Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Marquis de Corbeau-de-Vaulserre

Votre Intérêt pour votre histoire

Bonjour, bonjour, un petit questionnement pour les amateurs en quête de partages

Voilà mon doute, je ne sais pas si vous aussi cela vous arrive de vous remettre en question du tout au tout concernant l'intérêt de son histoire, en se disant que peut être c'est ennuyeux, pas assez d'intérêt suscité... (en prenant du recul ce que vous écrivez, arrivez-vous en occultant ce que vous savez déjà à être emballé ?)

Donc vous qu'est-ce qui vous intéresse au fond dans votre livre, qu'est-ce qui vous intrigue, qu'est-ce que vous aimeriez partager et pourquoi... et aisni de suite, laissez libre court à votre imagination

Au passage, présentez vos oeuvres... et pour quoi ceci et pas autre chose, quelle a été votre première approche de votre idée d'écrire ça

Je suis nul en présentation donc je préfère lire ici et là des réponses et partager ses expériences etc.

Merci d'avance

Image de profil de Claude Thivet
Claude Thivet
Bonjour,

Avant de donner mes réponses, je veux présenter mes humbles et sincères excuses à tous ceux qui ont contribué à ce fil de discussion. Je n'ai pas lu vos réponses. Honte à moi. ;) Manque de temps aujourd’hui.

Si l'on parle d'écriture au long cours, c'est à dire de romans, mon deuxième hiberne dans mon pc depuis bien trop de temps. Mais du coup je peux répondre sur ce qui fait à mes yeux l'intérêt que l'on éprouve pour sa création, ou le sentiment que l'on peut avoir que celle-ci n'a aucun attrait. J'ai connu.
C'est notamment le cas de mon premier roman, commencé il y a plus de trente ans, à l'époque où je n'avais pas d'ordinateur (et pour cause), je ne savais pas construire une histoire, ni créer un personnage. Fort heureusement, ce manuscrit (au sens propre) a été perdu dans un dégât des eaux. Il faisait un peu plus de deux cent pages et n'avait aucune saveur, aucun intérêt, pas même une intrigue qui tienne la route. Mais il m'a appris certaines choses.

Mon deuxième roman, toujours en cours, et que j'hésite à dévoiler sur Scribay, a subi une gestation tourmentée.
Et cela peut éventuellement vous intéresser.
La première idée que j'avais pour ce roman, son intrigue principale, ne me plaisait pas, était trop complexe et mal foutue. Mes personnages n'avaient aucune saveur, aucune épaisseur, ils étaient ternes et transparents. Mes dialogues étaient mauvais et pas assez fréquents. Mes descriptions trop lourdes et longues.
Alors, j'ai commencé à lire des bouquins sur l'art d’écrire des romans, et plus particulièrement de la Science-Fiction qui est mon domaine de prédilection.
J'ai commencé à comprendre certaines choses.
J'ai changé totalement mon intrigue, donné de l'épaisseur à mes personnages, allégé certaines descriptions et privilégié le rythme. Du moins j'ai essayé. Quant au résultat, il est irrégulier selon les chapitres.
J'ai surtout essayé de donner une cohérence et une architecture sociale, politique, économique, philosophique, etc. à mon univers (c'est un space opera).
Le problème, c'est que depuis je n'arrive plus à avancer. Je suis bloqué, non par l'angoisse de la page blanche, mais par une sorte de lassitude qui m'étreint dès que j'ouvre Scrivener.

Bref, si un conseil pouvait s'avérer utile pour certains d'entre nous, je dirai que la phase de préparation à l'écriture est longue. Beaucoup plus longue dans certains genres littéraires que dans d'autres (SF, Fantasy, policier).
Mais c'est une fois cette phase de préparation et de maturation dépassée que l'inspiration peut s'écouler librement entre vos doigts car elle est à la fois cadrée et libérée.
Mon humble sentiment.
Image de profil de mariedanj
mariedanj
J’espère arriver à une certaine maturité dans mon oeuvre “les Dissidents”. J’ai créé un monde imaginaire réaliste — sans magie, sans races étranges, sans technologies futuristes. J’ai cherché avant tout du côté très varié de l’anthropologie, inventer un système culturel et social, des moeurs qui sont logiques dans leur contexte. Puis j’ai mis des peuples en contraste l’un de l'autre au lieu d'éternels méchants typiques. Je cherche un dialogue adulte et je suis loin de faire dans le Young Adult. J’aurai peut-être un lectorat plus restreint.

J’en ai un peu ma surdose des rapports éternellement adolescents des séries à succès, ou des scénarios de rebelles (qui visent les plus jeunes et que j’ai aimé à l’époque, mais…) et d’oppression d’un méchant système. Ou encore d’un système patriarcal corrompu où les femmes sont toujours oppressées pour en faire de meilleures héroïnes (GoT!). Je crois que j’offre l’incroyable aventure d'une vie réaliste — romancée certes, et que ça peut être puissant.
Image de profil de Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
j'ai lu et le style me plaît
mais oui tu t'adresses à un public de niche avec un projet pareil
en fait tu fais du Zola dans de la fantasy ?
Image de profil de mariedanj
mariedanj
Oula Zola! C'est extrêmement plus réaliste. J'ai quand même plus d'actions XD Tu mets le doigt sur mon problème majeur : le genre. Ceux qui veulent de la Fantasy sont déçus et ceux qui cherchent du réalisme ne viennent pas voir une "autre fantasy". :/ Je n'arrive qu'à dire que je fais de l'imaginaire.
Image de profil de Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
oui enfin le réaliste n'est pas dénué d'actions
le naturalisme peut être dans la fantasy si tout se tient et est crédible
oui c'est une fiction mais ce n'est pas pour ça que c'est moins réel que le monde réel (avec la règle : le réel dépasse parfois la fiction, il est absurde de penser que la SFFF est immature car plaçant son histoire dans un univers fictif merveilleux en oubliant les thèmes abordés qui sont tout aussi importants que dans la littérature blanche, car gérer l'implicite plutôt que l'explicite est bien plus honorable)
Il ne faut pas oublier que la littérature fantasy change même des best sellers peuvent être très complets et intelligents sans pour autant avoir un scénario de fou à côté
Image de profil de Valens
Valens
Les genres sont pratiques, mais parfois restreignant.
Je trouve pour ma part que les genres de l'imaginaire ne sont pas là juste pour mettre de la magie, du surnaturel, de nouvelles espèces, mais pour parler de l'Humain et de ces problématiques dans un autre cadre. Comme Isaac Asimov l'a dit "On peut définir la Science-Fiction comme la branche de la littérature qui se soucie des réponses de l'être humain aux progrès de la science et de la technologie."
C'est en tout cas ainsi que je vois la SFFF.

C'est tout à ton honneur de créer un monde imaginaire réaliste (d'ailleurs, tes Dissidents m'intriguent maintenant, je l'ai mis sur ma liste de lecture pour après les examens ^^). Cependant, il est pour moi tout à fait possible d'écrire une oeuvre mature et adulte avec de la magie, d'autres espèces, d'autres planètes, et d'utiliser ces caractéristiques comme outils, leviers pour parler de problèmes humains (comme par exemple District 9, où les ET du film sont parqués dans des réserves, ou le cycle des Rigantes de David Gemmel qui traite du rapport de l'Homme à la Nature dans un univers parallèle au nôtre,...).

Je crois que ton problème de genre ne vient pas de toi et de comment tu vois ton roman, mais plutôt à cause de la définition généralisée de la Fantasy qui mêle magie, espèces autres que humains (le plus souvent elfes, nains,...) et grand méchant (sans parler de l'aspect manichéen ici).
Tu pourrais dire que tu écris de la Fantasy réaliste, mais c'est un peu antinomique ^^
Image de profil de mariedanj
mariedanj
On m'avait déjà mentionné "fantasy de moeurs"... Merci pour vos opinions, des bonnes nuances relevées. Et oui la magie peut être dans un contexte plus sérieux. C'est justement l'attente des gens devant les canons du genre qui pose probème. Parlant magie, j'avais bien aimé l'approche du film Practical Magic. ;)
Image de profil de Anthère
Anthère
Comme pas mal de gens ci-dessous je me pose aussi cette question, et c'est elle qui me fait entrer dans des passages à vide car je perds toute confiance en moi, je me dis que mon histoire n'est finalement pas si bien que ça etc...
Malgré ces baisses d'inspiration et de confiance passagères, j'arrive quand même à continuer mon projet d'écriture. Ça doit faire combien de temps que j'ai monté cet univers? Cinq six ans? Et mon dieu... qu'est ce qu'il a pu se métamorphoser, je suis finalement arrivé à un résultat satisfaisant mais pas encore parfait.

Enfin bref, ce qui me plaît dans mon histoire/univers c'est son originalité. Sans vouloir me vanter, je ne pense pas qu'il y ait un monde semblable au mien sur Scribay. J'aime quand un récit montre de nouvelles choses, quand on voit que l'auteur a fait un effort pour créer des lieux,des peuples,des concepts... encore inconnus ou peu vus.

Par exemple, j'ai parcouru pas mal de forums d'écriture, et la vache! Le nombre d'histoire avec Homme/Nain/Elfe/Orque que j'ai vu est hallucinant. Après leurs auteurs font ce qu'ils veulent, et pas mal de ces récits étaient d'ailleurs de bonne qualité. Mais de mon point de vue personnel, je trouve ça un peu usant de toujours voir les mêmes mondes, les mêmes principes, les mêmes lieux, les mêmes villes, les mêmes peuples, les mêmes divinités, les mêmes animaux, le même méchant... tout ça sous un nom différent pour changer quelque chose.

Bon... mon commentaire à sûrement l'air haineux ( ͡° ͜ʖ ͡°) , je m'en excuse d'avance. J'ai aimé beaucoup d'histoires fantastiques dans ce genre, certaines font d'ailleurs partie des meilleurs récits que j'ai lu. Mais... je trouve que c'est du gâchis d'imagination de se concentrer que sur ce genre surexploité, il y a tellement d'autres univers possibles à créer. Après, chacun fait comme il le veut.

Donc pour conclure: j'aime l'originalité de mon histoire.

J'espère que ce commentaire hyper brouillon répondra un minimum à ta question X.x
Image de profil de Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
Oui il faut du sang neuf, inventer quelques trucs c'est pas compliqué...
Non ton message n'est pas haineux et tu ne te vantes pas, il faut dire ce qui est
Bonne continuation pour ton projet en tout cas, j'ai aussi un livre de fantasy en gestation depuis sept ans et je n'en vois pas le bout par moments
Surtout pour tout reprendre ça va être tout un programme monstre
Quasi un million de signes à reprendre et ajouter beaucoup de choses qui me sont venues en cours d'écriture
Image de profil de Anthère
Anthère
Bon, ça va alors ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Héhé je te souhaite aussi bonne chance pour reprendre cette histoire!
Image de profil de Gihellcy
Gihellcy
Alors, j'ai une tonne d'univers que j'ai ébauché.
Le premier fut au collège, mon univers Cyber Arena, devenu Mecharena. C'est du combat de Gundamms.
Au lycée fut créé Dragon's Killers Team. Ce titre pompeux fut remplacé plus tard par Quintessence. Une sorte d'aventure en mode RPG avec au départ 10 PROTAGONISTES BORD'L, puis cinq au final. Le projet fut longtemps ma priorité, mais est cryogénisé depuis plus d'un an.
A présent, j'ai pas mal d'univers, comme Pyromancia, Hellchildren ou Moissonneurs Funestes et Seishins, mais mes préférés depuis un an ou plus sont Sanguinem Luna (anciennement Blood Moon Project), de la low fantasy avec des "fables" (lycans, vampires, démons, et autres streums), et Alter-Humans, une sorte d'enfant bâtard des X-Mens, My Hero Academia, dans un univers bien peu manichéen et plutôt bien gris.
En effet, quand j'ai les années de reculs sur Quintessence et Mecharena, j'y porte moins d'intérêt, car peu mature à mon goût, ou alors à reboot °^°
Image de profil de NM Lysias
NM Lysias
pour écrire un livre qui se tient, il faut garder en tête la logique de son monde.
début, milieu fin... Style, il y en a des variés. chacun, c'est un jour dit, "où est-ce que je vais avec cette histoire?, c'est chiant, non?" C'est des remarques habituelles,dont-on ne peut se séparer, car à chaque début de récit on se posera toujours la question fatidique: "est-ce que cela va plaire?"

maintenant,je réponds à ta question, qu'est-ce qui me plait dans mon histoire (celle que j'ai attaqué "la légende des Ombra Vitae". J'ai un problème avec la société, je le règle dans mes récits. avec le petit nouveau, je parle de personne qui ne se retrouve plus dans leur vie. Je raconte l'histoire d'un compte qui à créer un monde cérébrale, pour les gens comme lui.Chaque automne, il réapparaît sur la terre de son enfance pour faucher les Hommes blessés. J'écris pour libérer mes nerfs, pour donner une vision qui diffère de mes lectures. Je veux partager mon angoisse, mes croyances et la vérité que j'entrevois chaque jour dans les rues de Toulon.
J'espère avoir répondu à ton questionnement.
Image de profil de Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
merci pour ton partage
donc ce qui te plait dans une oeuvre c'est plutot ce qui s'en dégage par la sincérité de l'auteur etc. ? ou justement tu lis l'inverse et toi tu écris pour ça ?
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
Je vais répondre à côté mais je pense pouvoir te retirer ton angoisse :
- Le Trône de Fer est un best-seller.
- Cyrano de Bergerac est un best-seller.
- 50 Nuances de Grey est un best-seller (même si ça me dépasse).
- Bernard Werber, Pierre Bellemare et Nabilla ont écrit des best-sellers.
- la collection des Tchoupi est un best-seller.
- La Guitare pour les Nuls est un best-seller.
- La Bible et les livres de Maïté sont des best-seller.

Et j'en passe.

Tout ça pour dire que tu te poses une mauvaise question. A la limite, tu peux t'en poser une autre plus légitime : dans quel genre mon style et ma personnalité s'exprime le mieux ? Quel genre d'histoire est excitante à écrire pour son auteur ? A cette dernière question, nous aurons tous une réponse différente. C'est ta réponse qui est importante.

Ecrire pour intéresser un public sans visage, c'est le meilleur moyen de te perdre, ou de te tromper.
Image de profil de Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
Je posais cette question pour avoir des avis personnels
Par exemple, ce qui m'intéresse c'est l'esthétique du style mêlé de l'implicite intelligent (mais après ça c'est mon côté écrivain surement qui se mélange au lecteur) car je sais dans les discussions les intérêts divergents (celui du lecteur lambda est porté sur l'intrigue et l'univers : game of thrones) ou l'obligation pour l'école : cyrano, ou le fanservice (50nuances) ou la spiritualité ou l'utilité...
Je ne demande pas cela pour faire un best-seller, je sais que (si) j'écris comme je veux j'aurais un public de niche, mais quels aspects d'une histoire ne faut-il pas oublier pour écrire un bon livre, un livre qui se tient ?
En effet, j'exprime surement mal la question... pour les questions que tu posent je pense que chacun peut y répondre par soi-même si ce n'est déjà fait (sinon pourquoi écrire ?) après le partager c'est autre chose...
Tu as raison je vais poser la question différemment
Image de profil de Projet02
Projet02
Il me semble qu'en tant que lecteur, nous cherchons à satisfaire deux besoins : l'un est émotionnel (ressentir les émotions des personnages, être témoin de leur développement) et l'autre rationnel (découvrir un univers cohérent, une intrigue nous poussant à réfléchir et à imaginer la suite).

Après il faut jouer avec ça selon le récit que l'on veut faire. Certains styles se basent que sur l'émotionnel, d'autre que sur le rationnel (romance vs policier). A mon avis, une bonne histoire oscille entre les deux.
Image de profil de Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
une bonne histoire mélange aussi tous les genres, amha
Image de profil de Lucas Dalva
Lucas Dalva
C'est une question que je me pose beaucoup en ce moment.

En fait je sais ce qui intéresse les gens, même si ça parait prétentieux de le dire. La question est : est-ce que j'ai vraiment envie de leur donner ? Et au final, pour moi qui sais (quand tu as lu plusieurs dizaines d'études de marché, quand tu as fait de la sociologie... tu finis par remarquer les tendances...) au moins à peu près, c'est assez frustrant, car au final je sais quoi faire si je veux que ça marche, à la fois je veux pas être dans une manipulation sèche des lecteurs...

Du coup j'écris pour moi. Et pour les gens comme moi. Il faut que ce que j'écris me porte. Il faut que ça me touche pour que ça touche les autres...
Voilà ma façon de faire !

Concernant ce que moi j'attends.

J'attends très souvent de l'engagement dans une cause. J'attends un intérêt dans l'écriture, de l'originalité. Mais tu sais après tout ça, c'est un peu comme l'amour, tu crois attendre un truc, et tu finis par tomber amoureux de l'extrême opposé. Je crois qu'un livre est un peu comme une rencontre, tu sais jamais trop comment tu vas recevoir les choses.

Hmm et deux choses en dehors de ces considérations, qui sont plus "logiques" : le rythme et l'ambiance. Pour éviter l'ennui tu dois rythmer ton écrit : jouer avec la longueur des phrases, etc. Et tu dois créer une ambiance, qu'on soit dans ton livre, pas en train de lire ton livre.
Image de profil de Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
Marquis de Corbeau-de-Vaulserre
non sans être prétentieux tout le monde sait à peut près ce qui marche même sans faire des études, suffit de voir ce qui se vend

Je suis entièrement d'accord mais étant une passion, c'est très difficile parfois de voir si on se plonge dans le livre ou on lit un livre (car le plaisir de construire un style... peuvent peut être nuire à l'immersion... je sais pas)

Bon après c'est bien aussi de mettre des thématiques qui marchent si ça ne nuit pas à l'histoire et si on en a bien envie, c'est pas toujours de la manipulation (en revanche la manipulation flagrante est en quatrième de couverture et aimant la fantasy ça me dégoûte de voir autant de trucs aguicheurs d'apparence, puis on s'habitue et on en déduit, peut être à tort, ce qui risque de décevoir)
0