Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Gigi Fro

Les histoires sont-elles le reflet de nos personnalités ?

par Gigi Fro  il y a 3 ans

Tout est dans le titre !

Dans une autre discussion, un petit canard en caoutchouc s'est posé cette sage question, qui est tout à fait pertinente et pleine de sagesse (WTF !). Est-ce que les histoires que l'on écrit sot le reflet nous personnalités (tordues, pour certains ?).

Argumentez ! Vous avez 3 heures ! ^^

Image de profil de A-M Jinan
A-M Jinan
Personnellement je dirai que ça dépend des histoires. Certaines racontent l'histoire d'une personne qui vit par exemple quelque chose de merveilleux que j'aimerai vivre. D'autres sont des versions un rien différentes de ma propre histoire.
D'autres n'ont strictement rien à voir avec ma personnalité ou ma vie personnelle donc franchement ça dépend.
Image de profil de ... ...
... ...
En ce qui me concerne, je dirais plutôt...non. Mes personnages n'ont pas vraiment de rapport avec moi. Ce que je raconte n'est pas moi. Par contre, la manière de le raconter, oui. Alors je nuancerais le propos en disant que la personnalité de l'auteur se lit davantage dans la forme que dans le fond.
Image de profil de Emilie Samain
Emilie Samain
Pour ma part je dirai oui et...pas forcément. Oui, on projette une partie de nos traits, ou notre façon d'écrire reflète notre vision du monde. Mais il peut s'agir de s'inspirer aussi de gens qui nous entourent. Sont-ils notre personnalité? non, mais ils font partie de notre monde.
Image de profil de Incognito
Incognito
Je répondrai oui. En sachant que l'on écrit et partage des émotions que l'on a déjà connu (peur, surprise, sentiment amoureux...). Mais surtout je pense que le premier roman nous ressemble beaucoup. On met de notre vécu bien que romancé, exagéré ou fantasmé. Je dis toujours que mes personnages sont mes alter ego. Peut être qu' au second, je saurais me détacher de ma personnalité et de mon caractère pour créer un personnage différent de moi, vraiment l'opposé. Y arrive-t-on ?
Image de profil de R. F. Castel
R. F. Castel
Perso, j'espère bien qu'on puisse créer des personnages qui nous ressemble en rien. Cas échéant, je suis bon pour la camisole de force ! °¬°
Image de profil de Astrée Argol
Astrée Argol
"A moi seul bien des personnages" titrait John Irving, pour son quatorzième roman. Je fais mienne cette formule.
Image de profil de Eros Walker
Eros Walker
Assurément oui, au moins pour certains d'entre eux, mais c'est parfois un transfert, un fantasme ou un regret, pas nécessairement un reflet du réel. D'autres sont très éloignés et leur profil psychologique construit pour les besoins de l'intrigue.
Image de profil de Vanilumi
Vanilumi
De mon côté, je réponds "oui" sans conteste. Je me dis toujours au début que la personnalité ou le vécu de mes personnages n'ont rien à voir et après une petite analyse post-développement de ma part, je me rends compte qu'en fait, c'est tout l'inverse :') Ils sont une partie de moi comme je suis une partie d'eux, c'est indissociable, même si ça ne se voit pas forcément tout de suite *rires*
Image de profil de TeddieSage
TeddieSage
Je mets mon âme à 100% dans mes oeuvres. Je ne pense pas que je pourrais écrire une histoire sans avoir une partie de mon être à travers mes personnages, leurs vies et j'en passe. Je n'aime pas vraiment me distancer de mes protagonistes, sinon je n'arrive pas à m'accrocher lors de l'écriture.
Image de profil de Kaede Darkara
Kaede Darkara
Je pense qu'il y a un peu de moi dans chacun de mes protagonistes et antagonistes féminins. :) Mais je ne vous en dirai pas plus ! ^^
Image de profil de Lisa Giraud Taylor
Lisa Giraud Taylor
ça va prendre 3 secondes pour moi.... clairement non sinon, qui a un bon psy ?

Pourtant, c'est bien nous qui écrivons... et nous effaçons derrière nos personnages. Alors, oui, il y a forcément un morceau de nous quelque part dans un coin du récit mais le plus sympathique est de ne pas le dévoiler. De le savoir là mais de ne jamais lever le voile....
Image de profil de Kourrosse
Kourrosse
Personnellement, dans chacune de mes histoires, je ne peux pas m'empêcher de me retrouver dans un de mes personnages. Soit parce qu'il partage un trait de ma personnalité, soit parce qu'il a vécu une de mes propres expérience. D'ailleurs, souvent, mes écrits son issus de ma propre vie, comme quand je vis un moment assez intéressant et qu'à partir de là je m'imagine tout un scénario. Donc on peut dire que mes histoires sont mes fantasmes retranscrit par écrit. Alors j'affirme, que pour mon cas, oui les histoires sont le reflet de nos personnalités !
Image de profil de Miss Joello
Miss Joello
Sans hésiter je réponds oui. Je pense que même si on essaierait de faire en sorte que ce ne soit pas le cas, un morceau de notre conscience en laisserait une trace. Quand j'avais entre 10 et 14 ans j'écrivais que des petites histoires enfantines. Puis quand j'ai eu ma dépression j'ai commencé non seulement à écrire des fictions post apocalyptique et à en être fan.
Image de profil de leah.Darwing
leah.Darwing
cela reflète notre vie actuelle aussi , on peut écrire selon nos humeurs
Image de profil de Bismuth Bi83
Bismuth Bi83
Pour citer Mister Wilde :p "Tout portrait qu'on peint avec âme est un portait non du modèle, mais de l'artiste". A mon sens, cette phrase s'applique de manière assez général pour l'art, y comprit la littérature. Certaines de nos "œuvres" (voir chef-d'oeuvre pour certain(e)s d'entre vous :p) vont être le reflet de ce que nous sommes, et d'autres "sans fond" ou du moins "extérieur à nos pensées" ne le seront pas :)
Image de profil de AlexandraKean
AlexandraKean
Oui. D’une facette. De différentes facettes.
Il y a nous tout entier dans notre roman
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Mille fois oui. ça veut pas dire que l'interprétation que les gens vont en faire (ou même qu'on va en faire) est la bonne. On peut pas toujours se faire une idée précise de qui est l'auteur en le lisant, et on peut certainement partir sur des fausses pistes. Mais ce qu'il écrit dit quelque chose de lui. C'est un peu similaire aux rêves, je dirais. On sent (et on sait) que ce sont des concentrés d'envies, de peurs, de vécus, que ce sont les films déformants d'une individualité, et pourtant on ne parvient jamais tout à fait à les interpréter correctement. L'écriture a quelque chose d'assez cryptique pour échapper souvent au lecteur comme à l'auteur, et c'est certainement pour ça que toutes les époques y reviennent. Il y a quelque chose là-dedans qui parle à propos de nous (en tant qu'individus comme en tant qu'espèce) mais que personne n'a jamais réussi à déchiffrer pour de bon.
Image de profil de Gwenouille Bouh
Gwenouille Bouh
Sinon, vu tous les thriller publies chaque annee, on vivrait dans une societe de psychopathes...
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
XD c'est vrai et pareil pour les romances. On est entourés des filles naïves et des bad boys qui s'avèrent des super amants. XD
Image de profil de Gwenouille Bouh
Gwenouille Bouh
Et de filles très chaude-brulantes dans un monde de mecs canon <3
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Ha ha ha ben c'est pareil XD (naïve qui devient chaud brûlante et canon).
Image de profil de Gwenouille Bouh
Gwenouille Bouh
J'espere pas pour toi, Gigi Fro sinon tu as du souci a te faire XD
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
XD lol!!! Voici THE commentaire de l'année XD
Image de profil de LeK
LeK
Oui. Ecrire, c'est donner et après être passé plusieurs heures face à une feuille blanche, on se livre plus qu'on ne l'espérait au départ. J'ajoute d'expérience que les personnes affirmant le contraire sont souvent ceux qui se sont livrés le plus. ^^
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Je pense que l'on livre toujours un truc : ce qui nous plaît ou nous déplaît, ce qui nous fait peur, ce qu'on aime. Évidemment le lecteur ne le sait pas et peut imaginer des choses complètement fausses sur l'auteur.
Image de profil de Ihriae
Ihriae
Par expérience, on apprend aussi à prendre de la distance, mais je comprends que certains auteurs se livrent sous plusieurs angles, plusieurs variations. Cela peut être vraiment intéressant d'un point de vue littéraire, et thérapeutique (ce n'est pas une boutade, je le pense vraiment).

"les personnes affirmant le contraire sont souvent ceux qui se sont livrés le plus" LeK. Des exemples ?

Que peut-on vraiment affirmer d'un auteur au travers de ses récits ?
Même au travers d'une biographie, d'un journal, de mémoires, d'un récit de vie, d'une correspondance, d'une autofiction, d'un entretien... ou d'une discussion, il peut dévoiler autant que dissimuler, consciemment ou non. Alors dans une fiction ?
Pour le lecteur qui chercherait à décrypter "le reflet de la personnalité de l'auteur", cela devient une question d'interprétation, et donc de subjectivité. Comme le dit Gigi Fro, ci-dessous : le lecteur ne le sait pas et peut imaginer des choses complètement fausses sur l'auteur.

Mais... tu n'as pas tort non plus. Lorsque l'auteur doit décrire un personnage dont la personnalité, les sentiments, etc sont opposés aux siens, il créé une sorte de négatif (approximatif, subjectif) de sa personnalité. Donc, si l'on sait où chercher, si l'on connait l'auteur, ou si lui-même le dit, il n'est pas difficile de découvrir quelques reflets...

Enfin, comme j'écris de la S-F, je vais terminer par une note futuriste : aujourd'hui, nous laissons tous des traces de notre vie, de nos pensées, de nos expériences sur Internet. Possible que, dans un prochain avenir, un logiciel d'analyse, une Intelligence Artificielle puisse recréer, en partie ou entièrement, notre personnalité. Peut-être alors sera-t-il possible de savoir, de manière objective, ce que nous avons mis de notre personnalité dans nos écrits. J'espère que je verrai cela pour en apprendre plus sur... moi !
Image de profil de LeK
LeK
""les personnes affirmant le contraire sont souvent ceux qui se sont livrés le plus" Des exemples ?" - Facile Ihriae ! Bernard Werber t'affirmera en interview que le plus insupportable, c'est un auteur qui écrit une biographie. Ironique lorsque l'on sait que son œuvre est une véritable autobiographie déguisé, avec au moins un personnage avatar par récit.
Et sans en aller jusque là, on livre ses craintes/doutes/envies, sa manières de pensée surtout et ses schémas mentaux. C'est pas factuel mais au bout de 3 ou 4 romans, c'est souvent très net.
Image de profil de Ihriae
Ihriae
Pas totalement convaincue, mais j'accepte... car, effectivement, sur mes premiers écrits, j'utilisais un personnage avatar. Cela m'aidait à ne pas me lasser trop rapidement. Malheureusement, cela ne marchait qu'une fois sur cinq et encore... et il ne fallait pas longtemps pour que le manuscrit (ma première version est toujours écrite au crayon à papier) achève son existence en torche-papier pour allumer le feu de cheminée, ou en pot de fleurs en papier mâché. Aujourd'hui, je ne fonctionne plus comme ça. J'ai un récit, des personnages au service de ce récit, parfois l'inverse, des décors, des costumes. Bref une autre façon d'écrire (mais ça, c'est pour une autre discussion).

J'accepte aussi parce que si on prend ce sujet de discussion au sens large. Il serait difficile de dire qu'il n'y a pas, dans le choix de notre genre d'écriture (sauf si c'est une commande, un défi ou un pari), un reflet de notre personnalité. Perso, je ne saurais écrire de la poésie, de la littérature érotique ou expérimentale... ou autre. Pas parce que je ne saurais pas le faire, mais parce que ce n'est pas mes goûts actuels (ou personnalité actuelle). Par conséquent, le choix de la S-F reflète effectivement...

Mais là où je ne rejoins pas l'idée, et je reprends ce que j'ai dit précédemment c'est qu'un auteur peut se dévoiler autant que se dissimuler derrière ses récits. S'il n'a pas les clés, le lecteur ne peut que supposer (question d'interprétation, et donc de subjectivité) et se tromper... la plupart du temps.
Image de profil de Ihriae
Ihriae
Question intéressante, Gigi Fro. Quelqu'un me l'a posée à propos de l'un de mes personnages dans L'OdP (sur un autre site, il y a quelques années). Grosso modo, je lui ai répondu que non, en ce qui me concernait.

Et, heureusement que non. Avec la galerie de personnages présents dans L'Origine de nos Peurs - humains de diverses conditions, extraterrestres de diverses origines dont certains ont été considérés comme des dieux - il y aurait de quoi être schizophrène. Qui plus est le personnage pour lequel la question a sans doute été posée, prône des théories auxquelles je n'adhère effectivement pas. Un autre est carrément misogyne, roublard... et "planéticide" (du moins est-il décrit ainsi par d'autres personnages). D'autres encore ont des traits de caractère nettement plus positifs, certes, mais aussi des failles que le lecteur découvre (ou découvrira) petit à petit. Cela ne signifie pas plus que ces derniers sont des reflets de ma personnalité, même déformés.
Ceci dit, il peut y avoir un petit aspect de la personnalité du personnage proche de celui de son auteur (ex. L'amour pour sa famille, le désir de se dépasser, des phobies, des croyances, des savoirs, des tics et des tocs, etc.

Je pense qu'un auteur peut parler de lui, esquisser sa perception de sa personnalité, au travers de l'un ou de plusieurs de ses personnages, mais je pense aussi que ce n'est pas systématique d'un texte à un autre, ou d'un auteur à un autre.

Pour ma part, leur passé, leurs origines sociales, leurs expériences, leur environnement... définissent mes personnages. Pour certains d'entre eux, il faut se faire l'avocat(e) du diable afin de donner plus de contraste, de profondeur aux personnages, la possibilité d'ouvrir des pistes narratives comme des retournements de situation et créer des émotions chez le lecteur.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Oui, on est souvent l'avocat du diable XD
Image de profil de AudreyLD
AudreyLD
Sans chercher une incarnation de ta personnalité dans tes personnages, on peut aussi se demander pourquoi tes personnages sont si fantasques ! Certain-e-s n'écrivent que sur le réel, d'autres sur un irréel futur, d'autres encore sur des univers fantastiques... dans tous les cas, ces choix exposent une partie de la personnalité de l'auteur-e.

Pour moi, au-delà même des personnages, la construction de l'univers, l'intrigue et le style parlent de l'auteur-e et révèlent : son envie de fuir, sa sensibilité, les causes qui le touchent, son rapport à l'autre, ses questionnements...
Image de profil de Bella Leff
Bella Leff
Je dirais tout dépend de l'auteur. On peut écrire des histoires sombres, tout en étant très positif dans la vie réelle. Ou inversement. Certains auteurs prennent différents noms de plumes pour justement se diversifier. Il n'y a donc pas de règle selon moi. ...Une oeuvre peut relever du vécu. Mais aussi un véritable travail d'investigation peut se cacher derrière cela. Exemple très célèbre, l'oeuvre d'Agatha Christie et sa vie mouvementée (passion pour l'archéologie et les voyages, sa propre disparition orchestrée...)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Certes ! après une chose est la personnalité et une autre le vécu de l'auteur. Effectivement le vécu apporte des choses énormes, notamment au niveau de certains détails, de la description d'une ambiance, une personne, un lieu.
Image de profil de LilaKingsley
LilaKingsley
Je pense qu'elles sont le reflet de notre vécu, de notre passé, pas nécessairement de nos personnalités.
J'ai parfois écrit des romans à l'eau de rose et parfois de l'horreur, cependant malgré les styles différents à chaque fois c'est lié à une expérience personnelle.
Image de profil de Aude Vesselle
Aude Vesselle
Oui (le problème : j'ai pas 3 heures devant moi ! ;-))
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
bâcle en 3 secondes alors
Image de profil de Aude Vesselle
Aude Vesselle
J'ai bâché déjà, j'ai dit oui ;-))
Image de profil de GoM
GoM
Pour bien des histoires c'est clairement ma facette gentil petit bonhomme bisounours qui aime tout le monde qui ressort. J'aime la nature, les contes et les monstres et on y retrouve dans mon écrit fantasy.
Je suis un grand rêveur, un ex-roliste et on y retrouve dans mes textes.
Un geek fan d'animation et de dessins animés et si vous trouvez que certaines scènes se prêtent bien à la BD ou à l'animation c'est tout à fait normal.

Bon j'aime l'humour débile et absurde, un peu gore, un peu sale, un peu gras. On retrouve parfois cela dans mes textes, même si j'essaie d'être sérieux.
J'adore les personnages féminins forts ou à fort tempérament et j'en place beaucoup dans mes écrits. Je ne sais pas si je suis féministe, j'ai l'habitude de dire égalitariste, mais j'essaye de mettre mes personnages dans une interdépendance sans que cela soit lié à leur sexe ou sexualité. Je suis un grand fan de manga, mais j'avoue que les multiples jeunes femmes qui courent après un seul homme pour des amourettes inexistantes et jamais vraiment assumé ça m'amuse beaucoup comme spectateur mais pas comme auteur.
Je préfère les relations plus profondes ou ambigües. Ce qui me correspond dans la vie, je serais un personnage loyal bon dans un D and D.

Après il y a un coté complètement con chez moi et un peu barré, mes amis le connaissent et dans certains écris ça apparait. Et j'adore les personnages barrés, un peu fou, voir dangereusement fou.
Image de profil de Tocca
Tocca
D'une certaine manière, oui. Ce qu'on met sur papier, ça vient des tripes (sauf pour les oeuvres vegan).
Notre personnalité (ou plutôt nos personnalités, on a parfois l'impression d'en avoir plusieurs, selon le contexte ou la compagnie) se définit à partir de nos peurs, nos envies, nos désirs, nos rêves, conscients ou inconscients, et je pense que c'est ça qui se retrouve sur le papier.
Image de profil de Tocca
Tocca
En me repenchant un peu sur les trois personnages principaux de mon premier roman, je me rends compte que l'un représente ce que je suis, un autre ce que j'aimerais être et un autre ce que j'ai peur de devenir.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
oui cette trilogie on la voit souvent :)
Image de profil de LilaKingsley
LilaKingsley
"sauf pour les oeuvres vegan", merci pour ça haha
Image de profil de Lucie Fray
Lucie Fray
oui toutes les facettes y sont révélées ah ah ah!! Il me reste 2 h 59 pour aller au soleil
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
En navette spatiale ? Ou tu veux parler de tes vacances pour ceux qui restent ? ;)
Image de profil de R. F. Castel
R. F. Castel
Oui !
d'une approche plus psychologique "on écrit ce qu'on est" ! Ça n'a évidemment rien à voir avec de l'auto-biographie. Mais ce qu'on écrit reflète obligatoirement ce qu'on ressent à l'intérieur. On peut falsifier quelques traits de caractère, mettre une héroïne au lieu d'un héro, ou même faire le plus gros des abrutit qui soit, une part de celui qui craie son histoire demeure. C'est comparable à la graphologie. Un point qui fait que chaque écrivain à sa façon d'écrire ou "sa plume".
Image de profil de Gwenouille Bouh
Gwenouille Bouh
Gigi, ton roman reflète aussi ta personnalité, tu es une psychopathe, avoue !!! Où as-u caché tes corps ? *fuis*
Image de profil de Bismuth Bi83
Bismuth Bi83
Tout d'abord en l'honneur de ce petit canard en caoutchouc je dirais : "Coin coin". Plus sérieusement, je pense que oui nos histoires sont le reflets de nos personnalités ou du moins elles sont directement (consciemment ou non) inspirés de notre vécu, de ce qui nous entoure. Toutefois au passage à l'écrit, je pense qu'il y a deux écoles majoritaires : Ce qui utilise leur personnalité/vécu comme exemple, et l'autre en contre-exemple. Enfin j'ajouterai que pour beaucoup d'entre nous, nos écrits sont nos fantasmes et pensées inavoués.
Image de profil de Lisa Giraud Taylor
Lisa Giraud Taylor
Coucou, je ne dirais pas que mes romans reflètent ma personnalité dans leur ensemble, cependant, je subodore (je sais, mais je ne l'avoue jamais en public; mystère oblige ;) ... inconscience ?) qu'un de mes personnages, à chaque écrit, est lié à moi, par quelques détails physiques, moraux ou encore en citant des lieux, etc., qui me sont chers.
Après, à chaque roman, son univers, les traits de caractère, le passé, l'avenir, la façon de parler...
A contrario de Claire KAPL je peux très bien inventer des beaux salauds (belles salopes, ça marche aussi) ou des personnages malfaisants. J'aime me plonger dans une personne qui n'est pas moi, qui n'est pas un reflet de ce que je projette ou que je souhaiterais être.
Pourtant, force est de constater que ceux qui sont fidèles à mes ouvrages, retrouvent çà et là des détails qui m'identifient ...
Les personnages me mènent souvent dans des recoins où je ne me serais jamais aventuré et que j'aurais fuis... tout comme certains personnages qui plaisent à certains lecteurs (jusqu'à former des #Teamnomdupersonnage) et auxquels je suis allergique dans la vie... comme quoi, les auteurs, ces boulets, se compliquent bien la vie ;)

Et puis, si on écrit, c'est aussi pour extérioriser, consciemment ou pas, des faits que l'on a emmagasinés au fond de soi ; un détail dans la rue, une expression, un article dans le journal, une chanson, un film, une personne croisée, etc....
On mouline sans le savoir et on pond les personnages...
Nous sommes des adeptes de Shelley ou Nogaret en puissance... avec nos créatures =)
Image de profil de Claire KAPL
Claire KAPL
Mes textes sont 100% le reflet de ma personnalité, ou mon vécu, ou mes émotions du moment... Il sont authentiques et vrais... je ne sais pas inventer d'histoires loufoques et personnages maléfiques...
Image de profil de Mina singh
Mina singh
Coucou Docteur Patch... tu l'as vu le Dr Patch, Gigi ?
Je te dirai que mes écrits traduisent quelque chose de ma personnalité, oui sûrement. J'ai pas encore écrit ma description sur la page d'accueil. C'est difficile de se d'écrire et puis je suis qui moi, pour vous parlez de moi ? Quelque chose nous échappe surement pour nous décrire.
Par contre, mes textes révèlent surement quelque chose de moi, parfois les mots me conduisent à dire des choses que je n'avais pas prévu, une conclusion,, une idée, quelque chose que je cherche depuis longtemps et qui apparaît d'un coup, venu de je ne sais où....
C'est mystérieux tout ça.... Je cherche à travers mes mots et à travers ceux des autres, ce qui me touche, ce qui m'amène à suivre cette route plutôt qu'une autre...
Je sais juste que les mots sont puissants. Quand je fais répéter mon ami humoriste, il récite à toute vitesse son texte une heure avant le spectacle, chaque mot est en place, plus un ne lui échappe, je sais alors qu'il peut monter sur scène....
Je ne sais pas du tout si j'ai répondu à ta question. Mais comme dirait mon ami... Je vous laisse méditer là dessus....
Bisous du soir.
Image de profil de Psilos
Psilos
Les écrits ne peuvent être le reflet de notre personnalité. Peu d'entre nous on une image positive du soi. S'il n'était que le reflet de nous-mêmes, nous n'y trouverions aucun intérêt. L'écriture est peut-être le reflet justement de ce que nous ne sommes pas, de ce que nous voulons explorer, de ce que nous désirons et nous passe par l'esprit. Mais alors, si c'est ce que nous désirons, cela fait partie de nous-mêmes, et il n'y a qu'à voir à quel point des commentaires élogieux nous touche pour comprendre qu'il y a un peu de soi. Un peu de soi qui ne peut se dévoiler que par l'écriture, et non dans a réalité tangible. Ce n'est d'après moi pas le reflet de notre personnalité, mais c'est quelque chose que nous en nous et qu'on ne peut exprimer que grâce à des mots. Bergson a mentionné quelque chose de vrais : la langue ne rend pas bien compte des ressentis psychologique (comme lorsque nous avons une émotion devant un tableau et qu'on dit seulement à la personne à côté de nous "C'est beau !", cet adjectif reste inadéquat pour décrire nos émotions présentes). Alors selon Bergson, la littérature sert à détourner les mots pour les faire "peser plus lourd", pour les mettre dans un contexte où il seront liés à notre psychique.
Image de profil de Eva Lord
Eva Lord
Le problème avec cette question, c'est que selon le sens et la portée qu'on donne à la notion de "reflet", on peut facilement passer d'un discours qui dit que nos histoires sont TOUJOURS le reflet de notre personnalité, quoi qu'on fasse et quel que soit le mal qu'on pourrait se donner pour que ce ne soit pas le cas - c'est un peu l'approche du psychologue qui serait si malin qu'on lui révélerait qui on est même à notre manière de chier - à un discours qui dit que nos histoires ne sont JAMAIS le reflet de notre personnalité, même quand on le voudrait, précisément parce qu'on le voudrait - parce que ce qui est écrit, en plus d'être figé dans le temps, ne peut refléter qu'une partie spécifique de notre personnalité et la déforme inévitablement. Pour ma part, je penche plutôt pour la seconde version, étant donné que même s'il y a toujours un peu de moi dans ce que j'écris, le chercher est le meilleur moyen de se planter complètement et de passer à côté de ce qui est écrit...
Image de profil de Lucie Fray
Lucie Fray
merci à Auteur inconnu touchée
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Merci à toi Lucie pour tes commentaires qui me touchent également.
Image de profil de Lisa Giraud Taylor
Lisa Giraud Taylor
Punaise des bois, si c'est le reflet de mes personnages, il faut prévoir un panel assez large de psys pour comprendre comment mon cerveau(pas)lent arrive à fomenter de telles histoires et se glisser, par exemple, dans la peau d'un soldat à Stalingrad ou une It-Girl sur le retour !

(pour les trois heures, quelqu'un a prévu un café/thé/chocolat ?)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Bonjour Lisa,
Non ça devrait aller, nous sommes entre nous, des "frappadingues" de belles histoires à raconter...
A+
Image de profil de Lisa Giraud Taylor
Lisa Giraud Taylor
Ah, si il y a un concours, je peux avoir une médaille dans les frappadingues !
A+
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
On sera deux alors !
A+
Image de profil de Lisa Giraud Taylor
Lisa Giraud Taylor
Il faudrait faire un TOP 5 pour faire classe ;)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Oui.
Image de profil de Expos-ito
Expos-ito
Ah ? On pourrait faire autrement ?
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
il parait :)
Image de profil de Keir O'Riyerdan
Keir O'Riyerdan
C'est le genre de question qui requiert la présence d'un avocat...
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
ici présent, elle officie, le juge c'est la communauté scribay :P
Image de profil de Keir O'Riyerdan
Keir O'Riyerdan
Je suis bon pour l'asile si je réponds à cette question.
Image de profil de bertrand môgendre
bertrand môgendre
Oui, mes histoires sont sans queue ni tête, loufoque, irréelles, surréelles, déjantées ou cruelles. C'est tout moi.
Image de profil de Mat. C.
Mat. C.
Je suis un mauvais garçon, j'ai toujours rêvé d'être un mauvais garçon et j'écris donc des histoires qui parlent de mauvais garçons ;)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Au moins ça a le mérite d'être clair
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Je ne laisse jamais une histoire devenir la mienne, ça n'a aucun intérêt. C'est pourquoi je ne pense pas que ma personnalité apparaît dans mes récits. Tout ce qui apparaît c'est mon goût immodéré pour le merveilleux. Je n'écris jamais de roman triste ni noir.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Bonsoir docteur Scribay,
Je viens encore consulter pour répondre à votre question. J'exprime dans mes histoires toute ma sensibilité refoulée jusqu'alors. Pourquoi ? une petite anecdote devrait vous permettre d'y voir plus clair. Pour fêter les 50 ans de mariage de mes parents, j'ai passé plusieurs mois à rédiger un beau texte afin de répondre aux nombreuses sollicitations adressées à "l'écrivain officiel" de la famille.
— Charles-Henri tu vas bien nous pondre quelque chose pour les parents, etc....
Le jour venu, devant toute l'assistance, j'ai pris une grande inspiration, puis je me suis lancé dans la lecture de cette biographie rédigée avec soin. En attaquant le deuxième paragraphe, soudain, stop the press ! j'ai vu l'oeil de mon père briller. ce n'était pas possible, un mirage, surement l'effet des boissons consommées jusqu'alors.
Toutefois la réalité s'imposait face à mes doutes. Mon père, l'homme que je n'ai jamais vu pleurer depuis ma petite enfance, avait les larmes aux yeux en écoutant mon texte.
Pris par l'émotion, je ne suis jamais allé au bout de mon récit.
J'ai l'ai pris dans mes bras et nous avons sangloté ensemble. Depuis ce jour, un pacte a été scellé. L'émotion sera toujours au cœur de mes récits, ma sensibilité pourra enfin s'exprimer à travers mes écrits.
Voila ma version des faits Docteur Scribay, combien vous dois-je pour la consultation ?
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Très belle anecdote ! :)
150 euros, Monsieur :P
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Quand même ! :)
Heureusement que je ne consulte pas souvent ! XD
Image de profil de Lucie Fray
Lucie Fray
magnifique
Image de profil de Maddymoon Rhodian
Maddymoon Rhodian
Je pense que tout comme les personnages, l'histoire reflète nos propres émotions, nos propres envies et notre propres visions du monde qui nous entoure.
Image de profil de The Creator
The Creator
Pour ma part c'est une évidence, l'écriture faisant appel a notre subconscient.Ensuite, le facteur différenciant a avoir avec la personnalité ( extravertie ou introvertie). Quelle est notre degré exhibitionniste ? Jusqu'où les carcans de la société nous inhibent ? Pour mon cas personnel, je n'ai pas de limite morale lorsque j'écris, ce sont mes personnages qui ont leurs propres règles. Il faut savoir faire sa propre analyse. Un livre reflétera la personnalité de son auteur que s'il met sa peau sur la table. C'est ce qui en fera une œuvre unique. L'auteur tient le stylo ou le clavier. Il est donc pleinement responsable de l'identité qu'il donne à son recit.
Image de profil de Renard .
Image de profil de Renard .
Renard .
mais faut définir reflet...
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Genre miroir tordu ? ^^
Image de profil de Renard .
Renard .
faut définir "miroir tordu"... ;)
Image de profil de Youg
Youg
Il faut définir "définir" !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
OH Non ! il va s'incruster dans la discussion d'en bas ! :P
Image de profil de austylonoir
austylonoir
Christopher Nolan n'a qu'à bien se tenir face à cette mise en abîme...
Image de profil de Charlotte Bouillon
Charlotte Bouillon
Alors, peut-être qu'elles reflètent un partie de notre personnalité et une partie de la personnalité que l'on souhaiterais avoir.

Moi, par exemple, mon histoire "principale", Moko :

- C'est assez enfantin, tout mignon. Je suis moi même une enfant toute mignonne.

- Le chat de mon histoire a de grosse fesses : les miennes sont vraiment trop petites et j'aimerais en avoir des PLUS GROSSES, des fesses, donc : je projette mes envies à travers ce chat au magnifique FONDEMENT.

- Ce chat aime également les bains pleins de mousse OR je n'ai PAS DE BAIGNOIRE : je comble donc ce vide en inventant des histoires de villes ensevelies sous d'épaisses couches de mousses sentant la rose.

- Ce chat ne fait pas DU TOUT attention à sa ligne, et dévore tout ce qu'il trouve, surtout des mottes de beurre : MOI je suis TOUT LE TEMPS, au régime. Moi aussi j'aimerais manger tout le temps.

- Ce tiret manque d'inspiration, TOUT COMME MOI aujourd'hui.

- Enfin, le chat fait ce que je ne ferai sans doute jamais : aller dans l'espace. Mais peut-être que si je sabote la prochaine élection présidentielle, on m'enverra moi aussi dans l'espace ?

J'ai sûrement oublié plein de chose, mais là, ça ne me revient pas.

BISOUS
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Tout s'explique ! Et dis quel est ton rapport aux photocopieuses ? ;-)
Image de profil de Charlotte Bouillon
Charlotte Bouillon
J'ai toujours rêvé de photocopier mes fesses, mais j'ai jamais osé.... parce qu'elles sont trop petites...
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Ha ha OMG !
Tu sais si tu veux avoir un royal fondement faut manger des mottes de beurre comme Moko ! ^^
Image de profil de Charlotte Bouillon
Charlotte Bouillon
OUI mais NON, je mange mais rien ne va dans mes fesses (heu), tout dans les cuisses et le ventre !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Ah ! :(
Image de profil de Charlotte Bouillon
Charlotte Bouillon
Non, mon cul est impénatrable, rien ne l'atteind.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
ou trouver un miroir qui déforme, comme celui que cherche la Renarde :)
Sinon, je signale que mes poupées Barbies des années 80s / 90s avaient des fesses archi plates contre des seins géants. Je n'ai jamais compris ! Aujorud'hui Barbie a moins de seins, plus de hances et des petites fesses rebondies, mais j'arrête mon cours de jouetologie :)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Charlotte, évite de dire "mon cul est impénétrable" à Lutécia !!!! :P
Image de profil de Charlotte Bouillon
Charlotte Bouillon
Et dire que je me suis fait retirer les Boobs...
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
tu te les as faits retirer ?? tu aurais pu demander d'injecter de la graisse dans les fesses :P
Image de profil de Charlotte Bouillon
Charlotte Bouillon
Bha oui, j'y ai pas pensé, du producteur au consommateur, ça aurait été TOP
Image de profil de Renard .
Renard .
Désolée lulu, j’aime bien quand tu rêves de moi, mais pour ma part je bois, je fume et ne bouffe ni sucré ni volaille... (comme mes narratrices;)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Blague à part, ma Charlotte, faut s'accepter telle qu'on est. On aimerait toutes avoir plus de ceci, moins de cela, les cheveux comme ci ou comme ça, être grande, petite, de telle ou telle couleur de peau, etc. Et ça fait souffrir car on passe plus de temps à vouloir obtenir ce résultat et à se regarder dans le miroir et donc ne pas profiter de la vie que si on s'accepte avec ce qu'on a. :)
Image de profil de DAVID
DAVID
Et ... tu as la tête plate ?
Image de profil de Charlotte Bouillon
Charlotte Bouillon
Ah ah, oui c'est tellement facile à dire !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
DAVID tu es un concierge !!! XD non mais ! Scribay regorge de concierges, allez ouste ! c'est moi LA seule :P
Image de profil de DAVID
DAVID
Pardon Ô grande prêtresse des rez des chaussées .
Image de profil de Charlotte Bouillon
Charlotte Bouillon
Et non pas des raies de la chaussée
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Bon, allez je te laisse une place :) il paraît qu'on est 20000 maintenant donc il y a du taf ! XD
Image de profil de DAVID
DAVID
Non mais t'en rate pas une toi !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
je LIS la newsletter, Monsieur !
Image de profil de DAVID
DAVID
C'est quoi la newsletter ?
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
ben si tu regardes tes spams dans la boîte aux lettres de l'adresse que tu as donné pour t'inscrire, tu as un mail de Scribay tous les mois je crois
Image de profil de DAVID
DAVID
En tout cas sur ta photo de profil, tu es hyper séduisante, avec tes yeux ... immenses, tes cheveux blonds ... spaghettis , avec ta superbe robe euh ... comme Cerise de Groupama mais en rose !
Image de profil de Charlotte Bouillon
Charlotte Bouillon
C'est du Tim Burtom ;-)
La triste fin du petit enfant huître !
Image de profil de DAVID
DAVID
Alors c'est sans doute pour ça que je suis séduit ...
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Évidemment c'est avec notre âme, nos sentiments que nous écrivons. Nos personnages font partie de nous il est donc logique qu'on déteignent sur eux et qu'ils récupèrent un trait de caractère ou psychologique
Image de profil de Jerem la plume
Jerem la plume
Je pense que oui car tout se que nous écrivons vient de notre imagination, par exemple quand on réalise un écrit sur un monde fantastique, toutes les créatures et personnages sortent de notre imagination. C'est en quelque sorte notre personnalité "intérieur", un peu déformé de la réalité, de tout ce qui passe dans nos tete. C'est pour ça que l'écriture est génial car chaque personne est différentes et cela donne donc lieu à de nombreuses histoires. Par exemple la terre du milieu n'aurai jamais existé sans Tolkien, car ce monde ne vient que de son imagination et sa personnalité, et sans lui cet oeuvre n'aurait jamais existé ou aurait été très différentes.
Voila ma réponse est donc oui, je pense que nos personnalités agissent sur nos histoires.
Image de profil de phillechat
phillechat
Oui, ,mais déformées et fantasmées, une sorte de kaléidoscope :

https://www.scribay.com/text/1264589974/philofictions
Image de profil de Elinor Molat
Elinor Molat
De notre personnalité, pas forcément, de notre culture, en revanche, ça oui. Quand l'auteur essaie de transgresser les codes pour se démarquer de sa culture, c'est à ce moment que sa personnalité prend le pas. C'est la grande histoire de la lutte entre la volonté individuelle et la pression sociale.
Image de profil de PaulGltr
PaulGltr
Je pense que la réponse est oui. Ne serait-ce que dans les personnages, c'est inévitable. On n'écrit pas uniquement sur ce que l'on connait, mais notre expérience de la vie sert nécessairement de base à la construction d'une histoire, aussi fantasque et éloignée de la réalité soit-elle. Je pense même qu'insuffler une partie de notre personnalité à une histoire peut être une très bonne chose. Pour certains, cela peut permettre de mettre sur papier des sentiments, ou des pensées qu'ils n'arriveraient pas à formuler à l'oral. Dans ce cas, l'effet peut s'avérer thérapeutique, mais ce n'est que mon humble avis ^^
Image de profil de Sayeed Hememali
Sayeed Hememali
"Écrivez ce que vous avez envie d’écrire, insufflez-y de la vie et rendez votre texte unique en y mêlant ce que vous savez de l’existence, de l’amitié, des relations humaines, du sexe, du travail."

C'est pas de moi mais de Stephen King.

En général, il est bien plus simple de parler de choses que l'on connaît. De faits, d'anecdotes qui parsèment notre vie et de s'en inspirer. Sans verser dans le prêche (ça risque d'en faire fuir plus d'un), c'est loin d'être une mauvaise idée.

Dans le livre dont est tiré l'extrait (Écriture, mémoire d'un métier), King évoque sa première rencontre avec la mort. Une personne qui s'est suicidé. La description des restes est succincte mais précise. Avec assez de détails pour rendre compte de la fascination qu'il a dû éprouver à cet instant (Attention, le mot fascination n'a pas forcément trait à quelque chose de positif à observer). On voit que le gamin a baigné dans le petit macrocosme de l'horreur et des peurs et ça s'en ressent dans ses écritures.

Un auteur parle toujours de ce qui constitue sa personnalité. Pas seulement parce que l'écriture est un exercice qui a trait à de l'exorcisme (OK, promis, j'arrête de parler de religion) mais parce qu'il rend compte de ce qu'il est, de sa personnalité donc, du monde dans lequel il baigne, de ses fantasmes, de ses craintes, de son être.

- James O'Barr a créé "The Crow" après la mort de sa petite amie. L'idée d'une entité vengeresse qui punirait les injustes (le Corbeau en l'occurrence) est récurrente dans la culture occidentale. Ça l'a peut-être empêché de faire une grosse bêtise.
- Hitchcock revient souvent sur le thème de la culpabilité dans ses films. À ce sujet, une anecdote, plus ou moins vrai, circule, véhiculée par Hitchcock, selon laquelle son père l'aurait emmené au commissariat et demandé au gardien de l'enfermer pendant une dizaine de minutes après une bêtise.
- J'écris du polar parce que les sujets qu'ils évoquent me parlent. Parce qu'on est souvent amené à voir ce que l'être humain peut accomplir de plus abject. Et aussi parce que ma mère aime beaucoup ce genre et que j'aimerai lui montrer ce que je peux faire à ce niveau.

On écrit parce qu'il y a toujours un peu de soi et d'autrui. Et parce qu'on ressent le besoin d'en parler, de l'extérioriser là où d'autres font du sport, joue aux jeux vidéo, bouffent des dizaines et des dizaines de films ou de séries d'un genre particulier. C'est ce qui fait qu'on s'y intéresse et que ça parle à beaucoup de personnes.

C'est un peu le slogan de Nokia: Connecting people. Sans les DAS, le Bluetooth, Facebook, Reddit, Google Maps...
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Ce livre de Stephen King est une véritable Bible pour l'apprenti écrivain :) plein de conseils de bon sens !
Effectivement je ne puis qu'être d'accord avec tes arguments. Forcément à un moment où un autre on nourrit de ce qu'on a vécu, nos peurs, nos joies, et on pousse le trait dans l'imaginaire :)
On ajoute aussi de la personnalité de ceux qui nous entourent, pour donner de la couleur et de la profondeur à un personnage, je trouve. Donc oui, yip yip Nokia ! ^^
Tu as fait lire "Une affaire de famille" à ta maman ? Je suis certaine qu'elle sera fière de toi !
Image de profil de Sayeed Hememali
Sayeed Hememali
Nope. Je vais d'abord le finir.
Image de profil de Mathieu Chauviere
Mathieu Chauviere
Je pense sincèrement qu'il y a toujours un peu de nous dans nos personnages... Plus que nos histoires, ils sont le reflet de nos personnalités, de nos rencontres, de nos ennemis, nos amis, nos phobies, nos angoisses... Inconsciemment parfois mais pas toujours, leurs raisonnements intérieurs sont souvent le reflet de notre âme. Un personnage, même fictif, peut être inspiré du physique d'une rencontre éphémère avec les tourments qui sont les votre sur le moment et la langue bien pendue de tata Monique... Mais pas que, il peut aussi naître du fruit de votre imaginaire, purement et simplement.

Ensuite, pour ce qui est des descriptions, des lieux où se déroulent nos histoire, certes google Map est pratique et il faut vivre avec son temps. Je l'utilise, avec parcimonie pour des lieux secondaires ou de passage mais je m'efforce, autant que faire se peut, de connaître les lieux principaux de mes histoires. Car Google Map n'aura jamais l'odeur d'un champ de lavande et vous ne ressentirez pas la douce chaleur du muret de pierre inondé de soleil sur lequel votre personnage est assis.

La question que tu pose est pertinente et très intéressante... Un bourreau des coeurs, pervers narcissique publiera-t-il forcément des romans à l'eau de rose en signant Jolicoeur ? Un adepte de SF qui se découvre des talents d'écriture se tournera-t-il naturellement vers le Fantasy ou la SF. Et un écorché vif tel que moi naviguera-t-il de l'autobiographie à l'essai avant d'avoir eu le flash de l'histoire de fiction qui va lui permettre de balancer tout ce qu'il pense de cette putain de société de consommation, ce système bancal, et d'en faire un roman. C'est humain, non ? Aller vers ce qui nous attire, ce pourquoi on brûle...

De là à dire que l'on écrit que ce que l'on connait, il y a une marge, un fossé, un ravin, car l'écriture serait alors bien fade...

Car comment alors serait nés Gollum, La terre de milieu cartographiée avec une précision de géographe, Ulysse, les romans historiques de Ken Follet, le monde d'Harry Potter, tous les psychopathes de la dramaturgie ? Ne me dites pas que tous les auteurs de polar sont des meurtriers en puissance, car sinon, scribay regorge de futurs détenus !

Enfin, moi ce que j'en dis, ce n'est jamais que ce que j'en pense.... :-))
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Scribay regorge de futurs détenus ! ha, ha :) je ne me sens pas visée
Image de profil de Mathieu Chauviere
Mathieu Chauviere
Tu n'es pas plus visée qu'une autre... Et c'est un contre argument, ne l'oublions pas , bien que j'ai omis l'usage du conditionnel... Il fallait lire "regorgerait" ! ;-))
Image de profil de bertrand môgendre
bertrand môgendre
« Les histoires sont-elles le reflet de nos personnalités ? »
Bonne question.
Je la garde en tête en analysant certains textes.

Oui... Bof... Non... Oulala !... Aïe... Non... Quoi ?... Impossible... Ben couillon... Oups... Quel con... Quel amour... Connard... Oui... C'est tout ?... Et alors... Pff... N'importe quoi... Crétin... Gamin... Ah ?... Mouais... Génial...

En conclusion, j'en déduis que mes personnalités sont multiples.
Ouf. Rassurant.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
N'est-ce pas ? :)
Image de profil de Caiuspupus
Caiuspupus
Si je dois parler pour moi (car après tout, je ne sais pas ce qui se passe dans la tête des autres) : mon écriture est clairement le reflet de ma personnalité. Je suis terriblement anxieux de nature, j'imagine toujours le pire et tous les scénarios qui peuvent y mener. Quand on y regarde bien, tout ce que j'écris finit plutôt mal même si j'essaye de cacher une certaine noirceur derrière de l'humour (soupape de sécurité pour ne pas devenir complètement fou), car tout passe mieux quand on tente d'y mettre de la dérision.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Hé ben ça a l'air pas mal ! Je vais aller te lire ^^
Image de profil de GEO
GEO
Bonjour,
C'est une question intéressante !
Ma réponse est OUI !
Si l’on admet que l’on ne peut écrire que ce que l’on connaît.
Si l’on admet que notre connaissance dépend de notre perception du monde : unique et imparfaite.
Si l’on admet que notre analyse des faits est influencée par nos opinions.
Alors, l'écriture est un reflet de nos personnes, dont un des composants est la personnalité (du moins au niveau que la plupart des membres de la communauté scribay ont atteint.)

A+
GEO
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Si l'on peut ne écrire que sur ce que l'on connaît, ça la fout mal ! ^^ il est où le travail de création ?
Pour le reste, chuis d'accord !
Image de profil de LS
LS
ça fait beaucoup de "si" et de choses à admettre, du coup je comprends pas trop le "OUI !" définitif du début.
(Prenons un de tes si : "si l'on admet que l'on peut écrire que ce que l'on connait"... ben, non tu peux écrire sur des choses qui n'existent pas, par exemple, donc on peut pas dire que tu les connais, donc ton oui majuscule qui dépend de cette hypothèse tombe à l'eau, me semble-t-il)
Image de profil de GEO
GEO
Réponse à Gigi Fro :
J'essayais juste de faire une démonstration logique, suivant une construction prémisses conclusion.
Tu remets en question une des prémisses, c'est la naissance d'un débat sur ma conclusion.
Je crois, comme d'ailleurs le décrit très bien Terry Pratchett dont je suis un fervent admirateur qu'une bonne histoire résulte souvent de l'association d'éléments que nous voulons voir dans un récit, la façon de les agencer ensemble constitue la création.
Cette réponse te convient-elle ?
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Euhhh pas compris !! Mais si tu fais référence à T. Pratchett je soupçonne un piège !! :)
Image de profil de GEO
GEO
Réponse à LS : Outre le fait que je ressent une certaine agressivité dans ta contre proposition, je ne souhaite pas pélémiquer.
Quand bien même tu inventes quelque chose qui n'existe pas, peux-tu me dire avec une certitude absolue que tu ne le connais pas ?
Si tu es capable de le formuler en termes intelligible alors, peux-tu me dire que tu ne le connais pas ?
Image de profil de GEO
GEO
Non, il n'y a pas de piège
Pour exprimer cette idée à travers un exemple : j'écris des histoires sur Venise, j'aime le marché du Rialto, j'y ai des bons souvenirs, par exemple la façon dont le vendeur d'artichaut façonne les cœurs.
Ce sont des faits, mon travail consiste à mettre en place une histoire dans laquelle l'anecdote aura du sens, et là réside la création.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
D'accord, on met un peu de ce qu'on connaît (ou ce qu'on ne connaît pas mais pour lequel on fait des recherches). Au moins que dans ma vie précédente j'ai commis des meurtres ! XD Tous ceux qui écrivons des histoires tordus, on est tordus ? Mhhh, peut être XD !
OK sur le fait qu'il faut "connaître" un minimum, mais la connaissance s'acquiert aussi (recherches, vécu, lectures, écoutes, etc.)
Image de profil de GEO
GEO
Après il y a d'autre composante de notre personnalité (que je n'ai pas abordé par soucis d'économie de capacités cérébrale) : les gouts par exemple.
J'ai un gout prononcé pour la logique, j'essaye de garder la cohérence de mes récit de façon la plus maniaque possible.
Mais j'ai aussi le gout pour l'humour absurde, j'ai essayé mais je n'arrive pas vraiment à écrire des histoire totalement absurdes.
Les histoires tordues (reste à définir le terme) de certains sont parfois uniquement le reflet d'un gout pour le "tordu" qui fait partie de la personnalité de l'individu.
A+
GEO
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Certes...
Image de profil de LS
LS
réponse à GEO : non aucune agressivité (mais désolé quand même), c'est juste ton argumentation (notamment sa forme) qui me paraissait étrange, qui m'a un peu amusé, mais j'aurais du mettre un ;-) peut-être... pour tes dernières questions, je dirais que non je ne connais pas ztrztez l'extraterrestre invisible de 300 m de haut qui respire du méthane, (et si j'en parle je ne suis pas sûr de dévoiler quelque chose sur ma personnalité)... je ne souhaite pas polémiquer non plus, je vais arrêter là.
Image de profil de GEO
GEO
Non, je connais des choses dès lors que je les imagine.
Je connais des fait parce que je les ai appris.
Il faut séparer la connaissance acquise par l'expérience personnelle et celle acquise par d'autres moyens.
Réduire la connaissance à sa propre expérience ne fait pas partie de la définition de ce terme.
A+
GEO
Image de profil de Nicolas Raviere
Nicolas Raviere
Sans développer ni argumenter, je dirai que non, nos histoires - si elles sont des fictions - sont plus le reflet de nos goûts, de nos envies, voire des challenges que l'on désire se fixer. Le style, voire la tonalité, comment l'histoire est traitée de manière générale, ce que l'auteur va injecter pour la faire vivre (dans les personnages, les descriptions, les ambiances, les trouvailles...) c'est là où s'exprime la personnalité de l'auteur (et sa culture, dans une moindre mesure, si l'on considère que "rien ne naît de rien"). Après reste la part mystérieuse de l'inconscient...
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Donc...?? ^^
Image de profil de Mansuz
Mansuz
Qu'on le veuille ou non, on déteint sur nos histoires ^^
Image de profil de Nicolas Raviere
Nicolas Raviere
c'est ce que je dis oui avec la nuance que c'est pas l'histoire en elle-même mais la façon dont elle est "faite".
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Donc c'est ni oui ni non :)
sinon on devient des ghost writers qui se "fondent" sur le style d'un autre
ou comme les traducteurs. J'admire leur travail, mais moi je m'arracherais les cheveux ! :-)
Image de profil de Nicolas Raviere
Nicolas Raviere
C'est plutôt non, mais... :)

Je vois pas trop ce que tu entends par auteur fantôme. Pour ce qui est des traducteurs en revanche je suis mitigé : un traducteur peut très bien injecter de sa personnalité, cf la traduction de Poe par Baudelaire, de Faust par De Nerval etc... qui sont justement réputées pour ça et il y'en a sûrement d'autres !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
"ghost writer" pour ne pas dire nègre :-)
bon, c'est vrai que tu as raison, je veux dire Poe a eu beaucoup de chance ! XD mais ce n'est pas le cas de tout le monde.
Je ne parle que de ce que je connais. Je ne veux pas me la raconter, mais j'ai la chance de pouvoir lire en 3 langues et lorsque j'aime une oeuvre en français, j'aime bien la redécouvrir dans ma langue maternelle ou dans soit sa version originale (si en anglais) et franchement, beaucoup se perd. Parfois même des phrases ou des toutes petites choses minuscules (mais j'ai tilté sur ces trucs car il y avait un mot ou une phrase qui m'avait touché pour X raison). Donc, tout dépend de la personnalité (ah la la la on y revient !) de l'auteur.
Image de profil de Nicolas Raviere
Nicolas Raviere
Tu te la racontes pas, je trouve ça bien, tu as de la chance enfin façon de parler car c'est sans doute au prix d'un temps passé, d'un travail. Je suis d'accord que beaucoup se perd, pour ça que je lis et je regarde beaucoup en anglais par exemple, plutôt que de passer par les traductions / adaptations, rarement satisfaisante car comme tu dis on y perd.

C'est intéressant justement que certains traducteurs, en injectant d'eux, parviennent justement à donner une allure "d'eux" à une oeuvre. Comme tu dis, ça revient au débat et cette fois, c'est pas sous l'angle de l'histoire, puisque l'histoire est celle d'un autre, mais bien sous l'angle des styles, des tonalités, voire de la culture qui elles viennent de la personnalité etc bref, débat complexe et très nuancé, bien plus qu'un oui non.
Image de profil de NM .L
NM .L
Pour ma part, je ne peux que dire OUI. Ce que j'écris est le reflet de ce que je ne peux exprimer dans la vrais vie. Je suis certain que les auteurs ne parle pas juste de "il ou elle ou je" sans parler de son coeur, de son âme, de lui quoi.
Je suis torturé et tortueux, mes protagonistes sont très peu gaie (au sens premier du terme) et quand je tente la joie, bha ça ressemble à que dalle !

ils sont notre conscient, inconscient, nos fantasmes. On écrit pas juste pour poser un situation qu'on vu entendu... ce n'est pas que des engagements sur la vie d'agriculteur, de prostitué, de capitaliste, riche, pauvre... C'est d'abord nous. Je m'écris à travers mes personnages. Me, moi... et parfois ce gars qui marche devant moi, parce qu'il fait penser au gros con que je supporte pas. Notre histoire à un lien proche avec notre vie (sentiment).

Je sais plus où je vais..^^
Image de profil de A.Spade
A.Spade
Quand je lis les différents commentaires, je me dis qu'il est en fait facile de confondre "personnages" et "personnalités". Ils sont un peu cousins mais ça n'a pas grand-chose à voir.

Déjà, je pense qu'il peut s'avérer compliqué d'avoir du recul sur ce qu'est sa propre personnalité (qui regroupe en résumé l'inné, l'acquis et les autres facteurs divers plus galères à déterminer). Après tout, ce n'est pas comme si on avait réellement les rênes : ce que l'on est et qui l'on est se construisent au fur et à mesure, généralement inconsciemment, et il est plus que complexe de savoir par avance ce que l'on va devenir, face à ce que l'on vit.

Dans le cas de l'écriture, c'est l'auteur qui est créateur de son personnage - si personnage il y a - et donc, totalement décisionnaire quant à la personnalité de sa créature, son vécu, ses modes de réaction, son unicité. Et quand on sait comment se compose une personnalité, comme cité plus haut, ça nécessite de se pencher 2 minutes sur le bazar si l'on veut faire les choses bien.

Le fait est qu'il me semble très difficile de coucher sur le papier quelque chose de totalement désincarné de soi-même. On ne parle pas nécessairement de faire dans la copie carbone. Mais il me semble compliqué d'accoucher d'un livre dont les réactions, les points de vue et les visions seraient entièrement détachés de nos regards sur le monde.
Pour citer une obscure référence oubliée : "On écrit jamais que ce que l'on connaît." Ça ne répond pas vraiment à la question mais ça nuance peut-être un peu le propos dans cette histoire de personnalité.
Ce que l'on écrit, c'est ce que l'on sait, ce que l'on a en nous. Et cela vaut pour tout ce que l'on crée autour. Bien évidemment, on pourrait prolonger éternellement le débat en ajoutant que ce que l'on connaît peut devenir ce que l'on est, etc etc... A mon sens, l'important, c'est surtout de ne pas se forcer. Souvent, dans l'écriture comme sur un autre sujet, notre instinct sait mieux que nous. Donc si l'on retrouve certaines de nos traces derrière les mots, sans l'avoir vu venir, c'est que l'on a jugé utile de s'utiliser comme outil à un moment ou à un autre. Rien n'est figé.

Pour me recentrer un peu sur le sujet : de là à affirmer, comme d'autres avis, que nos créations ne gardent pas au moins un peu de nous, cela me semble bien catégorique. Si tel est le cas, pas la peine de se fatiguer : on se cotise pour fabriquer une batterie d'intelligence artificielle sans trace ni âme humaine pour remplacer la magie des livres par de la data pure et pendant ce temps-là, tout le monde part picoler :)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
je suis d'accord pour aller picoler :)
Image de profil de A.Spade
A.Spade
Tout le monde est toujours d'accord pour aller picoler. C'est pour ça que je lance l'idée :D
Image de profil de Daegann
Daegann
De fait, oui, je pense.

Que l'on écrive un texte engagé (donc qui possède un message qui nous semble important - et donc lié à notre personnalité) ou que l'on écrive pour le plaisir (donc des histoires / personnages / situation qui nous semblent interessante), il y a forcément une part de nous et de notre personnalité.

Quel que soit le genre d'écriture, on va y réfléchir et écrire via le prisme de notre expérience et de nos réflexions personnelles. De nos fantasmes et de nos peurs aussi, bref de nos émotions et donc encore une fois, de notre personnalité.

Et je ne parle même pas du style d'écriture qui amha est également influencé par notre façon d'être, par ce que l'on a lu aimé et donc, par extension, par ce que l'on est (et puis chacun à un peu son propre style, par essence c'est donc lié à la personnalité de chacun, un style...)
Image de profil de Maioral
Maioral
J'aime l'idée qu'on écrive parfois nos fantasmes (peut-être même inconscients ^^)... et je te rejoins ainsi que bien d'autres dans la discussion :)
Image de profil de Daegann
Daegann
Oui. Après ça dépend de ce qu'on écrit. Typiquement un texte engagé parlera pas directement de nos fantasmes mais quand on écrit pour se faire plaisir de personnage qu'on aime, ben on y met une partie de nous ou de nos fantasmes souvent. Pas forcément à 100% et pas forcément de façon consciente mais ça en fait partie je pense. Pareil pour certaines scène parfois...
Image de profil de Maioral
Maioral
Dépend de quoi le sujet traite, c'est sûr. Je parle surtout pour les gens qui peuvent parfois partir dans des sujets plus lugubres (je sens clairement que je tourne vers ça XD) ou l'envie de parler de sujets malsains.
Par exemple, le fait de développer un méchant de manière vraiment cruelle... Nest-ce pas là non plus la manière de délier nos secrets les plus profonds ? :P (nos envies d'étriper les cons dans la vie XD)

Comme disait Andy ici dessous, chaque personnage a finalement un trait de nous, exeracerbé ou légèrement modifié mais il fait clairement parti de notre imagination et notre personnalité ^^ :)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Maioral Mouahahahaha ! bienvenue au club des psychopathes avec Auteur inconnu XD
Image de profil de Maioral
Maioral
C'était bien mon but de toute façon, fallait juste amener ce trait dans mon histoire petit à petit :P Mais je me réjouis de rejoindre votre club haha
Image de profil de Daegann
Daegann
Oui ça aussi, ou exorciser des peurs, ce genre de chose...

Un trait de nous ou que l'on aimerais avoir ^^
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
ou ses envies ! mouahahahahahaha !
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Je dirais que oui. Pour commencer on écrit ce qui nous intéresse, généralement. Et je pense qu'on écrit toujours un peu de soi, ça me viendrait pas à l'idée d'écrire quelque chose qui m'est étranger (en fait je trouve juste ça vain). Pour ce qui est des personnages, l'autre jour je relisais un texte, et je me demandais ce que je répondrais si on me demandait "Est-ce que tu te retrouves dans l'un de tes personnages ?". Et je répondrais certainement que je me retrouve dans chacun d'entre eux. Le gentil, le méchant, le coupable, la victime, le riche et le pauvre. Il s'agit d'isoler une part de soi, de toute sa complexité, et de l'étirer pour qu'elle puisse prendre une forme et une autonomie, quitte à forcer le trait. Et de faire jouer sur un plateau tous ces petits morceaux de moi, les faire interagir entre eux, en faire prévaloir certains, en faire échouer d'autres. Le processus est similaire à celui de la réflexion, au fond.

Mais c'est peut-être une approche un peu froide, réfléchie et peu créative, je sais que beaucoup pensent écrire autrement

Seulement c'est parce qu'ils ont... une autre personnalité :)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Tout à fait d'accord, en fait en réfléchissant, je me dis que c'est peut être là la différence entre un auteur qui donne une "personnalité" à ses écrits d'un nègre (j'aime pas ce mot pour désigner l'écrivain de l'ombre). Ce dernier arrive à se détacher complètement de sa personnalité pour écrire quelque chose. Est-ce un atout ? personnellement si je ne peux pas mettre ma patte (donc mon style) ça n'apporte pas le même plaisir.
Je dirais que c'est le même principe pour la traduction littéraire, c'est super dur et fastidieux d'écrire sans apporter sa touche. Par contre c'est pas une critique, j'admire les traducteurs ! mais je les plains ^^ (déjà en traduisant mes propres écrits je suis tentée de tout réécrire, je serais incapable de le faire pour un autre).
Image de profil de Kirsten Reeves
Kirsten Reeves
"prête-plume" a été adopté si tu le souhaites.... juste en passant... :))
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Thanks ! Sinon j'allais faire à l'anglosaxonne qui tombe mieux.
Image de profil de Kirsten Reeves
Kirsten Reeves
C'est quoi en anglais? (je suis un peu curieuse...)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Ghost writer
Image de profil de Kirsten Reeves
Kirsten Reeves
Que je suis bête.. je le savais (j'ai vu le film). Merci !
Image de profil de Richard Clayton
Richard Clayton
Pour aller à contre-courant de la majorité des commentaires que je vois ici, non, je ne pense pas ! :D Certes, les thèmes, le style, les mots choisis sont souvent représentatifs de l'auteur, mais la subtilité réside justement dans le mot "choisi". La plupart des auteurs écrivent ce qui leur ressemble parce que cela leur est plus facile. Mais à force de travail, un écrivain peut quitter sa zone de confort et ôter de ses écrits ce qui vient directement de sa personnalité. C'est une chose que l'on voit peu, et que je ne suis moi-même pas sûr de réussir à faire, mais c'est à mon avis possible ! ;)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Donc c'est ni oui ni non :)
Image de profil de Richard Clayton
Richard Clayton
Ahah ! Ou comment réduire en trois mots un commentaire de huit lignes :')
Image de profil de Le Molosse
Le Molosse
Moi je pense que oui. Consciemment ou pas, elles le sont. Nos façons d'aborder le thème, nos attirances, nos goûts personnels, nos envies, etc. sont autant d'éléments qui jouent dans le scénario. Par ex, pour moi, j'adore la nature, la magie, et l'hiver... Bah vous les verrez souvent dans mes textes. J'aime les personnages écorchés, comme je le suis, vous verrez des personnages écorchés. Je pense que les valeurs, les convictions et ce en quoi on croit joue aussi.
Image de profil de Grunni
Grunni
Et donc, Gigi Fro, qui ce soir a eu son BAC ?
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
TOI !!!!!!! ^^
Image de profil de Grunni
Grunni
Lol, et je ne veux pas d'autres correcteurs ! Dit c'est dit ;)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Ha ! c'est clair ! Bon allez c'est ma discussion, donc je décide, tu as 20/20 pour savoir naviguer entre des eaux troubles (normal pour un petit canard en caoutchouc, les mauvaises langues parleront de sex toy, mais non, je sais que tu es un innocent petit canard de bain).
Image de profil de Grunni
Grunni
Un innocent canard de bain, oui !
Que certains utilisent comme sex-toy.
Où est donc la limite entre ce que l'on est, et ce que à quoi on est destiné ?

Mais mince !! J'ai l'impression que tu pousses à la philosophie ! Laisse-moi donc me baigner sur qui je veux ! ;)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
ha ha, allez on va créer une autre discussion à la con : Où est donc la limite entre ce que l'on est, et ce que à quoi on est destiné ?
Image de profil de Grunni
Grunni
Pousse le vice : Où nous limite la lecture et vers quoi nous pousse t-elle ? Systématiquement à l'écriture ? Et dans ce cas, à quoi nous destine t-elle ? Pourquoi lecture et écriture apparaissent donc elles indissociables ?
<<<< Un genre de sujet fourre-tout, plaisant sur une plateforme d'écriture, et enclin à mettre la zizanie ;)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
ha, ha ! n'oublions pas que Scribay est une plate-forme bienveillante ! point de zizanie parmi ses membres, n'est-ce pas ? XD
Image de profil de Grunni
Grunni
Bien évidemment de la joyeuse zizanie, rien de plus :)
Image de profil de Grunni
Grunni
Pour moi, et ce n'est que mon simple avis :
Oui.
Et je dirais même, bien sûr que Oui.
Prenons l'exemple d'un policier, bien sûr qu'hormis Auteur inconnu on ne sera jamais le tueur, mais il agira suivant ce que l'on connait et ce que l'on imagine.
Pour un livre fantastique, on ne sera pas dans l'univers qui n'existe pas mais dans celui que l'on imagine.
Quelle est donc la frontière entre l'imaginaire et la personnalité ? Je pense que l'on imagine suivant ce que l'on est.
Pour un débutant c'est encore plus simple, pour commencer on s'identifie, je pense, toujours à nos héros. Une part de leurs pensées sont les nôtres. Bien sûr pas toutes, parce que, hormis donc aussi Gigi Fro, on n'est pas des monstres.
Et au final, qui est le maître de la fin ? Fin heureuse, triste, morose, joyeuse ? C'est l'auteur qui choisira de choquer, parce qu'il a une personnalité propre à l'interpellation, ou le rose-bonbon, parce qu'il a une personnalité tendre et douce.
Je pense que nos histoires sont donc le reflet de notre personnalité !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
MDR !!! tu m'as fait marrer !!! :) tu es génial !
Aspho est une killeuse et moi un monstre ! Cool !
Image de profil de Grunni
Grunni
J'ai bien précisé, ce n'est que mon simple avis.
Mais c'est ce que je ressens dans vos dires...
D'ailleurs, dires et commentaires ne cachent-ils pas nos névroses et nos défaillances ? aussi marrants, débiles, amusants, interpellant, pertinents, soient-ils, ne sont-ils pas le reflet bien plus évident de ce que l'on est vraiment ?
<<<< je dis ça comme ça ;)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
XD je ne dirais pas le contraire !
Image de profil de Grunni
Grunni
Ne vous mixez pas ça ferait un monstrueux tueur !
Image de profil de Grunni
Grunni
Lol, je ne croyais pas si bien dire, faut vraiment que je découvre vos univers !
Image de profil de Julien ~
Julien ~
Du coup pour en revenir au débat ci dessous, je voulais juste vous dire que je suis un peu boute en train (c'est pour faire avancer le débat) mais que chacun pense comme il veut. Il n'y a pas une seule, mais une infinité de véritées, et loin de moi le culot d'essayer de vous imposer la mienne :)
Bonne soirée :)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
ben oui, tu as raison, il y en a qui ne comprennent pas ça, mais bon allez on les laisse parler, c'est la démocratie (ça veut pas dire qu'on va se déranger à lire leur réponses si c'est pour continuer à relire mille et une fois la même chose "j'ai raison, pas toi" ^^).
Image de profil de Grunni
Grunni
Moi je prône que si on a raison, faut le dire ! ;)
Même si on a donc tort et que tout peut finalement se discuter.
Image de profil de Julien ~
Julien ~
Bonsoir à tous :)
La réponse à cette question est oui :) Quand on écrit un roman, on écrit une histoire unique. Prenez cette histoire unique, expliquez en les grandes lignes à 10 personnes, et dîtes leur de réécrire exactement la même histoire. On se retrouvera avec 10 récits différents car chacun apportera à sa touche personnelle : sa propre thématique (message à faire passer) ces propres émotions, sa vision des personnages, etc... Quand on écrit, c'est nos pensées que l'on couche sur le papier, et nos pensées sont le reflet de notre personnalité. Créer une histoire/des personnages tordus ne fait pas de moi un être à la personalité tordue, mais un être capable d'avoir le recul nécessaire pour se mettre à la place d'une personne tordue :) Et surtout, écrire c'est s'exprimer de la plus libre des manière, et notre nous le plus libre, c'est le vraiment nous, pas le nous superflu, bref l'écriture c'est le reflet de l'âme ! (ça me dit quelque chose... c'est une citation non ? x) )
Image de profil de Julien ~
Julien ~
Et ceux qui disent que non ont mal compris la question bim ! Non mais :p
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Ou sont trop orgueilleux ^^
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Moi j'aime bien ceux qui pensent toujours avoir raison :D
Image de profil de Julien ~
Julien ~
Auteur inconnu Oui :p Tu es douée d'un sens de l'empathie aigü qui te permet de te mettre à la place de "psychopathe" :)
Image de profil de moonbird
moonbird
j'aime ton raisonnement @Julien@
je ne sais pas comment faire ton caractère Julien :)
Image de profil de Grunni
Grunni
Et pour ceux qui ont vraiment toujours raison ?
Image de profil de Julien ~
Julien ~
moonbird J'ai mis un tuto sur ma page d'auteur, vu que tu n'es pas le seul à avoir des problèmes :p
Grunni : règle n°1 : j'ai toujours raison
règle n°2 : dans le cas contraire, la règle n°1 entre immédiatement en vigueur O:)
Image de profil de Julien ~
Julien ~
Auteur inconnu Je pense que ce sont nos pensées qui font notre personnalité :) Après je ne suis pas philosolophe :p
Image de profil de Grunni
Grunni
C'est un truc que j'aurais pu dire ça, Auteur inconnu.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Nimportenawak ?? Moi aussi ! ^^
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Mais Julien ~, tu n'écris que ce que tu penses ? Tu ne laisses jamais la parole à un qui ne pense pas comme toi ? Tu n'as jamais essayé le surréalisme, par exemple, pour penser différemment ? Ou d'essayer d'écrire comme un auteur connu, pour modifier ton approche de l'écriture, ni travailler sur le style pour que ça influe la lecture, etc ?
Image de profil de Julien ~
Julien ~
Vis9vies Oui j'écris ce que je pense, as tu déjà écris un seul mot sans l'avoir pensé au préalable ? :) Ce que je veux dire, c'est que le surréalisme est un courant, tu y apportera ta touche personnelle en l'essayant, quand on pense différemment, c'est toujours nous qui pensons (mais d'une autre manière) quand on essaye d'écrire comme un auteur connu, on écrira jamais comme lui, car on a des pensées différentes des siennes :)
Image de profil de Kathelyn Hemet
Kathelyn Hemet
Je ne pense pas qu'on couche forcément à chaque fois nos pensées sur le papier ! Certains peuvent coucher les pensées de leurs personnages, leurs valeurs, leurs personnalités en étant tout à fait en désaccord avec celles de l'auteur c:
Par contre, le message, ça oui, et pour cette histoire de réécriture, bien sûr car il y a toujours de l'interprétation dans une oeuvre et qu'elle peut être différente, surtout avec un petit résumé tout chelou c:
Image de profil de Grunni
Grunni
Quand on commence dans l'écriture, à se lancer, je pense qu'une grande part de nous ressort. C'est obligé. Après qu'on laisse la parole à des personnages qui ne pensent pas comme nous, oui, c'est là qu’intervient l'action, mais à la fin du texte, voyons toujours la fin et non l'intrigue, qu'est- ce qu'il reste ? Les héros qui gagnent ? Les méchants ? C'est selon la personnalité de l'auteur.
<< C'est un peu ce qu'un philosophe sortirait non ?
Image de profil de Kathelyn Hemet
Kathelyn Hemet
Ah, oui, ça évidemment, si une personne préfère les trucs noirs, elle va bien sûr plutôt faire mal finir son histoire, et inversement, donc en soit, cela, c'est bien un bout de soi, c'est vrai :)
Image de profil de Julien ~
Julien ~
Kathelyn Hemet Je ne vois pas en quoi ce que tu dis contredis ma théorie :) Penser un personnage en parfait désaccord avec soi même est évidemment possible :)
D'ailleurs le fait de penser à créer un personnage en désaccord avec soi même et le signe d'une riche personnalité je pense :)
Image de profil de Kathelyn Hemet
Kathelyn Hemet
Je nuançais juste au cas ou :D (j'aime bien parler c:)
Image de profil de Kathelyn Hemet
Kathelyn Hemet
Personnellement, je pense que ça doit dépendre des auteurs. Il m'est arrivé de supprimer des passages entiers car je trouvais que mon personnage pensait trop comme moi et pas comme il le devrait, après ça m'arrive effectivement d'exploiter une facette de moi-même, un trait de caractère, car en effet, je peux mieux le développer que quelque chose que je ne connais pas c: mais je refuse qu'ils me ressemblent de trop ! Parce que le but c'est pas moi qui vis de fabuleuses aventures mais des personnes bien différentes !
Puis j'adore les anti-héros en plus, du coup qu'ils me ressemblent ne serait que très peu logique !
Image de profil de Grunni
Grunni
zut, tout ça est bien sensé.
Image de profil de Grunni
Grunni
C'est bien parce que finalement, une simple discussion, et on décèle facilement les psychopathes.
Image de profil de moonbird
moonbird
Bonsoir,

Vu certains personnages tordus, c'est mieux que je ne leur ressemble pas IRL ;)^^
Certains ont des caractéristiques physiques que je n'aimerais pas avoir en vrai d'ailleurs ;)^^
Après vu le nombre de caractères dans le récit, il y a peut-être qui se rapprochent de moi ou de mes idées/aspirations ;)^^
Et comme je suis tordu, je ne vous laisserais pas d'indices ;)^^
Ce n'est pas le second tome (en chantier) qui va vous aider, vu les nouveaux personnages qui vont arriver ;)^^ (et qui ont chacun leur propre caractère/aspiration/histoire personnelle ;)^^
Sur ce je retourne plonger dans vos esprits tordus ;)^^ (mode boutade

Bonne soirée
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
En fait, je pense que dans le titre ça induit en erreur. Par personnalité, j'insiste, il n'y a pas le "moi" réel mais aussi le "moi" auquel on aspire. Genre, un vil, cruel et froid assassin a la personnalité que je voudrais avoir ! Mouahahahahaha !
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Je trouve que ça manque un peu de maturité que d'y mettre le "moi" qu'on aspire être. C'est comme ça qu'on se retrouve avec sur le dos une Mary Sue ^^ Peut-être vaut-il mieux y mettre le "moi" qu'on ne voudrait pas être. Et encore... On aurait le méchant sans surprise ^^

Ado, on y met sûrement beaucoup de soi, parce que, comme tu le dis, on est en période de construction. Mais une fois "adulte", je trouve plus intéressant d'explorer et tester des jeux où l'on n'intervient que très peu, "laisser les personnages vivre", comme on dit. Non ?
Image de profil de moonbird
moonbird
Je ne trouve pas que Franz soit si vil que ça ; il est juste tordu ;)^^

Vu les personnalités diverses et variées du roman (et encore G.E. tu n'as pas découvert toutes les facettes et personnalités du second tome, tu ne vas pas t'ennuyer (c'est pas bien de vendre un tome qui est en cours d'écriture ;)^^ il va être difficile de retrouver les bribes de mes aspirations ;)^^
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Non. Moi je trouve que ça manque de maturité croire que sa personnalité est déjà forgée et qu'elle ne va plus changer ou pretendre avoir toujours raison ^^
Image de profil de moonbird
moonbird
je suis un peu d'accord avec toi Vis9vies, mais aussi avec @G.E. Froideval@ : cela dépend de chaque auteur ;)^^
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Qui dit qu'il a toujours raison ? ^^ Est-ce parce que tu as l'impression d'avoir tort ? ;D ça me fait rire ;) Mais tu verras, peut-être qu'un jour tu te connaitras suffisamment pour que l'avis des autres ne te déboussole plus. Je te le souhaite ;)

Une personnalité n'est jamais fixée ad vitam eternam, mais à partir d'un moment, quand on a un peu "trop vécu" et qu'on commence à se connaitre, on sait qu'il y a une base stable et qu'à partir de là, on n'a plus qu'à faire avec et arrêter de croire au Père Noël. C'est ça aussi la maturité, faire avec ce qu'on a et ne plus rêver qu'on fera avec ce qu'on n'aura pas ^^ Mais tu as le temps de voir venir G. E. ;) Mes paroles ne te rattraperont pas avant longtemps ^^
Image de profil de moonbird
moonbird
G.E au début j'ai cru que tu me répondais et j'ai eu un peu de mal à comprendre (cerveau embrumé ;)^^
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Ha ha non pas toi moonbird ^^
Image de profil de Oniria Pingouin
Oniria Pingouin
Vis9vies Le père Noël n'existe pas ? ;(
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Pleure pas ;) Il reste celui de CocaCola ! :))
Image de profil de Oniria Pingouin
Oniria Pingouin
Oui mais lui il est pas gentil .... *part en pleurant*
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
tu peux nous croiser, le but est de ne pas nous faire chier ! XD
Image de profil de Peter Dussoni
Peter Dussoni
Rappeler moi de ne jamais vous croiser seul, dans un coin sombre....
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Non, mes histoires ne sont le reflet que de la personnalité que j'aimerais lire. D'ailleurs, c'est simple, si elles étaient le reflet de ma personnalité, personne ne les lirait ^^

Par contre, dans mes histoires, il est très rare que je parle de moi, mais j'y mets bien plus que mon simple moi. Pas de ma personnalité, mais de mes aspirations, des fantasmes liés à mes colères, de tous les effets que provoquent mes émotions, et beaucoup plus rarement de mes réels émotions et sentiments.

Faut pas croire tout ce qu'on écrit.
Faut pas croire, non plus, tout ce qu'on croit lire et deviner entre lignes ;)
L'écriture a ça de bien, de laisser un autre individu s'exprimer avec conviction à travers nous, sans que cela puisse nous être reproché ^^
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Quant tu dis que tu y mets de tes aspirations, fantasmes liés à tes colères, on peut dire que par "extension" il y a quand même un pan de ta personnalité.

ça dépend comment tu conçois ta personnalité : celui que tu es ou celui que tu aimerais être. Vu que la personnalité se forge avec la vie et nos expériences, celui que tu aimerais être aujourd'hui pourrait être le toi dans 20 ans. Bref je me comprends !
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Ma personnalité est formée. Dans la vie IRL, je ne suis pas la personnalité des personnages qui se débattent dans mes histoires, ou alors c'est dans le rare cas où j'ai écrit un truc biographique ;)
Image de profil de Grunni
Grunni
Mais tu y apportes bien une touche de toi-même ?
Image de profil de Grunni
Grunni
Si tes histoires sont le reflet de la personnalité que tu aimerais lire, n'est-ce pas que c'est cela qui t'attire ? Que c'est une partie enfouie en toi ?
Mettre une partie de tes aspirations, de tes fantasmes, donc émotions quoique tu en dises, dans tes histoires, c'est t'y mettre toi même, non ?

On ne croit pas tout ce qu'on peut lire, mais d'un auteur à l'autre, on voit toujours une personnalité propre qui se dégage.
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
De ce que j'ai lu, j'ai lu des auteurs où effectivement se dégage une personnalité, en accord avec la leur, ou pas. J'ai lu des auteurs où je ne retrouve pas leur personnalité, mais où ils y mettent leurs idées. Et pour moi, c'est différent. D'autres auteurs ont un style qui leur donne une personnalité. Est-ce pour autant la leur ? Ce n'est pas toujours vrai (j'en avais parlé dans un sujet sur le style).

Quant à moi, j'ai écrit des trucs dans lesquels je ne me retouve pas du tout, où même des lecteurs m'ont dit que ce n'était pas moi ^^ Comme quoi tout est possible. On me dit que je peux écrire de tout, je ne sais pas si c'est vrai et dire comme Julien ~ que ce serait une personnalité riche, je ne le dirais pas, car toutes les personnalités sont riches.
Mes fantasmes ne sont pas moi. Quand je rêve que je suis un dragon d'une longueur de 800 mille lieues, sans patte ni parole, ce n'est pas moi. C'est un fantasme que je n'aspire même pas à réaliser, une possibilité de ce qui pourrait exister ailleurs et qui est certainement inconcevable pour la grande majorité des gens. Est-ce moi ? Je ne m'y retrouve pas et pourtant je pourrais sans peine écrire là-dessus parce que ça ne parait pas pour autant si étranger ;)
Et ce n'est pas parce que quelque chose m'attire qu'il est le reflet de ma personnalité. D'ailleurs, on dit souvent que les conraires s'attirent ^^

Ce que j'essaie parfois de faire, c'est essayer de faire passer un message qui est de moi, mais je ne le fais pas toujours. Il m'arrive souvent d'écrire pour ne rien dire. Ce n'est que plus tard que je me dis que j'y ai mis de moi sans le vouloir, ou alors pas du tout et je m'en veux de l'avoir écrit ^^

Certains auteurs arrivent à écrire "commercial". Y mettent-ils vraiment une personnalité et un message ? À les lire, je n'y trouve rien, mais peut-être que c'est ça, leur message, ou leur personnalité ^^
Image de profil de Grunni
Grunni
Pour te répondre, je ne suis pas d'accord avec le fait que : si ils y mettent leurs idées, forcément ils y mettent leur personnalité. Pour moi, idées et personnalité c'est la même chose. L'une ne va pas sans l'autre.
Après, je suis d'accord, on peut s'essayer à écrire tout autre chose que ce que l'on est. Mais ce ne sera toujours que temporaire, je ne pense pas qu'on y prenne du plaisir, ce sera juste un exercice.
Tes fantasmes ne sont pas toi ? Alors qui est-ce ? Tu rêves d'un dragon, physiquement ce n'est pas toi mais ta personnalité l'aimerait. Ou non, car ce ne peut être qu'un personnage pour arriver à un finalité qui sera la tienne.

Les contraires s'attirent mais on ne peut pas nier que qui se ressemble, s'assemble. ;)

Tout ça pour dire que, quoiqu'on en dise, il y a toujours une part de nous dans nos textes, bien entendu (et certainement heureusement) pas la totalité.

Mais ce n'est que mon simple avis ;)
Image de profil de LS
LS
"Les contraires s'attirent mais on ne peut pas nier que qui se ressemble, s'assemble. ;)"
c'est bien vrai et il n'y a pas de fumée sans feu mais on ne peut pas nier que l'habit ne fait pas le moine...
Image de profil de Grunni
Grunni
Cela ne doit tout de même pas nous faire oublier, qu'il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
ben, c'est un exutoire :)
vaut mieux tuer sur papier que dans la vraie vie, non ? (mouahahahaha !)
Image de profil de Grunni
Grunni
Il se peut.
Oui.
En contrepartie,
Non.
J'en conclue, que si ce n'est oui, ça peut être non.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
C'est d'une clarté !
:)
Image de profil de Grunni
Grunni
Attends donc, l'apéro n'est pas fini ;)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Bon, je me lance, moi je pense que OUI.

Bien sûr un vrai auteur peut plonger sur plusieurs univers, mais un amateur plonge sur ce qu'il connaît, celui qu'il se forge, non ?

Mon oeuvre "Le violoniste" contient des aspects très liés à ma personnalité, au bordel qui se passe dans ma tête ! Je précise, je n'ai jamais subi (ni fait subir... j'espère... zut ! je crois... Pardon Seigneur !!!) ce que le protagoniste fait. Mais si dès le départ je tenais à avoir un misogyne (à sa façon) comme héros c'est beaucoup lié à mon état mental au moment de la conception de l'oeuvre, puis le roman a mûri tout comme moi.

Pour les personnages, je dirais que pour leur donner du relief, ils ont tous une part de ma personnalité (ça fait peur, hein ? ^^).

Côté style, je me retrouve beaucoup dans la noirceur de chez Auteur inconnu. Je pense que écrire des atrocités est un exutoire. Certains font du sport, d'autres chantent, crient, moi, j'aime écrire et lire des atrocités. ça me "soulage" ^^ bien que dans la vie je suis un petit morceau de sucre incapable de faire du mal à une mouche :)

Bref, on pourrait en discourir pendant des heures dans un divan de psy ! ^^
Image de profil de Peter Dussoni
Peter Dussoni
Si peu....
Disons que tu aimes les fleurs et les lotus...
Image de profil de Grunni
Grunni
Lol, je ne connais pas (encore) ton univers, mais j'ai tant que ce ne sont ni les chats, ni les canards, j'ai l'impression que ça nous arrange ;)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Mince je n'ai pas lu le requin ! :'(
Image de profil de Peter Dussoni
Peter Dussoni
Dommage de l'avoir retiré, la nouvelle. Elle était bien.
Image de profil de Grunni
Grunni
Mais madame, sans m'inviter, sachez que je m'incrusterai ! ;)
J'ai l'impression que tu tues déjà beaucoup de monde, alors si en plus tu tortures...
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Ben oui pourquoila retirer ?
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Tu n'étais pas satisfaite car elle était trop édulcorée ? ^^
Image de profil de Peter Dussoni
Peter Dussoni
Les affinités font peur...
0