Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de GauzHramm

Vers un "au bon coin point-virgule" adapté aux débutants ?

par GauzHramm  il y a 2 ans

Bonjour à toutes et à tous.

Peut-être que vous connaissez (je vous le souhaite) la discussion « au bon point-virgule ; relecteurs au service d’auteurs demandeurs d’exigence », je vous glisse le lien ci-dessous au cas où vous ne connaîtriez pas :

https://www.scribay.com/talks/16985/au-bon-coin-point-virgule--relecteurs-au-service-d-auteurs-demandeurs-d-exigence-

Ma suggestion est la suivante ;

Ce topic me donne une nette impression d’une relecture de qualité, qui n’hésite pas à aller dans le détail en toute franchise (d’où le terme « exigence », merci captain obvious). Ce genre de relecture est évidemment plus que bénéfique pour un auteur souhaitant peaufiner ses textes au maximum, et n’ayant pas peur des annotations.

D’un autre côté, j’ai parfois rencontré des auteurs débutants qui, dépassés par le nombre d’annotations et de points à retravailler, quittaient leurs œuvres et finissaient par abandonner. La plupart du temps, ce n’était pas tant une affaire d’égo malmené qu’une sensation de médiocrité vis-à-vis de leurs textes (la majorité d’entre eux préférant aller se cacher dans un trou plutôt que de clamer la qualité incomprise de leurs oeuvres). Etant nouveaux, la plupart n’avait pas anticipé le flot d’annotations et de remise en question de leurs œuvres, et s’en était vue découragée.

Je connais la chanson habituelle, qui affirme que « ceux qui n’ont pas les épaules pour accepter la critique n’ont pas les épaules pour être auteur », mais je vous avoue que je n’en suis pas une partisane. Je pense que, pour peu que l’on soit encouragé(e) et guidé(e) dans la bonne voie avec bienveillance, tout le monde peut finir par muscler ces fameuses épaules pour pouvoir comprendre et questionner les critiques reçues. Après, ce n’est que mon avis, bien évidemment X)

Suite à ça, je me suis demandée si l’idée de copier cette discussion, en l’adaptant au manque d’expérience des auteurs (par là, j’entends l’expérience d’être critiqués/remis en question), pourrait être utile. En gros, l’idée serait de prendre en compte le fait qu’il s'agisse d'un(e) novice, en ayant une critique plus douce, sans toutefois tomber dans le : « c’est génial continue ! », alors que de nombreux points seraient à retravailler.

Naturellement, j’ai demandé l’autorisation de copier cette discussion à celui qui la gère actuellement, qui nous autorise à l’ « éditer » pour l’adapter aux auteurs débutants.

Avant de créer cette fameuse discussion spéciale « nouveaux », je voudrais avoir votre avis quant à l’utilité de cette idée. Vous semble-t-elle bien légitime et/ou nécessaire, dans le sens où ce serait à l’auteur et non au lecteur de s’adapter à la critique ?

En fonction des réponses données dans cette discussion, je vous propose de décider ensemble, par la suite, s’il est vraiment nécessaire de créer ce nouveau topic, ou s’il vaut mieux abandonner l’idée.

J’attends donc vos opinions sur la question, bande de petits démocrates ! X)

Image de profil de happy suard
happy suard
Bonjour,

étant une débutante, et n'ayant pas pour but d'être édité, je n'oses pas demander de relecture sur la 1ère discussion citée.
Je ne sais pas si ce que j'écris est bon, du moins "lisible", et je sais qu'il y a énormément de choses à améliorer sur mes 3 premiers chapitres.
Mais c'est vrai que sur le 1er où j'ai eu beaucoup de commentaires et d'annotations je me suis sentie complètement ensevelie sous toutes les annotations, et tous les commentaires remettant en doute à peu près tout du 1er chapitre.
Un groupe adapté au débutant serait bienvenue.
Image de profil de moonbird
moonbird
Bonsoir,
En fait les annotations sont fait pour te guider, pas pour que tu changes ton optique, en gros les lecteurs sont des membres de l'équipage, cependant tu restes le capitaine de ton récit ; c'est toi qui connaît la destination de ton histoire, pas le lecteur qui a une photographie à l'instant "t"
Même si tu as beaucoup d'annotations, il ne faut pas te sentir dépassée et prendre le temps de peser le pour et le contre de chaque annotation ; de plus tu n'es pas obligée de lire toutes les annotations d'un seul coup (quand tu corriges une version, les annotations sont présentes dans les précédentes versions, ainsi tu peux y aller en autant de fois que tu le souhaites pour remanier ton récit :)

Bon courage pour la suite et j'espère que tu trouveras l'aide que tu souhaites :)

Bonne soirée
Image de profil de Hel
Hel
Coucou,
Il y a quelque chose qui m'interroge et m'interroge vraiment dans tous ces groupes de discussion/travail, qui peut-être même m'a mise mal à l'aise, me demandant si je pourrais m'insérer là, dans cet esprit qui déjà pense à rectifier (j'exprime ça très mal, je ne trouve pas le terme, les mots qui exprimeraient pour moi mon ressenti, qui est un peu effrayé en fait).
C'est finalement le risque de normalisation, l'empêchement de liberté de la langue.
Je n'ai rien contre les annotations ((histoire de dissiper les doutes) je les utilise(chez les autres) et les autorise pour mes textes, elles peuvent être utiles, mais j'ai souvent l'impression dans ce que je lis, qu'on amalgame un auteur qui doute de l'annotation à quelqu'un qui n'a pas envie de progresser, de travailler, de çi de là. Je trouve cela aussi faux que réducteur, et je pense que surtout quand on arrive oui (tu le notes dans ton post) ça peut être assez déroutant, ce décorticage qui déferle, est-ce l'auteur qui est mauvais ou l’annoteur qui s'imisce.
Ce qui me gène c'est finalement la pertinence de l'annotation, son usage, la réflexion du geste.
Je m'exprime mal et de manière brouillonne, je me rends compte.
Disons que je pense qu'un texte est toujours perfectible, on pourrait le corriger et le corriger et le corriger à vie, il y a toujours une manière de mieux dire, d'exprimer plus fort, plus juste. Parfois je crois qu'il faut laisser dire, qu'en intervenant trop tôt trop vite, on perd le cœur de la langue, le regard, car dans chaque usage de la langue, chaque langue (comprenez ça comme chaque écrit) il y a un ensemble de choses qui font l'identité. Plus il y a d'identité, de regard, plus l'écrit est riche, et je crois finalement qu'il est dangereux cette certitude comme une évidence (parfois) (je tempère) que tout a un bien fondé à être décortiqué, passé, repassé, reformulé. Je crois que la position de relecteur/correcteur, est une position délicate, peut-être encore plus délicate que celle de celui qui écrit, et que ce n'est pas donné à tout le monde surtout.
quand tu dis : " voudrais avoir votre avis quant à l’utilité de cette idée. Vous semble-t-elle bien légitime et/ou nécessaire, dans le sens où ce serait à l’auteur et non au lecteur de s’adapter à la critique ?"
du coup ça me met un peu mal à l'aise. pareil que quand je lis "guidé dans la bonne voie", car des voix il y' en a mille comme il y a mille façon d'écrire.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Tout à fait! Des fois je me demande ce que donnerait un texte de Marc Levi (auteur pris au hasard) sur Scribay : certains y trouveront leur compte (public), d'autres vont hurler aux clichés et écriture facile (élitistes?), d'autres ne pourront pas s'empêcher de proposer d'autres mots, d'autres tournures, poser des questions, demander d'approfondir une idée, un personnage, etc. Car comme tu l'as très bien dit : un texte est et restera perfectible et il y a mille façons d'écrire.
Image de profil de Hel
Hel
Oui c'est ça ! Il y a (même si je n'aime pas étiqueter) des identités littéraires, des courants, des contre-courants, une diversité qui n'a pas de fin, et si une Virginia Woolf débarquait (genre Les vagues) un lecteur plus à l'aise ou disons avec plus de compréhension immédiate avec un Levi en dira que 'c'est brumeux abscons complétement perché, et il débarquera un Bobin, et alors on criera à l’absence de structure narrative, "eh oh Bobin il est où ton fil rouge, il ne se passe rien y'a pas d'histoire, un roman ça doit être..."
Voilà je cristallise en exemple ce que j'entendais par normalisation, réflexion du geste, pertinence de l'intervention.
(ce sont des choses que j'ai comprise en faisant des erreurs, en continuant d'en faire, d'ailleurs ou en prenant à la lettre des postures dans les échanges que j'ai pu avoir, qui au lieu de m'aider, me faisait douter, et me menait dans choses qui finalement m'ont freinées un bout de temps) pour ça que "la bonne voie" " ou l'auteur qui doit s'adapter et pas l'inverse " m’effraient de base.
Image de profil de Chuck Mac Cracker
Chuck Mac Cracker
Hello mesdames :)

Je suis tout à fait d'accord avec vous. Pour moi les annotations devraient se cantonner à l'orthographe, syntaxe, grammaire et laisser le fond à l'auteur. A la limite quand il y a de grosses incohérences et des manques énormes dans le récit, on peut le signaler via les commentaires, bien évidemment, mais c'est à l'auteur de juger ce qui est bon dans son histoire, pas aux relecteurs de donner leur version de l'intrigue.
Moi, ce qui me chagrine, c'est que l'auteur semble avoir toujours tort si il défend ses postions face aux maniaques du marqueur. Je parle d'échange courtois bien entendu, pas d'échanges houleux à coup d'insultes que je condamne.
Souvent les critiques arrivent alors qu'ils n'ont qu'une partie de l'histoire. D'ordinaire on analyse la totalité d'une histoire, pas des morceaux.

Alors attendez d'avoir tout lu, avant de dresser des plans sur la comète sur des manques éventuels ou des sujets mal traités.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
C'est vrai que des fois des lecteurs voudraient que toute l'histoire soit présentée et résolue dès la première page ;)
Mais bon il y a de tout comme lecteurs et auteurs. Le but est de rester courtois dans les 2 sens.
Image de profil de Chuck Mac Cracker
Chuck Mac Cracker
Exactement :)
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Par « la bonne voie », j’entendais celle qui aidera l’auteur à progresser, et évidemment chacun à la sienne. C’est juste qu’il n’est parfois pas facile de la trouver seul(e) X) Je me rends compte que j’aurais davantage dû détailler, mais le post aurait été encore plus long que la conversation autrement X)

Pour ma part, j’annote même les tournures de phrases qui me semblent être en deçà de la qualité générale d’un récit, en proposant mon écriture de l’idée. Le but n’est pas de « convertir » le style de l’auteur au mien, mais simplement de signaler que cette phrase me semble pouvoir être retravaillée. Je n’ai publié qu’un seul texte sur ce site, mais les retours portant sur les tournures de phrase m’ont beaucoup apportée, car elles m’ont poussée à réfléchir sur certaines formulations (bon, j’y réfléchi encore, mais on va dire que c’est parce que j’aime laisser reposer). Donc, comme pour les annotations en général, je les perçois plus comme une aide que comme un jugement. De toute manière, l’écriture n’est pas une vérité mathématique X)

Du reste, pour les points qui me semblent « bancals », je les signale en commentaire, et demande l’avis de l’auteur, pour savoir si les choses que j’ai relevées sont des choix volontaires ou des maladresses non souhaitées. Le but est plus de comprendre que de juger, et je pense que c’est la « configuration par défaut » de la plupart des relecteurs ici.

En tout cas, de ce que j’ai pu voir, ça me semble être le cas.
Image de profil de moonbird
moonbird
Tout à fait d'accord avec ton analyse :) GauzHramm
Image de profil de GoM
GoM
Je suis d'accord avec les dires, il ne faut pas lisser les styles.
Mais un auteur peu se défendre et laisser une note d'intentions, dans le cas où les annotations sont "agressives" (le terme agressif est fort).
Personnellement, je prends beaucoup de pincettes quand j’émets une critique, je ne suis pas académicien et je ne peux émettre qu'une critique qui est la mienne. Certains auteurs ont donc émis des réserves et c'est naturel, après comment faire apparaître une différence entre la faute non corrigée et une non correction volontaire pour installer un style, ou un ton.
Image de profil de moonbird
moonbird
Le plus simple est que l'auteur envoie un MP au correcteur pour lui souligner que ce n'est pas une faute, mais un effet de style désiré (ou sur le fil s'il le souhaite, à l'auteur de voir).
Image de profil de GoM
GoM
L'idée de fiche d'intention est aussi assez importante, les auteurs peuvent indiquer certains partis pris dans le synopsis ou en notes de bas de pages.
Cela évite 12 messages pour une fausse faute.
Image de profil de moonbird
moonbird
Je ne connaissais pas l'astuce, mais je trouve que c'est une bonne idée :)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Exact !!
Image de profil de Navezof
Navezof
Comme l'indique ma note au devant de chacun de mes commentaires (sauf oubli) je demande explicitement à l'auteur d'ignorer mes annotations et commentaires si il l’estime nécessaire.

Parce que je ne veux pas que l'auteur remplace bêtement sa phrase par la mienne, ou son idée par la mienne.

Ce que j'espere quand je laisse un commentaire c'est que cela va déclencher une phase de reflexion.

J'espere que l'auteur va prendre le commentaire/annotation, va l'analyser, peser le pour, le contre, la raison, etc... puis l'intégrer dans son récit à sa manière, ou bien jeter le morceau à la poubelle en me maudissant pour avoir oser penser quelque chose d'aussi stupide... et c'est tout aussi bien.

Tout ça pour dire que si un auteur est là (et sauf indication contraire), il est là pour s'améliorer. Donc plus il y a de commentaire, plus il a de point de vue et d'avis différent dans lequel il peut piocher pour se construire son propre avis et forger sa propre idée. S'il décide de copier coller toutes les annotations, de lisser son style, c'est son choix. Si il décide de toute les ignorer, c'est son choix aussi. Si il décide d'etre offenser par les commentaires, c'est toujours son choix.

En tout cas c'est ce que j'attends des relecteurs qui passent sur mes textes, et c'est ce que j'attends de moi même quand je passe sur les textes des autres.
Image de profil de Nyctophylax
Nyctophylax
GoM je ne suis pas tout à fait d'accord sur la fiche d'intention. C'est d'une manière forcer le lectorat à aller dans le sens voulu par soi sans lui autoriser la critique. Les relectures sont aussi là pour montrer que cette idée qu'on voulait faire passer n'est pas comprise car pas compréhensible ou ambigu. En tant qu'auteur, on peut estimer qu'on est incompris par la plèbe, mais il est parfois nécessaire de se demander si on n'est pas soi-même la raison de cet hermétisme.
On peut, en revanche, en tant qu'auteur et lecteur, communiquer sur ses objectifs et attentes au niveau des corrections. C'est ce qui est précisé dans le BCPV : les relecteurs avertissent sur leurs sensibilités et les auteurs demandent en général des aiguillages sur ce qu'ils estiment leurs points faibles.
J'ajouterai à titre personnel que je nivelle selon la qualité ou plutôt l'expérience jugée de la plume. Si c'est un cliché scénaristique, souvent, je ne lis pas davantage parce que ça me sera laborieux de continuer. Mais je pardonne les poncifs et les lieux communs dans les expressions et le style en indiquant pourquoi ça gagnerait à être modifié. Peu me chaut qu'on change en accord ou non. Chacun a bien assez à faire à polir ses propres histoires pour jouer les abrasifs pour d'autres plumes.
Image de profil de GoM
GoM
Je comprends. Mais c'est pour moi comme en art, l'artiste vous dit quelque chose, mais libre à vous d'en tenir compte. La vision de l'auteur n'est pas LA VÉRITÉ, mais je trouve qu'elle a le droit d'être dites, surtout pour un débutant sur le forum.
Je suis d'accord que cela oriente, mais si une œuvre d'après l'intention de l'auteur est censé être un drame et que pour le lecteur c'est une comédie. C'est peut-être une bonne œuvre mais l'auteur peut avoir un retour, il y a un écart entre son intention et la perception. On peut se tromper dans sa réalisation et pour moi c'est le job de l'auteur que de transmettre.
L'intention c'est la base, c'est dire "en tant qu'auteur j'aimerais que ... on ressente telle ou telle émotion". Libre au lecteur de la ressentir ou non comme l'auteur. Mais les écarts de perceptions font parfois la saveur d'une œuvre. Et l'auteur peut en tirer une force.
Image de profil de Nyctophylax
Nyctophylax
Annoncer comment interpréter son œuvre est biaiser la lecture. Je n'ai pas forcément envie qu'on me dise que je vais être bouleversé par les mésaventures de tel personnage au point de trouver inconsciemment que ça sonne faux. Comme annoncer qu'untel est irrésistible, que les gags sont hilarants, etc.
C'est de l'ordre du biais cognitif, c'est à double tranchant : là où ça aurait pu marcher, ou non, en laissant le lecteur se faire son idée devient un avis faussé. Les esprits conformistes vont adhérer à la consigne de lecture au détriment d'une analyse personnelle, même succincte. Et inversement pour les esprits de contradiction.
Image de profil de GoM
GoM
Je suis d'accord. Pour moi la note d'intention doit s'arrêter à quelques choses de peu précis. Pour exemple : Les Terres reculées - un de mes romans est une oeuvre contemplative. Mais le contemplatif y est une intention.
Image de profil de Navezof
Navezof
Je suppose que tout dépend de la note d'intention et jusqu'a où ça va dans le détail. Mais en tant que relecteur j'aime en savoir un maximum sur ce que je suis en train de relire. Par exemple, si l'auteur à pour intention de faire une oeuvre comptemplative je ne vais pas avoir les même remarques que si c'est une oeuvre dramatique (ou autre).

En sachant l'intention je pourrais a la fois me placer d'un coté biaisé, mais aussi completement l'ignorer pour voir si justement l'intention de l'auteur ressort bien.

C'est quand même un peu frustrant de faire des commentaires sur quelque chose déjà connu par l'auteur. Par exemple, si je corrige toute les fautes d'un texte et qu'apres coup l'auteur me dit que l'orthographe ne l'interesse pas pour le moment car ce n'est qu'une version "brouillon", je ne fais que perdre mon temps.
Image de profil de M.G.Changel
M.G.Changel
Je suis amplement d'accord avec vous tous.

Mais, d'un autre point de vue, le texte n'est-il pas fait pour plaire ? Si on se focalise sur l'empreinte de l'auteur en négligeant les envies des lecteurs, c'est un peu dommage... enfin voila! Je ne sais pas vraiment comment l'exprimer. Il faudrait équilibrer l'apport du lecteur avec "l'originalité" de l'auteur dans un texte.
Image de profil de moonbird
moonbird
C'est toute la difficulté de l'équilibre entre lecteur et auteur ;)
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
M.G.Changel

Tu as raison, mais la tâche d'adapter l’œuvre d'un auteur à un lectorat ne relève-t-elle pas plutôt de l'éditeur ? Est-ce vraiment à Scribay de le faire, et surtout, le ferait-il correctement ?
Image de profil de M.G.Changel
M.G.Changel
Désolée, je ne suis pas la plus qualifiée pour répondre à cette question, je suis encore nouvelle sur Scribay :)
Image de profil de Navezof
Navezof
"Mais, d'un autre point de vue, le texte n'est-il pas fait pour plaire"
Large débat que voila, et encore une fois largement dépendant de l'intention de l'auteur.

"Si on se focalise sur l'empreinte de l'auteur en négligeant les envies des lecteurs"
M.G.Changel Qu'est ce que tu entends par envies ? Des suggestions concernant l'histoire même ? (ex. caricatural : dans ce passage, il y a plein de lecteur qui ne veulent pas que tel personnage meurt, donc je ne vais pas tuer tel personnage)

Pourquoi pas, si l'idée proposé est bonne. Apres, accepté une idée juste parce qu'elle plait au plus grand nombre c'est encore plus dommage.

"Tu as raison, mais la tâche d'adapter l’œuvre d'un auteur à un lectorat ne relève-t-elle pas plutôt de l'éditeur"
Je pense en effet, que ce serait du boulot de l'éditeur de faire en sorte que l'auteur colle le mieux avec ce qu'attends le lectorat de la maison d'édition.

Et Scribay n'a à mon avis pas du tout vocation à etre une maison d'edition.
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
M.G.Changel Je ne pense pas être plus qualifiée que toi pour le coup X)

Navezof Je partage ton avis sur la vocation de Scribay, même si l'arrivée d'appel à textes sur le site me laisse un peu perplexe quant à cette question X)
Image de profil de M.G.Changel
M.G.Changel
Comme l'a dit GauzHramm J'entends par "envies" les appels à textes ou encore les défis. Mais, bien sûr, je ne les critique en rien. Je participe aussi de temps en temps aux défis. :)
Le fait "d'imposer" un nombre de mots ou une fiction fantastique par exemple correspond aux attentes et choix des lecteurs et l'auteur s'y "plie" et y ajoute son histoire, sa patte :)
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
Le problème est qu'on n'a pas la possibilité (sans bidouille) d'accepter ou refuser une annotation en le commentant et en l'historisant.

1- pour justifier explicitement ses choix vis à vis de la communauté
2- pour éviter de republier et de se retaper la même annotation par qqun d'autre

On constate aussi que peu de relecteurs respectent le type d'annotations. En phase de premier jet, seules des annotations sur l'intrigue et les idées sont censées être admises. Et seulement en relecture l'orthographe et la grammaire, ainsi que le style. Je ne le respecte pas non plus, au passage.
Image de profil de moonbird
moonbird
Eric Kobran : j'avoue que je ne respecte pas non plus, pour un texte premier jet , je suis plus ouvert sur les fautes ;)^^ (mode boutade) (pour moi, en mode correction, l'auteur a relu plusieurs fois/s'est fait lire plusieurs fois et a éliminé pas mal de fautes (mm si certaines peuvent avoir échappé au radar ;)^^ (mode boutade
Généralement chaque lecteur a une vision différente d'un texte ou une manière différente de l'annoter ;)^^ (mode boutade
Image de profil de Quatseyes
Quatseyes
La discussion se cristallise autour de deux idées centrales : encourager et accompagner sur les chemins de l'écriture ceux qui s'y aventurent craintivement d'un pas vacillant et conserver à Scribay, par l'intermédiaire de ses membres critiques, sa puissance d'analyse littéraire vers une exigence de qualité.

La crispation tient en une problématique essentielle qui se retrouve à tous les niveaux de notre société : l'immaturité et le besoin d'être aimé dans un monde violent où chacun souffre de solitude et d'un sentiment d'impuissance médiocre qui lui endolorit l'ego et la pensée.

On ne résoudra pas un problème sociétal par un cadre de fonctionnement.

En revanche, on peut développer un système qui facilite la rencontre des individus. En effet, le plus difficile est de se constituer un réseau qui voudra nous relire, le temps de chacun étant évidemment limité.

Gobbolino a initié ici un forum sous l'intitulé "Paye ton chapitre" qui permet à deux auteurs qui veulent être relus de procéder à un échange de service l'un envers l'autre. Sur ce modèle et sous le même pseudo qu'ici, je viens de proposer une bourse aux critiques intitulée "Lisez-moi ! ... s'il-vous-plaît !" Et qui reprend les inquiétudes soulevées ici.

Ce type d'initiative vise la mise en relation d'anonymes qui, désireux d'être lus, comprennent plus facilement la nécessité de lire l'autre. Mais en facilitant cette rencontre via un dispositif identifié qui permet la réunion de ceux qui ne se connaissent pas et la contractualisation d'une critique mutuelle constructive et respectueuse.

La question est de rendre visibles de telles initiatives dans un système de mise en valeur chronologique sur Scribay, avec l'obsolescence programmée des publications, ou par la popularité sur Wattpad, qui rend indécelables les nouveaux projets.

Bref, il nous faut l'aide du site lui-même pour appuyer ce type d'initiatives afin qu'elles soient portées à la connaissance des nouveaux écrivants, qui en ont le plus besoin. Arnaud Lavalade
Image de profil de Arnaud Lavalade
Arnaud Lavalade
Bonjour,

La plateforme gratuite offre déjà différentes initiatives consacrées aux débutants.

Au-delà, nous avons justement créé une offre pour les débutants, Scribay Premium, qui devrait être enrichie sous peu de nouvelles fonctionnalités sociales.

Nous reconnaissons que cette dimension est très importante pour faire ses premiers pas dans l'écriture et c'est pourquoi nous allons améliorer ces aspects, tout en rendant plus accessible l'offre Premium pour les nouveaux venus.

Si vous avez la moindre suggestion, je vous invite à utiliser le bouton de suggestion / bug (en bas à droite).
Image de profil de Quatseyes
Quatseyes
Merci pour votre réponse rapide !

Sans vouloir vous oter le pain de la bouche, serait-il envisageable de créer une telle bourse aux critiques, fixe, et d'y orienter les nouveaux ?
Image de profil de Arnaud Lavalade
Arnaud Lavalade
C'est moi qui vous remercie !

Pour vous répondre : à l'heure actuelle, ça n'est pas prévu.

À noter que si vous souhaitez accueillir les nouveaux venus, les blocs et le tri « À accueillir » de votre fil d'actualité servent spécifiquement à cela.
Image de profil de Quatseyes
Quatseyes
J'y pioche, mais quid des oisillons repoussés dans l'oubli par les flots d'arrivant ? L'approche chronologique du fil d'actualité met sans conteste tout le monde sur un même pied d'égalité et c'est une très belle ouverture, sans aucun doute, mais le revers de ce dynamisme est l'obsolescence de la nouveauté qui se retrouve vite archivée. D'où l'intérêt selon moi d'une bourse d'échanges fixe. Mais j'imagine bien l'inconvénient.
Image de profil de Dldler
Dldler
Bonjour GauzHramm

:-)
Bienvenue au pays Scribayen. Faut pas avoir peur, hein. Ils sont gentils. Ça s'appelle une démocratie :-)

Pour moi, ta proposition va dans l'esprit du site qui est : accueillir ceux qui ont l'envie, le goût d'écrire. Tous les goûts. Toutes les envies. Après, ce n'est sans doute que la façon dont moi j'ai envie du site, et d'autres pourront avoir un avis différent. Mais si je me taisais sous ce prétexte, ce serait déjà renoncer au Scribay qui me plait.

Je suis vraiment d'accord avec toi : on peut écrire pour le plaisir de transpirer plus que pour accomplir des exploits. On peut grimper une colline pour le plaisir d'aller voir la vue sans ambitionner de monter un jour l'Everest et on n'apprend pas à un enfant à faire du vélo simplement parce que l'on souhaite le voir devenir maillot jaune. J'ai beaucoup de mal avec ce monde étrange qui voudrait que seuls les meilleurs aient droit à une place, qu'ils seraient les seuls à mériter d'utiliser l'outil, à prendre la route. Les autres poussez-vous au bord du chemin, vous gênez ? Si tu veux faire du vélo de plaisance, installe un vélo d'appartement mais n'encombre pas la route ?
C'est ce genre de regard, à mon sens, qui entraîne ces principes d'amputation des membres inadaptés. Des principes sélectifs, qui permettent d'élaguer rapidement dans la masse. Moi je me demande pourquoi élaguer.
Parfois, les gens qui veulent atteindre le sommet de la pyramide regardent les autres, pas forcément en concurrent, souvent avec bienveillance, et pensent : "Toi, tu vas te tuer dans l'ascension, tu ferait mieux de redescendre, tu perds ton temps." ou "Prend un piolet, une tente, de l'oxygène, tu en auras besoin tout là-haut." Ils ont un peu de mal à comprendre que certains n'ont pas leur objectif. C'est tout aussi difficile pour eux que pour les 'débutants' randonneurs du dimanche de comprendre l'empressement des compétiteurs à vouloir leur faire porter un sac à dos de 40 kilos ^^. C'est exactement le même rapport. C'est la difficulté de se comprendre quand les désirs et besoins sont trop différents. C'est cette difficulté qui apparaît et prend de l'importance avec l'agrandissement de la communauté.

Alors, oui, il y a des gens qui abusent. Dans les deux sens, faut pas se leurrer : des gens qui cherchent à grimper plus vite grâce à la visibilité, des gens qui cherchent à faire trébucher les autres pour que l'horizon de la pyramide se dégage. J'ose croire qu'ils ne sont pas si nombreux, même s'ils peuvent faire potentiellement beaucoup de dégâts. Et je n'ai surtout pas envie de construire des remparts en me focalisant sur eux. Les plus gros dégâts qu'ils occasionnent, en fait, c'est de ralentir le groupe en générant cette espèce de bouderie de cour de récré : "M'sieur, M'sieur, lui il triche et il va gagner, c'est pas juste". J'ai envie de répondre que ce n'est pas en éliminant les tricheurs que tu iras plus vite, toi.

Pour ma part, je pense que répondre aux besoins et envies de gens motivés construit de la cohésion. C'est déjà pas si mal. Proposer des tours Eiffel permet aux gens de se repérer dans la foule. Une nécessité quand la foule est très nombreuse.

L'initiative ne sera pas parfaite ? Détournée par certains ? Ce n'est pas simplement possible, c'est certain. Mais, et c'est le seul point qui m'intéresse, elle sera avant tout bénéfique à certains. Tu as identifié un besoin, tu as le goût d'y répondre et maintenant, te voilà consciente du contexte.

Just do it !
Prem's pour être relecteur.
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Ahah merci de ta prévenance, mais il en faut plus pour me faire peur, j’ai connu bien pire XD Ce serait plutôt l’absence de débat qui pourrait m’effrayer.

J’avais bien conscience du contexte et de cet opinion quelque peu élitiste qui est présent sur le site, et heureusement qu’il s’y trouve, car il répond à une demande qui est elle aussi présente.

Pour ma part, plutôt que d’aller gronder ces fameuses personnes qui font trébucher les autres, j’aurais tendance à aller vers ceux qui sont tombés. Je n’aime pas gronder ou faire la morale aux gens, c’est aussi mauvais pour le karma que pour les nerfs >< Je pense juste que personne n’a besoin de prouver une quelconque légitimité pour s’exprimer, par quelque moyen que ce soit.

Je crois qu’on partage la même opinion concernant les « profiteurs »X) S’ils détournent une initiative pour y trouver leur compte, ça ne regarde qu’eux et leur conscience, et ça ne devrait pas impacter ceux qui souhaitent vraiment s’inscrire dans ce « projet ».

Merci d’avoir donné ton avis !
Image de profil de Mick
Mick
Bonjour Dldler,

tes propos sont plein de bon sens et la volonté sous-jacente (qu'on ne peut pas mettre en doute) est d'aller dans l'intérêt de tous. Ils sont clairs, et d'autant plus forts que tu es à l'initiative du fil de discussion "au bon point virgule".

J'ai cependant une question :

Aujourd'hui, ce groupe (ABPV) existe et propose déjà des échanges de services de relecture de qualité.
Les relecteurs sont tout-venant, bénévoles, autonomes, libres de s'inscrire et de repartir, ont tous des sensibilités différentes, et l'affichent sur leur présentation.
Le groupe est ouvert à tous et propose un service, sans contrainte sur le fond, seulement une règle commune qui permet le maintien de la forme, l'assurance que le groupe ne parte pas à vau-l'eau. C'est donc un groupe accessible à tous : la même chance pour tous.

L'idée originale de GrauzHramm est de proposer un groupe similaire, dans lequel la critique serait "plus tendre" et "adaptée aux débutants écrivants".

Ma question est la suivante : dans une communauté où les envies, les niveaux et les ambitions divergent déjà jusqu'à faire le grand écart, ne crains-tu pas que cette initiative soit plus clivante que bénéfique à la communauté ? Qu'elle exacerbe les différences ? Pointe du doigt la PSEUDO "classe-sociale - catégorie - étiquette" de l'utilisateur ? Et qu'au final, elle ait l'effet inverse à celui recherché ?

Pour moi, s'il y a deux tours eiffels, c'est que l'une d'elle ... est fausse.
Peut-être est-ce très acceptable.
Je suis certainement (et j'en suis très conscient) trop radical.
Image de profil de Dldler
Dldler
La comparaison de la tour Eiffel, en tant qu'objet unique est fausse (comme toutes les comparaisons m'a-t-on dit).
La tour Eiffel a, ici, plus le sens de 'point de repère'.
— Une tour Eiffel
— Une statue de la Liberté
— Un Christ rédempteur à Rio
— …

Sinon,
je te rejoins sur l'idée que le BCPV 'devrait' pouvoir répondre à tous. Mais…
Ce fil a été créé dans une démarche d'offre de la part de relecteurs 'exigeants'. C'est dans le sous titre du fil. Des gens qui veulent bien donner (de leur savoir, de leur temps), mais qu'il savent que :
— leur relecture est parfois mal perçue > découragement inutile de débutants > ce n'est pas le but recherché par ces relecteurs
— leur relecture est parfois totalement inutile > auteur en recherche d'un public mais pas de critiques > perte de temps du relecteur et sentiment désagréable de gachis parce que son temps aurait peut-être été utile à quelqu'un d'autre. Ceci est de plus en plus vrai avec l'élargissement de la communauté : consacrer du temps de relecture à un 'nouveau' devient une loterie.
Le BCPV tente donc de répondre à la problématique de ces relecteurs qui veulent bien s'investir mais ne savent plus où ni comment aborder le flux. D'où l'idée de laisser les membres faire le premier pas. Au fil de leurs lecture des autres, normalement, ils devraient comprendre peu à peu le fonctionnement de la communauté, se faire une opinion sur certains relecteurs, avoir un vrai désir de recevoir des commentaires d'untel ou d'intel©, et à ce moment faire le pas.

Ce fonctionnement est adapté à des gens qui ont déjà un peu pratiqué le site, qui ont une vision du bénéfice qu'ils pourraient en retirer, un jugement, également, oui, qui leur permet de faire cette démarche, ou non. S'ils n'ont pas cette attente, ils suivent leur route. Ça c'est clivant. Déjà.

Ce fonctionnement est-il adapté aux nouveaux ? Il me semble que c'est la question que nous pose Gauz. S'il pose la question, c'est qu'il pense que non. Qu'il souhaite des avis. Le mien est qu'il a raison : le BCPV n'est pas adapté aux nouveaux, ou au moins à 'certains' nouveaux.

J'ai vu, il y a peu, un texte écrit par un auteur qui avait, à mon avis, une douzaine d'années. Les annotations qu'il/elle a reçu sont certainement 'justes' mais pas du tout adaptés, à mon avis. On peut poser la question à plusieurs niveaux : faut-il élaguer ce genre d'auteur ? Ont-ils leur place ? Ma réponse est que 'j'aimerais' qu'ils en aient une, même si j'entends et je comprends que certains aient un avis opposé. Moi, cela me touche, parce que la vie est longue. Parce que la démarche d'aller présenter un texte sur un site Internet quand on a douze ans, c'est un besoin d'écrire qui se manifeste et j'aime bien répondre aux besoins. Après, si moi je suis sensible à l'âge, je ne pourrais pas refuser à quelqu'un d'autre d'être sensible à d'autres difficultés/différences qui pourraient amener la même question : il/elle a-t-il sa place ici ? 'Une' place, pourquoi pas ? Une communauté rassemblée sous la bannière 'tout le monde à une histoire à raconter' me semble devoir essayer, même si cela semble idéaliste. Y renoncer, c'est déjà vouloir sélectionner et poser des critères. Qui décidera des critères ?

Bref, le BCPV n'est pas du tout adapté à ce genre de nouveaux/débutants. C'est même son but, non ? Permettre aux relecteurs qui ont une certaine expérience, une certaine exigence d'être abordé par des auteurs qui ont une attente équivalente.

Un 'nouveau' n'a pas ce genre d'attente, il ne sais sans doute même pas quand il débarque à quoi s'attendre… Une annotation, c'est quoi, avant d'arriver sur Scribay ? Un mot vide de sens. C'est toute la difficulté pour l'arrivant. Il poste un texte, un quart d'heure après c'est un sapin de noël auquel il n'est pas préparé. Il découvre en même temps la critique et le fonctionnement. Les relecteurs oublient généralement cela (et cela se comprend : quand on est dedans, il y a une routine qui s'installe, ce n'est pas une critique, c'est presque mécanique).

La démarche de Gauz, il me semble, est donc celle-ci : peut-on créer un fil dans un esprit d'accueil et de critique 'adaptées' à des débutants. Comment faire ? Y a-t-il des personnes volontaires ? Quelqu'un a-t-il des idées ? Une tour Eiffel, donc, sur un principe équivalent au BCPV : si, toi, nouvel auteur, 'débutant', tu as un vrai désir de retours sur tes textes, au delà des simples 'j'aime' et je te dis que t'écris trop bien, viens voir par ici, il y a des gens qui veulent bien donner du temps pour toi. Ça n'empêche pas chaque membre d'agir à sa façon. Ça permet de focaliser un public sur un endroit ou il trouvera peut-être une réponse à son attente.

Alors, le résultat sera-t-il clivant ? D'un certain point de vue, certainement. Du mien, absolument pas. Ce ses les attentes et les besoins différents qui sont clivants. Débutants, confirmés, experts. On l'est ou on s'y croit, peu importe. Répondre à ces différents besoins, c'est accepter cette différence. Ce n'est pas 'favoriser' le clivage, c'est prendre soin de l'autre. Il me semble.

Et pardon pour le pavé.
Image de profil de Mick
Mick
Merci d'avoir pris le temps de répondre Didier.
Ne t'excuse pas, je préfère un pavé développé à une réponse succincte.

Pour toi, il n'y a pas doublon. C'est clair.

Ma crainte, au final, ne venait (vient) pas tant de l'outil proposé que des conséquences de son existence. Vu la disparité de la population, j'avais (j'ai) peur que certaines personnes s'enferment dans une catégorie et que la remise en question ne soit définitivement mise de côté.

Mais tu as raison : on ne peut forcer qui que ce soit à suivre une voie unique.

Et c'est effectivement une façon supplémentaire de prendre soin de l'autre.

Bonne journée.
Image de profil de Necromancia A
Necromancia A
Je suis tellement d'accord avec ton commentaire... Je trouve triste de ne pas simplement pouvoir partager un récit ou n'importe quoi sans qu'on soit descendu parce qu'on s'essaye à un genre ou des mots trop complexes pour nous, ne sommes nous pas libre de notre choix d'écrire et du genre ? Chacun son niveau, et on devrait parler en connaissance de cause. Je suis tout à fait d'accord avec l'idée de @GauzHramm
Image de profil de moonbird
moonbird
Ce que je trouve affligeant c'est que certains "bien pensant" pensent que la littérature est réservé à une élite (pour avoir lu des livres récemment édités par des maison d'éditions (je ne parle pas des auto-édités), je peux vous dire que la qualité de l'écrit n'est pas le seul critère de publication d'une oeuvre...

Le site est conçu comme endroit de partage et de possibilité d'amélioration de l'écrit, pas pour former des best-seller en puissance, d'ailleurs s'il existait une recette miracle pour vendre des milliers de roman, ses inventeurs seraient millionnaires...
Après, certains outils sont utiles, je ne nie pas que l'usage d'un bescherelle, d'un dictionnaire des synonymes/antonymes/classique devraient être sur la "table de chevet" de tout apprenti écrivain, mais pour moi rien ne vaut les conseils, suggestions des lecteurs.

Le mépris ne vient pas de la littérature, quelle que soit ses formes, mais de la part de certains humains qui se croient supérieurs aux autres et qui veulent imposer leur vision des choses, enfermer la littérature dans des cases, dans des formats préétablis. Ce genre de pensées me fait vomir (mais ce ne que mon avis personnel, libre à chacun de penser ce qu'il veut).
Je ne vais pas me faire que des amis sur le coup, mais tant pis, j'assume mes paroles.
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Comme tu le dis, le site est conçu comme un endroit de partage, et nous n’y sommes pas tous venus dans la même optique ou avec les mêmes idées.

L’intérêt des commentaires de Scribay est qu’ils réunissent des gens ayant des ambitions et des postulats divers. Je pense que prendre un peu de l’avis de chacun est toujours enrichissant, que ce soit pour remonter notre niveau d’exigence, ou pour adopter temporairement un autre point de vue. Si nous étions tous d’accord, nous n’aurions aucun intérêt à échanger nos textes.

Il amusant de voir que ces fameux « bien-pensants » sont cités des deux côtés, décidément personne ne les aime X) De même que le mépris, que l’on dénonce de chaque côté. Au final, les choses qui se ressemblent dans les deux discours, ce sont celles qui nuisent le plus à l’échange (je trouve, et je ne dis pas ça pour toi, mais en général).

Je comprends tout à fait ta réaction, et je n’ai pas envie de faire mon petit moine, mais au fond, ces idées ne sont pas là par hasard, chacun a sa vision et son expérience. Si tu estimes que cette pensée n’est pas la bonne, je ne peux que t’encourager à agir selon tes opinions.

Toutefois, je ne pense pas que se laisser aller à sa colère et/ou sa désolation en utilisant des mots offensants/insultants aide à y voir plus clair. Hormis vexer des gens qui sont dans leur légitimité de pensée, il n’y a pas d’intérêt X)

A noter que je ne te vise absolument pas, car ta réaction n’est que la conséquence de certains termes précédents, qui peuvent paraître offensants. Tout ça pour dire qu’il n’est peut-être pas nécessaire de faire de cette discussion un débat houleux armés de termes tous plus agressifs les uns que les autres.

Ceux qui ne souhaitent pas participer (pour des raisons qui les regardent, et qu’ils peuvent parfaitement exprimer) ne participent pas, et inversement pour ceux qui ne sont pas de cet avis. Si la majorité souhaite cette initiative, alors nous la créerons. Dans le cas contraire, on s’en abstiendra.

Et au final, j’ai fait mon petit moine… Je vais finir par me retirer dans un temple, si ça continue…
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Comprenez bien que je n’ai pas la prétention de faire la leçon à qui que ce soit, je trouve juste dommage de se perdre en vexation plutôt que d’échanger sur le cœur des divergences mises en exergue.
Image de profil de moonbird
moonbird
loin de moi de vouloir blesser ou vexer, chacun peut avoir son propre avis (heureusement ce ne serait pas drôle qu'on ait tous le même avis). J'ai juste trouvé certains mots dans des commentaires un peu forts, mais ce doit être moi qui suis trop à fleur de peau.
Mon commentaire n'a pas été dans le but d'agresser les autres, juste de livrer mon ressenti, c'est vrai que j'ai utilisé des mots forts car j'ai été assez remué. Je ne souhaite pas que ce fil devienne un lieu de débat houleux et si j'ai pu blesser certains, je m'en excuse, ce n'était pas l'objectif.
Je m'en vais dans mon monastère intérieur pour méditer (mes pensées auraient peut-être dû y rester :)
L'avenir nous dira si l'initiative se fait ou pas.
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Je pense pas que tu sois plus à fleur de peau qu'un(e) autre, c'est normal et rassurant de voir des gens réagir quand ils estiment que quelque chose est injuste X)
Meeeeuh non faut pas enfermer tes pensées dans ton monastère XD A la limite, il faudrait juste veiller qu'elles n'en franchissent pas les portes à la manière de la foule acheteuse lorsque l'ouverture des magasins sonne le début des soldes X)

Ah c'est vrai qu'il faudra que je compte tout les pour et les contre après tout ça... J'avais oublie cet aspect...
Image de profil de Castor
Castor
étant nouveau et débutant, j'attends plus une critique utile que bienveillante pour pouvoir progresser. Comme tout novice (enfin je pense...), j'ai du mal à juger de la qualité de mon texte. L'inscription sur scribay est un pas de plus pour savoir où réellement je me situe et ce qu'il faut que je travaille pour progresser. En tout cas merci pour le lien où je vais me précipiter de ce pas pour avoir mes réponses.
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Merci d'avoir apporté ton avis, et de rien pour le lien X)
Image de profil de Mick
Mick
Au lieu de tirer l'exigence vers le bas (et je rejoins la crainte de J.Eyme en m'exprimant ainsi), ne serait-il pas plus simple, et plus honnête, d'apposer simplement un AVERTISSEMENT clair au groupe "au bon point virgule" afin que le « petit nouveau » (nouveau quoi ? écrivain ? scribéin ? lapin de trois semaines ?) soit conscient de la démarche qu'il entreprend ?

Au bon point virgule propose déjà une règle qui devrait (normalement) éviter la catastrophe narcissique : le relecteur se présente, pose ses attentes, explique les points qu'il se sent capable de relever, annoter, commenter. Il y en a pour tous les goûts et pour tous les niveaux. Cela implique bien évidemment un certain recul de la part du demandeur. D'aller lire les relecteurs potentiels, par exemple, pour citer une première évidence. De se demander si son texte est suffisamment travaillé, présentable, et d'accepter la possibilité que le relecteur puisse être franc et direct...

Ton idée relève en tout cas l'existence d'un manque à combler, sur Scribay : l'accueil des "nouveaux" par les "anciens", l'absence Formelle d'un parrainage, peut-être (?), qui pourtant se fait naturellement dès lors que, en tant que "nouveau", on prend la peine d'aller à la rencontre des autres, de les lire et de discuter.

Voilà, voilà. Ce n'est que mon avis. :)

Bonne soirée.
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Plutôt que tirer l’exigence vers le bas, je pensais plutôt qu’on pouvait amener progressivement un auteur à un bon niveau (qui là encore serait subjectif). Par « nouveaux », j’entendais nouveau dans l’écriture, dans le sens où c’est un exercice auquel il/elle s’essaie.

J’avoue que j’aurai adoré le principe du parrainage, mais le proposer me semblait être un peu orgueilleux vis-à-vis des auteurs débutants. Et j’ai supposé que l’idée avait été proposée et rejetée, comme Scribay a déjà quelques années au compteur, j’ai pensé que le sujet avait déjà été abordé.
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Hello, après je pense le "parrainage" arrive peut être plus par affinités, il arrive que des auteurs se "retrouvent" soit par des forums, défis, commentaires et cela créé des groupes de lecture. Il suffit de ne pas être timide et vouloir découvrir les autres (pas forcément pour être "sympathique" - même si j'adooooore être sympathique :P - ni collecter les "likes" mais pour créer une synérgie et se soutenir dans le processus d'écriture).
Enfin c'est mon humble avis :) c'est pourquoi je trouve bien ton initiative qui peut amener les "nouveaux" ou les timides à se découvrir et plus si affinités.
Image de profil de Mick
Mick
Dans un monde idéal, je chanterais comme Luciano Pavarotti. Malheureusement pour moi, la nature m'a attribué des aptitudes vocales de Britney Spears. Je me suis fait une raison. :/

Je saisis la logique qui sous tend l'idée que chacun disposerait des mêmes chances / capacités devant l'écriture. Ce n'est pas le cas. Il suffit de lire un peu autour de soi pour se rendre compte que des personnes ont une sensibilité que certains n'auront peut-être jamais - et je m'inclus dans ce lot.
Pourtant c'est ce que revendiquent les fondateurs de Scribay : tout le monde peut écrire un livre. Je ne suis pas de leur avis. Ou alors, si, tout le monde peut écrire, mais ça ne fera pas de n'importe qui un écrivain.

Accepter la critique fait partie du travail de l'écrivain. C'est une pilule difficile à avaler mais il est impossible d'y échapper...

Je ne sais pas si on peut amener un auteur à un bon niveau.
Je sais qu'il peut travailler (seul et beaucoup) pour parfaire sa technique.

J'ai la sensation (et je ne crois pas être le seul) que, parfois, la démarche d'écrire passe avant l’acquisition des bases indispensables à cette passion, allant parfois jusqu'à l'apprentissage de l'orthographe, de la grammaire et de la syntaxe, et qu'avant même de venir publier son travail sur Scribay et consœurs, il serait peut-être indispensable pour certains auteurs en herbe de passer par la case Bescherelle. (Je vais m'attirer les foudres avec cette phrase ; tant pis :( )

Le problème au final, c'est le fond de la démarche (et j'en connais une qui doit jubiler en lisant ces mots). Est-on sur Scribay pour redorer son narcissisme défaillant, scruter le compteur de lecture et comptabiliser les petits cœurs, ou pour apprendre des critiques données par ses pairs et s'améliorer ?

À mes yeux, ceux que tu décris, qui abandonnent et s'insurgent des critiques reçues, ne sont pas assez murs pour être ici, sur un lieu de partage public de ses écrits.
Les autres, ceux qui font preuve de résilience, qui persévèrent malgré les affronts et les inévitables (indispensables?) blessures, l'indifférence (blessante) des lecteurs devant leurs textes, ceux là finiront par y trouver ce qu'ils cherchent.
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Je suis d’accord concernant la sensibilité, mais je doute qu’elle soit innée. En revanche, nous n’avons pas tous les mêmes capacités et facilités, mais je pense que l’on peut retravailler cet aspect.

Il y en aura toujours certains qui seront meilleurs que d’autres, et ceux-là seront écrivains. Je ne pensais pas à « fabriquer » des écrivains, mais plutôt à épauler ceux qui souhaitent améliorer leur écriture, sans autre prétention que celle de vouloir proposer des textes plus aboutis. Se préoccuper uniquement de ceux dont les capacités sont avérées me semble un peu triste, l'idée consistait juste à proposer un moyen à ceux sans prétentions d’améliorer leurs textes. Je trouve dommage que ces gens-là cessent ce qu’ils aiment suite à retour qui les aurait induits à penser ne pas être à leur place ><
Image de profil de Mick
Mick
Je pense que nous sommes totalement d'accord dans le fond.
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Je crois que le problème de notre incompréhension vient du fait que, aujourd'hui, il est difficile de dire que l'on fait quelque chose sans autre prétention que celle de nous faire plaisir. Si tu fais un sport, on te poussera souvent dans la compétition, comme si les entraînements n'étaient qu'un moyen et non fin, et que la satisfaction ne naissaient que par l'admiration du plus grand nombre...

Pour moi, l'écriture est une fin en elle-même. Le fait de vouloir devenir écrivain n'y est pas forcément associé, et ceux qui y arrivent ne le cherche pas toujours. Donc je pars du principe que l'amélioration des écrits n'est qu'un moyen de se perfectionner et d'en tirer satisfaction, comme on tire une satisfaction lorsqu'on bat notre record personnel dans un sport, aussi médiocre soit-il.

Après, c'est un point de vu personnel, y a rien d'étonnant à ce que d'autres n'ait pas le même X)
Image de profil de Neru
Neru
Bon du coup, j'ai une question toute bête, comment classer un texte débutant d'un plus confirmé ? Je veux dire ce n'est parce qu'une personne est nouvelle sur la plateforme qu'elle débute forcément en écriture. Elle peut très bien être plus avancé que beaucoup ici.
Je trouve qu'ici les termes "nouveaux" et "débutants" ne sont pas forcément bien associés. Un débutant n'est pas forcément nouveau et un nouveau n'est pas forcément débutant.

Ensuite comme je le disais la perception du niveau d'un texte à un côté objectif bien sûr mais également subjectif.
Je trouve l'initiative sympa mais de mon point de vue plutôt mal formulée
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Par "nouveaux" ou "débutants", j'entendais dans l'écriture, et pas sur le site. J'aurai dû préciser, effectivement
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Pour ce qui est de la "qualité" du texte, je pense que l'auteur en a une idée plus ou moins correcte. Par exemple, les premières histoires que j'ai rédigées étaient pour le moins médiocres, et j'en avais bien conscience. Je pense que le ressentit d'un auteur par rapport à son œuvre est un bon indicateur, à moins qu'il ne se voile la face ><
Image de profil de GoM
GoM
Personnellement j'ai déjà vu des auteurs dont des très jeunes avec beaucoup de fautes, de conjugaisons, de grammaire, langages sms.
Et parfois l'histoire est perfectible, jeune, etc.
Mais je me rappele de mes débuts et c'était tout autant laborieux. Alors je corrige, je ne laisse pas passer les fautes, mais je suis toujours positif. Il faut se recentrer sur le bon dans le texte et le bon chez l'auteur.
Les jeunes auteurs ont parfois plus d'annotations, mais je compense par une attention acrue et un soutien, mais je leur parle toujours d'égal à égal.
Image de profil de moonbird
moonbird
Bonjour
J'ai vu que J.Eyme était inspiré.
Je trouve l'idée bonne, le bon coin d'origine est plutôt destiné aux oeuvres "matures" (qui sont déjà passé sur le grill en fait ;)
L'idée serait de proposer une aide en cours d'écriture (ou au début de l'écriture) pour éviter le découragement de l'auteur qui après avoir écrit un nombre de pages assez conséquentes se fasse laminer par certains commentateurs :)
Je rassure tout de suite les jeunes auteurs : ici la bienveillance est de mise et il est rare que l'on s'en prenne plein la g... pour rien. Certes, on n'est pas dans le monde des Bisounours (cela ne sert à rien d'encenser un texte si on pense qu'il est mauvais), mais généralement ceux qui annotent et/ou font des commentaires expliquent ce qu'ils moins aimé dans le récit.
Après, ce ne sont que des suggestions. L'auteur est libre de les suivre ou non, ce n'est pas au lecteur de décider quoi que ce soit. Si le lecteur se rend compte que l'auteur veut garder sa façon d'écrire, il arrêtera de lire le texte tout simplement (après avoir annoncé au préalable pourquoi il avait pris sa décision soit en MP, soit dans le fil (j'aurai une préférence en MP pour ne pas influencer les autres lecteurs)
Petite précision : on peut être à la fois un lecteur sympathique et un lecteur considéré comme relou (en proposant diverses annotations que ce soit sur les fautes, le rythme ou poser des questions si l'on n'a pas compris certains passage) : ce n'est pas incompatible :)

J'espère vous avoir (légèrement) éclairé avec ma modeste contribution.

Le plus important : prenez du plaisir à écrire et à lire :)

Bonne soirée à toutes et tous
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Je suis assez d'accord avec toi ! Surtout concernant le fait d'expliquer son retrait par mp.

Je pense faire partie de ces fameux correcteurs relous, qui éditent une pelletée d'annotations, et qui concluent par un commentaire de trente lignes...

Dans l'idée, c'est exactement le sens que j'aimerai donner à cette discussion. Elle servirait en quelque sorte de palier intermédiaire X)
Image de profil de Dearbháil
Dearbháil
Je trouve cette idée vraiment bien! En tant que nouvelle, je me sens concernée par tout ça. Je ne suis jamais contre des critiques, tant qu'elles sont constructive, mais quelques fois, c'est difficile de les appliquer et/ou de les comprendre quand ce sont des gens avec "un niveau plus avancé" qui nous les donnent !
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
En tout cas c'est toujours mieux de se faire annoter par quelqu'un dont le niveau est plus avancé que le contraire ;)
Image de profil de Dearbháil
Dearbháil
Bien sûr! Et je ne dis pas le contraire :) Mais parfois cela peut être mal interprété par l'auteur en herbe qui n'est pas encore forcément en totale confiance et qui va peut-être se remettre en question mais pas de la bonne manière ;)
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Je pense que c'est aussi une question d'expérience. Plus on écrit, plus on progresse. De la même manière, plus on reçoit de critiques, mieux on sait les accepter et les interpréter X) D'autant que certaines, notamment celles portant sur le style, ne sont pas forcément à prendre pour argent comptant et servent juste à encourager la remise en question de certains passages. Et je pense qu'il faut du temps avant de savoir lesquelles sont à prendre tel quel, et lesquelles sont là pour servir la réflexion et la prise de recul de l'auteur.
Image de profil de J.Eyme
J.Eyme
Bonjour,

(je tiens à dire que c'est une bonne idée, que je suis pour, mais que je vais dérouler des questions qui diront le contraire. il faut prendre cela (ou le jeter) pour alimenter une réflexion, car il me semble que ces questions sont importante pour comprendre la vraie nature du besoin et faire une projection sur ce qu'il pourrait se passer)

Dans ce sujet, je vois des préoccupations tout à fait légitime, et je vois la question " Vous semble-t-elle bien légitime et/ou nécessaire, dans le sens où ce serait à l’auteur et non au lecteur de s’adapter à la critique ? "

Mon sentiment est étrange. étrange car il y a, au delà de ça, une autre discussion avec le club valentine qui divise les pratiques entre "ceux qui ne comprennent pas comment certains se permettent d'annoter et de commenter comme ils le font" et "ceux qui aiment ou veulent annoter et commenter comme ils le sentent et en paix".

Cette division, selon moi, est le symptôme (encore une fois) de la limite d'un vivre ensemble, catégorisant des pratiques, rejetant certaines, et en ça de refuser la diversité, diversité qui fait est censé faire la richesse de Scribay.

Alors en effet, il y a toutes les remarques ironiques et d'autres qui usent de leur pouvoir de nuisance, mais cela est globalement marginal (mais les plus remarquable).

Mon sentiment est doublement étrange qu'il apparait qu'il n'a jamais été aussi simple d'écrire un livre qu'aujourd'hui (je ne pense pas que l'on puisse défendre le contraire).

Bref... pour revenir à ce sujet :

- est-ce que un auteur jeunot dans l'écriture qui publie ici et ne revient pas, ne revient-il pas parce qu'il s'est fait saquer, ou parce qu'il se rend compte que personne ne l'attend ? qu'il n'a pas les likes qu'il espérait ? que personne ne vient le lire, tout simplement parce qu'il ne contribue à rien ou parce que son écrit est globalement mauvais ? que lui-même, en fait, s'en fiche et qu'il ne se reconnecte pas pour un millier de bonnes raisons ?

- pourquoi le demandeur d'aide sur le bon-coin existant ne glisserait-il pas un petit message au relecteur pour dire " je commence tout juste, est-ce que tu peux m'expliquer comment marche l'écriture d'un texte s'il te plait ? " ? Et je crois que si l'on ne demande pas ça, c'est que l'attitude par rapport à l'écriture n'est pas la bonne.

- Est-ce que le travail est de gonfler narcisse ou de gonfler la technique, la vision d'un art (n'oublions pas que certain qualifie la littérature d'art) ou apprendre => et se pose la question de la méthode pédagogique : comment apprendre à écrire ? et comment faire apprendre à écrire ? ce qui sous-tend la question : pourquoi vouloir écrire plutôt que faire de la photo (ou autre chose) ?)

- En termes d'apprentissage, est-ce qu'on parlera (étape 1) de toutes les règles de grammaire, conjugaison et orthographe (car il y a ceux qui corrigent, mais est-ce que l'on pourrait expliquer ? peut-on expliquer sans donner des leçons ?), (étape 2) en suite parlerons-nous de la sémantique, des champs lexicaux, de la syntaxe (car il y a ceux qui proposent mais qui n'expliquent pas forcément pourquoi ?) (étape 3) puis de la construction d'une intrigue (il y a Scribay premium pour ça... mouai...) (étape 4) puis l'émergence d'une vision, d'idée, d'un rapport au monde et aux mots (et là faut faire tourner le cerveaux) (étape 5) puis du développement d'un style (et là faut arrêter de copier, s'individuer, se battre, se forger, s'arracher, travailler encore et encore, et donc avoir un maïeuticien) ?

- Est-ce que le relecteur relira avec une pédagogie au service du développement de l'auteur en devenir ou au service d'un besoin narcissique (ne pas considérer cela comme négatif, mais comme une réalité) ?

- Est-ce que, encore une fois, n'y aura-t-il pas des relecteurs experts en pédagogie et d'autres experts en sympathie ? Et donc une autre forme de clivage entre ceux qui se la pètent avec leurs méthodes et ceux qui font les choses un peu comme ça, sans ce poser de question, pour le plaisir de la chose ?

- des relecteurs sympathiques (J'appelle relecteur sympathique quelqu'un qui lit de tout, beaucoup, pose très souvent des likes, commente très souvent pour dire que c'est bien) n'iront-ils pas se proposer comme relecteur sympathique auprès de personne qui veulent des retours sympathiques à propos de leur texte ?

- les commentateurs sympathiques qui ont déjà une visibilité forte (car plus on est sympa et plus ont est visible sur les réseaux sociaux) ne seront-ils pas encore plus visible, nourrissant la mécanique de sympathie qui génère une atmosphère de complaisance ? Pourquoi faire une vitrine à quelque chose qui à déjà court ?

- N'y aura-t-il pas des membres qui, de toute façon, ne sauront pas que le texte n'accepte que des commentaires sympathiques (ou alors il faudra le marquer sur chaque chapitre) et qui feront ce qu'ils ont l'habitude de faire, ne jugeant en rien du niveau de l'auteur, mais jugeant uniquement la pertinence d'un texte selon leurs critères de pertinence ?

Je crois savoir que les relecteurs sympathiques font déjà tous leurs retours sympathiques.
Je crois que la mise en relation, avec les sympathiques, est de fait dans l'usage, car le commentateur sympathique et suffisamment sympathique pour aller lire de lui même un texte et laisser une trace sympathique.

Je crois savoir qu'un relecteur sympathique met (souvent) des likes là où objectivement (si l'on s'éloigne de la modalité relationnel et donc des relations inter-individuels ou même des mécanismes de paraître sociale) il ne faudrait pas en mettre, gonflant des statistiques artificiellement, ne permettant plus d'avoir, à terme, des critères de filtre dans "LIRE" qui pourraient être pertinents pour un lecteur.

On sera encore et toujours dans le clivage de compétences, entre ceux qui savent bien lire et bien dire, par rapport à ceux qui ne le savent moins, mais veulent faire, on sera encore dans le problème de ceux qui font comme ça par rapport à ceux qui se racle la tête par terre pour se donner à fond, même pour aider un jeunot.

Je crois que l'on mélange la bienveillance et la sympathie...
Des tacles bienveillants existent (car crée un événement pour l'auteur, avec des pistes qui seront, s'il veut s'en emparer, un rebond). De la sympathie malfaisante existe aussi (car n'est ni au service de l'auteur, ni au service de la littérature globalement).

Alors.... je crois qu'une bon-coin pour débutant répond à un besoin en effet. Je crois cependant que ce besoin est mal formulé. Et je je ne suis pas certain que Scribay saura répondre au vrai besoin, mais saura répondre à son expression de surface. Il me semblerait plus pertinent de se la jouer "scribay académy" (ce qui irait dans le sens de la stratégie de Scribay, dont la cible économique est le débutant), de s'organiser autour d'une idée qui est celle de l'apprentissage et développement, avec des retours d'humain et non de la machine ($$ ça pourrait être d'ailleurs la version premium de l'offre premium => avoir un pédagogue en face $$)

Donc, comme à mon habitude, je suis pour, mais pas pour n'importe quoi ^^
Et surtout la plus grosse question est la suivante : si on fait un retour à un auteur qui s'en fout (genre il ne se reconnecte jamais après sa publication, ne fait aucune correction) seul le relecteur aura perdu son temps...
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Alors ça c’est un commentaire très développé et très complet XD Je vais essayer de t’apporter mon avis sur les points que tu énumères, mais c’est pas interdit que j’en loupe un.

L’idée n’est pas de cliver les gens, car l’objectif n’est pas d’éloigner les plus corrosifs, ni de leur supprimer l’accès à un chapitre ou à une œuvre. Le site étant un partage libre des textes de chacun, tout le monde peut y accéder, et le but n’est pas d’empêcher ça. Plutôt que d’éloigner les commentaires négatifs et assassins, on chercherait à concentrer les retours positifs et encourageants.

En ce qui concerne les termes « bienveillance » et « sympathie », et en me référant aux définitions proposées par le Larousse, je pense pouvoir dire que l’une ne va pas sans l’autre. Pour autant, il est bien question de bienveillance ici, et non de sympathie. Le but est de faire preuve de compréhension et d’indulgence, qui sont justement les termes employés par le Larousse pour définir la bienveillance. Après, il est évident que quelqu’un faisant preuve de bienveillance attire la sympathie, car il fait preuve de compréhension à l’égard des autres (chose assez rare pour être appréciée de nos jours). Mais on n’est pas là pour faire des pensums X)

Le but n’est pas de faire gonfler les stats ni l’égo, mais bien d’apporter un retour. A titre personnel, je me fous totalement des stats, car seul mon ressentit à l’égard de l’œuvre (ou de l’implication de l’auteur) compte lorsque je mets un like. Je suis venue sur Scribay pour lire de la sincérité, donc, lorsque je pense la voir et/ou la trouver, je lâche un like parce que ça ne coûte de rien de signaler à l’auteur que l’histoire me laisse une bonne impression. Après, qu’il se serve ou non de ces stats pour entretenir son égo, ce n’est pas mon problème (j’ai envie de dire). Si, par mes likes, je flatte 10 égocentriques pour n’encourager qu’un auteur sincère, et bien je continuerai tout de même, parce que chaque personne qui s’implique vraiment mérite d’être saluée et encouragée, et parce que je m’en fous totalement des autres X)

De plus, quand bien même l’auteur viendrait à ne jamais se reconnecter après avoir eu un retour, je ne pense pas que le relecteur soit perdant (à moins qu’il s’agisse d’un de ceux qui laissent de beaux et gentils commentaires pour que l’on vienne voir ses œuvres, auquel cas oui, il aura perdu son temps, mais je ne le plaindrais pas).

Pour ma part, car prendre mon exemple m’est plus simple, la relecture m’apporte énormément. Il est plus simple de voir la paille dans l’œil du voisin que la poutre que l’on a dans le sien. A force de faire des annotations, j’ai sans doute développé mon regard critique sur les écrits. En reprenant mes propres textes par la suite, j’ai inconsciemment prit le mode de lecture que j’avais lors de mes annotations. Je me suis alors rendue compte que j’avais commit de nombreuses fautes, que je critiquais allègrement dans les textes des autres. En conclusion, plus on exerce la critique, plus on est à-même de l’appliquer à ses propres textes (pour peu d’avoir du recul). En ce sens, avoir un retour sans réponse pour un relecteur n’est pas une perte de temps, car il aura exercé sa critique (et il aura donc progressé). Ce sera l’auteur qui, en écrivant et travaillant un texte dont il ne se soucie plus, aura sans doute perdu le plus de temps (et là encore, c’est son problème).

Concernant la possibilité de demander de l’indulgence à la communauté du point-virgule (si je peux l’appeler ainsi), je ne comprendrais pas quelqu’un qui réclame de l’exigence ET de la bienveillance (j’entends bien « bienveillance », et non « politesse »). En effet, l’exigence va souvent de pair avec l’expérience, et on sait qu’un bon professionnel n’est pas forcément un bon professeur (dans le sens où il manque de pédagogie, et où des choses qui lui semblent évidentes ne le sont pas forcément pour un débutant). J’ai moi-même expérimenté ce décalage lorsque j’ai demandé à une cavalière (qui souhaitait quelques conseils pour débuter dans le saut d’obstacles en équitation) de sauter un mètre sans selle et sans tenir la bride dès la quatrième séance. Le manque de pédagogie ne vient pas forcément d’une mauvaise volonté, mais il peut avoir un impact catastrophique pour la motivation de ceux qui en font les frais (si elle était tombée, peut-être n’aurait-elle jamais remit les fesses sur un cheval, alors qu’elle adore ça encore aujourd’hui… Elle aime moins mes cours et mes conseils, mais ça c’est assez compréhensible je pense, bien que ça ne l’empêche pas d’y revenir de temps en temps). Une fois affutés et parés pour la critique, les auteurs débutants pourraient alors comprendre et se remettre en question avec les commentaires pointus comme ceux que propose le point-virgule. En espérant que mon exemple t’ait aidé à mieux comprendre mon propos, parce qu’il est assez flou, je le reconnais.

Je ne vais pas parler de l’offre prenium de Scribay. Je risquerais de devenir horriblement vulgaire, et de me faire retirer mon compte assez promptement. Je m’abstiendrai donc X) (toutefois, si tu as pu comprendre, par ce texte, quel était mon mode de pensée, tu devineras sans doute ma position à l’égard de cette chose)

Le seul et unique but de cette discussion, si elle voit le jour, sera d’épauler les auteurs novices pour les faire progresser sans limiter leur créativité.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Gauz, je pense que le commentaire de J. n'est pas pour remettre en question ta démarche qui est louable et qu'on a tous parfaitement compris...
Le problème n'est pas ton initiative mais qu'on en ressente le besoin ici... ce n'est pas toi qui est clivant c'est le site entier qui le devient par ses utilisateurs et le manque de tolérance (allant jusqu'aux insultes parfois) aux différentes raison d'écrire ou ambition qui s'y attache ou pas d'ailleurs. Clivage qui a induit "le bon coin" qui déjà était une bonne idée mais finalement là pour palier un manque qui n'a pas lieu d'être sur un site qui propose justement un système de correction annotation commentaire, ne parlons même pas du "club valentine", parce que maintenant il faut s'excuser avant d'annoter un texte, et voilà une autre initiative de la même veine qui finalement montre que oui la communauté est clivée en deux (voire plus) et que ça devient relativement pénible et désagréable... parce que ce que tu propose C'est jamais qu'une correction basique... bref ce qui est déjà censé exister.

et en effet ne parlons pas de l'offre scribay premium... ;-)
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Ah effectivement je n’avais pas compris ça… Désolée d’avoir semblée « défend son bifteck », c’était pas mon intention.

Jusqu’aux insultes, carrément ? J’avoue que je ne m’attendais pas à ça. Les gens que je relis ont toujours été vachement civils et polis, donc je pensais pas que ça existait ce genre de chose… M’enfin on en découvre tous les jours
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
De ce point de vu, je ne sais pas si on peut séparer l’écriture d’un certain clivage (que ce soit entre les genres, les manières de les écrire, et les volontés qui s’y rapportent). Partant de là, je suppose qu’on peut juste s’y adapter… J’avoue que je n’ai jamais été contre le communautarisme (si tant est qu’on puisse comparer notre situation à du communautarisme), tant qu’il n’est pas exclusif. Donc l’idée de réunir plusieurs personnes ayant la même volonté ne m’a pas semblé être un problème, en premier lieu.

Je ne peux pas dire pour le « club valentine », je ne sais pas ce que c’est. J’en ai déjà entendu parler, mais je ne me suis jamais demandé ce que c’était, honnêtement. De ce que tu en dis, c’est un genre de « club » de relecture, si j'ai bien compris.

Je suis d’accord pour dire qu’on propose tous une simple correction, mais l’idée reposait plus sur la forme que sur le fond… Après, je t’avouerais que j’ai proposé l’idée comme ça, parce que de mon point de vue ça me semblait être une bonne initiative. D’où la discussion actuelle, pour savoir si ça tenait la route du point de vue général.

Dans mon idée de base, j’aurais préféré qu’on puisse avoir une dimension « lecteur » à son profil. Comme une sorte d’onglet qui explique quelle correction on fournit, quel genre de récit on apprécie, etc… Comme ça ce serait à l’auteur de rechercher ses éventuels relecteurs, ou quelque chose du genre, mais bon… Je doute que ce soit un jour effectif, car le site me semble vachement axé sur la publication des écrits (sensation que l’apparition de l’offre prenium a confirmé).

(Désolée d'avoir publié en 2 fois, mon ordinateur n'a pas voulu poster le message en entier ><)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Mais je te rassure, les insultes ne sont jamais venus des auteurs que j'ai eu l'occasion de corriger, elles sont venus de bien pensants qui se posent en chevalier servant pour défendre l'opprimé là où il n'est pas, qui se disent outrés (de quoi je me mêle bordel !!) des commentaires qu'ont peut faire a certains auteurs parce que ce ne sont pas des encouragement, qui explique que C'est inadmissible de ne pas passer en MP pour "critiquer" sans imaginer une seule seconde qu'une partie de la conversation leur a complètement échappée parce qu'elle s'est déroulée en MP justement bien avant la relecture et que la plupart du temps, l'intervention en question s'est faite à la demande de l'auteur... pas du relecteur. C'était d'ailleurs le principe du "bon coin", presque son origine, dire le genre de lecteur/relecteur/commentateur qu'on était. Mais voilà, nous sommes entre amateur donc aucune légitimité pour se permettre d'émettre un avis autre que des encouragements "sympathiques", ...

Les insultes sont venus de gens qui ne proposent aucune aide sinon des commentaires de complaisance pour s'attirer des lecteur, qui font rimer "Salope" avec "ferme ta gueule" mais en poésie donc on rigole et tout va bien, qui verrouillent leur textes afin d'éviter qu'on puisse contester la richesse de la rime ou la redondance du propos et qui partent du principe que chaque discussion ou questionnement en rapport avec le simple fait d'écrire est déjà une connerie. Et crois moi ils trouvent leur public.

A présent, oui il est naturel que certains se regroupent selon affinités, goût et ambitions. C'est normal. Écrire peut venir de nombreuses motivations, du vécu aussi, chacun est différent et nous n'avons pas tous les mêmes attentes. Avant, scribay possédait des communautés. Au moins les poètes pouvaient se retrouver, les fan de SFF, ceux qui aiment les romances etc...
Et ces deux communautés là : ceux qui écrivent pour se faire plaisir et ceux qui veulent plus, les adeptes des accolades sans prise de tête et ceux qui adorent qu'on décortique leur texte, ne se croisaient pas...
Maintenant, même foutoir et des frictions qui entraînent le genre de débordement dont je viens de parler ou encore la nécessité de créer ce genre de fil...

(Pour info : Le club Valentine consiste juste à mettre un mot sur ton profil pour dire que tu acceptes les annotations même très nombreuses sur ton texte et que tu es un relecteur qui en use tout autant ... no comment... mais quand une lectrice est venue s'excuser et demander la permission de lire mon texte en disant qu'elle avait tendance à annoter énormément... je me suis dit qu'on marchait sur la tête pour en arriver là... affligeant... )
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Je me verrai mal critiquer ces chevaliers bien-pensants, parce qu’il m’arrive aussi parfois d’avoir de la compassion pour quelqu’un qui reçoit un commentaire un peu dur… Ce doit être mon petit côté moine bouddhiste… Mais, en même temps, je considère que je n’ai pas à intervenir sans qu’on me l’ait demandé, et de ne jamais faire preuve de certitude car je ne suis pas capable de percevoir l’entièreté des éléments en cause.

Donc je comprends parfaitement ton ressentit, que je trouve légitime, mais je pourrais difficilement remettre en question ces gens sans faire preuve de mauvaise foi X)

Du reste, je pense que la richesse des commentaires de Scribay vient du fait qu’ils sont justement issus d’amateurs. J’ai du mal avec ce genre de mépris de notoriété, qui veut que, sous prétexte que tu ne sois pas reconnu(e) au sein de ton domaine, ton opinion à une valeur moindre. Je ne peux que te suivre sur cette question. Et je n’aime pas beaucoup ceux qui ont recourt aux commentaires « racoleur » (si tant est que le mot convienne), ça relève de la course à la notoriété ou à la reconnaissance, et je ne suis pas fan de ça… Donc là-dessus aussi je suis en accord avec toi.

Pour ce qui est de la poésie, je n’y connais rien, et je ne cherche pas vraiment à m’y connaître X) J’ai l’idée d’un genre vachement sérieux, donc je peux comprendre que ce genre de légèreté agace, d’autant plus si elle rencontre plus de succès que les textes travaillés…

Perso, le genre me semble bien trop complexe à appréhender, et j’ai toujours l’impression de tomber à côté ou de passer à côté de quelque chose de grand (le plus frustrant des deux, sans aucun doute) >< Mais, du coup, je ne vais pas dans le genre poésie, et ça règle le problème.

C’est là où je ne comprends pas ce qui fait que ces communautés, qui ne se croisaient pas avant, en sont venues à échanger. J’aurai tendance à penser que c’est une bonne chose que d’échanger les opinions entre les genres, mais je t’avouerai que je ne suis pas ici depuis très longtemps, donc je ne saisis pas bien ce que tu m’expliques là…

(Ah ce n’est donc pas un club de lecture… Merci de me l’avoir précisé. Pour le coup, j’aurai été incapable de deviner toute seule… ><)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Gauz on se comprends mal... la poésie en question dont je parle se sont les insultes en question... le fait de déguiser ça en insulte graveleuse pour dire "Salope ferme ta gueule" et j'en passe.

Ce qu'il s'est passé C'est que la nouvelle version de sxribau est passé par là et a supprimer le principe des communautés...
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Ah d’accord… Je ne vois pas quoi dire, si ce n’est que c’est triste d’en arriver là…
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Tout à fait d'accord! ;) certains oublient qu'une relecture / annotation ne veut pas dire réécrire / s'approprier un texte. Après il est vrai que parmi les débutants que nous sommes les niveaux sont très différents.

Comme tu l'as dit plus bas, ce serait bien de recopier le message de Gobbolino avec son guide.

Ceci dit, je me demande parfois ce que certains annoteurs diraient des ouvrages qu'on trouve dans le commerce ^^
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Chacun à sa vision de ce que devrait être une histoire (publiée ou non), donc techniquement, personne n'est exempt de toute critique, je pense.

Ahah je le fais souvent ça : réécrire des phrases ! Mais les auteurs auprès desquels je fais ça savent bien que je n'attends pas qu'ils repompent intégralement ma phrase (j'espère du moins O_O). Je fais plus ça pour leur signaler que ce passage me semble être en deçà du reste du récit, ni plus ni moins, à eux de voir pour la suite X)

Mais après, je comprends aussi les relecteurs qui ne disent pas "tu fais comme tu veux" à chaque fin d'annotation. Quand tu en écris 42, au bout d'un moment, c'est relou de préciser XD
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Effectivement, c'est une idée qui se défend tout à fait. On pourrait également en profiter pour former un peu les critiques débutants à la critiques bienveillantes, au passage.
Souvent, les auteurs débutants ne savent pas eux-même comment critiquer un texte (et pour cause, ils commencent), et cela pourrait non seulement leur donner des avis constructifs, mais également les aider à eux-même formuler des critiques constructives.
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
Personnellement, c'est ton guide des annotations qui m'a aidé à formuler mes critiques XD (J'essaierai de mettre cette discussion en discussion liée, d'ailleurs, ça peut être utile (si tu n'y es pas opposée).) Après, il s'agit d'y ajouter sa petite touche personnelle.
Mais sinon oui, on pourrait aussi faire d'une pierre deux coups comme ça !
Image de profil de GauzHramm
GauzHramm
C'est exactement l'idée, oui X) Je pense qu'il faut déjà un certain courage pour se lancer, et il est d'autant plus simple d'être déçu et de regretter par la suite si le(s) retour(s) est(sont) mauvais.
Je peux donc considérer que c'est un premier "oui" en faveur de cette initiative ?
0