Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Navezof

Une histoire de rythme

par Navezof  il y a 1 an

Comment gerez vous le rythme de votre texte ?

Avant de commencer quelques défintions (ce ne sont pas les définitions officiels, mais plutôt comment moi je comprends ces mots, juste pour qu'on soit tous d'accord sur le sujet)

Un rythme lent est un passage avec des descriptions, ou bien une discussion, comptemplation ou tout autre action qui n'apporte pas de changement.

Un rythme rapide serait au contraire définit par des actions. Cela peut etre un combat, une course ou tout autre action de changement rapide.

Avec la cinquieme phase de rélecture/réecriture de mon roman finit, je peux maintenant m'attelé à la 6ème phase. Et celle ci porte en partie sur le rythme du récit. Un reproche assez régulier que l'on m'a fait est le rythme trop rapide (trop d'actions) qui empechait de s'attacher au personnage puisque le lecteur ne passait pas suffisament de temps avec eux.

J'ai donc pris le sommaire découpé en chapitre et en partie de mon roman et colorier le titre en fonction du rythme de la partie. Rouge pour de l'action pur, bleu pour un mélange et vert pour un moment "calme". Je me suis retrouvé avec 24 rouge, 21 bleu et 7 vert.

Cette méthode m'a permis de mieux mettre en évidence le rythme global du roman et je travaille maintenant à mieux homogéniser le tout.

Je me demandais si vous utilisiez des méthodes particulières, ou si vous ne vous en occupiez pas du tout ?

Image de profil de Louise F.
Louise F.
Coucou, d'après les quelques traités que j'ai pu lire, il y aurait trois rythmes de temps.
Le temps plus lent que dans la vraie vie i.e. la description. Quand tu vois un paysage, tu le vois en une fraction de seconde alors qu'il faut plusieurs secondes pour lire la description.
Le temps égal à la vraie vie : le dialogue. Tu lis à peu près aussi vite que tu ne le dis.
Le temps plus rapide que la vraie vie : l'action mais n'oublions pas les ellipses. «quinze ans plus tard» est rapide. ;)

D'autres traités parlent peut-être d'autres choses mais je n'en ai pas souvenir car cette définition me plait pas mal.

Ensuite, le rythme peut aussi être dicté par le style pur : une description avec des phrases courtes aura un rythme rapide. Et vice-versa pour une action avec des longues phrases, tout comme le disent Alexis Garehn, Témise et Auteur inconnu d'une autre manière, aura un rythme long.

Ce qui n'était pas ta question. Je pense que tout le monde s'intéresse à un moment ou à un autre au rythme, du moins pour ceux qui s'intéressent un peu à peaufiner leur texte. Dans les quelques textes que j'ai plus poussé (souvent j'écris et publie d'un seul jet) ma seule méthode pour vérifier le rythme ? Lire à voix haute. Heureusement, ce n'était pas des longs textes (mais un roman m'attend >.<) Toutefois, tu vois très vite, à ton essoufflement et ton endormissement, si le rythme est le bon.

Ta méthode : c'est la première fois que j'apprends cette méthode et, autant je trouve l'idée très bonne, autant j'aurai dans un premier temps du mal à l'appliquer (mais je vais essayer quand même car je la trouve très intéressante) car mes chapitres seraient tous mixtes. Je fais des chapitres très longs – quand j'en fais.

Mais, je pense aussi que tu as une autre interrogation, peut-être plus pertinente dans ton cas : comment faire pour ralentir le récit ? Ma foi, j'ai deux réponses à cette question :
1) as-tu vraiment besoin de ralentir le récit ? Un récit d'action est ma foi un récit d'action. 1 bis) as-tu vraiment besoin d'homogénéiser ?
2) si la réponse précédente est «oui». Alors, c'est qu'il faut soit retrancher des combats, soit rajouter des épisodes plus lents entre tes combats. Ça peut être par exemple, des discussions entre tes personnages ou un peu plus de description sur ce qu'ils font ou ce qu'ils pensent, voire même laisser un peu de suspense en racontant ce qu'il se passe avec un autre personnage. je te conseille de regarder des films (je pense à Matrix là, avec la scène de combat dans le hall d'entrée puis les autres scènes de combats, comment tout ça s'articule ?) ou autrement, je pense aux romans de Michel Robert, dans sa sage de l'agent des Ombres ou les spin-off comme Gheritarish. Ces romans ont d'excellentes scènes de combat et sont bien articulés entre.

Pour ma part, j'ai une question encore : tu parles du cinquième jet. Peux-tu me décrire tes différentes phases de lecture/réécriture ? (j'avais lu un bouquin où ils parlaient de 7 phases, c'étaient bien tourné, j'avais pris des notes et je les ai perdu. >.<)
Image de profil de Julien Be
Julien Be
Je suis d'accord avec Louise F. sur la méthode de lecture à voix haute. Nous avons naturellement la notion de rythme dans le langage verbal donc lire à voix haute permet de "valider" le rythme en quelque sorte. Je trouve cette approche d'autant plus pertinente quand le texte est écrit à la premier personne, comme si c'était le protoganiste principal qui racontait une histoire.
Ceci dit, j'aime bien le principe des couleurs et vais l'essayer.
Image de profil de Louise F.
Louise F.
Je crois que tout le monde a été impressionné par cette technique que tu as inventé Navezof ! ;)
Image de profil de Navezof
Navezof
Je crois que je vais devoir poser un brevet et écrire un livre sur "la méthode des couleurs" :D

"Ce qui n'était pas ta question."
Effectivement, ma question portait moins sur le rythme d'un passage, mais plus sur le rythme de l'oeuvre entière. Du coup une lecture à voix haute n'est peut etre pas la meilleur des solutions, puisque ce genre de lecture permet de vérifier qu'un passage à un bon rythme (ou chapitre si courage il y a) mais pour ce qui est de déterminer le rythme de l'ensemble, c'est plus fastidieux. Je peux avoir des passages qui ont individuellement un tres bon rythme, mais une fois collé ensemble, tout s'effondre.

1) Oui. Le problème avec l'action, c'est que ça marche mieux si on est attaché au personnage qui subit l'action. Dans l'état actuel, en voyant machine se faire découper le bras, il se dit : "Cool story bro". Ce qui n'est pas bien.
1bis) Je ne cherche pas à homogénéiser mais à ajouter/enlever des passages pour rendre le rythme moins "monotone"

2) L'ajout d'episode me parait la meilleur solution. Mais en les écrivants, j'ai peur que ça soit trop lent, ou sans vraiment d'interet. La tâche est rendu encore plus difficile par le fait que je connais tres bien mes personnages et y suis déjà attaché.

La comparaison avec les films est une bonne idée, je ferais plus attention au rythme, ça pourrait aider. Merci également pour les recommandation de livre, je vais ajouter ça à ma liste de livre à lire un jour :)

Question bonus :
Il n'y a pas vraiment de méthode derrière mon texte, surtout que j'ai commencé mon texte en tant que nouvelle, donc parcous d'écriture un peu atypique. Mais ça peut se résumer à :


1. Re/Définition du thème, imagination de l'histoire globalement, les personnages, leur évolution, ...
2. Définition des evenement critique (des scènes très fortes et indispensable)
3. Ecriture d'un plan pour aller d'un evenement critique à un autre
4. Ecriture du texte
5. Relecture (expression, rythme, style)
6. Réecriture
7. Relecture (ortho)
8. Publication (scribay, ami, beta lecteur)
9. Récupération des retours, amélioration de la version suivante


Repeter autant de fois que nécessaire et en variant la cible de publication (les 3 premières etait sur scribay, la quatrième j'ai envoyé par mail à quelques personnes, la 5ème à des amis proches)

J'espere avoir été suffisament clair, merci pour ton aide Louise F. !
Image de profil de Alexis Garehn
Alexis Garehn
C'est intéressant ta technique des couleurs !

Selon moi, il y a vraiment deux rythmes différents :
- celui de l'écriture en elle-même (la taille des phrases, les descriptions, les dialogues...)
- celui de l'histoire (action, information, rebondissement...)

La question à se poser concernant le rythme sur le roman entier est "à quel moment j'intègre des passages qui vont marquer le lecteur et le pousser à continuer".
Image de profil de Témise
Témise
Bonjour, j'aimerais savoir comment tu considères ce texte, comment tu le ressens : as-tu l'impression de te poser pour regarder les choses en tant que lecteur "

" Pénétrant dans le café pour la première fois, je pris le temps de regarder le lieu. Nombreux tapis, tous dissemblables. Tables, chaises et vaisselle dépareillées. Cheminée où flambe un bon feu. Comptoir noir surmonté d'un grand miroir."

Ce que j'essaie de dire, c'est que le rythme du texte ne dépend pas du contenu pour moi. On peut écrire une course par exemple:" il courut se réfugier dans la forêt, grimpant prestement dans un arbre pour se dissimuler aux yeux de ses poursuivants". Mais aussi "il courut au milieu des blés mûrs. Sur son passage, coquelicots et bleuets, inclinés par le déplacement d'air de sa course folle, semblaient le saluer. Enfin, il arriva à la lisière de la forêt. Il connaissait le coin comme sa poche, et s'y engagea sans hésiter ni ralentir sa course. Le temps que ses yeux s'habituent à la semi obscurité, il était arrivé. Au-dessus de lui, un hêtre ouvrait ses branches. Sans hésiter, il grimpa avec la rapidité de l'habitude, indifférent à la mousse rendant le tronc glissant. Quelques secondes lui suffirent à gagner la plate-forme, parfaitement dissimulée par les feuilles et les branches, qu'il avait construite quelques semaines plus tôt. Désormais en sécurité, il s'immobilisa et regarda goguenard ses poursuivants le chercher quelques dizaines de minutes puis repartir bredouilles."

Alors oui, il faut varier le rythme de ton texte, pour que le lecteur ne s'ennuie pas. Mais à mon sens pas selon le type de scène, mais bien selon comment tu souhaites que ton lecteur vive la scène (cool ou tendu ?).

Je partage tout à fait l'avis d'Armand : on peut donner des infos sur les personnages autrement que par le rythme. En fait pour moi le rythme met seulement l'accent sur l'humeur et le ressenti du narrateur face à ce qu'il raconte.

Et je ne dis absolument pas ça pour remettre en cause ta classification (c'est intéressant aussi d'équilibrer entre scènes d'actions et scènes autres).
Mais je pense que le rythme du texte (de par sa forme) est intéressant aussi à équilibrer (et il peut d'ailleurs varier au cours d'une scène !)
Image de profil de Navezof
Navezof
Salut, merci pour ta réponse et je suis entièrement d'accord avec toi, mais ma question ne se portait pas tant sur comment rythmer un passage du texte, mais comment rythmer l'oeuvre entière.

C'est au moment ou le texte est finit, que tout les chapitre sont là, comment faire pour etre sûr que le texte n'est pas seuleument bon dans chacun de ces passages, mais globalement. Tu peux avoir le meilleur rythme posisble pour un passage, si il n'y a aucune synergie avec les autres passages, ça reste un problème :)

Mais merci pour ton aide !
Image de profil de Témise
Témise
De rien. Pour moi, le rythme (d'une mélodie, mais aussi d'une poésie) dépend de l'agencement des notes, ou des pieds composant les vers. Mais absolument pas du contenu.
Par contre, si j'ai bien compris tu cherches à équilibrer ton roman entre actions / descriptions / dialogues.
Je n'ai pas spécialement d'idées pour le faire, mais il me paraîtrait intéressant de rajouter un quatrième plateau sur ta balance : celui où tu mettrais tout ce qui est "pensées et psychologie des personnages". Qu'en penses tu ?
Et je trouve la discussion très enrichissante, merci de l'avoir lancée :)!
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Bonjour Navezof,

Intéressant comme manière de découper les différentes phases d'un roman.
Tout dépend un peu du contenu.
Si tu privilégies l'action, approfondir les personnages se fera dans leur manière d'aborder l'action (combat, course, fuite, déplacements). Peu à peu, leurs caractéristiques apparaissent à travers les épreuves ou les événements qu'ils rencontrent.

Si tu es davantage axé sur le descriptif (décors, contemplation, etc.), le personnage restera, plus ou moins, celui par lequel les lecteurs.es s'identifient et entrent dans le roman.

Quant aux dialogues, je les vois comme nécessaires dans tous les cas (sous forme dialogues ou incorporés au texte, forme réflexive) parce qu'ils sont l'aspect communicatif entre les divers protagonistes, et aussi avec les lecteurs.es.

Dans mes textes longs, je fais un mix, sans qu'il y ait confusion, pour équilibrer l'ensemble. Mais, je laisse souvent l'histoire se dérouler par elle-même, et ne me préoccupe pas trop de savoir si l'un prime sur l'autre. À mon sens, ça doit venir "naturellement" selon ce qui est narré.

Voilà :)

Bonne journée à tout le monde
0