Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Clarilia

Comment faire une belle description dans un récit?

par Clarilia  il y a 1 an

Bonjour!

Pour commencer, je me présente : Je m'appelle Clara, j'ai 18 ans et je suis une passionnée d'écriture. Je souhaiterais devenir scénariste mais je trouve que mon style d'écriture est très superficiel. À vrai dire, j'ai du mal à décrire les actions, les sentiments de mes personnages, leur physique, le paysage, etc. Mes dialogues sont plutôt vivants mais les descriptions sont trop courtes... ça gâche un peu l'effet que je veux donner et ça donne un mauvais ton, un ton monotone à mes écrits. Vous pourrez le constater dans mes œuvres. Je ne pense pas être la seule.

Auriez-vous des conseils, pour faire de bonnes descriptions, s'il vous plaît? J'ai vraiment un blocage à ce niveau. J'aimerais vraiment m'améliorer.

Merci à ceux qui répondront!

Image de profil de .
.
Prends une description que tu aimes et analyse son style : longueur de phrases, gradations, contrastes, figures de style.
Ensuite regarde l'objet ou la pièce et trouves-y des détails que toi seule voit, ou des associations d'image mais quelque chose que tu es la seule à percevoir malgré son évidence une fois remarquée.
Et répéter ainsi forme et fond jusqu'à trouver ton style et ta propre sensibilité.
Image de profil de Clarilia
Clarilia
D'accord, merci beaucoup!
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Coucou ! :)
Perso j'ai eu le souci inverse : je faisais trop de descriptions, des phrases trop longues, alambiquées et surchargées qui noyaient l'action ^^ Le plus simple pour avoir des descriptions vivantes et en même temps assez complètes c'est de décrire l'environnement et/ou les personnages à travers les cinq sens. Prenons l'exemple d'une rue animée par un matin d'hiver, une rue dans un monde fantasy-médiéval : quelles odeurs flottent dans l'air ? L'odeur du pain frais, d'épices venues de contrées lointaines, de la neige qui s'accumule sur les toits, des feux de cheminées... Quelles sensations ? Il fait froid, il y a sans doute aussi un peu de brume matinale, donc l'air est épais, humide, les vêtements du personnage sont-ils assez chauds ? sont-ils rêches, doux ? Quels bruits dans cette rue ? Discussions, bruits de pas dans la neige, huées des vendeurs à la tire, portes des tavernes qui s'ouvrent et se ferment, grésillement des lanternes, quelques explosions étouffées de magiciens en pleine démonstration, chant et musique d'un barde... Quels goûts ? si le perso mange, il mange quoi, c'est comment ? Doux, sucré, salé, épicé, un peu sec, amer, acide, acidulé, mauvais, bon, délicieux, râpeux, dur, croustillant, moelleux, filandreux, chaud, froid, tiède ? Qu'est-ce qu'on voit ? Comment sont les maisons, les bâtiments, les gens ? Quelles couleurs ressortent de leurs vêtements, des façades ?
En te basant sur les sens, c'est plus facile de t'immerger dans ta scène et donc de la décrire. :) Après, faut pas non plus en faire des tonnes, le tout est de donner assez d'infos au lecteur pour qu'il imagine la scène sans nous plus lui fournir tous les détails, auquel cas il n'a plus rien à imaginé et ça allonge la description en plus. Certains verbes apportent aussi beaucoup aux descriptions, par exemple "l'océan s'étalait à perte de vue" et "les montagnes se dressaient, hautes et fières, leurs sommets blancs frôlant les étoiles", dans ces deux courtes descriptions, le verbe joue un rôle, il prolonge l'idée que l'océan est vaste (étaler) et que les montagnes sont hautes "se dresser" ; si j'avais employé le verbe "jaillissaient" pour les montagnes, cela aurait mieux marcher si mon personnage, à un tournant, voit ces montagnes, ou en sortant d'une forêt, cela leur donne une soudaineté... :) Pour ces descriptions, interroge-toi aussi sur la météo, le moment de la journée et la saison. Pour reprendre ma rue animée, elle le serait sans doute moins en pleine nuit d'hiver qu'au milieu d'un jour de printemps ; s'il pleut ou qu'il grêle, il risque aussi d'y avoir moins de monde... Et en fonction du moment de la journée, la luminosité n'est pas la même, ce qui change la perception des personnages. :)

Ensuite, pour les descriptions des personnages en eux-mêmes, il y a les deux techniques les plus utilisées : le coup du miroir, où le perso se regarde et boum, le voilà qu'il se décrit lui-même, et celui d'un autre personnage qui l'observe et le décrit. La meilleure technique, selon moi, c'est celle qui consiste à distiller les infos du personnage, à travers ses actions. Tu peux reprendre l'idée du miroir, mais alors le personnage ne croise furtivement que son regard, genre "il leva les yeux et croisa un regard bleu glace ; il mit une demi-seconde à comprendre qu'il s'agissait du sien, reflété par la vitre du bus". Ces descriptions varient en fonction du genre de ton texte. Si c'est un conte ou un roman pour enfants, il vaut mieux décrire le personnage principal d'entrée de jeu et ne pas trop distiller sa description, en donnant ses traits physiques et ses traits de caractère les plus importants (comme dans Harry Potter ou presque tous les contes pour enfants "il était une fois un roi très petit et vaniteux, avec une belle chevelure rousse..." ;) ). En revanche, distiller les infos permet d'une de ne pas servir le personnage tout chaud pour le lecteur, l'obliger à relever les petits indices pour former petit à petit une image du perso, de deux d'installer des rebondissements et/ou retournements de situation plus facilement (un personnage qui apparaît à un autre très froid et distant peu, au fur et à mesure, se révéler en fait juste timide...). Je trouve qu'on s'attache plus à personnage qu'on découvre petit à petit qu'à un perso qu'on nous sert direct en une ou deux pages de descriptions.
Après, quel que soit la méthode pour laquelle tu optes et le genre de ton texte, le travail de fond reste le même : pour décrire un personnage et ses sentiments, il faut définir plusieurs points : ses traits physiques, son caractère, sa façon de parler (un aubergiste des faux-bourgs ne va pas s'exprimer de la même manière qu'un musicien errant ou qu'un noble proche du roi, de même, il peut avoir un ou plusieurs tics de langage, comme un zozotement, un tendance à faire traîner ses phrases, un mot qui revient sans arrêt...). Un personnage se définit aussi par son passé et son présent. Quelle est son histoire ? S'il a vécu des choses difficiles, il se peut qu'il soit devenu dur, méfiant, voire même voleur, menteur et tricheur, faisant tout pour survivre. Si au contraire il a vécu dans une tour dorée, protégé de tout, il sera probablement naïf, ignorant du monde qui l'entoure. Le mieux est de poser quelques traits physiques, de tempérament et d'histoire personnelle du perso pour mieux le cerner et donc mieux le décrire par la suite. Hésite pas à lui ajouter quelques défauts, car ça le rend plus humain (genre, un personnage avec les cheveux noirs et courts, des tâches de rousseurs, les yeux vairons, plutôt grand et efflanqué comme un chien errant, de sexe masculin, qui ne supporte pas l'injustice mais qui est menteur et sujet à des crises de panique, en plus d'être asthmatique ; pour son plus grand malheur c'est le futur roi d'un pays guerrier qui envahit depuis des années ses voisins afin de s'enrichir et qui pratique de surcroît l'esclavage... Bref, là on sait que ça va pas être facile pour ce perso et rien qu'avec ces éléments, on peut déjà construire une histoire, celle d'un roi qui va soit refuser le trône car son pays ne correspond pas à sa manière d'être, soit chercher à révolutionner son royaume, quitte à se mettre tout son peuple à dos...). :)
Pour les descriptions en elles-mêmes, tu peux aussi jouer sur les verbes, ou les clichés, les situations, l'ambiance... Présenter un personnage au cœur d'un combat ou au milieu d'une fête d'anniversaire ne donnera pas le même rendu ^^

Passons maintenant aux sentiments des personnages. Tu peux les développer sur le long terme, ce qui est plutôt cool. Mais faut aussi faire gaffe aux situations et aux caractères des personnages. Si on demande à un personnage courageux de fuir face au danger ou si on demande la même chose à un personnage lâche, l'un risque de se mettre en colère, l'autre sera sans doute soulagé et reconnaissant. Pour les sentiments, je trouve que l'important est de les décrire de manière physique : un froid vaseux qui gèle les entrailles pour la peur, un voile rouge et une bouffée de chaleur, doublée d'une sensation d'ivresse pour la colère, pétillements de joie... bref, trouver une manière physique adaptée à chaque personnage de ressentir ces émotions. Un perso très émotif ne ressentira pas les sentiments de la même façon qu'un personnage plus stoïque ; cela voudra aussi dire que quand le perso stoïque se laissera aller à un sentiment, la situation sera sans doute extrême et qu'il peut aussi ne pas comprendre tout de suite ce qui lui arrive, sentir par exemple comme un poids au niveau coeur et croire qu'il fait une attaque alors qu'il est juste triste, etc. ^^ Les sentiments s'expriment surtout dans les dialogues et les réactions des personnages, alors sers-t-en ! :) Rougir de honte ou d'amour, avoir un sourire en coin, détourner les yeux, baisser la tête, hausser les épaules, se ronger les ongles, s'ébouriffer les cheveux, lisser sa jupe, lever les yeux au plafond, danser d'un pied sur l'autre, croiser les bras, hausser un sourcil, tourner le dos à son interlocuteur, serrer les poings, faire la moue, retenir ses larmes, froncer le nez, tirer la langue... tout ça, ce sont des expressions qui, sans dire les sentiments, les décrivent quand même assez bien. :)

Enfin, pour l'action, je ne pense pas qu'il faille vraiment la décrire, vu que l'action c'est justement un déroulement d'événements rapprochés qui accélèrent l'intrigue ^^ Après, tu peux aussi te servir des sens et des réactions du corps pour mieux les étoffer si tu veux :) Si c'est pour un combat, cela donne un peu ça "Il dévia de justesse un coup, en esquiva un autre ; ses bras commençaient à trembler, ses jambes devenaient de plus en plus lourdes, la sueur dégoulinait le long de sa colonne vertébrale, son coeur battait sourdement à ses tempes et des points noirs voltigeaient devant ses yeux. Il ne tiendrait pas longtemps comme ça, il le savait. S'il voulait gagner, il fallait en finir au plus vite..."

En espérant t'avoir un peu aidé ! :)
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Et désolée pour le pavé, quand je commence je sais pas m'arrêter ^^"
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Ah et, autre chose importante en description : hésite pas à varier les phrases longues et les phrases courtes, ni à penser en mode caméra de cinéma :) Prenons le cas d'un château en pierres noires au sommet d'une montagne, soit tu peux partir du ciel orageux et descendre ensuite sur le château, en décrivant du coup d'abord ses tours, ses créneaux, puis les murs épais percés de meurtrières et finir par sa porte principale, ses douves, son pont-levis et le chemin qui y mène, ou bien tu peux d'abord faire le chemin, et ensuite décrire le château de bas en haut cette fois, en terminant par ses tours crénelées qui s'adossent au ciel orageux ou décrire en entier, comme une silhouette haute et trapue, perchée au sommet de la montagne, hérissée de créneaux et observant froidement le paysage alentours de ses meurtrières... Dans le premier cas, le château apparaît moins menaçant, plus "paisible", dans le sens où on descend du ciel vers la porte du château, on s'attend donc à y entrer directement, comme si le perso en marche levait le nez au ciel et voyait le château ; dans le second cas, on peut imaginer que le personnage marque un temps d'arrêt devant l'édifice, qu'il se sent oppresser par sa masse imposante qui se découpe dans le ciel et se dresse ainsi devant lui (mouvement de la description du bas vers le haut) ; enfin, le décrire dans son intégralité et en usant de verbes comme "percher" ou encore "hérisser" et "observer" fait devenir le château telle une bête vivante, un organisme à part entière qui est à la fois solennel et menaçant, une sorte de sentinelle monstre en pierre noire... :) Cette idée de "caméra" est aussi valable pour la première description d'un personnage : un enfant qui voit d'abord des pieds et qui lève ensuite le nez pour croiser le regard d'un personnage trouvera ce dernier grand et sans doute intimidant ; tandis que ce même enfant voyant le perso passer sous la branche de l'arbre sur lequel il est, le trouvera sans doute moins intimidant, remarquera peut-être même un début de calvitie, et ce n'est qu'en descendant de sa branche qui pourra le trouver plus grand que ce qu'il avait imaginé... :) Bref, comme tu vois, les descriptions sont un point important des récits et il y a plein de façons de les enrichir ! ^o^ Les métaphores et comparaisons peuvent aussi apporter quelques touches, tout comme la personnification, que j'ai utilisé pour la troisième description du château, le rendant vivant :)
Image de profil de Clarilia
Clarilia
Wow, merci beaucoup! Je prends en notes!
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Haha, pas de quoi ! ;)
Image de profil de Anne O'Delly
Anne O'Delly
Ce que je fais pour rendre plus vivant mes descriptions, j'utiles les 4 (6) sens : ouïe, vu, touché, odorat. Les figures de style aussi enrichissent un texte. Après certaines expressions sont aussi très courantes, presque "clichées" comme fusiller du regard, des cheveux de jais etc. je pense que l'imagination permet d'éviter les expressions trop courantes. J'en lis parfois des excellentes d'ailleurs XD
Image de profil de Clarilia
Clarilia
Merci beaucoup! :)
Image de profil de C.M.V LILY
C.M.V LILY
Le meilleur moyen est l'observation c'est tout. C'est comme regarder une robe dans un magasin, un gâteau chez son boulanger, un film à la télé, tout est observation et analyse, c'est tout.
Image de profil de Clarilia
Clarilia
Merci beaucoup!
Image de profil de Cornedor
Cornedor
Je pense que chacun va te donner des astuces purement personnelles, car selon les styles, les descriptions peuvent être très différentes et c'est ça qui est génial :D
Personnellement, je sus une grande fana du style de JL Marcastel pour ce qui est des descriptions, donc je m'en suis (inconsciemment) largement inspirée, à force de les lire et de les relire !

Ce que je trouve génial dans une description, c'est dire tout ce qui n'est pas... visible. :p
Tout ce qui rajoute de la magie, des émotions, de la vie, en fait. Comme dit Gobbo juste dessous, dire "elle pleure", c'est nul XD Il faut se plonger dans la scène, pouvoir la vivre. Elle ne pleure pas ; elle a les yeux qui pique et étouffe ses sanglots, ou alors au contraire elle se noie dans ses larmes sans pouvoir les retenir.
Plutôt que de dire qu'elle a un air désespéré, dire que ses yeux ont un éclat désespéré, ou qu'elle sent le désespoir à plein nez, c'est beau, ça rajoute tout de suite quelque chose. Le lecteur voit quelque chose qui brille dans ses pupilles. Approfondir l'action et faire passer des émotions, ça peut être génial. ça demande un peu d'entraînement mais le résultat en vaut la peine.

Plus personnellement, j'aime beaucoup jouer sur les ombres et les lumières. Un iris qui scintille de joie, la lune qui caresse le toit d'un garage, ou les traits d'un personnage ciselés par la lumière dansante d'un feu de bois... Dès qu'il y a de la lumière, je sais pas, ça rajoute une dimension.

Ah oui et une astuce plus pragmatique : joue sur les 5 sens ! :D Une description qui se limite à la vue, c'est une description pauvre. Le lecteur a besoin d'une scène en 4D pour pouvoir s'y plonger au mieux. Parle des odeurs, des sons, et aussi des sensations physiques. Par exemple, une forêt n'est pas juste une forêt. Ce n'est pas juste un ensemble d'arbres dans lequel il va se passer un truc. C'est un élément à part entière, si tu veux qu'on s'y sente vraiment, il faut lui donner de l'importance et qu'on puisse la ressentir dans ses sens. Quand tu y entres, tu as ces effluves d'humus caractéristiques, mi-pourriture mi-feuilles mortes, voire une odeur d'humidité. Il y a le soleil qui perce la canopée par milliers de petits éclats, qui rebondissent partout dans les sous-bois et projettent des lueurs sur les talus, les champignons et les troncs. Les arbre ont une écorce rugueuse, rien qu'à l'oeil ça se voit, et le fait de le mentionner ça rajoute de la consistance. :p

J'ai pas le temps pour détailler beaucoup plus, par contre, j'avais écrit il y a un bail un tuto concernant le style descriptif, sur un forum d'écriture. J'avais détaillé plein de points (le rôle des adverbes, des adjectifs, des métaphores, ou l'astuce des inversions sujets-compléments qui donne un excellent résultat en général) et donné pas mal d'exemples.

Du coup voici le lien, si ça peut t'aider ! (notamment pour les exemples concrets)
http://www.encre-nocturne.com/t3161-style-rendre-l-action-reelle-et-prenante

Après, chacun a son propre style et tu peux tout à fait rester dans un style très sobre, dépourvu de descriptions ! Tu dis que c'est court et monotone, mais ce n'est pas forcément le cas. Beaucoup d'auteurs se concentrent sur l'action et les dialogues et laissent de côté les descriptions, ce qui donne beaucoup de dynamisme et de simplicité. Tant que tu ne fais pas de la fantasy, de l'historique ou de la SF (auquel cas les descriptions d'univers sont quand même bien utiles), tu peux largement t'en passer :p
Image de profil de Clarilia
Clarilia
Merci beaucoup!
Image de profil de Empyrea
Empyrea
Pour une fois que Cornouille est de bon conseil :o
(À part le "elle sent le désespoir à plein nez", c'est pas super classe, elle fait juste une fixation sur les pifs)
Image de profil de Cornedor
Cornedor
XD Je te zut, toi !
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Je suis tout à fait d'accord avec ta vision des descriptions Cornedor, même si je suis Empyrea pour ce qui est de "elle sent le désespoir à plein nez" XD Après, ça peut le faire si genre le perso qui décrit la fille est une sorte de démon/fauve/créature magique ou animale avec un sens de l'odorat dépassant largement le nôtre et capable de sentir du coup les émotions, mais à part dans ce cas, je me vois mal utiliser cette expression ! xD
Image de profil de Cornedor
Cornedor
Roooh vous chipotez xD Moi je la trouve très bien ! Tant que c'est un perso au langage un peu familier qui l'utilise pour en décrire un autre, ça passe ! Evidemment, dans un texte comme ceux d'Empipi, ça va faire tache.
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Chacun ses goûts, comme dirait l'autre :p
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Déjà, ma prefère réflexion : c'est en forgeant....
Passé ce conseil évident, je dirais que plusieurs choses peuvent t'aider. L'entraînement, donc, bien sûr, mais pas que.
Ensuite, une règle qui pour moi est cardinale (mais pas forcément pour tous) : quand tu décris, n'explique pas, montre. dire "elle est triste", OK, mais expliquer que des larmes lui coulent des yeux, qu'elle a du mal à respirer, etc, ça permet au lecteur de mieux visualiser la scène. Quelque chose qui peut t'aider serait d'imaginer une caméra braquée sur ce que tu veux décrire. Comment vois-tu l'image ? Qu'est-ce que tu vois en premier ? Ensuite ? A quel point la vision de ton narrateur colore-t-elle cette image ?
Ensuite, je rejoints Edwyn, les mots, c'est important. Pas besoin de mots compliqués, mais il faut que pour toi, ils sonnent juste. Je te conseille, quand tu fais tes descriptions, d'utiliser le Crisco, qui est le meilleur dico de synonymes que je connaisses, et qui est lié au TLFI si jamais tu as besoin de vérifier une définition.

Ah, si, un dernier truc : l'analyse. Quels sont les auteurs que tu aimes, et dont tu admires les descriptions ? Tu en prend une que tu connais bien, tu l'analyses, tu la réduis en miettes pour voir la trame, comment elle fonctionne, qu'est-ce qui est en jeu, dedans, et tu t'entraînes en essayant de reprendre les mêmes outils mais sur une autre description. Plus ces outils te seront familiers, plus tu seras capable de faire tes propres descriptions.

Voilà, un peu en vitesse, mais j'espère que tu trouveras des choses pour t'aider dedans.
Image de profil de Clarilia
Clarilia
Merci beaucoup!
Image de profil de Edwyn
Edwyn
Je crois avoir un problème un peu inverse, ce sont les dialogues qui me peine.

Une description soignée n'est pas pour moi une description qui va décrire jusqu'à chaque aspect de l'objet étudié ou l'aspect de chaque brin de cheveux d'un personne. Ce qui importe c'est le sens de ce personnage et ce que tu veux qu'il apporte au récit.
Il faut aussi soigner les mots, les faire sonner avec justesse pour qu'il soit harmonieux avec l'endroit ou tu les places.
En vrai ce que je dis ne doit pas trop t'aider XD
Pour être plus factuel je te dirais de décrire des choses que tu connais bien déjà ou sur lesquelles tu t'est renseigner, d'imprégner ce que tu écris d'émotion pour que ton lecteur ressente ce que tu écris. Mais le plus important c'est le champs lexical, le vocabulaire écrire avec un dictionnaire des synonymes peut vraiment aider je pense.
Image de profil de Clarilia
Clarilia
Merci beaucoup!
0