Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Phoenix-blanc

Et la dernière phrase alors ? (jeu)

par Phoenix-blanc  il y a 2 ans

Grâce à l'engouement de Gobbolino voilà un petit jeu :)

« Commencer, c’est parler, écrire. Finir, ce n’est que se taire, mais, cinquante pages plus loin. Si, pour moi, le début d'écrire est un mystère, plus grand est le mystère de finir, ce silence qui suit l'écriture. » Louis Aragon

Si la première phrase d’un roman en dévoile beaucoup sur l’histoire à suivre, la dernière constitue le dénouement. Des mots d’adieu reliant l’auteur au lecteur :

1er exemple : 1Q84, Livre 1 d’Haruki Murakami

• Première phrase du roman : « La radio diffusait une émission de musique classique en stéréo. »
• Dernière phrase du roman : « … »

2ème exemple : Haute fidélité de Nick Hornby

• Première phrase du roman : « Mes cinq ruptures inoubliables, mon île déserte permanente, par ordre chronologique:
1) Alison Ashworth
2) Penny Hardwick
3) Jackie Allen
4) Charlie Nicholson
5) Sarah Kendrew. »
• Dernière phrase du roman : « Ce soir, pour la première fois de ma vie, je vois un peu comment il faut s'y prendre. »

Quelle est donc votre dernière phrase ? Que signifie-t-elle ?

Comparez-là à votre toute première. Quelle évolution ?

Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Le tyran immortel, texte court, mes deux plus longs étant malheureusement à peine entamés :


" Le moment venu, aussi coupable soit l'ennemi, est-il facile de vaincre ? "

Puis

" Le soleil se leva ce matin-là pour éclairer de nouvelles traces de sang sur la falaise. "

Plus que les phrases, les contextes se répondent, dans la mesure où la première est un questionnement du personnage principal, qui vit une situation précaire mais qui n'est pas sûr de sa résolution à l'idée de faire du mal au responsable. Il hésite à l'idée de tuer. Le texte est une forme d'initiation pour lui, et la fin est une confrontation avec le responsable, qui se solde par du sang versé d'une main qui ne tremble plus.
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
On voit bien que le personnage a franchit le pas/évolué.
Vraiment intéressant ce procédé de question/réponse ;)
Image de profil de Thomas
Thomas
Ooh, alors ! Pour Cas de Conscience que je posterai bientôt.

Première phrase : "Si la nuit semble effrayante pour beaucoup, Ethan l'adore."
Dernière phrase : "Et puis, on s'habituait à tout, n'est-ce pas ?"

Alors le lien entre elles me parait pas évident, mais disons que la dernière phrase a sa propre signification, qui se comprend par la lecture du texte entier. Peut-être, si je devais comparer les deux, parler du fait que finalement, on s'habitue même à la nuit, même lorsqu'on en a peur, je ne sais pas trop.
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Si on ne regarde que ces deux phrases, oui on peut penser que l'on va s'habituer à la nuit :) La nuit peut vouloir signifier plusieurs choses : son sens propre, un renouveau, des ténèbres, du mystère... L'évolution entre les deux phrases est donc intéressante.
Après ta dernière phrase est une question. Je trouve cela important car le lecteur ne va pas forcément percevoir la même chose que si la phrase se terminait par un point.
Image de profil de Thomas
Thomas
Exactement ! :)
Image de profil de Navezof
Navezof
Amusant, je vais faire l'exercice avec l'un de mes textes court "De blanc à gris".

Premières phrase ;

Elle se réveille au petit matin dans les draps blancs de l'hôtel, seule, encore.

Lala murmure : “623528”


Dernière phrase :

Elle se réveille au petit matin sans les draps blancs de l'hôtel, seule, encore.

Lala murmure : “623529”


Ici, pas grand chose à analyser. Surtout que le texte n'explique absolument rien. Le décompte est un nombre de jour qu'a vécu la protagoniste, qui augemente donc à la fin du récit.

Et le drap blanc pourrait etre une representation de quelqu'un ou quelque chose de non immortel qu'il faut laisse partir à un moment, parce que forcément ça finira par disparaitre.

Donc joie et bonne humeur dans ces phrases :D
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
J'aime beaucoup la manière dont tu considères la disparition du drap.
Entre ces deux phrases on peut y voir une petite nuance mais que le mot "encore" vient un peu fissurer :)
Image de profil de NM Lysias
NM Lysias
J'aime bien ce jeu, ça fait réfléchir. Je reviens avec "La bague et la pierre"

Première phrase: "Dans les rues de Zoncs, le quartier principal de la ville Plaizace, capitale d'Inblagar, l'euphorie grandissait"

Analyse: Phrase pompeuse qui prévient le lecteur que t'es pas n'importe où, et qu’apparemment il y a de l'animation.

Dernière phrase: "À quelques mètres du corps en flamme de Luc, Véric tomba inerte."

Analyse: tout de suite tu te dis " C'est quoi se délire". Tu comprends que l'euphorie, elle a fini sa course dans un brasier.

1 et 2 : C'est comme quant tu vas à une soirée, t'es beau, propre, réfléchit et que tu te lève le lendemain, une jambe en moins et quatre personnes endormi à côté de toi.
Bref, la grandeur et la décadence.
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
La dernière phrase donne l'impression que la joie/l'euphorie n'ont pas leur place dans ce monde.
Pas mal la comparaison à la fin XD
Image de profil de Izzie de Rives
Izzie de Rives
Je vais essayer aussi mais difficile de faire le lien... Donc pour Les anges n'existent pas:

1ere phrase: La chaleur étouffante de l'été parisien s'était évanouie depuis plusieurs semaines maintenant, et le mois de septembre avait fini par arriver, apportant avec lui la mélancolie des débuts de l'automne et les premières pluies de feuilles jaunes et orangées.

Dernière: Elle se pencha lentement sur lui, déposa un baiser mouillée sur ses lèvres. Ses longs cheveux lui chatouillèrent le nez. Il la regardait.

« T'es belle, Imane... T'es putain de trop belle... »

Mon idée : l'histoire (le 1er tome du moins), ne se termine pas comme le résumé et les différents éléments parsemés dans le texte le laissaient penser. Aucun des personnages n'a obtenu ce qu'il voulait.
Autant le début commence assez naïvement, avec un narrateur qui donne le ton avec douceur, bienveillance, nostalgie, un peu comme s'il avait été témoin de la tragédie qui lie les différents personnages (un ami, un des héros, un membre de la famille?) ; autant le 1er tome se termine de façon assez brutale, avec une scène de sexe désespérée entre deux des personnages principaux et cette phrase : "T'es belle, Imane", qui est celle que Lucas prononce le soir de leur première nuit ensemble.
C'est une nouvelle ère qui commence pour le tome 2, avec un héros qui se soumet pour la première fois aux désirs de sa belle alors que jusque-là, il s'était comporté comme le pire des connards. Il le fait certainement pour de mauvaises raisons, mais tout est expliqué tout au long des 460 pages que compte le 1er tome (je crois).

Voilà! Bon exercice! C'est toujours difficile pour moi d'expliquer ou de résumer les choses. Contente d'en avoir eu l'occasion même si je ne suis pas sûre qu'on ait bien compris haha ^^'
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Avec le contexte de l'histoire on comprend mieux ^^ On a quelques mots de la première phrase qui viennent sûrement semer quelques indices pour la suite : "chaleur", "étouffante", "mélancolie", "premières pluies"...
Va falloir revenir pour le tome 2 alors ! ;)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
J'ai essayé avec le Panseur de Mots, c'est plus subtil...
Si je prend le texte sans prologue ni épilogue ça donne ça :

Premier paragraphe (oui sinon ça donne pas grand chose ;-) )
"Je jouais avec la ponctuation quand il est apparu. J’aime m’occuper des enfants. Les plus petits surtout, qui ne sont qu’exclamations. Les plus grands, eux, se courbent déjà en interrogations. Pourquoi ? Comment ? Je les vois en permanence en quête de réponses et ma nature les interpelle, quand les plus jeunes, eux, s’émerveillent de mes changements. Je les amuse."

Le dernier :
"Mode récupère le temps et le fait rejoindre sa place entre les deux autres. Moi, j’embrasse mon verbe qui se fond en moi.
Je ferme les yeux sous un air tsigane d’accordéon et de violoncelle. "

Alors qu'avec prologue et épilogue ça donne ça :
Première phrase :
"Tout commença par le Jeûne. "

Dernière phrase :
"Je trouve, bien rangé sous mes paupières, un trésor caché livré à mon seul regard : un sourire qui prend sa bouche autant que ses yeux bleus et le blond de ses cheveux."

c'est assez amusant de voir les écarts ou les similitudes, l'idée que le ton change ou reste le même. Je sais pas si c'est un jeu mais c'est interresant d'isoler début et fin comme cela, ça donne un certain regard sur le texte.
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
C'est marrant, j'aurais eu plus tendance à penser que les similitudes se font entre prologue et épilogue au contraire d'un début et d'une fin de chapitre. :) Comme quoi...
Là est bien le but, puis ça permet de mieux se rendre compte de ce que l'on a fait et du pourquoi.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
La jeune femme qui n'aimait pas choisir

Début du roman (j'ai viré le prologue ;-) )

"– Maman !

Il est 19 h 48 exactement quand les cris traversent les murs du numéro 16 de l’avenue du Truc, nommée ainsi par manque flagrant d’imagination.

Émilie sort de sa tête et regarde le chiffre huit perdre une barre.

– Oh, merde !

Émilie est en retard."


la fin :

"– Maman !

Il est 19 h 48 exactement quand les cris traversent les murs du numéro 16 de l’avenue du Truc, nommée ainsi par manque flagrant d’imagination.

Émilie sort de sa tête et regarde le chiffre huit perdre une barre.

– Oh, merde !

Émilie est en retard."

Et là je vous ai bien eu !!
^^
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Je ne m'attendais pas à cela ! Excellent :)
Une sorte de retour au quotidien ? ^^
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
avoue que tu te demandes ce qui se passe au milieu ;-)

pas un retour au quotidien non, plutôt un joli twist ;-)
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Effectivement, mais pas moyen de pouvoir la lire apparemment ^^
Et quel twist ! :)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
non le texte n'est pas accessible, j'avais tenté de le reprendre et tant que je travaille sur un texte je le livre pas. Non rectification, tant que je travaille pas dessus je le livre pas, ici c'est mon espace de travail.
Je suis concentré sur autre chose, la petite cloche orange qui s'allume, c'est une excellente forme de distraction... je m'en passe largement. Et passer d'un univers à l'autre est compliqué pour moi. Une autre fois, quand j'aurais fini les insoumis et que je mettrais ici la première phrase "Faut la voir bouger son corps." et que je pourrais surtout placer la dernière, j'ouvrirai peut-être à nouveau mes autres textes.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
d'ailleurs en parlant de distraction... je vais aller travailler moi, ça va pas s'écrire tout seul ce foutu roman ;-)
hop on ferme la fenêtre !! :-)
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Je comprends ;)
Oh là là oui ! Les notifications sont horribles pour ça. Puis grâce à moi tu vas en recevoir d'autres XD
Si jamais tu remets l'histoire, n'hésite pas à me prévenir.
Image de profil de phillechat
phillechat
Le roman : https://www.scribay.com/text/592861541/un-amour-eternel
Première phrase :
L’homme pleurait, à chaudes larmes qui mouillaient sa chemise. Il pleurait, comme un enfant, avec de longs silences , de lourds sanglots.
Dernière phrase :
Baby, baby, baby, baby

That's when it's callin' me

I said that's when it's callin' me back home...

Faut-il vraiment expliquer , ^^
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
J'aime bien l'idée de mettre un bout de chanson pour conclure :)
On voit clairement un lien entre la 1ère et la dernière phrase On a l'impression que l'atmosphère triste est ancrée dans les personnages au point que même à la fin il n'y a plus que ça.
Image de profil de phillechat
phillechat
Oui, une sorte de descente en enfer : c'est bien cela, mais aussi la musique !
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Les Cerneurs :
Première phrase : "Tout de suite, j’avais pensé aux gendarmes."
Dernière phrase : "Tous les lapins ne meurent pas de la myxomatose"

La première phrase introduit l'ambiance, et les forces en jeu, sous forme d'allégorie. La dernière donne la morale à retirer sous forme de métaphore ;)
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Entrée en matière efficace je trouve.
Ta dernière phrase m'intrigue ^^
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
La dernière phrase, je l'ai prise pour le titre ;)

"On" m'a dit que ça faisait polar noir suédois ^^
Effectivement, je pense aussi qu'elle a un pouvoir d'intrigue ;)
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Oui j'ai vu ça :) C'est sympa comme rappel, surtout que dès le début on peut se poser la question du pourquoi une telle phrase, et on en comprend réellement le sens qu'à la toute dernière ligne.
J'y jetterai un œil ;) Je n'ai jamais lu de polar donc pourquoi pas commencer maintenant.
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Ce n'est pas un polar, c'est un thriller avec un côté fantastique et il ne sera terminé que la semaine prochaine ;)
Image de profil de NM Lysias
NM Lysias
Rien à voir, mais c'est tentant. " Haut les mains peau de lapin".
Si vous comprenez, j'espères vous faire sourire.
Sinon, j'aime bien le ton des deux phrases.
*Juste un chat qui passait par là*
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
C'est vrai que le "haut les mains, peau de lapin" n'a rien à voir ;)) : il n'y a pas un révolver dans le texte ^^ ... mais tout le monde n'a pas les mains propres...
Image de profil de NM Lysias
NM Lysias
Haha, Disons que c'était pour faire le rapprochement avec les gendarmes... Une blagounette pas net. ^^
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
L'ennui c'est que mon histoire parle de disparitions mystérieuses et que les gendarmes sont dans ceux qui disparaissent ;D

C'est marrant comme on s'imagine un décor avec juste une ou deux phrases ;)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Lol ! bientôt, bientôt je pourrai participer :)
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Je t'attends XD
Image de profil de bertrand môgendre
bertrand môgendre
Juste histoire de participer à ce jeu.

Première phrase de la « La femme bonhomme » :
« En constante lutte intestine, capable de tuer pour nourrir sa progéniture, la renarde capture mulots et campagnols. »

La nature à défaut d'être bucolique n'a rien de tendre pour celui qui l'observe au quotidien.

Dernière phrase :
« Sa crinière de rouquin et ses grands yeux malins, l'apparentaient à un goupil. »

Entre ces deux phrases, des êtres se sont croisées, percutées, aimés, d'autres ont été déchirées. La vie n'est pas toute rose comme peuvent nous le faire croire certains contes. Il ne suffit pas de garder l'espoir, mais de le partager.
Image de profil de NM Lysias
NM Lysias
Pardon, mais ça me fait penser à un documentaire.
Intriguant ce début et cette fin.
Image de profil de bertrand môgendre
bertrand môgendre
Oui, NM Lysias si le mot documentaire n'est pas péjoratif, je pense qu'on peut l'appliquer sur ce roman à condition de vouloir découvrir le monde de la campagne.
Image de profil de NM Lysias
NM Lysias
Courir dans les pâturages, sentir l'odeur du fumiers, jouer avec le chien du voisin à trois lieux de la maison en pierre de grand-mère.
Documentaire, n'est pas péjoratif, il est instructif.
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
C'est vrai que cela rappel les documentaires mais ça a du charme !
Belle morale au final.
Image de profil de Elizabeth Fendel
Elizabeth Fendel
Je me lance aussi, même si c'est très classique de mon côté, mais il n'y a pas vraiment de significations particulières ou même d'évolution en fait ( ._.)

Pour l'Ombre des Dragons" ça donne :
1ère phrase : "Le soleil se levait doucement sur le petit village côtier."
Dernière phrase : "Elle l’aimerait toujours, et l’inverse était réciproque."

Pour "L'Espoir du Loup" ça donne :
1ère phrase : "Le jour déclinait doucement sur la ville."
Dernière phrase : "La nuit serait longue, et à présent, ils avaient toute la vie pour s’aimer. "

Et c'est seulement maintenant que je remarque que les deux commencent et se finissent de la même façon : par un soleil (qui se lève et qui se couche) et par une phrase un peu cul-cul la praline sur l'amour XD
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Déjà bravo pour avoir réussi à terminer deux histoires ! ;)
C'est marrant, dans "L'ombre des dragons" le soleil se lève, un peu annonciateur de la lumière de leur amour, si tu vois ce que je veux dire :)
Pour "L'espoir du loup" on peut y voir un contraste entre l'idée de déclin dans ta 1ère phrase et l'idée de "pour toujours" dans la dernière.
Au final on y trouve toujours des significations ;)
Oui je crois que tu aimes bien le soleil ^^
Image de profil de Kirsten Reeves
Kirsten Reeves
Le jeu m'amuse mais je n'ai qu'une histoire terminée... La scribosphère alors voici la première:

"Un frisson d’excitation parcourut la scribosphère."

et la dernière: "Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée. "

ou le dialogue je ne sais quelle règle s'applique:
"— Aie Pépito !

— C’est nul. Tu sors.

— Ok."

Mais je crois que l'un comme l'autre, c'est assez éloquent de bêtise ! :)
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Ha ha ha, ça fait bien rire, en tous cas ! (signé la concierge de service)
Image de profil de NM Lysias
NM Lysias
Bizarrement quand tu lis ces brides de textes, tu te dis "éh bha il est où le choco-pépite de Pépito ?"
Bien barré... XD
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
L'histoire m'a l'air timbrée ! Va falloir que j'y fasse un tour.
La dernière phrase est juste magique ^^
Image de profil de Kirsten Reeves
Kirsten Reeves
Je t'en prie... tu peux entrer. Maintenant, je ne sais si tu pourras trouver la sortie !
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
À mes risques et périls comme ont dit ^^
Image de profil de NM Lysias
NM Lysias
Coucou.
La dernier phrase de l'enfant rossignol est:
"En attendant, je mis un CD et écoutai leurs vieilles voix mêlées."
Elle signe la fin de leur histoire et de la mienne.

Première phrase:
"J'accourais dans les escaliers, ma canne à la main."

Comparaison:
J'accourais= vivacité, solitude, je / leur vieilles voix mêlés= Trois personnes vieillissantes.
De la jeunesse au point final.
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Ta dernière phrase a un côté un peu décalé, j'aime bien ^^
Belle évolution !
Image de profil de NM Lysias
NM Lysias
Je suis un chat qui écrit. il n'y a pas que ma phrase qui est décalé. XD
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Attends... ta photo de profil est un chat ? :o
Pour sûr je veux bien te croire ! XD
Image de profil de NM Lysias
NM Lysias
ouai ma photo c'est un minou spectral .
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Oh mince ! J'étais carrément à côté de la plaque... Je croyais que c'était un hiboux ou une chouette :') puis comme dans ton pseudo il y a "noc" ça m'a fait penser à "nocturne" et comme ce sont des animaux nocturnes... Oups ^^
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
J'ai rien compris arf...
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
En gros : si tu as terminé une oeuvre il faut que tu mettes ta toute dernière phrase et dire ce qu'elle signifie. Ensuite le but est de la comparer à la toute première phrase de ton histoire, histoire de voir l'évolution.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Mdr haaaaa mouais non, pas très emballé.
De toute manière ce n'est pas fini lol mais on verra
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Quelle grande épreuve que de parvenir à terminer l'écriture d'un récit ! ;)
Reviens quand tu veux.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Ouiiiiii, complètement. Merci :)
Image de profil de Phoenix-blanc
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Merci. Je regrette déjà XD
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Haha ! Je t'attendrai XP
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Allez, allez je me lance, surtout que je ne suis pas forcément satisfaite de ma dernière phrase :

Première phrase : "C'est la barque où s'enfuit une amoureuse reine". Elle est pas de moi, elle est de Guillaume Apollinaire, elle ouvre mon poème préféré "La fuite".
Où je me rend compte qu"il y a beaucoup de choses à en dire. J'ai toujours été fascinée par ce poème, et je l'ai cannibalisé pour écrire mon histoire dessus. Ce qui est quelque part une fuite en avant, mais passons.

Dernière phrase : "Je vis".

Il y a eu une évolution énorme. Déjà ma narratrice a fait beaucoup beaucoup de chemin. Elle naît étrangement en cours de route, vers les 2/3 du roman, qui est en fait l'histoire de sa genèse. Et avant de vivre, elle doit passer par un nombre d'épreuves assez conséquentes, notamment affronter sa mère (ce qui ne marche pas les deux fois). Et à la toute fin de l'histoire, Ivraie ne fuit plus, justement, elle avance, et c'est bien différent.
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
J'ai toujours su que de dangereuses personnes traînaient sur scribay ! XD Cannibalisme...
Au final ta dernière phrase est bien : concise, directe. Puis on voit clairement l'évolution. La fuite lui a permis un renouveau, d'éclore, de se découvrir, d'être elle-même quoi. "Je vis" est un peu comme sa première inspiration, celle qui signifie qu'elle vient de naître et qu'elle a encore du chemin à parcourir.
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
En l'occurence, ce serait plus du libribalisme ? XD. Et encore, moi je suis soft, comparée à certains (pas vrai, Gigi ? XD). C'est tout à fait ça, oui, sauf qu'elle a dû mourir pour y arriver, mais en y réfléchissant, ça n'aurait pas pu se passer autrement.
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Il me plait bien ce mot :') Mouais... (regard suspicieux).
Il est vrai qu'on entend parfois des rumeurs comme quoi un violoncelliste vient jouer sa mélodie dans les terres sombres de scribay ^^
Mourir pour vivre c'est beau ! Comme quoi de simples mots ont une grande importance.
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Ohla, malheureuse ! Ne traite pas Franz de violoncelliste ! Tu veux finir dans un étui à contrebasse ??

c'est douloureux, surtout, mais bon XD. on fait comme on peut ! Là, ayant fini, je m'en vais aller reprendre ma "série" policière XD (je laisse reposer un peu avant de retourner à la pâte).
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Oups... XD Le pire c'est que dans ma tête je disais violoniste. Pour le coup je crois que je vais moi-même me glisser dans l'étui.

C'est pas moi qui dira l'inverse ^^
0