) être vaincu. J'en ai vu, encore et encore. Aizen est un bon exemple en effet, même si surement pas le pire. En soit c'était un des plus gros problème de Bleach (et de trop de manga) qui ne savent pas contrôler les montées en puissance.

Pour le 7), c'est un point très délicat à mon gout. Je trouve qu'un principe de prophétie (ou de prémonition) bien utilisé titille vraiment le lecteur (La roue du temps avec Min le fait excellemment bien), mais trop de gens ont tendance à faire du trop bateau dans ces cas là.
Image de profil de Symph'
Symph'
- pitié... arrêtez les mary et gary sue... donnez de VRAIES contraintes à vos perso !
- les méchants, travaillez les bien ! Surtout sur leurs raisons. Les meilleurs méchants pour moi restent ceux qui ont un noble but poussé à l'extrême !

Bref, ce sont le fond des personnages qui peuvent me bloquer. L'univers autour d'eux peut être moins bien travaillé, ça ne me dérange pas trop, tant que les protagonistes sont bien pensés !

Une dernière remarque : les voyages dans le temps... à 99% ça te pourri une histoire. Le 1% restant est quand le voyage dans le temps est le principe de l'histoire. Je pense notamment à la pièce de théâtre devant présenter la suite d'Harry Potter et les aventures de leurs gamins... ce livre a brisé quelque chose en moi, tellement je l'ai détesté à cause du côté "lol on retourne en arrière et on flingue une série de 7 livres", ça et les perso que j'ai trouvé clichés af
Image de profil de Bulwyde
Bulwyde
J'ai vu tellement d'oeuvres (livres / films / séries / mangas) détruites par des voyages temporels que je ne peux qu'être d'accord. Le meilleur compromis pour moi est lorsqu'il est "court et maitrisé". Pour reprendre ta citation de Harry Potter, lorsqu'ils utilisent le retourneur de temps, je trouve que c'est une bonne utilisation.
Image de profil de Symph'
Symph'
Ouais d'accord avec toi ! Le retourneur était sympa ! Et déjà sa toute petite apparition a lancé un débat chiant sur ''mais si le truc n'a pas de limites, comment tu justifies que l'histoire n'est pas résolue en un claquement de doigts ?"
Après, chercher logique dans HP..
Image de profil de Jean-François Chaussier
Jean-François Chaussier
Amusant. Je réfléchissais justement aujourd'hui au moyen de parler de voyage dans le temps de manière originale, et ça m'a donné des idées pour une histoire. Mais peut-être est-ce un thème tellement rebattu qu'il est devenu impossible d'en défricher des territoires vierges ?
Image de profil de Bulwyde
Bulwyde
Je pense qu'il y a toujours moyen, mais c'est dangereux et difficile je dirais. C'est pour ça que je préfère les visions du passé / du futur, plutôt que les voyages directs :p
Après ça relève des goûts de chacun aussi.
Image de profil de Symph'
Symph'
Jean-François Chaussier le voyage dans le temps est un véritable champ de mine qui peut saboter ta propre histoire, de mon point de vue. Mais, on est ici pour s'entraîner ! alors parles-en, essaye donc ! Pourquoi pas un chapitre ''bonus'' dans ton histoire où tu demandes clairement aux lecteurs des avis et proposition pour l'utiliser
Image de profil de Jean-François Chaussier
Jean-François Chaussier
Merci pour les conseils. À vrai dire, je pensais lancer une discussion sur le sujet et/ou un défi. Comme tu dis, on est là pour ça.
Image de profil de Orion
Orion
Des choses qui m'en éloigne oui. Concernant le style. Que ce soit à caractère sec et rigide, autoritaire étouffant. Il faut de la souplesse, de la modération. Corrosif je n'aime pas. Mon côté poète qui veut ça. Souplesse rime avec délicatesse pour moi ce qui m'est des plus agréable. J'ignorai que ça portait ce nom. Sinon au-delà de ça c'est le thème.
Par exemple, dans le parfum, la fin ma laissé un goût amer, j'étais offusquer. À la Limite de l'insupportable pour la préparation de son meurtre agissant avec méthodologie. C'était absurde et grotesque, sombre et barbarie ignonomie. Voilà
Image de profil de Bulwyde
Bulwyde
Je suis assez à cheval sur la cohérence des personnages. Je comprends que l'on veuille des "héros" et des "méchants", mais tout n'est pas noir ou blanc. Même si on écrit les "meilleurs versions" de nos personnages comme dirait Stephen King, je pense qu'il est important qu'ils restent logique dans leur façon d'agir. Pour donner un exemple, les arcs de rédemption des méchants peuvent être des histoires vraiment géniales, mais sont trop souvent des "En fait, z'étais pas si méssant tu comprends. On m'avait piqué mon goûter donc z'étais tout colère !". Alors oui, un personnage mauvais peut chercher la rédemption, mais si son caractère et son histoire ont une logique à ce que ça se déroule ainsi.
Image de profil de Jean-François Chaussier
Jean-François Chaussier
De manière générale, je n'aime pas voir les ficelles, comme une intrigue trop prévisible, des personnages trop typés (je ne peux pas m'empêcher d'avoir de la sympathie pour les personnages fabriqués pour être détestables). Surtout, j'ai du mal avec les auteurs qui se lisent écrire (enfin... qui s'écoutent parler mais sur papier), qui mettent maladroitement en évidence leur style.
Image de profil de Erwan Barbedor
Erwan Barbedor
Je déteste tout ce qui ressemble de près ou de loin à du manichéisme, ça me sort direct de la lecture.
je déteste les intrigues simplistes (à différencier de simple), ce qui d'ailleurs va pas mal avec le point précédent.
Image de profil de Sabrina CRESSY
Sabrina CRESSY
Je n'aime pas les pales copies de n'est seller. Ces soit disant auteurs sans imagination qui ne font que plagier des œuvres connues et reconnues.
Je ne supporte pas les textes écrits à la mode du parler djeuns de nos jours. On ne comprend pas la moitié des échanges.
Pareil pour les livres aux mots trop sophistiqués et pompeux pour lesquels j'ai besoin d'un traducteur (mon dictionnaire). Lorsque je lis, je n'aime pas me prendre la tête au contraire la lecture est une évasion, un autre moyen de rêver.
Image de profil de CsharpCello
CsharpCello
Alors là...
Déjà, j’ai énormément de mal avec les livres dont chaque chapitre est composé d’une seule action sur laquelle on tisse des descriptions à n’en plus finir et avec un vocabulaire tellement recherché que j’ouvre mon dictionnaire près de huit fois en une page (Ce qui m’a dissuadé d’aller plus loin que le chapitre 3 de « Réparer les vivants »)

Comme pour beaucoup, les « Brandon et Cindy se détestent mais... », les « Jeanette et François sont des amis d’enfance perdus de vue... 5 ans plus tard, François est devenu un bad boy (et les histoires de bad boy en général)

Mais le pire de tout pour moi: Le personnage au passé beaucoup trop tragique, souvent mal exploité et très rarement décrit avec justesse d’ailleurs, pour justifier un caractère insupportable. De la même manière, les personnages du genre Mary-Sue.

J’ai eu ma période Heroic Fantasy, mais j’ai de plus en plus de difficultés à apprécier ce type d’histoires, aussi bonnes soient-elle.
Image de profil de Mathieu Lemieux
Mathieu Lemieux
"Elle était une jeune fille ordinaire... La vie l'ennuyait... Quand un jour elle rencontra un beau vampire/loup-garou/démon/sorcier/etc... Sa vie est chamboulée..."
Il doit y avoir beaucoup de personnes qui détestent ça, mais la quantité absurde que je vois en recherchant des textes fantastiques me rend malade. (*Л*)
Image de profil de Shaonny LeRainbow
Shaonny LeRainbow
Alors je vais me faire lyncher d'entrée de jeu…
Je déteste les romans typés "manga", je ne parle pas des mangas à proprement parler (même si je n'aime pas du tout ça) mais bien des romans où ça part en histoire japonisante à grands coups de références, prénoms, légendes , etc, etc made in Japan.
Ah et j'aime pas du tout du tout la bit lit non plus.
En fait, je crois que je deviens juste vieille xD
Image de profil de KagomeAohane
KagomeAohane
Ça va sans doute te surprendre, mais je suis assez d'accord avec toi. J'ai horreur des clichés et puisque la plupart des mangas en sont remplis, ça me pousse souvent à les laisser tomber.

Ceci dit, tout n'est pas à jeter dans les mangas, comme pour tous les genres litteraires, cinématographiques et artistiques, il y a du bon et du moins bon. Cela m'intéressait de connaître les raisons qui font que tu tiens les mangas en horreur... il faut savoir faire la part des choses aussi. Les idées préconçues sont nombreuses et souvent fausses.

Ensuite, je ne pense pas qu'un roman où on peut retrouver des prénoms ou des légendes japonaises soit nécessairement un roman "japonisant". Dans le cas de la fantasy par exemple, l'auteur crée un univers pour son histoire. Or, il est quasiment impossible d'inventer absolument tous les éléments à partir de rien, il doit bien s' inspirer de cultures et civilisations étrangères. Tolkien a bien repris des légendes scandinaves pour écrire sa trilogie. Si lui a été si bien accueilli, pourquoi les auteurs choisissant les civilisations orientales sont systématiquement classés comme "japonisants", et donc dénigrés ? Avant de juger immédiatement, il faur se pencher sur le contenu, ce que les éléments empruntés à la culture nippone apportent à l'histoire, s' ils sont utiles et légitimes ou s' ils sont juste là pour faire joli et montrer que l'auteur est fan de mangas. Dans le premier cas, ça montre de la culture générale et de l'intérêt au niveau de l'histoire, donc pas de souci de mon côté. En revanche, dans le second cas, ça devient rapidement pénible, surtout si le roman en question est un tissu de fautes d'orthographe.

Il est possible qu'on associe manga à production à la chaîne et donc mauvaise qualité, ce qui est indéniable, mais on peut trouver quelques perles (en fait dans la littérature actuelle, c'est la même chose, mais tout le monde n'est pas Max Gallo ou François Cheng).

Bref, tout ça pour dire que les références à la culture japonaise ne sont pas synonymes de mauvaise qualité et de roman japonisant. C'est aussi un procédé normal de création d'univers (de world building comme ils disent outre-manche).

Désolée pour le pavé, ce n'est pas un lynchage comme tu le pensais, j'aimerais bien savoir ce qui te déplaît dans les mangas...
Image de profil de Shaonny LeRainbow
Shaonny LeRainbow
Merci d'avoir pris le temps de répondre et donner ton avis, qui est bien étayé et donc très interessant.
En effet, j'ai été assez réductrice et j'aurais dû préciser ma pensée,mais je voulais éviter le pavé justement ^^
Donc oui, je suis d'accord avec toi que tout n'est pas à jeter, comme dans tout évidemment.
Mais je parlais justement des deuxièmes cas que tu invoques.
Je n'ai rien contre la culture japonaise, loin de là, c'est même une culture très intéressante et historiquement très pointue également.
Ce qui me gène ce sont justement les auteurs (bien souvent des pseudos otakus adolescents, oui je sais je suis réductrice lol) qui lancent des références à tort et à travers en mode "regard jesuis trop un fan de pokemon et de Naruto", bien sûr il n'y a pas que ça mais en régle générale c'est là-dessus que je tombe , moi.
Après je n'ai peut-être juste pas de bol.
Alors quand en plus on sombre derrière dans la bit lit à la Twilight alors là, c'est le pompon!
Image de profil de KagomeAohane
KagomeAohane
Ça fait du bien d'être un peu réducteur de temps en temps ;)
Je n'aime pas non plus quand les adolescents prépubères essaient de se rendre intéressants de cette manière, c'est assez ridicule et leur vaut le mépris de leurs aînés, c'est idiot.
Je n'ai jamais lu de livre fantasy avec de la culture japonaise intéressant, mais les romans historiques par exemple sont souvent réussis, comme Le Chant du Rossignol.
Bref, je voulais juste dire qu'il ne faut pas faire de raccourcis !
Image de profil de Shaonny LeRainbow
Shaonny LeRainbow
Oui à ce niveau là tu as raison, mais dans ce cas que quelqu'un me dise où se trouvent les romans avec des bases japonaises et qui ne sombrent pas dans le prépubère justement :p
Image de profil de KagomeAohane
KagomeAohane
À titre personnel, j'écris en ce moment un roman de fantasy avec des personnages venant d'un pays à forte inspiration du Japon. Cependant, j'utilise les clichés des mangas pour les tourner en dérision, et le ton adopté est très léger et peu travaillé, sans doute ce que tu peux reprocher aux mangas d'une manière générale (sauf exception).
Je ne veux pas me faire de la pub, hein, on me pose la question, je réponds ^^' après, je ne suis pas apte à juger si c'est une histoire stupide pour adolescents prépubères ou pas. Mais je fais ce que je peux pour véhiculer un message qui vole au-dessus du pouvoir de l'amour/amitié (rayez la mention inutile) et de mecs musclés qui se castagnent avec d'autres mecs musclés, avec des persos creux qui se ressemblent tous. Même si c'est nul, faut pas m'en vouloir, je suis petite et j'ai plein de choses à apprendre... :)
Image de profil de Shaonny LeRainbow
Shaonny LeRainbow
c'est laquelle parmi tes œuvres? Je vais aller jeter un œil, vu que tu as eu la gentillesse de répondre et donner ton avis sur mon avis XD
Image de profil de KagomeAohane
KagomeAohane
Normalement la première dans la liste, Les Mensonges de l'Impératrice.
Ne t'attends pas à quelque chose d'exceptionnel, je n'ai pas encore fini, les annots sont toujours telles quelles, le style est moche, les persos peuvent gagner en crédibilité, bref, c'est un brouillon dans son jus ^^'
Contente d'avoir éveillé ton intérêt ! ;) Cette discussion m'a fait réfléchir aussi !
Image de profil de Shaonny LeRainbow
Shaonny LeRainbow
Tant mieux alors si on a pu toutes les deux en tirer des enseignements .
Ne t'inquiètes pas pour les annots, chez moi c'est pareil, j'essaie de les changer au fur et à mesure, mais parfois je suis dépassée quand même :)
J'irai regarder ça alors et je te laisserai un avis ^^
Image de profil de AnemaryColin
AnemaryColin
Merci pour vos avis !

J'ai moi même vécut au Japon plusieurs années pour les études et le travail et je dois avouer que depuis mon retour en France je lis de moins en moins de roman qui s'inspire du Japon. Ça n'a rien avoir avec la qualité, que l'histoire soit bonne ou mauvaise les noms japonais et autres me bloquent complètement !
Image de profil de KagomeAohane
KagomeAohane
Tiens donc, pourquoi ça ? Je les trouve au contraire facile à prononcer et à mémoriser...
Image de profil de Shaonny LeRainbow
Shaonny LeRainbow
Ah ben tu vois, moi je suis d'accord avec Anemary pour le coup, c'est peut-être parce que tu as l'habitude que tu les mémorises plus facilement ^^
Image de profil de KagomeAohane
KagomeAohane
Sans doute, sans doute...
Mais je n'en démords pas que Kagome est plus simple à prononcer et à orthographier que Caoimhin, un prénom gaélique se prononçant "kivine". C'est pas évident ^^'
Image de profil de Shaonny LeRainbow
Shaonny LeRainbow
ah ouais mais moi ton "kivine " là si je lis ça, c'est Kaouaimine et ça me va très bien comme ça XD
Image de profil de AnemaryColin
AnemaryColin
Je pense que j'ai du mal à les associer avec un monde fantastique !
Image de profil de Romane de Joriis
Romane de Joriis
Je comprends tout à fait ce que tu veux dire, surtout que pour un écrit occidental... on est pas souvent à même de bien comprendre les codes du manga qui peut-être interprétés différemment entre un pays "occidental" et un pays asiatique.

Je trouve que c'est ce décalage qui rend le résultat un peu bancal. mais là encore, ce n'est que mon avis.
Image de profil de Gentleman Bastard
Gentleman Bastard
Bonjour ! Je me permets en lisant vos commentaires, Lian Hearn a écrit une trilogie fantastique sur un japon féodal inventé de toute pièce. Elle est assez agréable à lire et à rencontré pas mal de succès ( Et un autre livre sur le fait d'être femme médecin au japon au début du siècle dernier )... Voilà pour moi avec beaucoup de retard. Bonne continuation ! KagomeAohane<1929882972>@Shaonny LeRainbow@
Image de profil de KagomeAohane
KagomeAohane
J'ai lu les livres de Lian Hearn il y a quelques temps déjà, j'avais bien aimé Le Clan des Otori ^^ Ça m'avait inspirée au point d'écrire une pièce de théâtre... enfin j'étais en 4ème, ça date xD
Image de profil de Gentleman Bastard
Gentleman Bastard
Oui, c'est cette trilogie ou quadrilogie je ne me souviens pas très bien auquel je pensais ;)
Image de profil de Sebastian Quartz
Sebastian Quartz
Tout ce qui n'est pas du noir, du dark ou du mat.
Sinon quand j'essaye un peu de canaliser ce coté raciste, je peux m'essayer à tout du moment que ce n'est pas :

1) une incitation a la haine/violence,
2) culcul la praline,
3) cliché, prévisible et sans originalité,
4) un gros pavé littéraire dure à lire parce qu'il ébranlera à coup sur ma confiance en moi XD (traduction => car comme c est trop compliqué je n'arrive pas à lire avec fluidité)

J'aime les vraies intrigues, une morale et des surprises.
Image de profil de Sayeed Hememali
Sayeed Hememali
En somme : tu aimes le néo-polar et les bons romans noirs scandinaves (Je grossis le trait) ?
Image de profil de Sebastian Quartz
Sebastian Quartz
en gros oui mais aussi les polars a l'ancienne et les thrillers
Image de profil de Sayeed Hememali
Sayeed Hememali
Interesting ! Qu'as-tu lu récemment dans le genre ?
Image de profil de Sebastian Quartz
Sebastian Quartz
en ce moment je lis "corruption" de Don Winslow une merveille, pile poil ce que j'aime
Image de profil de Sayeed Hememali
Sayeed Hememali
Il est sorti en fin d'année dernière chez HarperCollins !

Je ne l'ai pas encore lu mais j'avais bien aimé le diptyque Art Keller (La Griffe du chien/Cartel) du gus. Il est très fort. Assez proche d'Ellroy dans le style. D'ailleurs, ce dernier le tient en haute estime.
Image de profil de Sayeed Hememali
Sayeed Hememali
Le manque de représentation des minorités ou les clichés qui leur sont accolés aussi.
Image de profil de Sayeed Hememali
Sayeed Hememali
Après cela relève du choix de l'auteur.
Image de profil de Sayeed Hememali
Sayeed Hememali
Le romantisme cucul-la-praline. On a tous et toutes un cœur mais la guimauve, le sirupeux, ça me fait tousser. Comme une vilaine toux. Étant un gros lecteur de mangas, j'ai longtemps été en froid avec les shojo ou les harem manga. Même si certains m'ont fait mentir (Je pense à Daisy, lycéennes à Fukushima, Mon histoire, Perfect World, Orange ou Aromantic Love Story), le temps qu'une ou des relations se concrétisent, on a moyen de prendre des toiles d'araignée sur la table de chevet.

Les scènes insoutenables qui versent dans le sensationalisme (sexe, violence outrancière) et qui n'ont pas de sens (Je dis ça alors que j'aime beaucoup le cinéma de Quentin Tarantino même si sa "violence" à lui à quelque chose de stylisé et qu'elle puise dans ses références de toujours : blaxploitation, Russ Meyer, western spaghetti et crépusculaire, cinéma asiatique, pop culture...).
Image de profil de Silky Wombat
Silky Wombat
Principalement, les violences sexuelles, racistes ou homophobes. Je veux dire... autant regarder les news et au bout d'un moment, la lecture doit quand même être une échappatoire pour moi (ou alors autant lire des livres informatifs qui parlent de faits réels).
Sinon les histoires où les personnages féminins n'ont que trois rôles possibles : l'ingénu, la tombeuse ou la mère. Big nope pour moi.
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Même les mères guerrières badass qui sauvent le monde ? o_o

Les femmes peuvent tout faire, même si elles sont mamans quoi. Y'a aucune limite. Elles sont aussi fortes que les hommes d'après moi et même si elles veulent être mères, ça ne fait pas d'elles de mauvais personnes.

Mais c'est sûr que les mères qui restent à la maison, c'est redondant dans une histoire.
Image de profil de Silky Wombat
Silky Wombat
Tu as tout à fait raison bien sûr, je parlais plutôt en terme d'évolution de personnage qui se cantonne à un rôle et c'est tout ^^ dans ton exemple déjà tu mee cite 3 fonctions à ce perso (mère, guerrière avec un but) donc ça s'applique pas vraiment. Je parle vraiment de la fiction où le ou les persos féminins répondent à un seul archétype et ne sont développées qu'en ce sens.
Évidemment comme toute histoire, si c'est bien écrit, bien raconté, l'archétype le plus redondant peut devenir super mais c'est pas le sujet ^^
Image de profil de philippemoi
philippemoi
La première chose c'est la belle écriture. L'orthographe bien sur, mais aussi l'expression qui doit etre riche. La pauvreté du vocabulaire, le langage trop basique, les tournures pauvres à la mode chez les jeunes, le vocabulaire mal employé venant de l'oral me font fuir. Ensuite j'aime la vraisemblance et la cohérence de l'histoire et des personnages.
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
- Avez-vous des turn-off littéraire? Des choses, des petits détails de rien du tout qui vous empêchent d'apprecier un livre?
- La première chose c'est la belle écriture

je comprends, moi aussi une belle écriture m’empêche d'apprécier un livre, je suis trop jaloux... ;-)
Image de profil de philippemoi
philippemoi
??????????????????????????
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
(c'est vraiment pas cool de me faire expliquer mes blagues, mais bon je suppose que tes ???? signifient que tu n'as pas compris :
Anemary demande : "Avez-vous des turn-off littéraire? Des choses [...] qui vous empêchent d'apprecier un livre?"
et tu réponds "La première chose c'est la belle écriture"
donc on peut comprendre que la première des choses qui t'empêchent d'apprécier un livre c'est la belle écriture... j'ai trouvé ça marrant , et j'ai fait semblant de comprendre que c'est vraiment ce que tu voulais dire...
je trouve ça assez étrange/amusant de répondre à la question inverse de celle qui est posée.)
Image de profil de philippemoi
philippemoi
Ha ok, j'avais pas compris...mais toi tu m'as compris...c'est le principal!
Image de profil de Eros Walker
Eros Walker
Je lis principalement pour me divertir. Du coup, je n'aime pas les livres qui demandent trop d'efforts. Je lis surtout des romans, polar, espionnage, historique voire coquins. Si je trouve une histoire policière, dont la victime est un espion étranger à la cour de Louis XIV qui a des affaires sexuelles avec une marquise libertine, j'adore.

Il m'arrive de lire des essais ou même un bouquin de Michel Onfray, mais c'est rare car quand je ne comprends pas tous les mots, ça me gène quand même beaucoup.

Je n'aime pas me perdre dans les descriptions interminables des mondes et des civilisations improbables de l'Heroic Fantasy et je fuis la (new) romance telle que définie ici : https://revue.leslibraires.ca/articles/litterature-etrangere/la-new-romance-sous-la-loupe-un-phenomene-plus-grand-que-nature

Enfin, je n'aime pas abandonner un livre en cours de route, et je me force en général à le terminer, mais si il y a cinq fautes par lignes, un vocabulaire hasardeux et une structure incohérente, poubelle.
Image de profil de Lisa Giraud Taylor
Lisa Giraud Taylor
Bonjour, je n'aime pas les clichés en général, les personnages qui tombent comme un cheveu sur la soupe, qui n'ont pas de passé (on le sent vite) et surtout à un style de l'auteur... ceux qui copient le "genre" à la mode, qui copient/collent ou, carrément qui pensent d'une histoire est forcément un truc alambiqué ou guimauve et qui se plantent royalement en insistant ...
Après je ne suis pas attirée par les romans d'amour, de guimauve partout, de fille gentille/mauvais garçon en rédemption (ou fille "banale" qui tombe sur le vampire sexy, solitaire, qui, soudain, devient méchant, puis gentil, puis gentil, puis triste, etc.)... bref, les histoires qui ne tiennent pas sur la longueur...
Après je lis tous thèmes, histoires, tendances, pensées etc. ; je ne m'arrête pas à "trop de" (violences, sang, etc.). Ce que j'aime c'est l'histoire, le message, les personnages (et leurs vies) et l'univers de l'auteur, surtout.
SI je sens que l'auteur a son propre univers, sa vision, sa ligne directrice, etc., j'adhère... pour les autres, ceux qui collent à l'air du temps, je passe mon chemin.
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Pour ce qui est des thèmes et clichés, je n'aime pas les histoires de badboys, badgirls, le yaoi en général si c'est mal écrit ou si c'est trop pornographique, la pornographie en général, les histoires de mariages forcés, les histoires de violence conjugales et/ou de relations abusives (sauf si ça fait partie d'un thriller ou d'un drame policier), les histoires où l'auteur maîtrise mal certains sujets, etc. J'ai horreur des histoires portant le harcèlement entre adolescents ou adultes, donc je ne lis pas ce genre de roman. Tout ce qui fait de l'apologie à la haine envers les minorités tels que les LGBTQs+ ou les personnes de différentes cultures me donne envers de vomir.

Pour ceux et celles que ça intéressent, je suis un lecteur de fanfictions et ce style littéraire comme tous les autres a aussi ses hauts comme ses bats. Je tombe souvent sur des histoires où les auteurs ne respectent pas la personnalité de certains personnages ou bien certains faits vécus sans même prendre la peine de mentionner que leur histoire se passe dans un univers alternatif ou une dimension parallèle si vous préférez. Ce genre de maladresse ne me donne pas forcément envie de continuer ma lecture. J'ai aussi du mal à apprécier les fanfictions où des personnages originaux sont créés dans le but d'être matché (accouplé) avec un personnage des séries, à moins que ce soit des histoires de BioWare comme Dragon Age, Mass Effect, etc. où les protagonistes sont nos avatars et où on décide comment ils évolueront dans ces récits. Les Mary Sues et les Peter Stus reviennent trop souvent à mon goût. Ah ouais... les fics crossovers où les deux ou plusieurs univers ne respectent pas vraiment les "lois" des mondes qu'ils visitent, ça craint aussi... (Genre Saitama de One Punch Man qui n'arrive pas à combattre Naruto ou bien Son Goku, n'importe quoi ?)

Pour ce qui est de la grammaire, la forme et j'en passe, je ne suis pas tellement difficile au niveau des temps et des pronoms. Par contre quand c'est bourré de fautes, je commence à perdre mon envie de lire. Si l'histoire a une intrigue qui m'attire, néanmoins, je vais faire un effort pour aider l'auteur en question à corriger son texte, même si je me considère néophyte. Ce qui est étrange toutefois, c'est que j'ai récemment aimé lire une histoire bourrée de fautes mais c'était des fautes volontaires à travers les dialogues des personnages. J'ai trouvé ça rafraîchissant.
Image de profil de Daegann
Daegann
Ca dépend... Y a des styles ou je ne vais simplement pas aller parce que pas ma tasse de thé. Mais si je ne l'ai pas vu venir, une histoire tournant autours de la folie au sens psychiatrique sera un turn off pour moi. C'est un thème qui me met vraiment mal à l'aise.
Après ça c'est le premier qui me vient à l'esprit, mais il peut y en avoir d'autres comme des thèmes prônant, véhiculant ou idéalisant des idées ou des fantasmes auquel je n'adhère vraiment pas.
Image de profil de AnemaryColin
AnemaryColin
J'ai beaucoup de mal avec tout ce qui est maladie mentale, folie... Surtout quand c'est bien écrit !
Image de profil de korinne
korinne
L'autre jour je suis tombée sur un bouquin avec trois "et" par phrase, l'histoire était pourtant plutôt intéressante, mais j'ai pas pu.
La SF quand c'est pour les initiés et que je n'y comprends rien ;)
Les scènes de torture, de viol, les descriptions sanguinolentes, parce que j'aime pas.
Les scènes de cul et les romans érotiques parce que franchement je trouve ça chiant, et le voyeurisme ça n'a jamais était mon truc.
Les polars genre où l'inspecteur est un gros matcho.
Les romances qui ne traitent pas en même temps d'autre chose.
Lorsque les digressions sont trop nombreuses.
Les roman d'écrivain connu(e)s qui se la jouent "littérature" au détriment de l'histoire.
Et malheureusement la majorité des auto-éditions relues par personne que du coup j'évite je préfère lire du Scribay :))
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
rhooo, et quid de l'auto-édition relues sur scribay :P (relues ou reloues XD).
sinon j'adhère avec plein de choses
Image de profil de korinne
korinne
Alors il faudrait un petit logo "Relu sur Scribay", comme un tampon sur la première page Gigi :)) Comme un label de qualité... Mais remis par qui ? Au moins par 5 bêtas-relecteurs... Moi je pense que ça aiderait :))
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Ben on n'a qu'à proposer ça à Arnaud Lavalade et à Manuel Darcemont ;P Le badge Scribay !:D
Image de profil de korinne
korinne
Ils ont bien assez à faire les pauvres ;( ^^
Non, on peut le faire entre nous, ils ne seraient pas contre que l'on appose un petit logo Scribay (synonyme de qualité minimum) sur des romans en auto-édition, je suppose :))

On ouvre une discussion sur le sujet tu crois ?
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
vas y :P
Image de profil de korinne
korinne
C'est fait :p
Image de profil de Chanel Lackaday
Chanel Lackaday
Si le roman contient une once de romance, surtout si elle est cliché, je ne lis pas. Le seul roman "romantique" que j'aime, parce que la "romance" est bien dosée, est Un Jour, de David Nicholls. Autrement, n'importe quels clichés "romantiques" me poussent à reposer le livre. Si l'écriture ou le scénario est bancal, idem.
Image de profil de .
.
Qu'est ce qui définit une romance ? Pour moi c'est tellement vaste que je ne vois pas comment ça peut-être un turn off. J'ai adoré Les Hauts de Hurlevent mais détesté la "romance" de Le Rouge et le Noir alors que le premier est bien plus romantique je trouve par exemple. Enfin pour moi ça sonne trop vaste
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
si le roman contient une once (c'est à dire très peu) de romance tu ne lis pas, par contre tu aimes "un jour" parce que la romance est bien dosée... ça me semble contradictoire, comment as-tu pu aimer un livre que tu n'as pas lu parce qu'il contenait de la romance ? ;-)

à moins que tu ne lises pas ceux qui contiennent seulement une once de romance, mais que tu apprécies ceux qui en contiennent beaucoup... mais je ne crois pas que c'est ce que tu voulais dire ;-)
Image de profil de Daegann
Daegann
"n'importe quels clichés me poussent à reposer le livre"

Du coup tu dois pas terminer beaucoup de bouquin ^^;
Image de profil de Chanel Lackaday
Chanel Lackaday
Ce que je veux dire, c'est que je hais la romance clichée. Par exemple, j'ai déjà lu un livre (je ne sais plus quel titre c'était) où les deux personnes se rencontraient et trois pages plus tard, bam, ils étaient ensemble. Vous avez raison, c'est vaste, cela dit. Il y a sans doute des "bonnes" romances. Mais ce n'est pas tellement le genre de romans que je lis. Je préfère les livres où aucune histoire d'amour ne vient s'ajouter au "plot" (sauf si bien entendu c'est le seul "plot", peut-être).
Image de profil de Chanel Lackaday
Chanel Lackaday
Si, je l'ai lu, mais l'histoire d'amour n'était pas clichée. C'est pour cela que je l'ai aimé, ce livre.
Image de profil de Chanel Lackaday
Chanel Lackaday
Si, mais je ne lis quasiment que des drames ou des nouvelles, voire des histoires policières. Et là-dedans, il y a rarement (même si bien sûr cela peut arriver) de la romance. C'est des clichés de la romance dont je parlai, désolée si je me suis mal faite comprendre.
Image de profil de Daegann
Daegann
je comprend mieux. Après c'est comme tout, il y a du mauvais et du bon et au delà de ça, il y a nos attentes et nos goûts... Perso il y a certains types de romance que je n'aime pas (typiquement celles où l'un des protagonistes est un faire valoir ou quand il y a pas vraiment de sentiment abordé, juste de la romance pour faire de la romance), pourtant j'aime bien en écrire. J'essaye de rendre l'évolution assez cohérente et de construire une vrai relation avant que les sentiments amoureux n'apparaissent ou soient partagé, j'essaye d'éviter les choses qui ne me plaisent pas dans les romances, mais j'évite certainement pas certains clichés ou un peu de guimauve par moment. Pourtant, sans avoir la prétention de bien écrire (loin de là), je pense que mes romances ne sont pas trop "gnangnan" on va dire... (après selon mes histoire, la romance peut prendre une place très importante, mais ce n'est jamais le seul point d'intérêt, il y a toujours une intrigue qui n'a rien à voir à côté, ça aide peut-être à trouver un équilibre... après encore une fois je prétend pas avoir LA solution pour trouver le bon équilibre)
Image de profil de LS
LS
" les deux personnes se rencontraient et trois pages plus tard, bam, ils étaient ensemble"
j'ai écrit une histoire où au premier paragraphe il y a rencontre, au deuxième ils se sont brouillés, elle a "pris du recul", au 4ème ce sont les retrouvailles, au 8ième ils sont ensemble depuis 5 ans, au 9ème ils sont séparés depuis 2 mois, et quelques paragraphes plus tard ça fait 4 ou 5 ans qu'ils sont séparés... je vois pas le problème des 3 pages ;-)
(au cas où ce magnifique résumé donnerait envie de lire mon histoire :
https://www.scribay.com/text/473589806/lea/chapter/136183 ;-))

plus sérieusement, je suis assez d'accord avec WCW il faudrait définir ce qu'on entend par "romance", pour moi ce sont des histoires style Harlequin, ça donne pas envie... mais si le rouge et le noir ou les hauts de hurlevent sont classé dans romance, alors ça change mon appréciation :-)
Image de profil de Chanel Lackaday
Chanel Lackaday
Le souci dans le livre que j'avais "lu", c'est que ce n'était pas une ellipse. Du genre "Bonjour, enchanté, je t'aime, viens on sort ensemble". C'est cela qui m'avait dérangée dans cette histoire.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Un turn-off littéraire? Je dirais simplement une œuvre mal écrite, un auteur qui ne sait pas comment s’y prendre et un résultat final médiocre. N’importe quelle idée, aussi fou qu’elle soit, peut devenir brillante dans les mains du bon écrivain. Mais pour proprement répondre à la question, voici ma liste de turn-offs qui sont botchés ou simplement mal utilisés par quasiment tous les auteurs et auteures que j’aie eu le malheur de lire :

- 24 POV dans le même livre, en particulier si c’est un point de vue par chapitre. Au lieu de se concentrer sur un ou deux personnages principaux, pour bien les développer et les mener à terme, certains auteurs (pour ne pas les nommer) dérapent dans tous les sens et se ramassent avec une fresque dessinée aux Crayolas de personnages qui s’en vont nulle part, d’arcs qui sont brisés, de déception et de quantité qui triomphe sur la qualité. Et grand malheur soit aux chapitres dédiés aux personnages que le lecteur n’aime pas; à peine une page et tu sais que la vingtaine, trentaine, quarantaine prochaine de pages sera pénible.

- Les triangles amoureux. Ou les carrés amoureux. Les pentagones amoureux. Saint sacrement, il faut être talentueux pour bien les faire, et ceux qui réussissent sont largement éclipsés par ceux qui échouent de façon magistrale.

- Les femmes décrites comme fortes qui en fait ne le sont pas. C’est comme si les auteurs oubliaient que pour faire un personnage qui est une femme et qui est fort, il faut simplement faire un personnage fort, puis faire en sorte que ce soit une femme. Ni plus ni moins. Vraiment rien de sorcier, mais un trop grand nombre d’auteurs ne le comprennent pas, ce qui me faire perdre espoir.

- Les morts soudaines. Une façon vraiment sale de se tirer hors d’une impasse, de ne pas avoir à conclure l’arc d’un personnage, et de créer plus de drame dans un opéra à savon qui ne fera que s’éterniser. Et puis en plus, ça vient avec une carte de « réalisme » qui est censée aller en tandem avec le ton de l’histoire (en général).

- Les auteurs qui essayent trop d’impressionner, ceux qui bouffent leur thésaurus puis qui vomissent tous les mots possibles dans leur prose. Ça ne fait que démontrer qu’ils n’ont pas confiance en leur style, ou qu’ils n’ont juste pas encore développé leur style, cars ils doivent se cacher derrière des artifices.

- Les briques d’information qui sont maladroitement larguées. Je suis capable de le tolérer, mais l’auteur est mieux d’exceller dans une autre partie de l’histoire. Je sais que c’est difficile de répandre l’information, de la donner gracieusement et aux bons moments, mais bonté divine il faut le faire. Avoir recours à des dompes d’explication est lâche. Paresseux. C’est souvent inévitable, mais il faut toujours essayer de saupoudrer l’information, de façon à ce que ça reste naturel.
Image de profil de Le Molosse
Le Molosse
Hello, alors oui:

- Les personnages trop parfaits, qui savent tout faire, peu développés et peu de perspective d'évolution (Ellana dans le Pacte des marchombres pour ne citer qu'elle)

- Les personnages trop clichés comme la femme pansement du mec tourmenté (50 nuances de Grey auquel on ajoutera le mec riche), le mec brun ténébreux et pâle...

- Les triangles amoureux (Dans Ewilan je crois qu'il y en a un avec Salim et Liven si mes souvenirs sont bons). Plus j'en vois, plus ça fait refermer un livre rapidement en plus de me filer des boutons.

- L'absence de diversité aussi bien physique, éthnique, LGBTQ+... (clichés de la femme taille 34, qui représente que peu de personnes, blanche...)

- Le fait que, systématiquement, une femme qui a des pouvoirs ait besoin d'un homme pour les maîtriser et qu'elle tombe amoureuse de ce dit mec.

- Le héros qui trouve sa vie vide et qui devient sauveur du monde du jour au lendemain.

- Le fait que si, par bonheur, un personnage trans est présent, on ne parle QUE de sa transition.

- Le style de l'auteur.

- Le viol cru et dur, évoqué sans aucune pudeur et aucune notion psychologique.

- Les auteurs qui ne maîtrisent pas leur sujet (si, si, souvenez des cris de la communauté BDSM qui a hurlé que les 50 nuances de merde étaient une apologie du viol, et sans aucun rapport avec le SM car le consentement est inexistant).

- Le scènes de sexe moches et sans aucune poésie (genre comme dans le film la vie d'Adèle pour vous donner une idée. Si vous voulez en voir des belles, la BD dont il est tiré est plus belle ^^)

- Les romans d'amour cucul, dégoulinants de guimauve, de rose et de nunucheries sans aucun intérêt. A contrario, ajoutons la violence sans aucun intérêt non plus.

Et c'est pas mal déjà ^^"' En vrai, je crois que plus je relis ici, plus je deviens exigeante (voire relou XD) car il y a des textes qui sont juste vraiment excellents et différents que ce qu'on voit dans les librairies. Et le fait de lire en VO y contribue aussi puisque la palette est élargie ^^
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Aussi, le viol comme moteur de l'action. Ca m'énnneeeeeerve. Genre les personnages féminins ne servent que de catalyseur à la colère du mec, leur seul rôle dans l'histoire, c'est de se faire outrager de toutes les façons possibles pour que M. puisse sauver la journée. MEH.
Image de profil de Le Molosse
Le Molosse
Ah oui oui, je suis d'accord ! genre tu sers juste de punching ball :@
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Exactement !
Image de profil de Nath & Rochel
Nath & Rochel
OMG, Molosse !
Comment vais-je faire pour t'aguicher avec mon personnage principal brun et pâle dans Vatic ?! xD

Joke à part, je plussoie tous tes points ! J'ajouterai juste que ça m'agace pas mal, l'effet inverse de "pas de représentation LGBT"... c'est quand l'auteur fait genre une check list de tout ce qui existe pour respecter absolument la représentation de tout le monde xD Là, ça m'agace un peu xD

- N
Image de profil de AnemaryColin
AnemaryColin
Ou les romans où absolument tous les couples ou personnages secondaires sont homosexuels ?
Image de profil de Nath & Rochel
Nath & Rochel
Ah ben écoute, dans les miens ce sont le/les couples principaux qui sont homos =D !
/pan/
Nan mais tu vois je trouve que quand, comme par hasard, dans la liste des persos t'as un hétéro, un cisgenre, un non-binaine, un bi, un pan, un gay, une lesbienne, un/une asexuelle, un trans, un travesti, et toute la liste que je connais même pas... C'est un petit peu poussif quoi xD

- N
Image de profil de AnemaryColin
AnemaryColin
Avec un noir et un mexicain pour compléter le tableau ?

Mais oui, je vois ce que tu veux dire ! Mais le pire pour moi, c'est quand ces personnages sont peu profonds et clichés et ennuyant à mourir !
Image de profil de Nath & Rochel
Nath & Rochel
Ouais... quand ils sont là juste pour le quota "minorités" mais qu'ils n'ont rien d'autre à raconter que "Je suis noir, gros et transexuel non binaiiiiiiiiiiiiiire"... Ahem...

- N
Image de profil de AnemaryColin
AnemaryColin
Je n'ai rien contre les minorité ou les romances mettant en scène des personnages gay ou autre, mais juste le fait qu'il soit dans une minorité ne garantit absolument pas une bonne histoire... C'est limite condescendant envers ceux qui appartiennent à cette catégorie sa's qu'elle ne les définisse totalement !
Image de profil de Nath & Rochel
Nath & Rochel
Tu m'ôtes les mots de la bouche xD ! Je suis parfaitement d'accord. Être gay, être mexican, être gros ou être une femme (si si), ça ne suffit pas à faire un personnage intéressant xD. Il faut travailler à l'inverse : faire un personnage intéressant et ensuite, si le coeur nous en dit, lui rajouter un vernis "bonus minorité" si ça nous chante.
Fin perso c'est ce que j'essaie de faire.

- N
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Rhoo laissez les mexicains en dehors de ça !
Image de profil de Le Molosse
Le Molosse
Nath : tente ta chance XDD
Image de profil de AnemaryColin
AnemaryColin
Ou si cette petite touche à un intérêt dans l'histoire !
Image de profil de Le Molosse
Le Molosse
Nath, sinon, je plussoie, l'effet inverse est relou aussi, surtout quand tu sens que c'est ajouté histoire de dire avoir le quota minorité et pas de manière naturelle XD
Image de profil de Sonio
Sonio
Parfois le livre trop volumineux ,le pavé, lourd.
Le côté showbiz du livre , people, commercial.
Les prix Theodules avec bandeaux qu 'ils faut lire absolument pour être dans le vent intello- littéraire du moment.
Ensuite vient le nom de l'auteur et son best-seller trop en vogue. Qui s'affiche à tous les étalages et rayonnages , voir émissions TV.
L'écriture, le style rébarbatifs...
Le sujet trop élitiste, hyper scientifique, hermétique...
L'histoire fumeuse , brumeuse ,torturée trop psychologiquement ennuyeuse.
Le livre de propagande absolue et unilatérale.
Le livre ecolo- militant qui sait tout sur tout.
Le prix bien sûr, budjet à respecter.
Le format ,le livre de poche à souvent ma préférence.
Image de profil de Andy Clarbann
Andy Clarbann
L'érotisme et la pornographie.

C'est un peu comme trouver une fraise tagada dans ta tartiflette en fait, c'est ni l'endroit ni le moment.

C'est quelque chose qui fonctionnait plus ou moins chez des auteurs comme Duras, encore que je trouvais déjà ça de peu d'intérêt, mais alors le fait qu'à l'heure actuelle ce soit encouragé et répandu partout (avec une littérarité moindre, forcément) j'avoue avoir du mal à comprendre.

ça me coupe pas forcément d'un texte mais j'ai juste l'impression qu'il y a un corps étranger en plein milieu quand il devient clair que c'est écrit pas pour le style mais pour faire office de porno soft
Image de profil de Maioral
Maioral
Tu as fait ma journée xD

(J'en ai fait un, de récit dans le genre... maintenant j'avoue que je me calme ^^ un seul suffit, faut clairement pas tourner qu'autour de ça )
Image de profil de .
.
Les lieux communs. Genre, dans Ça s'appelait Sarah pour citer un roman récent (qui a eu beaucoup de prix d ailleurs), l'auteure fait un rapport entre le soufre l'élément, le feu, la passion qui veut dire souffrir. Etc. Etc. J avais l'impression de lire un skyblog d'adolescente qui découvre l'étymologie.
Bref les lieux communs c'est pas possible pour moi.
Image de profil de Ainhoa
Ainhoa
Ah ah ah !! Ça me rappelle quelque chose...;)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Pour moi c'est le genre déjà XD, mais même si parfois je m'aventure dans d'autres genres, c'est l'accumulation des clichés propres au genre. Par exemple j'aime les thrillers/polar mais ça me gave le flic désabusé et alcoolo XD.

Donc les clichés, le style un peu plat ou qui veut copier celui d'un autre.

La situation / personnage vraiment nawak, idiote ou irréelle (Mary Sue ou Gary Stu).

L'ABUS DES MARQUES !!! une ou deux de temps en temps ça passe, mais quand ça vire au catalogue, je lâche.

Quand ça devient trop insoutenable pour moi (quelque chose d'ultra violent que même moi je ne peux pas continuer à lire, description méga réelle d'un viol, ou de la barbarie / cruauté contre les enfants ou les animaux).
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Certains tics, qui m'énervent assez formidablement, comme ces histoires où le personnage s'adresse à ses lecteurs comme s'ils étaient ses amis. Mais ma pire haine, ce sont les sautes dans le réalisme, et surtout, lorsque l'auteur glisse une référence non nécessaire à notre monde dans une histoire qui, jusque-là, se déroulait dans un ailleurs tout à fait cohérent.
Image de profil de AnemaryColin
AnemaryColin
Oui, les références à répétition peuvent être assez énervante !
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Pas forcément à répétition, mais celles qui ruinent la cohérence de l'univers. Imagine tu as une histoire de fantasy, qui est bien partie, tu as hâte de voir ce qui va se passer, et, pour rien, voilà que les personnages rencontrent au cours de leurs pérégrinations les ruines d'un McDo.
C'est un gros turn off pour moi
Image de profil de AnemaryColin
AnemaryColin
Je n'ai encore jamais rencontré ce genre de moment, mais je suppose qu'en effet ça casse un peu l'ambiance !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Qui parmi vous avait remarqué que dans Le Hobbit à un moment on dit un truc du genre "aussi rapide qu'un train". J'avoue j'ai failli décrocher XD
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Alors, c'est ptet la traduction française, hein, mais oui. XD
Image de profil de AnemaryColin
AnemaryColin
J'avais jamais remarqué ! Il va falloir que j'aille voir ça !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Trouvé ! Au moment où les nains dînent chez Bilbo et après une énième chanson (ça aussi ça a failli me faire décrocher, la poésie et les chansons beurk) :

C'était là le style de Thorïn, nain important. Si on lui en avait laissé la liberté, il aurait sans doute continué ainsi tant qu'il aurait eu du souffle, sans rien dire qui ne fût déjà connu de tous. Mais il fut brutalement
interrompu. Le pauvre Bilbo ne put en supporter davantage. Au ne reviendront peut-être pas, il sentit monter en lui un cri, qui ne tarda pas à s'échapper comme le sifflet d'une locomotive sortant d'un tunnel.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
en anglais :


This was Thorin’s style. He was an
important dwarf. If he had been allowed, he
would probably have gone on like this until he
was out of breath, without telling any one there
anything that was not known already. But he
was rudely interrupted. Poor Bilbo couldn’t bear
it any longer. At may never return he began to
feel a shriek coming up inside, and very soon it
burst out like the whistle of an engine coming
out of a tunnel.
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
OMg Tolkien tu nous a trahis !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
En même temps en anglais il dit "engine" et comme après Saroumane fait des machines et des usines c'est pas déconnant. Mais en français, après une chanson ça m'a vraiment saoulée XD heureusement que j'avais lu LOTR avant.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
et en espagnol aussi on a mis locomotive ! XD

Este era el estilo de Thorin. Era un enano importante. Si se lo hubieran permitido, quizá habría seguido así hasta quedarse sin aliento, sin dejar de decir a cada uno algo ya sabido. Pero lo interrumpieron de mal modo. El pobre Bilbo no pudo soportarlo más. Cuando oyó quizá sea un viaje sin retomo empezó a sentir que un chillido le subía desde dentro, y muy pronto estalló como el silbido de una locomotora a la salida de un túnel.
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
et c'est pas la seule incohérence : https://hobbylark.com/fandoms/Anachronisms-in-The-Hobbit-and-Lord-of-the-Rings
"The dragon passed like an express train, turned a somersault, and burst over Bywater with a deafening explosion."

...
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
ahhh ben voilà ! je me disais que j'avais vu un train rapide quelque part !
bon, donc Tolkien adorait les trains !
Image de profil de Daegann
Daegann
arf, j'avoue que dans mon roman actuel (L'oeil maudit, un roman fantasy) je me suis retenu de marquer "c'est comme le vélo, ça s'oublie pas" mais en fait non, j'ai pas fait cette erreur :D
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
tu as bien fait ! :P
Image de profil de GEO
GEO
Bonjour,
Il y a différents niveau :
- le style en premier lieu (si cela ne me convient pas, je ne commence pas à lire)
- La cohérence tout au long du récit : je laisse passer un peu d'incohérence mais au bout de trois, mon esprit décroche.
A+
GEO
Image de profil de rvrchristian
rvrchristian
Hello,

Personnellement mon plus gros tun off est l'écriture à la première personne en point de vue unique pour les romans longs. J'ai l'impression d'être enfermé dans la peayu d'un personnage et ne vivre l'histoire qu'à travers ses yeux m'empêche d'apprécier pleinement les raisons d'agir de tous les protagonistes (j'adore les passages du point de vue des méchants, qui évitent le long monologue avant le combat final).

Un peu comme Stéph Loup'tout beaucoup de mal avec les personnages sans profondeur aussi.
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Salut ! :)
Perso, le truc qui m'empêche le plus d'apprécier un livre, c'est son côté prévisible. Qu'en rassemblant les différents indices laissés par l'auteur, j'arrive à peu près à trouver la solution ou anticiper une révélation, soit, c'est voulu et c'est appréciable de chercher ces indices pour essayer de trouver le fin mot de l'histoire. Mais quand ce n'est pas voulu et que je peux prévoir CHAQUE soi-disant retournement de situations ou anticiper les mouvements et réactions des personnages, là je décroche car ça devient lourd. Généralement, ces livres sont ceux qui cumulent les clichés du genre (surtout le genre fantasy, que je lis énormément). :)
Après, niveau personnage, j'avoue avoir du mal avec les persos naïfs et profondément épris de justice, qui ne doutent jamais de leurs actions mais presque toujours de leur force (serait-ce assez fort pour terrasser ce roi tyrannique qui a tué toute ma famille ? serait-je assez fort pour porter ce destin que les dieux m'ont assigné ?). Ce type de personnages m'irritent car, souvent, ils n'évoluent pas ou très peu au cours du roman. Ils gagnent en force, en adresse, en puissance, mais ne se remettent jamais en question, ce qui m'énerve. Je leur préfère des personnages plus nuancés, qui peuvent servir le "bon" côté mais regretter d'avoir à tuer ou se demander si, en fin de compte, ça en vaut la peine. Je déteste aussi les personnages féminins qui font tapisserie. Type la princesse belle et rebelle qui se veut profonde mais en fait ne sert que de prétexte ou de récompense au héros, les filles qui tombent amoureuses du héros et créent un vrai harem autour de lui (plus dans les mangas, mais déjà lu dans des romans), la fille qu'il faut toujours sauver... En un mot, les filles très jolies mais qui tendent à ralentir l'intrigue et n'ont pas ou très peu de rôles à y jouer, qui servent juste de déclencheur. C'est plutôt rare que je lise un livre avec un ou des persos féminins débrouillards, avec une vraie histoire allant plus loin que "je suis la fille du roi mais mon père voulait que j'épouse untel or je veux choisir mon destin, donc je me suis enfuie" (pour reprendre le cliché le plus énorme du genre ^^).
Sinon, niveau style, un style trop épuré, avec de très courtes descriptions et presque que des dialogues, me fait généralement vite décroché, de même qu'un style trop pompeux avec pour le coup presque que des descriptions et peu de dialogues.
Étrangement, j'ai aussi du mal avec les retours en arrière, les histoires qui commencent par un prologue/premier chapitre où les personnages sont dans une situation difficile voire désespérée et qui, au chapitre suivant, annonce "trois ans plus tôt" ou "deux semaines auparavant". Les histoires qui alternent aussi entre présent et passé (souvent pour approfondir le passé du héros), me perturbent et m'empêchent d'apprécier le livre (limite j'aurai préféré une première partie sur le passé du héros, puis une deuxième partie sur son présent, ça évite les aller-retours dans le temps ^^).

Et toi, quels sont tes turn-off ? :)
Image de profil de AnemaryColin
AnemaryColin
Merci de ta réponse complète et très interressante!

Je suis d'accord avec toi sur les retours en arrière dans une histoire, et ce peut importe le genre. C'est un peu irrationnel mais c'est comme ça!

Ensuite, j'ai un problème avec les triangles amoureux. Je ne suis pas contre une romance en fond dans mes histoires mais un triangle? Jamais!

Je deteste les personnages qui changent tout le temps d'avis, qui sont incapable de prendre une décision et de s'y tenir.

J'ai aussi un petit problème avec les scènes de sexe à répétition et très détaillées, qui sont de plus en plus présente dans beaucoup de genre je trouve.

Après, contrairement à toi, une histoire très prévisible ne me dérange pas, si elle est bien écrite et ne traîne pas en longueur.

Et je pense que c'est tout, pour le moment en tout cas!
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
De rien, merci à toi d'avoir posté un tel sujet ! ;)

XD tellement, à la fin, on s'embrouille à se dire si on est dans le présent ou dans le passé ! ^^

Hum, les triangles amoureux, hein ? Perso ils ne me gênent pas, mais ce serait cool d'en voir d'autres que le fameux, la fille, son ami d'enfance et le beau mec cool/ténébreux/trop sexy. Genre un triangle avec un mec pour deux filles, ça changerait un peu, ou bien qu'au final, la fille choisisse son ami d'enfance qui l'a toujours soutenu plutôt que le beau garçon qui vient de débarquer dans sa vie. ^^

Oh purée, les personnages inconstants ! XD Ceux-là je les avais oublié, mais ils m'horripilent pas mal ! (sauf quand ils jouent un rôle comique au niveau de l'intrigue ou que leur côté hésitant est en fait calculé ! )

Et, en effet, les scènes de sexe très détaillées sont de plus en plus fréquentes et ce peu importe le genre. Encore, quand c'est annoncé en couverture, avec une petite icône, ok, on sait à quoi s'attendre, mais quand ça n'est pas annoncé et que tu te retrouve face à dix scènes de sexe presque d'affilées, non, là laisse tomber ! ^^ En plus, la plupart du temps, il n'y a qu'une histoire bateau qui sert de prétexte à ce type de scènes -_-
Image de profil de ....
....
J'ai écrit un carré amoureux avec une morte et un gamin ! Promis je suis pas un pervers !
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
xD oh, ton carré amoureux m'intéresse pour le coup ! (promis, moi non plus je suis pas une perverse ! :p)
0