Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Vis9vies

La pourrésie ou la litt' orale de la sardine d'Anvers dans la Poésie

par Vis9vies  il y a 2 ans

On dit tant que la poésie ne doit pas être jugée et que toute licence poétique relève de l'art... ^^

Tout serait-il permis ? Peut-on mettre tout et son contraire derrière les mots descriptifs et dévoyer des termes rigides ?

La question se pose de quoi, de qui, a-t-on le droit de s'approprier les règles. Par exemple, peut-on (oui ^^) ou a-t-on le droit de parler "d'alexandrins" sur de la poésie non classique ?

Un exemple. Dans un texte en prose @Renard Gnakgnak@ fait référence aux alexandrins en écrivant les phrases suivantes :

Mon mec baise la voisine aux effluves de sardines
Il lui lèche la poitrine lui défonce l'aubergine
Une tromperie anodine et me voici chagrine
Lui couperai la pine à coups de chevrotines

@Lutécia Cendrelle@ lui fait remarquer (elle n'a pas tort, mais a-t-elle raison ?) que ses alexandrins sont sacrément bancals ^^

Mon /mec /bai/se /la /voi/si/ne aux /ef/flu/ves /de /sar/dines => 14
Il /lui /lè/che /la /poi/tri/ne /lui /dé/fon/ce /l'au/ber/gine => 15
U/ne /trom/pe/rie /a/no/di/ne et /me /voi/ci /cha/grine => 14
Lui /cou/pe/rai /la /pi/ne à /coups /de /che/vro/tines => 12

Pour ma part, lisant un écrit proche de l'oralité, je lis ainsi :

Mon /mec /baiz' /la /voi/sin'//n' aux /zef/fluv' /de /sar/dines => 12
Il /lui /lèch' /la /poi/trin' //lui /dé/fonc' /l'au/ber/gine => 12
Un' /trom/p'rie /a/no/din'//n' et /me /voi/ci /cha/grine => 12
Lui /cou/pe/rai /la /pin'//ne à /coups /de /che/vro/tines => 12

C'est sûr que ce n'est pas du classique, mais sont-ce des alexandrins ? Dans le sens : le terme employé est-il adéquat littérairement parlant ?
Je ne vois pas de dodécasyllabes non alexandrins ^^

Sinon, comment appelez-vous cette forme ?

Et question plus formelle : comment vous arrangez-vous avec les termes utilisés pour décrire la poésie classique ? Inventez-vous d'autres termes ? Si oui, lesquels ?

Image de profil de Pierre Lamy
Pierre Lamy
Jehan Rictus avait réglé le problème en utilisant l'apostrophe
comme tu l'as d'ailleurs fait toi-même pour qu'on pig' le truc.

L'avantage c'est qu'ainsi on n'agresse pas les ceuss's qui ont l'oreille alexandrine
J'en suis
Mais en cas d'besoin j'n'hésite pas à syncoper mes vers

Ceci dit, belle abbess', ton quatrain est romantique à souhait
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
J'en connais une qui sera contente de voir que sa poésie plait ;)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Il y a certaines choses qui font que la licence poétique ne s'applique plus vraiment (en fait à la base c'est surtout un truc de génies et d'auteurs à succès, tout texte bancal n'est évidemment pas poétique, déjà que toute versification respectée à la lettre ne l'est pas forcément non plus)

Dans l'exemple je dirais que "Lui couperai la pine à coups de chevrotines" contredit le reste puisqu'il abandonne d'un coup l'oralité
Vaut mieux faire un choix entre ça et le reste, plutôt que mettre les deux façons de lire dans un même texte
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Mon avis là-dessus reste mitigé, parce que quand on a pris le rythme, et il s'impose rapidement dès la première phrase (ou "vers"), automatiquement on essaie de continuer sur ce même rythme, et si ça bave un peu on l'adapte automatiquement ^^
Si le dernier vers avait été le premier, je pense que le reste n'aurait pas été ressenti comme des alexandrins et que le côté bancal aurait été plus clair.

Cela peut aussi venir de ma manière de lire, car si je préfère lire des nouvelles, je lis quand même pas mal de poésie à côté, et mon oeil doit avoir appris à plier selon la forme ;)
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
non ^^
pour respecter l'oralité, il aurait fallu (par exemple) :
Lui arracherai la pine à coups de chevrotines
0