Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Louise F.

Comment gérer/créer la personnalité des personnages ?

par Louise F.  il y a 2 ans

Bonjour tous !

En pleine écriture du Nanowrimo, je fabrique mes personnages et vite, vu les contraintes. Mais justement quelque chose me picote : j'ai l'impression que mes personnages pourraient être interchangeables. J'ai l'impression (à l'écriture) qu'ils n'ont pas de personnalité. On reconnait Hercule Poirot du premier coup, si on donne un extrait de roman à lire à quelqu'un je suis sure qu'il peut reconnaitre que c'est Sherlock Holmes qui a parlé ; dans un autre style, impossible d'échanger Blake avec Mortimer. Ces personnages sont eux-mêmes, ils pourraient venir à la réalité sans trop de problème.

Du coup, je me demandais ce que faisait la communauté. Comment faites-vous pour caractériser vos personnages ? Pour leur donner une saveur et une couleur ? Comment faites-vous pour éviter qu'ils soient «plats»

Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Généralement mes personnages viennent d'eux-mêmes... si au départ ils ne sont qu'une simple esquisse, j'essaye de leur donner une voix propre, un système de pensée, des souvenirs personnels, un caractère, des défauts, une histoire...
Reprenons le cas de Sherlock Holmes. Pourquoi est-ce un personnage si marquant ? Réponse : ... roulement de tambour... parce qu'il a des "marques", autrement dit des traits physiques, caractériels, expressifs, vestimentaires et spatiaux qui l'identifient auprès des lecteurs. Son légendaire "Élémentaire, mon cher Watson" est une expression qui à elle seule peut le définir. Tout comme son fameux 221 B, ou encore sa casquette de détective et sa pipe. On sait qu'il est plutôt mince, qu'il a une intelligence hors normes mais qu'il éprouve beaucoup de difficulté à exprimer et à comprendre les sentiments, ce qui le rend solitaire.
Si on prend le perso d'Harry Potter, ses lunettes rondes, ses cheveux noirs ébouriffés, sa cicatrice en forme d'éclair, Poudlard et le 4 Privet Drive le rendent très reconnaissable aussi.

Ainsi, pour qu'un personnage ait plus de relief, il suffit de lui donner des traits physiques marqués (comme la moustache d'Hercule Poirot), un caractère bien défini avec ses qualités et ses défauts (un perso lâche et grossier mais qui aide les gamins des rues à survivre en leur offrant de la nourriture ou un toit sera toujours un perso plus intéressant à suivre qu'un héros parfait à qui tout réussi ou un perso "cliché"), quelques expressions que lui seul emploie (ou que seuls les membres de sa famille ou de son milieu proche emploient également), un vocabulaire (si le perso vient de la campagne, il n'aura pas le même parler qu'un noble de la capitale), un timbre de voix (a-t-il une voix douce, grave, efféminée ? Zozote-t-il ? ...) une tenue ou quelques éléments de tenue précis (chapeau, écharpe, gants, vêtements troués, prêts du corps, couleur dominante...), et un lieu auquel on le rattache facilement (que ce soit un lieu où il habite, où il étudie, où il travaille...). Si en plus on lui ajoute quelques tics, comme se passer la main dans les cheveux quand il est anxieux, se ronger les ongles, hausser un sourcil, se passer la langue sur les lèvres, pianoter avec les doigts sur sa cuisse quand il est impatient... eh bien on obtient un personnage profond ! :) Il est aussi préférable de connaître un peu son histoire, par quoi il est passé, pour mieux l'approfondir plus tard. Un perso "mauvais" peut avoir été gentil dans le passé puis, suite à une tragédie ou ayant marre qu'on le prenne pour un imbécile ou encore étant ruiné et n'ayant plus rien à perdre, changer du tout au tout...
Image de profil de Parallel
Parallel
Je pense que les descriptions et le style employés jouent un grand rôle en ce qui concerne la personnalité des personnages.
Tu peux leur faire adopter des caractéristiques particulières, qui les font sortir de la banalité. Cela peut être une couleur qu'ils affectionnent particulièrement et que l'on retrouve sur eux, dans leur foyer, un symbole qu'ils portent, un style vestimentaire, une démarche... qui peut refléter leur caractère et état d'esprit.
Mais cela transparaît aussi dans le style que tu utilises. Essaie de leur faire adopter un ton caractéristique. Par exemple, des phrases courtes, des réactions et commentaires désabusés ou enjoués.
Image de profil de Mansuz
Mansuz
Je me suis jamais posé cette question ! La personnalité du personnage vient d'elle même au file des mots ?
Image de profil de Julien Be
Julien Be
Je vais peut-être enfoncer une porte ouverte mais je conçois un personnage comme une vraie... personne ! Je me raconte d'où elle vient, ce qu'elle a fait, ce qui l'a marquée. Puis je définis trois adjectifs qui les caractérisent. C'est parfois un peu réducteur mais habituellement suffisant.
J'ai entendu parlé d'auteurs qui se sont construits leur propre base de connaissance / wiki pour chacun de leur protagonistes, même ceux secondaire ! Outre mon admiration pour ce genre de démarche, je pense que c'est un investissement en effort et temps pas forcément justifié. A toi de voir.
Image de profil de Nicolas Bodein
Nicolas Bodein
Moi j'ai résolu le problème, j'ai fais comme Edgar Rice Burrughs, Conan Doyle ou Henry Rider Haggard, j'ai importé le personnage de Cameron Varrek dans mes différentes sagas, je l'exporte et l'use jusqu'à l'os en somme XD
Image de profil de Whitenex
Whitenex
Mes personnages expriment mes propres angoisses, mes craintes, mes désirs... Moi, en somme. Ils sont donc, je pense, nécessairement dotés de cette personnalité. Ensuite, je les tords, je travaille la pâte, j'accentue... Pour les faire ressembler à ce que je veux qu'ils soient. Parfois, c'est eux qui me rattrapent et prennent les décisions, et là, génial !
Image de profil de SweatSweatCandy
SweatSweatCandy
Moi aussi, j'ai du mal avec mes personnages. Mais je peux te conseiller de réviser ton texte et quand tu arrives aux dialogues, demande-toi "qu'est-ce que ce personnage aurait dit ?"

Il est important de "connaître tes personnages. Pour cela, tu peux faire des fiches où tu les décrits (et je t'assure que ça marche).

Met-toi à la place de chacun d'eux.
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
De très bonnes questions. :)
Pour créer de bons personnages, bien en relief, il n'y a pas de recette miracle, mais une recette de base peut aider.

Déjà, comme en dessin, il faut esquisser les contours grossiers du personnage : taille, corpulence, âge, type et coupe de cheveux, sexe, couleurs d'yeux, de cheveux, de peau... Bref un portrait très physique et superficiel.

Une fois qu'on a cette ébauche, on va plus dans le détail : est-ce que le personnage à des cicatrices particulières ? si oui, d'où viennent-elles ? est-ce qu'il a un grain de beauté à un endroit très visible, ou encore une tâche de naissance ou un tatouage ? est-ce qu'il a une mèche d'une couleur différente, des yeux vairons, une jambe de bois, un bras mécanique ? quel est son style vestimentaire ? a-t-il un accessoire particulier duquel il ne se sépare jamais ou qui a une signification forte pour lui (genre : dague, arc, montre, pendentif, boussole, besace, boucle d'oreille, lunette...) ? Est-ce que le personnage fume, boit ? Est-ce que ses cheveux sont difficiles à coiffer ? Lui manque-t-il des dents ?
Pourquoi à ton avis reconnait-on certains personnages à partir de quelques détails ? Réponse : parce qu'ils ont une identité physique, comme nous. Si on parle à mes amis d'une fille pas très grande, avec les yeux bleus et des lunettes, ils penseront tout de suite à moi. Car ces trois "marques" physiques (pas très grande, yeux bleus et lunettes) associés me correspondent (comme à d'autres, ok, mais ça en élimine pas mal et, dans l'imaginaire de mes amis, je suis la seule ;) ).
Si je t'écris maintenant "garçon de 11 ans, cicatrice en forme d'éclair sur le front, yeux verts et cheveux noirs", on pense tous à Harry Potter, car ces marques le définissent :)

Bon, maintenant qu'on a le physique assez détaillé, il faut passer au caractère. Essaye de résumer en trois mots les traits de caractères les plus forts de ton personnage et brode autour. Par exemple : violent, narcissique et menteur. Tu peux aller dans la psychologie profonde en te demandant pourquoi ton personnage est si violent (il a pu être battu enfant et, depuis, il préfère attaquer avant d'être attaquer). Est-ce que ton personnage a des limites ? (si c'est un perso plutôt antagoniste ou anti-héros, il pourrait par exemple aimer tuer mais refuser de tuer les enfants, donc il a quand même une morale, son propre code qu'il suit, ce qui le rend honorable aux yeux du lecteur, malgré ses défauts et ses autres mauvaises actions). A-t-il un but, un désir, un rêve qui lui est cher et qu'il aimerait accomplir à tout prix ? Qu'est-ce qui le rend heureux, triste, en colère ? Que redoute-t-il par-dessus tout ? Quel est son passé ? (hyper important le passé, car c'est lui qui a fait ton perso ; entre un prince en qui son père le roi n'a jamais cru et une voleuse issue des bas-fond d'une ville qui a toujours dû se battre et lutter pour survivre, les priorités et les réactions devant certaines situations ne seront pas du tout les mêmes). Dans quel milieu évolue et a évolué le personnage ? A-t-il reçu ou non une éducation ? Sait-il lire, écrire, compter ? Quels liens ce personnage entretient-il avec les autres et avec son monde ? (pour Harry Potter, ce perso semble indissociable de Poudlard car le lecteur l'a connu en tant qu'élève de cette école, comme apprenti sorcier quoi).

Quand tu as défini le caractère, la psychologie et le passé du perso, tu peux passer à sa voix. On a tous des expressions qui reviennent et un niveau de langage. Pour ma voleuse issue des bas-fond, elle risque de parler fort et de mâcher un peu ses mots (genre "tu m'veux quoi ?"), elle risque aussi d'être directe. Pour le prince, il aura un langage plus soutenu, sera peut-être moins direct, plus subtile... Un trait physique peut aussi modifier la voix, comme une dent en moins qui fait que le personnage zozote un peu. N'hésite pas non plus à mettre souvent les mêmes expressions pour que dans les dialogues, on reconnaisse directement ton personnage à sa manière de s'exprimer et à ses expressions clefs (pour Sherlock Holmes, le fameux "Élémentaire, mon cher Watson" est devenu culte). Tu peux aussi mettre des jurons clefs, pour pimenter un peu ton personnage ! ;)

Ensuite, il est temps de mettre des tics à ton personnage ! ;) Du genre, quand il est gêné, il se passe la main dans les cheveux, ou bien il se tire le lobe de l'oreille quand il réfléchit ou encore il pianote distraitement avec les doigts sur la table, il soupire souvent ou a tendance à rester muet et impassible quoiqu'il arrive... quand il attend, est-ce qu'il est du genre à faire les cent pas ou à demeurer debout, immobile ou encore à s'agiter sur place ou bien à rêvasser ? Est-ce qu'il a des manies, comme ne jamais passer du côté gauche d'un obstacle ? Est-ce qu'il se ronge les ongles quand il est stressé ? Quand il ment, arrive-t-il à soutenir le regard de ses interlocuteurs ?

Après, pour étoffer encore plus, tu peux te pencher sur ses goûts personnels, est-ce qu'il aime les filles blondes, les hommes bruns, est-ce qu'il préfère le chocolat à la vanille, le silence et la solitude à la foule ? A-t-il un animal préféré, un endroit préféré ? Préfère-t-il l'arc à l'épée ?

Je pense qu'une fois que tu auras travaillé sur tous ces points, tu auras de quoi avoir un personnage unique. Après il ne faut pas oublier qu'un personnage évolue au fil de l'histoire (le plus souvent). Pour mon personnage violent, narcissique et menteur, il pourrait, à mesure de l'histoire, s'adoucir un peu et commencer à dire la vérité par exemple :) Mais c'est parce que j'ai une base de personnage que je peux le faire évoluer ! ;)
J'espère que ma réponse aura pu t'aider ! :)
Image de profil de Daegann
Daegann
On a la même approche visiblement :)
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Comme il est tard, je n'ai pas pris le temps de lire les autres réponses, je le prendrai demain je pense, mais si c'est le cas, c'est cool, ça veut dire que je ne suis pas la seule psychopathe à me poser mille questions et à lire plein de fiches sur "comment rendre vos personnages moins creux" XD
Image de profil de Daegann
Daegann
Bah c'est surtout que je suis rôliste à la base, donc créer des personnages et rentrer dans les détails, ça me parle, je l'ai fait un paquet de fois... Et finalement, écrire c'est un peu comme une partie de jdr sauf qu'on est seul MJ et qu'il n'y a pas vraiment de joueur (ou bien qu'on interprète nous-même les PJ, ce qui revient au même) ^^
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
Ah, en effet, en étant rôliste tu dois avoir de l'expérience en la matière ! :)
Image de profil de Daegann
Daegann
Pas évident je trouve d'ajouter de la profondeur une fois les comportements déjà écrit et les scène qui en découle aussi.

Je pense que tu le fais naturellement sans t'en rendre compte mais il faut amha absolument avoir déjà une idée au moins vague de la personnalité d'un perso avant de l'utiliser. Bien ^sûr les perso secondaire ont moins besoin d 'être travaillé et on peu les improviser totalement, ce n'est pas grave s'ils sont "fade" ou "interchangeable" mais si on fait intervenir plusieurs perso importants, là c'est utile d'avoir défricher un minimum avant pour leur donner de la personnalité dès le début. Autrement, d'une part c'est dommage de commencer sur une touche "fade" même si le perso gagne en personnalité au fil du récit parce que le premier contact est celui qui reste le plus ancré et puis parce que tu risque de rendre le perso moins cohérent également.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Question intéressante ! Tu as plusieurs manières de donner du volume, une personnalité propre à tes héros :

Tu peux par exemple rédiger des fiches personnages sur chacun de tes protagonistes, avec leur date de naissance, leurs amis, leur famille, mais aussi y annoter des détails très bêtes mais qui ont leur importance, comme leur plat et leur couleur préférée, ce qui les rend heureux, ce qui les fait pleurer, le nom de le leur premier amour etc... De ce fait, quand tu auras rédiger tes fiches, tu te rendras compte que tu leur à créer toute une vie qui a potentiellement influencé la personne qu'ils sont devenus aujourd'hui. Ainsi, il te sera plus facile d'en tirer une personnalité, une attitude propre.

Ou alors, tu peux tout simplement observer les gens qui t'entourent et t'inspirer de leurs traits de caractères, de leur façon d'être, pour après replacer ces détails sur tes personnages.
Image de profil de Daegann
Daegann
Un sujet qui m’intéresse beaucoup, aimant énormément créer des personnages. En espérant apporter quelque chose à la discussion, voici ma façon de faire :

1/ D'abord déterminer l'importance du personnage : On ne va pas s'attarder autant sur un personnage très secondaire que l'on va croiser que pour un ou deux paragraphe et un personnage principal. En fait la plupart des personnages secondaires peuvent être improvisé et on ne gardera en tête que leur fonction au moment de leur apparition (un soldat ivre, un vendeur qui négocie dur, un homme apeuré, etc tout ça suffit à caractérisé un personnage secondaire sans avoir besoin d'aller plus loin). Tout ce que je vais dire ensuite s'applique donc plutôt à des personnages importants que l'on va beaucoup croisé et qu'il faut bien connaitre (donc les héros principalement). Pour tout les personnages secondaire d'importance, on pourra utilisé une version plus light des éléments ci-dessous (on entre moins dans les détails, on se contente de ce qu'on a besoin).

A noter qu'il peut être pertinent de noter tout ce qui va suivre dans des fiches. Très utiles pour s recadrer et ne pas oublier d'éléments plus tard une fois lancé.

2/ L'inspiration : Ce n'est pas indispensable (on peut tout à fait s'en passer et partir "from scratch") mais avoir une base d'inspiration pour un personnage, c'est avoir un phare. Bien sûr il faut pas tomber dans le plagiat mais avoir un acteur en tête par exemple (et pas un personnage interprété par cet acteur si possible) peut nous permettre d'avoir un visuel, une voix, une façon de parler et il est plus facile "d'entrer dans le personnage" quand on a une ancre comme celle-là. Mais encore une fois, il faut pas tomber dans la copie et avoir un personnage existant en tête peut s'imposer et faire dévier notre personnage vers ce modèle. Attention donc si on choisi une source d'inspiration (le mieux étant de mixer ces sources pour garder une composition unique mais avec des modèle auxquels se référer)

3/ On entre enfin dans ce que j'estime être le vrai début de caractérisation d'un personnage : Il faut commencer par lister ses traits de caractères. Pas trop car on risque sinon d'en oublier en route et de na pas tous les utiliser, on va brouiller la personnalité. En général 3-4 traits principaux suffisent à orienté une personnalité. Attention, je parle bien de traits majeurs, caricaturaux. Il peut y avoir tout un tas de traits secondaires qui peuvent en découler ou exister à côté. Ce n'est généralement pas la peine de les noter, on sait qu'ils sont là. Ceux qu'on note ce sont les traits sur lesquelles on va devoir appuyer car ce sont ceux qui caractérise le personnage, ceux que l'on va avoir en tête immédiatement quand on va mentionner le personnage.

Par exemple, pour le personnage principal de ma série de nouvelle, ces traits principaux vont être : complexe d'infériorité, désir de reconnaissance, curieuse, limite branq'

Essayez de prendre des personnages de fiction et de les caractérisés en 3-4 traits qui les caractérise, vous verrez qu'on peut obtenir des choses assez différente d'un perso à un autre et que ça suffit déjà à les distinguer les uns des autres.

Dans le même ordre d'idée, au delà de la personnalité, vous pouvez lister les spécialités (domaines de compétences où le perso se sent le mieux - éventuellement avec le niveau de maitrise) et aussi ses défaut (au sens large). Là aussi limité vous à 2-3 spécialité et 2-3 défaut. Les défaut peuvent être l'incapacité à refusé un défi, la peur d'un environnement (que l'on rencontrera dans l'histoire), l'absence de maitrise d'une compétence importante, la timidité, etc. Vous pouvez également lister ce qu'aime ou déteste le personnage ça peut toujours lui donner un peu d'épaisseur.

L'idée est ensuite de faire en sorte d'avoir des situations où tous ces traits, spécialité, défaut vont être visible : dire qu'un personnage à le vertige sans jamais le mettre en position de l'avoir ne sert à rien, ça ne va pas le personnifier. Par contre si régulièrement dans l'histoire le personnage est amené à escalader, passer par les toit, etc là ça va jouer : on va voir qu'ila peur, il va refuser de monter à une échelle et préférer se battre plutot que s'enfuir à cause de ça, etc. Ca a une incidence et ça donne au personnage un comportement différent du comportement "standard", bref ça devient un signe distinctif. Bref, provoquer des situation où vous pourrez mettre en avant les particularité de vos perso.

4/ Chaque personnage à une façon de parler bien à elle. Dans un récit cela doit se sentir. Alors c'est pas le plus simple mais il peut quand même y avoir des différences : un personnage jurant toujours comme un charretier et parlant comme un paysant, ne va pas s'exprimer comme un noble. Dans le récit dès que le personnage parle, on doit reconnaitre ces différences. Là c'est un cas extrême assez simple à identifier mais parfois c'est moins évident (plusieurs perso provenant du même milieu social par exemple) mais là encore il peut y avoir des façon de parler qui diffèrent d'un individul à l'autre. Une bonne façon de gérer ça, c'est de lister pour chaque personnage des listes de "tic de language" : est-ce qu'il y a des phrases ou des expressions qui reviennent souvent ? Quand il jure, que dit-il ? (Un personnage peu jurer en disant "p***" ou "mer**" tandis qu'un autre utilisera des expression comme "olala" et "mais p*** !" (qui est différent de l'autre) ce sont des détails mais en en listant quelques unes ça peut suffire à distinguer les personnalités et aider à définir inconsciement plus facilement une façon de parler ou tout un champs lexical utiliser (ou non) par le personnage.

A noter que les tic ne sont pas uniquement verbaux, des gestes, la description d'une façon de bouger, des expressions corporels peuvent être propre à un personnage (sans être exclusive cela ajoute de la personnalité et donc combiner aux traits, façon de parler etc permettre d'identifier le personnage par rapport aux autres). De même la façon de penser (et d'agir) du personnage peut influencer la narration : un personnage qui ne réfléchis pas et fonc dans le tas, quand la narration s'attarde sur lui, ne doit pas se focaliser sur ses penser mais plutôt sur ses actes. Un personnage plus malin ou réfléchis, lui, la narration s'attardera sur ce qu'il voit, ce qu'il pense, se qu'il imagine et sur son plan avant de passer plus rapidement peut-être sur la mise en oeuvre du dit plan. Ca aussi ça renforce la distinction entre personnage pour le lecteur.

5/ Le background du personnage peut aussi être important : l'histoire du perso peut influencer sa façon de penser, ça peut permettre de préciser l'origine de ses spécialités / défaut autre en donnant des détails qui donneront de l'épaisseur au personnage. Bref c'est important pour la création d'un personnage. (je m'attarde moins, je doit partir...)

6/ A la fin, vous pouvez vous testez en faisant répondre votre perso à une interview. C'est très enrichissant et permet de répondre à des zones d'ombres du perso. A réserver aux perso les plus important par contre. Pour la démonstration voici les interveiw de mes perso principaux, vous verrez on distingue déjà une personnalité pour chacun d'eux :
- Azylis : http://fav.me/daraoxr
- Zoé : http://fav.me/daulh0f
- Lenny : http://fav.me/davqbhw

7/ enfin, se mettre dans une ambiance avec une musique spécifique peut aussi permettre de changé de mood et donc d'écrire un peu différemment.
Image de profil de Isabelle_Li
Isabelle_Li
Ma réponse va peut-être sembler bizarre. C'était une approche assez courante il y a quelques années, mais je la rencontre de moins en moins, alors je préviens. ^^"

Personnellement, je leur parle. Tout bonnement.

Je pars d'un conseil d'écriture ou plutôt d'une opinion que Pierre Bottero a donné sur le sujet il y a plusieurs années selon laquelle « les personnages existent ». Je n'ai pas l'extrait avec moi en ce moment, mais je pourrais te le retranscrire si jamais cela t'intéresse.
Bref, selon Pierre Bottero, les personnages existent et l'auteur du texte, même si son ego le voudrait bien, n'invente pas grand chose en ce qui les concerne. Il a besoin d'un rôle pour son roman et, ce faisant, il invite les personnages et ceux intéressés par le rôle se présentent. Sans qu'il en soit conscient, un choix est fait parmi les candidats, et l'auteur et le personnage commencent leur partenariat. Toutefois, comme dans toutes les collaborations, des événements ou des malentendus inattendus peuvent se produire et tous les deux devront négocier des compromis et apprendre à s'entendre au fil de l'histoire.

J'étais jeune, cette vision me plaisait, faisait de mes personnages mes amis et... n'est jamais partie en grandissant.

Toujours, cette certitude profonde que les personnages existent et que je n'invente pas, je collabore avec eux.
Cette méthode a l'avantage d'aborder le personnage comme un être à part entière (à défaut d'être un être humain, dans certains cas). Du coup, les personnages n'ont pas vraiment le choix d'être différents les uns des autres : ils le sont réellement. La caissière A du magasin n'a pas la même façon de ressentir et gérer sa tristesse, ni de parler que sa collègue caissière B, car elles ne sont pas la même personne, elles n'ont pas le même vécu.

Honnêtement, cette méthode fonctionne vraiment comme toutes celles qui ont été mentionnées plus bas, car la plupart des auteurs vont quand même remplir des questionnaires et faire des fiches pour le plaisir. C'est surtout l'approche et la façon de voir les personnages qui change et qui, dans mon cas, rend la création beaucoup plus facile et le processus beaucoup moins solitaire.
J'ai l'impression que cela change quelque chose, peut-être le fait qu'un dialogue est établi, peut-être le fait que les éléments imprévus sont attendus et bien accueillis, mais il a de bonnes chances que je sois biaisée à ce sujet. Après tout, on parle ici de ressenti « pur » et nos émotions sont rarement objectives.

Je la partage quand même, au cas où, et je prends aussi le temps de la défendre en disant que cela me permet de « voir » les personnages beaucoup plus facilement et rapidement (quand je visualise des scènes pour les décrire avec précision), de débloquer certaines scènes plus rapidement (certaines solutions ne me seraient jamais venues à l'esprit, mais sont parfois une évidence pour un personnage), de ré-utiliser des idées ou des caractéristiques sans trop craindre de refaire un personnage que j'ai déjà créé. Je « sens » les différences entre les deux, même si leurs approches, leurs philosophies, leurs coeurs, leurs goûts et leurs visions sont semblables.
Après, la plus grande difficulté est de mettre un ressenti très nuancé en mots, mais je pense que c'est justement la partie qui vient le plus avec la pratique et le travail.

Évidemment, comme Elska l'a mentionné plus bas, l'empathie est essentielle et je dirais même vitale pour cette approche.
Image de profil de GEO
GEO
Bonjour,
Pour ma part, je définie plus ou moins les personnages en fonction de ce que je souhaite en faire. c'est à dire, je ne développe pas trop les personnages secondaires et je m'arrête sur les personnages principaux.
J'ai une fiche détaillée que je remplis plus ou moins et je raconte l'histoire complète du perso à partir de la naissance jusqu'au début de l'histoire (en général il me faut une heure ou deux (en intensif))
Après ça lors de la rédaction, je me pose la question suivante : comment x réagirait-il, de façon crédible dans cette situation.
exemple (conception minute) : X a été victime de harcèlement lorsqu'il était écolier, son boss le surmène, il était au bataclan, il pratique le yoga, aime les arbres et les poissons. que se passera-t-il si il assiste à l'agression de la jeune femme qu'il voit en tant que sirène dans ses rêves ?
Après je déroule le fil crédible.
A+
GEO
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
J'essaye déjà de visualiser le personnage, physiquement, en regardant autour de moi, un acteur ou carrément un personnage existant. Ensuite, je lui ajoute des défauts physiques, des tics, des manies, un style vestimentaire. Je rajoute des traits de caractère, des défauts, des qualités. Après, je cherche un historique des dernières années, des derniers mois et des derniers jours. Toujours sans jamais me soucier de ce que le personnage est sensé faire dans l'histoire pour éviter tout cliché (comme le manteau long, la cigarette, le verre de scotch, taciturne => mais c'est un détective privé !).

A la limite, si j'avais un dé100 et une liste, je tirerais ça au dés comme au Yams. Je fais plusieurs tirages, et je garde certaines idées qui m'évoquent immédiatement des futures scènes ou des utilisations scénaristiques de l'élément de caractère.

Exemple : "hop, un blond, avec un catogan, fan d'ACDC et de smoothie fraise-banane, des lèvres gercées, adepte de chemises à fleurs, soupe au lait avec ses proches mais très timide avec les inconnus. Un concert de Radiohead la semaine dernière. Licencié l'année dernière. Enfance à la campagne".

Mmmh, le catogan, ça le fait pas, disons des cheveux longs, les lèvres gercées c'est nul, on est sur la Riviera, mettons lui un bronzage outrancier. Il aura des problèmes relationnels avec sa soeur qu'il résoudra avant la fin du roman, et il vaincra sa timidité avant d'arriver à ses fins. La scène d'ouverture, un réveil tonique avec Highway To Hell pendant qu'il se prépare un smoothie avant d'entamer une journée de recherche d'emploi.".

Tu fais ça pour tous tes persos pour avoir une épaisseur minimum. Et ensuite, à partir de cette base, tu as tout le loisir de modifier selon tes besoins.

L'idée est que ça poppe dans ta tête.
Image de profil de GoM
GoM
Pour imaginer un personnage, je réfléchis toujours à leurs défauts et leurs points forts. C'est un bagage utile pour l'écriture. Les défauts pouvant devenir des qualités et inversement.
Mais l'idée est de se rappeler des personnes de la "vraie vie" ayant ces défauts et de s'en inspirer. Vous connaissez des jaloux qui ne sont pas jaloux de la même façon. Les détails physiques ou langagier créer quelques choses d'intéressant.
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
Je suis d'accord avec Elska.
Il faut se placer dans la tête du personnage en réfléchissant à comment il réagirait dans telle ou telle situation par rapport à ce que ton personnage à déjà vécu avant ou pendant l'histoire.
Nous sommes forgés par nos expériences passées mais pas seulement, notre nature; pessimiste, altruiste, optimiste, joueur affecte aussi notre ressentit et nos actions.
Nous avons tous des tics de langage, donc tu peux créer un lexique pour certain personnage. Nous avons des mimiques, des habitudes qui nous sont propres, des défauts. Et nous avons des goûts qui nous sont propre.
Image de profil de Kaede Darkara
Kaede Darkara
Perso, je fais des fiches personnages avant de commencer une histoire et de là, je sais déjà quel genre de personnalité je vais leur donner: Dans les maîtres de l'ElPrisme, pour Kazeo, il a été décidé dés le début que ça serait un chieur de première et l'un des gros éléments humoristiques de la saga. ^^ Arenui, c'est l'inverse dans le sens où c'est le scénario qui a fait de lui "l'idiot épris de justice qui va connaître désillusion sur désillusion en servant son Empire adoré". En fait, quand tu fais le scénario, tu peux essayer aussi de penser à l'avance les réactions que vont avoir tes personnages face ou tel ou tel évènement: cela permettra de dessiner plus précisément leur caractère et ainsi sortir d'une simple balance qualité/défaut. Bon courage! ^^
Image de profil de Elska Gatsby ~
Elska Gatsby ~
Se concentrer sur un détail singulier/

s'inspirer d'autres personnages et créer un mix/

les faire exister au-delà du propos et des convictions de l'auteur ( inutile de faire du protagoniste une femme par pur élan de féminisme et inutile d'inclure un personnage noir sous prétexte d'une parité faussée ) mais aussi ( se mettre à sa place et ne pas le limiter dans un carcan : le récit parle d'homosexualité : la seule raison d'être du personnage est d'être homosexuel : il ne fait qu'exprimer des généralités et souligner son malheur sans qu'aucune analyse ne soit possible de la part du lecteur : bref, le propos n'est pas dépassé ni vraiment appuyé, car le personnage est creux en ce qu'il n'a aucune volonté en dehors de ce trait ) / je cite ces exemples car c'est ce qu'il y a de plus commun

ne pas tout dire sur lui ( l'ombre fait partie intégrante de l'interprétation et donc de la complexité ) ( parfois ne rien décrire est la meilleure solution ) /

faire preuve d'empathie/

faire preuve d'empathie/

et par dessus-tout faire preuve d'empathie
Image de profil de Louise F.
Louise F.
Le nano a juste été un révélateur de cette question : je me l'étais déjà posée mais j'oubliais de la mettre en discussion. Ça a surtout été plus flagrant pour le Nano.

J'ai la même «technique» que toi : les traits physiques sont fixés et je les fais évoluer comme ça, mais je trouve que mes personnages sont quand même trop lisses. ^^'
Image de profil de Le Molosse
Le Molosse
Coucou, personnellement, je m'appuie sur quelqu'un qui existe déjà avec ses tiques, ses tocs, sa personnalité. Par ex: Tilde, c'est moi, Kaisa c'est l'inverse et je me suis inspirée de quelqu'un que je connais tandis que Maowelle, elle, est la moins prévisible de tous puisque mixée des deux ^^
Image de profil de Louise F.
Louise F.
Je ne suis pas trop douée pour identifier la personnalité des gens IRL hélas. >.<
0