Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de flooney

Les derniers jours de nos pères - Joel Dicker

par flooney  il y a 3 ans
Je savais bien que mes notes de lecture serviraient un jour ;) Allez, je me lance :
Joël Dicker est l'auteur de L'affaire Harry Quebert, un best-seller policier captivant, même pour moi qui ne suis pas un amateur du genre. On n'arrivait pas à croire que ce bouquin si bien ficelé ait pu être écrit par un type de moins de 30 ans.

Au détour d'une librairie j'ai découvert qu'il avait écrit un premier roman qui parlait d'espionnage et d'Histoire: tout pour me plaire. Je l'ai donc acheté sans plus de réflexion, d'autant que le jeune auteur suisse à reçu plusieurs prix locaux pour cette œuvre.

Durant la lecture, on sent tout le potentiel de ce jeune écrivain (il n'a que 28 ans). Il ne fait aucun doute qu'il sait raconter une histoire et camper des personnages crédibles et attachants. Mais quelque chose dérange. Il y a régulièrement de petites redites ou tournures bizarres qui cassent un peu le rythme (rien de rédhibitoire cependant). En revanche, on a parfois l'impression que certaines scènes ne servent à rien, voire sont là simplement pour ajouter un peu de bons sentiments ou pis: meubler.

Update à mi-parcours:
Je poursuivais péniblement hier soir la lecture de ce livre, quand quelque chose m'a frappé: ce n'est pas ça que j'attendais de ce livre. J'attends qu'on suive Churchill, qu'on apprenne des choses sur le SOE, la naissance de l'ancêtre du MI6, la guerre. J'attendais qu'on soit jeté dans l'action, dans les combats. Qu'on pratique des sabordages de train avec les héros. Or rien de tout ça. Durant un bon tiers du livre ils sont en formation. C'est tiède, mais on se dit qu'une fois sur le terrain on va rentrer dans le vif du sujet. Et bien non. Tout au plus apprend-t-on qu'ils ont tous fait des missions, dont on a une description en une ligne, puis ils se rejoignent tous à Londres pour diner ensemble avec force détails et intrigues annexes (exemple: le Gros de l'équipe va-t-il aller voir l'anglaise qui lui plait tant avant de repartir en mission? Réponse: on s'en fout!!). Bref, ce livre commence à me tomber des mains. Je continue cependant de le lire, porté par l'espoir d'enfin y découvrir quelque chose qu'intéressant. Mais je sais d'expérience que si je n'ai pas été emballé par la première partie du livre il y a peu de chance que la seconde y parvienne.

Update fin du livre:
3 étoiles / 5
Ca a été long mais je l'ai fini! Le livre ne décolle vraiment qu'à la moitié. Enfin il se passe quelque chose de dramatique. Avant ça, jamais les protagonistes n'ont été en danger, un écueil impardonnable pour un livre d'aventure.
Bonne maitrise de la langue et de l'intrigue, personnages crédibles, bien tenus, attachants. Quelques erreurs de jeunesse, mots en trop, expressions un peu cul-cul, et description à rallonge des sentiments ("il se sentait mal, très mal. Il était terrorisé" ...)

Conclusion: Je reste sur ma faim, je n'ai pas vraiment l'impression d'avoir appris grand-chose sur le SOE. Je crois qu'un livre qui suivrait Churchill et porterait sur les opérations d'un agent de terrain sans tout le chichi de leurs petites affaires de camaraderie m'aurait bien plus captivé.
Image de profil de Pauline chess
Pauline chess
lien du livre a 9,61€
http://www.ebay.fr/itm/Les-derniers-jours-de-nos-peres-/262486782269?hash=item3d1d6e713d:g:GzAAAOSwNuxXYum2
Image de profil de CM LE GUELLAFF
CM LE GUELLAFF
Merci flooney pour cette présentation. Elle évoque souvent les appréciations que je porte à certains livres : bien écrit sur une histoire molle. Je me suis demandée parfois quel était le rôle de l'éditeur. Beaucoup de correcteurs dits "professionnels" invitent à développer tels points et à raccourcir des passages au profit du style et au détriment de l'histoire. Je pense que plusieurs écrits sont passés par cette trappe élitiste.
Image de profil de flooney
flooney
Je suis d'accord avec toi, le travail de l'editeur devrait etre plus visible. Je n'y connais pas grand chose a l'edition, mais je pense que c'est ce qui fait la difference entre une grande maison d'edition et une petite: la qualite... de l'edition!
Dans ce cas precis, je pense etre un peu dur malgre tout, l'action existe, mais elle est dans les interactions au sein de ce groupe d'amis plutot que dans la guerre. Sans doute que d'autres aimeront ce livre (je n'essaie pas d'en dissuader les potentiels lecteurs) mais il n'a pas correspondu a ce qui m'a ete vendu en quatrieme de couverture. D'ou ma deception.
0