Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Neru

Plusieurs genres dans une même histoire, bonne ou mauvaise idée?

par Neru  il y a 1 an

Salut !

Ca fait un moment que je me pose la question : mélanger les genres dans un roman est-il une bonne idée? Alors tout d'abord pourquoi cette interrogation, en fait lorsque je vais dans les librairies, les rayons sont toujours classés par genre prédéfinis : thriller, fantasy, ado, SF, policier .... Et effectivement il s'avère que les romans présents appartiennent bien au genre auquels ils ont été attribués. Normal me direz-vous. Mais dans ce cas comment classer les romans qui mêlent plusieurs genres à part égale? Est-ce que ça existe? Si on en reste à la classification classique si un livre mêle thriller et historique par exemple, vous allez le ranger dans les deux catégories? Vous ne pensez pas que les potentiels acheteurs penseront à une erreur de rangement?

Outre le côté rangement, cela a-t-il une chance d'intéresser ? Par exemple dans le domaine de la literrature de l'imaginaire, le genre dominant c'est la fantasy, y associer d'autres genres est-il donc une bonne idée? Je veux dire les lecteurs de fantasy achète les livres de fantasy mais s'ils voient qu'il y a d'autres genres d'associés, vont-ils quand même lire l'histoire? De même les éditeurs vont-ils prendre le risque d'éditer un livre alors qu'ils ne savent pas trop si le public va être conquis par un mélange de genres?

Enfin voilà pour les pensées qui me trotent dans la tête. Hésitez pas à débattre. Est-ce qu'avoir plusieurs genres dans un roman est un plus ou au contraire un malus?

Personnellement, je n'ai jamais lu de romans mêlant deux genres différents. En avez-vous lu? Qu'en avez-vous pensez ?

Fin de l'interrogatoire ;)

Image de profil de Quatseyes
Quatseyes
Une oeuvre d'art réussie est une oeuvre qui joue avec nos attentes et les déjoue. Elle est donc par essence insaisissable, inclassable.

Classer une oeuvre est un acte de violence intellectuelle qui spolie cette création de sa complexité naturelle pour la réduire à une seule entrée simple. C'est pratique, c'est relativement vendeur, c'est commercialement rassurant, mais c'est une agression contre l'oeuvre et son auteur comme une mystification abrutissante pour le lecteur.

Néanmoins, on peut utiliser la notion de genre pour appréhender une tendance dominante de l'oeuvre et, surtout, jouer avec les codes de celui-ci pour séduire, surprendre et bouleverser ses lecteurs.

Un genre est un chemin tracé en pleine nature : le suivre nous rassure, mais l'aventure, la découverte, l'émotion et la beauté se rencontrent lorsqu'on sort de cette voie limitée pour explorer l'infini et changeant paysage dont le chemin nous dérourne en nous incitant à ne fixer que la destination à l'horizon !
Image de profil de Neru
Neru
J'aime bien ta façon de penser :)
Après comme tu le dit ta vision des choses ne s'adapte pas au domaine de l'édition
Image de profil de Quatseyes
Quatseyes
;-)

C'est pas parce qu'on doit bouffer pour survivre qu'il faut pensée fric quand on crée !

Mais bon... Ça peut parfois aider...
Image de profil de GoM
GoM
GEO a fait une belle argumentation avec laquelle je suis d'accord.
Le genre, c'est la dominante de l'univers.
Nombreuses sont les sagas à avoir réussi, un mélange de genre. Oui, Umberto ECO et son "Au nom de la rose" est une prouesse en la matière. Une simple enquête, une histoire médiévale, un livre dans le livre - c'est le meilleur qualificatif. Un livre qui réussit à être complet dans son récit d'enquête, dans son historicité, et qui cache de nombreuses couches. Et c'est un roman populaire, une réussite critique et économique.

Autre saga bien connu, Game Of Throne, une saga politique ou fantasy. Ceux qui aiment la fantasy diront fantasy, ceux qui aiment la politique et les guerres politiques vous répondront que c'est le matériau de base de ce récit. Pourtant personne n'a vraiment tort. Et la saga est au summum.

Personnellement j'écris souvent des œuvres à doubles genre. Peut-être qu'un est dominant, une saga dans un univers fantasy ou apocalyptique aura tendance à définir les contours. Souvent j'y accole, une escapade, entre le road-trip et le genre aventure.
J'aime quand les héros évoluent, pensent, changent. Je m'intéresse à la psychologie des personnages, pourtant cela pourrait juste créer du back-ground. Et certains, n'y voit peut-être que de la fantasy ou que du l'apocalyptique.
Je me suis même attaqué, au journal intime en y mettant des super-héros, ou mes propres pensés dans un format décalé un peu comique et expérimental.

Après on se heurte parfois à la dure réalité, l'exemple de l’expérimental, qu'est ce qui le défini ? Qu'est ce qui fait qu'on va assez loin ?
Les limites apparaissent, si on veut une structure un minimum de cohérence et de compréhension, le genre n'est pas "expérimental" mais plus autobiographique. Certains genres tirent la couverture à eux, car ils sont très vastes et peuvent englober les autres thèmes. La Fantasy, rassemble des auteurs très variés qui n'ont pas vraiment de points communs (la magie, les dragons, les hommes d'armes, etc). Et pourtant, on arrive à les classer facilement dans une case. La SF fait aussi pareil.
Mais les romans d'Auteurs de Grandes littératures sont parfois inclassables. Et les frontières ne sont des fois pas épaisses, reste alors le nom de l'Auteur qui à lui seul peut être un genre.
Image de profil de Neru
Neru
Après je pense que c'est pas plus mal que les frontières soient parfois minces, de mon point de vue ça facilite l'écriture. J'ai d'ailleurs découvert il y a pas longtemps que dans la multitude de sous-classification de la fantasy qu'il y en a une qui s'appelle Sciences-fantasy (pour mélange SF-Fantasy)
Image de profil de GoM
GoM
Toute classification engendre elle-même un problème. Le système du genre comme code de classification, fait du genre le problème même de cette classification. Le propre de l’entropie et de la théorie du chaos.
Mais, une classification, est un système de simplification. On peut ainsi, s'orienter et réagir rapidement, en tant que lecteur on a des grands pôles d'attractions et le genre nous parle. Les lecteurs n'attendent pas la même chose d'un polar, que d'un roman historique ou fantastique. Un lecteur plus polar lira du polar fantastique et l'amoureux de fantastique choisira son histoire sur ce dernier critère.
Image de profil de GEO
GEO
Pour compléter la réponse de GoM le lecteur attend à la fois de trouver facilement les ouvrages qu'il préfère (coté marketing de la classification) mais une fois qu'il les a acquis, il s'attend à certains codes d'écriture et de narration lors de sa lecture(sans parler de clichés.)
Que diriez vous si Sherlock Holmes loupais son enquête après avoir négligé un indice criant ? Que diriez vous si le même détective abandonnait son enquête et le fidèle docteur Watson pour une passade amoureuse avec Moriarty ?
Ces hypothèses peuvent faire de beaux récits, mais ils demandent du talent pour que le lecteur les acceptent, acceptent la transgression des codes du genre.
A+
Geo
Image de profil de GoM
GoM
Je suis d'accord.
On trouve rarement des romans d'amour en plein 18ème siècles dans un Londres envahi de zombies. Ce serait très drôle, ou palpitant.
Cependant les attentes des lecteurs prévoient des triangles amoureux, avec des gentilshommes et des ladies se tournant autour dans des réunions, des salons et des bals. Difficile de rêver d'une amourette fleur bleue dans un monde anxiogène, déjà que le héros ou l’héroïne doit braver les interdits sociaux, les normes de l'époque et les mesquineries de l'entourage.
Image de profil de GEO
GEO
J'aime bien ton idée quand même :)
Image de profil de GoM
GoM
Oui ça mettrait un peu de piment. "Au non Charles-henry est tombé de la voiture hippomobile ! Courez mon cher ami !" "Au mon dieu, il s'est fait avoir."
"Ne regardez pas Henriette. C'est trop tard, on ne peut plus rien."
"Je l'aimais et je comptais le lui avouer ! Peste soient ces morts !"
(on pourrait faire une parodie entre Downtown Abbaye et The walking dead)
Image de profil de Neru
Neru
Je plussoie l'idée, tu as l'air bien parti ;)
Image de profil de GoM
GoM
Le gros problème c'est que j'ai déjà plein d'histoires en cours de rédaction ou en projet. Et je les finis jamais. Si je finis les Terres Désolés, j'y réfléchirais peut être, même si j'ai Assimilation en stand by depuis 2015.
Image de profil de GEO
GEO
J'adore ton passage ! Là le genre a l'air clairement Burlesque historique.
Écris les dans un carnet, un fichier ou grave les sur ta peau, en bref là où tu veux, mais laisses-en une trace ! Tu ne sais pas quand tu aura envie, et le temps de le faire mais ça peut venir.

A+
Geo
Image de profil de GoM
GoM
Merci, après faudrait connaitre sur le bout des doigts les genres pré-cités.
Mais j'écris très facilement des choses bien foutraques.
Image de profil de GoM
GoM
Reste plus qu'à trouver un nom remarque.
Le cœur d'Henriette Versus Zombies, Prenez moi la main ! et courez !, City of broken hearts with zombies, Henriette ! tue le à coup de pelle !

Faut du bien cliché.
Image de profil de GEO
GEO
Ou "Zombies et préjugés", "Zombie' fieldspark " ?
Image de profil de GoM
GoM
Oui j'aime bien, l'idée de "zombies et préjugés".
je mets un synopsis pour le fun (mon dieu je pars trop loin).

Flegme britannique, Ladies and gentlemen, la vie à Londres est difficile pour la jeune Henriette. Son petit cœur ne battait que pour un seul homme. Mais son enfance à peine finie, la voilà entrer dans le grand bal des cœurs à prendre. Ça. Et les Zombies. Mais quand on est Anglais en pleine époque victorienne, on fait avec.
Image de profil de GEO
GEO
Il y a aussi "Down tomb abbey"
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Au passage, le livre (et film existent déjà) Pride & Prejudice & Zombies. je ne résiste pas au plaisir de vous mettre le lien de la bande annonce. https://www.youtube.com/watch?v=foGraEVNI0s
Image de profil de GoM
GoM
Y a matt smith. Dommage, ils ont déjà pris l'idée du titre. Dans la forme, c'est très action. Je vois plus quelque chose avec l'humour Monthy python.
Image de profil de GEO
GEO
Plus .
Image de profil de GEO
GEO
Bonjour,
D'après ce que j'ai lu, l'appartenance à un genre est plus lié à l'effet que l'on veut produire qu'à une classification commerciale.
La classification commerciale est nécessaire aux éditeurs pour vendre les produits, cela permet d’homogénéiser leur offre, mais cette classification est, à mon avis, plus marketing qu'autre chose.
Par exemple certains classent Alien dans la Science-fiction, d'autres en tant que film d'horreur, je classe plus Blade Runner (le film) comme un Polar que comme un film de SF (cet avis ne regarde que moi, et je ne souhaite pas allumer le feu de la polémique sur ce point). Dans ce cas ce n'est pas tant un mélange de genre qu'un emprunt ou une classification par rapport à l'univers. De l'espionnage en 1914 sera-t-il plus espionnage qu'historique?
J'ai l'impression que le genre tient plus aux symboles et aux codes empruntés qu'à l'univers du roman.
Par exemple, si on prend une intrigue de résolution de meurtre, qui se déroule dans l'ouest sauvage :
- Quel sera le genre si le héros est un détective désarmé ne portant pas de grand chapeau et n'ayant jamais approché un cheval ?
- Quel sera le genre si l'enquête est menée par un ancien de la cavalerie, rapide à dégainer son arme et ne croyant qu'à la justice du colt ?
Pour résumer ma pensée, le premier cas donnera un récit d'enquête dans un univers western, alors que le second donnera un western dans lequel le héros mène l’enquête.
Pour expliciter ma pensée (qui pourrait sans doute être plus développée) il y a deux éléments qui définissent le genre d’un roman : l’univers dans lequel il se déroule et les codes et symboles auquel il fait référence. Pour revenir aux exemples de Blade runner et d’Alien : ils prennent place tous les deux dans un environnement de SF mais l’un utilise les codes de l’horreur alors que l’autre utilisent ceux du polar noir (Détective sur le retour, solitaire et dur à cuire, enquête dans les bas fonds…)
Pour conclure sur les codes d’un genre, il existe une construction narrative et une construction archétypique des personnages qui rattachent immédiatement le roman à un genre. Le lecteur s’attend en général à retrouver la structure correspondant au genre et peut être désorienté si le récit transgresse trop le genre (par exemple, dans le genre transgressif, si on transforme un guerrier en armure au centre d’un drame psychologique ou d’une comédie romantique.)
Rien n’empêche de mélanger univers et codes, mais mélanger les codes est plus hasardeux et demande plus de talents.
En espérant avoir apporté des éléments de réflexion sur un sujet qui m’intéresse beaucoup.

Geo
PS : ces réflexions ne regardent que leur auteur.
Image de profil de Neru
Neru
Merci beaucoup pour ton retour ! J'ai encore quelques questions pour toi ;)
"D'après ce que j'ai lu, l'appartenance à un genre est plus lié à l'effet que l'on veut produire qu'à une classification commerciale. La classification commerciale est nécessaire aux éditeurs pour vendre les produits, cela permet d’homogénéiser leur offre, mais cette classification est, à mon avis, plus marketing qu'autre chose." Du coup le genre se définit par un effet que l'on produit sur le texte, néanmoins le texte a besoin d'être monétisé, il y a donc une "conversion" genre (style) -> genre (marketing), c'est bien ça?

"il y a deux éléments qui définissent le genre d’un roman : l’univers dans lequel il se déroule et les codes et symboles auquel il fait référence. " Dans ce cas comment définir une histoire qui se passe dans trois mondes différents, où chaque monde a ses propres codes et symboles?
Image de profil de GEO
GEO
Bonjour,
Oui, le genre "marketing" correspond (à mon avis, je ne suis pas un expert du monde du livre) à une classification des collections (par exemple Robin Hobb est généralement classée dans une collection fantasy) et de rayons de librairie (rien de plus agaçant pour un client de chercher les policiers dans un rayon littérature comptant 10000 références et mélangeant les genres.) Ce que je définie comme « marketing » correspond en fait à la définition de ligne de produit dans le cas qui nous intéresse et dans cette définition il faut classifier les produits pour que le client n’aie pas de mal à les trouver (les boite de conserves pour haricots vert sont ensemble dans les supermarchés, pourquoi les livres de SF ne le seraient-ils pas ?)
"il y a deux éléments qui définissent le genre d’un roman : l’univers dans lequel il se déroule et les codes et symboles auquel il fait référence. " Dans ce cas comment définir une histoire qui se passe dans trois mondes différents, où chaque monde a ses propres codes et symboles?
Tu me poses une colle (oui, je sais, je tutoie tout le monde) est-ce que la définition du genre est vraiment importante dans ce cas ? Bon, d’après moi si ton héroïne/ héros (rayer la mention inutile), est le/la même pour les trois univers alors le plus simple serait que le genre s’inscrive dans celui auquel correspond le personnage principal.
Si l’histoire se déroule dans trois monde/ univers parallèles, il existe certainement un point commun entre les trois, par exemple si un de tes univers est le médiéval avec de la sorcellerie, que le second est l’époque actuelle mais qui contient lui aussi des éléments de paranormal et le troisième reprend les éléments fantastiques dans un monde de SF, alors l’élément commun est (tatatata, roulement de tambour) : le fantastique.

A+
Geo
PS : mes réflexions sont un peu foireuses mais j’aime réfléchir et le sujet des genre constitue un marotte pour moi en ce moment.
Image de profil de Neru
Neru
Au contraire fais-toi plaisir sur la réflexion, le sujet est là pour ça, ça serait dommage de s'en priver !
En ce qui concerne les mondes en fait y'en a 4 mais y'a pas d'action dans le quatrième enfin pas vraiment. En gros y'a un monde fantasy, un autre SF-steampunk, un monde SF-post-apo et un monde SF futuriste. Tu vas me dire y'a beaucoup de SF donc c'est une histoire de SF sauf que l'histoire du moins la première partie se déroule principalement dans le monde fantasy, mais au final même si il y a assez peu de SF au début (dû à la présentation successive des mondes) bah ça fait à peu près moitié-moitié SF fantasy.
Image de profil de GEO
GEO
La réponse est : genre fantastique ! (dont sont issus SF et Fantaisie)
Image de profil de Neru
Neru
La SF et la fantasy sont issues du fantastique ? C'est pas des genres distincts avec des sous-categories qui permettent de mêler les genres ?
Image de profil de GEO
GEO
D'après ce que j'ai lu (sources Anatomie de l'horreur de Stephen King), la SF et la fantaisie sont issues du premier genre créé : le fantastique, après ça reste une classif assez datée(car le fantastique s'est manifestée un peu avant la SF(les aventures du baron munchaousen avant Jules vernes, les histoire de vampire avant les soucoupes volantes)...
A mon époque on nommait la fantaisie, le médiéval fantastique. Le terme fantaisie désigne souvent un univers n'ayant aucun lien avec celui dans lequel nous vivons (par exemple le seigneur des anneaux ou star wars) donc, selon cette définition, on peut avoir de la fantaisie médiévale, typé renaissance, actuelle (par exemple Gotham city est une fantaisie) ,mais cette définition peut soulever des polémiques...
A+
Geo
Image de profil de Neru
Neru
D'accord je savais pas, merci :)
J'ai toujours connus ces genres distinctement, la SF c'est Stargate par exemple, la fantasy, le seigneur des anneaux, le fantastique, euh j'ai pas d'exemple ^^'.
Je pensais pas que le fantastique était précurseur, j'ai plutôt l'impression que c'était le genre le moins représenté
Image de profil de GEO
GEO
Tu as raison, le fantastique était précurseur, les genres (ou sous genre) se sont multipliés après.
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
Attention car les "genres" dans les magasins mélangent des univers (SF, fantastique, fantasy, ,...) avec des styles littéraires (autobiographie, policier, thriller, historique,...).

Donc c'est normal de pouvoir mélanger des univers avec des styles littéraires. Et les exemples sont légions :

- Médiéval-Policier : Le Nom de la Rose, d'Umberto Ecco
- Fantasy-Policier : la série des Nicolas Eymerich, inquisiteur
- SF-Thriller : Blade Runner
- Fantasy-Autobio: L'Assassin Royal, de Robin Hobb
- SF-Policier : L'Eveil du Leviathan, le premier tome de The Expanse

Et j'en passe.

Et je n'en pense que du bien pour la bonne raison que j'avais commencé à écrire une histoire fantastique et je me retrouve à écrire un policier !
Image de profil de Neru
Neru
D'accord mais dans ce cas qu'est-ce qui différencie un genre d'un style?
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
Je ne préfère pas entrer dans une explication sémantique rigoureuse car j'ai forcément employé ces termes de manière impropre, en toute rigueur.

Il faut juste garder l'idée que les catégories de romans ne sont pas toujours sur le même plan. Certaines indiquent une façon de raconter les choses (narration, structure, clichés), et certaines indiquent plutôt un univers au sein duquel se déroule l'histoire (SF, historique, vampires, post apo,...).

Pour employer une métaphore, car j'adore ça, c'est comme classer les humains en différentes catégories de la sorte : les blancs, les malades, les notaires, les enfants et ceux qui aiment les chats.
Image de profil de Navezof
Navezof
1) "Mais dans ce cas comment classer les romans qui mêlent plusieurs genres à part égale?"
Ca dépendra de l'humeur/préférence du libraire, ou du marché.

2) "Est-ce que ça existe?"
Oui. Je n'ai pas de chiffre ni d'exemple, mais ça m'étonnerait que personne n'ai déjà pensé à mélangé thriller et medieval, ou thriller et SF (genre bladerunner/Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?)

3) "Si on en reste à la classification classique si un livre mêle thriller et historique par exemple, vous allez le ranger dans les deux catégories?"
Cf 1)

4) "Vous ne pensez pas que les potentiels acheteurs penseront à une erreur de rangement?" Je pense que les potentiels acheteurs seront plus interessé par les bouquins que leur rangement.

5) "Outre le côté rangement, cela a-t-il une chance d'intéresser ?"
Oui, cf 2)
Sinon ça dépend du bouquin.

6) "Par exemple dans le domaine de la literrature de l'imaginaire, le genre dominant c'est la fantasy, y associer d'autres genres est-il donc une bonne idée?"
Je pense que oui.
Sinon, cf 5)

7) "Je veux dire les lecteurs de fantasy achète les livres de fantasy mais s'ils voient qu'il y a d'autres genres d'associés, vont-ils quand même lire l'histoire?"
Cf 5), et j'insisterais encore plus sur le "ça dépend du bouquin"

8) "De même les éditeurs vont-ils prendre le risque d'éditer un livre alors qu'ils ne savent pas trop si le public va être conquis par un mélange de genres?"
Cf 7), et ça dépend aussi de l'éditeur. Même si par défaut, je dirais que l'éditeur n'aime pas les risques, si il cherche un genre précis, si tu lui présente un genre hybride, il sera moins tenté de le prendre. (A mon avis)

9) "Est-ce qu'avoir plusieurs genres dans un roman est un plus ou au contraire un malus?"
Cf 7)

10) En avez-vous lu? Qu'en avez-vous pensez ?
Oui, par exemple Téméraire de Naomi Novik, qui est un mélange entre roman de guerre historique (napoélonienne) avec du fantastique (des dragons) que j'ai adoré. J'ai aussi lu "Le Paris des Merveilles", qui est un mélange entre thriller et fantasy. J'ai beaucoup moins aimé. Mais c’était plus à cause de l'écriture que du mélange de genre.

Pour conclure : ça dépend :D

Je n'ai jamais été très fan des catégorisations, peut être parce que je préfère écrire d'abord et me soucier du genre après.

Si un livre mélant les genres interesse, ou non, ce n'est probablement pas parce que c'est un mélange, c'est simplement parce que le livre est "bon". Le mélange n'a que peu d'incidence sur l'oeuvre. Dans le sens ou on ne va pas juger un livre sur le mélange, mais sur le résultat du mélange.

Si je ne suis pas clair, ne pas hésiter à me relancer :)
Image de profil de Neru
Neru
Je suis d'accord avec toi pour dire que c'est le résultat du mélange qui est jugé... mais le mélange en question dépend de ses ingrédients. C'est un peu comme en cuisine, tu peux avoir une idée de recette complètement originale mais il se peut que les ingrédients ne se marient pas entre eux. Je sais pas si c'est clair ^^'. En gros j'ajouterai une petite nuance à ta conclusion
Image de profil de JoshDan
JoshDan
Salut Neru, en fait, tout dépend de ce que tu veux écrire. Dis-toi, c'est comme la musique et le cinéma, il y a toujours un genre qui prédomine sur un autre.
Comme exemples, je pourrais citer "Dôme" de Stephen King, ou encore "Si c'était vrai" de Marc Levy. Après, il y a plein d'exemples mais je préfère m'arrêter ici pour l'instant.
J'espère que ces paroles t'auront bien aidé. Là-dessus, bonne continuation :-)
0