Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de NM Lysias

Que signifie Réalisme enchanteur?

par NM Lysias  il y a 2 ans

Bonjour à tous, le chat noir a décidé de s'impliquer.

Il a une, puis deux questions...

Souvent nous parlons de fantasy, science-fiction, fantastique, contemporain ect..

Mais rien ne fait réfairence à une réalité où l'iréelle se méle (je parle du rêve évidemment, ainsi que du réalisme enchanteur). Un rêve qui reste rêve et une réalité qui reste à sa place. il y a comme un temps, une séparation entre les deux, cependant ils gardent une raisonnance, un lien.

En bref je me demande ce que vous pourriez voir dans un Réalisme enchanteur, quel qui soit? est-ce une autre appelation de "Fantasy" ou a-til une place dans le genre littéraire?

d'où provient-il ? quel fascination a-t-il à vos yeux? le concevez-vous dans vos récits?

Me suis-je bien exprémé? Je me le demande... racontez moi vos point de vue.

bonne journée

Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Bonjour, je me permets d'apporter mon petit grain de sable. Etant de langue maternelle espagnole, le "réalisme enchanteur" m'a fait penser à un genre très latino américain qui est le "réalisme magique". Je ne sais pas si on parle de la même chose :) où en effet la magie et le surnaturel se mêlent à la "normalité". Un exemple clair et très connu est la chilienne Isabel Allende ("La maison aux esprits") ou la mexicaine Laura Esquivel ("Chocolat amer"). Il y en a d'autres où ces aspects un peu magiques apparaissent au milieu des situations normales.
Image de profil de J.Eyme
J.Eyme
Je revenais dans le coin pour dire la même chose ^^ car ça m'avait travaillé cette histoire d'enchanteur.

Et oui, on parle de « réalisme magique » ou de « réalisme merveilleux ».

Ce genre existe depuis toujours, sans être formalisé, jusqu’au XXème siècle. Je mets le lien la page wikipédia (j’adore wikipédia) https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9alisme_magique

Et alors en lisant ça, je me suis dit « Mais bien sûr ! Quel con je suis (j’arrive toujours à m’étonné de ça alors que je suis au courant ^^). » Et voilà que Gabriel García Márquez est cité avec « 100 ans de solitude » (que je recommande d’ailleurs, une merveille). Plus récemment (et c’est cocorico) nous avons « Le cœur cousu » de Carole Martinez, que m’avait recommandé K. et ce fut une claque !

Ma nouvelle analyse de ce « genre » de réalisme magique ou réalise merveilleux, est la prise au sérieux dans la diégèse de l’histoire, et même la voix du narrateur, du contexte socio-symbolico-spirituel du monde réel.

Quand je dis prendre au sérieux, c’est que c’est un prisme : le symbolique, le mysticisme et le spirituel sont constituant et constitutif de notre humanité, notre regard sur le monde, et sont (quoi qu'on en dise) force de rationalité, car la croyance est posée comme vraie pour les personnages autant que le narrateur. Donc, un miracle est un miracle qui trouve toute sa cohérence eu égard au spirituel. Ce n’est pas de la fantasy, ce n’est pas du fantastique, car le rêve et le surnaturel sont objectivement réels pour ceux qui le vivent, le croient (s'il n'y a pas la prise au "sérieux" dont j'ai parlé plus haut, je pense qu'on reste à du fantastique)

Et en ça, je trouve que c’est d’une puissance incroyable, car la cruauté peut être abordée métaphoriquement, et le message passe bien plus efficacement que sans ce détour symbolique.

Sans la moindre cruauté cette fois-ci, je pense qu’on retrouve de ça dans le cinéma d’animation avec « mon voisin totoro » et « le voyage de Chihiro » où le monde des esprits considéré comme vrai d'un point de vue spirituel émerge réellement dans le réel, et alors la frontière entre les deux mondes n'existe plus, visible et invisible, rationnel et irrationnel, naturel et surnaturel ne font plus qu'un, car ils n'ont jamais été véritablement séparé ^^

Dans une autre forme d’écrits, anthropologiques, je recommande « Le don de l’aigle » de Carlos Castaneda et « Les mots, la mort, les sorts » de Jeanne Favret-Saada qui sont tous deux incroyables ! et l'on voit alors que le merveilleux et le magiques font partie du réel !!!!

Donc, « réalisme enchanteur » NON, mais « réalisme magique » ou « réalisme merveilleux » OUI, car put*** c’est parfois d’une cruauté folle et pourtant, le merveilleux ressurgit et nous transperce l’âme.
Image de profil de NM Lysias
NM Lysias
merci pour m'avoir éclairé... donc un réalisme magique. Peut-être que l'homme de la bibliothèque, c'était juste loupé en me parlant de cela. Son dialogue se rapprochait du tient..^^
Image de profil de J.Eyme
J.Eyme
Le réalisme enchanteur ? c'est la première fois que j'entends ce mot là ^^
Alors à la question : "Pour vous ça veut dire quoi ?" ma réponse est : "Heu... Rien..."

Pourquoi ? parce que enchanteur est un adjectif dans ce concept. Aller à Disney land, c' est aller dans un réalisme enchanteur, un réalisme qui m'enchante, me séduit, m'attire, me fait "rêver". Donc ce n'est pas du rêve, c'est quelque chose qui émerveille ! donc du merveilleux, donc de la fantasy...

Tu veux tout simplement parler d'onirisme je pense... et ce n'est pas un genre nouveau, juste extrêmement difficile, pas commercial donc rare.

Mais attention, l'onirisme n'est pas "une réalité où l'iréelle se méle". Si tu le définis ainsi, c'est de la fantasy, tout simplement. ça peut être du fantastique, à condition que cette couche d'irréelle perturbe la réalité.
Exemple fantasy : Harry potter ou le Monde de narnia = un monde merveilleux considéré comme normal une fois admis.
Exemple fantastique : Stephen king, Lovecraft = de l'étrange qui ne trouve pas sa stabilisation (le fantastique peut se retrouver dans le merveilleux, mais je ne crois pas que l'inverse soit possible, du moins je n'ai pas d'exemple).

Donc, l'idée de Réalisme enchanteur, m'apparait un invention étrange, un peu comme un sous-genre de sous-genre... et ne m'apparait pas être de l'ordre du rêve (au sens inconscient du terme), mais plus un petit truc pour enfant qui "émerveille" mais "dont on ne rêve pas"

Parce qu'un rêve est un rêve ! et en ça, de l'onirisme, tout simplement.
Et l'onirisme me fascine !!! pourquoi ? parce que (extraits de Une nuit parmi les étoiles) :

"C'est : Un espace hors du temps, un temps hors de l’espace. Un instant replié sur lui-même où se confondent ce qu’il n’est plus et ce qu’il pourrait devenir." (chapitre 14)

"c'est un monde en dedans. Il n’existe que parce qu’on y est. C’est un monde replié sur soi-même qui n’exige que nous. " (Chapitre 15)

"Le rêve est une autre forme de langage, sans lignes de code ni orthographie. Le mystère qui le compose doit être compris en tant que mystère. S’il répond à des questions par d’autres questions, c’est que nous avançons dans la bonne direction." (chapitre 17)

Donc parlons du rêve ^^

Premier point de vigilance : sa double acception. Il y a une différence entre Onirisme (inconscient - sommeil) et Imaginaire (et la on peut retrouver l'idée de réalisme enchanteur, c'est quelque chose qui fait rêver, on en "rêve" en ouvrant les yeux, conscient, on est rêveur, dans ses pensées).

L'imaginaire (à ne pas entendre au sens de fantasy) est un construit réaliste, même si elle défit la réalité, une projection, de l'intérieur vers l'extérieur (exemple une licorne = une corne + un poney)

L'onirisme est une déploiement symbolique, pour moi c'est une intro-rétro-jection, de l'extérieur vers l'intérieur + de l'intérieur vers l'intérieur (tu as un double mouvement concomitant en flux-reflux, alors que l'imaginaire n'en a qu'un, en flux) (pour reprendre l'exemple de la licorne : quel sens peut avoir l'apparition d'une licorne dans un rêve ?)

De fait, le rêve influe sur l'être qui retournera à l'état de veille (pour dire éveillé - je ne dis pas "état d'éveil" car pour certains, ça a un sens particulier, différent de l'état de veille)

Dans le cas où rêve n'influe pas sur la "réalité" (à entendre comme état de veille) (ce qui n'est pas possible, mais admettons), selon moi, on ne peut faire l'impasse sur l'influence du réel sur le rêve.
Car si un personnage vit un truc dans un rêve, c'est qu'il vit ou a vécu un truc dans la réalité, on ne peut donc faire n'importe quoi, contrairement à l'imaginaire, là où je dirais que tant que ça se tient, ça ira.

L'onirisme, si t'as envie de faire ça sérieusement, et de le faire sans imaginaire, faudra que tu fasses de la sémiotique à fond, du symbole, et surtout aller taper dans la pensée-associative développée par nos chers psychanalystes ^^

Ma conclusion est que l'onirisme est une tranche de vie réelle inconsciente et donc du faisant partie du réel ce qui ne permet pas de faire n'importe quoi... (on peut retrouver une idée de l’onirisme à un état pre-conscient, des absences, des rêverie, mais ce n'est pas aussi puissant que l’onirisme pure), Et ça me fascine justement parce que ce n'est pas de l'imaginaire, c'est du rêve dans un tout autre langage, qui alors exige un travail bien plus important que simplement imaginer des trucs.

Ma deuxième conclusion est que je sens dans le concept de "Réalité enchanteur" est une réinvention du merveilleux qui tend vers l'onirisme et qui ne me semble pas filer droit ^^

Si ça te tente, de voir ma mise en pratique de tout ça, va faire un tour sur Une nuit parmi les étoiles, chez moi, à partir du Chapitre 14.
Image de profil de NM Lysias
NM Lysias
et bien, voici une vision qui me parle d'avantage... le réalisme enchanteur serait donc de l'onirisme décalé. Je conçois , j'en prends note...J'irais lire avec plaisir une nuit parmi les étoiles. Merci pour ta clairvoyance.
Image de profil de J.Eyme
J.Eyme
Clairvoyance ? ho non...

C'est la première fois que j'entends l'idée de "réalisme enchanteur", tu tiens ça d'où ? Parce que google m'envoie brouter du rien quand je lui demande. Je ne saurais te dire ce que c'est, par contre j'ai pu dire ce qu'était le rêve selon moi. ^^
Image de profil de NM Lysias
NM Lysias
un vieil monsieur à la bibliothèque... Moi aussi j'ai cherché et tenté de comprendre par moi même, mais ça à pas donné grand chose. Que des suppositions... Mon langage littéraire n'est pas suffisamment étoffé.
Image de profil de Valens
Valens
Pour être sûre de t'avoir bien compris, en disant réalisme enchanteur, de mêler l'irréel au réel, tu parles bien d'avoir un impact plus grand dans un récit réel, contemporain, du rêve, et pas seulement "j'ai rêvé" ?? Parce qu'en soi, mêler l'irréel et le réel est du fantastique.

Si c'est bien ça et que j'ai bien compris ta question, la première oeuvre qui me vient en tête est Dreamland, un manga du Français Reno Lemaire où les protagonistes vivent dans la vraie vie, doivent passer le Bac, donc bien terre à terre, mais lorsqu'ils s'endorment, ils vont à Dreamland, pays réel mais créé par les rêveurs (si personne ne rêve, pas de Dreamland). Et bien sûr, ce qu'ils y font ont un impact sur leur mental, et donc sur leur vie sur Terre.

D'où provient-il ?? Je l'ignore. Quel fascination a-t-il pour moi ?? Et bien, je dirais la possibilité de faire vraiment n'importe quoi, d'aller vraiment dans l'absurde de l'irréel. A-t-il une place dans mes écrits ?? Peut-être un jour.

Je ne sais pas si j'ai répondu à tes interrogations, mais voilà mon avis ^^
Image de profil de NM Lysias
NM Lysias
un rêve qui impacte la vie mais qui reste un rêve. Pas un rêve qui se faufile dans le réelle et qui part en absurde total. un rêve qui rends une personne absurde mais pas la réalité dans laquelle il vit. c'est compliqué a décrire convenablement... mais rien à voir avec Dreamland, ce manga mélange rêve et vie... il impacte la vie directement! C'est a dire que ce n'est pas l'être qui le dirige, il se dirige seul. que le réalisme enchanteur, c'est l'homme qui dirige le rêve dans son réel.
0