Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Vendarion d'Orépée

Peut-ont créer un personnage de JdR comme un personnage de roman ?

par Vendarion d'Orépée  il y a 1 an

La question est dans le titre.

Dans certains cas, on peut lire un roman inspiré d'un JdR sans penser ni connaitre le JdR (les neuf Princes d'Ambre), dans d'autres cas, les qualités du personnage sont tellement "liées" aux mécanismes du jeu qu'il est pratiquement impossible de les séparer.

Du coup la question se pose, comment créer un "bon" personnage de roman à partir d'un JdR ?

(si c'est possible)

Image de profil de FIB0 NASS1
FIB0 NASS1
ça dépend du JdR. Je trouve que Le Donjon de Naheulbeuk se prête plutôt bien à cela par exemple (-:
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
oui mais... le Donjon de Naheulbeuk est une carricature.
Image de profil de Thomas Dansor
Thomas Dansor
Super sujet ! Le type de personnage définit la réponse. Des personnages secondaires peuvent très bien être établis comme des personnages de jeux de rôles. En tout cas au départ. Je trouve que c'est une très bonne base pour démarrer la construction d'un récit. Pour les personnages principaux en revanche, je rejoins les avis énoncés précédemment. J'aime aller beaucoup plus loin, donner aux persos un passé comme dans un JDR mais aussi un présent et surtout un avenir à travers la trame du récit, chose qu'on ne fait jamais dans un JDR qui se limitte au background (sauf erreur de ma part :) ).
Image de profil de Daegann
Daegann
Dans un jdr, si ton perso est bien fait il a effectivement son background (passé), mais aussi des ambitions / motivation / but pour l'avenir. Quant au présent et au futur qu'il aura vraiment, ça va dépendre du scénario ou de la campagne en général.

Finalement, c'est pas si éloigné d'un roman où le personnage à une vie avant le début du récit (son background) et où le déroulement du récit va nous montrer son présent et ses objectifs de la même manière qu'une partie de jdr. La vrai différence c'est que dans le roman, le scénario et les actions du personnage ne sont pas improvisé entre plusieurs personne mais planifier par le seul auteur.

Du coup, oui, on peut dire que pour le roman, on sait directement quel présent et quel futur aura le personnage, contrairement au jdr. Mais avant de déterminé ça, il existe une étape où les deux sont équivalent. On peut aussi se dire qu'une fois la partie de jdr terminé, là aussi les deux en sont au même point.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Les deux sont en effet très proches, mais puisque nous abordons "l'avenir" des personnages, c'est le moment d'aborder un point important:
Qui a créé le personnage et qui le contrôle ?
Si le MJ est le romancier, il utilise des personnages créés et contrôlés par ses joueurs, il peut intervenir dans le processus de création, voire donner des prétirés avec des backgrounds adaptés, mais une fois la partie lancée, il n'a plus vraiment de contrôle sur les choix des personnages... c'est même la seule chose qu'il ne contrôle pas.

Et que faire si les backgrounds et les archétypes sont "trop précis" ?

imaginez donc un groupe de personnages ou -- sachant qu'ils allaient peut être devenir des héros de romans --, les joueurs se sont tous donnés la peine de choisir un archétype original et d'écrire un historique complet, le MJ-auteur se frotte les mains en les voyant ainsi "bosser à sa place", puis il fait le tour des personnages et découvre... (roulements de tambours)

* Un barbare archétype "tueur de mage" don la tribu a été soumise par le sorcier d'une tribu rivale (ce qui explique l'archétype), l'objectif du personnage est de renverser les sorcier, mais il doit pour cela devenir "champion des destructeurs" (une classe de prestige de destructeur d'objets magiques).
Il gagne des bonus en PEX et des points de rage chaque fois qu'il frappe un magicien.

* Un magicien de la "haute université" qui ambitionne de retrouver les mystérieuses tablettes de Speculoos et de déchiffrer les secrets métamagiques qu'ils contiennent.

* Un inquisiteur templier élevé dans le culte de la mission "civilisatrice" de l'humanité contre les sauvages et les sorciers (que le dogme considère comme maléfiques").

Mettez ces trois personnages dans la même auberge et obligez-les à faire connaissance... votre roman risque d'être très court.

La proportion de personnages ayant une histoire de famille plus ou moins complexe dans leur background peut aussi poser problème... tel personnage recherche son frère ou sa soeur disparu(e), tel autre est le fils caché d'un noble dont il ne connait pas l'identité et le troisième d'ascedance inconnue, mais surement très spéciale puisqu'il a un lignage magique particulier...
Votre roman devra gérer à la fois l'intrigue principale et les bizarreries de l'historique personnel de chaque personnage.
Image de profil de Daegann
Daegann
Alors, je dirais bien que le rôle du MJ c'est déjà d'arbitrer un peu ce qui va se passer autours de la table pour que tout le monde s'amuse. Si tout le monde préfère jouer en mode team kill et trouve ça fun de mourir avant d'avoir débuter le scénar, OK. Si tout le monde préfère jouer en coopération et découvrir le scénar que le MJ a préparé, alors le MJ va orienté la création de perso pour éviter qu'une situation comme celle que tu décrit se présente.

Perso quand je veux organiser une campagne, je donne le cadre, le style de partie qu'on va faire, je donne des interdits et je demande ce que le joueur compte faire comme perso. Si un perso ne me va pas, est identique à celui d'un autre joueur dans le concept ou va entrer en conflit avec un autre joueur ou l'intrigue, on en discute et on ajuste le tir avant que le perso soit réellement créer.

Le romancier il va faire strictement pareil : il va imaginer les personnages qui vont évolué dans son intrigue et faire en sorte qu'ils matchent avec celle-ci. En cela les personnages du romancier sont plus proche des PNJ du MJ que des PJ d'ailleurs.

Maintenant, ta question de base n'est pas est-ce que plusieurs personnage créer pour le jdr et agissant comme dans une partie de jdr, ont leur place dans un roman...

Niveau construction, un perso, dont le MJ sait que son background va coller avec l'histoire du roman, peut être créer avec des règles de création de jdr.

Après l'utilisation est différente car pas de jet de dé aléatoire. On se rapproche donc plus d'un jdr narrativiste éventuellement mais même là ça reste différent car il n'y a que l'auteur qui intervient. Le traitement de l'histoire va donc varié par rapport au jdr, mais les carac et la création en mode jdr, peut toujours être utilie comme repère pour connaitre les force, compétences et faiblesse du perso.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Je donne évidemment un exemple extrême, ceci dit, il n'est pas nécessaire d'avoir un team-kill pour foirer une partie... il suffit d'avoir des personnages qui ne peuvent pas collaborer ensemble pour que l'aventure soit ch**nt* et/ou ne tienne pas debout, parce que le bon sens le plus élémentaire les obligerait à se séparer.

D'ailleurs, il arrive assez souvent dans les films et séries que les héros se séparent pour des mésententesou incompatiblités, quitte à se retrouver au chapitrer suivant... mais ça n'arrive jamais en jeu de rôle parce que le credo du joueur est "on est un groupe". Même pour réaliser plusieurs tâches urgentes, ils ne se séparent jamais.

Dans "Willow", Madmartigan n'a absolument aucune raison d'accompagner les héros, alors il va de son côté... et on le retrouve en fâcheuse posture au chapitre suivant (déguisé en femme pour ne pas être surpris par un mari jaloux) et obligé de fuir en même temps que Willow et "sa compagnie".

Dans Star Wars, c'est Han Solo qui "tire sa révérence" avant le combat final, mais c'est pour mieux revenir au moment crucial.

Comment ça se passe autour d'une table ?
Quand deux personnages ne peuvent pas se sentir, soit on les attache ensemble pour qu'ils finissent la partie, et l'ambiance est plombée jusqu'à la fin de la séance, soit ils se séparent définitivement et, dans certains cas, la partie prend fin.
Mais il n'y a pas de "juste milieu", les personnages sont collés ensemble du début à la fin... et pour cause, il n'y a qu'un seul MJ.

Sinon, "cadrer" la campagne est effectivement une bonne piste pour avoir des personnages compatibles entre eux et avec l'aventure, même si j'aime assez "être surpris" par mes joueurs... parce qu'une aventure "trop bien cadrée" devient également trop prévisible.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Je donne évidemment un exemple extrême, ceci dit, il n'est pas nécessaire d'avoir un team-kill pour foirer une partie... il suffit d'avoir des personnages qui ne peuvent pas collaborer ensemble pour que l'aventure soit ch**nt* et/ou ne tienne pas debout, parce que le bon sens le plus élémentaire les obligerait à se séparer.

D'ailleurs, il arrive assez souvent dans les films et séries que les héros se séparent pour des mésententesou incompatiblités, quitte à se retrouver au chapitrer suivant... mais ça n'arrive jamais en jeu de rôle parce que le credo du joueur est "on est un groupe". Même pour réaliser plusieurs tâches urgentes, ils ne se séparent jamais.

Dans "Willow", Madmartigan n'a absolument aucune raison d'accompagner les héros, alors il va de son côté... et on le retrouve en fâcheuse posture au chapitre suivant (déguisé en femme pour ne pas être surpris par un mari jaloux) et obligé de fuir en même temps que Willow et "sa compagnie".

Dans Star Wars, c'est Han Solo qui "tire sa révérence" avant le combat final, mais c'est pour mieux revenir au moment crucial.

Comment ça se passe autour d'une table ?
Quand deux personnages ne peuvent pas se sentir, soit on les attache ensemble pour qu'ils finissent la partie, et l'ambiance est plombée jusqu'à la fin de la séance, soit ils se séparent définitivement et, dans certains cas, la partie prend fin.
Mais il n'y a pas de "juste milieu", les personnages sont collés ensemble du début à la fin... et pour cause, il n'y a qu'un seul MJ.

Sinon, "cadrer" la campagne est effectivement une bonne piste pour avoir des personnages compatibles entre eux et avec l'aventure, même si j'aime assez "être surpris" par mes joueurs... parce qu'une aventure "trop bien cadrée" devient également trop prévisible.
Image de profil de Daegann
Daegann
Bien, sûr il y a malheureusement plusieurs façon de rendre une partie de jdr chiante ^^;

Après, si les perso se séparent rarement, c'est aussi que c'est chiant pour tout le monde quand une seule personne est concerné par ce qui se passe parce que les autres ne sont pas là. Du moins quand ça s'éternise. Parce que j'ai fais des tonnes de partie en PJ ou MJ où le groupe se sépare pour collecter des infos ou autre et où le MJ prend un joueur en aparté à tour de rôle. Mais c'est vrai que j'ai rarement été confronté à des perso (ou joueur d'ailleurs) qui peuvent pas se sentir et finissent par vouloir se séparer définitivement (et là oui, pour recoller le groupe c'est pas comme la prise d'info ou le travail d'équipe où chacun est à un endroit différent, avec une réunion une fois l'opération terminé ; c'est plus compliqué à gérer pour le MJ)

Ceci dit, ma vision est aussi énormément influencer par le fais que j'ai surtout et énormément fait du Shadowrun comme jdr. Et pour comprendre où je veux en venir, dans Shadowrun, on a pas une compagnie d'aventurier qui se retrouve on sait pas comment à voyager ensemble. On a plusieurs freelancer recruter et payé par un type louche pour réaliser un coup de nature illégale. Du coup, même si tu as des perso qui s'aiment pas, tous savent que ce n'est que le temps d'un contrat et que s'il veut être payé, il faut qu'il bosse ensemble. Ca veut pas dire qu'il peut pas y avoir de friction ni que d'autres intérêt finissent par supplanté le contrat initial mais les PJ restent souvent dans le même bateau au final...

Et pareil, cadrer et orienté, ça veut pas dire ne pas être surpris. Quand j'ai fais une campagne se passant en Corée où je leur ai dit, attention, ça sera plus orienté opération discrète avec équipement léger que fusil d'assaut et lance grenade, ça permet de poser le cadre, de le valider par tout le monde (que ça aussi c'est important, d'avoir un cadre commun pour que tout le monde puisse utiliser sa suspension d'incrédulité pour la partie, que si tout le monde n'est pas sur la même longueur d'onde, les actions des uns ne va pas être interpréter de la bonne façon par les autres) mais au delà de ça, j'ai eu des background et des concept varié et interessant et dont j'ai pu intégrer certains éléments à la trame. Mais je n'avais juste rien d'incohérent...
Image de profil de Stéphane Gallay
Stéphane Gallay
C'est possible, mais il faut se méfier: ce sont deux médias très différents.

Dans un cas (le JDR), on a des potentialités, dans l'autre, une narration. Vouloir mélanger les deux, c'est potentiellement casse-gueule: on risque de se retrouver avec un personnage de JDR qui a une tonne d'historique, mais si le MJ ne veut/peut pas l'utiliser, c'est juste du poids mort; inversement, un personnage de roman est un peu plus que des caractéristiques, des compétences et une liste d'équipement (oui, je schématise).
Image de profil de Daegann
Daegann
Globalement je suis d'accord, mais j'ai quand même du mal à réduire un perso de jdr à sa seule fiche de perso (même si je sais que tu as préciser que tu schématisais). Je sais que certains jouent comme ça (et que je faisais pareil quand j'étais ado), mais un bon perso de jdr à aussi du background et de la personnalité...

Après je suis totalement d'accord, dans un roman ou dans un jdr, on utilise pas du tout les perso de la même façon.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
C'est justement le point intéressant, le personnage de JdR et le personnage de romans ont pas mal de point communs: ce sont des personnages fictifs dans un univers fictifs ou alternatif, ils ont une "fiche de personnage", ils vivent des aventures... et pour couronner le tout, un certain nombre d'auteurs sont également rôlistes.
Du coup, il est relativement courant qu'un personnage passe du statut de "personnage de JdR" à "personnage de roman" ou l'inverse.
Image de profil de GoM
GoM
Tout dépend le degrés de fictionnel. Par exemple la saga du donjon de Naheulbeuk d'abord sorti en audio, puis continuer en livre est inspiré des parties de JDR de l'auteur et des plus cocasses actions de ses amis.
Après un personnage de JDR n'est pas très innovant, il a souvent une classe, une race définie et restreinte. Mais comme beaucoup de romans de fantasy emploient des guerriers, voleurs, magiciens en tant que personnages principaux cela peut suffire. Après de mon point de vue c'est plus compliqué de faire un jeu de rôle à partir d'un bouquin, car les règles doivent retranscrire la vie, le style de combat et l'atmosphère du livre, sans sombrer dans la facilité d'un micmac de règles qu'on pourrait utiliser pour adapter n'importe quel bouquin.
Image de profil de Daegann
Daegann
"Après un personnage de JDR n'est pas très innovant, il a souvent une classe, une race définie et restreinte"

Les personnages de romans sont également souvent des stéréotypes. Et surtout, tous les jeux de rôles ne sont pas forcément "à classe". Dans shadowrun par exemple, s'il existe des archétypes ou des personnages spécialisé dans un domaine, la répartition des points de compétence (karma) est libre et on peut donc combiner les spécialités comme on veut.
Image de profil de GoM
GoM
Oui je sais bien, mais je parle d'un registre fantasy type D&D classique, car le D&D a influencé la fantasy lui même influencé par le seigneur des anneaux.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Tu fais bien de préciser "classique", car les dernières versions de D&D multiplient tellement les classes hybrides et les archétypes qu'il devient très difficile d'enfermer un personnage dans un rôle précis.
Et j'ai remarqué au passage qu'il n'y a pas que la fantasy qui influence D&D... je trouve que le "pistolero" de pathfinder a un style terriblement "pirate des caraïbes".
Image de profil de GoM
GoM
Oui, après les nouvelles versions de Warhammer, donjon et dragon, tentent des trucs et on aime ou on n'aime pas. J'ai joué avec des anciennes collections et mes références c'est plutôt la deuxième édition de Warhammer.
Les archétypes c'est réconfortant, après le jeu de rôle comme les romans doivent savoir sans défaire.
La SF et le Post-apo ont des grosses références jeu de rôle - mais c'est souvent plus discret, des moments des jeux dans le bouquin ou un échange avec un marchant.
Si on prend l'Appel de Cthulhu, y a le bouquin dont est issu le mythe, mais après les JDR on enrichie cette facette très année 20 année 30. Et la littérature qui surfe sur ce type d'horreur et d'ambiance à lorgner vers le JDR.
Image de profil de Eva Lord
Eva Lord
Pour ce qui me concerne, ce serait impossible. Faute à ma manière de jouer tout d'abord, puisque je me fiche littéralement du roleplay et ne vise qu'à construire le personnage le plus puissant possible, quitte à ce qu'il soit d'une incohérence à mourir de rire tellement les règles sont la plupart du temps débiles. Alors, c'est vrai que je n'aime pas trop les jeux de rôles, mais je crois malgré tout qu'aucun personnage n'est récupérable, sauf à plagier le bouquin dont s'inspire le maître du jeu ou à y mettre son énergie d'auteur - ce qui revient à déjà être dans le travail d'écriture. Mais plus important encore, je ne pourrais pas pour raison de genre, ce n'est pas du tout ce que j'écris, quels que soient l'époque où l'univers, je fais dans la fiction et l'anticipation sociale, mes personnages sont tout sauf des personnages qu'on se crée pour jouer, ils sont ceux dont on essaie de se libérer en jouant...
Image de profil de Legnaflow
Legnaflow
Je t'invite à suivre la page Facebook de Caroline Blineau. Elle a récemment été interviewée par une fan de JdR et a écrit son roman (Les Pierres Écarlates) à partir de personnages JdR auxquels elle était très attachée. Le résultat est magique ! :)
Image de profil de Caroline Blineau
Caroline Blineau
Oh ! Merci pour m'avoir citée ♥ Du coup je link ici la vidéo en question en espérant apporter un élément de réponse à cette bien vaste question ! https://www.youtube.com/watch?v=k_Q3Gw5IP0A ou là, sur madmoizelle.com : https://www.youtube.com/watch?v=y0KoFI0yxUg&index=17&list=PLY8-Rr9QvwqdA1sA5Bcn7Lwp3D0pXCQn_ (qui sera peut-être plus centré sur la question en tant que tel)
Merci @legnaflow@
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Je m'en vais de ce pas y jeter un coup d'oeil (la page FB et le reste)

J'ai moi aussi écrit mon 1er roman sur base d'une partie de JdR, et je renouvelle l'exépérience pour le 2e, sauf que cette fois c'est "calculé" depuis le départ.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Je m'en vais de ce pas y jeter un coup d'oeil (la page FB et le reste)

J'ai moi aussi écrit mon 1er roman sur base d'une partie de JdR, et je renouvelle l'exépérience pour le 2e, sauf que cette fois c'est "calculé" depuis le départ.
Image de profil de Caroline Blineau
Caroline Blineau
Avec grand plaisir ! Et je serai curieuse de lire ton 1er roman, n'hésite pas à me donner les réfs ! =)
Image de profil de Daegann
Daegann
Quand tu dis "calculé" tu veux dire que ce n'est pas vraiment une partie de jdr pour le coup mais bien un roman avec des personnages de jdr dans un univers de jdr ?

Ca me rappel une nouvelle en deux partie que j'avais fait avec un de mes anciens personnage de jdr comme personnage principal : la première partie faisait office de prélude et de mise en situation pour un scénario que j'ai ensuite fais jouer (ou le personnage de la nouvelle recrutait les PJ pour l'aider). La seconde partie de la nouvelle était plus ou moins ce qui se passait en parallèle du scénario joué, du côté de ce même personnage (qui était donc un PNJ du scénar joué) et avec un petit caméo des joueurs sur la fin ^^ c'était rigolo à faire ^^
Image de profil de Caroline Blineau
Caroline Blineau
Pour être plus claire : Mes personnages sont nés lors de leur création sur un forum de JDR qui a malencontreusement fermé, me laissant un goût amer (pour ne pas dire de sel °°). À partir d'eux j'ai construit un univers propre (imbriqué dans celui que proposait le forum) que j'ai voulu développer en terminant l'histoire de mes personnages. C'est comme ça qu'est né mon livre.
Mes personnages ont été construit avec un sysco, des caractéristiques mais aussi tout l'aspect littéraire. Les interpréter face à diverses situations, intentionnelles ou non m'a beaucoup aidé, également et a participé à leur construction.
J'espère que je ne réponds pas à côté de tes attentes /:
Image de profil de Daegann
Daegann
En fait je posais surtout la question à Vendarion quand il disait "J'ai moi aussi écrit mon 1er roman sur base d'une partie de JdR, et je renouvelle l'exépérience pour le 2e, sauf que cette fois c'est "calculé" depuis le départ."

Cela dit, je ne m'étais pas imaginé que pour ta part cela venait de jdr par forum (l'habitude du jdr sur table, j'ai pas le réflexe), c'est également interessant. :)
Et pour le coup, l'approche de la création de perso et du jdr en lui même, sur forum, est plus proche de la littérature que la création de perso d'un jdr sur table (d'où ma réponse au sujet plus orienté jdr sur table)
Image de profil de Caroline Blineau
Caroline Blineau
Oh, pardon pour cette méprise !

Après, oui, en effet, même si pour ma part, le forum en question possédait vraiment tout un système de création de perso basé sur le JDR pur et dur ;)
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Quand je dis "calculé", cela signifie que j'invite des joueurs à participer à un JdR ou ils accompagneront certains personnages du premier roman et seront sans doute les héros du second.
Niveau JdR, c'est donc une partie tout à fait "classique" (on joue par forum avec un apparté occasionnel sur discord).
C'est asséz amusant de constater que, comme ils savent qu'il y a un "mystère à découvrir", certains ont fortement orienté leurs personnages vers la collecte d'information, ce qui est assez atypique pour du Donjon.
Image de profil de Daegann
Daegann
Ta question est pas plutôt peut-on créé un personnage de roman comme un personnage de jdr ?

En tout cas à cette question, ma réponse est oui, clairement. Un bon personnage de jdr à avant tout un background, une personnalité, des forces et des faiblesses. Et puis bien sûr tout ce qui est lié aux mécanique de jeu en fonction du jeu : attributs, compétences, équipements. Faire une fiche de perso de jdr, est une excellente façon de créer un personnage équilibré selon moi (dès lors qu'on ne tombe dans la fiche de perso minimaxé et que la personnalité reste travaillé).

Après, le roman vs le jdr et ses mécaniques de jeu, et bien comme son nom l'indique, dans le roman, il suffit de romancer tout ça. Lisser les mécaniques, ne pas les appliquer à la lettre mais garder leur esprit : la plupart des jdr sont fait pour créer des situations avec du suspens où même un vétéran peut se raté sur un jet de dés. Le hasard est important. Ou au contraire, faire un sorte qu'un personnage ayant 10 niveau de moins ne puisse rien contre toi. Dans les deux cas il faut juste mettre ça de côté et s'attarder uniquement sur la signification des carac du perso : voir où son ses forces, ses faiblesses et raconter une histoire cohérente et réaliste à partir de ça. (ce qui empêche pas de pouvoir garder certaines mécaniques de règles)

Beaucoup de jdr ont des romans tiré de leur univers, et des romans sont tiré de partie de jdr (le puits des mémoires de Gabriel Katz par exemple). A titre personnel, j'ai commencer à écrire des nouvelles pour "faire jouer" mes personnages et PNJ de Shadowrun à une époque où je n'avais plus de joueur et où ça me manquait. J'ai depuis écrit pas mal de nouvelle dans le cadre de ce jeu, aussi bien avec des personnages créer pour l'occasion sans qu'ils aient de fiche de perso (donc juste l'univers et son fonctionnement étaient emprunté au jdr) qu'avec des personnages qui avaient des fiches de personnages.

Plus récemment, j'avais commencé à créer un univers de jdr maison avec son système de règle. C'est pour épaissir l'univers que je me suis remit à écrire des nouvelles il y a quelques années... Et avant de commencer à écrire ma séries de nouvelle actuel, j'ai créer les fiches des personnages principaux. Je n'applique pas tout et je ne fais pas de jet de dés, je décide du résultat de mon histoire comme pour n'importe quel roman, mais ces fiches sont un très bon pense-bête et une très bonne base pour avoir des personnages équilibré.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Comme je le dis plus loin, les personnages "JdR" sont plus précis au niveau de la technique et nettement moins au niveau de l'histoire, c'est le cas le plus courant mais il y a heureusement des exceptions.
Un bon personnage - qu'il soit de JdR ou de Roman - a un bon historique derrière lui. Vu qu'on écrit tous les deux des nouvelles, c'est plus évident que pour de "purs rolistes", ceux qui vous regardent en chien de faience en disant: "on joue c'est sérieux!" s'il manque une virgule à votre liste d'équipement qui se précipitent fébrilement sur les manuels de règles si le MJ a des doutes sur les effets dévastateurs de leurs combinaison de dons et de capacités de classe.
Je note au passage que tes fiches de personnages sont de moins en moins "JdR" puisque tu ne t'appliques plus tellement à les noter.
Image de profil de Daegann
Daegann
Après je pense que ça dépend aussi des jeux et des joueurs qui jouent à ces jeux, la population et la façon de jouer peut changer beaucoup. Et même au sein d'un même jdr, les américains ou les allemands ne jouent pas de la même façon que les français...

Sinon mes fiches de perso ne sont pas de moins en moins jdr, ce qu eje voulais dire c'est que dans le déroulement du roman, je romance, j'applique pas les règles du jdr avec des jets de dés. En gros, la création de perso est la même, le traitement de l'histoire (scénar ou nouvelle) est différent.
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
Je me suis livré à ce petit exercice dans la Compagnie des Larmes. Tous les personnages qui apparaissent dans le récit sont des personnages d'un JDR, d'où les archétypes et les clichés qui ressortent.

Il ne me semble pas cependant que les mécanismes du JDR lui-même soient visibles.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
ça dépend beaucoup de l'énergie que l'auteur met à les dissimuler ou à éviter de mettre en avant des comportements spécifiques de "personnages de JdR".
Dans Wismerhill par exemple, les personnages ne se connaissent pas et n'ont pas vraiment de passé (à part l'histoire qu'ils racontent, mais qui se limite à expliquer pourquoi le personnage est seul sur les routes), ils se rencontrent pour la première fois, échangent deux ou trois phrases, et voilà qu'ils lient leur destin à tout jamais.
L'arrivée de la succube dans le groupe est encore plus absurde: elle tue l'ancienne petite amie ud héros qui décide de l'épargner et de la remplacer. Le lecteur de la BD est perplexe mais pour le rôliste, ça crève les yeux que le "joueur" de l'ancienne petite amie et celui de la succube ne sont qu'une seule et même personne.
Image de profil de uglos
uglos
Heuuu alors non en fait, le jdr Ambre est sorti dans les années 90, alors que le cycle des princes d'Ambre a commencé dans les années 70, en aucun cas les bouquins ne sont inspirés du jeu, c'est le contraire.
Et là pour le coup, jouer à Ambre sans avoir lu les livres, ça sert à rien.

Et je vois pas vraiment la différence entre un perso de roman et de jdr. Si un perso de jeu de jeu te plait, il suffit d'imaginer ses aventures hors du scénario pour l'étoffer, et c'est de l'écriture, ou du jdr solo sans mj pour te casser les burnes pour te dire que tu peux pas faire tel ou tel truc parce que t'as pas la compétence. Là c'est toi le boss, et tu peux écrire pourquoi il sait faire le truc que le MJ aurait interdit.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Fichtre, comme j'ai découverte cycle d'Ambre après le JdR, j'avais oublié qu'ils étaient indépendants... ceci dit je vais m'en souvenir puisqu'on me l'a déjà rappelé sur trois ou quatre publication facebook.

C'était le mauvais exemple... mais un des rares ou le personnage du roman était bien "indépendant" du JdR.
Image de profil de Sin
Sin
Je rejoins R. F. Castel dans son raisonnement.
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
Je dois être idiot, mais je n’ai pas compris la question. Avec le titre ("créer un personnage de JdR comme un personnage de roman") je croyais que tu voulais créer un personnage de jdr ressemblant à un personnage de roman (c’est à dire, j’ai supposé, complexe et étoffé). Mais en lisant le sujet j’ai l’impression que tu demandes comment créer un personnage de roman à partir d’un personnage de jdr ("comment créer un bon personnage de roman à partir d'un JdR ?")...
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Il y a de nombreuses fictions qui sont des "adaptations" de personnages de JdR, soit joués par les auteurs, soit créés pour servir de personnages icôniques ou légendaires dans l'univers de jeu. Mais bien souvent ces personnages pêchent par manque de personnalité parce qu'ils restent "coincés" dans leur archétype rôliste.

D'ou la question, qui va en fait dans les deux sens: il est aussi intéressant de savoir créer un bon personnage de roman à partir d'un personnage de JdR que l'inverse.
Image de profil de R. F. Castel
R. F. Castel
Je ne suis pas un adepte des jeux de Rôles, mais selon moi, il est tout à fait possible de créer un personnage de jeu comme une personnage de roman, Il suffit d'établir une fiche particulièrement bien détaillée pour chacun des protagonistes.
Plus il y aura de détail les concernant, plus ça reflétera la réalité. De même que leur rattachement au textes, ou au jeu,
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Dans les deux cas, il y a effectivement une "fiche de personnage" plus ou moins détaillées, et on peut y retrouver les mêmes informations...

Dans une certaine mesure seulement.

La fiche du personnage de jeu de rôle est fortement centrée sur ses "capacités" et ses compétences (Force, Intelligence, Agilité), elles sont chiffrées et fortement détaillées (maitrise des armes à feu, *mais* on précise que l'arme de prédilection - un walther ppk pour james bond - il fait +5 aux dégâts et gagne le bonus de "visée" même pour un tir instinctif), la fiche de roman indiquera seulement que c'est un bon tireur.
La fiche de roman par contre préciséra une foule de détails qu'on a peu de chances de trouver dans une fiche de personnage de JdR: background détaillé, marque de whishky préférée, citation typique, relations avec les autres personnages, etc.
Certains JdR tendent à intégrer ces détails dans le jeu, avec plus ou moins de succès.
Image de profil de R. F. Castel
R. F. Castel
Pour mes personnages, j'ai aussi dû y mettre les performances et les armes de prédilection. Même si en fin de compte, je ne les ai pas tous répertorié dans mes oeuvres.

En revanche, il n'y a effectivement pas les bonus ou les dégâts. j'ai lasser le point de ces détails à "NAMCO" sur playstation.
0