Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Julian

Thématique masculine et féminine

par Julian  il y a 11 mois

Bonjour! Je me posais une question et j’avais envie dentendre l‘avis de différentes personnes.

Je suis en train de travailler sur un texte et celui-ci contient des personnages masculins et féminins. On les voit dans leur vie courante, mais aussi dans dans diverses autres situations que l’on retrouve dans des romans d’action (des affrontements, par exemple). Le truc, c’est que j’hésite à aborder des sujets typique à leur sexe, comme les menstruations ou les poils qui poussent. Est-ce que je devrais laisser mes héros sans vraiment de ”sexe” ou plutôt aborder des thématiques propre à leur genre?

D’ailleurs, si vous avez des idées de “problèmes” de ce style, n’hésitez pas à m’en faire part, ça pourra peut-être m‘aider. Aussi, mes protagonistes ont environ 15 ans.

Merci d’avance!

Image de profil de Lena0co
Lena0co
Je pense que cela donnerais de la consistance aux personnages après tout dépend de la situation mais ont s'attache toujours à un personnage qui nous ressemble (de près ou de loin d'ailleurs) et qui semble humain qui à donc ses problèmes ses chagrins, ses l'imperfections ... etc
pas obliger d'en faire des caisses une simple allusion discrète simple et efficace fait toujours de l'effets même si on s'en rend pas toujours compte.
En exemple de problèmes (bon je peux aider que pour le coter féminin sur ce coup ^^
Les ongles qui cassent
les poils
les règles et tout ce qui va avec genre mal de dos, de tête, de ventre et d'endroits tout à fait insolites absolument pas en rapport avec ni nos ovaires ni notre utérus
le "ta tes règles" dit de façon méprisante ou juste pour rigoler qui te donne envie de mettre ta semelle dans la face de cette personne
les cheveux qui coincent partout, chaises, vice, poignées de porte et branches d'arbres jusqu’à la gueule de ton chien
le regard de la société (bon sa touche aussi les mecs je sais) maquille toi, tes grosse enfin tu comprend, d'ailleurs quand ton fond de teint t'a coûté 40 euro et qu'a coter on te fait remarquer que ta pas mis de mascara, d'anti cerne, de rouge à lèvre ou d'ighlighter ca va bien deux seconde mais à ce moment la faut gagner au loto les amis
ce faire siffler ou matter dans la rue on adoooore #sarcasme
bon voici une liste non exhaustive des choses chiantes pour une meuf
désoler je me suis un peu emportée =P
Image de profil de Julian
Julian
Merci pour tes exemples! ;)
Image de profil de Youg
Youg
Moi je trouve qu'on ne parle jamais assez de poils ! Et ce ne sont pas tous les matous du groupe qui me diront le contraire !
Image de profil de Daegann
Daegann
Bah, si ça sert l'intrigue ou permet de developper la psychologie des personnage. Bref si c'est utile... c'est comme manger ou aller au toilettes. La pnupart du temps c'est sans intéret mais parfous, une scène peut en parler...
Image de profil de Le Molosse
Le Molosse
Hello, la question à se poser n'est pas le fait d'aborder ces thèmes, mais plutôt, est ce que c'est utile de les aborder dans ton texte ? Si oui, comment comptes-tu les aborder (notamment les sujets "féminins" soumis aux clichés à la con) ?
Image de profil de Julian
Julian
Mmm, bon point de vue, j’y réfléchirai :)
Image de profil de Andy Clarbann
Andy Clarbann
Je dirais que si ça n'ajoute rien à ce que tu dis, si ça s'inscrit pas dans une situation où c'est pertinent, et si ça ne te permet pas d'affiner ton personnage, c'est pas nécessaire de le raconter (ou alors fais-le de manière un peu cryptique). Qui prend le temps de décrire le repas d'un personnage ou son passage aux toilettes ? Est-ce qu'on y perd pour autant ?

Aborder des thématiques propres au sexe c'est intéressant (bon pourvu que tu penses que ça existe), mais peut-être plus l'aspect psychologique.

Après, je sais que ça t'aidera pas forcément mais vu que tu parles d'affrontements, les menstruations (ou même l'évolution du corps en général, de la poitrine à la musculature) ça peut être très intéressant quand tu fais évoluer un personnage féminin sur un champ de bataille par exemple, et ça rajoute une énorme dose de pertinence à ce que tu racontes. (combat bien plus dangereux une semaine sur quatre, handicap en fonction de la taille de la poitrine, capacités physiques moindres, danger supérieur en cas de défaite/capture par l'ennemi, ou même danger accru y compris vis-à-vis des forces alliées, surtout si l'armée n'est pas paritaire)

En dehors de ces cas précis (à 15 ans ça m'étonnerait que ça concerne ton récit mais ça s'est vu ailleurs) ou d'une approche très psychologique de l'adolescence personnellement je m'attarderais pas à faire dans le détail de la puberté, autrement que par des légers clins d'oeil
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Je pense qu'au contraire, c'est important d'aborder la réalité des faits dans les histoires. Ca m'a toujours assez formidablement gavé de voir les filles dans les histoires qui se pètent jamais un ongle et sont toujours parfaitement coiffées, alors que moi au bout d'une heure, ma tête c'était Beyrouth. Alors j'aurais bien aimé savoir que les personnages dont je suivais les aventures vivaient des affres liés à leur genre. Sans forcément y passer la moitié du bouquin, mais c'est quand même rassurant, quand tu grandit, de savoir ça.
Image de profil de Julian
Julian
Moi aussi, je ne comprenais pas ces filles beaucoup trop parfaite pour la vie ;)
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
C'est pour ça, quand j'avais 6 ans, mon idole c'était Claude du club des cinq, parce qu'elle me paraissait réaliste. puis Joe March. Parce que pardon, mais Alice Roy et ses cheveux blond toujours dans un carré parfait... mwaf (et notons d'ailleurs de mémoire le côté super condescendant envers sa copine Beth qui est décrite comme sa copine grose, mais elle a bon fond)
Image de profil de GoM
GoM
Les problématiques sont entre guillemets les mêmes, l'adolescence est un moment douloureux à passer. Parler de leur sexe est selon moi, important. Car c'est à ce moment là que s'effectuent les transformations du corps, le jugement du corps, son exploration et des affirmations pour son choix de sexe et ses préférences sexuelles.
Les adolescents sont pour la première fois des êtres sexualisés et reproducteurs et c'est perturbant. Pas mal de mes conversations à l'époque tournaient autour de se questionnement.

Alors comment l'aborder ? Je dirais de façon pudique. On est certes dans un monde d'images et de pornographie mais s'appréhender soi-même est très difficile. Tout est inavouable, tout est secret, tout est dérangeant.
La présence d'une boite de cleanex, de cette honte à l'avoir, objet innocent avant qui maintenant évoque de nouvelles choses.
La montée des désirs à des moments inappropriés pour des personnes dont on aurait jamais saisi le potentiel "sexy" avant.
L'obsession sur sa propre odeur, l'arrivée de la transpiration qui se sent vraiment.
Pour un garçon l'horrible sensation de bander dans les poils, où à un moment inapproprié - essayer de le cacher et en se pliant en deux et éviter tout regard avec les autres.
Les envies de ne plus être touché par personne, les câlins à papa/maman finis - l'envie de fuir ce contact familial sauf grosse tristesse - moment de malaise qui n'existait pas avant entre soi et ses proches.
Image de profil de Julian
Julian
Merci de ta réponse! Ça va vraiment m’aider à aborder ces sujets un peu plus difficiles :)
Image de profil de GoM
GoM
J'aurais plein d'autres exemples souvent un peu crado qui naissent dans l'adolescence. Enfant on est relativement innocent sur les sujets sexuels, adolescent on est un enfant a qui on confit les clefs de son appareil génital.
Contraceptions, capotes, cours et discussions sur les premières fois ou sur les actes masturbatoires - des moments par lesquels on passe, où l'on doit apprendre car on a tous en tête cette image de parents âgés de 16ans.
La naissance des fantasmes (où si ne veut pas être prude je dois le dire franchement) où tu apprends a dénudé des corps, toujours vu habillé, dans ta tête. Tu apprends a jaugé les tailles de poitrines, de fesses, à sentir visuellement les courbes sous des épais pulls. Et une fois le processus acquis, il fonctionne même quand on ne veut pas, car les désirs te poursuivent.
Fini, les amitiés simples entre filles e garçons. Une grosse tension sexuelle s'abat parfois dans un groupe d'amis qui n'en demandaient pas tant.
Et puis les trucs crado qu'on a tous vécu. Boutons rouges et blanc, le foisonnement de problèmes de peau, les cheveux gras, les odeurs corporelles bizarres, les poils coupés qui grattent quand cela repoussent.
Toutes ces parties du corps devenues soudainement bizarres, pieds, hanche, muscles, etc.
Image de profil de Lanam
Lanam
Pour moi, inclure ces sujets rendent des personnages incroyablement plus crédibles.
Sans y passer des heures évidemment.
Image de profil de R. F. Castel
R. F. Castel
Ce sujet est propre à l'histoire. tout dépend du contexte et si ça y apporte quelque chose.

Maintenant c'est bien connu qu'a 15 ans, le simple fait de regarder le parquet, ça agite les hormones. Donc, suivant le contexte, ça pourrait servir à meubler. Mais dans ce cas précis, il serait plus judicieux de lancer des pics par-ci, par-là, sans que ça occupe des pages et des pages pour rien apporter de plus au final.

Pour ma part je fait plutôt dans le soft, sans rentrer dans ce genre d'arguments qui serait susceptible de viser un public plus mature. il reste toutefois claire que naissance et croissance de pilosité ou problème de menstruations sont effectivement d'actualité chez des ados de cet âge. Mais donner trop de détails pourrait laisser voir le jour à une oeuvre qui ne leur serait pas adapter. (et oui, en littérature il y a aussi des censures).

le double effet négatif à ça, serait de perdre un publique trop jeune par la fautes d'un grand nombres de détails insignifiants et être boudé par des personnes plus matures, par la faute d'une histoire de jeunesse qui ne les intéresserait peut-être pas. Donc, l'idéal serait trouver un juste milieux.
Image de profil de Brice Gouguet
Brice Gouguet
Tes personnages sont adolescents, donc leur sexualité, leur puberté, tout cela, devrait avoir une certaine importance dans leurs développement.
Après, personnellement, je trouve que de manière générale, même s'il faut en parler un peu, il est plus agréable de mettre l'accent sur ce qui fait leur personnalité, leur caractère, ce qui fait qu'on a envie de les aimer et de les suivre. Dans un contexte moins adolescent, je préfère mettre en avant le reste de leur personne. Ou alors, je peux essayer de prendre le contrepied et parler plus de ce que cela peut déclencher que de l'évolution en elle-même (ne pas parler seulement des règles ou de la ménopause, mais de ce qui ça implique : changement d'humeur, l'idée de ne plus avoir d'enfant, par exemple. Je grossis le trait, évidemment)
Image de profil de Mansuz
Mansuz
Perso j'aborderai leurs "problèmes" à fond ! C'est ça qui va les rendre vivant !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Pareil ! Après tu fais comme tu veux. Moi je le mettrais si ça apporte quelque chose d'important à l'histoire sinon c'est pareil que d'aller au toilette ou manger.
0