Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Stéph Loup'tout

Points de vue originaux, comment les amener et les tenir tout au long d'une histoire ?

par Stéph Loup'tout  il y a 1 mois

Bonsoir, bonjour, tout le monde ! ^o^

En commençant à écrire un texte, il y a peu, je me suis retrouvée face à un problème auquel je n'avais pas pensé lors de la conception de mon personnage : son point de vue. Quelques explications s'imposent : c'est un personnage très rêveur, qui regarde toujours en l'air car il préfère regarder le ciel que les gens. Qui plus est, suite à une sorte de traumatisme, il n'ose plus trop baisser les yeux, quand il le fait, il préfère les fermer car pour lui, seul le ciel est source de réconfort. Mais voilà, comme l'histoire est à la première personne... et ben je me suis retrouvée à faire une description d'une rue, juste avec le ciel, les bruits environnants et les odeurs ! Si cela respect le point de vue de mon personnage un poil trop rêveur et torturé, je me demande comment je vais bien pouvoir tenir sur la durée de l'histoire (même si le perso va évoluer, il ne parviendra à garder un regard horizontal que vers la fin de l'histoire, donc ça risque d'être long ^^). Qui plus est, comme l'histoire commence avec cette scène dans la rue, j'espère que les lecteurs ne vont pas être trop surpris/déroutés de suivre un perso dont l'univers tourne autour du ciel (exemple : si quelqu'un se fait tuer devant lui, il verra des jets de sang barrer furtivement le ciel, sentira une forte odeur ferreuse et entendra sans doute le bruit mat d'un corps qui tombe au sol, mais rien d'autre : pas de description du mort, de sa position, du tueur, de l'environnement autour etc. ; de même, dans un lieu clos, il regardera plus le plafond et les fenêtres que les personnes présentes, le décor en général, le sol...). Cela limite donc les descriptions ^^" et, par là, la compréhension de certaines scènes.

Si j'écris, par exemple : "L'homme se rua sur le prince, épée au clair. La lame déchira l'air, la chair, les os. Le prince hurla et tomba à genoux. Une large entaille s'ouvrit en travers de son torse et vomit un flot de sang noir et bouillonnant. L'assassin eut un rictus, entre le sourire et la grimace de dégoût, puis tourna les talons et s'enfuit." Normalement, on comprend assez bien la scène. Si, en revanche, j'écris : "Un bruit métalique, puis des pas précipités. L'un de ses compagnons cria, mais il n'aurait su dire lequel. L'odeur du sang supplanta celle des fleurs bourgeonnantes, les étoiles furent brièvement traversées par un éclair rouge. Puis le ciel nocturne retrouva sa beauté originelle. Près de lui, il sentit quelqu'un tomber et une autre personne fuir...". Je trouve que dans ce cas-ci la scène est nettement plus floue... ^^

Il n'y a pas si longtemps, j'avais écrit quelques paragraphes du point de vue d'un perso aveugle, et j'avais bien aimé ne décrire les scènes qu'à travers les sens qui lui restaient. Aborder le point de vue d'un personnage, surtout à la première personne, signifie forcément qu'on va décrire l'histoire et les décors d'une certaine façon, en collant au caractère, au vécu et aux capacités physiques d'un personnage.

Je voulais donc savoir si vous aviez déjà écrit sur des personnages atypiques, avec un point de vue plus difficile à élaborer ? (un borgne, un aveugle, quelqu'un qui ne voit qu'à travers un don, sa magie, qui a une double vue, extraverti, introverti... ?)

Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Hm… Je dois dire, c’est très intéressant, comme idée. Ça l’ouvre la porte à beaucoup de scènes géniales qui font bon usage de son champ de vision, et à des descriptions sensorielles qui peuvent vraiment rentrer sous la peau des lecteurs. Ceci dit, c’est tout un défi que tu te poses. Je commencerais d’abord par me demander si c’est absolument nécessaire à l’histoire, si le récit a un lien direct et précis avec le fait que le personnage regarde toujours le ciel, ou si ce n’est qu’un détail amusant qu’on peut facilement ôter.

En ce qui concerne la narration, c’est vrai que ça peut être assez lourd de toujours dire qu’il regarde le ciel. Dans ce cas, il suffit de rendre très claire sa fixation, de préciser qu’il fait toujours ça, et les lecteurs s’habitueront vite. De même pour la scène que tu as décrite à la troisième personne; ne sous-estime pas les lecteurs. Si tu mets assez d’indices, que tu fais bien monter la tension, que tous les personnages clefs sont introduits et en place, alors le contexte seul qui suivra suffira pour que les lecteurs comprennent qui vient de mourir. Ça devient une mini-partie de Clue, ce qui va très bien avec la « gimmick » du protagoniste.

Tant que tu suis les normes de bases (introduire ce qui est important, préciser des détails clefs au récit, définir le contexte, bien faire la narration), tu ne devrais pas avoir trop de problèmes avec cette idée. Ça te ralentira, ça, c’est certain, parce que c’est quelque chose de beaucoup plus demandant qu’une simple narration à la première ou troisième personne. Mais je crois que si tu utilises bien le concept, que tu t’amuses avec, et que tu écris des scènes qui seraient impossibles d’écrire avec un champ de vision normal, ça en vaudra bien la peine, et les lecteurs se feront un plaisir de le lire.

Avant de terminer, j’espère que tu expliques bien, dans le texte, pourquoi le personnage agit comme ça. Je ne connais pas son traumatisme, mais fais en sorte que ce soit fort, une vraie grosse claque aux lecteurs, parce que ce personnage qui regarde toujours le ciel sonne un peu tiré par les cheveux. Un bon concept, qui donne lieu à beaucoup de possibilités (que j’espère que tu utiliseras pleinement), mais il faut d’abord bien le justifier dans le contexte. Il faut que ça soit crédible.

Et puis, si après un bout, tu n’es plus capable, tu n’as qu’à écrire à la troisième. Personnellement, je crois que la tâche serait beaucoup plus facile à la troisième. Tu te limiterais quand même au sensoriel plus qu’au visuel, mais tu pourrais, à l’occasion, tricher un peu et faire bouger la caméra. Par exemple, imagine qu’une fille aime le personnage depuis leur enfance. Il entre dans un bordel où elle travaille. Il ignore tout de ça et elle s’occupe de lui. Il ne la voit pas, parce qu’il ferme les yeux, mais la caméra à la troisième nous permet de voir un peu en elle, qui elle est, son exaltation, et une description externe qui rafraîchit l’idée du protagoniste. Après cette scène, la caméra peut rester un peu sur la fille, qui aura alors droit à un peu de croissance en tant que personnage, et une place plus importante dans le récit qu’elle aurait eu si la narration était à la première et limitée au protagoniste.

Puis il y a les idées que tu as sûrement déjà eues : il voit une colonne de fumée s’élever des toitures et il se met à courir, car il sait que ce feu vient de chez lui; il voit une silhouette sombre sauter sur les toits et décide de la suivre; il est chez lui et, regardant le plafond, voit des ombres qui se déplacent furtivement entre les planches du plafond, sans créer le moindre son, mais étant assurément celles d'intrus; il reçoit un pot de chambre en plein visage, ou des excréments d’oiseaux (beaucoup de potentiel comique).

J’espère que ça t’aidera!
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
J'espère être à la hauteur du défi que je m'impose... d'un autre côté je n'ai pas vraiment choisi, le perso est venu comme ça ^^ Un coup de tête et des heures de travail et de creusage de méninges en perspective !

Merci pour tes précieux conseils sur la description. J'envisageai d'introduire une sorte de fantôme, un esprit qui suivrait le perso et, malgré son déni du monde qui l'entoure, s'amuserait à lui décrire tout ce qu'il ne peut pas voir, juste pour lui montrer que la vie n'est pas dans le ciel, qu'elle continue, tout autour de lui, et qu'il a juste à baisser les yeux pour la voir... Le problème c'est que je perdrai un peu cette originalité de description : ce serait juste une description classique, mais en deux temps : l'un périphérique, l'autre orienté vers le ciel et uniquement le ciel.

Pour l'origine du traumatisme du perso, elle est amené au fur et à mesure de l'histoire, car c'est un élément clef de l'intrigue et du personnage. Au début, il n'y a que peut de précisions, sinon les réactions du personnage chaque fois qu'on l'aborde ou ses réponses "seul le ciel vaut la peine d'être regardé", "ce monde est trop laid" etc. Dans un deuxième temps, il se confiera à un de ses compagnons, allant jusqu'à raconté une petite partie de son histoire. Au fur et à mesure des aventures et de son voyage, il donnera ainsi, au fil des dialogues et des obstacles rencontrer des indices aussi bien à ses compagnons qu'aux lecteurs, jusqu'à que ses compagnons puissent comprendre comment il fonctionne et pourquoi il est comme ça et essaye de changer sa façon de voir le monde. C'est une explication longue, que le lecteur trouvera au fil du texte, mais normalement je pense l'avoir assez bien cernée pour la distiller efficacement dans le récit :)

Je préfère rester à la première, même s'il est vrai que la troisième serait un choix plus judicieux. Pourquoi ? Un, je suis têtue. Deux, la première personne n'est pas mon point de vue de prédilection, je suis plus habile avec la troisième et j'aime me mettre en difficulté, ça stimule mon imagination et mon style d'écriture. Trois, je compte changer tout de même de point de vue au cours de l'histoire, tous les persos secondaires auront leur moment, tôt ou tard, mais à la troisième personne, pour bien différencier le personnage principal d'eux :) Cela me permettra de mettre plus en relief le perso, ses réactions, ce que pensent les autres de lui etc.

En effet, il a un fort potentiel comique comme héros ^^" C'était pas le but au départ, mais maintenant que tu le soulignes, cela pourrait donner des situations assez cocasses ! xD

En tout cas merci pour ta longue réponse développée, ton analyse et tes idées, cela m'aide énormément et me motive ! ^o^ Au plaisir de te lire et/ou de te retourner la pareille, lors d'une prochaine discussion ! ;)
Image de profil de AudreyLD
AudreyLD
Je n'ai jamais tenté l'expérience, donc mon avis n'est que celui d'une lectrice.

Dans la deuxième description de la scène, je trouve, contrairement à ce que tu sembles penser, que rien n'est flou. Effectivement, on échappe aux détails sanglants, mais l'impression est très nette. Et finalement, malgré des descriptions a priori peu explicites, on comprend que c'est un carnage.

C'est justement son point de vue unique qui fera la force de ton récit : il nous pousse à imaginer, à analyser nos autres sens, à visualiser au-delà des yeux. C'est, sans l'ombre d'un doute, un exercice difficile, mais quelle récompense quand tes lecteurs comprendront tout sans le voir ! (façon de parler)

Par ailleurs, petites questions qui n'ont pas grand chose à voir avec le Schmilblick : comment se passe sa vie de tous les jours ? Quand il est en intérieur, garde-t-il les yeux au plafond ? Comment mange-t-il sans s'en fiche partout ? Que capte-t-il dans sa vision périphérique (parce qu'à moins d'avoir la tête totalement basculée en arrière, on voit pas mal de choses autour de nous) ? N'a-t-il pas mal au cou, à force ?
Ce ne sont pas forcément des questions qui appellent des réponses ici, dans la discussion... mais ce sont celles qui me viennent en découvrant ton choix de héro ;-)

Bon courage pour l'écriture, c'est très audacieux !
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Je trouvai aussi que son point de vue pourrait être un point fort du récit, une façon originale d'aborder l'histoire, mais ça m'a un peu bloqué pour le début ^^

Pour répondre à tes questions, il mange en fermant les yeux ou en fixant intensément son assiette, sans rien regarder autour. Tout ce qui est dans son champ périphérique, il n'y fait pas trop attention. Des couleurs, des formes, des mouvements, qu'il a appris à ignorer. Il peut avoir un peu mal au cou, vu qu'il est souvent la tête renversée, mais il se ballade aussi pas mal avec un miroir qu'il oriente vers le ciel, pour se reposer un peu la nuque, même s'il préfère voir le ciel de ses propres yeux et non une image réfléchie. En intérieur, il regarde plutôt les fenêtres, d'où il peut voir le ciel. Les yeux au plafond, c'est plus pour éviter de regarder les gens autour de lui.

Merci, je tâcherai de lui faire une bonne histoire ! :)
Image de profil de KagomeAohane
KagomeAohane
Perso j'ai cumulé aveugle, sourde et muette ^^' (j'adore torturer mes personnages).
Mais en tant que flemmarde professionnelle, je limite les scènes avec leurs points de vue, d'abord parce que ce ne sont pas les personnages principaux, et ensuite parce que c'est effectivement plus compliqué à comprendre pour le lecteur. Sinon, je complète les descriptions en changeant de pdv, et en prenant un perso sans handicap. :)
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
xD j'avoue que là, ça laisse pas beaucoup de place pour la description, sauf niveau odeur et toucher ^^"
Hum, changer de point de vue, hein ? C'était prévu dans l'histoire, mais peut-être que je passerai à un autre point de vue plus rapidement, histoire qu'on comprenne plus ce personnage ^o^
Merci pour ta réponse en tout cas ! :)
0