Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Andrew Laeddis

La chute ? La clef de toutes bonnes nouvelles ?

par Andrew Laeddis  il y a 2 ans
Bonjour ou bonsoir !
A ma dernière question "Selon-vous qu'est ce qui fais qu'une nouvelle est bonne ou pas ?", j'ai remarqué que la chute est beaucoup ressortie.
Alors, la chute doit être brutale, être ammenée avec des indices parsemés ça et là ?
Et quelle est votre style de chute que vous affectionnez ? La situation n'était pas celle que vous pensiez ou bien le personnage principal n'est pas se que vous espériez ?
Merci d'éclairer ma petite station de métro !
Image de profil de GoM
GoM
Les fins qui me mettent en joie sont plutôt les fins ouvertes, car le retournement de situation final devient presque un cliché.
J'aime quand il y a une fin qui laisse planer un peu de doute. La fin du film "The Thing" où rien n'est claire sur l'issue.
Dans une nouvelle sur un homme qui laisse un journal au coin d'une table. Cet homme y décrit ça disparition petit à petit, tout le monde l'oubli, il s'efface du monde.
Mais la fin ne nous en dis pas plus que ce qui est dans le journal - soit l'homme est fou, soit il dit vrai et ça triste histoire est surnaturelle, soit c'est un journal qu'un homme à volontairement oublié pour créer du doute.
J'aime douter, être sûr que l'histoire est finie sans en avoir la clé absolue.
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Que la fin soit "attendue" ou "surprenante", il y en a une dans tout roman qui se respecte, même dans "l'histoire sans fin" ce qui est un comble. C'est sur ce point que j'estime la fin "importante" parce que même le plus "scripturaliste" des auteurs a intérêt à la connaître à l'avance pour savoir ou il va.

Pour ce qui est de la chute, il s'agit d'une fin "surprenante"... l'assassin n'est pas celui qu'on soupçonne depuis le début ; la princesse n'épouse pas le prince charmant ; finalement le dragon n'est pas si méchant que ça, par contre le "gentil roi"... etc.

Une bonne chute est intéressante parce qu'elle marque l'esprit du lecteur et le pousse à posteriori à une réflexion qu'il ne s'est peut-être pas donné la peine de faire pendant sa lecture. Elle alimente les débats entre lecteurs: "tu sais, le roman de machin est rudement original parce qu'à la fin... ben non, je vais pas te raconter la fin!" - et là c'est jackpot, vous gagnez un lecteur et 20 centimes de plus si vous êtes sur Amazon en numérique.

Maintenant il ne suffit pas de surprendre, il faut aussi -1- orienter le lecteur vers une fausse piste et -2- laisser des indices crédibles mais discrets sur votre véritable chute.
Votre chute doit être surprenante, mais cela ne suffit pas pour avoir l'adhésion du lecteur, il faut aussi qu'elle soit crédible. Autrement dit, les indices vers la fausse piste doivent avoir une certaine cohérence et se justifier d'un point de vue logique, les indices vers la "bonne piste" doivent exister et être présentés assez tôt pour qu'un lecteur calculateur puisse les inclure dans ses spéculations. L'astuce consiste à accorder aux "fausses pistes" plus d'importance qu'elles n'en ont en réalité et minimiser les vraies en ne les évoquant qu'une seule fois.
+ dans le cas d'une enquête, le "vrai coupable" doit être plus sympathique que le coupable de la fausse piste.

Je me demande s'il ne serait pas intéressant de relever toutes les "chutes possibles" d'un bon roman, histoire de choisir la plus intéressante en connaissance de cause... en tout cas, les logiciels d'écritures auront toujours plus de mal que les humains à "suprendre le lecteur". De ce point de vue là, le vrai écrivain est encore avantagé.

- L'assassin n'est pas celui qu'on pense
(spécialité d'Agatha Christie dans de nombreux romans)

- En fait, l'assassin est le mec que tout le monde croyait mort
("dix petits nègres")

- La "méchante sorcière" est en fait très gentille et le "gentil roi" est en fait très méchant ("maléfique", film de 2014, et c'est une drôle d'idée de donner un nom pareil à une gentille fée)

- Après avoir survécu à une aventure particulièrement dangereuse, le héros meurt bêtement, tué par ses alliés qui le prennent pour un méchant. ("Le complot du renard", vieux film de guerre dont la fin m'a justement marqué)

- Le véritable "traitre" est le commanditaire de la mission (Indianna Jones et la dernière croisade, avec la fameuse réplique: "je vous avais bien dit de vous méfier de tout le monde, Docteur Jones")

- Après avoir passé toute l'histoire à "neutraliser" la créature démoniaque qui a massacré la moitié des héros du groupe, on se rend compte qu'elle n'est pas tout à fait morte et va bientôt revenir. (les 3/4 des films "fantastiques" dont l'objectif est de vaincre une affreuse créature)

- Le héros mythique que le personnage principal veut retrouver ou venger et l'abominable "evil overlord" sont une seule et même personne. (Star Wars)

Et j'en oublie sûrement... n'hésitez pas à compléter ma liste.
Image de profil de Mlle_Evangeline
Mlle_Evangeline
Bon j'arrive très longtemps après la création de ce sujet de discussion.

Je ne suis pas ce que l'on peut appeler une lectrice difficile, je peux apprécier une nouvelle sans chute tout comme une nouvelle avec un chute surprenante et brutale. Je me dis alors "bien joué!" quand je n'ai pas vu la fin arriver.

Concernant l'écriture, je m'efforce un maximum d'écrire des nouvelles avec une chute surprenante, inattendue. C'est toujours gratifiant quand un lecteur laisse un commentaire en disant qu'il a aimé l'écrit et qu'il ne pensait pas que ça se terminerait ainsi. C'est comme si j'avais accompli ma mission.

Je peux comprendre comme le disait @PoupyReveuse@ , que cela puisse rebuter les lecteurs car ils se doutent qu'ils sont "menés en bateau" à chaque écrit. Je dois avouer cependant que ça ne m'est jamais encore arrivé pour l'instant. J'ai même certains membres ici qui prennent plaisir à lire en se demandant comment cela va finir et ils semblent apprécier la nouvelle. Tout est une question de goût au final.
Image de profil de Jo Drak
Jo Drak
Du même avis que Poupy : une chute brutale, oui, et inattendue. Des indices, oui, mais des faux. Dans un roman on peut se permettre de mener le lecteur sur la bonne voie puis de le perdre dans une autre, on peut jouer, mais dans une nouvelle c'est risqué je pense car le lecteur va lire d'un trait toute l'histoire et n’aura donc peut être pas le temps de se détacher de la bonne voie avant conclusion. Dans ce cas il va être déçu d'avoir deviné la fin...
Image de profil de Andrew Laeddis
Andrew Laeddis
C'est vrai que la nouvelle n'a pas les mêm "critère" que le roman... On doit donc surprendre notre lecteur, d'accord !
Qu'est ce que tu prefère comme type de chute ? La situation n'était pas celle que tu pensais ou bien le personnage principal n'est pas ce que tu espérais ?
Merci d'avoir éclairer ma lanterne !
Image de profil de PoupyReveuse
PoupyReveuse
Si un auteur met toujours des faux indices dans ses nouvelles et qu'on est un lecteur assidu de ses œuvres, le problème est que, connaissant son style, on va savoir et les pistes sont fausses (donc à quoi bon les lire si on est déjà persuadé qu'elles ne mèneront nul part ?) Et sûrement porter moins d'intérêt à la nouvelle. Enfin, ce n'est que mon avis.
Image de profil de Jo Drak
Jo Drak
pas faux...
Image de profil de Andrew Laeddis
Andrew Laeddis
Un avis très utile en tout cas !
Image de profil de PoupyReveuse
PoupyReveuse
Bonsoir ou bonjour cher Andrew.

Pour ma part j'affectionne particulièrement les nouvelles avec de faux indices et une chute bien brutale. Un truc qui claque bien ! Les nouvelles où on fait des hypothèses sur chaque paragraphe et qu'on se rende compte juste à la fin qu'on était complètement à côté de la plaque son bien aussi.

Après quand tu dis "amené ça et là" je suis pour aussi sauf que pour que la nouvelle soit intéressantes (pour mimi hein !) Il faut mètre le lecteur devant deux chemins différents et là 2 choix s'offrent à l'écrivain : soit il écrit deux chemins qui sont possibles autant l'un que l'autre, soit il en ammène un qui semble plus logique que l'autre et finalement c'est celui auquel on ne s'attendait pas qui est le bon.

Une bonne chute est comme un bon tour de magie : on a beau chercher et faire toute les hypothèses qu'on veut, on ne trouve jamais comment le magicien réalise le tour.

J'espère avoir éclairé un peu ta station, bonne soirée ou journée.
Image de profil de Andrew Laeddis
Andrew Laeddis
Une chute brutale du coup ? Oui c'est vrai...
Et connait-tu les nouvelles où la chute n'est pas dites ? Ou le lecteur la devine ? ( comme dans "Quand Angèle fut seule... de Pascal Mérigeau, une très bonne nouvelle )
Selon-toi, est-ce que le fait que la chute ne soit pas dite directement est aussi surprenant ?
Image de profil de PoupyReveuse
PoupyReveuse
Je ne suis pas une grande lectrice de nouvelles : je n'en lit en réalité qu'avec le collège hormis un petit recueil de nouvelles humoristiques, dont je ne retrouve plus le nom, que j'ai lu il y a longtemps. Ainsi je ne peux répondre à aucune de tes questions. Mais j'essaierai d'en lire quelques unes dans ce style et reviendrai répondre à tes questions à ce moment là ;-)
Image de profil de Andrew Laeddis
Andrew Laeddis
Ahah je vois ! Pour ma part c'est le collège qui ma donné le goût des nouvelles !
Pas besoin de te forcer a lire ;)
Image de profil de PoupyReveuse
PoupyReveuse
Je ne me force pas. J'en lis des nouvelles mais je suis assez difficile pour que ça me plaise. Mais je veux pouvoir apporter ma contribution à tes interrogations alors j'en lirai ! :-)
Image de profil de PoupyReveuse
PoupyReveuse
Voilà je les ai retrouvé ! Les nouvelles humoristiques dont je te parle plus haut sont les ", histoires pressées" de Bernard Friot. Qu'est-ce que j'ai pu rire avec ça !
Image de profil de Andrew Laeddis
Andrew Laeddis
j'irai les lires, merci !
Image de profil de PoupyReveuse
PoupyReveuse
Mais de rien ! :-)
0