Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Chanel Lackaday

La fin au début...

par Chanel Lackaday  il y a 2 ans

Bonjour!

Que pensez-vous des romans ou des films qui démarrent par la fin? Quels clichés sont insupportables pour vous dans ce genre d'écriture? Je suis en train d'écrire une histoire qui commence par la fin, et j'ai besoin de conseils.

Merci!

Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
C'est intéressant, surtout si c'st intégré au prologue afin de laisser planner un mystère tout au long de l'histoire.
Image de profil de A.J.
A.J.
Pour ma part, j'ai eu de très bonnes expériences sur ce principe, que ce soit en livre ou sur d'autres médias. Le principal soucis, c'est la cohérence du récit. Il faut être certain que ton lecteur comprenne à un moment donné que le récit n'a pas été raconté dans le bon ordre, sauf si tu cherches à le tromper en gardant, même dans un récit à la temporalité fausse, une cohérence suffisante pour le tromper jusqu'à la fin, où il faudra absolument qu'il comprenne tout. Si tu n'y parviens pas, tu perdras ton lecteur assez rapidement. C'est déjà difficile de garder l'attention sur des récits qui ne délivrent pas tout dans les premiers chapitres, alors avec des histoires où la temporalité n'est pas claire... s'ils ne sont pas déjà à fond sur l'histoire, ce sera difficile. [Attention spoilers sur la suite de ce paragraphe] West World est un excellent exemple de réussite extrêmement limite à ce niveau. Il y a une forme de confusion qui règne à certains moments, lorsqu'on se dit "mais non !" avant de comprendre ce qu'il se passe et pourquoi. La seconde saison est encore plus confuse, mais c'est voulu et on comprend pourquoi à la fin, qui est aussi le début. Pour insister là-dessus, si cette saison avait été la première, j'aurais décroché parce qu'on ne comprend vraiment rien à certains moments. Un coup ce personnage est ici, juste après il est ailleurs avec d'autres personnes. Woh ! Spas limpide. Evidemment, on est récompensés par une succession de révélations de plus en plus énormes à mesure qu'on approche de la fin. Ce qui semblait de simples interludes contemplatifs, pour ne pas dire philosophiques sur DEUX SAISONS prennent un sens très différent dans le DERNIER épisode, où tout est enfin révélé et compris. C'est ça, un vrai scénario construit par des pros !

Les récits avec des temporalités complexes, même si tu ne fais ça que pour l'intro/fin, sont un minimum exigeants et tu risques de te heurter à des commentaires de type "on comprend rien", "incohérent", etc... Il faudra faire le tri entre la véritable confusion gênante et la fainéantise pure et simple, parce que oui, sur internet et même sur Scribay, on a une part du lectorat qui veut tout, tout de suite et sans effort. De nombreux récits insipides tirent d'ailleurs leur succès de cet état de fait, sans vouloir pointer personne du doigt. Tous ceux qui sont allés sur Wattpad comprendront de quoi je parle... Il faudra donc faire un choix : privilégier un récit dense et complexe, mais qui se mérite à la fin ou le confort de tes lecteurs, même si ça doit altérer ce que tu voulais faire.

Un autre problème est "comment éviter le spoiler". Bah oui, un récit, c'est aussi amener le lecteur là où tu le souhaites, sans pour autant lui donner la chute dès le début. Alors là, pas de solutions toutes faites, tout dépend de la situation d'arrivée/début et du point de vue que tu utilises pour la décrire. Souvent, utiliser un personnage comme narrateur (attention, je n'encourage pas à utiliser la première personne, soyons clairs) permet de ne dire qu'une partie de la vérité et donc te laisse une plus grande liberté pour plus tard. Ce principe est vrai pour tout le récit mais encore une fois, plus tu compliques les choses, plus tu rends la fin difficile à apercevoir (et donc plus tu te réserves pour la surprise finale), plus tu risques de perdre de monde en cours de route. A toi de voir ce qui est le plus important.
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Le "début/fin" est une bonne approche, ça instaure un certain suspens et en plus on rentre tout de suite dans l'action (sauf quand c'est un personnage assez âgé ou condamné à mort qui décide de livrer à un témoin toute sa vie, là c'est plus une sorte de prologue ^^). Perso, je déteste ce genre de début. D'une parce que ça implique que toute l'histoire n'est qu'un immense retour en arrière, que du coup les persos ont déjà vécu tout ce qu'ils avaient à vivre et j'ai donc l'impression d'avoir un train de retard. Pire, c'est comme si je ne vivais pas vraiment l'aventure avec les personnages, puisque ce que je lis est du passé pour eux... De deux, parce que j'aime bien les histoires qui suivent une certaine chronologie, même si les retours en arrière sont parfois inévitables, j'aime bien lire les événements dans l'ordre où ils se sont produits. De trois... et bien ça ne me donne pas trop envie de lire le livre. Parce que je sais déjà la fin (même si, ok, il peut y avoir un retournement de dernière minute qui n'est pas présent dans le début/fin).
Après, ce n'est que mon ressenti personnel, mais, en général, quand je commence un livre et qu'il commence par la fin, je le referme et le repose sur son étagère. ^^"
Sinon, au niveau des clichés, celui qui m'horripile le plus, c'est le personnage au bord de la mort ou assez vieux qui décide de raconter son histoire à un historien, un journaliste, un membre de sa famille... Sans blague ! Quitte à raconter ta vie, autant le faire de manière un peu plus originale, non ? Par exemple, celui qui doit mourir raconte sa vie à son bourreau ou à un arbre, faute de témoin. Ou bien il meurt, renait et se souvient de son ancienne vie au fur et à mesure... Ou alors il raconte sa vie à un dieu qui doit le juger... Bref, pourquoi forcément un témoin qui veut soit rapporter l'histoire/la vérité ou à un membre de la famille ?
Le deuxième cliché qui me dérange, c'est quand le début/fin nous laisse en plan en mode "le héros est dans une situation très difficile, à la merci de l'ennemi qui abat sa hache pour l'achever... Trois semaines plus tôt, Henri sortait de la librairie." Sérieux ? Niveau suspens, ok, il est instauré, mais se dire qu'on doit patienter 300 pages pour savoir si le héros va oui ou non mourir, c'est long...
Bref, je sais perso que je ne commencerai pas un livre par sa fin (je ne dis pas jamais, parce que... on ne sait jamais ! :p ), et je trouve que tu as du courage de le faire dans ton roman ! :) Je passerai lire ton début/fin, histoire de voir si, exceptionnellement, j'accroche ! ;)
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
<< Le "début/fin" est une bonne approche >> suivi de "je déteste ce genre de début" puis de "quand je commence un livre et qu'il commence par la fin, je le referme et le repose sur son étagère"... ça me laisse perplexe ;-)

<< ça instaure un certain suspens >> alors là je comprends encore moins, en général si on connaît la fin il y a moins de suspens que si on ne la connaît pas, non ? alors d'accord il peut y avoir du suspens mais pas plus (et en général plutôt moins je dirais) que si on commence par le début, il me semble.
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Même si je déteste les livres qui commencent par la fin, je reconnais que du point de vue d'un auteur et, pour le scénario, cela peut être intéressant et constituer donc une bonne approche. :) Disons qu'au départ je donnais un avis objectif avant de donner mon avis personnel ^^

La surprise, c'est quand on ne s'attend pas à quelque chose (exemple : le héros et le méchant se battent, le héros est désarmé mais, soudain, il sort un couteau de sa poche, couteau que le lecteur ignorait que le héros possédait).
Le suspense, c'est quand le lecteur sait un élément qu'un personnage ignore (exemple, héros et méchant se battent, le lecteur sait que le héros a un couteau glissé dans sa botte, aussi, quand il est désarmé, il se doute qu'il va l'utiliser, mais ne sait pas quand). C'est exactement pareil avec un début/fin. Si on commence par la scène où le héros meurt, on sait qu'il meurt, d'accord, mais on ignore comment, pourquoi et quand. Aussi, lors de la bataille finale, le suspens sera à son comble car on ne sait pas quand le héros va mourir, si c'est contre tel ennemi, avec quel coût... C'est en fait tout le but d'un début qui commence par la fin, piquer la curiosité du lecteur, l'amener à se demande "mais comment on en est arrivé là ?"... :)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Je dirais comme maître Youg, tout dépend ! Bonne idée ou mauvaise, c'est l'histoire que le dira. Personnellement j'aime bien, j'aime quand ça commence par la fin, par le début, par le milieu :)
Ici je n'ai en tête que le magnifique "Sombre Parfum" de Tendris (where are you!!!! on veut al suite !) qui commence par la fin, mais on ne sait pas qui parle donc pas mal. En livre connu, il a mon chouchou "Frankenstein" qui finit aussi par la fin ou presque fin :)
Donc, lance-toi, mais tu n'auras qu'un avis qu'une fois l'histoire bien entamée (voire finie). En fait, toute histoire pourrait être commencée par la fin si tu y penses.ça permet de mettre du suspense ou de l'action de suite et intéresser le lecteur d'emblée, surtout si tu as une introduction "longue et ennuyeuse".
Image de profil de Youg
Youg
Maître ?! :o
D'ailleurs quel est le plus important ? La destination ou le voyage ?
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
OMG ! that is THE question !
Image de profil de Youg
Youg
Quel philosophe je suis...
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
"D'ailleurs quel est le plus important ? La destination ou le voyage ?"
Je dirais comme mètre Youg : Tout dépend du contexte, de l'univers dans lequel tu vis, où tu veux aller et pourquoi... Comment veux-tu qu'on réponde catégoriquement à une question pareille ? Tout est possible !

(ah oui j'ai rectifié maître par mètre, je suppose que par "mètre Youg" Gigi voulait dire "petit youg" avec un petit affectueux bien sûr...)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Youg une petite taille ? 「(゚ペ)
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
(j'ai rectifié vite fait)
Image de profil de Youg
Youg
Une petite taille, oui et non. je pense qu'il est impossible de répondre à cette question. Tout dépend de ta vision du "grand" et du "petit". Comment veux-tu qu'on réponde catégoriquement à une question pareille ? Tout est possible !
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
"En fait, toute histoire pourrait être commencée par la fin si tu y penses.ça permet de mettre du suspense" donc tu es d'accord avec Stéph Loup'tout ci-dessus pour le suspens... je comprends pas bien (voir ma réponse ci-dessus pour plus de détails), j'ai dû rater quelque chose.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
c'est qui compte est le chemin :) voilà, tu te demandes "comment on est arrivé là ?"
Image de profil de Youg
Youg
Laisse-la dire qu'elle est d'accord avec moi rhaaa !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
il m'a forcé la main :)
Image de profil de Youg
Youg
Mais... non ! Je n'ai rien fait ! Calomnie !
Image de profil de phillechat
phillechat
Cela est indispensable pour tout reste cyclique !
Image de profil de Maï Maï
Maï Maï
Bonjour ! Alors forcément le sujet me parle puisque, moi aussi je commence mon récit par la scène finale. Ou presque. =) Et je poursuis avec un second chapitre qui, logiquement, devrait être le premier car plus calme et plus posé.

Ce que j'aime dans ce genre d'écriture, c'est qu'elle permet d'entrer directement dans le feu de l'action. On peut capter l'attention du lecteur avec une entrée en matière plus profonde, où les sentiments et émotions de ton personnage sont mis en avant sans que ce soit justement trop cliché. Ensuite, les chapitres suivants permettent aux lecteurs de juger de la profondeur de ton personnage, de son caractère attachant (ou non, d'ailleurs !).

Ce que je trouve cliché... en espérant ne blesser personne, être projetée direct dans une guerre / bataille ultra-violente où le "héro" est clairement mis en avant. Genre, on voit ses gros muscles dès le début =) Même pas drôle, on ne nous laisse pas le temps d'apprécier ou non le personnage qu'on exhibe déjà ses biscoteaux ! XD

Pour ma part, l'objectif est de marquer une différence (d'ambiance, d'environnement, de ressentiments...) entre la première scène et les suivantes. Pousser le lecteur à imaginer ce qui a bien pu se passer par la suite pour finalement arriver à ce tout premier chapitre (chez moi, très sombre comparé aux autres).

J'ai répondu à la question ?... ^^
Image de profil de Youg
Youg
Encore une fois il est impossible de répondre par autre chose que "ça dépend".
Tout dépend du contexte, de l'univers, du scénario, de la manière dont c'est présenté. Comment veux-tu qu'on réponde catégoriquement à une question pareille ? Tout est possible en écriture, tu es libre.

Tu as un exemple ? Tu veux qu'on te donne notre avis sur ce que tu écris ?
Image de profil de Chanel Lackaday
Chanel Lackaday
J'ai déjà commencé, c'est déjà sur Scribay, le titre est Un Flingue Sous La Pluie. Et oui, je suis d'accord, ça dépend.
Image de profil de Youg
Youg
Difficile à dire, encore une fois :)
Il n'y a qu'un chapitre, impossible de donner son avis sur la pertinence de commencer ton récit par la fin.
Je pense qu'en soi ce n'est pas une mauvaise idée.
0