Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Stéph Loup'tout

Fins ouvertes !

par Stéph Loup'tout  il y a 9 mois

Bonjour, bonsoir, bonnes fêtes !

Récement, j'ai repensé à un livre de fantasy (encore et toujours haha), que je n'ai jamais fini car j'ai lu la fin avant de le lire en entier et que la fin... eh ben... n'était pas vraiment une fin. Le roman se finit bien en un tome, mais il se termine par une fin ouverte. Du coup, cela m'a frustré, car j'ignore si le héros est mort ou vivant, ou bien mort mais vivant/réincarné dans un autre monde/monde des dieux/au-delà. J'ai déjà été confronté à ce type de fins, le plus souvent dans les mangas et animes et cela m'a toujours désemparé. D'un côté, comme je suis très positive, j'aime bien car je peux m'imaginer que les héros ne meurent pas, ou bien qu'ils gagnent la guerre, bref que tout fini bien quoi. Mais, d'un autre, je ne peux m'empêcher d'éprouver des soupçons. Ce qui fait que je reste mitigée. L'une des fins ouvertes qui m'a le plus frappé, c'est celle d'un film d'animation japonais avec un samourai. Lors de la dernière scène, on voit l'ami du samourai partir à cheval avec le samourai blessé en croupe derrière lui. Le samourai perd beaucoup de sang, laissant des gouttes dans leur sillage et ferme les yeux. Puis boum, générique et, après le générique, aucune autre scène supplémentaire... Du coup, on peut se dire qu'il meurt puisqu'il ferme les yeux ou juste que, fatigué par ses combats et la perte de sang, il s'endort ou qu'il ferme juste les yeux quelques instants pour savourer sa victoire... Une autre fin, dans un anime cette fois, porte sur un yokai (démon japonais) très proche d'un humain mais qui l'oublie dans les dernières minutes suite à un rituel ; l'humain et le yokai se rencontrent à nouveau et le yokai dit qu'il a un air familier... et fin ! Donc on ne sait pas s'il va s'en souvenir ou pas...

Je voulais donc avoir votre avis sur ces fameuses fins ouvertes. Est-ce que vous les aimez ? Optez-vous toujours pour la fin postive ou la fin négative ? Ou bien cela dépend du roman et de votre humeur ? Ou peut-être que vous ne réfléchissez pas parce que la fin est justement ouverte et que vous laissez planer le doute sans chercher à y répondre ? En tant qu'auteurs, avez-vous déjà écrit des fins ouvertes ? Pourquoi ?

Perso, j'en ai écrit une, sur une histoire très très courte, et j'ai laissé une autre histoire se terminer un peu en suspens (avec les héros qui partent pour le royaume des elfes afin d'aider un prince prisonnier à reprendre son trône, mais du coup on ne sait pas s'ils vont réussir ou pas et je n'ai pas prévu de suite à cette histoire). J'aime bien en écrire car, étant auteur, je connais la réponse. Il faudrait maintenant que j'essaye d'écrire une fin ouverte sans avoir de réponse, même si ce sera difficile ^^".

Image de profil de William-Taylor
William-Taylor
J'apprécie les fins ouvertes mais c'est vrai que c'est tout un art !
Elles peuvent être frustrantes lorsqu'elles laissent en suspens des éléments essentiels. Au contraire elles sont savoureuses lorsque le lecteur dispose de suffisamment de matière pour apprécier le dénouement à sa juste valeur ; c'est à dire quand l'enjeu principal est résolu.
En somme un bonne fin ouverte ne se termine pas sur une péripétie ne résolvant pas la problématique du récit ; elle intervient en guise d'ouverture vers un nouvel enjeu.
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
En effet, si l'enjeu principal n'est pas résolu, ce n'est même plus une fin ouverte, c'est une fin en queue-de-poisson ! ^^
C'est aussi pour ça que ça peut être difficile d'écrire une bonne fin ouverte, il faut la faire intervenir au bon moment pour émoustiller le lecteur, sans pour autant le frustrer... Comme la fin est ce qu'on lit en dernier (logique n'est-ce pas ? sauf quand on est comme moi et qu'on aime lire ou au moins feuilleter la fin avant de commencer un livre...), c'est aussi la dernière impression qu'aura le lecteur de notre livre. Si la fin ouverte est ratée, la dernière impression du lecteur risque d'être au mieux perplexe, au pire décevante, ce qui nuit du coup à l'intégralité de l'histoire !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
La roue ne s'arrête pas de tourner :) toute fin est ouverte. Même celle des contes de fées. La seule vraie fin serait une destruction complète du monde (ou de l'univers, et encore, qui dit qu'il n'y a pas de survivants ?).

Bref, pour moi toute fin est un peu ouverte, elle clôt l'instant, mais la vie se poursuit. En tant qu'auteur c'est encore mieux, puisqu'on pense à tout ce qui peut arriver après ou dans 20 ans.

Donc pour répondre à tes questions : oui, j'aime les fins ouvertes. J'ai écrit une qui n'est ni l'un ni l'autre :) ha je dirais plutôt positive, allez :) mais comme je te dis, la roue tourne et on ne saura jamais de quoi demain est fait.
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Je suis d'accord avec toi, mais les fins ouvertes sont tout de même un genre plus marqué que les fins "normales" des romans. ^^ Par exemple, dans un roman, si à la fin le héros meurt, point final, il est mort, il peut se passer plein de choses après sa mort ou même sa mort peut déclencher des séries d'événements, ça ne changera rien au fait que lui est mort. Si la fin est ouverte, on ne sait pas s'il est vraiment mort ou pas... Je trouve que c'est différent, car on a ce doute qui subsiste ^^".

Après, j'aime bien les fins alternatives aussi, dommage qu'il y en ai si peu dans la littérature contemporaine :)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Au temps pour moi ! J'avais pas compris que tu pensais spécifiquement à ce genre de fin ouverte (exemple du héros mort ou pas). Plus qu'ouverte, je dirais frustrante XD
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
XD après je prends l'exemple du héros mort parce que c'est le plus radical. XD En vrai, ça peut s'appliquer sur une enquête, où la fin serait qu'on ne sait pas si le meurtrier va recommencer ou non. Un autre exemple serait une fin ouverte sur un choix, comme je l'ai fait pour mon histoire courte : à la fin, le héros a le choix entre être exécuté ou oublier tout de sa vie et devenir disciple du magicien qui l'a vaincu. La dernière phrase de l'histoire c'est "Il choisit." du coup, on ne sait pas s'il choisit l'une ou l'autre des options.
En parlant de fin ouverte je viens de me rappeler que les Chair de Poule en ont souvent. Par exemple, les enfants qui réussissent à "guérir" un loup-garou après des chapitres et des chapitres d'enquête mais en voulant remettre les peaux de loup dans le coffre, l'un d'eux a trop tardé et se change en loup sous les yeux de son ami... résultat, on ne sait pas si cet ami survit et, si c'est le cas, s'il parviendra à guérir son amie.
Bref, quand je parle de fin ouverte, c'est quand on laisse des choses en suspens, que la situation "finale" est ambiguë, instable. :)
0