Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Gaëlle

Conan le Barbare

par Gaëlle  il y a 2 ans

Bonjour, je suis nouvelle alors désolée si ce sujet sors un peu de nul part ;)

Voilà je voulais juste dire que je suis une grande fan de "Conan le barbare" (heroic fantasy) qui, pour moi, sont des livres de grandes qualités.

Des aventures incoyablement prenantes et originales, des décors majestueux et crédibles. Un monde de fantasy vraiment incoyable de brutalité et de mysticisme. Bref j'adore.

Je suis tellement triste que la plupart des gens ne connaissent que le film de "Shwarzennheger(?)" et que lorsque je dis que je suis fan, on se moque presque de moi :/

Alors voilà, je tenais à évacuer ma frustration et du même coup faire connaître aux gens cette belle série de livres. Sans préjugés! ;)

A bientot!

Image de profil de Guillaume Roussard
Guillaume Roussard
"Sache, ô Prince, qu’entre l’époque qui vit l’engloutissement de l’Atlantide et des villes étincelantes… il y eut un Âge insoupçonné, au cours duquel des royaumes resplendissants s’étalaient à la surface du globe… Mais le plus illustre des royaumes de ce monde était l’Aquilonie, dont la suprématie était incontestée dans l’Occident rêveur. C’est en cette contrée que vint Conan, le Cimmérien – cheveux noirs, regard sombre, épée au poing, un voleur, un pillard, un tueur, aux accès de mélancolie tout aussi démesurés que ses joies – pour fouler de ses sandales les trônes constellés de joyaux de la Terre."


Ah Conan. J'avais vu ce message, posté entre deux pompeuses déclarations sur comment - en tant qu'écrivain - on se devait d'être plus inclu.si/v/f/s/e comme l'écrivain de Sartre ne pouvait être que communiste. Et je m'étais dit que non, Conan n'avait pas sa place dans notre époque et que son auteur avait bien fait d'aller se brûler la cervelle sur un parking du Texas.
Car vous savez très bien ce qu'on en aurait dit de ce texan fasciné par la force physique et amateur de clubs de boxe, de cet écrivain compulsif qui prétendait que Conan le hantait, qu'il n'était que le medium d'un barbare au dessus de lui qui le possédait.

Bon sang, pauvre Howard, son oeuvre cannibalisée dès sa mort par des auteurs de pulp, qui identifiant là l'orange à jus pressèrent tout jusqu'à la dernière goutte, la râpe et les pépins jusqu'à obtenir une eau couleur orange et vaguement sucrée, et qui sent la sueur. L'auteur de Conan pillé par des barbares, quelle ironie n'est ce pas ? Pire que pillé, obligé de servir en esclavage des maîtres qui veulent le plier à sa volonté.
Le Conan bodybuildé qui occupe tout l'espace en est le digne héritier. Il n'a rien à faire là. Il est ce que les pilotes de Top Gun sont au grand cirque de Clostermann, les Village people aux guerres indiennes. Une parodie destructrice et grotesque.
Allons, laissons celà, les années 2000 sont déjà loin derrière nous. Un autre monde.
Image de profil de C.N.G
C.N.G
j'attend mon anniversaire pour me prendre la nouvelle édition collector anniversaire de Conan le Barbare aux éditions Bragelonne.

Et comme vous, j'ai le droit aux réflexions bas de plafond "mais c'est pour les bourrins cette histoire non ? Il n'y a que du sexe et des combats".

Non messieurs, il n'y a pas que ça !
Image de profil de Narindra le Gobelin
Narindra le Gobelin
Ah, ben tiens, moi qui commençais à désespérer, je rencontre enfin une autre personne mordue du héros de R.E. Howard ! J'espère que tu es toujours sur Scribay !

Au fait, tu peux vérifier, mais Howard n'appelle jamais son héros *Conan le Barbare*, toujours *Conan le Cimmérien*.
Image de profil de Louise F.
Louise F.
J'avais été très déçue en lisant une des nouvelles : j'en avais entendu tellement de bien que je m'attendais à… autre chose. Mais je pense que c'est le côté un peu… vieillot de l'écriture et que je suis habituée à des trucs plus récents. Ou alors, je suis pas tombée sur la bonne nouvelle.

En tout cas, j'ai vu le film de 1982 que j'ai trouvé franchement sympa.

Et surtout, si je mets mon petit message ici, c'est pour passer ce lien https://www.youtube.com/watch?v=lFW71Tbddq8&list=PLHT4ZvmtRHiJfq3Hcg7yEZk7EVI_IIMX6&index=24 du fossoyeur de film sur justement Conan. Son interprétation n'engage que lui mais en tout cas, c'est réfléchi et hilarant. Je conseille le reste des vidéos du fossoyeur. ^^ (rien que pour le vocabulaire, on peut s'en inspirer pour les écrits XD)
Image de profil de Darzel
Darzel
Perso, je trouve le style d'Howard ultra chiant et sporifique (normal je peux pas blairer les descriptions), même si j'adore son univers.
Et on critique pas le film avec Schwarzenegger. D'abord on critique pas Schwarzie.
Image de profil de Joe Cornellas
Joe Cornellas
Au milieu de ce vieux post que je déterre, j'avais eu une discussion à bâtons rompus sur le sujet du film de Milius ;-)
https://www.scribay.com/talks/3344/bon-mechant--mauvais-gentil
Image de profil de Nyctophylax
Nyctophylax
Robert Howard est d'abord connu pour ses histoires, surtout des nouvelles, de Conan, mais il a créé d'autres héros similaires comme Krull ou Solomon Kane. D'ailleurs, les personnages de Conan, Krull & Solomon sont facilement interchangeables, Howard ayant réécrit des nouvelles de Krull pour Conan et inversement.
En revanche, il n'est pas le créateur de Red Sonja qu'on associe à Conan postérieurement.

Pour situer par rapport au Seigneur des Anneaux, Howard, Lovecraft et Tolkien sont nés à 16 ans d'intervalle. Howard et Lovecraft publiaient dans des pulps type Weird Tales, pas Tolkien.
Howard et Lovecraft, américains, correspondaient ensemble et on retrouve quelques similitudes dans leurs descriptions des horreurs et de l'indicible. Ils sont morts moins d'un an l'un après l'autre et Tolkien n'a commencé à publier en 1937, qu'après leur mort.

Conan, c'est l'archétype du barbare : violent, amoral, viril, nihiliste, hyper-sexualisé et hédoniste plus qu'épicurien. Il évolue dans une préhistoire mythologique dans laquelle les dieux ont un avatar terrestre. Sans allégeance, il ne vit que pour l'argent et les femmes. Argent qu'il dilapide aussitôt en beuveries monumentales. Il prend ce qu'il convoite, vit au jour le jour, tantôt voleur, mercenaire d'armée ou privé, brigand, pirate… Mais il ne reste jamais longtemps au même endroit. Soldat, il déserte l'armée quand il s'ennuie, qu'on ne le paie pas assez ou que la tête d'un supérieur ne lui revient pas. Pirate, il perd son navire quand l'équipage le trahit.
Il hait le monde civilisé qui est pour lui une forme sournoise de la violence naturelle ne pouvant mener qu'au chaos. Rien ne différencie vraiment l'homme civilisé du barbare, si ce n'est que le barbare ne cache pas ses vices et n'a pas d'ambition si ce n'est de vivre simplement. Les histoires sont globalement pessimistes à 2-3 exceptions près, Conan ayant de longues invectives envers la vacuité des choses, le mal ordinaire qui appelle le mal extraordinaire, etc.
Et puis il devient roi quand on vient le chercher une fois de trop et que selon la loi, l'exécuteur de l'ancien roi prend le trône.
Tout ça est raconté sans ordre chronologique, ce qui est l'originalité de ses aventures. On sait dès le début qu'il sera roi, puis rapidement on le découvre jeune aux prise avec des géants des glaces.


Si on a une image d'idiot brutal en pagne, c'est pour diverses raisons.
D'abord, il y a la reprise et la réécriture des histoires de Conan par Lyon Sprague de Camp qui s'auto-proclame co-auteur. Il réarrange l'ordre des nouvelles qu'il réédite et prolonge, faisant tomber dans l'oubli les travaux originaux de Howard. Puis il file le personnage à d'autres auteurs qui continuent d'ébarber Conan de son aspect nihiliste. Les femmes qui défiaient Conan ne sont plus là qu'en tant que conquêtes.
Le passage par les comics Marvel contribue encore à accentuer le côté übermensch sans cerveau de Conan : toujours en pagne avec son casque, son épée, son corps bodybuildé, il côtoie des femmes de plus en plus dénudées et idiotes.

Enfin, le premier flim.
Schwarzenegger ne parlant quasi pas anglais à l'époque du flim, toutes ses répliques ont été caviardées car on l'a engagé pour son expertise en auto-onction alors qu'il est autant acteur qu'un balai à chiottes fait lave-vaisselle.
Ajoutons à ça le fait que le scénar ait été réécrit des dizaines de fois par, entre autre, un Oliver Stone complètement shooté. Le premier script avait lieu dans un univers post apocalyptique pour une durée de 4h avec une horde de mutants et des traces de coke jusque sur la pellicule
Ça donne une œuvre sombre et baroque très éloignée des livres : le scénario se veut une fresque initiatique et épique totale quand les nouvelles se contentaient de montrer des épisodes pas toujours glorieux du barbare ; le personnage n'est qu'une ombre de Conan, de nombreux trucages sonnent faux et les combats sont un gag, mais l'immersion fonctionne. En parlant des combats, Sandra Bergman, qui joue Valeria, détonne particulièrement dans les combats car c'est une danseuse et quand Schwarzy fait office de bloc de pierre en polystyrène grimaçant, elle est presque trop crédible.

La suite, Conan le Destructeur, est du nanard à plein tube (mention spéciale à la cigarette crapotée hors écran et qu'on souffle dans le champ pour faire croire que "bourhrhrhrh fait froid tout d'même! ") qui pourtant est plus proche de l'esprit du matériau d'origine dans son scénar.

Quant à la tentative de reboot de la franchise, il y a aussi à boire et à manger : Momoa joue très bien le côté brutal, belliciste de Conan, mais le scénar oublie encore d'aller au-delà du pragmatisme nihiliste du personnage et repartir sur une vengeance était excessif.

Bref, lisez du Conan, les traductions de Howard sont dispo depuis quelques années et Dark Horse Comics a repris l'adaptation BD en retravaillant à partir des textes originaux, sans prendre en compte la réécriture par Sprague de Camp.

PS. Vous pouvez pleurer un coup avec l'adaptation de Red Sonja titrée Kalidor en français, avec Brigitte Nielsen et où Schwarzy reprend son personnage de Conan-pas-libre-de-droits-donc-on-va-changer-en-Kalidor. Si Conan le Barbare était un expresso, Conan le Destructeur serait du jus de chaussette décaféiné et Red Sonja un gobelet Starbuck oublié où des cafards ont abandonné leur progéniture. Les combats sont sponsorisés par l'arthrose. Pour attirer du jeune public, on insère du personnage secondaire enfant avec du gag de cirque miteux. Avant ça, on insiste lourdement sur l'origine de Sonja, violée par les soldats de la méchante qui est forcément lesbienne. Et du boob gratuit s'incruste avant qu'on ait le temps de vérifier si c'est bien un programme familial.

PPS. Un Conan non officiel a été... commis à la fin des années 90 par les studios De Laurentis, avec Kevin Sorbo (Hercule version papier mâché) & Tia Carrere (Lara Croft du samedi après-midi). L'histoire devait se situer dans la période Conan Roi, mais des problèmes de droits d'auteur ont une fois encore empêché de salir le nom de Conan, donc les studios se sont rabattus sur "l'autre", Krull. Ça a donné Krull le conquérant. Regardez jusqu'au générique du début. Ce sont les 5-10 minutes les plus guitar hero de l'heroic fantasy.
Image de profil de Jonas
Jonas
Tu m'épates !
Image de profil de Ashtheking
Ashtheking
Petite correction sur les conan marvel : Fut un temps où le studio tentait la fidélité et la plupart des nouvelles originelles furent adaptée stoïquement et le plus fidèlement possible en noir et blanc. Le barbare n'était pas systématiquement en pagne et les femmes étaient fortes et indépendantes. Puis, le matériaux de base venant à manquer, ils ont utilisé le "travail" (nous devrions tous utiliser pillage ici) de Sprague de Camp pour continuer à fournir un travail hebdomadaire, et de temps en temps, inventait un truc pour combler un vide entre deux histoires. Là le physique de conan prend de l'importance et les femmes commence à devenir de james bond girls mais loin de n'être qu'un bourrin décérébré, Conan est surtout une machine de volonté qui, tel un chevalier du zodiaque, survit grâce à son instinct qui le pousse à continuer le combat jusqu'aux portes d'Arhallu. C'est sans aucun doute parce que j'ai grandi avec le spécial conan de mon oncle que je n'arrive pas à détester ce conan, qui n'est pas que la brute décérébré que les adorateurs d'Howard décrivent. Ce ne sont qu'après les années 80 que ça s'est vraiment gâté pour le barbare. Souvenons-nous tous de l'abominable dessin animé "Conan l'aventurier" et de "Conan le conquérant" (avec l'allemand de Gladiator) ^^
Image de profil de GoM
GoM
Tout le monde connait de nom "conan". Des gens se moquent du film avec Arnold, mais peu le voient en entier et en le replaçant dans son époque. Film décomplexé d'action fantasy si rare à cette époque (1980) à un tel aboutissement.
Après le film est en dessous du bouquin surtout quand le bouquin est sorti avant Tolkien et propose un univers fantasy certes très musculeux, mais pas bète.
Image de profil de VladPopof
VladPopof
Je ne connais pas les livres Conan le Barbare. Tu peut développer en précisant leur nombre, auteurs, arcs intéressants, livres coup de cœur?
Image de profil de Aelliusal
Aelliusal
Le post date un peu trop. Je pense pas que l'auteur soit encore actif pour répondre à ton interrogation :-/
Image de profil de VladPopof
VladPopof
Un mois, j'avais encore de l'espoir.
Image de profil de Darzel
Darzel
Robert E. Howard est l'auteur original. Ce sont uniquement des nouvelles, mêmes si certaines pourraient êtres considérées comme des petits romans (surtout les clous rouges).
L'intégrale est dispo chez bragelonne en trois volumes
Image de profil de Méliné D.
Méliné D.
Je ne savais pas que Conan le barbare était un livre à l'origine( j'irais voir peut-être). Je ne connais pas non plus les films qui en sont issu mais je connais leur parodie Ronal le barbare si tu ne connais pas et que comme moi tu rêve de bottine rouge en prépus de lézard je te conseil de regarder.

Et puis ne t'inquiète pas nous avons tous des plaisirs coupables
0