Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de austylonoir

Êtes-vous introvertis ou extravertis, et en quoi cela influence-t-il votre écriture?

par austylonoir  il y a 1 an

Simple curiosité. J'imagine que la très grande majorité des auteurs ici est introvertie (et je le suis moi-même), mais je suis curieux de savoir quel est le rapport à l'écriture chez les gens plus extravertis.

Image de profil de Gwenouille Bouh
Gwenouille Bouh
Je suis les deux à la fois, même si c'est difficile à imaginer. Je résous mon côté introverti en compensant par un côté totalement extraverti que je ne contrôle absolument pas, et qui me fait souvent faire et dire des choses que je regrette par la suite. Du coup la plupart des gens qui ne me connaissent pas bien, comme au boulot, sont persuadés que je suis une personne très sociable, abordable. que je prends certaines choses avec passion.
En réalité je suis très détachée de tout, il y a des sujets que je n'aborde jamais, je réagis à l'extrême car je n'ai aucune idée de comment je dois me comporter dans ces situations, et je suis en cours de démarches pour un diagnostic d'autisme (je suis vraiment très introverties pour bcp de choses).
Niveau écriture ça se traduit chez moi par une espèce de boule d'énergie qui doit sortir, tout en n'y arrivant pas. Plutôt que d'exploser, ça se consume, génère des sentiments de frustration, un côté écorché vif. De la douleur qui ne s'évacue pas, de l'espoir. Tous ces sentiments qui vont être à la fois ouverts et fermés, qui ne sont jms francs, comme de la tristesse, du bonheur. Ce sera toujours plus de la mélancolie, plutôt que de la jie u de la tristesse, de la frustration, plutôt que de la colère, etc...
Image de profil de Eva Lord
Image de profil de DAVID
DAVID
Ca dépend de ton coiffeur !
Image de profil de Mat. C.
Mat. C.
Difficile à dire. Comme beaucoup d'auteurs ont pu déjà le dire plus bas, j'alterne entre ces deux extrêmes. Pendant toute ma jeunesse, je suis passé entre des phases de pure introversion à la limite de la sociopathie et d'autres de complète exaltation sociale (concept que je viens d'inventer ;)).
C'est à partir du moment où j'ai rencontré ma femme que j'ai pu me sortir de ce cycle. Elle m'a apporté l'équilibre, la sécurité et m'a permis de comprendre que j'étais en fait quelqu'un d'extraverti, et que mon tempérament dépressif que j'affichais par périodes était simplement dû au fait que je me complaisais dans ma solitude et que j'imaginais que personne ne me comprenait (en une forme de cercle vicieux).

Donc un écrivain extraverti, ce que ça donne... Un pur ouragan ? C'est comme ça qu'on me conçoit en tout cas, quelqu'un qui part dans tous les sens, qui détruit les règles narratives à foison, qui ne se préoccupe guère de se moquer de la syntaxe (avec modération cependant), des murs à briser du moment que ça colle à son idée, qui ne s'intéresse qu'au rythme, au rythme, au rythme, à la fluidité, à l'efficacité, qui refuse clairement le moindre moment d'ennui dans ses récits, qui tente à tout prix d'associer la profondeur avec le divertissement (lire doit être un plaisir ! On ne doit surtout pas lire les monologues dépressifs ou pseudo-intellectuels de l'auteur) et qui déborde de confiance en lui (ce qui lui donne donc une capacité de travail à toute épreuve).

Pour moi et pour n'importe quel auteur "extraverti", l'écriture n'est pas tout. Ce n'est pas l'alpha et l'omega, et j'apprends autant sur mon métier en m'écoutant les neuf symphonies de Beethoven ou l'intégrale des albums des Beatles qu'en étudiant les classiques littéraires (dont je raffole pourtant). C'est depuis que je ne suis plus dépressif que je bosse le mieux, que je peux le mieux exprimer mon potentiel. C'est comme si mes barrières s'étaient effondrées, que le barrage s'était écroulé et que la furie de l'eau se déversait maintenant dans la vallée.
Je n'ai pas besoin de parler de moi dans mes récits, car je suis déjà pleinement moi, dans toute l'énergie et la force de mes trente ans, et j'ai des gens qui me connaissent, qui m'apprécient, avec qui je peux déjà discuter. Je n'ai plus de sentiments à cacher, de torture, de traumatisme à tenter de soigner. Je l'ai déjà fait, je suis déjà passé par là. Quel intérêt d'écrire alors ? Je suis humaniste, j'ai un potentiel d'homme, de créateur, de dieu qu'il faut à tout prix que j'exprime. Si il y a eu Michel-Ange, si il y a eu Mozart, Bowie, Hugo... si il y a eu Clapton, Kerouac, Wagner, Ellis et tous les autres... pourquoi ne pourrais-je pas moi aussi devenir un artiste génial ?
Arrêtons la timidité, arrêtons les doutes, la peur de l'autre, l'écriture ennuyeuse et mélancolique, et bossons, bossons vraiment ! Il n'y a rien de bon qui sortira de notre cerveau si on considère l'écriture comme une fuite ou une auto-psychiatrie.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
c'est marrant, je me retrouve vachement dans ce que tu dis ^^
Un ouragan. Effectivement, c'est bien ça.
Image de profil de austylonoir
austylonoir
Tu vois, je comprends l'analyse et la partage en plusieurs points, mais je diverge en d'autres. Les qualités que tu associes à l'extraversion - déambulation de l'esprit, caractère de l'écriture, entorses aux règles, quête du plaisir et sens du rythme - sont pour moi, moins des traits de l'extraversion que la marque d'un esprit instinctif et avide d'exploration.
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
Je suis introverti au milieux d'extravertis. Et inversement. Ce qui peut se révéler assez handicapant dans le premier cas, et plutôt drôle dans le second (notamment au boulot...).

Je pense que si nous écrivons tous, c'est parce que c'est le moyen d'expression le plus simple quand on ne sait pas exprimer autrement notre moi profond. Donc plutôt un truc d'introverti. Un extraverti s'exprimerait plutôt en chantant, en dansant, en discourant...

Dans mes écrits, je ne saurais dire quelle part de moi est couchée sur le papier. D'ailleurs, quand je veux écrire de manière légère et humoristique, le texte devient vite sombre et inquiétant. Et quand je veux écrire quelque chose de lourd, je me retrouve souvent avec un texte truffé de remarques cyniques, acides et finalement, humoristiques.

Bref ... je suis plein de contradictions non résolues. Tout ce que je dis est un mensonge, en quelque sorte :)
Image de profil de DAVID
DAVID
C'est venu comme ça en ricochets https://www.youtube.com/watch?v=awY1MRlMKMc
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
Ambivertie, ça compte ? :)
En quoi cela influence l'écriture ? Honnêtement je ne sais pas, c'est un tout : on donne un peu de nous, de ce que l'on voudrais. Au final ce n'est peut-être pas nous qui influençons notre écriture par notre caractère/façon d'être mais plutôt nos personnages qui guident l'histoire.
Image de profil de austylonoir
austylonoir
Sauf que ces personnages écrits instinctivement révèlent beaucoup les vagabondages de notre esprit, en même qu'ils nous disent notre nature profonde : )
Image de profil de Phoenix-blanc
Phoenix-blanc
C'est juste, quand on écrit on véhicule nos pensées. Elles ne passent pas forcément par des personnages, même si c'est sûrement la manière la plus facile de le faire. Par exemple, les descriptions ont un grand rôle dedans.
Mais parfois les personnages que l'on crée ont leur propre personnalité. Personnellement je leurs prête parfois des pensées qui ne m'appartiennent pas ou que je ne partage pas du fait que c'est la vie que je leurs est modelée qui l'impose.
Image de profil de Nicolas Raviere
Nicolas Raviere
Je serai curieux de savoir aussi le rapport à l'écriture des extravertis : est-il un prolongement ? Tempèrent-ils ? Comment conçoivent-ils les choses ? De mon côté c'est le contraire, même si j'ai eu des phases extraverties dans ma vie, quand je me cherchai on va dire, jeune quoi. Je vais rien apporter au débat. Bref, je suis très introverti irl, ultra timide (ça se voit pas physiquement, d'après les autres), trop sensible pour le social (un rien me fait douter) et toujours peur de mettre les pieds dans le plat. Je suis toujours dans l'observation, je décortique tout et préfère rester au loin. Je ne parle quasi jamais en groupe, ça me met vraiment mal à l'aise (j'ai arrêté l'enseignement à cause de ça). Généralement, je parle facilement et peut être très disert quand je suis en dialogue avec une seule personne et que je sens son ouverture d'esprit (je vois au visage, l'empathie tout ça, je développe que là dessus, si je sens une réceptivité et réciprocité, je me fis à l'instinct et à l'intuition aussi), que je la connaisse ou non, ou des personnes que je connais bien mais jamais plus que 3, sinon je suis mal à l'aise, y a toujours une sorte de blocage. Du coup, je fais mes ateliers d'écritures en petits groupes : jamais plus de 5, moi compris, j'interviens peu en temps de paroles groupes, préférant l'individuel pour accompagnement. Pour le reste, en retrait. Je trouve ça aussi plus qualitatif car on apporte plus et on reçoit plus dans la relation.
Cette introversion est sans doute la raison pour laquelle j'écris depuis si longtemps, de façon à pouvoir m'exprimer, au moins on se heurte moins à des incomprehensions quand les choses sont posées, notamment quand on a une vision divergente des choses ou/et du monde.

Bref, je me lâche dans mes écrits où je ne m'interdis rien, mais vraiment rien.
Image de profil de Hel
Hel
C'est "marrant" je te percevais plutôt extraverti, comme quoi.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
c'est peut être cliché, mais je pense que plus ou moins tous ceux qui aiment écrire ont un côté introverti, on a besoin d'être seuls dans notre tête pour écrire, créer nos mondes
Image de profil de Nicolas Raviere
Nicolas Raviere
A cause de ce que j'écris j'imagine et je suis très très bavard avec un clavier ^^ IRL j'aurais répondu : je suis de nature introvertie et dans mes bouquins c'est l'inverse.

Le yin et la yang en quelque sorte. L'un est la soupape de l'autre.
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Je pense être assez extraverti IRL, je peux prendre la parole en public et me fiche assez des réactions des gens ^^
J'écris parce que je voudrais lire ce que je ne trouve pas déjà écrit. Bref, j'écris pour me faire plaisir à me lire, et c'est pas gagné. C'est là tout le binz : apprendre à écrire alors que ce n'est pas spécialement mon truc. Je préfère de loin lire. Mais je pars du principe que quand on ne trouve pas, alors YAPLUKA ^^
Image de profil de Miraya
Miraya
Hum .. Gigi Fro, être seul, créer des mondes ..
Est-ce que c'est vrai aussi pour ceux qui écrivent sur eux? N'est-ce pas étrange de s'isoler .. pour parler de soit? J'y aurais plutôt vu la volonté inverse, au moins dans ces cas là. Je pense que si s'ouvrir aux autres par le biais d'écris est parfois une difficulté, c'est souvent un but.
Image de profil de austylonoir
austylonoir
Introversion, timidité, caractère sensible et authenticité...hmm bon courage dans la vie. Sur une note plus sérieuse, moi ce qui m'a beaucoup aidé c'est de travailler dans le commerce et le service à la clientèle, et d'y être allé avec mes qualités humaines. De faire quelque chose qui me semblait contre-nature, ça m'a au final permis d'étendre ma personnalité ; plus à l'aise en groupe, un peu plus de détachement par rapport à l'émotion aussi... je crois qu'à ta place j'aurais persisté dans l'enseignement! : )
Image de profil de Nicolas Raviere
Nicolas Raviere
Merci austylonoir, pour ton conseil que je valide et plutôt deux fois qu'une : certains barrières tendent à disparaître quand on fait un travail qui nous met dans la communication avec autrui. J'ai travaillé quelques années dans l'hotellerie en réception et ça m'a beaucoup aidé dans ce sens là, puisque j'y arrivais (avec tout le temps une grosse boule au ventre, ceci dit). Mais comme tu dis, c'était contre nature, j'en garde les bénéfices, néanmoins. En vieillissant, j'ai choisi de m'en écarter et l'enseignement ne me tente plus : ma vision des choses et celle de l'éducation nationale et consorts n'est pas la même. Je finirai sans doute ermite. Je le suis déjà à moitié mais ça ne me dérange pas car finalement moins je passe de temps auprès de mes pairs, plus je peux écrire :) En tout cas ça fait plaisir de lire ton témoignage, j'espère que d'autres un peu comme nous le liront !
Image de profil de Hel
Hel
c'est marrant, expérience similaire pour moi aussi, le métier de contact qui forge contre la nature, d'autant que j'avais des responsabilité dans un univers presque exclusivement masculin, donc forcée de sortir de sa réserve pour se faire à peu près entendre. Je crois qu'au début la terreur pousse à faire semblant, à dissimuler le malaise, et qu'à force de faire semblant bah finalement on prend une assurance, ça m'a assez épanouie, durant un certain temps, avant de faire un burn-out. Je crois que j'en garde un bénéfice, mais je me demande si la nature ne finit par rejaillir, ça doit dépendre de ce que le contact coûte, peut-être. M'enfin je trouvais rigolo cette coïncidence par la force des choses, des parcours, et de l'influence sur nos natures.
Image de profil de Nicolas Raviere
Nicolas Raviere
Oui tout à fait comme tu dis, on prend une assurance et cela peut-être utile pour la suite, par exemple pour un entretien d'embauche. Ca devait être pas évident ton truc.
De mon côté, je voyais ça comme un rôle (après, c'en était un : être dans un personnage, celui du type toujours aimable et souriant qui dit ce que l'autre veut entendre et de fait mentir (beurk), vendre un trucs (beurk), discours tout fait (beurk) à personnaliser en nuances... et surtout être à l'opposé de soi).
J'ai pas fait de burn out, de mon côté j'ai démissionné (même pas peur...) mais je crois que j'en aurais pris le chemin si je ne l'avais pas fait. J'ai préféré me saborder moi-même qu'on le fasse pour moi.

Oui, marrant ces coincïdences :) T'as dû en croiser des Luciens ^^
Image de profil de Hel
Hel
Tu m'as tuée avec Lucien ! ^^
Bah y a les Luciens d'un jour, généralement au temps, en imprimant bien les lignes, et par le travail que tu peux fournir, ça calme direct, c'est pas très méchant, , y a la technique de la taupe aussi. Plus coton avec le Lucien majuscule (genre quelqu'un hiérarchiquement au-dessus de toi), faut redoubler les limites fermes, quand ça oscille entre l'ambiance de façade "friendly" et passer ton travail au tamis pour trouver des petits grains à te coller sous le nez.
Mais c'est plutôt la politique de l'intérieur, la façon de manager, et de mettre les gens en porte à faux qui m'a usée , parce que sous la façade, c'était plutôt Dallas, et dans la politique de l'enseigne de mettre une pression, entretenir une compétitivité insidieuse, bref tout le monde se mange pour lorgner les échelons et y est encouragé en fait. Je crois que c'est classique et commun à pas mal de structures, mais j'arrivai ni à l'entendre ni vraiment à y faire face. Comme tu dis oui un rôle, un personnage, mais faut être "costaud" pour tenir longtemps comme ça.
Image de profil de Nicolas Raviere
Nicolas Raviere
Les luciens d'un jour ? Et les luciens de toujours. ^^
Galère quand le lucien est au dessus, j'imagine. (d'où l'interêt d'une machine à café)
AH ce truc de la hiérarchie, c'est assez épouvantable, je te l'accorde et il faut composer avec. C'est un peu hors sujet, mais j'ai toujours eu l'impression que plus tu es haut dans la hiérarchie moins tu en fais et moins tu es responsable, enfin, responsable en pointillé... un peu comme Dieu, la pluie et le beau temps tout en faisant rien, finalement.
Je te rejoins sur ces idées de politique intérieur, management (qui sont souvent des écoles, donc on est un peu des cobayes finalement en plus d'être dirigé au contraire de l'humain), compétitivité pas saine, l'entreprise avant tout beurk, pour ça que j'ai ensuite orienté vers l'humain mais ça recrute moins de côté là, et c'est pas rose non plus parce que quoiqu'on fasse on est toujours dans des systèmes économiques qui impliquent la rentabilité à tous les étages, même là où on peut ne pas en avoir (une aide à quelqu'un génère pas la même chose qu'un don).
Oui, faut être costaud.
Image de profil de Kirsten Reeves
Kirsten Reeves
J'extravertis ce qui est simple, communicable et accepté. J'introvertis tout le reste. Sauf dans l'écriture comme beaucoup ici, il me semble.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Lol ! Je crois être la seule introvertie en écriture ! ^^
Image de profil de Kirsten Reeves
Kirsten Reeves
En même temps tu es unique Gigi ! Maintenant tu sais pourquoi !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
XP !! je vais me créer un énième pseudo Terminator et je vais me lâcher !! XD
Image de profil de Maioral
Maioral
Quelqu'un de juste asociale, ça compte ? Hahaha
Non, je suis quelqu'un d'un naturel assez réservé au fond. Enfin, disons une extravertie avec un très grand jardin secret et une nonchalance surdéveloppée mdr
Mais j'aime surtout avoir ma bulle et m'isoler pour prendre le temps d'écrire et mettre des mots sur mes émotions et pensées :)
Pour le côté influence sur les écrits, je ne doute pas que mes personnages prinicipaux sont en quelques sortes mes "fantasmes", les personnalités, qualités et défauts qu'il ne me déplairait pas d'avoir :D
Image de profil de austylonoir
austylonoir
Je vois : ) C'est intéressant, l'introspection et l'écriture plutôt que le fait de parler à quelqu'un pour clarifier tes pensées/émotions. J'aime mieux faire ça aussi : )
Image de profil de DLD
DLD
Je suis un perverti, mais j'arrive à faire illusion et passer pour quelqu'un de très sympa.
Image de profil de Miraya
Miraya
Je suis pour ma part totalement extraverti, et la raison pour laquelle j'écris peu est que je ne concrétise à coup de mots que les sensations que je ne peux partager (Des amours que je pourrais aisément dire mais que j'aimerai garder secrets) ou dont j'aimerai toujours me souvenir.
Je n'ai pas le besoin de m'exprimer à travers mes œuvres, ni même de les partager ou de les montrer. Je n'ai pas le besoin d'écrire, mais je le fais avec plaisir et tente d'y mettre autant de couleurs que j'arrive à en transmettre oralement :)
Image de profil de NM Lysias
NM Lysias
Je suis un gros introvertis... Mais je fais semblant d'être extravertis.^^
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Moi chuis pareil que Hel ! XD non, en fait je ne suis pas introvertie. Il n'y a que moi qui croit que je suis introvertie mais pour tout le monde je suis extravertie. C'est grave, docteur ???
Peu importe, je ne vois pas le "rapport" avec l'écriture, par contre l'écriture que je réserve à moi-même n'est pas la même que celle réservée à la publication.
A la publication on se retient peut être plus, par pudibonderie :) à part des trucs "luc" comme dirait Auteur inconnu, moi il y a truc qui m'empêche d'écrire librement et c'est donner des détails trop évidents (c'est ma nature joueuse, j'adore faire travailler l'imaginaire du lecteur) ou lorsque ça touche à la réalité. Franchement quand il y a un gros fait divers / tragédie qui rappelle quelque chose que j'avais envisagé d'écrire / ou écrit, ça me bloque, je n'arrive plus.
Image de profil de austylonoir
austylonoir
Trois points d'interrogation, un point d'exclamation. Le verdict est sans appel, l'accusée est coupable d'extraversion.
Image de profil de Hel
Hel
Sans oublier un XD, ça compte ça aussi. Ça vaut pour quatre points d’exclamation au moins.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
En fait c'est trois points d'interrogation et un :) si j'avais été vraiment extrovertie j'aurais mis :P
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
j'ai l'impression d'être dans le Pratchett qui se passe à l'opéra !!!!!!! ( ;-) )
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Pratchett encore !! ??? J'aimerais comprendre la blague
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Oui, Pratchett. Dans ce livre, un des personnage déclare que quiconque écrit plus de deux points d'exclamation à la suite est probablement fou, et que donc sept indiquent un esprit tout à fait dérangé (je paragraphe, pas relu depuis longtemps).
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Mais je l'adore ce mec !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! (comptez les points)
Image de profil de Hel
Hel
Il faut que je lise ce livre.
(enfin ça c'était avant de voir que c'était de la fantasy en tomes à perte de vue :D)
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
non mais les tomes se lisent indépendamment les uns des autres donc tu peux piocher au milieu. Par
exemple si tu lis Au Gué c est un tres bon stand alone. Mortimer aussi. Qui raconte commenrla mort se prend des vacances. Perso j ai commencé par Accros du rock, qui est le 16eme
Image de profil de Mat. C.
Mat. C.
Je conseille aussi Pratchett. Il ne faut surtout pas s'arrêter au fait que c'est de la Fantasy. Pratchett est un auteur génial, reconnu comme un grand dans le monde de la littérature.

Je ne conseillerais pas de commencer par le Guet par contre. Peut-être par sa trilogie des gnomes ? Moi mon premier c'était la huitième couleur ;)
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Comme Hel, ça dépend des marées, et à l'étale c'est page blanche ^^
Image de profil de Hel
Hel
C'est beau ! ^^
Ça me fait penser que sur une autre plateforme, on avait fait des tests de personnalité justement, et que 60% cochaient au même profil ISP (je crois)je sais plus quoi (mais bon faut voir les questions aussi) donc ça collait avec cette idée d'introversion.
Image de profil de austylonoir
austylonoir
Ah le test Myer-Briggs? Tiens, dans ce cas-là tu me surprends, parce que je t'aurais plus vue INFP que ISFP...
Image de profil de Hel
Hel
Ah oui !
J'ai été vérifier ^^
INFP en effet. (javais bon sur le i et le p quand même )
Image de profil de Hel
Hel
Le truc c'est que je suis intra les jours pairs et extra les jours impairs, et encore ça se mélange selon la force du vent, la température, et qui j'ai en face de moi.
Mais l'un dans l'autre, je suis toujours un peu en recul, et c'est sans doute ce recul qui s'exprime en partie dans l'écriture.
Image de profil de austylonoir
austylonoir
Je me reconnais assez bien là-dedans aussi : ) Par contre je sais que mon introversion est beaucoup plus prononcée, même quand c'est plaisant, le contact social a tendance à épuiser mon énergie.
Image de profil de Le Molosse
Le Molosse
Je me définis comme quelqu'un d'extraverti et à l'aise avec les gens. Cependant, il y a certaine choses que je ne peux nommer, ou dont je ne peux parler. C'est un peu comme si un blocage m'interdisait de le faire. L'écriture me permet de contourner ce blocage et de coucher sur papier ce que je ressens.
Image de profil de austylonoir
austylonoir
C'est intéressant, c'est aussi une chose que je partage à un certain degré, même si j'essaye de tout assumer, à l'oral ou à l'écrit.
0