Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de L'Insaisissable

Le sens de la musique

par L'Insaisissable  il y a 2 ans

Il peut arriver, parfois, que l'on entende un morceau saisissant. Partout, même dans un générique de dessin animé ou dans un jeu vidéo. La musique n'est pas seule alors : elle accompagne l'histoire et les émotions qui s'en dégagent naturellement ; elle accentue le sens de l'histoire.

Mais alors, quel est le sens de la musique dans les histoires qui vous ont touchés ?

Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Qu'est-ce que vous pensez de cette petite musique ?
https://www.youtube.com/watch?v=wMDjO4BrNbA
C'est la guerre ! Pas même l'as de l'aviation que vous êtes ne peut encaisser plus longtemps les tirs. L'artillerie, les chasseurs, les chars et les navires. L'escadrille perd un autre appareil qui s'engouffre dans milles flammes et disparaît. Les maisons en briques explosent à votre passage comme les cabanes en bois déjà en feu. Votre appareil peine à survoler l'océan bleu. Une volée de missiles oblige deux pilotes à se sacrifier pour sauver l'escadrille. L'intensité des combats ajoutée à la chaleur qui vous étouffe et vos forces s'épuisent. Vous sentez que vous perdez connaissance dans le carnage.
Image de profil de R. F. Castel
R. F. Castel
L'écriture de mon oeuvre à été bercer par la musique. C'est incontestablement une source d'inspiration. En tout cas pour moi. (je sais que je suis loin d'être le seul dans ce cas).
Chaque histoire peu être embelli par la musique. Le hic, tous n'apprécie pas le même genre et tous n'ont pas le même ressentit sur les textes qui restent, quant à eux, "muet".
La musique à toujours été et, à mon avis, restera toujours une source d'inspiration.
Pour ceux qui en doute, je vous propose de relever le défi de Chuck Mac Cracker sur https://www.scribay.com/defis/defi/1728671475/laissez-vous-porter-par-la-musique--
Image de profil de Chuck Mac Cracker
Chuck Mac Cracker
Merci R. F. Castel :)

Je suis de ton avis, la musique est source d'inspiration. Parfois, elle permet d'accoucher de texte véritablement "habités", si l'on est en osmose avec la musique :)

Puisque l'on parle de musique et d'oeuvre, voici une musique qui, pour moi, retranscrit parfaitement l'ambiance de Cracker Hall, mon roman avec sa maison mystérieuse.

Hollow man main théme :

https://www.youtube.com/watch?v=ViR2T-KVwTE

Quand je l'écoute, je m'imagine tellement à Cracker hall :)
Image de profil de R. F. Castel
R. F. Castel
Je dois avouer que la main thème d'Hollow man s'apprête bien. du moins pour la première partie. Une fois dans la bâtisse, j'aurais vu quelque chose de sensiblement plus rythmé. Mais évidemment, ça ne tien qu'a moi ! D'où le dilemme du ressentit justement :-)
Image de profil de Chuck Mac Cracker
Chuck Mac Cracker
Oui, je suis d'accord avec toi.

Je vois plutôt ce thème avant l'entrée dans la maison, pour l'aura de mystère qu'elle dégage.

Mince tu as lu le roman ? Serais-tu un lecteur invisible ? :)
Image de profil de R. F. Castel
R. F. Castel
non non, je me suis manifesté quelque fois. mais... je sais me faire discret ! c'est ma spécialité :D
Image de profil de Chuck Mac Cracker
Chuck Mac Cracker
Oui, je vois ça :)

Pour la partie dans la maison et le derniers tiers du bouquin, effectivement, une musique plus rythmée s'impose, oui ! :D
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Bel échange.
Image de profil de esthersa15
esthersa15
si ça vous intéresse j'ai lu un livre Bluebird qui parle de la segragation! La musique et chanter les aider à survivre de la misère dont ils étaient victimes. A la fin l'auteur a mis une playlist et je l'ai écouté en même temps que je le lisais (la seconde fois). J'ai ressentis des trucs incroyable et j'ai interprète le livre d'une manière complétement différente.
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Oui, ça serait bien, en effet.
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
La ville dans toutes ses lumières se reflète sur les vitres arrosées de l'hôtel. Chaque goutte caresse doucement le paysage nocturne et mon âme. Mon reflet apparaît de l'autre côté tel le fantôme que je suis. Je ressens toujours les sons de la ville, la brûlure de l'alcool et de ton corps. Un dernier baiser sucré... Dans quelques heures seulement, je quitterai ces paysages urbains et ces petits quartiers, une tendre appréhension cœur, sous cette pluie... Le train arrive.
Pour vous mettre dans l'ambiance : https://www.youtube.com/watch?v=5UDfE-kQRa0.
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Je vous présente un Garry Blackwood furieux avec cette musique : https://www.youtube.com/watch?v=_dlBYZZvQUM.
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Une petite musique douce et triste, un peu effrayante peut-être avec ces souvenirs et réminiscences enfouis : https://www.youtube.com/watch?v=n42kjrhOMzs.
Image de profil de Andy Clarbann
Andy Clarbann
Haha, je me souviens avoir entendu cette musique dans un épisode de Black Mirror: https://www.youtube.com/watch?v=9mvZ-FjdgLw

Et j'ai trouvé qu'elle accompagnait parfaitement cette espèce de nostalgie, de tristesse existentielle, de défaite inéluctable, mais douce face au temps, qui sont évoquées dans l'épisode. à tel point que la musique à elle seule pourrait raconter l'histoire.

Du coup j'avais aussi écrit ça en l'écoutant:
https://www.scribay.com/text/417995129/vague-a-l-ame/chapter/125638

Généralement les musiques qui me paraissent les plus parlantes touchent de près ou de loin à l'idée de l'exploration spatiale. Je saurais pas l'expliquer, mais dès que tu les entends tu es transporté exactement dans ce que ces musiques veulent refléter

https://www.youtube.com/watch?v=JI5noh4OyXc
https://www.youtube.com/watch?v=sf9mGrl4PJM
https://www.youtube.com/watch?v=xrEBXa9n0cE
https://www.youtube.com/watch?v=a9qVyJPCQpI
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
J'ai écouté la première musique et je l'ai trouvée assez dystopique. Elle colle bien avec la description que tu en as faite.
Image de profil de Natacha Delorme
Natacha Delorme
La musique facilite surtout la visualisation. Par les souvenirs qu'elle évoque mais surtout le décor. Tout dépend de l'orchestration, des gammes utilisées, du rythme aussi évidemment.
Mais il n'y a pas que la musique. Les bruitages sont d'une grande importance. Le silence aussi, avant, après et même pendant.
Les sentiments viennent ensuite. Car beaucoup de chosent se jouent dès les premières secondes. On "accroche" ou pas. Le contexte...toujours le contexte...
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Ce qui est intéressant c'est de voir et entendre ce contexte qui a aussi une histoire. Ce qui fait une belle musique, une belle histoire ou les deux.
Image de profil de lune2005
lune2005
Je pense que la musique sert a exprimer le sentiment que l'on veut donner, c'est un peu comme l'écriture, on veut faire passer un message.
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Tout à fait d'accord avec toi.
Image de profil de Parallel
Parallel
En ce qui me concerne, la musique est presque indissociable de l'écriture. Son importance prend parfois des proportions inexplicables et épouse parfaitement les mots. Quand je n'arrive pas à commencer une scène, je laisse simplement la musique m’envahir dans le noir. Et souvent, les images se forment, et les mots viennent d’eux-mêmes. Je trouve cela magique.
La musique permet de créer une atmosphère particulière et de rendre une histoire unique. Elle colle aux personnages, elle reflète leur état d'esprit sans qu'il n'y ait besoin de plus de commentaires.

Pour ma part, il y avait peu de références musicales dans les histoires qui m'ont le plus touchée. En tout cas, je suis ravie quand le nom d'un morceau survient au cours de ma lecture, car je pense que cela contribue à donner plus de vie à un livre. De mon côté, j'ai opté pour mettre le nom des morceaux dans mon roman en note de bas de page.
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
C'est tout à fait ça, un peu le principe d'un film, aussi. Belle image aussi de la musique dans le noir et le silence de la nuit. C'est fantasmagorique.
Image de profil de Elska Gatsby ~
Elska Gatsby ~
La musique est pour moi essentielle à l'écriture. Je me retrouve souvent bloqué quand j'ai fait le tour des musiques que j'ai déjà trop exploité ou qu'aucune ne convient simplement à ce que je veux faire. Donc quand j'en trouve une, souvent par hasard et par chance, il m'arrive de régler aussitôt un manque d'inspiration voir d'écrire quelque chose que je n'aurais jamais pensé à écrire sans, assez simplement au final.

C'est rare que j'écrive sans rien dans les oreilles. Seulement dans certains cas arbitraires.
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Ça vaut aussi avec les bouchons d'oreille ? Ha ha ! J'aime bien aussi avoir de la musique comme fond, même lorsque je n'écris pas. Ça occupe l'esprit.
Image de profil de Elska Gatsby ~
Elska Gatsby ~
J'y avais pas pensé x)
Image de profil de Nicolas Bodein
Nicolas Bodein
Chaque musique que j'écoute à un moment, m'a permis de créer un chapitre précis pour l'un de mes manuscrits. You're so Vain, m'inspire un moment heureux chez un couple. It's Time de Imagine Dragon m'inspire une scène de déménagement pour un personnage ou un départ. Shots ou I Bet life de Imagine Dragon, m'inspire un personnage qui cours, pour quelque raison que cela soit ^^. Footlose m'inspire une course poursuite ou une scène où le personnage principal cours après quelque chose. Fleetwood Mac, the Chain m'évoque un personnage qu'on envoie au tapis, qui s'énerve, se relève et affronte son adversaire, et en vient à bout.
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Pas mal de bonnes références à ce que je vois. Je suis plus bande son pour ma part mais c'est tout à fait ça.
Image de profil de Nicolas Bodein
Nicolas Bodein
ah j'adore aussi ^^ niveau musical, mon répertoire est très diversifié: musiques récentes, musiques de films, de séries, années 70,80 et 90. ^^
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Surtout les musiques d'ambiance : avec des explosions, la tristesse, le mystère, l'amour, le danger et tout le reste. C'est très varié aussi. Ha ha !
Image de profil de Nicolas Bodein
Nicolas Bodein
grave ! Rien que Star Wars, Game of Throne et Jurassic Park ^^
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Je relance la discussion.
Image de profil de Anthère
Anthère
L'élève faisait ses devoirs dans l'atelier de son mentor, les monotones tic tacs unis des horloges résonnaient dans ce vaste hangar rempli d'étranges machines. Concentré dans ses exercices, il ne se rendit pas tout de suite compte que ces bruyants pendules accéléraient leur course au fur et à mesure de leurs allés retours. Il fallut que son camarade vint le tirer de ses feuilles remplies de calculs complexes, pour qu'il aperçoive enfin l'anomalie que produisaient tout ces instruments en même temps.
Inquiet, l'élève appela le maître pour lui faire par de cet étrange dérèglement, mais il tardait, et le temps lui n'attendait pas. Lancé dans sa course, ce dernier accélérait les rouages des machines, encore et encore plus vite. Après de longue secondes qui se retrouvèrent rapidement divisées par quatre, le mentor arriva enfin, l'esprit encore noyé dans ses raisonnements scientifiques. Et pourtant, il fallut d'une seule écoute, d'un seul regard vers l'une des ces horloges murales, pour sortir de cette subtile absence. Ses yeux s’écarquillèrent instantanément, puis parcoururent toutes les pendules de la vaste salle, il ordonna d'une voix sérieuse:
"Quittez le phare, immédiatement tout de suite!"

Les deux élèves ne comprirent pas tout de suite, mais le maître répéta son ordre d'un ton glacial encore jamais vu:
"Partez, et vite."

La peur dans le ventre, ils s’exécutèrent donc avec précipitation, ouvrirent la porte principale du phare pour sortir et... le vide s'offrait à eux. Le monde de dehors s'effaçait devant leurs yeux impuissants, tel de la peinture qui se dissolvait au contact de l'eau. Les forêts, les plaines, la montagnes, le village... le village n'était plus, remplacé, déchiré par cette espèce de dimension noire et froide, pendant que les horloges continuaient leur accélération infernale.
"Mais que se passe-t-il? Où... où est le village?" dit l'un d'eux, d'une voix tremblante.

Un cris retentit derrière eux, leur mentor accourait en leur direction:
"Pas par là! Essayez une autre sortie!

—Mais, et les autres dehors?

—Ils n'existent pas, rien n'existe ici! Il faut qu'on dégage!"



Terrifiés, ils coururent au milieu des machines infernales, l'air devint lourd, dur à respirer, le sol tremblait.
"Vite! Vite! Ils arrivent fuyez!"
Complètement paniqué, le maître avait étrangement perdu toute forme d'autorité dans sa voix.
Après le temps, l'espace aussi se dérégla, les distances s'élargirent, le plafond monta jusqu'à fuir totalement la lumière, les murs se tordirent dans tous les sens, la gravité changea plusieurs fois. Le monde devenait fou au fur et à mesure de leur fuite.
L'un des assistants risqua un œil par dessus son épaule, derrière eux se dressait au milieu de ce chaos une gigantesque ombre, dominant absolument tout. Elle semblait chercher quelque chose, en détruisant les lois de la physique.

// Et hop! Cette scène aussi bâclée soit-elle est née de cette musique => https://www.youtube.com/watch?v=Hwues9rwAIY

Bon après relecture cette écriture est vraiment pas folle xD mais bon, disons que c'est mieux que rien, j'avais un peu la flemme de m'appliquer. ( ͡° ͜ʖ ͡°)
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Scène bâclée ou pas, ça rend bien l'idée d'une scène chaotique, d'un monde qui disparaît. Tu avais beau avoir la flemme de t'appliquer, tu crois que mon histoire à la « Mad Max » était mieux ? Ha ha ! Bonne journée à toi.
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Dans le même esprit « Mad Max » et « Hokuto no Ken », la version symphonique : https://www.youtube.com/watch?v=BbaaI5xf4y8.
Seul, parcourant les routes désertes, à l'ombre des gratte-ciel en ruine, l'homme avance avec vigilance sous les nuages gris de ce paysage de désolation. L'orage se fait pressentir mais un tonnerre gronde déjà. Le voyageur court se mettre à l'abri dans les ruines d'un bâtiment au coin de la rue. Le grondement se fait de plus en plus fort. Un hélicoptère apparaît hors des nuages. Il s'arrête, en vol stationnaire au-dessus des ruines, scrutant les débris à la recherche de survivants. Le voyageur peine à contenir sa colère en le reconnaissant. L'hélicoptère commence alors à semer la destruction avec ses roquettes dont une explose à vingt mètres à peine du voyageur. Les rafales de mitrailleuse balayent aussi la zone ciblée. Le carnage s'arrête enfin lorsque l'hélicoptère d'attaque disparaît dans les nuages comme il est apparu. L'homme ressort de son abri de fortune et peut enfin continuer sa route. Cependant, quelques minutes à pied le séparent d'une vision insupportable. Le voyageur est saisi par l'horreur lorsqu'il voit le corps allongé de son amie. Atterré par la terrible découverte, il reste longuement sur place, son amie dans les bras. Plusieurs heures s'écoulent sans qu'il n'ait bougé. La tristesse du voyageur n'est troublée que par le vrombissement de l'hélicoptère, revenu semer la mort sur son passage. L'homme court le plus rapidement qu'il peut avec la petite avec lui. Il arrive à temps dans une école plus ou moins épargnée et dépose son amie sur un lit de l'infirmerie. L'hélicoptère tout proche scrute les environs et ne s'en va pas. L'homme se dirige vers les étages supérieurs sans se faire voir : l'hélicoptère est en vol stationnaire et regarde l'école droit devant lui, prêt à faire feu à n'importe quel moment, au moindre faux pas. Soudain, l'hélicoptère se déporte violemment vers sa gauche et se retourne pour faire face à un bâtiment plus éloigné avant d'engager les hostilités contre un ennemi téméraire. Les explosions sont violentes. Pendant ce temps, le voyageur court dans une salle de classe et se met juste derrière un tas de tables renversées. Il y récupère un lance-roquettes. Les tirs cessent, d'autres morts, sûrement. L'hélicoptère prend de l'altitude avant de s'élancer dans une attaque dévastatrice sur ce qui reste des environs déjà en ruine. L'homme vise l'appareil. Il sait qu'il n'aura pas une autre chance avant longtemps s'il rate son tir. L'hélicoptère s'immobilise à nouveau en vol stationnaire. C'est le moment ! La roquette est lancée. Son vol n'est pas décalé. Elle touchera. Mais l'appareil s'avance et c'est l'impact : la queue est touchée, l'hélicoptère perd contrôle et s'écrase au sol, dégageant une importante fumée noire. Il n'explose que plusieurs minutes plus tard. Le pilote est sûrement encore en vie. Cette pensée ne manque pas de déchaîner la colère du voyageur en réalisant son échec.
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Deux versions d'un même morceau mais deux histoires.
Version de base : https://www.youtube.com/watch?v=RxkezvGwI20.
La
fin de la journée dans le resto d'un motel au bord de la route. Autour, le désert, la chaleur commence tout juste à descendre. Dans le resto, des routiers et des motards, des abrutis qu'il vaut mieux éviter. Le voyageur se dirige pourtant au milieu de cette meute et commande à boire. Il devient rapidement la cible de toutes les moqueries et les insultes se font de plus en plus agressives, on le bouscule, mais il ne bouge pas. Tout éclate lorsqu'un de ces bandits s'en prend à la serveuse, une gamine de 14 ou 15 ans, et que le pourri commence à vouloir la tripoter. Le voyageur se lève d'un bond et met au tapis les premiers péquenauds. Les autres abrutis se retournent contre lui, sortent des couteaux, des chaînes, des pieds-de-biche, lancent des insultes et provoquent l'étranger. Le voyageur lamine la plupart des bandits à coups de genou dans le nez, coups de coude au ventre, coups de pied à la tête malgré le nombre de fumiers qui l'attaquent. Les autres sont trop apeurés pour aider leurs potes. L'étranger quitte le resto sur ses deux pieds. Plus loin, sur la route, la jeune fille le rejoint à bord d'une moto volée à un de ces crétins. Justement, les voilà qui rappliquent avec le reste de la bande. La moto des fugitifs court du mieux qu'elle peut mais se fait rapidement rattraper. Le combat continu de plus belle, les motards essayent d'attraper l'étranger avec leurs chaînes. Le fugitif en attrape une et tire l'abruti hors de sa moto, le faisant ainsi tomber sur la route et s'écraser contre la bécane d'un de ses poteaux. Le voyageur défonce deux autres motards en lançant la chaîne sur leur visage. Il s'en débarrasse finalement lorsqu'il la jette sur les roues d'une autre moto, faisant perdre le contrôle à son pilote. Les derniers motards abandonnent la poursuite, terrifiés par ce que l'étranger à fait aux potes. Ils demanderont l'aide du chef pour buter les fugitifs une bonne fois pour toutes. La nuit tombée, le voyageur s'allonge sur le sol désertique et regarde les étoiles de ce ciel sans nuage. La jeune fille voudrait être rassurée, un rôle que ce sauveur n'a nullement l'intention de jouer, il veut du repos et ne va pas tarder à s'endormir. Le lendemain, il continuera sa route, imbéciles de motards ou fillette en détresse, ça, ce n'est pas son problème.
Version symphonique la semaine prochaine.
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Bon, ben, Tarantino n'est pas mort ^^
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Non, en effet. Scénario du prochain film à succès de cette année peut-être ? Ha ha !
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Miami Beach, à moto sur Collins Avenue, un lever de soleil rougeoyant, votre chevelure caressée par le vent, une destination précise en tête. Vous allez voir votre commerce, vue sur la plage, récupérer les bénéfices du mois dernier, en ce chaud début de juillet. Rien ne peut vous arrêter. La ville vous appartient. Vous rencontrez votre associé, Vito, qui vous aidé à lancer l'affaire. Votre commerce est devenu trop profitable, une dispute éclate, Vito vous a trahi. Vous sortez votre flingue, tirez deux coups, Vito les évite de justesse et s'est planqué derrière le comptoir du bar. Il en ressort avec un fusil à pompe mais tire comme un pied. Vous vous êtes réfugié derrière un pilier, vous continuez de tirer en représailles, puis, sortez de votre cachette et tuez Vito. Vous quittez votre local, foncez vers la bécane, échappez aux flics. La rage vous envahit, tous ceux qui oseront vous barrer la route finiront comme lui. Tout vous appartient.
Le morceau qui va avec : https://www.youtube.com/watch?v=9D-QD_HIfjA.
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Discussion avec moi-même...
Sur la terrasse en haut d'un immeuble face à la mer, un coucher de soleil rougi, les lumières éclatantes de la ville, une brise rafraîchissante, le doux parfum de sa peau encore fort dans les narines...
Balancez le solo de saxophone, envoyez le « Careless Whisper » : https://www.youtube.com/watch?v=izGwDsrQ1eQ.
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Style années 80, Los Angeles, San Francisco ou Miami, film de détectives, couchers de soleil, nuits torrides mais le calme sérieux du protagoniste, je vous propose un premier morceau : https://www.youtube.com/watch?v=uAsIJXX2MBw.
Qu'en
pensez-vous ? Que vous inspire-t-il ?
Image de profil de Vis9vies
Vis9vies
Les filles, les bagnoles, le fric

Une bonne histoire de corruption qui se finit dans la gueule d'un alligator
Image de profil de L'Insaisissable
L'Insaisissable
Génial l'alligator, il a tout à fait sa place.
0