Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de essaime

J'ai lu "La Horde du Contrevent" d'Alain Damasio

par essaime  il y a 3 ans

Ceux qui se sont déjà pris cette claque hochent la tête avec des étoiles dans les yeux en se disant "ah oui" et les autres se disent "Heu oui, et alors ?".

Alors j'ai pris un pied de lecture comme cela m'est rarement arrivé ! Et je voulais partager cela avec vous ;-)

Cela faisait très longtemps que j'attendais de tomber sur un livre comme celui-ci, un livre de... de quoi d'abord ? De Science-Fiction ? Mouais... de Fantasy ? un peu... Disons un livre d'imaginaire. Mais des livres d'imaginaire, j'en ai lu plein, et des très bons, avec des univers, des personnages et tout. Alors il a quoi de spécial celui-ci ?

Je pourrais dire que la Horde raconte une histoire très prenante, une quête de 23 personnage, dans un univers incroyable, mais on n'y serait pas encore.

La Horde c'est certes l'histoire d'une quête quasi-mystique à la découverte de la source de la vie et du Vent, dans un univers incroyable de cohérence, mais c'est aussi une expérience de lecture incomparable où la forme, les mots, le langage, le style sont tout aussi importants que l'histoire elle-même car ils sont eux-mêmes des personnages et au coeur du récit.

Je sais, annoncé comme ça, ce n'est pas simple à concevoir alors commençons par le commencement avant de savoir ce que vous en avez pensé...

L'histoire

Dans un monde entièrement battu et façonné par le Vent qui souffle d'infinies nuances, vivent des hommes et des femmes. La plupart d'entre eux sont des "abrités", sédentaires, établis en Extrême-Aval, cette ville où s'amassent toutes les poussières et détritus possibles du monde, charriés par le Vent depuis des milliers de kilomètres. La vie s'est organisée depuis des siècles sur cette étrange terre balayée par les tempêtes où tout est pensé relativement au vent, le langage, la religion, la science, la société, la façon de se déplacer, etc.

Et parmi ces hommes, il y a un "Hordre" religieux qui envoie depuis 800 ans des groupes sur-entraînés depuis l'enfance pour tenter de découvrir d'où vient le Vent et ce qui se cache en Extrême-Amont, à des milliers de kilomètres de "contre", c'est à dire de marche contre le vent qui nécessite de s'accrocher au sol, lorsque chaque pas est parfois difficle à faire.

Ces groupes s'appellent des Hordes et des hordes, il y en a déjà eu 33 en 800 ans mais aucune n'est parvenue à atteindre l'Extrême-Amont. Certaines semblent avoir totalement disparu, d'autres semblent avoir été décimées, certains membres ont survécu en abandonnant.

Le livre lui-même suit l'épopée de la 34ème Horde du ContreVent en qui beaucoup placent tous leurs espoirs...

La forme

Même si cette distinction forme/fond est un peu artificielle ici, quelques mots sur ce qui donne sa puissance au livre.

Le livre lui-même commence à la page 700 (sur l'édition Folio), à rebours, jusqu'à la page 0. Cette bizarrerie n'en est pas une, c'est simplement l'un des innombrables détails / trouvailles de forme en totale cohérence avec l'histoire, celle d'une quête qui cherche la source. Alors forcément on part de la fin pour remonter jusqu'à la source !

Mais au-delà de ça, il y a d'abord une narration à la première personne, à la manière d'une pièce de théâtre où chaque personnage raconte son point de vue, indiqué par un signe typographique... D'ailleurs le marque-page fourni avec le livre aide à se souvenir des noms au départ. Exemple : ")" s'appelle Sov, le scribe, x pour Oroshi l'aéromaître, Ω pour Golgot, le traceur, mais il y a aussi Caracole le troubadour, la feuleuse, l'autoursier, le Prince, etc.

23 personnage au total, chacun avec ses spécialités, son rôle, dont environ 7 - 10 sont les narrateurs principaux.

Mais là encore n'est pas l'essentiel. Ou peut-être que si. Parce qu'au-delà de l'histoire principale et des questions philosophiques posées par le livre sur cette quête du sens de la vie, ce qui brille ce sont les mots, le style de chaque personnage. C'est simple, il y a des bouquins qu'on lit super vite parce qu'on veut connaître la fin... Faire ça avec la horde c'est passer à côté complètement. Parce que presque chaque phrase est une fulgurance à déguster, mot à mot, remplie de créations lexicographiques, de jeux sur la forme et le sens... Il faut dire qu'en mettant 4 ans à peaufiner le texte il a pris sont temps Alain Damasio. Mais le résulat est énorme !

Je pourrais vous parler aussi du langage du Vent, dont voici un exemple : ( ) ' , '' ' ( ), du style Frédéric Dardesque de Golgoth, du Panache du Troubadour, de la joute orale littéraire qui rappelle l'Oulipo, les jeux Paraoulipiques ou encore le film "Ridicule", de cet univers ultra-cohérent, du vif, des 9 formes du Vent, des Chrones, mais j'en ai déjà trop dit !

Conclusion

Énorme coup de coeur pour ce bouquin de 2004 dont l'adaptation va sortir en BD cette année. Un livre très dense, qui se mérite un peu au début, mais d'une richesse incroyable et dont on n'a pas fini de découvrir et de faire le tour des multiples couches qui le composent.

Dans une discussion d'il y a hyper longtemps sur Scribay, @J.Eyme@ demandait qu'on lui montre les trucs de ouf, qui sortent de l'ordinaire, qui marient le fond et la forme et tout. Bah en voilà un J !

Bref, j'ai lu la Horde du Contrevent ;-) Et vous ? Je connais au moins un scribayen qui l'ait lue : @Lucas D@ tu nous parles un peu de ton expérience de lecture ?

Image de profil de Charlie Jdan
Charlie Jdan
Ce n'est pas le genre de lecture que j'ai, mais on m'a "obligé" à le lire et ... WOUAHOU ! Incroyable ! Une claque oui, un talent dans l'écriture.
Je me souviens m'être dit : il utilise trop de mots !
Pas dans le sens il y en a beaucoup et c'est difficile. Mais dans le sens : je ne m'étais pas rendu compte uq'on pouvait faire tant de choses et d'aussi belle façon.
Et puis plus on avance et plus c'était incroyable, un talent d'écriture vraiment. C'est pour moi l'auteur le plus talentueux qque je connaisse.
Ce n'est pas mon style de livre en histoire mais il est... Je ne sais pas comment le dire mais c'est fabuleux. Les défis avec le scribe, mais c'est fou. Tout est terriblement incroyable. Je pense que je vais acheter les furtifs pour retrouver cette magie des mots.
Image de profil de essaime
essaime
Ah, si la Horde t'a plu, tu peux plonger dans les furtifs sans crainte ! J'en suis au deux tiers et de nombreux éléments de la Horde sont bien présents, peut-être encore plus énormes par certains côtés ! Polyphonie (à 6 personnages cette fois, pas 23), jeux sur la langue, le vocabulaire, le langage, le style, la typographie, éthologie des furtifs, anticipation technologique, 100 idées par page... le boulot est juste dingue et l'histoire haletante et d'une incroyable cohérence, tout en étant plus accessible que la Horde car plus proche de nous... J'espère juste que je ne serai pas déçu à la fin et qu'elle rendra le tout encore plus cohérent. Je repasserai sans doute par ici pour en dire un mot. En tout cas merci de ton retour, surtout si ce n'est pas ton genre de lecture à la base.
Image de profil de L'Olivier Inversé
L'Olivier Inversé
C'est étonnant car autant ai-je adoré la horde, autant les furtifs je ne parviens pas à rentrer dedans.
Me vient régulièrement l'impression que Damasio a viré sur les défauts de ses qualités. Ce parlé fulgurant, contre-vent, mots ambiances, flairs d'écrits, claquent le vent comme pas deux, mais dans ce monde proche du notre, ils font figure d'anachronie, non ! d'antichronie. Ce qui de sa plume colle au grandilépique de la horde discorde avec la modernité de ce futur. J'aime l'histoire, j'aime l'idée même des furtifs, mais il y a des passages qui me paraissent inutilement grossis car le souffle (du vent) y est ici beaucoup moins épique et grandiose. (et, cabotin à ses heures, il fait tout de même un peu trop d'auto-références).
Je peine à poursuivre...
Image de profil de essaime
essaime
Pour info, le dernier roman d'Alain Damasio "Les Furtifs" vient de sortir ! 700 pages de SF d'anticipation d'une France en 2040 où "le technococon a affiné ses prises sur nos existences" et où l'on suit notamment les aventures d'un père pour retrouver sa fille... Édité chez la Volte. Un roman prolongé par un album musical.

Le mieux serait de créer un fil pour en parler spécifiquement, mais c'était pour partager l'info ;-) Bonne lecture ! Les premières critiques sont très positives.

https://lavolte.net/livres/les-furtifs-alain-damasio/
https://www.lepoint.fr/pop-culture/livres/avec-les-furtifs-damasio-sublime-la-science-fiction-francaise-17-04-2019-2308141_2945.php
https://www.babelio.com/livres/Damasio-Les-Furtifs/1118141
https://www.senscritique.com/livre/Les_Furtifs/11909477
Image de profil de Oreleï
Oreleï
Il était sur France Inter ce matin. Je ne l'ai jamais lu, la SF c'est pas mon truc, mais j'ai beaucoup aimé l'écouter. Et ça m'a donné envie de quand même jeter un œil à ces furtifs ;)
https://www.franceinter.fr/emissions/boomerang/boomerang-13-mai-2019
Image de profil de korinne
korinne
Damasio était hier soir invité de la grande librairie :
https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/la-grande-librairie-saison-11/991327-la-grande-librairie.html
et vraiment moi aussi j'ai très très envie de découvrir ce livre... Mais je vais peut-être lire la horde avant :))
Image de profil de Orchidoclaste
Orchidoclaste
Me revoilà (Double-post à un mois d'intervalle), échevelée et un peu sonnée d'avoir "contré" aux côtés de la Horde.

J'ai beaucoup aimé :
* les inventions langagières (une de mes petites marottes)
* le changement de style d'un personnage à l'autre, assez marqué pour que les signes typos d'identification des personnages finissent par devenir inutiles
* certaines fulgurances poétiques ou imaginaires (♥♥♥ Caracole)
* cet univers avec ses coutumes, ses croyances, sa géographie, qui se révèlent peu à peu

Je n'ai pas aimé:
* les considérations pseudo-philosophiques venteuses étalées sur des pages et des pages, pour parfois pas grand-chose.
* La toute fin, extrêmement prévisible.


Sinon, je viens de découvrir une critique féroce (ou une déclaration d'amour ?)
http://nebalestuncon.over-blog.com/article-11564377.html
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Bravo ! ça m'aurait donné envie sauf pour le truc pseudophilo XD
la fin... je la connais :)
Image de profil de Lucas Dalva
Lucas Dalva
Sans vouloir défendre le bousin...

- La fin est prévisible mais intéressante dans le détail.
- Les considérations ne sont pas pseudo-philosophiques, car basées sur des principes philosophiques éprouvées depuis plus de 30 ans et largement développées. Mais ouais, c'est pompeux : c'est Damasio, quoi.
Image de profil de Orchidoclaste
Orchidoclaste
Lire vos différentes interventions m'a convaincue : "La horde" m'attend sagement sur ma table de chevet.
* Intervention hautement inutile en forme de "teaser" *
Image de profil de rvrchristian
rvrchristian
J'imagine que ce n'est pas le mien qui t'a convaincu. Je te suggère plutôt le tabasco, par 3 gouttes, tous les soirs, dans chaque œil ;)
Image de profil de essaime
essaime
Bon vent !!!
Image de profil de Adam Ink
Adam Ink
Oui j'ai lu aussi. C'est un très bon bouquin même si cette histoire de troupe qui contre le vent est un peu strange. D'ailleurs tout est strange mais cet imaginaire est si dense, si bien écrit. Superbe !
Image de profil de rvrchristian
rvrchristian
Hé bien, moi, j'ai détesté. J'ai trouvé la quête sans intérêt, la forme pédante. J'ai arrêté la lecture au moment où ils rencontrent les espèces de tziganes dans leur navire volant (je ne me souviens plus exactement de détail) après avoir insisté, insisté, insisté... parce que deux amis proches m'avaient fortement recommandé la lecture, bien que je sentais qu'à la 2ème page, cela ne me plairait pas. J'ai trouvé les personnages, à part le chef et le troubadour, interchangeables, et limités à une fonction. Ce monde sans logique n’existe que pour une quête inutile. J’ai lu la fin au moment où j’ai rendu le livre, c’était terriblement prévisible, et sans aucun sens.
No hate, (ok, peut-être un peu quand même), just over hyped. Je ne comprends pas l’engouement général autour de ce livre, j’ai l’impression que l’univers littéraire français s’extasie devant Damasio comme les critiques devant Tarantino
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
c'est drôle car d'après le pitch, les retours des lecteurs et tout, ce livre (sans l'avoir lu) me fait penser à un film de Tarantino. Donc, moi je suis fan de Tarantino depuis ses débuts :) Comme quoi il y a des goûts pour tout le monde et je pense qu'il va vraiment me plaire ! :) même si je comprends que ce n'est pas la tasse de thé pour tout le monde.
Image de profil de rvrchristian
rvrchristian
Je suis un TRES GRAND fan de Tarantino (je l'ai même indiqué sur mon CV professionnel, c'est dire)
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
he, he et ça marche ??? XD
Image de profil de rvrchristian
rvrchristian
Ecoute, j'ai changé de travail il y a 1 mois, et pendant un des entretiens, le RH m'a posé des questions sur Tarantino.
Je pense que oui, ça marche, ça personnalise le CV
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
J'en avais mis une fois (il y a 10 ans) que j'écrivais, que j'avais un roman en cours (fini 10 après XD) et on m'a demandé ça parle de quoi votre roman ? et j'étais un peu... ahem... comment dire ? XD même maintenant j'ai du mal à synthétiser XD
Image de profil de rvrchristian
rvrchristian
J'ai mis dans mon CV que j'étais passionné lecture écriture, mais sans nom derrière. Juste le genre. Ca ouvre peut être un peu moins la discussion. Sur tous mes entretiens on ne m'a posé la question qu'une fois. Après, je suis dans un domaine très technique où le fait d'écrire un roman importe peu
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
Moi pareil, je mettais juste comme toi ciné, lecture, écriture (et un maudit "roman en préparation" entre parenthèses). Certes ça n'a rien à voir avec mon métier à part le fait d'aligner deux phrases sans fautes XD En entretien juste une fois on m'a posé la question sur le roman et une autre fois sur le cinéma (mais cela faisait un bon moment que je n'avais rien vu et je n'ai pas su inventer XD). Après ce sont mes nouveaux collègues qui m'ont rabâché ça pendant des années quand ils ont vu le CV de la nouvelle XD. Remarque, ils ont été les premiers à me féliciter quand j'ai annoncé la fin de mon roman :)
Image de profil de essaime
essaime
Merci pour ton retour franc et tranché, rvchristrian ! (j'ai d'ailleurs mis j'aime ;-)). Je comprends que tu ne puisses pas aimer et tant mieux en un sens, on n'a pas tous les mêmes goûts. Car c'est ton avis et le mien dont il s'agit : il n'y a pas de vérité absolue en art, c'est une question de sensibilité (dans le sens qu'on n'est pas tous sensibles aux mêmes éléments), d'attentes, de temporalité. Perso je ne m'étais pas fait un avis préalable, j'avais entendu parler d'Alain Damasio mais sans plus. Et sans m'y attendre j'ai pris une claque comme je l'ai expliqué, sans influence de tel ou tel critique, je veux dire. Et j'ai autant d'arguments que toi pour expliquer pourquoi j'ai une grande considération pour ce roman, plus philosophique qu'autre chose d'ailleurs. Ce n'est qu'après que j'ai pris conscience d'une hype. Vérité ou non, je suis convaincu qu'il y a des morceaux de verve et de bravoure magistraux où le voyage importe plus que la destination, finalement. Ça ne fait ni de toi ni de moi des mauvais lecteurs, heureusement. Je suis aussi certain d'avoir détesté des chefs d'œuvre pour toi, voire des chefs d'œuvre tout court ! Mais c'est aussi une force d'être clivant pour une œuvre. Bref, merci pour ton retour !
Image de profil de Adam Ink
Adam Ink
Dsl mais rien à voir avec Tarantino mais alors rien du tout !
Image de profil de Youg
Youg
J'ai dû lire 30 pages de ce bouquin, je n'ai pas réussi à me faire à la forme. Peut-être que j'aurais dû m'accrocher un peu. Surtout que pas mal d'amis me le conseillent. Je lui laisserai sans doute une seconde chance !
Image de profil de Stéphane Gallay
Stéphane Gallay
Je lis "on aime ou on déteste" et, pour tout dire, je suis un peu entre les deux.

J'aime l'immersion, le contexte, le côté OVNI littéraire, les jeux sur les mots.

Je déteste les personnages et le dernier tiers du bouquin, qui me fait me demander si c'est génial ou un foutage de gueule de grande classe.

C'est un roman impressionnant. C'est à peu près la seule chose dont je suis sûr à son sujet.
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
presque pareil : j'ai pas toujours apprécié les jeux sur les mots et je penchais un peu plus du coté foutage de gueule pour la fin du bouquin...
Image de profil de Gigi Fro
Gigi Fro
moi on m'a raconté la fin (et ça donne envie !), ça fait tellement des fois que j'en entends parler ici et plusieurs collègues au boulot qui l'ont lu, donc je pense que je vais m'y mettre aussi pour ne pas mourir idiote :)
Image de profil de Stéphane Gallay
Stéphane Gallay
Pour ceux que ça intéresse, je l'ai chroniqué sur mon blog à l'époque: https://alias.erdorin.org/la-horde-du-contrevent-alain-damasio/
Image de profil de Vicomte Bidon
Vicomte Bidon
Belle critique
Image de profil de essaime
essaime
Merci pour ton lien et ta critique. On se rejoint sur quelques points. Par contre si tu as l'occasion, jette quand même un coup d’œil à la BD, même si tu ne l'achètes pas, car c'est aussi un morceau de bravoure que de vouloir s'attaquer à ce conte en images, via un medium statique alors que l'essentiel passe par le vent ! Il fallait être un peu fou, mais jusqu'à maintenant c'est réussi, y compris au niveau du scénario qui prend son propre chemin d'une certaine façon. Bref, c'est intéressant. Sans compter qu'on peut aimer une oeuvre sur un support et ne pas la supporter dans une autre (ex. livre / film, etc.) donc on ne sait jamais ;-) Le truc avec la BD, c'est qu'elle projette des images qui ne sont forcément pas celles que le lecteur se faisait et en ça, elle singularise l'oeuvre d'une autre manière.
Image de profil de Stéphane Gallay
Stéphane Gallay
J'y avais jeté un œil quand elle était parue – je suis un grand consommateur de BD, je ne pouvais pas passer à côté – mais ça ne m'a pas parlé.
Image de profil de essaime
essaime
ah ok, autan pour moi.
Image de profil de Lisa.D
Lisa.D
J'ai lu ce livre grâce à Scribay, suite à une discussion sur nos bouquins préférés. ET, pfiou! Que dire? Ce type n'explique rien. Il nous jette dans ce monde étrange. On change d'interlocuteur régulièrement. Le codage des personnages ne facilitent pas la compréhension initiale. Et pourtant, impossible de le lâcher. Un immense plaisir et des réflexions qui résonneront longtemps dans ma caboche. Un régal!
Image de profil de essaime
essaime
Merci pour ton retour Lisa ! Très heureux que ce livre inclassable t'ait plu malgré les obstacles qu'il dresse aussi sur son chemin : lire ce livre, c'est aussi le lecteur qui doit remonter contre le vent pour savoir ce que lui réserve la fin, littéralement ;-)
PS le 1er tome de la BD est excellent.
Image de profil de Caiuspupus
Caiuspupus
Salut Essaime,

J'ai commencé à le lire mais il m'est tombé des mains, j'étais un peu perdu par la forme narrative, je ne savais pas trop où il voulait en venir. Ca vaut le coup de s'accrocher ?
Image de profil de Gregorian
Gregorian
Dans les critiques, ils disent que soit tu adores, soit tu détestes.
La forme narrative est un pas à prendre je pense. Est ce que l'histoire t'intéresse ? Essaie peut être de lire une cinquantaine de pages, et si tu n'y arrives toujours pas, laisse tomber.
Image de profil de Caiuspupus
Caiuspupus
En fait, je sortais d'une lecture qui m'a vraiment emballé : Gagner la guerre, de Jaworski.
Ce roman m'a plu, je l'ai dévoré comme jamais je n'ai dévoré un livre.
Et là, je me suis mis à la Horde du Contrevent, et je me suis demandé ce que je faisais là, je n'ai pas tenu bien longtemps (une vingtaine de pages)
Du coup, je l'ai mis de côté et me suis lancé dans Chasse Royale, qui est formidable.
J'y reviendrai certainement, car ça m'embête vraiment de laisser un roman de côté.
Image de profil de JPierre
JPierre
Je m'immisce.
Comme disait Gregorian, tu aimes ou tu détestes. Je n'essaierais de te convaincre, juste de préciser que c'est une écriture à multiples tiroirs et truffés de "jeu de mots" (pas des supposés comiques), de jeu de grammaire, syntaxe. Il en joue en virtuose (ou en abuse suivant le point de vue) de la langue française.
Je n'irais pas jusqu'à dire que l'histoire ne compte pas mais qu'elle est le fétu de paille que le vent mène à un endroit précis. Le scénario (si j'ose dire) est assez diabolique et tempétueux.
Ce n'est que mon avis mais ce livre est l 'incarnation du contrevent lui-même.
Alors oui, on peut aimer se laisser porter par lui. Ou pas…
Image de profil de essaime
essaime
Merci de ton retour, Caiuspupus, aimer ou ne pas aimer ce n'est jamais absolu et c'est très bien. Heureusement que nous ne sommes pas tous sensibles aux mêmes éléments. Après, je te comprends, je n'aime pas laisser un roman en plan... Mais depuis que je dépouille la bibliothèque, ça m'arrive plus souvent ;-) Sur la Horde, peut-être que mon avis dithyrambique t'en a fait trop attendre, ou attendre autre chose. Il faut avoir envie d'aller lentement pour s'arrêter à la verve au moins autant que l'histoire, ce qui est rare dans la plupart de nos lectures où c'est souvent d'abord l'histoire qui prime. Il y a aussi tout le pan philo et ça, on accroche ou pas à la vision et aux thèses développées... Bref, don't feel bad, don't beat up yourself, il y a tant à lire ;-)
Image de profil de Pepito Resk
Pepito Resk
Haaaa... Caiuspupus quel plaisir de (re)trouver un un fan, un vrai.
Image de profil de Gregorian
Gregorian
Ah bah tiens, je suis dessus en ce moment même !
Je ne lirai donc pas les commentaires, trop peur du spoil !
Si les formes un peu originales te plaisent, je te conseille Les Annales de la Compagnie Noire. C'est tout bonnement le medfan revisité. On oublie le méchant très méchant juste pour le plaisir d'être méchant, qui fait face au gentil trop gentil. Beaucoup de subtilités, des héros controversés, une narration à la première personne sous la forme d'Annales. On lit en fait le compte rendu de l'annaliste de la Compagnie.
Image de profil de essaime
essaime
Génial, merci Gregorian, je l'ajoute dans ma liste de lecture ;-) J'espère que la Horde te plaira. Quel que soit le verdict, n'hésite pas à nous en parler ici.
Image de profil de Gaëlle
Gaëlle
Ah je suis tellement heureuse de trouver des gens qui adorent ce livre autant que moi (si c'est possible!)
Ce livre je l'ai lu il y a plusieurs années et ce fut une révélation. Une claque, comme vous dites! Je le recommande vivement!
Ne vous laissez pas rebuter par sa longueur ! Une fois dedans... on n'arrive plus à decrocher !
Et la fin est magistrale.

Bref, à lire!
Image de profil de Valkyr
Valkyr
Ce bouquin est sur ma liste et la description que je lis là ne fait que renforcer mon envie de le lire =)
En ce moment je suis en train de lire La Zone du Dehors, du même auteur ; auteur que j'ai découvert par hasard en écoutant une musique de l'artiste Rone (Bora Vocal) dans laquelle Alain Damasio cause :D
Image de profil de essaime
essaime
Tiens, moi aussi je lis la zone du dehors en ce moment. C'est un bon pavé aussi... Ce qui est intéressant c'est qu'on y trouve de nombreux prémisse de la Hordes, que ce soit dans le style ou dans les idées.
Image de profil de Mick
Image de profil de essaime
essaime
Merci beaucoup @Mick Petit frère@ ! Je déguste cet interview passionnant sur notre société de contrôle et de technologies, entre autres.
Image de profil de Mick
Mick
Mais de rien.
Image de profil de Mao
Mao
Je suis tellement heureuse de trouver quelqu'un qui a su mettre les mots sur ce que je ressens pour ce livre !
J'étais tombée dessus par hasard en librairie il y a quelques années... Meilleur coup de chance de toute ma vie littéraire ! Il reste à la première place de mon top, aux côtés du Vaisseau Ardent, de Jean-Claude Marguerite.

Ce livre, c'est une pépite ! C'est la vie, le vent, le vif en chacun de nous (car, comme dirait ce cher Caracole : "Nous sommes fait de l'étoffe dont sont tissés les vents.") Personnellement, il m'a fait revivre !
Je ne vais pas m'étendre sur mes sentiments envers ce trésor, car à chaque fois, j'en perds mes mots mais... Enorme coup de coeur ! C'est un livre à lire et à relire, en prenant son temps, en dégustant.
Image de profil de Beltis Sharn
Beltis Sharn
Amusant de tomber sur ce topic ! Pas plus tard que tout alors, je faisais l'éloge de ce livre, qui a aisément sa place dans mon top 3 personnel. Le terme "claque" que tu as choisi est... très bien choisi. Une claque stylistique. J'ai personnellement mis énormément de temps à lire ce livre (pareil pour la Zone du Dehors), les livres d'Alain Damasio sont pour moi comme des kouign amann de littérature : une petite bouchée et on est déjà repu. J'avais besoin d'aérer mon cerveau toutes les vingt pages environ, pour pouvoir apprécier le livre dans toute sa forme et son fond.

Je termine par ce palindrome que Caracole déclame pendant la joute oratoire : "Et si l'arôme des bottes révèle madame, le verset t'obsède, moraliste !".
Image de profil de Sandrine Manine
Sandrine Manine
J'ai lu "La Horde du Contrevent"... suite à ce post ! Je viens de le finir et je ne suis pas déçue de l'expérience ! J'ai vu passer un teaser sur internet pour un film d'animation ou jeu vidéo. Quelqu'un sait si ça a abouti et ce que ça vaut ?
Et il m'a semblé lire un truc sur une suite, qui serait plutôt le début : la constitution de la Horde : quelqu'un en sait + ?
Image de profil de essaime
essaime
Ah bah je suis très heureux que ce livre t'ait plu, surtout vu la taille du bouquin ;-) Y-a-t-il des aspects que tu as appréciés plus que d'autres ? L'histoire, le style, les personnages, le langage, la philosophie, le vif, le groupe, etc. ?

D'après ce que je sais il y a eu un projet d'oeuvre cross-media film/jeu video/BD dont un seul a finalement abouti : il s'agit de la BD qui va sortir dans les semaines à venir. Si l'univers de ce livre te plaît, le bloggeur/auteur Saint-Épondyle est en train d'écrire une sorte de bible sur l'oeuvre dans toutes ses dimensions. À ce titre il a interviewé l'auteur qui a adapté le livre en BD ici :

http://saint-epondyle.net/blog/culture/litterature/horde-du-contrevent-bd-eric-henninot/

C'est très intéressant avec plusieurs planches d'exemple (attention gros spoilers pour ceux qui n'auraient pas lu le livre). Ce blog est je pense la meilleure source d'informations sur la Horde, en lien avec son auteur Alain Damasio.

Voilà, voilà. Merci de ton retour en tout cas, Sandrine !
Image de profil de Sandrine Manine
Sandrine Manine
J'ai particulièrement aimé que ça ne ressemble à rien d'autre de ce que je connais. La création d'un monde différent, mais juste esquissé, dont l'auteur ne définit que grossièrement la topographie, et dont l'histoire se résume à celle des Hordes, les personnages dont certains sont particulièrement attachants. J'ai aimé la fin, qu'on attend jusqu'aux dernières lignes même si je me doutais de l'issue. Et surtout, j'aime quand je finis un livre, qu'il me laisse une sensation d'y être encore, me retrouver à rêvasser en repensant à certains passages qui m'interpellent et me font réfléchir, y repenser régulièrement, reprendre certaines expressions pour moi.
Merci pour le lien, j'irai regarder ça et les autres liens cités plus bas, ça a l'air chouette !
Image de profil de Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
j'ai lu ce post, j'ai saisi la horde
beaucoup de masturbation intellectuelle sous ce fil mais ce n'est pas étonnant vu l'ovni
La Horde, ce n'est pas un roman de SF, en fait c'est de la philo ni plus ni moins(je dis ça car il n'y a aucun implicite par moment, c'est la métaphysique qui se ramène avec ses gros sabots c'est tout !), un récit fictif à la Ainsi parlait Zarathoustra (d'ailleurs ça devenait tellement flagrant à un moment que je me suis dit il va nous sortir Nietzsche de son chapeau, quelques pages plus loin La métamorphose (chameau, lion, enfant) déjà qu'il nous sort les rhizomes, putain les rhizomes de Deleuze, mais mais...)
En fait ce livre peut parler à tout le monde, n'importe qui peut comprendre ce qu'il veut (à peut près) du Vent (mais surtout à livre pour tous ceux qui écrivent)
Ouais en fait l'histoire on s'en fou... oui y'a pas vraiment d'histoire conventionnelle... on te dit juste cherche l'origine du Vent, atteint l'extrême amont (el dorado, le paradis quoi) et des gens veulent nous éliminer les gars mêmes de l'Hordre parce qu'ils voudraient perpétuer le mystère...
Si vous n'avez pas lu la postface de Aucun souvenir assez solide, cela vous éclairera surement sur la pensée de l'auteur et de son Maître ! Le mage Leuze
La Horde, ça coupe le souffle, ça stimule la réflexion (même s'il tend à nous donner beaucoup trop de réponses voire mêmes toutes... à moins que ce ne soient nous qui le percevons ainsi)

Passage excellent (première fois que je mets des post-its dans un livre de sf) :

- Moi je pense que la phrase est cryptée. Or/ange, ange d'or, ce genre de chose ou un cryptagephonétique : je me disais en montant : "la terre est bleue, commune eau..."
- Oui et après eau ? Range ? Range ta vie, c'est fini, tu as bien travaillé petit hordier ? Mange des oranges, va te coucher, les anges d'or vont te bercer ?
Image de profil de Lucas Dalva
Lucas Dalva
Un jour tu me diras où tu trouves que ce que tu prends ;)

M'enfin bon, je plussoie.
Image de profil de Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
je prends la même que Damasio, même fournisseur
par contre les références c'est secret ;)
Image de profil de JPierre
JPierre
Bsr,
Je n'aurais qu'une chose à dire sur La Horde et Damasio: chapeau bas.
C'est Le livre écrit en Français vivant, vibrant et virevoltant. Une maitrise sémantique à me rendre jaloux si ce sentiment avait cours en moi.
Un style qui ne peut se suffire d'un classement SF, Fantasy ou autre. C'est l'imaginaire pur, tellement qu'il en devient réel pendant (après ?) la lecture.
A ranger dans ces écrits que nous, moi en tout cas, nous délectons par avance de relire, tellement il est évident que sur ce contre, tellement de choses nous ont échappés; qu'elles attendent patiemment que nous les rencontrions.
Bref la claque littéraire, philosophique, métaphysique, romanesque la plus grande prise depuis Dune (entre autres et par exemple)
Image de profil de essaime
essaime
J'avais oublié, le bloggeur Antoine de Saint Épondyle travaille sur un essai d'analyse de la Horde du Contrevent, à lire sur son blog où il invite tous les connaisseurs à s'exprimer. Son dernier article est un index des adaptations de la Horde :
http://saint-epondyle.net/blog/culture/litterature/liste-adaptations-la-horde-du-contrevent/
histoire de prolonger l'expérience quoi !
Image de profil de Lucas Dalva
Lucas Dalva
Autres prolongements d'expérience :
http://www.fanfictions.fr/fanfictions/category/961_la-horde-du-contrevent/liste.html

Cinq fanfictions sur la Horde...

Et j'ajoute aussi celle-là, qui a gagné le concours de fanfiction sur l'oeuvre en 2015 : http://fr.calameo.com/read/00025922810cea7b12f64

Et une application fanfiction interactive : https://play.google.com/store/apps/details?id=fr.adrenalivre.horde (qui est citée en fait, mais pas prévue en app au moment de l'écriture de l'article de blog...)
Image de profil de essaime
essaime
C'est génial tout ça, merci !
Image de profil de ChrisH
ChrisH
Wow ça me donne très très envie de lire cet ouvrage...!!! Vous avez tous l'air unanime pour dire que c'est un livre hors du commun (bon, je n'ai pas compris tous vos commentaires, certains relèvent de la SF pour moi -_- c'est quoi un cylindre sigillaire ?????? mais peut-être qu'il faut que je lise la Horde pour comprendre....!)
Image de profil de essaime
essaime
Je te remets la réponse que j'ai faites à NDL ;-)
"Tant mieux, c'est cool ! Bon, il n'y a pas que moi qui en dit du bien, si tu regardes un peu sur plusieurs sites. Après il y a aussi certains lecteurs qui n'accrochent pas ou pour qui l'expérience est trop éprouvante, mais au pire, si tu as une bibliothèque pas loin essaye toi aussi de remonter le vent jusqu'à la source ;-)"

En tout cas, oublie cette histoire de cylindre sigillaire, oublie même tout ce que tu as lu sur ce fil, fais-toi ta propre idée et viens nous la raconter ;-) Et si tu n'accrochais pas, balance quand même !
(on peut aussi trouver des défauts, hein, comme un certain côté sexiste...)
Image de profil de Lucas Dalva
Lucas Dalva
Alors... Je rappelle que je suis quelqu'un qui lit peu, ça doit être mon quarantième livre, à tout casser.

La Horde... Je crois que je l'ai lu peu après La Zone du Dehors, son premier livre... Donc en 2014, je crois bien.

D'abord sachez qu'il n'y a pas d'ordre, mais il ne faut pas s'attendre à un style aussi fort avec la Zone du Dehors. Il y a une originalité forte, un parti pris affirmé, qui est en lien avec la Horde, forcément. Bref, pas besoin de connaître son passif.

Car Damasio voit l'écriture, entre autres, comme un exutoire d'une philosophie imprégnée dans les neurones . Alors lui c'est Deleuze, Foucault, Nietzsche et Spinoza, en premier lieu.
C'est dans ces philosophes qu'il puise ses idées maîtresses pour ce livre...

Bref, passons au pathos, le plus intéressant !

D'abord, c'est un livre qui se vit. À son image, forcément. La pagination est inversée. Les personnages prennent la parole par leur signe, qui est sur le marque-page, avec la correspondance personnage<>signe. Du coup on se projette vraiment dedans. On s'attache à chacun des personnages. Le crescendo est parfait.

Chose originale : vous arrivez dans une équipe déjà soudée. Vous trouvez votre place, un peu... Donc vous débarquez dans une horde qui a déjà commencé son contre sur la planète... Ah oui. Le vocabulaire... Peu à peu, vous maîtriserez un nouveau vocabulaire. Vous allez complètement assimiler un nouveau monde, avec ses codes, ses langages... D'ailleurs, essaime a mis SF-Fantasy... Mais il va au-delà. Difficile de le définir.

À la fin, impossible de se lasser des personnages... L'intelligence d'Oroshi (mon personnage préféré), la virevolte de Caracole cet infatigable poète, le style de Erg, Pietro et Sov tellement bons et attentifs, et cet idiot fini de Golgoth...

La philosophie qui imprègne ce livre depuis est devenue la mienne, je vois vraiment les choses comme elles sont décrites dans ce livre maintenant. On peut dire que je crois au vif !

M'enfin vous comprendrez en lisant ! :)

Merci essaime de mettre ce livre en avant !

PS : j'ai un exemplaire dédicacé bourré collector (bon en vrai le pire c'est sur Aucun Souvenir Assez Solide, son recueil, où il a signé deux fois... alcool quand tu nous tiens !)
Image de profil de Saidor C
Saidor C
Quel roman, en effet ! Sûrement mon plus gros coup de cœur de ces dernières années ! J'y avais rédigé une critique après ma lecture, si ça peut donner envie à certains de le lire ;)

https://www.senscritique.com/livre/La_Horde_du_Contrevent/critique/95762794
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Il y a une question que je me pose : pour vous, l'univers de la Horde, il se situe où ?

Pour moi, ce serait un tore de Stanford qui se serait coupé, et dont les bords se seraient décalés. Non ? On a l'impression d'un pays tout en longueur où le départ et l'arrivée sont côte à côte ^^
Image de profil de essaime
essaime
Ah, ne méga spoile rien ici, ne divulgache pas ce serait dommage ou alors il faut mettre un gros flag NE PAS LIRE AVANT DE LIRE ;-)
Pas mal cette hypothèse cela dit. Il y a forcément de ça... je me demande si l'auteur a une réponse. Un autre Tore, une autre lecture moins époustouflante par le style, mais tout aussi inventive, la trilogie de John Varley Titan, Sorcière et Démon, dépaysement garanti !!! Si tu ne connais pas, fonce ;-)

Quant à moi, je voyais une sorte de monde comète...
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Je ne connais pas John Varley, Titan... Je note :)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
c'est un cylindre sigillaire... ce qui paraît logique quand on écrit un livre sur le langage.
Image de profil de J.Eyme
J.Eyme
Une coquille d'escargot avec une faille... une boule hélico-spirale couplée à une petite fractale comme je les aime, et ça marche bien avec le vent je trouve :-)
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
La signature serait le paysage ?
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
l'impression du rouleau allonge le texte, mais sur l'objet, le début et la fin se rejoint.
si chaque personnage est un signe ce n'est pas pour rien...
La signature est le nom, le nom est le premier mot qui définit l'existence, le verbe est le mouvement du vivant. Le vent est le souffle de la parole.
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Ce qui voudrait dire qu'il ne faudrait voir en la Horde qu'un symbole sur un rouleau symbolique ?

J'aime bien pourtant ce qui m'apparait comme de la SF ^^
Image de profil de Lucas Dalva
Lucas Dalva
On ne classifie pas l'inclassable ;)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
c'est pas de la SF dans le sens puriste genré 2001 l'odyssée de l'espace... c'est une SF/fantasy/imagination inclassable comme dit lucas, sur le langage et sa représentation, ses règles de syntaxe et son éthymologie. La horde, c'est une phrase. C'est dans la bibliothèque qu'on est éjecté de l'univers "monde" de la horde pour entrer dans son univers textuel : "la terre est bleue comme une orange".
L'apparition de l'outre en est une autre preuve flagrante.

Dès la première phrase le principe du rouleau qui imprime se lit... la phrase d'introduction qui ne fait pas que supprimer des lettres pour remanier le sens mais qui laisse les vides comme un tampon qui imprime mal. Jusqu'à ne laissait qu'un empreinte de vent.
Image de profil de Lucas Dalva
Lucas Dalva
Tu oublies un peu le travail sur les relations humaines, sur la connaissance, sur l'amour, sur tellement de choses en fait... Ce livre est un ovni... Chaque partie dégage une puissance, nous apprend un art qui est le reflet de notre vie !
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Non lucas je ne l'oublie pas, ce livre tu l'as très bien présenté dans l'implication philosophique qui le compose, c'est en effet une réflexion sur les relations humaines, la connaissance et l'amour par le premier moyen de tisser le lien entre individu et de construction de tout ceci : le langage.
Image de profil de Lucas Dalva
Lucas Dalva
Oui mais alors le langage au-delà de l'écrit, au sens large !
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
;-) tu me connais avec une autre définition du langage ? Après le Panseur tu me précise cela ?
Image de profil de Lucas Dalva
Lucas Dalva
C'est pour les autres pas pour toi que je le précise ;)
Image de profil de Mick
Mick
Haha essaime! John Varley Titan, Sorcière et Démon -> en effet , le dépaysement est total. Le style cependant...
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Le langage, dans la Horde, est chaîne. La liberté gravite ailleurs. Il y a un passage où je ne sais plus quel membre rencontre un homme qui fabrique des éoliennes je crois, il ne fait que brasser du vent sans langage, et pourtant on sent cet homme libre, bien plus que ceux de la Horde. Le langage est un liant, mais il est surtout lien. Pour être libre, il faut s'en défaire. Ce qu'on voit avec la Horde, c'est que la phrase, ou le langage structuré, constituée de symboles bien chacun à leur place va quand même droit dans le mur.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Cette vision du langage dans la horde, si je préfère pas rentrer dans la contrargumentation, pas le temps ni l'énergie, ne m'apparaît pas comme une remise en question de ma réponse à ta question initiale : forme de l'univers.
Elle ne contredit pas le principe du cylindre sigillaire.
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Le principe du cylindre sigillaire, l'empreinte du cylindre, si tu veux l'appliquer, pour moi n'est que dans la Horde, pas dans le monde dans lequel se déplace la Horde. Le monde autour est en contradiction avec la structure figée d'un cylindre. Il n'est pas que langage. Mais je comprends qu'on puisse le voir résumé à un langage, quitte à en restreindre certains aspects.
Image de profil de J.Eyme
J.Eyme
Une petite info tirée d'une conf de Damasio : le tome 1 c'est comment de 23 on arrive à 1 ; et le tome 2 sera comme de 1 on arrive à 23. Car n'oublions pas, que tous pour 1 et un pour tous ^^ La Horde a accompli le début de ce qu'elle devait accomplir, et pour savoir quoi, il faudra attendre le tome 2 :-)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Ah ! Si tu comprend je suis sauvée ;-)
Donc pour toi le langage est réducteur et restrictif pour l'univers. Ses composantes ne sont pas assez riches pour contenir un univers entier tel que celui posé dans la horde ?
C'est toi que je trouve réducteur.
Image de profil de J.Eyme
J.Eyme
Oui Oui Oui et Re-Oui !!!!

On l'avait évoqué le Damasio dans une discussion, morceau que j'avais repris pour conclure mon pauvre article sur les 3 dimensions d'une histoire.

Oui ! Damasio est puissant.
J'invite aussi à découvrir les prémisses de son nouveau roman, Les Furtifs, où Damasio nous livre une collaboration pour des contenus radiophoniques : http://www.phonophore.fr/

Cela aussi, de la radiophonie sur le travail, à écouter !!!! et c'est le psycho du travail qui parle, c'est de la bombe ! http://www.biennale-design.com/saint-etienne/2017/fr/programme/?ev=extravaillances-working-dead-9

De la bombe !
Image de profil de Lucas Dalva
Lucas Dalva
J'en rajoute sur les créations radiophoniques :
Rone - Bora (avec Damasio qui parle de la Horde) :
http://weeklymp3.fr/decouverte-phonique-n14-rone-bora
Et "La Volte Respire Ici", sur La Zone du Dehors :
http://weeklymp3.fr/decouverte-phonique-n17-la-volte-respire-ici
Image de profil de essaime
essaime
Wow, faudra que j'aille voir/écouter/lire ça !
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Et encore un qui est tombé de la marmite dans le feu de la Horde ! :D

Non, mais c'est vrai qu'il FAUT ABSOLUMENT lire la Horde du contrevent. Déjà si on aime la SF, et pour moi c'est de la SF, avec tout ce qu'il faut de fantasy et de poésie, mais en plus si on est écrivain (quel que soit le niveau).
Ce livre, c'est comme le dit Essaime, un livre avec une majuscule. Ne lisez pas Asimov à la rigueur, mais lisez La Horde du Contrevent ! On se prend une claque dès la première ligne et au bout de deux pages on en redemande !
Image de profil de essaime
essaime
Extrait choisi au pif dans le bouquin, c'est le Troubadour, Caracole, qui parle. À ce moment la horde se trouve devant un énorme siphon marin (garanti sans faute de frappe !) :

"Par la sainte spirale des chrotales, quelle somptueuse journée ! Vitesse, vitesse chérie je revis - vitesse vous reverrai-je ? L'eau lourde, l'eau lente, l'eau longue, oh la la, bonjour l'écholalie ! Je n'en pouvais pluie. D'air air besoin - d'air véloce et vif, sinon quoi quoi coagule... sur ce rebord rien ne risque, peux chuter, tombe à pic, puis-je sauter, saltomber, valdinguir et me ressourciez ? Juste ne pas regarder au fond quand ça va s'inverser puisque, lorsque, car ou comme, attendu que ça s'inversera, si l'animal syntactique, discret avec ses couettes, passe au bord et enclenche le rotor retour... Fais-le ! Fais-le pas. Ose-le, Carac... Ne pas badour - le Trou - regarder lorsque le siphonné expirera, c'est cela ? Promets ? Crache et Parjure ? Pour Coriolisse au moins et son Larcomplice, Sovage et beau ! Pour Oroshiste et notre cathédrale Golgothique ?"

Ce n'est pas toujours aussi barré, mais le troubadour a une façon de parler incroyable. Je donnerai un exemple de Golgoth aussi pour voir la différence...
Image de profil de Alban Michel
Alban Michel
Tu me donnes envie de lire ce bouquin !
Image de profil de essaime
essaime
Tant mieux, c'est cool ! Bon, il n'y a pas que moi qui en dit du bien, si tu regardes un peu sur plusieurs sites. Après il y a aussi certains lecteurs qui n'accrochent pas ou pour qui l'expérience est trop éprouvante, mais au pire, si tu as une bibliothèque pas loin essaye toi aussi de remonter le vent jusqu'à la source ;-)
0