Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Maioral

Le mobile de vos "méchants"

par Maioral  il y a 2 ans

Voilà, j'ai un peu cherché dans les discussions mais je n'ai pas trouvé de sujet parlant exactement de ce sujet (qui me fait défaut snif snif).

Alors je voulais savoir, quel est le mobile de votre "méchant" (passons outre le stéréotype du "méchant", moche et méchant ou beau et gentil diabolique) et comment l'avez-vous trouvé ?
Quelles ont été vos sources d'inspirations ? :)

Faites-nous part des raisons pour lesquelles votre méchant est "méchant" et fait le mal autour de lui :D

Image de profil de Paige "Popli" Eligia
Paige "Popli" Eligia
Bonne idée à celui qui ressorti ce sujet :p
Mon "méchant" agit lui par amour...
Un autre veut en fait sauver le monde !
Alors qui est le vrai méchant de l'histoire ?
Image de profil de Lucivar
Lucivar
Je reste simple avec mes méchants : https://youtu.be/-WoQsLZmynY?t=68
Image de profil de Anthère
Anthère
Les choses simples sont parfois les meilleures. Je respecte !
Image de profil de izuchux
izuchux
Dans mon univers, la guerre fait rage depuis trop longtemps, certains pensent que leur coté peut encore gagner, donc veulent absolument continuer le conflit, et d'autres pensent l'inverse, qu'il n'y a plus rien à gagner, même en cas de victoire militaire, et veulent protéger/mettre en place la paix. Aucun de ces deux camps n'est véritablement méchant, tous ces gens pensent avant tout à leur pays.

ils sont antagonistes, je préfère d'ailleurs largement ce terme qui est moins connoté. Je trouve "méchant" un peu puéril.

Au milieu de ceux là, d'autres s'intéressent seulement à leurs intérêts particuliers et tentent de tirer leur épingle du jeu, parfois en ne suivant pas les règles. je suppose que ceux là peuvent être un peu "méchant", en fonction du nombre de lois juridiques ou morales qu'ils sont prêts à sacrifier. Ce qui les motive, c'est le pouvoir, la richesse, ou même passer pour des héros, ou bien les trois à la fois. Ils en ont conscience et n'en ont rien à foutre car c'est leur choix.

Par ailleurs, j'ai des "gentils" qui finissent mal à cause du chagrin, de l'amertume, du désespoir (encore que je n'ai pas décidé combien ^^).

Je n'ai pas vraiment cherché les antagonistes et les ambitieux, c'était une sorte de raisonnement logique pour boucher les trous et répondre aux "pourquoi". Je n'ai pas eu conscience d'utiliser une inspiration exterieure pour trouver ces idées le cas échéant.
Image de profil de Ghost Hildly
Ghost Hildly
Pour essayer de trouver le mobile du méchant, j'imagine l'histoire avec lui en protagoniste. En fait, mes "méchants" ne sont que des antagonistes : ils s'opposent au personnage principal parce que leurs objectifs se confrontent.
Ces mé-chants, comme pour "mal-choir" sont justes des gens qui sont mal tombés.
Dans le texte que je travaille (je vais spoiler comme Vanilumi parce que l'histoire n'est pas sur Scribay), l'antagoniste veut se venger de l'homme qui lui a volé son fils. C'est la méchante parce que l'homme dont elle veut se venger est dans le même camp que la protagoniste. Dans d'autres circonstances, elle aurait pu devenir une héroïne.
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Hey ! :)

Après avoir fait un petit tour rapide des précédents commentaires, je dois dire que je partage la grande majorité des avis qu'ils contiennent. Comme beaucoup, je n'aime pas les histoires où les gentils sont tout blancs et les méchants tout noirs. Tous mes personnages "méchants", le sont soit par rapport à leur but, leur croyance, un événement particulier etc. Car, si on reprend le schéma d'une histoire, à la base, un méchant c'est juste l'opposant du héros, autrement dit quelqu'un qui va empêcher une autre personne d'atteindre un objectif. Si le héros est un assassin et que son objectif est de tuer un roi, il est normal que les chevaliers du roi essayent de l'arrêter, mais sont-ils méchants pour autant ? Non, ils font juste leur travail. Si un jeune roi tyrannique inspire la crainte et la révolte chez son peuple et qu'on suit l'histoire du point de vue de ce roi, pour lui, les "méchants", sont ceux qui veulent le détrôner. L'un de mes méchants les plus réussis à mon sens (et qui ne se trouve pas sur Scribay, mais je vais pas trop spoiler non plus ^^), est un personnage type Seigneur des Ténèbres, sauf qu'il l'est devenu afin de protéger quelqu'un et que même s'il accomplit son rôle, il déteste le monstre qu'il est devenu. Ainsi il est à la fois victime de son choix, poursuit un but que beaucoup jugerait noble, tout en faisant des horreurs qu'il regrette profondément. :) Pour un autre exemple, j'ai vu une sorte de résumé/musique d'un jeu-vidéo où une menace maléfique sous la forme d'un Seigneur des Ténèbres démoniaque sème la panique. Un groupe de héros s'en va le défier, sauf que celui qui tue le Seigneur des Ténèbres est souillé à son tour par les Ténèbres et devient le prochain Seigneur du Mal... J'ai adoré cette vision car du coup, tous les "méchants" sont en fait des héros qui se sont sacrifiés pour éloigner momentanément le mal. Cela implique aussi que le mal ne peut mourir et qu'on ne peut que le tenir à l'écart... Bref, j'ai adoré tout ce que cela impliquait et même pour la quête des héros, je trouve que c'est encore plus héroïque de partir combattre un démon en sachant qu'en cas de victoire, on le deviendra soi-même... ^o^
Image de profil de Vanilumi
Vanilumi
Quand je réfléchis à une histoire, je ne réfléchis pas en terme de "gentil" ou de "méchant" mais uniquement de jeu et de relations entre les personnages. Je spoile mais ce n'est pas encore sur Scribay, de toute façon :D

Dans l'une de mes histoires, nous avons un neveu, un oncle et les deux fils de ce dernier. L'oncle est exigeant et très carré, le neveu dissipé et irresponsable, l'aîné des fils hésitant et suivant, et le second fils déterminé et avec un grand sens du devoir. Le dernier des fils est écarté de la succession (pour une raison précise) alors qu'il s'agit du meilleur candidat. Que fait l'oncle ? Il écarte son fils aîné (dont le caractère n'est pas fait pour régner sur la famille) pour faire tomber le neveu dissipé (également indigne selon lui de régir la famille par son immaturité) et pense avoir agi pour le bien de la famille. Pour autant, neveu et oncle avaient une relation amicale (tachée de frustration certaine et d'un manque de communication/compréhension).

Bonne ou mauvaise décision ? Bien ou mal ? Jusqu'où sommes-nous prêts à aller pour suivre nos principes et nos idéaux ?
Image de profil de Alsensei
Alsensei
Personnellement si au début de mon histoire je donne une vision manichéenne, "des individus mystérieux qui s'en prennent à des gens qui n'ont rien demandés".
Mon oeuvre est tout sauf manichéenne. Faire passer un perso pour un méchant par ses actions, et ensuite révéler le but de ses actions et renverser complètement l'opinion des lecteurs, j'adore ça : p
Bon après je ne le fait pas pour tout les personnages mais plus un personnage de mon univers semble "méchant" plus la raison de son comportement est juste ou du moins compréhensible par rapport le plus souvent à son passé ou son but, c'est comme ça que je fonctionne à peu d'exception prés.
Le but ultime c'est que le lecteur soit ému par le "méchant" parfois, qu'il ne sache plus quel camp choisir (oui j'aime jouer avec les sentiments : p)
Image de profil de Jonathan.H
Jonathan.H
Le truc c'est que je ne peux pas le dire sans spoiler. J'ai plusieurs méchants dans mon Univers. Et beaucoup n'ont pas conscience d'être méchant. Le bien et le mal ne sont qu'une question de point de vue ;-)
Image de profil de SaltyKimchi
SaltyKimchi
Dans une de mes histoires, les méchants n'ont pas conscience d'être méchants. Ils pensent faire ce qui est juste pour le monde et sont freinés par les "gentils" qui ont les mêmes intentions. Du coup, qui sont les méchants ?

Dans une autre, le méchant voit son pouvoir vaciller et ne cherche qu'à le maintenir pour ne pas tomber dans l'oubli.
Image de profil de Pr.Walter Bulbazor
Pr.Walter Bulbazor
Dans la plupart de mes histoires, le mobile du méchant est le centre de l'intrigue. Personne ne le connaît, on voit juste un ou des types faire des trucs de méchant sans que l'on sache pourquoi.
Image de profil de Robin Parady
Robin Parady
Fallait pas lui voler ses chocolatines !

(Palmashow ? Comment ça ?)
Image de profil de Alisée Vila
Alisée Vila
Dans la plupart de mes histoires, un de mes personnage est méchant à cause du pouvoir. Il veut le pouvoir, le contrôle et donc il fait tout pour l'avoir même à faire du mal au monde qui l'entoure. Rien de bien original enfin de compte.
Image de profil de Loula Salamandre
Loula Salamandre
Dans 1 de mes histoires, le méchant n’est pas méchant dans le sens où il veut être méchant, il cherche d’abord à se nourrir quand il tue (il n’est pas humain) et quand on essaie de révéler son secret il se protège donc, fondamentalement il est pas méchant c’est juste un monstre. Dans l’autre hsitoire ma méchante est mon personnage principal, et pareil, elle ne cherche pas à être méchante, elle y est contraite par sa nature et pareil pour son adversaire...
Image de profil de Tocca
Tocca
Dans L'Evasion, le mobile de mon méchant, c'est qu'il est méchant. Parce que c'est dans sa nature : de la même manière que c'est un homme et qu'il s'appelle Jacques Lenoir, il n'a pas besoin de raison particulière pour être méchant.
Mon inspiration : https://www.youtube.com/watch?v=Ld0vt8ew3_c (ça m'a pas du tout inspiré, mais chaque fois que je parle de "méchant" j'ai cette chanson en tête et c'est cool !)

Dans Mes amis ..., il n'y a pas vraiment de méchant, parce qu'il n'y a pas forcément besoin d'en avoir dans toutes les histoires :)
Image de profil de Youg
Youg
Le mobile de mon méchant est un Samsung Galaxy. Voilà. Ahem... la sortie c'est... ? Par là ?
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Ça pourrait faire une bonne histoire XD
Image de profil de Youg
Youg
Ne me tente pas ! XD
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
stp !!!!
Image de profil de Youg
Youg
Bon ok !! Je le retiens pour ma futur histoire sur Denhay enquêteur !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
yeah!!! bon dépêche toi de l'écrire, que ça soit prêt pour quand je finisse Glork, donc.... tu as le temps XD
Image de profil de Youg
Youg
Mais mais ! Beaucoup trop de pression ici !! :o
Image de profil de Kiran Syrova
Kiran Syrova
ATTENTION, ceci contient un spoil pour les lectures de Murmures dans la brume.

Bonsoir. Pour ma part, j'ai prévu plusieurs méchants dans mon thriller. Ils ont tous un niveau de violence/dangerosité supérieur à leur prédécesseur.
Le premier a sombré dans la folie à la disparition de sa fille. Le fait qu'elle était donneuse d'organes a littéralement détruit son cerveau. Il se met en quête de récupérer chaque fragment de sa fille afin qu'elle puisse reposer en paix et refuse qu'elle soit (fragmenté) dans d'un autre. Du coup, il commence une série de massacre et tue aléatoirement toutes les personnes qui ont reçu des dons d'organes l'année de la mort de sa fille, car il pense être en mesure de reconnaître ceux de sa descendance.
Dans sa folie, il va développer un trouble dissociatif de l'identité et créer une autre personnalité lorsqu'il va découvrir qu'il a emporté une femme enceinte. Cette personnalité, qui n'est autre que lui sans la folie, va enfermer cette femme dans une pièce pour la protéger et essayer d'arrêter son autre lui en contactant les fédéraux.
Donc, il est encore humain, même si c'est devenu un monstre... C'est un personnage complexe et j'aime à penser que les "méchants" ne devraient pas être juste méchants pour jouer un rôle.
J'espère que j'ai répondu à ta question :)
Image de profil de A.C Black Fee
A.C Black Fee
Intéressant :P
Image de profil de Kiran Syrova
Kiran Syrova
Le plus dure à mon sens, c'est de donné une âme à cet homme tout en le gardant "menaçant" :)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Genre tu spoiles !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Et il est archi relouche ton méchant XD
Image de profil de A.C Black Fee
A.C Black Fee
Difficile oui !
Image de profil de Kiran Syrova
Kiran Syrova
Bah je suppose qu'il en faut des plus complexe que d'autres :)
Image de profil de SaltyKimchi
SaltyKimchi
C'est carrément du spoil ! haha
Image de profil de Kiran Syrova
Kiran Syrova
Je...
BANDE DE CURIEUX !
Je vais ajouter la mention SPOIL :)
Sorry, si j'ai cassé l'intrigue. Au pire, fermez les yeux, et répètez ; je n'ai rien vu, je n'ai rien lu dix fois.
Image de profil de Kukiel
Kukiel
ca me donne encore plus envie de lire la suite O_O
Image de profil de Kiran Syrova
Kiran Syrova
La suite est là, enfin, celle que tu as manqué, mais on est pas encore arrivé au tueur xD
Image de profil de Nelliama
Nelliama
ça dépend du genre de mon récit. Il peut ressembler à tout le monde, comme être très spécifique.
Dans ma première histoire, il s'agit d'un violeur, d'un homme comme tout le monde, complètement ravagé du cerveau par des parents irresponsables et absent.
Dans ma deuxième, c'est une personne recherchant une vengeance, pure et simple. Elle a toujours eu l'impression de ne pas mériter ses efforts, et vu les autres se faire attribuer des mérites qu'elle aurait du recevoir.

J'essaye de trouver des raisons autre que "il est comme ça", sinon pas de fun. C'est mieux quand ils ont de la profondeur, qu'on puisse ressentir une sorte d'empathie (pas pour tous évidemment).
Image de profil de Lisa Giraud Taylor
Lisa Giraud Taylor
Mes "méchants" ne sont pas pervers (ou peu ;) !) mais plutôt des personnes avec des motifs intérieurs qui sont plus souvent dus à un attrait pour une possession, une annihilation, un détournement ou carrément la volonté de vengeance (ou de pouvoir).
Ils ne sont pas a priori noir/blanc, ils sont gris, comme le commun des mortels.

Je pars du principe que tout être peut être méchant pour un tiers et que le vrai méchant n'est pas forcément complètement pourri jusqu'à la moelle.
Il y a toujours (et on le voit dans l'actualité, bien souvent malheureusement), un dénominateur, un point de rupture et un détail qui adoucit l'horreur.

Mes personnages ne sont pas des méchants mais des salauds, des arrivistes, des mercenaires, des amoureux délaissés, des revanchards ou tout simplement un type qui veut récupérer son bien.

Attention, mes méchants peuvent être une fille également... et là, on s'aperçoit qu'une femme peut être méchante sciemment, beaucoup plus qu'un homme...
Image de profil de Sayeed Hememali
Sayeed Hememali
Gillian Flynn s'était fait reprendre de volée pour son roman "Les Apparences" (adapté au cinéma par David Fincher avec "Gone Girl") parce qu'elle énonçait le même propos (celui qu'une femme pouvait être beaucoup plus méchante qu'un homme). On l'a taxée de misogyne...

Mais ton propos rejoint mon avis sur la question.
Image de profil de Lisa Giraud Taylor
Lisa Giraud Taylor
Sayeed Hememali Merci. Je ne résonne jamais en matière de "sexe" mais d'individus. En Histoire, on note d'ailleurs que les femmes pouvaient être plus sanglantes et "méchantes" que les hommes.
Il suffit de lire (ou entendre) mes matrones des camps de concentration pour comprendre qu'elles étaient plus terrifiantes que leurs homologues masculins qui les craignaient également !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
J'allais répondre aussi XD
Mais la garce décrite dans Les apparences est vraiment machiavélique, exemple parfaite de la fille perverse narcissique "je suis gentille, la bonne amie" qui en fait est un démon et en plus elle ne reçoit pas de punition à la fin ! aaaaarhggffhhhh fallait pas me rappeler ce bouquin !!!!!!!!!!!!!!!!!!
Image de profil de Lisa Giraud Taylor
Lisa Giraud Taylor
Gigi Fro d'où l'intérêt d'avoir des personnages féminins un peu pervers... pourquoi toujours des hommes... Une femme est autant capable de méchanceté qu'un homme... tous égaux ? en tout ! ;)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
je me contente que l'auteure soit perverse ! mouhahahahaha !
nan ! mais franchement, je ne sais pas il y a une proximité plus forte avec un personnage féminin et le rendre méga diabolique avec envie de l'assassiner me mettrai mal à l'aise ! Je préfère des personnages torturés ou qui obéissent des ordres plutôt que quelqu'un fondamentalement méchant. Mais dans l'exemple du livre "Les apparences" j'ai déjà connu ce genre de personnage et je ne peux pas ! XD je ne peux pas écrire un personnage qui lui ressemble XD
Image de profil de Lisa Giraud Taylor
Lisa Giraud Taylor
Gigi Fro tu dois savoir que l'auteur est perverse, non ? HAAAA ;)
Je dois avouer qu'un mélange des deux est bien aussi... Tu verras ça avec LC ;)
Image de profil de Nath & Rochel
Nath & Rochel
Hey ! *sort la pioche et déterre le morceau*

Alors.... De mon côté, tous mes personnages, ou presque, peuvent être perçus comme "mauvais", dépendamment de qui pose l'oeil sur eux. Mes rôles de "méchants" sont rarement méchants, en fin de compte... Ils sont déviants, ont des moeurs trèèèèèès discutables, mais n'agissent pas pas "pur désir/plaisir" de faire le mal autour d'eux. Ils suivent leur propre voie et... ben ma foi il y a des dégats collatéraux xD

J'ai beaucoup de mal avec les méchants hollywoodiens qui veulent détruire le monde ou prendre leur contrôle, par exemple. Pas très fan de personnages manichéens non plus.

Voilààà ~

Et, PS, le héros de notre histoire "Aphantasia" peut clairement être considéré comme un méchant mais.... hum.

- N
Image de profil de Maioral
Maioral
Je suis clairement pas fan des méchants manichéens et avec le désir "contrôler le monde" mdr
C'est sympa de voir toutes ces différences... chaque perso jouant son rôle et son but... :)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Tous mes méchants ont un point commun : ils sont fous, ils ont perdu la raison. Le but du héros est de les remettre sur le droit chemin, ce qu'il réussit rarement. Le principal objectif de mes méchants c'est la supériorité, peu importe le domaine. Tous ceux qui ont soif de supériorité sont des méchants. Jamais mes héros ne rêvent de se surpasser.
Image de profil de Jean-François Chaussier
Jean-François Chaussier
Bonne question qui force un peu à l'introspection ! Je me rends compte qu'il y rarement un couple gentil-méchant dans ce que j'écris. En général, je me centre surtout sur un personnage principal qui va dysfonctionner, par exemple en s'égarant dans son imagination et en se coupant ainsi du monde réel. Donc, si on veut, mon héros peut très bien être mon méchant...
Image de profil de Karu
Karu
Pour moi, un bon méchant n'est bon que s'il n'est pas méchant, du moins de son point de vue. Je n'aime pas vraiment le manichéisme, pour moi, le mal est plus question de perception. Ainsi, quand j'imagine des antagonistes, hé bien, je ne les imagine pas comme tels. Ils sont justes d'autres perso' avec des buts précis en conflits avec ceux du héros. De là, il faut que le but soit justifié. Un gars qui veut exterminer l'humanité, c'est cliché et un peu nul si on ne sait pas pourquoi il veut faire ça, on peut (et doit à mon avis) trouver des raisons philosophiques, religieuses ou politiques même pour expliquer son acte (la folie peut compter dans une certaine mesure, mais bon là encore si ce n'est pas maitriser cela rend le "méchant" inintéressant). En gros un méchant, c'est juste un être qui franchit la ligne moral pour le bien de sa cause. Quelqu'un pour qui la fin justifie les moyens.
Pour être plus concret, dans le cas de mon roman, Odin qui est le majeur antagoniste agit comme il le fait à cause de deux raisons majeures : soif de pouvoir et de conquête et peur de disparaître. C'est simple et explique autrement qu'il est comme il est juste par méchanceté.
Image de profil de Lanam
Lanam
Mes ''méchants'' sont des ''méchants ordinaires'', des pères de famille qui pensent que battre femme et enfants leur permettront de conserver une toute puissance et une autorité suprême sur leur famille. Mais la société du début du 19ème siècle était faite ainsi, et personne ne trouvait rien à redire.
Image de profil de Julien Be
Julien Be
Merci Maioral et tous les contributeurs. C'est une discussion très intéressante à lire !
Image de profil de Cassandra Cousy
Cassandra Cousy
Les antagonistes de mon histoire n'ayant pas encore été introduits, et afin d'éviter tout spoiler, je me concentrerai plus sur les "thématiques" qui les entourent.

Tout d'abord pour les remettre dans leur contexte, mon histoire (et mon univers) s'ancre principalement autour des mots-clés et thématiques suivant(e)s : mort, deuil, errance, solitude, souffrance, maladie, etc. (La liste n'est pas exhaustive.)

Beaucoup d'entre-eux peuvent être placés dans la catégorie victime/bourreau ; ils ont subit et font subir. J'apprécie énormément les personnages en nuances de gris, en particuliers chez les antagonistes. Les personnages qui parviennent à m'extirper un sentiment mêlé de sympathie et de mépris tiennent une place particulière dans mon cœur. La dualité amour/haine est un axe que j'aime beaucoup développer ou voir être développé.
Je vais surtout parler de cette catégorie d'antagoniste, la plus importante au sein de mon récit (j'en ai 5 ou 6 dont l'antagoniste principal), car se sont les thématiques et les questionnements qu'ils impliquent qui me tiennent le plus à cœur dans le cadre de mon récit.

La majorité de mes antagonistes est mue par la vengeance et la rancœur, le plus souvent ancienne. Cette rancœur et ce sentiment de vengeance trouvent leurs origines dans divers points tel que la jalousie, le deuil et la perte, la trahison ou encore la solitude et la tristesse. J'aime beaucoup explorer les relations "humaines" (entre guillemets car il y a plusieurs espèces dans mon univers) mais plus d'un point de vue émotionnel ou psychologique que d'un point de vue sociologique. Voir ce qui découle de ces dernières, en bien et/ou en mal, est toujours très intéressant.
(Je n'ai pas d'antagoniste important dont la finalité se résume à la conquête ou destruction de tel ou tel lieu par simple envie du pouvoir, par ambition, etc. Cette "quête" toujours destructrice sera en permanence liée à quelque chose d'un peu plus profond, de plus "viscéral" si je puis dire.)
Dans leur quête de vengeance, certains finissent par en perdre la raison, l'esprit de par l'obsession grandissante qu'ils nourrissent à l'égard de l'objet de leur rancœur, souvent induite par un fort sentiment de solitude ou par une perte.

Pourquoi insister sur ces points-là en particuliers ?
Je souffre de dépression depuis de nombreuses années. L'histoire que j'ai conçu, et que je rédige actuellement, fut pour moi une sorte de "réflexe de survie". (Je n'explique pas cela dans le but de me mettre en avant mais simplement pour remettre tout ce que j'ai précédemment expliqué dans son contexte, en particulier les fondements de la construction de mon récit.) J'ai cherché à y projeter mes angoisses, mes questionnements sur la vie, sur la mort, les émotions, le rapport entre soi et le monde ainsi qu'un tas d'autres sujets qui m'ont parfois profondément perturbés.
Beaucoup sont des personnages en souffrance nés de ma propre souffrance. Quelqu'un ou quelque chose leur à fait du mal, et de victimes, ils se transforment en monstres.
Peut-être n'ont-ils tous simplement pas su faire le deuil de leur perte ? (Et par conséquent, le moyen d'avancer dans leur existence de façon "positive". Aucun de ces personnages ne se trouve dans un processus de résilience.)

En finalité, beaucoup sont dévorés par le chagrin et la perte. Un vide s'est introduit en eux et la seule façon dont-ils sont parvenus à le combler, c'est en l'emplissant de colère, de rancune, de tristesse et de haine, parfois jusqu'à la folie.

Aux-travers d'eux (comme avec bien d'autres personnages, tel que ma protagoniste), je cherche plus à développer une réflexion qu'à réellement trouver des réponses définies et définitives même si celles-ci ont leur importance.
Image de profil de Maddymoon Rhodian
Maddymoon Rhodian
Mon méchant dans Rami et Gaël, est guidé par la vengeance et la haine envers les deux peuples qui l'ont enfermé dans une tour.
Image de profil de FredH
FredH
Mon méchant est animé par un esprit de vengeance très malsain qui le suit depuis son enfance pré-adolescente... L'ennui, c'est qu'aujourd'hui, c'est un quadra, il faudrait qu'il s'en remette, non? Mais ça m'a permis, aussi, de me lâcher car, parfois, en rentrant du boulot, je dois bien avouer que j'ai, moi aussi, des envies de ... Non, il ne faut pas le dire, c'est pas bien, on va me prendre pour un psycho! Bref, mon méchant se venge contre les mauvais tours que lui a faits la vie. Et il en veut un peu à la terre entière, du coup, même s'il reporte un maximum sur le héros... Bref, l'éclate totale!
Image de profil de GoM
GoM
Les méchants de mes histoires... dans les Terres Reculées il y en a plusieurs, ce sont des personnages souvent forts avec un vrai passif.
Mais ils sont des antihéros ou des héros avec des points de vue et buts opposés ou différents de celui de mes héros. Une issue positive est elle alors possible ? C'est ce que j'aime.
Image de profil de Anthère
Anthère
Personnellement j'adore quand au fur et à mesure de l'histoire, on éprouve de l'empathie à son égard. Quand on se rend compte que ses actions sont justifiées, et que finalement il n'est peut être pas le méchant de l'histoire, que ce rôle est en fait endossé depuis le début par le Héros sans qu'on ne l'ai remarqué.
Image de profil de Inconnudetous
Inconnudetous
Je pense qu'il n'y a pas de raison valable pour faire du mal aux autres.
C'est à cause de cela que je galère beaucoup en ce moment.
Image de profil de Youg
Youg
J'aime bien quand le méchant est "immatériel". Je trouve que ça implique des histoires plus profondes. Je préfère quand mon héros court après le temps, se bat contre le manque de confiance en lui, plutôt qu'il court après un méchant qui veut conquérir le monde, l'univers, qui veut brûler la maman du héros ou violer sa maison.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
:D C'est pas très sympa pour la maison quand même !
Image de profil de Youg
Youg
Oh tu sais les maisons de nos jours... elles ne sont pas toujours très farouches.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
#BalanceTonArchitecte
Image de profil de Youg
Youg
Ha ha ha XD
Image de profil de Free
Free
A vrai dire, les méchants ne sont pas encore apparus dans mes histoires... mais j'ai une petite idée ! Vu que j'aime bien qu'il n'y ait pas de "méchants" et de "gentils", vu que les personnages principaux ne sont pas tous blanc et les ennemis tous noirs; mais plutôt gris, j'aimerais intervertir les rôles, ce qui rendrait le récit plus intéressant ? Par exemple, l'ennemi se bat pour une cause juste mais le héros vient entraver sa route parce-qu'il doit avancer dans sa quête, et vice-versa. (bon j'avoue que ce n'est pas très recherché pour l'instant mais vous comprenez, non ?)
Image de profil de GoM
GoM
Je comprends tout à fait, je n'aime pas les histoires ayant un certain réalisme où le méchant est juste un mégalomane sans trop de raisons.
J'aime quand le méchant n'est en fait qu'un autre héros avec un point de vue différent.
Image de profil de Chuck Mac Cracker
Chuck Mac Cracker
Hello,

Dans "Le Secret de Cracker Hall", mon méchant agit par "altruisme". Il se sent investi d'une mission et est redevable à l'humanité de sa condition actuelle. Il souhaite en retour aider l'humanité, mais à sa manière.

Il perçoit "les gentils", comme des nuisibles qui veulent l'empêcher de mener à bien sa croisade pour le bien de l'humanité et fait donc tout pour s'en débarrasser.

J'aime bien brouiller la frontière entre le bien et le mal. S'il ne fait aucun doute que mon antagoniste est un "méchant", c'est surtout ses moyens qui sont condamnables, plus que ses idées.

Voilà, ce que je peux en dire, sans trop en révéler :)
Image de profil de Borghan
Borghan
À mon sens, l'égoïsme est la base de tous les "méchants".

Ce sont des êtres humains comme les autres, avec des bons et des mauvais côtés (tout du moins, c'est ce que j'essaie de faire). Mais s'ils finissent par être considérés comme méchants, c'est parce qu'ils ont moins de scrupules que les autres.
Image de profil de R. F. Castel
R. F. Castel
En ce qui me concerne, il n'y a pas un, mais des milliers de méchants. Des hommes, femmes ou enfants tout à fait ordinaires qui se sont soit fait infectés, dérobés leurs âmes ou ensorcelés. Pour les quelques personnes qui l'étaient à la base, nommé "les hommes en noirs", ils n'étaient que des adorateurs du Mal (des satanistes).
Tout un petit monde d'êtres malsains qui sont régis par deux êtres démoniaques, la matriarche-même de l'homme et la protagoniste du mal la plus redoutée qui laissera comprendre le pourquoi de son comportement au fil des textes.

En gros, ce n'est qu'un résulta logique des circonstances même de la vie dite "spirituel", dans un Monde, le notre, où le mal prédomine. Omniprésent et inconstant comme à ses habitudes.
(Et au 6ème jour il créa l'homme, puis la femme et les ennuis commencèrent)
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Je me suis jamais posé la question en fait...
Ou plus exactement, je n'ai jamais fait de distinction entre "gentils" et "méchants" lorsque je crée les motivations d'un personnage.

Je vais reprendre les protagonistes de "La Dame Ecarlate" pour essayer de répondre à cette question, les personnages font tous partie de l'armée allemande et aucun d'eux n'est franchement gentil.

Le Capitaine Hammerschidt et ses officiers:
sont chargés d'une mission qui peut sauver le Reich, ils sont motivés par le sens du devoir et le désir de finir la guerre honorablement pour eux et leurs familles.

Le caporal Guterman et les mutins:
veulent piquer les diamants de l'occultiste italien (qu'ils surnomment "le sorcier juif", comme tout le reste de l'équipage), accessoirement, tous ont des nuances dans leurs motivations: guterman se contrefiche du cours de la guerre, il saute sur l'occasion de faire fortune, le pasteur Albrecht (seul personnage vraiment "bon" du récit) ne veut pas que l'Allemagne gagne parce qu'il connait l'existence des camps de la mort, Karl Weiss est frustré d'avoir été "recalé" dans la SS et se venge comme il peut, Ludwig est un petit escroc lâche et manipulable.
ça fait beaucoup de motivations différentes, et c'est pour ça qu'au final, ils se battent entre eux.

L'occultiste est *le* personnage vraiment maléfique du récit, l'orgueil est sa principale motivation. Après tout, il pourrait bien dépasser Crowley s'il atteint son objectif, et il ne rate pas une occasion de montrer à ces militaires aux yeux bleus qu'il est plus malin et plus influent qu'eux.

Ceci dit, je n'ai pas fait d'études de personnages avant de créer l'histoire. Leurs personnalités sont apparues naturellement, en fonction de leur rôle dans le récit.
Image de profil de Sayeed Hememali
Sayeed Hememali
Si l'on excepte les méchants qui obéissent à des instincts ou des besoins (c'est le cas du Xénomorphe dans la saga "Alien" ou du Yautja de "Predator") ou ceux qui le sont par nature, un méchant a, comme le personnage, des désirs, des aspirations, des rêves...

Ce qui le rend "méchant" c'est son statut d'opposant au(x) protagoniste(s). Son désir s'oppose souvent au sien et justifie sa présence. Et le plus souvent, il naît d'un sentiment qui le frustre. Lui ne voit pas sa manière d'agir comme mauvaise. Et inversement, lui voit les protagonistes comme ses "méchants".

Dans le comics X-Men, Magnéto/Erik Lensherr a connu la Shoah et a vu les siens décimés au nom de l'idéologie nazie. Il choisit alors de combattre ceux qui ne sont pas porteurs du gène mutant, se considérant comme l'évolution du genre humain. À l'inverse, Charles Xavier (qui dirige les X-Men dans son institut) prône la cohabitation entre humains et mutants. C'est une extension de la question de la ségrégation. D'ailleurs, les initiateurs de la série se sont inspirés respectivement de Malcolm X (période Nation of Islam) et Martin Luther King pour créer ces personnages-clés.

Parfois, un antagoniste peut avoir une étiquette de méchant mais son éthique et sa conduite en font un personnage moins détestable que celui qu'il combat.

Dans ce dernier cas de figure, l'un des exemples les plus fameux, c'est "Heat" de Michael Mann avec cette opposition entre Robert de Niro (le chef d'une bande de cambrioleurs) et Al Pacino (un flic particulièrement détestable, le genre qu'on aime ne pas blairer - un acteur génial au passage)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Intéressant, mais que dis-tu de "ton" méchant par exemple ?
Image de profil de Sayeed Hememali
Sayeed Hememali
En ce qui me concerne, dans le polar que j'ai rédigé, le protagoniste et l'antagoniste sont radicalement opposé. Le premier est un privé talentueux mais un homme pas très recommandable (au début du roman, il porte un bracelet électronique pour avoir frappé un membre des forces de l'ordre). Son adversaire est son exact opposé : un homme de religion respecté, ouvert d'esprit et populaire.

Ce dernier n'a pas une once de "méchanceté" dans ses propos et ses actes. Il est juste doté d'une piété filiale sans bornes. Du genre à ne pas vouloir que de sales petits secrets sur sa famille s'ébruitent. Au fond, n'importe quel être humain tient à sa vie privée.
Sauf que son adversaire est payé pour débusquer ce type d'informations. Et qu'il est prêt à tout pour que justice soit faite. Quitte à outrepasser les règles (À ce titre, je me suis pas mal documenté sur le métier de détective en France pour qu'il colle plus ou moins avec la réalité de ce travail, tout en romançant la chose).

En parallèle, il y a l'histoire d'un flic qui a connu un parcours quasi-similaire à celui du protagoniste (le limier qui fait chier son monde). Son enquête est étroitement liée à l'histoire principale. Elle est là pour montrer que les deux personnages sont similaires sur bien des points et qu'ils s'évertuent, tant bien que mal, à agir selon leur ligne de conduite.
Image de profil de Abpluma
Abpluma
En voilà un sujet intéressant ! Pour ma part, j'écris mes "méchants" comme mes "gentils", en fait : en leur donnant un questionnement (moral/philosophique, etc.) auquel ils doivent chercher une réponse, d'une manière ou d'une autre, et ce, même si ça entre en collusion avec la morale et les idéaux d'autres personnages.
Du coup, j'aime bien quand ça finit avec une apocalypse (en son sens étymologique de 'révélation', pas de fin du monde, quoi que...) pour chacun. Ou qu'il y ait de temps en temps dans l'histoire ce type d'"apocalypse". Que malgré tous leurs efforts, les personnages n'auront jamais de réponse "parfaite". C'est cruel mais en même temps, ça oblige à repenser tout le temps les personnages, à les faire progresser intellectuellement et moralement parlant même s'ils n'atteindront jamais cette "perfection" (encore heureux, sinon, ils ne grandiraient plus, ils seraient comme morts).
Image de profil de Maioral
Maioral
J'ai eu de bonnes idées parfois... :P
Je suis contente de voir que le sujet revient comme ça de temps en temps sur le tapis et voir tous vos avis :D
Image de profil de Abpluma
Abpluma
Finalement, après réflexion, ce qui peut définir un "méchant" avec ma façon d'écrire les personnages, c'est que pour lui, tous les moyens sont bons pour atteindre une finalité, aussi bonne soit-elle. Mais le problème, c'est que ça peut aussi s'appliquer à des "gentils". En fait, je n'arrive pas à trouver de frontière entre "gentil" et "méchant" sinon le point de vue de la narration. J'ai horreur du manichéisme...
Image de profil de Angeldiary
Angeldiary
*Craquement de doigts* alors mes méchants à moi…
Dans ma toute première histoire, c’était les méchants bateau. Qui font le mal pour le mal et qui de temps en temps sont montrés de manière ridicule ( un peu genre team rocket dans pokémon ) puis y a eu les grands parents de deux personnages ( histoire d’amour interdit… )
Puis dans une autre c’était la tante, l’oncle et la cousine qui étaient méchants et qui logeait leur nièce qu’à cause d’un contrat avec les grands-parents.
Il y a eu quelques histoires où ils n’y avaient pas vraiment de méchant. Il y a eu ensuite celui qui fit circuler une rumeur morbide sur le lycée des personnages, écrivait des menaces sur le tableau d’un club dans l’espoir de séparer un couple et de pouvoir se mettre avec la jeune fille.
Dans une autre, les deux royaumes ennemis d’un monde magique étaient un danger pour le personnage principale qui possédait un pouvoir spécial. Leur but ? Ce servir de ce pouvoir pour libérer la fée emprisonner dans un cristal et utiliser la dite personnage pour formuler le vœux de détruire l’autre royaume. Donc forcément soit il la capture, soit il essaye de la tuer. Et même s’il arrivait à lui faire accomplir le vœu, il la tuerait juste après car il lui resterait deux vœux.
Dans une autre, la mère d’un personnage veut se venger de son ex-mari. Comme ce dernier à fait en sorte que la propriétaire des entreprises soit sa fille ( pour éviter toute magouille de son ex-femme s’il lui avait léguer ), elle décide de la fiancer au fils de la famille qui l’a aider après le divorce. Elle planifiait lors du mariage de lui faire signer un document lui permettant de récupérer ces entreprises. Puis elle détruirait la carrière de chanteuse de sa fille et ferait en sorte qu’elle dirige les entreprises.
Puis dans une histoire jamais achevé, il y avait un méchant qui aurait dû rester un méchant de pacotille. Il avait le pouvoir de décider du destin des gens ( le pouvoir du futur ) et il disait qu’il contrôlerait le monde. Chose qu’il n’a jamais fait jusqu’au jour où son grand amour est morte. Il a réduit une partie du monde à son pouvoir, créant une garde d’élite où sa fille tentait désespérément de ramener son attention sur elle. Ce méchant, avant de totalement réduire le monde à son emprise, cherchait le pouvoir de sa mère, une déesse, qui ne la confier à personne. Ce pouvoir lui permettrait de ramener sa femme à la vie.
Enfin, dans l’histoire actuellement posté ici, le méchant est pour moi mon préféré. Tout ce qu’il veut, c’est faire sa part du marché pour qu’une certaine personne tienne ensuite sa part du contrat et lui permette de retrouver ce qu’il a perdu à cause du Chaos et de l’Harmonie qu’il haie. D’une certaine manière, il n’est qu’une marionnette du vrai méchant qui ne veut que s’amuser. Parce qu’après tout, l’éternité c’est long et si elle peut s’amuser au détriment de la descendance de sa grande ennemie, c’est parfait.
Image de profil de Laurent Delépine
Laurent Delépine
Mon méchant est un artiste. Il a crée l'oeuvre ultime. Et plus tard, il veut pérenniser cette oeuvre. Il veut aussi que les humains réussissent partout dans le monde. Ce sont les seuls mobiles de sa méchanceté.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
C'est dans quelle oeuvre ça ? Deirane ?
Image de profil de Laurent Delépine
Laurent Delépine
Exact, dans la Paysanne.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Ok ça sonne intéressant mais c'edt de la fantasy ? (Il était dans ma liste pour être honnête la fantasy c'est à dose homéopathique et j'en ai un en cours... sur lequel je n'avabce pas trop XD).
Image de profil de Laurent Delépine
Laurent Delépine
C'est de la fantasy mais ce côté n'est pas aussi présent que dans des œuvres telles que le seigneurs des anneaux. Il n'y a pas, par exemple, de race méchante, mais il y a des individus méchants dans chaque race.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Tant que tu ne me mets pas des elfes, orcs, nains et dragons je peux envisager de le lire ;)
Image de profil de Laurent Delépine
Laurent Delépine
Pas dans le sens de Tolkien. Les humains ont nommé certaines races en se basant sur leurs légendes, mais ce n'est pas ainsi qu'ils s'appellent. D'ailleurs utiliser ces noms les énerve et les fout en rogne. Les romans mettent plutôt en avant l'opposition humain/stoltz, les autres races ne sont que secondaires.
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
"L'ennemi est con, il croit que c'est moi l'ennemi alors que c'est lui". Je signe souvent avec cette phrase. Il résume ma façon de créer des personnages antagonistes.
Image de profil de Manouche
Manouche
Mince, je suis vraiment une bisounours : j'ai pas de méchant... En général dans mes histoires (pis dans la vie aussi!) je suis assez adepte du : nous sommes tous des gens qui se font des trucs, des fois c'est cool, des fois moins, mais tout a une raison et quand on décortique on se rend compte que personne n'est méchant et tout le monde est humain.
Bon d'ailleurs on me dit souvent que je suis d'une naïveté rafraîchissante, c'est sûrement lié...
Si, il y a une exception quand même : je peux éventuellement concevoir un méchant gouvernement, ce qui me permet de verser dans un truc que j'aime bien, à savoir le complot politique dans des mondes imaginaires, youpi ! Extrêmement original, n'est-ce pas ! Mais au moins là y'a des méchants. (mais même eux sont pas vraiment méchants, c'est juste un rejaillissement de l'état du monde, incarné en ces types là... bon, j'arrête).
Tous vos méchants me font envie en tout cas.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
T'inquiète pas, tu n'es pas le seul à ne pas avoir de méchant ! Peter Dussoni et Kirsten Reeves vous n'êtes pas seuls ! XD
Je ne cite qu'eux, mais il y a énormément d'excellentes histoires ici (et ailleurs) sans méchant. Seulement qu'on est tordus et on adoooore les méchants bien croqués :)
Image de profil de Andy Clarbann
Andy Clarbann
Mon méchant fait le mal parce qu'il veut empêcher le méchant de faire le mal, sans savoir que c'est lui, et qu'il n'y aurait pas de méchant pour commencer s'il restait sagement assis. Il veut sauver le monde, et s'en va le détruire.

C'est aussi mon protagoniste, du coup. Faudrait que j'arrête avec les protagonistes tordus.
Image de profil de Maioral
Maioral
Y a pas que toi pour avoir un protagoniste tordu, je te rassure XD
Mais c'est sympa d'avoir tous ces cheminements de pensées différents pour nos "méchants" :D
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
quelqu'un a parlé de protagoniste tordu ? XD
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
J'aime bien que mes méchants ne soient méchant que par question de point de vue du héro ou du lecteur.

Ils briguent la même chose mais avec une philosophie et des méthodes différentes.
Si j'en faisais mes perso principaux les rôles seraient inversés.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Bonne perspective !!
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
Je pense que les héros font aussi des choses mal mais qu'on leur pardonne uniquement parce qu'ils sont les héros de l'histoire.
Et c'est injuste pour les méchants!
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
faisons un club d'entraide et écoute destiné aux méchants :)
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
X'D

Mais il faut ce sont des êtres incompris et mal-aimé!
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Tout à fait d'accord !! XD
Image de profil de Kirsten Reeves
Kirsten Reeves
Un autre club!!? Oui!!
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
il y en a déjà un ?
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
Je sais que mes méchants complotent entres eux mais je ne sais pas si lors de leur réunion secrète ils abordent le fait d'être les méchants de l'histoire et comment ils se sentent vis-à-vis de ça.

Je n'étoffe pas assez la psychologie de mes personnages je crois...
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Mon méchant les écouterait tous sans rien dire, faisant un petit sourire du coin des lèvres en écoutant tous ces minables se plaindre, allumerait une cigarette et leur jetterait la fumée au visage d'un geste froid. Mouhahahahaha !
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
Les miens sont des méchants pathétiques, ils se disputeraient sans doute en s'accusant mutuellement d'être plus humain que l'autre et pour savoir qui aime le peuple plus que l'autre. (oui parce qu'ils font ce qu'ils font pour le bien du peuple, tout n'est qu'une question de point de vue je vous dis!)

Des vrais gosses en sommes
Image de profil de Le Molosse
Le Molosse
Je t'envoie mon fichier de réflexion demain si tu veux ; )
Image de profil de Brad Priwin
Brad Priwin
Déjà, une petite rétrospective de mes nouvelles me permet de constater que j'ai créé beaucoup de méchants "manichéens".

Dans "La source infinie", la méchante au nom très simple (Sadilya tan Voldik i’Morda) cherche à s'accaparer une découverte établie par ses propres employés juste pour la gloire, l'argent et la reconnaissance... Manquait plus qu'un rire maléfique et un petit chat à caresser et on avait le combo parfait :o

Dans "La cité indocile", le principal antagoniste est Kurilas Tihan, un chef militaire qui a soumis une ville à une dictature, il nourrit juste des projets de domination et de contrôle pour son plaisir personnel. Son bras droit, la générale Olyra Drok, c'est "encore pire" : elle balance des éclairs et elle a les yeux violets, et son but à elle consiste à réprimer les libertés des jeunes car elle considère qu'ils sont sources de maux dans la société. Après les deux ont été conçus comme boss de JDR... Tu en avais pensé quoi Daegann ?

Pour La traversée de Temrick, j'ai envie de me dire "qu'il n'y a pas vraiment de méchants" mais je ne sais pas ce que les lecteurs en ont pensé... Et pour ma saga principale, là je concède qu'il y a de nombreux méchants. J'ai essayé de les varier au maximum, aussi bien en terme de personnalité que de mobiles, mais je pense que certains n'échappent aux clichés ! Les motivations sont diverses et variées : la volonté de contrôle, un désir de liberté amplifiée, la vengeance, un problème psychologique, des traumatismes ... Des idéaux de "méchants" peuvent être "acceptables" et selon moi, c'est leurs actes qui les définit ainsi. Quelqu'un qui souhaite commettre un génocide mais qui ne fait rien est-il plus dangereux que quelqu'un qui désire sauver son peuple mais tue des innocents pour y parvenir ? Les questions morales fusent :o
Image de profil de Daegann
Daegann
Ben disons que présenté comme ça, oui, Olyra ou Kurilas font très méchant manichéen avec des capacités propre à ce type de personnage. Et a partir du moment où tu as un dictateur et son bras droit dans l'équation, sans developper d'avantage (donc en ne les personnifiant que par leur statut de dictateur et assimiler qui veulent se maintenir au pouvoir) difficile de relativiser. Mais y a toujours moyen de rentrer dans le détail et d'apporter des nuances : Kurilas est un dictateur qui règne d'une main de maitre, oui. Les gens ont peur etc. Mais peut-être qu'il a aussi de bons côté, peut-être qu'il veille à ce que la cité soit bien approvisionné pour qu'il n'y ai plus de famine comme il a pu y avoir, et peut-être que ce n'est pas juste pour se maintenir en place ou pour son propre bénéfice. Peut-être qu'il se soucis réellement de la santé de ses citoyens mais qu'il pense quand même que les gens sont incapable de gérer correctement la cité et qu'il faut leur imposer des règles strictes pour éviter le chaos. Enfin bref, il pourrait avoir des bons côté ou des motivations plus "louable" que juste être un méchant dictateur. (mais c'est vrai que dans les nouvelles ces côtés potentiels ne sont pas abordés)
Image de profil de Harimax
Harimax
Dans mon livre, Coquine Amandine, le méchant n'est pas réellement un pur méchant. Il veut se venger d'une injustice qu'il a subie. Et pour cela, il s'en prend aux enfants de ceux qui l'ont dépouillé. Comme cela se passe dans le milieu de la prostitution, les exigences du méchant pourraient même sembler raisonnables. Mais son désir de vengeance le projette dans des situations de violence de plus en plus extrêmes. C'est un méchant situationnel.
Pas de source d'inspiration particulière.
Image de profil de Aelliusal
Aelliusal
J'aime ton méchant à toi tiens !
Image de profil de Daegann
Daegann
Mais mais, c'est spoiler que de révélé ça ! ^^

Bon, sans spoiler, j'essaye de toujours faire en sorte que ce soit pas tout noir. Après, oui les motivations peuvent être de bas instincts type recherche du profit / de pouvoir au détriment des autres mais le tout est que ce soit pas juste méchant parce c'est un méchant. Il faut que ça se tienne. Et si il peut y avoir des éléments qui en plus font qu'il ai de bons côté alors c'est top (mais souvent on le voit pas trop ^^; )

Dans Chroniques de Spectres, sans spoiler, il y a une motivation de faire le bien mais via un raisonnement qui ne correspond pas a ce qui est considéré comme "bien" par la société. Donc on peut dire qu'on cherche à imposer une situation en pensant que c'est ce dont le monde à besoin alors que dans l'esprit des gens c'est mal tout ça (bon c'est flou mais pour pas trop spoiler)

Dans Wildcards, les épisodes étant plus ou moins indépendant, il y a divers antagoniste. Riley est un ponte du crime organisé (pas besoin d'en dire d'avantage je pense), les contrebandiers de l'épisode 2 sont pas particulièrement des méchants, juste des type qui ont une activité illégale... Celui qui se rapproche le plus d'un méchant est Dunn finalement. Lui il a pas trop de scrupule et il cherche avant tout à conserver sa position (une certaine réputation avec du pouvoir et un niveau de vie qui va avec - mais il cherche pas à dominer le monde) et comme il doit se faire respecter, il a besoin de faire des exemples et donc de se "venger" de ceux qui se sont dressé sur son chemin...
Image de profil de Maioral
Maioral
Bien sûr, tu ne révèles que ce que tu veux révéler, on veut pas de spoil non plus ! :D

Mais parfois, le mobile ne donne pas spécialement la finalité de l'oeuvre non plus ^^ !
J'aime ta vision du méchant qui fait "le bien" à sa manière, pas tout à fait correcte. Un peu comme Gobbo je suppose ^^
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
ou comme Le Marionnettiste de "Le secret de Cracker Hall" de Chuck Mac Cracker (j'invoque par tous les moyens ^^).
Image de profil de Maioral
Maioral
CHUUUUT No spoil :'C
J'ai pas encore fini son oeuvre :')
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
honte à toi ! XD
mais je ne spoile rien ! il raconte ça d'ailleurs dans un magnifique chapitre où un gentil violoniste est venu se glisser XD ! (crossovers / oeufs de pâques scribayens)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Alors j'étais tellement déchaînée par ce sujet passionnant que je n'ai pas respectée tes consignes. Donc je recommence XD
- Mobile : il n'y a pas de mobile !!! (ce n'est pas l'objet du roman ^^)
- Comment je l'ai trouvé : La magie de l'écriture ! Karl (le vrai méchant on va dire) n'existait pas dans mon plan original, il est venu s'incruster tout seul ! promis juré
- Sources d'inspiration : MOI ! dans mes rêves fous XD où je suis froide, imperturbable, sadique (mouahahahahaha !).
- Pourquoi le méchant est méchant et fait le mal autour de lui : parce que !!! il fallait bien quelqu'un qui vienne pourrir la vie du héros (qui au passage sait très bien se pourrir la vie tout seul).
Image de profil de Kiel Kinimo
Kiel Kinimo
Ma méchante ne veut que le bonheur de mon gentil X)

En général, je n'aime pas les méchants méchants et les gentils gentils, je préfère un monde tout gris où l'on en vient à se demander qui on soutiendrait si l'on assistait à l'histoire.
Pour prendre l'exemple le plus évident, GoT joue là-dessus pour une partie de ses personnages (pas tous).

Par contre. Je hais le cliché typiquement manga du méchant repenti entre deux saisons. Le mec a rasé des villages entiers et massacré trois fois les personnages principaux, mais grâce à la magie d'un flash back à l'avant dernier épisode, de quelques monologues et d'un avis du publique très favorable, il revient dans la saison suivante et tout le monde semble lui avoir pardonné ses crimes, pasque vous comprenez, c'est pas sa faute, il a eu une enfance difficile.
Si vous faites un méchant vraiment méchant, damned, il faut l'assumer jusqu'au bout !
Image de profil de Maioral
Maioral
Je suis tout à fait d'accord avec toi ! J'aime beaucoup aussi le principe de GoT où rien n'est forcément tout blanc ni tout noir (en grande partie comme tu dis) mais bon... Faut arriver à se créer tous ces personnages lool

Et je plussoie pour le cliché du manga...
Image de profil de Aelliusal
Aelliusal
On vise une oeuvre en particulier sur le méchant repenti ? :D
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Rhoooo !!! j'adore les méchants repentis qui se rachètent ! XD
Image de profil de Maioral
Maioral
Quelle est cette insinuation Aelliusal ? :')
À qui s'adresse la question d'abord ? ahah
Image de profil de Aelliusal
Aelliusal
Il n'y a aucune insinuation :D. La question est pour n'importe qui !
Je souhaite juste savoir quel oeuvre l'avait dégouté des méchants repentis :p
Je suis pas fan non plus d'ailleurs
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
bouhhh il n'y a que moi qui suis fan des méchants repentis !! :'-(
ça permet d'en profiter plus !
genre (excusez mes références pourries) : Rogue dans Harry Potter ou... La méchante reine dans Once upon a time (^^)
Image de profil de Aelliusal
Aelliusal
Rogue c'était pas un grand méchant. On le sentait un peu torturer du coup bon... le coup de la repentance why not. Non moi je parle plus des méchants, MECHANTS. Les salopards quoi xD
Image de profil de Kiel Kinimo
Kiel Kinimo
ils le font trois fois sur quatre, c'est surtout la lassitude de voir ce même schéma qui est déjà peu crédible se répéter qui m'énerve, j'aurais du mal à en cibler juste une, mais vas-y si tu en une en particulier en tête XD
déjà, je pense que tous les mangas de plus de 3 saisons l'ont fait au moins une fois, donc RIP les one piece (Nico robin), Naruto (Gaara), Bleach (Tout le monde sauf le perso principal ? xD), etc ;)


G.E. : la différence avec Rogue, c'est qu'il est pas "repenti", il est "gentil depuis toujours, mais tu le savais pas parce que tu manquais d'informations, SURPRISE !". Je préfère. Ceux que j'ai cité par exemple étaient vraiment méchants, ils voulaient faire le mal qu'ils ont fait :)
Image de profil de Maioral
Maioral
Personnellement, je pense surtout que ça dépend la manière dont c'est fait :) Je n'ai rien contre mais dans le cliché du manga, c'est fort stéréotypé. Le méchant est "vraiment" méchant... enfin je sais pas comment expliquer :')
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
ben justement, un méchant n'est-il pas méchant car il est torturé ? et du coup il a une raison d'être méchant ?
Image de profil de Maioral
Maioral
Bon au vu des réponses des autres, je pense qu'il s'agit du type de méchant.
Un méchant "nuancé" je pense que ça pose moins de problèmes :)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Kiel Kinimo dire que Rogue était gentil est un peu fort ! :)
et si, il a été repenti puisqu'il a été mangemort, et s'est repenti avant que les parents d'Harry meurent
Image de profil de Kiel Kinimo
Kiel Kinimo
Ah oui, t'as raison, c'était un mangemort avant, c'est bien un repenti. Mais là on parle d'un repenti d'avant l'histoire, il a toujours agi pour le bien de poudlard depuis, même si Harry le voyait comme un co***rd :)
Image de profil de Kirsten Reeves
Kirsten Reeves
Je vois que finalement vous l'avez crée, votre club des méchants... Un juste méchant, à mon sens, devrait être un méchant que l'on aime détester. Qu'il est ce petit quelque chose qu'on s'y attache. Un méchant distant caricatural, qui fait juste le mal comme ça, à la orangina rouge, ne m'attire pas plus que ça. J'aime qu'ils soient tout en complexité, c'est ce qui fait la force d'une histoire. c'est tellement facile les gentils! :)) Pour les mobiles, je vois surtout le triptyque classique, argent, sexe et pouvoir... toujours efficace!
Image de profil de Aelliusal
Aelliusal
« à la orangina rouge » j'ai implosé xD
Sinon je suis d'accord avec toi. Et ayant de prime abord beaucoup plus d'affinité avec les méchants qu'avec les gentils, je me lasse vite d'une histoire avec un méchant trop basique, trop cliché et sans objectif au minimum complexe
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Est-ce qu'il faut détester le méchant ? Ou au contraire fasciner ? En fait je finis par détester le gentil et adorer le méchant dans une histoire. (C'est pour ça que je n'ai qu des méchants XD).
Image de profil de Kirsten Reeves
Kirsten Reeves
Aimer le détester... c'est ça qui est complexe! Et génial... c'est tellement plus contrasté. C'est d'ailleurs pour ça que je n'ai que des gentils dans mes histoires... :)))
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Ohhh tu viens de me spoiler XD!!!
Image de profil de Kirsten Reeves
Kirsten Reeves
Vraiment ? qui te dit que, dans l'histoire, c'est pas moi, la méchante? (j'ai quand même fait disparaître deux millions et demi de personnes...)
Image de profil de Maioral
Maioral
Et boum! On en revient à Malevil hahaha

Je pense que le plus intéressant, c'est que autant les héros (ou anti-héros) et/ou les méchants nous fassent réagir. Soit adorer, admirer, soit détester, vouloir étriper... Quelque chose du genre xD

Comme quand on déteste une personne ou qu'on la jalouse... Y en a qui ont le besoin viscéral d'en parler et d'essayer de descendre cette dite personne XD ça fait réagir hahaha
Image de profil de Kirsten Reeves
Kirsten Reeves
Je valide pleinement ! (arrete de donner la source primaire de mon plagiat, voyooonns!!)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
ha, ha, moi j'ai envie d'étriper les gentils plutôt ! Mouahahahahahaha !
C'est vrai Kirsten tu es super méchante !
C'est qui Malevil ???
Image de profil de Maioral
Maioral
Malevil est le titre d'un livre qui traite ben... d'un groupe de survivant à une bombe atomique (je pense, si je ne me trompe pas, ça date un peu ^^) :P
Image de profil de Kirsten Reeves
Kirsten Reeves
C'est quoi... un livre de Robert Merle que si tu ne le connais pas, c'est que tu as raté quelque chose. Un livre de jeunesse, peut etre... mais tant pis!
Une vraie méchante... déguisée, tapie dans l'ombre...
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Bien sûr que je connais Robert Merle... ça me parle... (je vais aller googler car de toute façon vous n'allez pas me croire que je crois que c'est le gus de la Planète de singes oooops, wikipedia a donné son verdict). Non, je ne connais pas ! je l'ajoute à ma pile à lire.
Image de profil de Peter Dussoni
Peter Dussoni
« à la orangina rouge » j'ai implosé xD
Sinon je suis d'accord avec toi. Et ayant de prime abord beaucoup plus d'affinité avec les méchants qu'avec les gentils, je me lasse vite d'une histoire avec un méchant trop basique, trop cliché et sans objectif au minimum complexe.

LOL.

La chance que j'ai eu que tu me lises :p Aelliusal
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
D'ailleurs, lol, je n'arrête pas de te le dire : ça manque de méchants L'Orichalque ^^Mais quand il y a ils sont formidables (mais ne le restent pas longtemps :( !)
Image de profil de Peter Dussoni
Peter Dussoni
Laisse moi agoniser dans mon propre sang Gigi.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
XD !!!!! mais non Peter !!! :'(
je n'ai pas dit pour te blesser :(
Image de profil de Kirsten Reeves
Kirsten Reeves
On va devoir créer un syndicat des méchants de scribay... un défi où tous les méchants des méchants s'organisent pour leur droit à faire le mal (du sang, des boyaux, de la rate... )...
Image de profil de Aelliusal
Aelliusal
Peter Dussoni XDDD, bah ça va dans l'Orichalque j'ai pas vu de méchants qui m'ont lassé. Y en a même pas un bien défini d'ailleurs ! :p
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Mhhh intéressant comme idée@Kisten Reeves@
après le fan club, le syndicat ! XD
Image de profil de Peter Dussoni
Peter Dussoni
Aelliusal

En gros, ce qui m'a sauvé, c'est de ne pas avoir eu de méchants du tout, plutôt que des basiques, c'est ça ? :p
Image de profil de Kirsten Reeves
Kirsten Reeves
Je les aime... qu'est-ce que tu veux...
Image de profil de Aelliusal
Aelliusal
EXACTEMENT ! Mais j'aurais continué quand même ton histoire a eu le mérite d'être un des seuls récits que j'ai lus en entier dans ma VIE :D
ps: les notifs qui s’enchaînent par grappe de 6 c'est violent quand même :x
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Peter Dussoni ha, ha mais non, si on considère Mielle méchante, et puis il faut attendre le Tome 2 pour la sale gosse et Maîtresses des étoiles là tu as eu des bons méchants... qui ne le restèrent pas longtemps ^^
Image de profil de Peter Dussoni
Peter Dussoni
Aelliusal

A cause de mes madames toutes nues :p
Pas la peine d'avoir des méchants ! Mettez des madames toutes nues !
(ça me touche, ce que tu viens de dire, saches que je suis en pleine correction, et que je tiens conte de beaucoup, beaucoup de tes ressentis, Ael)

Bon, allé, j’arrête de massacrer le fil. Bonne soirée.
Image de profil de Peter Dussoni
Peter Dussoni
Aelliusal

Les notifs par grappes de 6 ? J'ai déjà dépassé les 200 par jours et là, tu pleures des larmes de sang, des vrais...
Allez, bonne soirée :)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Mais reste Peter ! j'adore avoir des notifs, ça me fait sentir aimée XD
Image de profil de Peter Dussoni
Peter Dussoni
Ah oui ? file finir maîtresse, que j'ai des notifs ! il te reste deux chapitres ! :p
Image de profil de Aelliusal
Aelliusal
Ravi de savoir que j'ai pu t'aider Peter Dussoni ;) !
Du coup je vais peut-être participer à la conversation et décrire les motivations de mon méchant moi...
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
HA, HA, punaise Peter Dussoni (allez une notif) déjà 22hrs et j'ai un super chapitre à finir !! XD
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Aelliusal ben oui ! c'est le but ! :)
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Le mobile de ma méchante, c'est que dans sa tête, elle est gentille. Elle rend service. Et si quelque chose contredit sa bonne volonté... Paf, elle l'atomise.
C'est ce que j'essaie d'expliquer en ce moment dans mon dernier chapitre... mais c'est pas gagné...
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Pourtant tu l'expliques si bien dans tes annotations / commentaires ! Mouhahahaha ! XD
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
t'es vile, Gigi, t'es super vile ! XD

Mais sérieux, je me prend la tête sur cette partie. Je pense que je vais devoir attendre un peu et laisser reposer.
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Ah, et j'ai oublié une partie de la consigne, dites-donc. Personnellement, je ne suis pas allé chercher bien loin... J'ai copié le caractère de ma mère.

Au passage, il y a un personnage de ce type dans la deuxième saison de Dirk Gently... et j'adore.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Chuis horrible ! ("au rible", comme demanderait Peter Dussoni dans ses homonymes à la noix)
Image de profil de Peter Dussoni
Peter Dussoni
Il faut des vrais mots, Gigi. Rible, c'est quoi ?
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Rible, Mr Dussoni est la 1ère personne à l'indicatif du verbe ribler : parcourir, comme un ribaud, les rues la nuit (Je marche seul, quoi !)

J'aurais pu faire "au riz blé" car phonétiquement parlé par moi-même ça tient :)
Image de profil de Peter Dussoni
Peter Dussoni
Oh, le joli mot.
Merci :)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Méchant beau gentil diabolique ??? ^^ ce sujet est pour moi ! ^^

Alors bonne question car longtemps je me suis posée cette question : pourquoi le méchant est méchant ? Parce que !!! ^^

A savoir que chez moi j'ai (selon les moeurs des lecteurs) : le héros (ou anti héros) dont le comportement pourrait le ranger chez les méchants (mais qui n'est pas méchant) et un vrai méchant qui remplit son rôle de méchant de faire chier le héros.

Quant au mobile ? Il n'y a pas de mobile ! Il fait son job ^^. Traduction : l'appât du gain ? Le plaisir ? Ça l'éclate ?
Image de profil de Maioral
Maioral
Je vois qu'on a le même souci hahaha
Moi aussi je me demande : pourquoi fait-il ça ? En dehors de sa nature machiavélique et tortueuse... Pourquoi ?

Dure dure de trouver un "mobile", pas toujours besoin d'en avoir mais je trouve intéressant de se poser la question :)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Ben voilà on a trouvé : c'est son job ! (Mouhahahaha !)
Image de profil de Aakash Ganga
Aakash Ganga
ou alors leur job c'est de conquérir le monde haha !
Image de profil de DAVID
DAVID
Pour moi le méchant le plus terrible est celui qui n'a pas de mobile.
ça me fait penser a ce vieux film de Spielberg : duel. Personne ne connait les motivations du conducteur (En tout cas pas moi). Comprendre et nommer c'est il me semble une forme de sécurisation. Allez je vous propose un petit jus d'orange façon Kubrick pour arroser tout ça.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Aakash Ganga noooon c'est LE truc à bannir (sauf dans la SF / Fantasy) XD !!

Sinon DAVID marque un point. En fait ce qui rend la chose plus angoissante est ne pas connaître le mobile du méchant (voilà pourquoi nos assassins sont si géniaux Maioral mouhahaha !!!).
Image de profil de Maioral
Maioral
J'avoue, je n'avais jamais pensé à cela... Au final, il n'y a pas de problème; il n'y a que des solutions XD
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Ha, ha n'est-ce pas ???
0