Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Anthère

point + Conjonction de coordination

par Anthère  il y a 2 ans

Bien le bonjour à tous!

 Très honnêtement, je pense que ce sujet a déjà été posté pas mal de fois dans le passé de Scribay. Malheureusement, je n'étais pas là pour les lire, et j'ai tenté de les retrouver mais... c'est fastidieux de sans cesse scroller avec la molette de la souris pendant une minute entière. ( ͡° ͜ʖ ͡°)

 Très souvent, je suis tenté de mettre un mais ou un et après un point. Je trouve que, personnellement, ça peut donner un "petit rythme", un côté plus vivant au texte. Or (tiens là aussi) je sais que certains, voire pas mal de gens, n'aiment pas vraiment cette pratique de mettre des conjonctions de coordination après un point. J'ai entendu dire que ces conjonctions servent à faire une relation entre plusieurs mots dans une même phrase. Et (héhé) faire ce que je fais est un peu contre nature en fait, vu que j'essaye de relier deux phrases avec une conjonction de coordination.

Bref, voici cette fameuse problématique:

point + conjonction de coordination = ?

 Franchement, vous en pensez quoi? Devons nous respectez cette règle? Est-ce acceptable de voir ce genre de procédé d'alliénation de ces pauvres conjonctions de coordination dans un texte? Personnellement je m'en cogne, la grammaire est une science qui peut parfois être dépassée: certaines valeurs qui auparavant pouvaient être compréhensibles, n'ont maintenant plus aucune utilité (je n'arrive pas à trouver le mot exact). Après, c'est un autre débat.

 Bon, je sais aussi qu'on pourrait par exemple remplacer un mais par un néanmoins ou un cependant. Mais (( ͡° ͜ʖ ͡°)), je trouve que ces deux derniers mots marquent moins la contradiction que peut apporter le mais, ils ont une force plus faible, moins vivante. Enfin bref, dites moi ce que vous pensez de tout ça.

Je vous remercie de votre attention et passez une bonne journée.

Image de profil de Alban Michel
Alban Michel
On me reproche les "et" après les points. Il parait que ce n'est pas très "littéraire"...
Image de profil de Naran02
Naran02
Personnellement, je pense que tu as tout à fait raison (Je suis dans le même cas !) Je pense que cela peut donne un style et un rythme mais peu l'apprécient... Que faire ? Oui, là est une grande question.
Image de profil de Anthère
Anthère
Honnêtement jpense qu'il y a plus de gens qui se foutent de cette règle que de gens qui n'aiment pas vraiment voir cette "erreur'' de grammaire. Mais (lel) sait on jamais.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Outre le fait que j'adore ton smiley de signature et que j'en suis verte de jalousie, tu me rappelles qu'il faut que je termine mon chapitre sur le classicisme dans ma petite bibliothèque et son passage sur l'académie française... et sa tentative de traité de grammaire... alors je te poste ici en exclusivité et sans retouche vu que j'ai pas fini de l'écrire et qu'il est en jachère depuis un mois ;-)

voici l'intro (attention pavé en vue ;-) )
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Le Classicisme.


Et là ! C’est le drame !
Chers amis, non ! Restez ! Ne fuyez pas ainsi devant le conformisme littéraire et l’académisme ! Mais restez voyons, je vous dis ! Oh ça suffit, on s’assoit deux secondes et on arrête avec les préjugés. Après tout, ça fait longtemps que vous attendez la suite et si elle fut si longue à venir, ce n’est pas seulement à cause de mes déboires existentialistes, mais aussi parce que je me demande comment tourner ce rayon pour éviter la débandade, en commençant par la mienne. Alors je vais dès à présent clamer haut et fort mes positions pour qu’on puisse avancer et passer à autre chose. Attention, aphorisme en vue !
1) Le conformisme est la fin de l’humain au profit de l’homme animal.
2) L’académisme est une forme de censure qui n’a pas lieu d’être en art or la littérature est un art et Boileau est un emmerdeur.
3) Parce que jamais deux sans trois.

Bon voilà, c’est dit, ça va mieux ! Maintenant essayons de regarder d’un peu plus près cette période incontournable de notre histoire littéraire et surtout de la regarder intelligemment car mine de rien elle fut assez décisive et reste encore aujourd’hui très inspirante.
Souvenez-vous, on sort du Baroque et de son aspect fantasque au point de tourner parfois au grand n’importe quoi (tout le monde ne s’appelle pas Shakespeare ou Corneille.) Les guerres de religions faisaient rages et il devient urgent, non, nécessaire de remettre un peu d’ordre dans tout ce foutoir. Ici se place alors une volonté de centralisation du pouvoir et des institutions, volonté qui est issue finalement d’un besoin : faites place à la monarchie absolue.
La centralisation des pouvoirs impacte de plein fouet la littérature française en 1635 avec la création par Richelieu de l’Académie Française qui a pour mission « de travailler avec tout le soin et toute la diligence possible à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences. » On se place ici dans la continuité de l’œuvre de François Ier qui avait déjà décrété le français comme langue officielle, crée l’Imprimerie nationale, le dépôt légal et le Collège royal. L’idée est de constituer une norme et un bon usage de notre langue (je vous rappelle que la Pléiade vient à peine de l’accoucher cette fameuse langue française donc elle en est à peine au stade des areuh areuh) dans un souci purement altruiste de diffusion d’idée dans une rigueur scientifique et technique afin que la confusion des mots n’empêche pas une diffusion d’idée. Non, je déconne, ça c’est le bénéfice secondaire involontaire. L’uniformisation de la langue française est une nécessité d’état : elle permet une application administrative et juridique plus fiable et sans incohérence de sens.
Du coup, y’a plus qu’à… Dans un premier temps, il s’agit de recenser tous les mots et leur lot de prononciations, d’orthographies, de variations de tournures, et ça en faisait un sacré paquet ! Autant vous dire qu’à cette époque on pouvait écrire nénuphar ou nénufar qu’on s’en cognait parfaitement ! Mais voilà, il faut donner une règles aux imprimeurs, il faut que les textes de loi (celle qui interdit aux nénuphars de pulluler sur les étangs publiques sans autorisation préfectorale) épousent la même forme. On prend ce joli foutoir et on tente d’en tirer pour chaque mot la forme la plus cohérente. Ainsi naquit notre bible, celle qui sanctionnera toutes nos dictées : le dictionnaire. Et voilà surtout pourquoi certains mots ont une orthographe qui défie un peu leur étymologie… oui je sais, il est casse pied ce nénufar. Pour la petite anecdote qui permet de se la péter lors des repas de famille, nous en sommes actuellement à la neuvième édition du dictionnaire. Il fut aussi question d’établir un traité de grammaire (non pas le Bescherelle mais un truc plus officiel, qui claque et surtout qui fera loi !). Vous la connaissez, vous, la Grammaire de l’Académie ? Non ? Moi non plus. C’est comme le Titanic, elle a coulé avant même d’arriver à destination. En vérité, sa parution fut reportée d’années en années. Et au bout de 296 ans et demi (oui j’aime bien la demi année, elle a du sens je trouve, comme celle des enfants) soit en 1930, elle fut annoncée. 296 ans pour pondre un traité de grammaire française ! Plaignez-vous après ça quand je vous écris des commentaires kilométriques rien que sur la conjugaison des verbes ! 296 ans pour des Académiciens et ils se sont vautrés en beauté, présentant devant des linguistes de renom une grammaire simpliste et incomplète, pétrie de maladresse, bien loin de la subtilité de notre chère langue. Car pour les linguistes, la grammaire ne peut être un dogme en ce sens qu’elle évolue avec la vivacité de la langue et particulièrement avec l’illustration qu’en font les auteurs de tout temps. Les linguistes s'appuient d'ailleurs sur l'étude des textes existants, fiction, roman et tout le tutti pour établir leur "règles" ou du moins un usage de la grammaire tel qu'il se fait, plus encore que tel qu'il doit se faire (sans parler du langage oral). Ainsi il convient de dire que la grammaire, si elle garde une structure de base, a été, est et sera réinventé par nos écrivains, passés, présents et futurs (je vous rappelle la Pléiade qui s’est gentiment targué d’inventé le vocabulaire !) Donc laissons à la grammaire sa fonction première qui est celle de contenir l’ensemble des outils d’agencement permettant de porter et de préciser le sens d’une idée. Et oui, nul besoin dans cette fonction de phrase parfaite c’est-à-dire sujet/verbe/complément, pour cela qu’on a vu pas mal fleurir des phrases nominales, des verbes sans sujet, des phrases propositionnelle etc. Je ne dis pas qu’il faille rejeter les règles de grammaire, mais ce que les linguistes ont défendus contre l’Academie Française était justement son académisme et son uniformisation archaïque de la langue au-delà de son outil minimal qui est le mot, mais jusque dans son utilisation et ça, c’est mal !
Donc chers amis, plongez-vous dans la grammaire fondamentale et vous verrez que seul le sens fait règle, qu’elle est riche de possibilité et que la maîtriser c’est aussi la contourner sans la jeter par la fenêtre, la grammaire française est une grande Dame qui se respecte ! ça c’est dit !
(à suivre... )
Image de profil de Anthère
Anthère
La vache je savais vite fait qu'à un certain moment de notre histoire, la langue française était juste le chaos incarné, mais 296 ans pour écrire ses lois grammaticales visiblement bancales c'est quand même pas mal.

Comme tu l'as écrit, la grammaire évolue avec le temps et peut être contournée, transformée en faisant quand même gaffe à ne pas trop s'éloigner de sa forme d'origine. Mais je reviens sur ma question: point + conjonction de coordination respecte vraiment cette grande Dame?

Y a-t-il encore des gens qui n'aiment pas voir cette nouvelle fonction qu'on peut donner à mais/ou/et/donc/or/ni/car?
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
je vais te répondre plus en théorie qu'en coeur alors, cela te rassureras je pense.
A la question y'a t'il encore des gens que ça dérange la réponse est oui. En effet beaucoup incite à la sacro sainte règle "sujet/verbe/complément" (qui rejoint le principe d'une idée par phrase) qui n'est pas fausse en soi mais qui est une règle qui vois son utilité dans les prémisses du langage écrit c'est à dire le level 0 de l'écriture (c'est bien pour les rédaction au primaire voire collège et lycée pour ceux qui rament) on cerne en effet le fond et on colle une forme intelligible par tous.
Dans ton cas, il faut reprendre la nature et la fonction des conjonctions de coordination. Elles servent à coordonner de manière logique deux élément égaux, c'est à dire de nature égale d'un point de vue grammatical (deux noms, deux adjectifs, deux propositions etc...) La différence qui s'opère entre la conjonction de coordination et la conjonction de subordination est dans le côté égalité. Les deux éléments ont même valeur contrairement à la subordination qui comme son nom l'indique entraine une notion de hiérarchie.
Les conjonctions de coordination vont entrainer un caractère sémantique spécifique d'exclusion, simultanéité, d'inclusion, de choix, de conséquence, de cause, d'exclusion, d'opposition, de déduction ou de transition (je crois que j'en ai pas oublié)
Mais surtout elles peuvent unir deux phrases donc se placer entre deux phrase (après un point ;-) ce n'est pas contre nature, absolument pas.
La conjonction de coordination est ainsi un mot outil invariable qui doit répondre à 3 critères bien définis :
1) elles sont de pur lien sans autre fonction dans la phrase
2) elles ne peuvent se combiner entre elles
3) elles ont une place FIXE... en général entre les deux éléments qu'elles coordonnent (qui je le répète peuvent être deux phrases)
Cette dernière règle n'étant pas respecter par le "donc" qui peut allègrement se déplacer dans une phrase sans que cela en perturbe le sens, je crois qu'il s'est fait un peu exclure du lot... cela ne lui ote pas son sens.
Ex : Donc, je rentre chez moi. / Je rentre donc chez moi...
dans cette utilisation du donc, on ne peut pas parler de conjonction de coordination car il ne relie rien... il entraine une notion d'effet mais ne mets pas en lien deux éléments égaux... il n'y en a d'ailleurs qu'un...
Si je dis en revanche "je suis partie ce matin donc j'arrive à présent chez moi" là il est dans les clous. Il prend cette nature de conjonction de coordination.
Il existe des subtilité de grammaire assez folle avec beaucoup de "mot" qu'on s'échine à classer selon une nature grammaticale alors qu'ils peuvent en avoir plusieurs. Donc est un de ces exemples.

A la question peux-tu le faire, la réponse est OUI, ce n'est même pas contre la règle.
A la question si cela dérange : je répondrais que les lecteurs devraient mieux connaitre les règles au lieu d'imprimer un conformisme mal venu ;-)
Image de profil de Anthère
Anthère
Arg Auteur inconnu je suis d'accord avec toi mais... j'ai lu un jour leur fonction première:

Les conjonctions de coordination relie des MOTS dans une MÊME PHRASE.

Or, ici on veut l'utiliser pour relier une phrase avec une autre comme je viens de le faire avec ce ''or''. Ducoup, c'est une fonction différente non?

Après peut être que j'ai raté quelque chose, les conjonctions de coordination joignent et ordonnent officiellement tout membre syntaxique dans un corpus donné. Mais alors, pourquoi des gens nous embêteraient car on a utilisé un "mais" dans un début de phrase?

Et puis de toute façon j'aime bien me battre contre des moulins à vent ( ͡° ͜ʖ ͡°)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
non non je t'assure que la règle est la suivante :
"En grammaire, une conjonction de coordination est un mot-outil invariable, qui unit deux phrases, deux sous-phrases ou, à l'intérieur d'une phrase indépendante, deux éléments de même fonction syntaxique et généralement aussi de même nature grammaticale" CQFD
Image de profil de Anthère
Anthère
Bon bah la voix de la sagesse a parlé, merci :D
Image de profil de Anthère
Anthère
( ͡° ͜ʖ ͡°)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
a la question pourquoi les gens nous embête avec ça la réponse est bête et méchante : parce qu'ils sont débiles ! (désolée mais parfois faut que ça sorte et un chat s'appelle un chat, un con un con. )
Plus spécifiquement, on voit pulluler des "guides" d'écriture un peu partout et particulièrement sur les réseaux sociaux... je pense à un que j'ai lu sur WP la dernière fois et qui était un ramassis de foutaises ! (désolée je m'agace un peu mais parfois c'est grave de lire certaines choses)
Outre les petites fiches personnage qu'il faut construire, on voyait des remarques sur le style complètement connes comme par exemple de bannir tous les adverbes, tous les participes présent, de remplacer tous les auxiliaires, la dernière aussi était un lien vers les synonymes du verbe "dire" pour les dialogues. Je me souviens d'un lecteur qui corriger tout les "c'est" qu'il pouvait trouver... quelque soit le texte. Complètement con comme façon de lire, appliquer bêtement une règle. Une autre, vu sur scribay, s'amuse à reformuler toutes tes phrases, au point qu'elle en change le sens... pourquoi pas, mais là aussi complétement débile !
Et la dernière, formidable, un vrai correcteur genre Antidote, qui soulignait toutes les répétitions (même celles qui étaient parfaitement volontaire parce que c'est bien connu que la répétition ou même l'anaphore n'est plus une figure de style mais est devenu une erreur, non mais sérieusement ??!) et tous les verbes "ternes" donc tu n'avais même pas le droit d'écrire "j'ai froid"... verbe terne l'utilisation de "avoir" ou encor et ça c'était le plus beau "je suis sortie" et cette idiote qui souligne l'auxiliaire comme verbe terne ! Ah c'est sûr que je vais m'amuser à remplacer le verbe être dans la conjugaison de sortir tiens !!
En gros tu as des lecteurs débiles et tu en as qui tentent de comprendre ce que tu veux dire et qui essaieront non pas d'appliquer bêtement une règle mais de s'y appuyer pour tel ou telle phrase et savoir quand une répétition est maladroite et quand c'est une figure de style. Quand commencer toutes ses phrases par Mais devient un tic de langage sans qu'il y ait de lien logique entre elles et quand c'est pertinent. Voilà tout.
Et maintenant je vais lancer un avis de recherche pour ma "bienveillance" et ma "patience" car je crois qu'elles se sont faites la malle pendant que je m'enflammais dans ces lignes... si vous les voyez, faites moi signe SVP !!
Image de profil de Anthère
Anthère
Ah! Un guide d'écriture? SUR WATTPAD? Je suis plié en deux lel.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
je te jure !! en plus le paragraphe ultime qui t'explique que lire ça sert à rien. Véridique ! Le mec explique qu'il trouve ça complètement con de dire à des auteurs que pour progresser il faut lire (il m'a d'ailleurs sorti un jour Star Wars comme référence littéraire... comment dire... je veux pas faire mon élitiste mais ça s'appelle du foutage de gueule je pense) parce que pour lui, lire ça sert à rien, c'est pas en lisant qu'on apprend à écrire. Dans le même temps je me souviens avoir envoyer un petit parpaing à un auteur (gentil parpaing, j'avais pas perdu ma bienveillance à ce moment, d'ailleurs va falloir que je remette la main dessus ;-) ) quand je lui conseillait de lire en analysant les textes, en cherchant dedans comment l'auteur s'y prenait, c'est à dire en mettant un peu de côté l'histoire pour prendre la technique et la comprendre. Il m'avait répliqué que j'étais chiante comme ses anciens profs de français et que lire pour lui était un plaisir, pas un truc fastidieux donc lire ainsi allait le gonfler...
J'ai répliqué ceci : tu veux rester lecteurs ou tu veux être auteur.
rien à ajouter à ça.

On passe d'un extrême à l'autre, un peu comme si on manger que des féculents et que pour rester maigre on t'explique de surtout plus en manger de toute ta vie !! Adapté les règles à l'auteur, prendre les conseils non comme des dogmes mais comme des conseils qui se pensent et se réfléchissent, ça paraît trop dur pour certains, les gens veulent qu'on leur dise quoi faire et comment faire. Réfléchir ça coûte en énergie et en neuronne...
Image de profil de Anthère
Anthère
"J'ai répliqué ceci : tu veux rester lecteur ou tu veux être auteur."

Ah! Ça c'était la réponse du siècle ( ͡° ͜ʖ ͡°)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
merci Nog ! c'est vrai que je les ai semés là bas, faut dire que cette discussion sur le style m'a donné vraiment une belle image d'ici, une image qui se perdait un peu et que j'étais contente et fière aussi un peu de retrouver.

Anthère : oui je vais recensé mes petits parpaings je pense ;-) c'est à cause de guides comme ça que j'ai écrit ma bibliothèque (que je dois terminé d'ailleurs) c'est un peu mon "guide" à moi même si je n'aime pas le terme car je crois que les écrivains d'avant nous on tracé une belle voix et qu'il faut non pas l'imiter mais la suivre en balisant nos propres règles. Dans cette bibliothèque je veux transmettre aux auteurs que notre histoire de la littérature est bien plus riche d'enseignement que ces merdes là, qu'il vaut peut-être mieux apprendre de vrais "écrivains" que des étoiles de WP ou autre réseau sociaux. Et il n'y a pas d'élitisme là dedans, juste un constat que je trouve bien plus de "bons" livres dans ma librairie qu'ici et encore pire si je compare à WP.
Image de profil de Lily H. Kitling
Lily H. Kitling
J'attends avec impatience le prochain rayon de cette Bibliothèque ! <3

*la fille qui stalke en laissant des petits cœurs sans jamais répondre*
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Lily H. Kitling je pense que je vais faire une injonction du tribunal !! ;-)
Désolée va falloir attendre, j'ai un gros blocage en ce moment... je... c'est un peu difficile d'écrire même sur la Bibliothèque qui pourtant demande pas beaucoup d'effort ni d'implication, faut le dire !
Image de profil de Lily H. Kitling
Lily H. Kitling
Pas de souci ! <3 Et courage ;)
0