Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Lord Jo

La magie dans un univers fantastique

par Lord Jo  il y a 2 ans
Bonjours, je vous écris car j'ai besoin de conseil. J'aurais aimé avoir votre vison sur la magie dans vos œuvres fantastiques. Quelle sont les limites, comment bien l'expliquer et l'amené dans un univers de manière naturelle?
Image de profil de Guillaume Roussard
Guillaume Roussard
La magie, quelle magie ? Ce qui nous semble à nous de la magie était une connaissance et un art. Nous, modernes, appelerions celà une science. Lorsque les premiers chrétiens dissertaient des anges et des démons qui parcouraient le monde, ils avaient pour eux la même réalité que pour nous les névroses et les données economiques. Des réalités qui s'imposent à tous et avec lesquelles ont peut dialoguer, biaiser, tricher, mais dont l'existence n'est pas remise en cause. Que sont elles pourtant sinon des créatins mentales ?
De même, c'est Mary Carranthers qui explique l'étrangeté des grimoires alchimiqus moins par la nécessité d'y dissimuler quelque puissance hors du monde que par le besoin très humain de les mémoriser. Que mémorise t'on mieux que les images frappantes et les contradictions ?
"Au bout de quarante jours, le contenu de la fiole devait être aussi noir que la tête d'un corbeau. Encore sept jours plus tard, on devait normalement voir apparaître des petits corpuscules blancs, semblables aux yeux d'un poisson." Voilà déjà des métaphores qui vous marqueront. Et le corbeau et les yeux de poissons n'entrent dans la formule que comme moyen mnémotechnique. Quant aux quarante jours, durée du Déluge, temps de retraite du Christ au désert, qu'évoquent ils ? Passage du mélange en étuve ou dilution ? La clé en est perdue.
Ces livres ne sont pas obscurs, c'est nous qui n'y comprenons plus rien. Nous nous tenons devant ces livres comme les adeptes d'un dieu cargo à une connaissance perdue. Voilà que nous en singeons les rites et les paroles et que nous bredouillons des alakazams et des abracadabra, espérant que quelque chose se passera.
La magie est d'abord une connaissance, et une connaissance prosaïque. Devenir magicien, c'est perdre la foi en l'infini puissance du rêve pour gagner un pouvoir sur et dans le monde. Pouvoir limité, comme toute force terrestre.
Image de profil de Stéph Loup'tout
Stéph Loup'tout
La meilleure façon de l'expliquer ce n'est pas de la raconter, c'est de la montrer à travers ses personnages. Si la magie est une chose naturelle dans ton univers, alors décris-là comme tu pourrais décrire les rayons du soleil filtrant à travers une fenêtre ou encore un chat assis sous une avancée de toit attendant que la pluie cesse. En tant qu'auteur, il faut que tu aies les règles de ta magie bien en tête, ce qu'elle peut faire, ce qu'elle ne peut pas faire, ce qu'elle peut faire partiellement ou occasionnellement en certaines occasions, comment on l'utilise et qui l'utilise. Une fois que toi tu as ta magie bien en tête, intègre-là naturellement, comme par exemple :
"Gribouille ouvrit la porte et se baissa précipitamment pour éviter une boule de feu puante que sa voisine de palier, Mademoiselle Toufoiré, avait encore tenté de contrôler. Au passage, la boule incandescente avait carbonisé, une fois n'est pas coutume, la porte de ladite voisine qui observait Gribouille à travers le trou béant, les yeux écarquillés et les cheveux légèrement roussis.
- Mademoiselle, ce sort est un sort de niveau 7... vous ne devriez pas le lancer, vous n'avez pas le niveau requis pour...
- Toi Monsieur le Rougeant, boucle-la ! m'interrompit-elle.
Et sur ces mots peu sympathiques, elle disparut derrière un angle du mur de son appartement.
Je soupirai et pestai intérieurement contre les mages bleus. Pas assez de discipline, trop de laxisme... Non, l'école de magie rouge était décidément la meilleure !"
Là on a des éléments de magie, avec des niveaux, des écoles etc. qui se mettent en place à petites doses, naturellement et qui font partie du quotidien du personnage, qui ne s'étonne du coup même pas d'avoir un trou béant dans la porte de sa voisine et ne s'énerve pas non plus d'avoir failli été percuté par un sort (cela indique que ça arrive tellement souvent que le personnage est lassé et que ce genre d'incident est monnaie courante dans ce monde, un peu comme, dans le nôtre, le coup du chat du voisin qui vient arroser notre paillasson). Le lecteur n'a pas besoin d'un manuel d'explication pour savoir que le niveau 7, dans le texte, correspond à un niveau assez élevé de magie et que, par conséquent, la voisine a un niveau inférieur. Il se fait donc déjà une idée du fonctionnement de la magie, alors que je n'ai inséré que quelques petits éléments que je pourrais ensuite étoffer au fil du récit, avec, par exemple, Gribouille qui rencontre un mage de niveau 10, ce qui l'impressionne car c'est très rare d'atteindre un tel niveau etc. :)
Image de profil de Daegann
Daegann
Je dirais que pour être crédible, la magie doit répondre à certaines "règles" par exemple : elle pompe l'énergie du mage, ou il a besoin de parchemin / objet, ou autre. Il lui faut des limites et l'équivalent de loi physique (ça passe aussi par des impossibilité, comme toucher à l'espace temps par exemple).

Après il y a différentes sources possible. Mais dans les univers fantasy on se pose rarement la question : elle existe c'est tout (même si on peut quand même lui donner diverse origine). Là où ça devient plus problématique c'est pour un univers contemporain où la magie apparaît. Là il faut une bonne excuse. Shadowrun parle par exemple de cycle de magie : nos légende sont basé sur des réalités qui ont eu lieu lorsque le cycle de magie était haut, ensuite il a baisser (actuellement,) jusqu'à ce qu'il y ai quasi plus de magie puis, le cycle est repartie et le niveau de magie est remonté, faisant réapparaître la magie, les dragon etc. C'est une explication qui en vaut une autre
Image de profil de Manon
Manon
Je vois beaucoup de discutions sur la 'bonne' ou la 'mauvaise' magie, moi je me pose surtout la question de la source de l''énergie magique' : est ce que c'est infini ou au moins facile ? Ou est ce au contraire qu'il faut puiser dans sa force (physique ou mentale) et qu'un abus peux conduire à la mort du sorcier ? (c'est une bonne façon de limiter le pouvoir de la magie)
Est ce qu'il faut de la 'poudre magique' pour l'exercer, la baser uniquement sur des potions ? Des artefacts qui peuvent s'épuiser ? Si la magie est présente dans le monde en quantité limitée (technologie ancienne et perdue), chaque usage de la magie doit être bien réfléchi...
Image de profil de Lord Jo
Lord Jo
Personnellement, je trouve que de puiser dans la force de sa volonté et de ses capacités mentale est un bonne base pour expliquer comment la magie est activé. Le stress intense et potentiellement mortel qu'elle causerait au corps de l'utilisateur est aussi une très bonne idée que je n'avais pas considéré. Merci de votre participations:)
Image de profil de MF JEANLAT
MF JEANLAT
Bonjour,

J'écris justement une histoire traitant de magie, de sorciers plus précisément.
Pour le conteste je suis partie sur du très basique. Seule une élite possède des pouvoirs et l'existence de la sorcellerie est caché aux yeux des humains. Après à la base, la magie est identique à chacun des sorciers puis c'est le personnage, son passé ou son évolution qui le dirige vers le bien ou le mal sachant que la limite entre les deux peut être très fine.
Tout dépend aussi de la vision du lecteur aussi : une action que tu juge bien peut être mal perçue et inversement.
Je pense que ce genre d'univers te permets de faire pas mal de chose du moment que la trame et l'intrigue sont bien ficelés.
Image de profil de Lord Jo
Lord Jo
Je pense que de laisser une forme d’ambiguïté dans les action ou les motifs des personnages est une très bonne idée pour créer des sorciers plutôt intéressant;) Laisser le choix au lecteur de juger librement la moralité des personnages est quelque chose que j'aime beaucoup mais ce n'est que mon avis personnel
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Je m'invite après avoir lu la discussion, et je dois dire que je suis également dubitative sur l'idée de magie divisée en bien et mal.
Par contre, petite précision : on parle bien ici d'univers de fantasy, avec elfes, mages, etc etc, comme dans le seigneur des anneaux, Dragon Age, etc etc ?
(nan parce que je suis un peu vieux jeu, et pour moi, le fantastique, c'est plus Udolpho ou la Venus d'Ille, du coup, même si je ne sais plus les écrire).
Si c'est ça, je t'avoue que je vois plus la magie comme une force, que les personnages décident d'utiliser d'une façon ou une autre. Pour prendre une métaphore éculée, la magie n'est ni plus bénéfique ni plus maléfique qu'un cours d'eau. Elle est là, c'est une donnée de l'environnement. Par contre, ce qu'on fait avec, c'est à nous de décider. Si tu cultives, elle est bénéfique, si tu vas y noyer des chatons (oui, ma cruauté n'a pas de bornes), elle est maléfique.
Dans mon histoire, Malou dit Vrai, la magie est, je pense, la graisse qui aide à faire tourner les rouages du monde. On ne la voit pas forcément, on ne s'en sert pas pour faire des choses grandiloquentes, mais elle est là, et ceux qui savent la manipuler ont une longueur d'avance sur les autres. Je ne sais pas si ça peut aider.
Image de profil de Lord Jo
Lord Jo
Notre vision de la magie est plutôt similaire à ce que je vois. Dans mon histoire, la magie n'est pas quelque chose de biens ou de mal. Elle est partout, elle recouvre le monde dans lequel ce déroule mon récit, l'univers qui l'entoure et même les dimension. Imagine un invisible océan d'énergie dans lequel baigne toute ce qui existe. Certaine personne naisse avec la capacité d’apprendre et manipuler cette énergie. Ce sont eux que je considère comme des mages, ils apprennent les formules et les bons mouvements pour lancer leurs sorts. Contrairement à un sorcier, qui lui est affilié à une divinité qui lui donne ses pouvoirs en échange de son âme. J’espère que ça fait du sens:p
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
C'est intéressant. Cela ressemble assez au système de Donjon et Dragon, en fait. Tu es rôliste, par hasard ? :D
Une chose qui me chiffonne par contre, et qu'on retrouve dans beaucoup d'histoires, et de jeux de rôles, c'est le côté mécanique de la chose. On a un système en place, et des cases bien dessinées... et c'est tout. Juste une comptabilisation nette, pas d'exceptions, de cas un peu ambigus... Or quand on regarde le monde, il n'y a pas de cases bien nettes ou bien dessinées. Il y a même de grosses contradictions, mais les gens font avec.
Je trouve la dichotomie mage/sorcier intéressant. Concrètement, après ils ont accès à la même chose ? Ils peuvent lancer les mêmes sorts, ou ils ont accès à des registres différents ? Par exemple, les uns utilisent des éléments naturels, et les autres font des choses qui brisent le continuum espace temps ?
Image de profil de Lord Jo
Lord Jo
Je me suis déjà intéressé au monde de donjons et dragons mais je n'ai pas la prétention de me considéré comme un rôliste;) Ce que j'ai omis de spécifier c'est que dans mon univers, personne ne comprend vraiment comment la magie fonctionne. Un mage peux apprendre toute les formules existante sans jamais vraiment comprendre pourquoi elles ont un certain effet sur le monde qui l'entoure. Rien n'est jamais certain avec les arts des arcanes. En prononçant une formule pour invoquer une boule de feu par exemple, le mage pourrait sans le vouloir invoquer des flammes d'une dimension parallèle à la sienne ou le feu ne produit aucune chaleur. Ou il pourrait sans le vouloir taper dans de l'énergie démoniaque et se faire posséder par un esprit mauvais. J'ai aussi oublié de préciser que certaine personne n’apprenne pas la mécanique de la magie comme les magiciens de mon monde ou vendent leurs âmes à des divinité diverse comme les sorciers. Ils sont née du voile lui même et sont considéré comme des anomalies dans le temps et l'espace. Ces gens ne sont généralement affilés à aucun groupe et suivent leurs propre code. Ce genre d'utilisateur de magie vont avoir leurs importance dans mon scénario et j’espère ainsi m'éloigner le plus d'une magie biens mal classique;)
Image de profil de C. Kean
C. Kean
J'ai personnellement une approche très anthropologique de la magie.
Ma principale source d'inspiration c'est donc notre monde et nos civilisations (en particulier la sorcellerie et l'animisme), et la façon dont on a vu, perçu et pratiqué la magie. Je ne la pense donc pas du tout comme un élément fantasy, mais vraiment mystique, psychologique et sociétal. Et pour respecter cette approche, j'élude au maximum la question de savoir si ça fonctionne. Ce n'est pas ce qui est important. Du coup, je pense que je me classe du côté de ce qu'on nomme le réalisme merveilleux. Je laisse au lecteur des touches de magie auxquelles il peut choisir de croire ou non.
Je ne me pose donc pas vraiment la question de la limite, vu que même la question du fonctionnement ne fait pas partie de ce qui m'intéresse là dedans. Ce qui m'intéresse c'est le rapport humain à l'occulte, au rite, et au monde de l'invisible. Et, du coup, je n'ai pas besoin de l'expliquer naturellement, vu que la magie ne s'explique que par elle-même et quand dans le contexte et l'usage qui m'intéresse, il n'est pas question d'une pratique institutionnalisée ou théorisée. Elle est simplement observée.
Si ce genre de réflexions t'intéressent, j'avais rédigé une fiche pour introduire ces concepts sur un forum d'écriture dont je pourrais t'indiquer le lien.
Image de profil de Lily H. Kitling
Lily H. Kitling
Attention à ne pas confondre "fantastique" et "fantasy".

Si tu veux insérer de la magie "naturelle" dans un univers inventé, c'est de la fantasy.

Si tu veux parler de magie dans un contexte fantastique, ça ne doit pas être "naturel", justement, ça doit avoir une dimension effrayante ou anormale.

Questionnement sur le sujet :
https://docs.google.com/spreadsheets/d/1aNWWFYZJcRTN1utWxWniZCJpk8-nKV9epqc3OyAdyEE/edit#gid=0
vidéo associée : https://www.youtube.com/watch?v=qWPls7Pt3bs

Les limites, je dirai qu'il n'y a que toi qui peux les poser, les décider.
Pour l'expliquer, ça va dépendre de ton histoire ; est-elle importante ou pas ? le héros y est-il confronté ou non ? Les explications arriveront dans ces moments-là. Sinon, elles viendront plus tard... ou pas du tout. Il n'y a pas toujours besoin de tout expliquer. ;)
Image de profil de Brad Priwin
Brad Priwin
Etant moi-même un passionné de magie dans les univers fantastiques, je vais essayer de te partager quelques conseils parfaitement subjectifs.

La première question que tu dois te poser est : comment veux-tu que la magie soit perçue dans ton univers. Doit-elle être vue comme légendaire ou au contraire banale ? A-t-elle une bonne réputation ou associée au mal ? Tout le peuple y a-t-il accès ou seulement une poignée d'élites ? Ces simples choix sont déterminants concernant sa place, et c'est à toi de le décider.

Concernant ses limites, j'ai vraiment du mal à le fixer, donc je ne sais pas trop quoi te dire. Sinon, une manière de l'amener est de l'introduire progressivement afin que le lecteur y croit un maximum.
Image de profil de Lord Jo
Lord Jo
Merci, et j'essaye de créer un monde ou la magie est vu de manière très négative par la majeure partie de la population. Mon personnage principal étant un chasseur de mage, il voit la magie comme dangereuse et malfaisante. Au fil de l'histoire j'ai prévus qu'un personnage secondaire le fasse changer de point de vue. Aurait tu des idées pour un quelconque magicien bienfaisant ou du biens?
Image de profil de Brad Priwin
Brad Priwin
A mon humble avis, un bon mage doit utiliser ses pouvoirs pour faire le "bien". Énoncé ainsi, c'est presque une évidence, mais je pense qu'il existe une différence entre les actions d'un personnage et comment elles seront perçues par la population. Par exemple, si un mage sauve la vie d'un innocent, même si l'innocent lui sera redevable, peut-être que les témoins trouveront que c'est de "l'abominable sorcellerie".

Après, il reste à savoir comment une personne peut être caractérisée de "bonne". Altruiste et soucieuse du peuple ? Tente de réparer les injustices de son monde ? Combat le "mal" ? C'est selon l'histoire.
Image de profil de Lily H. Kitling
Lily H. Kitling
Très manichéen, tout ça ! ^^
Image de profil de Brad Priwin
Brad Priwin
Lily H. Kitling Oui, hum... J'ignore comment sont représentés le "bien" et le "mal" dans son univers, mais j'ai souvent tendance à les "associer"... Bien entendu, les mages peuvent être traités sans y recourir, en privilégiant les nuances de gris, et je m'y applique autant que faire se peut !
Image de profil de Lily H. Kitling
Lily H. Kitling
"*A mon humble avis, un bon mage doit utiliser ses pouvoirs pour faire le "bien". *"

C'est juste ça x) De mon côté, je pense qu'un bon mage doit être un expert dans la magie qu'il prétend maîtriser. Pour en faire quoi, c'est une autre histoire ! ;)

Et si on oubliait le bien, le mal et le gris, et qu'on essayait juste d'avoir des personnages humains ? ^^
(Je crois qu'il y a un autre débat, justement, sur les notions de "bien" et de "mal"... !)
0