Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Mickaël Glenn

Besoin d'aide scénaristique pour un chapitre d'action

par Mickaël Glenn  il y a 1 an

Bonjour,

Je suis un peu en panne d'inspiration pour un chapitre qui se situe vers la fin de mon roman Oriens. C'est un chapitre essentiel à mon histoire car pour ceux qui connaissent, il s'agit de mon climax, un moment dangereux pour mes personnages. Donc je ne veux pas me louper.

Pour le moment, j'ai écrit une première ébauche de ce chapitre mais je ne suis pas satisfait, j'aimerais trouver quelque chose de plus trépidant pour le lecteur qu'un simple règlement de compte guerrier.

Il y a des choses auxquelles je ne peux pas toucher, notamment parce que c'est un roman historique et que certains personnages ne peuvent donc pas mourir ni être amputés d'un membre. Voici pour le moment ce que j'ai écrit :

Le roman se passe en 390 en Macédoine, à la fin de l'antiquité, donc on est dans l'empire romain dans une société qui commence à ressembler à celle de Byzance ou des Mérovingiens. Je vous dis ça histoire de vous situer le contexte.

Mon personnage principal, Isidore, est un jeune de 18 ans, issue d'une famille immensément riche d'Alexandrie, il est comptable de l'armée d'Illyrie. A ce moment de l'histoire, il sombre peu à peu dans la débauche et l'intrigue, car il vient de perdre sa fiancée (disparue, probablement tuée), et des amis dans une émeute. Il rend responsable à raison un courtisan du nom de Maxence et veut le combattre. Isidore est invité par le préfet de légion Emilien, dans une villa de bord de mer, ainsi que Cesarios, un ex-ministre débauché et calculateur qui espère un jour retrouver sa place auprès de l'empereur. Cesarios est accompagné de sa femme Electre, femme qui ne se prive jamais de rien et aime la fête et à la sexualité débridée. Isidore est accompagné de sa belle-mère Xena, son amante, qui est folle de lui, malgré que cela soit interdit par la loi.

L'invitation au banquet chez Emilien est un piège : c'est Maxence qui l'a fomenté, chargeant le comte Asbad, un général goth de l'armée romaine, d'aller avec des hommes sûrs déguisés en brigands barbares, (au nombre de 30) attaquer la villa et ne tuer que Isidore et Cesarios. Emilien est du complot, il doit faire croire qu'il est lui aussi victime des brigands, et leur donner quelques sacs de pieces d'or.

Pendant ce temps, deux jeunes officiers de l'armée romaine de 20 ans, Alaric et Vincent, apprennent le complot et partent à cheval avec leurs trois valets d'armes (trois gosses de 15 ans, mais valeureux, entraînés et équipés. Ils espèrent sauver leur ami Isidore.

La nuit tombée, pendant le banquet, les sbires d'Asbad surprennent et massacrent les gardes de Cesarios, puis la moitié d'entre eux investit la villa tandis que l'autre moitié l'encercle, prêts à tirer des flèches à qui voudrait fuir.

Au même moment Alaric, Vincent et leurs trois compagnons arrivent, ils se séparent, Vincent fait diversion pour créer la confusion chez les archers d'Asbad, Alaric et les valets pénètrent à leur tour dans la villa.

Les sbires d'Asbad font irruption au banquet, Asbad porte un masque d'argent de style germanique, et donne ses ordres avec des gestes. Ils entraînent Isidore et Cesarios dans la cour intérieure.

Pendant ce temps, les sbires prennent les sacs d'or dans un coffre, d'autres veulent abuser d'Electre et de Xena en les entraînant dans une chambre. Mais Electre qui cachait un poignard, ruse et tue un des salopards, puis Xena en profite pour tuer le deuxième. Puis elles se séparent car Electre veut fuir tandis que Xena veut sauver Isidore.

Asbad propose à Isidore de mourir l'épée à la main et lui donne une arme, mais Isidore n'a ni force physique, ni appris l'escrime, il n'a aucune chance. Il reconnaît néanmoins son ennemi.

Alaric arrive alors dans la cour et se déroule alors un combat très serré. Pendant celui-ci, Xena parvient à rejoindre Isidore. Asbad est finalement blessé et fait prisonnier, ses sbires fuient car les trompettes d'une troupe de renfort arrive dans les environs.

Alaric veut faire parler Asbad, mais Emilien le tue.

Voilà ce que j'ai écrit. Les personnages historiques sont : Alaric, Vincent, Cesarios, sa femme Electre, Xena, et Isidore, tandis qu'Asbad et Emilien sont des personnages inventés, ainsi que les valets d'armes d'Alaric et de Vincent. Donc n'hésitez pas à me donner des conseils pour pimenter cet affrontement. Vous pouvez tuer les personnages d'Asbad, d'Emilien, et les valets d'armes, ou pas. Vous pouvez aussi faire fuir Asbad. Vous pouvez aussi mettre le feu à la villa, ou emmener les personnages à l'extérieur, sur la plage ou dans une grotte, ou un vieux temple païen en ruine ? Toute idée est la bienvenue.

Image de profil de Lisa Giraud Taylor
Lisa Giraud Taylor
Je pense que le général Goth devrait être traité en valeureux guerrier, ne fuyant pas et affrontant l'ennemi, quel qu'il soit.
Pour la suite, je verrai bien une lutte entre Isidore et Asbad, lancés à la poursuite l'un de l'autre (dans le sens que tu veux... cher auteur)... Là, un évènement (ou une personne) pourrait appuyer Isidore et lui éviter la mort ou la capture...

Et un retournement ? L'appât du gain, de la gloire, du pouvoir sont des atouts majeurs pour s'attacher un garde du corps.

Pour les femmes, aux caractères trempés (l'histoire d'amour non réciproque ne peut décemment pas durer longtemps), il faut leur trouver une sous-aventure afin qu'elles puissent montrer leur puissance.
ne pas oublier que les femmes, de tous temps (et c'est bien le reproche principal que tous font), ont eu un ascendant certain sur les hommes, maîtrisant le charme, les atouts, la finesse, et la manipulation politique...
Image de profil de Mickaël Glenn
Mickaël Glenn
Vous avez parfaitement raison pour les femmes. Comme ce sont des personnages historiques, effectivement je confirme : la femme de Cesarios avait un ascendant total sur son mari, pourtant un homme politique influent de l empire, quant a Xena, elle a quelques années plus tard fait accuser son mari et il fut mis a mort. Ce n'était pas des femmes soumises loin de là, même si avec le machisme et les lois chrétiennes qui sévissaient alors, elles devaient ruser et manipuler les hommes.
Le personnage d'Asbad est un général mais il est aussi un soudard sans vergogne, dangereux et sans pitié, il a néanmoins une sorte de code d'honneur de guerrier. Je l'oppose à Alaric, un autre goth mais qui est plus noble dans ses actes. Pour Isidore, c'est un garçon tout juste sorti de l'adolescence, qui a passé toute sa vie dans des palais et des villas. Toutefois il a du caractère et vient de perdre sa fiancée et des amis dans des circonstances atroces (émeute du peuple de Thessalonique). A ce moment de l'histoire, il remonte tout juste la pente en prenant le chemin d'une certaine déchéance morale. Merci en tous cas de ces conseils. Pour le retournement, je ne comprends pas trop l'idée peux tu m'en dire plus ?
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Je pense qu'il évoque la possibilité qu'Asbad change de camp, ça peut arriver si Emilien le trahi, par exemple en le "sacrifiant" pour couvrir sa propre fuite.
Image de profil de Lisa Giraud Taylor
Lisa Giraud Taylor
Il est facile de retourner quelqu'un par une faiblesse ; c'était chose assez régulièrement employée à l'époque...
Pour Isodore, malgré (ou grâce) la perte de sa fiancée, cela peut être son talon d'Achille, également !
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
pfiouuuuuuu ! Avec autant de personnages, on va avoir du mal.

-1- Tes femmes sont curieusement plus combattives que les hommes... Isidore (héros de l'histoire) ne sait pas se battre, sa maitresse tue un guerrier et vole à son secours.

-2- Maxence, l'ennemi principal, est totalement absent de cette scène, est-ce volontaire ? N'a-t-il pas envie de voir périr son ennemi de ses propres yeux ?

-3- Un général goth ne peut pas décemment fuir. S'il ne gagne pas cette manche, Asbad doit mourir ou être capturé. Il essaiera même de se suicider pour éviter la capture. Pour un aristocrate romain par contre, la lâcheté est beaucoup plus naturelle.

-4- Si Alaric et Vincent savent d'entrée de jeu ou sont les brigands, ce sera forcément du full-combat. Mais s'ils l'ignorent et se doutent simplement que "quelque chose de louche" se passe, ils peuvent être surpris par les archers, perdre un valet avant de se lancer dans la bataille (et un deuxième ensuite pour faire bonne mesure).

-5- Tu peux débuter un duel entre isidore et Asbad qui sera interrompu par la chute d'une jarre d'huile inflammable et un incendie, seule raison logique pour qu'Isidore y survive.
Image de profil de Mickaël Glenn
Mickaël Glenn
Merci pour ta réponse.
Concernant ces femmes, les sources ont une opinion très négatives d'elles parce que justement ce sont des femmes très libres et indépendantes, imaginatives et actives, aux antipodes du modèle de sainteté que la morale des temps veut imposer aux matrones. Je ne vais pas par contre les faire combattre comme des guerriers, mais plutôt utiliser la ruse.
Effectivement je pourrais faire intervenir Maxence, lequel est un agens in rebus, officieusement un officier de l'armée détaché aux services postaux impériaux, mais en pratique un espion de l'empereur. Il a donc une formation militaire même si ce n'est pas un légionnaire, par contre il reçoit ses ordres d'un ministre de l'empereur : Rufin, le maître des offices (bureaux impériaux, sorte de premier ministre). Rufin c'est un grand manipulateur très ambitieux, un Aquitain, chrétien dévôt, qui est derrière la plupart des complots de l'époque. Rufin est en Italie à cette date. Je pourrais éventuellement faire intervenir Maxence, ce serait bien, mais je ne sais pas comment : comme Asbad, il ne doit pas se faire reconnaître.
J'ai oublié de préciser que Cesarios, bien qu'étant l'ancien maître des offices avant Rufin et un grand aristocrate romain, est aussi décrit par les source comme quelqu'un de physiquement très fort, qui aime s'entraîner pour son apparence et est capable de lancer de grosses pierres (je sais c'est bizarre, mais c'est ce qu'un contemporain dit de lui).
Alaric et Vincent sont parfaitement au courant du complot, par contre ils ne connaissent pas les lieux, ils savent juste que les sbires d'Asbad vont attaquer la villa. Ils ont alerté un ami à eux, Gaudence, commandant d'une troupe de cavalerie, mais celui-ci arrivera bien après eux.
Pour la jarre d'huile, pourquoi pas, je prend cette option, il y a aussi des braseros allumés dans la cour intérieure et extérieure et dans les salles il y a des lampes à huile. Merci en tous cas, toute idée est bonne à prendre.
0