Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de TeddieSage

Combien de personnages pouvez-vous manipuler/écrire par fiction ?

par TeddieSage  il y a 1 an

Une dizaine ?

Une centaine ?

Plus de milles ?

Chaque personnage a un rôle particulier dans une histoire. Pour les gens qui écrivent de longues séries, toutefois, ça devient parfois difficile à tous les gérers.

Pour les gens qui ont beaucoup de rôle secondaires dans leurs récits, avez-vous des astuces à partager pour ceux et celles qui ont de la difficulté à tous les gérer ?

Image de profil de AlexandraKean
AlexandraKean
Mes personnages secondaires sont tous très importantsau final. Je les présente tous tour à tour au début de l’histoire, et ensuite je les fais resurgir plu tard. Generalement le lecteur ne s’en souvient plus tres bien, juste une vage idée, ça renforce le mystère de mon histoire
Image de profil de R. F. Castel
R. F. Castel
Dans ma petite oeuvre de trois tomes. Je n'ai que quelques 220 personnages à gérer entre rôles primaires, secondaires ou terrières.

Pour leur gestion, cela dépend évidemment de l'histoire en elle-même. La façon dont elle est tournée, si ils sont ensemble ou s'ils opèrent de façon individuel, tout comme si l'histoire tourne autour de ces personnages ou si, inversement, ce sont ces personnages qui tournent dans l'histoire.
Ci-comme, pour ma part, ce sont justement les protagonistes qui défilent dans l'histoire qui se révèle déjà bien remplie en détails, revirements et autres intrigues, j'ai opté pour survolé tout ce petit monde sans m'attarder sur trop de détails. Et, afin de ne pas surcharger les volumes et gaver ceux qui s'y frottent, j'ai souvent simplifié en regroupant ces maigres individus en petits clans qui vont s'unifier.

Le hic avec cette méthode, c'est qu'il y a beaucoup de non dit. Les points essentiels et les caractères de tout un chacun ne sont qu'à peine mentionnés, voir survolés ou sous-entendus. Un manque si flagrant qui me contraint à envisager une saga annexes plus complète, dans laquelle s'incrémenteraient davantage de personnages à travers qui l'histoire se dévoilerait.

Il ne me manque plus que trouver le courage de commencer cette aventure de dingue, étalé aux quatre coins d'une terre ronde, où mythes, réalités, temps, guerres, drames et romances se confondent sur une quantités de tomes (un peu moins volumineux) à ne plus en finir.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Dans mon histoire Swinging London, je crois avoir quelque chose comme 30 ou 40 personnages secondaires, sans parler des principaux... Je ne dis pas les gérer à la perfection, mais j'alterne souvent les points de vue pour donner la parole à chacun, parfois sur un même évènement, parfois sur ce qui se passera ensuite. Comme ça, personne n'est mis à l'écart ! ^^
Image de profil de Déso
Déso
Bonjour et Help ! Teddie Sage et tout le monde

je suis la dame aux questions . Je dois écrire une nouvelle. Mon protagoniste est un homme dans la première partie mais dans la deuxième partie la chienne à qui il sauve la vie deviendrait la protagoniste et prendrait la parole.
Est-ce que de ce fait la nouvelle devient du fantastique ? Est-ce qu'il est possible de faire parler un chien ? je n'ai jamais écrit du fantastique ni fantaisie mais il n'est jamais trop tard S'pas ?
Image de profil de Mansuz
Mansuz
Tu fais ce que tu veux !!! Il n'y a pas de règles à respecter !!
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Comme l'a dit Mansuz, c'est ton histoire Déso et tu es libre de faire ce que bon te semble ! :) Ce qu'il y a de bien avec la fantasy, c'est que tu peux laisser libre cours à ton imagination sans craindre de ne pas assez coller à la réalité. C'est toi qui écrit ta propre réalité ! Et ma foi, si tu as envie de faire parler un chien, y'a pas de soucis !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Concept intéressant Déso vas-y lance-toi qu'est-ce qui t'empêche ?
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
Ton texte est un texte fantastique et non fantasy.

Le fantastique, c'est un élément magique ou inhabituel dans notre monde; ex: indiana jones, harry potter, narnia, peter jackson.
Dans la fantasy tout est entièrement créé dans un autre univers que le nôtre; ex: eragon, LOTR, les contes du Disque Monde.

Vérifie la définition, mais normalement c'est ça
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Personnellement, je trouve que Harry Potter penche entre le merveilleux urbain et le fantastique. Les deux genres s'entremêlent beaucoup.
Image de profil de Déso
Déso
C'est vrai bien sûr . Quelq'un avait fait cette réfexion mais enfin un chien ne parle pas. je garde ce souvenir en tête. Merci en tout cas. Mansuz au plaisir.
Image de profil de Déso
Déso
Je vais essayez toujours merci des encouragements. Scribay à ce ôté vraiment formidable. Merci à tous.
Image de profil de Déso
Déso
Hello GG . Je vais le faire et j'espère bien t'entraîner dans cette nouvelle folie. Je reviens vers toi très vite. BIzzz
Image de profil de Déso
Déso
Méliné D.
Je vais essayer car après tout c'est une nouvelle pour essai. J'ai déjà une idée d'un élément surnaturel, limite merveilleux. c'est la définition du fantastique. Promis
Je la posterai lorsque je l'aurai écrite. XD. à très vite
Image de profil de Déso
Déso
C'est vrai que dans la définition que j'ai de la Fantasy c'est un élément irrationnel qui relève d'un aspect mythique souvent incarné par l'irruption et l'utilisation de la magie donc tout dépendra de l'élement déclencheur qui va faire que ma chienne se mette à parler. La chienne et moi nous reviendrons très vite et c'est elle-même qui vous remerciera.
Image de profil de Déso
Déso
Merci Néa et comme je le dis à Teddy Sage je vais écrire ensuite la chienne viendra elle-même vous remercier. Alors à très vite.
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
Quand on lit les BD garfield ou que l'on regarde les films pour enfants ou les héros sont des annimaux qui parlent( ex: le roi lion, où ils chantent en pluS).
Est-ce qu'on se dit: les animaux ne parlent mas! On s'en fous.
Donc fonce écrit ta nouvelle, mais range là dans le bon genre^.^
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Les animaux parlent dans les fables de la Fontaine (ainsi que les chênes et les roseaux), dans certaines bandes dessinées comme Tintin et Lucky Luke. Bill (de Boule et Bill) ne parle pas, mais il comprend clairement tout ce qu'on lui dit, ce qu'un véritable chien, même très intelligent, ne ferait pas..
Donc un chien qui parle n'est pas suffisant pour faire un récit fantastique.
Maintenant, si tu donnes une explication "magique" ou "scientifique" à cette capacité, ça devient autre chose (Fantastique ou SF).
Image de profil de Déso
Déso
Hello Méliné D. et Ventarion d'Orépée.
êtes-vous d'accord avec ce texte issu d'un cours ; " Pour qu'une oeuvre soit considérée comme du fantastique il faut : une hésitation du lecteur et ou des personnages à se décider pour une explication naturelle ou surnaturelle. L'auteur de cette phrase insiste en précisant : il faut une hésitation et non une réponse et une acceptation . Une temporalité déterminée et le fait se déroule dans un laps de temps qui a un début et une fin.
Les amis, du coup j'ai même ma chute. En ce beau dimanche d'Août, Mamie se lance dans le Fantastique Yeeeeh ! Vous avez vu ce que donne la canicule. Merci à tous les Scribaiens.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Curieuse définition... cela ferait de merlin l'enchanteur une oeuvre tout à fait banale alors que Star Wars deviendrait "fantastique" par le fait même que la nature de la force reste inconnue...
Pas du tout d'accord.
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Star Wars est considéré comme du Space Fantasy ou du Science Fantasy par la plupart de ses fans.
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
Je ne sais pas, dans la définition qu'on m'a apprise il n'est question que d'un élément surnaturel apparaissant dans notre quotidien. Il n'y était pas question d'explication^^ après j'étais au collège donc peut-être que c'est pour ça que le cours ne s'étendait pas sur le sujet
Image de profil de Déso
Déso
Hello chers Scribaiens
je ne risque pas de vous contredire car je maîtrise un peu la Dramaturgie grâce à Campbell et la poéïtique d'Aristote pour les avoir étudiés (et encore sûrement pas tout) mais en ce qui concerne le fantastique et la fantassy j'essaye de comprendre les différences mais je fais le constat comme le disait, Teddie Sage, les deux genres semblent s'entremêler beaucoup et chaque auteur semble rester sur ses positions.

Pour tout vous avouer, j'écris toujours sur du vécu et j'ai voulu changer et voir de quoi j'étais capable en écrivant de l'imaginaire pur. Je vais vous décevoir mais je n'aime pas vraiment ça, je n'en lis jamais mais c'est un défi que je m'impose avec cette nouvelle qui va être très gentillette et qui je vous en reparlerai très vite répond à une contrainte. J'ai commencé la rédaction et si vous voulez bien vous me direz dans quel genre je dois la classer. J'espère ne pas vous avoir gâché votre dimanche. Hi ! Hi Merci à vous tous. Vendarion d'Orépée je suis allée voir ton atelier et j'ai bien aimé ton schéma très Campbelien et la base de la Dramaturgie merci du partage.
Image de profil de Lily C.M.V
Lily C.M.V
Parfaitement d'accord avec Mansuz.
Image de profil de Lanam
Lanam
Environ 200 dans mon roman " Louise" en comptant ceux que je ne nomme pas. Ils ont chacun leur importance. La famille en compte exactement 117 tous répertoriés dans un arbre généalogique.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Est ce qu'on peut considérer une liste de noms comme un groupe de personnages ? Si c'est le cas, tu es encore battue à plates coutures par l'annuaire téléphonique.
Image de profil de Rémi Silvergold
Rémi Silvergold
J'aime bien mettre beaucoup de personnage : ça rend le monde créé... vivant. Car chaque personnage est le personnage principal de sa propre histoire tandis que tous les autres ne sont que des persos secondaires (et ainsi de suite, ces persos "secondaires" sont les persos principaux de leur propre histoire et les autres des persos secondaires)
Image de profil de Mansuz
Mansuz
Un personnage, c'est une ouverture, une bouffée d'oxygène. ;)
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Sacré question... et qui me touche de près puisque j'ai récemment écrit deux gros pavés ou il y a énormément de personnages... "La Dame Ecarlate" (tout l'équipage d'un sous-marin) et "Les skraelings" ou une famille de géants est confrontée à une horde d'hurks.

Dans "La Dame Ecarlate", il y a une trentaine de matelots plus un passager, il y en a plus d'une dizaine qui sont reconnaissables parce que cités plusieurs fois par leur nom avec pour chacun une fonction précise et un trait notable. Mais en tant que "personnages", il n'y en a qu'une demi-douzaine qui ont un véritable "rôle", les autres ne font que de la figuration.

Du coup, si je compte ceux qui interviennent juste sur quelques scènes, je peux aisément gérer une douzaine de personnages... et de toute façon à partir de dix ou douze, la majorité d'entre eux n'interviennent que sur quelques scènes.

Le "truc" est de diviser tes personnages en groupes, selon les chapitres ou ils interviennent et selon leurs affinités (soit un groupe de mutins dans "La dame Ecarlate" soit une famille ou un groupe de guerriers dans "Les skraelings".

Voila justement un petit article que j'ai écrit pour une création "à la volée" d'un groupe de chasseurs orques.

http://vendarion.blogspot.com/2018/06/des-orques-sur-la-banquise.html

Lorsqu'ils sont ensemble, les orques sont représentés chacun par un seul "personnage" ou ils opposent des idées différentes, se disputent et pire si -pas affinités- je gère donc quatre personnages. Mais en cas de confrontation avec leurs ennemis, ils agissent comme un seul homme.
Je ne gère donc jamais que des petits groupes de 3-4 personnages maximum, et je passe d'un groupe à l'autre en changeant de chapitre ou de scène.
Une fois que les personnages ont joué leur rôle, on peut les évacuer comme on vide le cache d'un navigateur internet, parce qu'on n'en a plus besoin.

Ensuite, les mêmes archétypes reviennent souvent... dans un groupe de chasseurs ou de guerriers, il y a toujours un chef autoritaire (officiel ou non), un lieutenant (fidèle ou traitre), un raleur, un lèche-bottes et un suiveur... s'il n'y a pas de raleur, il y a beaucoup moins de confrontation et il est d'autant plus difficile de donner de la personnalité à ses personnages.
Image de profil de Daegann
Daegann
Sur mes derniers écrit (qui sont des séries de nouvelles, donc plusieurs histoires indépendante avec les mêmes perso et un fil rouge qui fini par apparaître au fil des épisodes), j'ai en gros 4 perso principaux que l'on suit (on adopte leur point de vue à tour de rôle). Ce sont logiquement ceux que l'on voit le plus et pour lesquelles le background et l'évolution est la plus travaillé.

Ensuite selon les histoires, il y a une poignée de personnages récurent plus ou moins important (on va dire un ou deux qui vont être les antagonistes principaux plus des antagonistes plutôt secondaires mais que l'on peut retrouver au fil des histoires et idem, quelques personnages secondaires "alliés" aux perso principaux qu'on va voir de temps en temps mais qui ne sont pas trop développé), ça plus éventuellement quelques perso propre à l'épisode, là aussi il peut y en avoir des qui vont être au centre de l'épisode et seront important et d'autres qui seront secondaire...

Bref, l'ordre d'idée c'est plus la dizaine de personnage "nommé".
Image de profil de Camille Ardanerre
Camille Ardanerre
J'ai du mal à développer plus de trois personnages à la fois, mais j'essaie de m'améliorer. J'admire vraiment les auteurs qui arrivent à rendre humains et terriblement émouvants des pelletées de personnages, c'est un exploit, vraiment :)
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
Je donne l'impression comme ça d'avoir beaucoup de personnages, mais en réalité il n'y en a qu'une douzaine à tout casser. Et même si je m'embête à créer un background je trouve qu'ils se ressemblent tous beaucoup.

Rassure toi!
Image de profil de Youg
Youg
Très intéressant comme sujet. J'écris actuellement un roman composé à 90% de dialogues, dans lequel sept personnages peuvent interagir.
C'est assez difficile à gérer, mais je commence à comprendre ce que je dois faire ou non.
Je pense qu'avec autant de "personnages principaux" je suis obligé de me focaliser que sur deux ou trois dans chaque phase de dialogues.

Selon l'arc scénaristique, certains sont plus mis en valeur que d'autres, afin de tous les faire évoluer correctement.

Quand on regarde bien, et c'est surtout visible dans les séries (films), dès que le nombre de personnages est trop important, il faut les séparer, physiquement ou non (One piece, The Walking Dead, Game of thrones, etc...) afin de vraiment d'attarder sur eux.
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
Sur wattpad, j'avais commencée à lire une histoire où la jeune auteure introduisait pas moins de treize personnages principaux(!) C'était trop ambitieux et elle était incapable de développer ses personnages qui étaient plats et se ressemblaient tous.
De toute façon comment aurait-elle pu? Donner et créer une personnalité à un perso pour qu'il ne ressemble à aucun autre, au moins dans l'histoire, et que les lecteurs le reconnaissent puis s'attachent à lui( pour mieux le zigouiller plus tard^^) c'est difficile.

Personnellement, je ne développe jamais plus de quatre à cinq personnages qui gravitent autours du personnage principale par partie d'histoire.
Et tous ce beau monde est rarement rassemblés ensembles dans une même scène. Parce que cela me porte souvent à confusion et que je considère que si moi, je suis incapable de savoir qui parle et/ou qui fait quoi, alors le lecteur en sera incapable aussi.


Pour finir, si je devais décrire ma façon de classer mes personnages par ordre d'importance je dirais que j'utilise un pyramide:

*Tout en haut, il y a le ou les perso principale(aux).

*Ensuite les amis/les proches/les ennemis. En comptant les ennemis le nombre de second couteau peut augmenter à une dizaine de personnage, mais c'est assez rare.
Tous ceux-là, même s'ils ne sont là qu'en support, je les travaille comme des principaux; je réfléchis à leur passé, à leur personnalité, à leur façon d'influencer l'environnement des principaux, leur champ lexical si besoin est.
Certains sont parfois tellement influent qu'ils peuvent presque partager l'affiche avec les principaux. Je glisse parfois des phrases pour que le lecteur se souvienne d'eux s'ils ne sont pas apparut depuis un moment où s'ils sont très influent auprès d'un des principaux.

*Les troisièmes couteaux, sont des personnages récurent, mais sans grande importance. Leur nom revient suffisamment pour qu'on sache qui ils sont et quels sont leurs liens avec les autres, mais ils sont peu développés et servent souvent qu'à étoffer le récit en le rendant plus vivant.
Ceux-là sont souvent des proches des seconds couteaux.
ex: le valet, l'épouse, ect...

*Et puis, il y a ceux qui n'ont( très) souvent même pas de nom. Ce sont des figurants, le but de leur existence est seulement d’interagir ponctuellement dans l'histoire pour ne pas donner l'impression de vide et que le mode autour des autres personnages est vivants.
Ca peut-être; des passants par la fenêtres, des chiens qui se disputent, un commerçant dont un personnage s'intéressera à la marchandise, un soldat, ect...
A moins vraiment de pondre une prophétie tout azimut qui hantera le perso principale avant de disparaître dans un nuage de fumé pour tout le reste de l'histoire ils n'ont vraiment aucun autre intérêt que de rendre l'univers de l'histoire moins vide.


Cette pyramide évolue tout au long de l'histoire, comme dans la vie nous ne sommes pas toujours entouré par les mêmes personnes. Certains restent, d'autres entres d'un coup avant de disparaître, ect...


J'espère que ce n'est pas trop confus
Image de profil de Romane de Joriis
Romane de Joriis
Dans mes écrits, et pour avoir longtemps voulu élaborer un roman à tout prix, je me suis contentée des nouvelle / courtes histoires. Bien entendu, je n'ai qu'un personnage en principale, avec des personnages secondaires qui gravitent autour. C'est ainsi que je fonctionne (cela dit, je n'ai jamais mené un projet au bout... à part le conte que j'avais fait pour me sortir de ma période de vide)

Sinon, si tu le souhaites, ma nouvelle possède deux points de vue, chacun ayant sa propre narration.
Image de profil de Tocca
Tocca
Je préfère écrire autour de 3 ou 4 personnages principaux au maximum, dont je travaille vraiment la personnalité et l'évolution au fil du récit, et une dizaine de personnages secondaires qui servent surtout "d'arrière-plan", de support à l'intrigue et aux persos principaux, et sont donc plus statiques (personnalité assez simple, qui n'évolue pas).
J'ai essayé une fois un roman avec beaucoup de personnages clés (chacun avait un rôle à jouer dans un récit où leurs histoires s'enchainaient), mais je m'y suis vite perdu...

Et si tu veux (j'en profite tant que j'écris là plutôt que d'envoyer un mp), mon roman L'évasion est à points de vue multiples :)
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Je vais y jeter un œil.
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
J'en profite pour demander : si vous avez des histoires avec des points de vues multiples (que ce soit à la première ou troisième personne), pourriez-vous me contacter en privé ou bien vous manifester ici ? J'ai besoin d'étudier ce genre de lecture pour un projet personnel. Merci !
0