Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Erwan Barbedor

De la connaissance de la magie

par Erwan Barbedor  il y a 1 an

Bonjour à tous!

Pour une histoire que j'ai en tête, j'ai créé un système de magie assez éllaboré.

Sauf que, de la même manière que les phénomènes physiques on étés compris petit à petit par les humains, il n'y a aucune raison que mes protagonistes saisissent toutes les stubtilités de mon système. Leurs connaissances seront remises en cause au cours du récit.

La arrive ma question : faudrait-il que le lecteur progresse avec ses personnages, quitte à se sentir lésé par l'auteur, ou faudrait-il que le lecteur en sache plus sur la magie que les protagonistes?

Je pose ça sous forme de questions binaire, mais évidemment il n'y a pas de "bonne réponse". Ce que je cherche, ce sont des arguments pour/contre.

Merci d'avance de vos réponse ;)

Image de profil de Neru
Neru
Je pense que ça serait plus agréable pour l'auteur de progresser avec les personnages. Il pourrait s'identifier plus facilement à eux, avoir de l'empathie, être émerveillé ou du moins surpris par les possibilités qu'offre la magie, tout comme les personnages.
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Bonjour,


À titre personnel, j'opte pour le progressif ! Parce que si j'en sais peu, je suis d'autant plus intéressée par l'idée d'en savoir plus. Que si tu m'expliques le monde en petits paragraphes thématiques, je te dirais que j'ai passé l'époque des synthèses sur fiches bristol. Sans compter que le placement de ce type d'explications est compliqué, ça se fait au risque de casser un rythme ou d'en pérenniser un trop lourd.


De plus, si ton récit suit une trame de type "quête initiatique", j'aurais plus facilement de l'empathie pour les personnages si je suis dans la même incompréhension qu'eux. Et puis, l'absence d'une parfaite compréhension d'un système de magie ne m'empêchera pas d'accrocher à un univers. En revanche, si la moitié d'un chapitre porte sur des explications, là ça me freinerait.

Regarde Harry Potter, à titre personnel j'ai jamais compris comment ça fonctionnait leur machin, mais ça n'empêche pas de séduire des lecteurs.

Après ça dépend surtout de ce que tu veux montrer ou faire ressentir au lecteur.
Image de profil de Erwan Barbedor
Erwan Barbedor
Le problème d'Harry Potter, c'est qu'il n'y a pas de "vrai" règles derrières, l'auteur fait ce qu'elle veut de la magie en fonction des besoins du scénario.
Dans mon cas, je fait l'inverse : je créer un système de règle puis mon scénario.

Je suis plutôt d'accord sur le progressif, mais ça implique un travail d'écriture considérable, car il faut que l'on découvre petit à petit la magie de manière 100% cohérente avec les utilisations précédentes et en évitant l'effet "deus ex machina" ^^
C'est pour ça que je voulais des avis sur la pertinence avant de me lancer dedans.
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Je vais être honnête, pour moi, la vraie magie d'Harry Potter c'est sa musique. L'auteure est effectivement très libre, mais sa magie n'est pas (je dirais) le cœur de son histoire (dans le sens où elle n'a pas de rôle propre dans l'histoire). Donc je m'en fous un peu qu'elle soit aléatoire.

Tandis que si ton système de magie bloque ou perturbe à un moment le déroulé prévu par les héros avec une idée du style "on peut pas faire ça avec de la magie", vaut mieux préciser oui. Si t'as besoin d'un aperçu de ce qu'il ne faut pas faire (à mon sens), je te conseille la première saga de Licia Troisi : sa magie c'est un vrai caillon, tu sais jamais trop ce qui peut ou ne peut pas être fait, du coup tu hausses souvent le sourcil quand elle te dit que la magie ne peut pas résoudre le problème des héros.

Essaie ptet de synthétiser dans un tableau, moi ça m'aide bien. Tant que tu te conserves des bornes claires et que tu t'y tiens, tu devrais pouvoir avancer (quitte à recorriger 2/3 trucs en route). Après faut avoir les règles clairement établies à la base et surveiller ce que tu annonces dans tes écrits, pour pas finir à côté de la plaque.


Mais ça peut se faire je pense.
Image de profil de Erwan Barbedor
Erwan Barbedor
Les règles sont déjà écrites depuis longtemps ;)
Je suis plutôt d'accord pour Harry Potter, mais si tu veux un exemple magnifique de ce dont je parle, c'est la série fils des brumes de Sanderson.
Les règles sont très précises, mais les personnages en ont une connaissance limité.
Image de profil de Guillaume Roussard
Guillaume Roussard
Un système de magie complexe ? Voilà qui parle à mon âme d'ancien rôliste.
En lisant ton message, j'ai tout de suite pensé à Asimov et à ses lois de la Robotique. Trois petites lois, toutes simples. Il a passé sa carrière d'écrivain à jouer avec, à les détourner, à les contourner. Pour moi, c'est une piste intéressante pour présenter ce qui marche ou ne marche pas dans un système de magie, et éviter le terrible effet ' Ta gueule c'est magique", qui pourrit de l'intérieur les textes d'apprentissage.
Image de profil de Erwan Barbedor
Erwan Barbedor
Sanderson est très bon aussi avec ses systèmes de magie.
Après, quand je dit "complexe", ça veut dire qu'un personnage de l'histoire ne peut pas appréhender dans sa globalité facilement.
Image de profil de Guillaume Roussard
Guillaume Roussard
Je suivrai en tous cas la genèse de ce texte avec intérêt.
Image de profil de Daegann
Daegann
Les deux formes peuvent être intéressante, mais ça dépend de ce que tu veux faire passer.

Déjà est-ce le point essentiel ? Si oui, il faudra que tu choisisses une narration qui colle au choix que tu auras fait.

Si ce n'est pas essentiel, alors le choix de ta narration peut peut-être répondre à ta question : si tu utilise une narration omnisciente, tu ne peux pas réellement cacher de choses / mentir au lecteur. Donc ça peut être délicat de vouloir lui faire découvrir les erreurs d'interprétation des personnages quand au fonctionnement de la magie. Dans ce cas il faut être vigilant à ne pas donner de fausses indications ni à trop en révéler (sinon tu risque effectivement que le lecteur se sente léser car le narrateur ne sera pas fiable).

Si tu utilise un point de vue narratif interne (que ce soit écrit à la première ou à la troisième personne) alors, la question ne se pose pas : le narrateur en sait autant que le personnage, donc il va découvrir les erreurs d'interprétation au fil de l'histoire. (et ici, en aucun cas le lecteur ne se sentira léser, je peux te l'assurer)
Image de profil de Edwyn
Edwyn
Tout dépend la sensation que tu veux partager avec ton écris, pour ma part je met le lecteur a la place d'un type lambda qui tombe par hasard sur le livre des ombres d'un sorcier, il ne connais rien et va donc au fur et a mesure de la lecture découvrir toutes les subtilités du livre, si tu veux que tes lecteurs ressente les même sensation que tes personnage mieux vaut tout donner au compte goutte, il serons perdu mais ça fait parti de l'aventure que tu propose je pense
Image de profil de Youg
Youg
Si la force de ton récit est cet apprentissage, alors laisse le lecteur découvrir cette magie en même temps que les personnages :)
Je ne vois pas en quoi il se sentirait lésé !
Je n'ai pas tous les éléments de ton livre en main mais j'imagine que si tu dévoiles tout à ton lecteur dès le début, ça perdra en charme
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Je pense aussi que le lecteur devrait progresser avec le personnage, parce que je me sentirais beaucoup plus lésée si je devais lire "Ils pensaient que les boules de feu apparaissaient de l'éther, mais en fait, la magie accumulait des gaz rares présents dans l'atmosphères jusqu'à ce qu'ils s'embrasent", parce que ça sous-entend que les personnages se font bananer par l'auteur et qu'en plus, le narrateur se permet de rompre le 4eme mur pour donner des explications au fur et à mesure.
De plus, je pense que cela donnerait une véritable profondeur à ta magie en mode "Ah mais OK, en fait, tout le monde tatonne, et on fait des hypothèses, normal", au lieu de donner l'idée d'un savoir "carré", fini, et auquel il n'y a plus rien à ajouter. Cela crée le genre d'univers que j'appelle les mondes mathématiques, où tout est décidé, logique, créé... alors que bon, regardons notre monde à nous, c'est le bordeyl, quand même un peu... Beaucoup, même. Donc cela rajouterait une dimension plus réaliste, si je puis dire, que tes personnages apprennent au fur et à mesure et tes lecteurs avec eux.
Image de profil de Erwan Barbedor
Erwan Barbedor
L'auteur ne brise pas forcément ce "quatrième mur". Il peut être omniscient, ou donner l'info au lecteur via d'autres personnages ou les chapeaux des chapitres.

Merci de ta réponse!
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Je te dis juste comment je le ressentirais, comme demandé. J'ai, naturellement, une certaine méfiance pour les narrateurs omniscients ^^.
Image de profil de Erwan Barbedor
Erwan Barbedor
Moi aussi ;)
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Perso je pense que le lecteur devrait progresser avec les personnages. Déjà parce que les personnages sont le point d'ancrage du lecteur dans l'univers de l'auteur. Ce sont eux qui font voyager le lecteur dans le monde magique, et qui lui fournissent des informations sur ce dernier (dans leurs dialogues, leurs pensées, leurs descriptions des lieux et des autres personnages si on est de leur point de vue...). Si on prend un personnage qui sait certaines choses sur la magie, qu'il partage avec le lecteur, et que, plus tard dans l'intrigue, ce même personnage se rend compte qu'il se trompait, cela crée un retournement de situation (exemple, il pensait qu'en usant d'un certain sort, il serait invisible pour ses ennemis et tente donc une mission dangereuse sauf que non, il existe un contre-sort qu'il ne connaissait pas, ce qui le met en danger). Après attention au Deus Ex Machina, il faut placer ces "nouvelles compétences magiques" comme vraiment un trait du scénario et pas un "truc" qui permet comme par hasard de faire un retournement de situation.
Par exemple, si on reprend le contexte du perso qui s'infiltre chez ses ennemis convaincu qu'il est invisible alors que non, s'il se fait capturer l'un des ennemis pourra se moquer et lui faire remarquer son ignorance de la magie. Aussi, plus tard, si le perso est confronté à une situation similaire ou s'il doit ré-utiliser un sort d'invisibilité, il ne fera pas la même erreur. Le tout est qu'il y ait une continuité et que les personnages, en en apprenant plus sur la magie de ton univers, évoluent et ne répètent pas leurs erreurs.

Le problème avec la deuxième option, c'est que cela risque de frustrer le lecteur. S'il en sait plus que les personnages, il pourrait s'agacer de leur réaction, se demander pourquoi ils sont si sûrs d'eux, pourquoi ils ne font pas des recherches complémentaires sur la magie pour s'améliorer etc. Si je lisais un livre de fantasy et que j'en savais plus que les protagonistes sur le système de magie, moi ça m'énerverait. Parce que dans ce cas, tu as juste envie d'entrer dans l'histoire, convaincu que tu vas faire mieux que les persos puisque tu as des infos qu'eux n'ont pas. Le système magique perd aussi de son mystère, puisque le lecteur en sait plus que les persos... Après tu peux l'utiliser ponctuellement pour créer du suspens, par exemple, après le départ des persos principaux, un perso secondaire livre une info sur la magie soit en se parlent tout haut soit en discutant avec un autre perso. Cette info que le lecteur connait en plus de tout ce que savent les héros, peut l'amener à trembler pour ces derniers.

Bref, le lecteur peut en savoir ponctuellement plus que les personnages principaux mais à mon avis il vaut mieux qu'il apprenne au fur et à mesure avec eux. Déjà, rien que pour toi, ce sera plus simple pour présenter ton système de magie ! Entre faire découvrir au fur et à mesure avec les persos et devoir prendre un point de vue omniscient et balancer au lecteur plein d'informations sur la magie sans que cela alourdisse le scénario, bah il n'y a pas photo ^^.

Voilà, désolée pour le pavé et bon courage !
Image de profil de Erwan Barbedor
Erwan Barbedor
Merci de ta réponse!
Après, la difficulté est vraiment de montrer que les "changements" des règles de la magies sont cohérentes et non des facilités de scénario.
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Cela peut être facilement expliqué si ta magie a des niveaux, par exemple. :) Il est clair que si le personnage est de niveau 2, un sort de niveau 5 peut annuler ou modifier son sort. Ces "lacunes" en magie peuvent aussi venir de l'éducation du personnage. S'il est autodidacte, ou que son maître était très vieux et presque sénile ou encore s'il a appris une sorte/un domaine de magie uniquement, alors il peut être logique qu'il ne sache pas tout, qu'il ait fait des confusions ou qu'il ne soit au courant que pour son domaine de magie, sans forcément savoir le résultat que peut entraîner telle ou telle connexion avec un autre domaine de magie. Et puis, ses "changements" peuvent être naturels, la magie, comme tout écosystème/énergie peut se retrouver altérer, changer, évoluer, provocant alors des changements dans sa manipulation. Cela peut aussi s'expliquer par la survenue d'une magie oubliée depuis longtemps qui perturbe ou fonctionne différemment de la magie "classique" ou encore par l'invention d'une nouvelle forme de magie qui du coup bouleverse l'ordre établi. Des artefacts peuvent aussi modifier l'utilisation de la magie, comme les baguettes, les bâtons de magicien, les familiers... Le tout est que toi en tant qu'auteur tu saches que tout est logique. Même si le lecteur, dans un premier temps pense à une simple facilité de scénario, ce n'est pas grave, au contraire. Si par la suite tu le détrompes et qu'il se rend compte que ces incohérences magiques sont voulues dans l'univers, cela va créer un retournement de situation car le lecteur se rendra compte qu'il avait tort et ton génie scénaristique lui sautera aux yeux. ;)
0