Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de JoshDan

SF: points-clés mais gare aux clichés!

par JoshDan  il y a 2 ans
Bonjour (bonsoir) à tous, je m’apprête a écrire et publier un histoire de SF prochainement. Or j 'ai très peu lu de livre de ce genre, ce qui fait qu'il manque encore d'inspiration pour la rédaction (même si j'ai déjà l'intrigue, les personnages...)
Ainsi, pouvez-me dire quels sont les éléments importants qu'une histoire de SF doit contenir? Mais également quels sont les points souvent relayées dans ce genre (chaque genre a ses motifs qui sont lui sont propres, c'est bien connu...)

Je vous remercie d'avance pour vos réponses et conseils.
Cela permettra non seulement d'avancer et aussi à d'autres probablement dans mon cas.
Image de profil de Le Moine Rouge
Le Moine Rouge
Le tout c'est de ne pas sombrer dans la niaiserie !
Éduquer l'humanité n'est pas forcément le but premier de l'œuvre, mais c'est vrai qu'il vaut mieux un livre qui fasse réfléchir qu'un machin banal avec juste des combats laser.
Dans tous les cas, voilà quelques règles à ne jamais transgresser :
- L'exobiologie. Contrairement à la fantasy, la SF de genre space opera demandera toujours à ce qu'on développe une biologie extraterrestre. Comme Marion Zimmer Bradley, tu peux avoir un imaginaire assez ibidien (dans "La planète aux vents de folie", il est expliqué de manière scientifique que toutes les faunes et flores des différentes planètes habitées se ressemblent) ou alors imaginer des espèces totalement différentes de ce qu'on connaît (Piers Anthony a imaginé des créatures presque invraisemblables dans Constellations). Le tout est de ne pas juste mettre des petits hommes verts (j'avoue que dans mes écrits, il s'agit de petites FEMMES vertes et de petits hommes bleus, mais j'invente une justification scientifique par-dessus) ou bien alors des bestioles avec des tentacules visqueux et quinze fois trop d'yeux pour être crédibles. Également comme le dit Elijaah Lebaron, les espèces peuvent posséder plus de sexes que nous ou ne pas en posséder. Néanmoins, le schéma le plus classique restera ou unisexe ou bisexué pour pouvoir se reproduire plus facilement. Quoi qu'il arrive, veille bien à inventer quelque chose qui puisse être expliqué scientifiquement.
- Les pouvoirs parapsychologiques. Télékinésie, télépathie, perception extrasensorielle, ect. Selon moi, une histoire de SF qui en contient n'est pas forcément de la science fantasy pour une raison simple : du moment qu'on peut les expliquer de façon scientifique (exemple : augmentation des ondes cérébrales), ça passe. Mais certains auteurs de fantasy font ça également avec la magie. Il est vrai que pour qu'un monde soit crédible, il faut qu'il soit rationnel, fantasy ou SF !
- Le sous-genre. À noter, très important : plutôt hard SF ou soft SF ? La soft SF se poste plus sur les interrogations de l'homme sur l'Univers, la hard tente avant tout d'être la plus crédible possible. À toi de trouver le juste équilibre !
Voilà pour mes conseils, excuse-moi, je ne suis pas un spécialiste de la SF mais avant tout un de la fantasy, ce qui ne m'empêche pas de m'y connaître un peu et de vouloir en faire moi aussi. D'ailleurs, c'est intéressant de contourner ces règles. Créer un monde totalement incrédible dans un contexte rétrofuturiste peut rendre hommage aux nanars de la première moitié du XXe siècle tout en imaginant comment aurait pu être demain... Qu'est-ce que tu en penses ?
Image de profil de Elijaah Lebaron
Elijaah Lebaron
La SF étant mon genre de prédilection, je me devais d’apporter ma contribution à cette discussion. Mais plutôt que dire ce qu'est la bonne SF, je vais plutôt expliquer comment faire de la mauvaise soupe futuriste.

*1 - La Science-fiction, c'est rien qu'une collection de poncifs*
Désolé d'être antipathique dés le début mais la SF ce n'est pas seulement l'utilisation de vaisseaux de l'espace et de pisto-laser dans un western futuriste.
C'est un genre littéraire qui demande une bonne compréhension de sa fonction première : Éduquer l'humanité !
Vous devez écrire une histoire scientifiquement et humainement crédible qui va permettre à vos lecteurs de réfléchir à leur futur ou à ceux de leurs enfants. Car le futur décrit en SF n'est rarement qu'un élément de décor.

*2 - Qui as besoin de travailler ses personnages quand ils ont des pouvoirs surhumains et des gadgets merveilleux*
Votre personnage possède les pouvoirs d'un dieu, et si cela ne suffit pas, un "deus ex machinae" technologique est toujours prêt à le sauver des situations les plus scabreuses. Mis à part le fait que les pseudo aventures ce superman des temps nouveaux sont hautement soporifiques, que pourraient être les motivations, les doutes, les faiblesses, le potentiel d'évolution de ce "monsieur parfait" ? Comment le lecteur pourrait se sentir concerné ou s'identifier au personnage. Comment pourrait-il tirer des leçon de la potentialité que vous tirez des limbes de votre imagination ?

*3 - Ce vaisseau spatial est chargé, attention je vais tirer !*
Lorsque le héros descend de sa fusée spatio-temporelle pour aller au saloon du coin, il sait jouer du laser pour faire sa place au comptoir. Mais si tous les pirates du coin lui tombent dessus, il n'hésite pas à raser la planète pour faire place nette. Après tout il faut bien que la forteresse volante qui lui sert de moyen de transport puisse démontrer ses capacités offensives pour épater le lecteur. Qu'importe si la population de va nu pied extraterrestre de cette planète désertique soit le dommage collatéral de cette démonstration gratuite.

*4 - Nous on aime le sexe en groupe ! *
Les foulbaluniens ont besoin de réunir cinq individus de leur espèce pour se reproduire. Rien de mieux qu'une scène érotique extraterrestre façon partouze pour souligner l’étrangeté de ces population autochtones, d'autant plus qu'elles se déroulent en public et impliquent 4 paires de seins et 7 orifices divers. Bon, mis à part le coté voyeur et seventies de ces moments remplis de rotondités émouvantes, quelle est son utilité ? Est-ce que les autres implications sociales de cette vie à 5 individus et demi sont intéressantes à décrire ? Est-ce que cela fait avancer l'histoire ou est-ce qu'une anecdote accessoire destinée à l’excitation du lectorat ?
Le véritable fan de SF est un personnage curieux, il va se demander quelle sont les implications politiques et religieuses de cet état de fait. Il va se demander comment le capital génétique de tout se beau monde arrive à se mélanger pour créer de nouveaux individus. Quelles leçons philosophiques les humains ont pu en tirer et comment elles ont été assimilées.

Car je dois vous le dire Le véritable amateur de SF est l'un des lecteur les plus exigeant qui puisse exister.
Si vos personnages se téléportent il va vouloir savoir comment c'est scientifiquement possible. Si vos héros se battent avec des sabres laser ils vont se demander comment l'énergie monstrueuse permettant le confinement de ce rayon de la mort peut être stockée dans le manche de cette arme. Même les concepts qui vous semblent bien connu comme le voyage dans le temps vont devoir trouver une explication qui sort de l'ordinaire pour ne pas être accusé de plagiat éhonté de telle ou telle oeuvre. Vous croyez que j'exagère ?

Le "Fandom" est composé de gens extrêmement élitistes qui analysent vos écrits selon des dimensions croisées allant de la philosophie à l'astro-physique. Les plus grand auteurs du genre comme "Isaac Asimov" ou "Arthur C Clarke" étaient des scientifiques complets ou au minimum des autodidactes éclairés sur les sujets abordés dans leurs romans.

Bon, vous pouvez aussi écrire un western spatial mâtiné de Fantasy et l’appeler "la guerre des étoiles" ou décider d'inventer la téléportation parce que vous n'avez pas le budget pour faire atterrir votre maquette d'aspirateur sur chaque planète visitée par votre équipage habillé de pyjamas. Mais ces exemples sont-ils vraiment considéré comme "de la bonne Science Fiction" ?

Est-ce que cela vaut le coup d'en écrire un nouvel avatar dénué d'imagination baptisé pompeusement "Space Opera" ?

Éduquer, l'humanité !
Ce n'est pas que l'apanage de la SF, mais je pense que c'est lorsque elle répond à cet objectif qu'elle prend toute sa dimension. Regardez la liste des romans de ce genre les plus appréciés et ayant résisté à l'épreuve du temps....
Image de profil de essaime
essaime
Merci pour ta contribution Elijaah ! Juste pour le plaisir d'une reproduction E.T. réussie, je voudrais mentionner la trilogie de Gaia de John Varley qui est un bijou au croisement de nombreux genres, merveilleux, mythes, science... où des humains vont rencontrer des titanides à l'intérieur d'un vaisseau-satellite, genre de centaures hermaphrodites dont les modalités de reproduction sont loins d'être anecdotiques et ont été extrêmement réfléchies en termes génétiques, si bien que l'auteur fournit entre autres un tableau des modes d'accouplements par rapport au brassage des gênes et des rôles de la descendance en fin de volume. Ce n'est pas le point central du livre, mais je conseille cette trilogie délirante qui visite avec génie toutes les contrées de l'imaginaire ;-) Y-a-t-il d'autre fans ici ? PS. Oui, il y a des histoires d'amours Humain Titanides au milieu de tout ça !
Image de profil de Lily H. Kitling
Lily H. Kitling
:D Elijaah Lebaron ton commentaire me rappelle le dossier "Comment ne pas écrire des histoires" de Meynard, sur Solaris.
Je pose ça là, ça peut toujours servir : http://www.revue-solaris.com/pour-les-ecrivains/dossier-special-comment-ne-pas-ecrire-des-histoires/ ;)
Image de profil de Elijaah Lebaron
Elijaah Lebaron
Le parfait exemple pour illustrer mon point de vue essaime. Merci

Oui, je connaît bien l'article dont tu parle Lily H. Kitling
Image de profil de Jean-Christophe Heckers
Jean-Christophe Heckers
Je me dois de mentionner en complément cet article-ci, succinct, et dont certaines lignes ont encore le don de me faire bondir (le paragraphe "Trouvez une idée extraordinaire" en particulier). Aussi retourné-je toujours dare-dare relire l'article de Pierre Meynard pour me remonter le moral.

http://www.enviedecrire.com/comment-ecrire-science-fiction/
Image de profil de Elijaah Lebaron
Elijaah Lebaron
Mon dieu effectivement quel tissu d'inepties.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Jean-Christophe Heckers mon dieu c'est incroyable d'écrire des trucs pareils !!
Je me demande qui est l'auteur de cet article et à quoi il sert au final, c'est le truc le plus stupide que j'ai pu lire en terme de conseils d'écriture.... et je ne pense en avoir lu qu'un seul qui vaille la peine, si on peut le qualifier de livre de conseils.

Elijaah Lebaron j'ai bien rigolé, merci !! :-)
Image de profil de Lily H. Kitling
Lily H. Kitling
Je pose deux petits liens, l'un dédié à la SF : http://www.sf.zone/
l'autre un chouïa plus général : http://saint-epondyle.net/blog/
Naviguez, découvrez, profitez, le deuxième surtout est une perle. ;)
Image de profil de Navezof
Navezof
J'approuve très fortement du deuxième lien :)
Image de profil de The Creator
The Creator
J'irai voir ça merci ! ;)
Image de profil de Joe Cornellas
Joe Cornellas
SF Zone est très bon aussi.
Image de profil de Némésis317
Némésis317
Je pense, que tout dépend de l'histoire que tu veux écrire et surtout, le genre de science-fiction que tu aimes. Pour ma part, j'aime ce que j'appelle, la "low science-fiction", c'est-à-dire que dans mes écrits, il y'aura très peu de gadgets futuristes (voitures volantes, robots et tout ce qui va avec).
Donc tu dois déjà définir le genre: low ou hard science-fiction, space opéra, anticipation (avec les dystopies et tout le tralala), cyberpunk etc.

Ça dépend également de la période à laquelle tu écris. Moi, je favorise le réalisme pour ainsi dire, donc, nous sommes en 2017 et on voit bien qu'en matière d'avancée technologique, on est juste là. Si ton récit se passe en 2050 (par exemple), il faut que tu réfléchisses et te demande "dans 33 ans, est-ce qu'on aura ça et ça?". Encore une fois, cela dépend de ta science-fiction. Si 33 ans te semblent suffisants pour que les voitures volantes arrivent, que l'intelligence artificielle ait explosée, et que sais-je encore, c'est à toi de voir.

Et, je pense, que tu dois aussi réfléchir à l'apport de tous ces éléments dans ton histoire générale. Parce que si tu places des gadgets ou notions de science-fiction par-ci, par-là juste pour le faire, pas sûre que ça serve réellement.

Alors, éventuellement, oui, tu pourrais lire un peu plus de science-fiction, peut-être que tu te situeras? J'ai beau avoir du Isaac Asimov dans ma bibliothèque, je ne me décide toujours pas à le lire. J'ai bien lu le fameux "Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques" et je n'ai pas accroché (ni au film d'ailleurs). Je n'aime pas les Star Wars ni Star Trek. Bref, je doute que l'inspi te manque du fait de ton manque de connaissances dans le genre.

Mais ce qu'on voit le plus dans ce genre d’œuvres (livres et films confondus)

- Mondes nouveaux (dans l'espace ou non)
- Peuples nouveaux
- Robots
- Petits détails (voitures volantes (c'était la promesse de l'an 2000!), puces électroniques...)
- Aliens
- Virus mortel

Voili voilou.
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Hop, je me permets de me mettre à la suite de Némésis pour ajouter un petit quelque chose : les avancées technologiques telles que décrites dans la SF posent en général un problème ou un paradoxe que ton histoire va explorer ou résoudre. Par exemple, Asimov, puis qu'il est souvent cité, ne s’appesantit pas sur l'aspect cosmétique du futur qu'il décrit. De mémoire, il ne passe pas 15 pages à te parler d'un voyage en vaisseau spatial. Par contre, il va passer quinze page à te parler des cerveaux positroniques car c'est avec eux qu'il va explorer les limites de l'intelligence humaine et artificielle. De même, il s'amuse beaucoup avec ses histoires sur la tiotimuline, une poudre qui permet de voir le futur quand on verse de l'eau dessus, mais qui du coup se dissout avant que l'on verse de l'eau dessus car elle l'a vu dans le futur.
Selon ma petite personne, donc, si tu veux écrire de la SF, c'est donc qu'il y a un problème que tu veux explorer, un paradoxe, ou un questionnement moral (cf La Stratégie Ender, qui nous questionne sur notre rapport à l'Autre, ou les livres de Vernor Vinge, qui remettent en question notre vision de la temporalité, de ce qui fait un individu et de notre rapport à la technologie), et situer ton histoire dans le futur te donne une opportunité d'explorer ce questionnement.
Image de profil de essaime
essaime
Oh, l'article/histoire sur la thiotimoline ! Une de mes histoires préférées, écrite dans un style scientifique très crédible, un canular textuel génial auquel certains ont cru ;-) Merci Gobbolino !
Image de profil de Jean-Christophe Heckers
Jean-Christophe Heckers
"Les propriétés endochroniques de la thiotimoline resublimée" (si je me souviens bien du titre exact) est une nouvelle qui avait valu à Asimov une question lors de sa soutenance de doctorat (le jury aussi avait de l'humour). Un régal...
Image de profil de Gobbolino
Gobbolino
Oh bah mince, dans mon souvenir il y en avait plusieurs, des histoires de thiotimoline (que je ne sais toujours pas orthographier, 20 ans plus tard). J'ai probablement voulu prolonger la rigolade tellement j'avais aimé la blague XD.
Image de profil de Jean Couletard
Jean Couletard
Salut, je suis globalement d'accord avec Bruno Carlyle.
Effectivement pas besoin de beaucoup avoir de références, je dirais même qu'elles risquent de te faire adopter un modèle alors que tu peux avec ton imagination créer quelque chose de neuf et d'original. La SF c'est un genre très large en fait, ce qui fera appartenir ton livre à ce genre c'est le fait que ton histoire se passe dans le futur, si possible pas trop près de nous car sinon cela le classe dans le genre de l'anticipation.
Donc ce que je te conseille c'est d'imaginer le futur que tu veux comme toile de fond et surtout de travailler ton scénario comme tu le ferais pour n'importe quel autre genre car c'est celui-ci qui rendra ton récit palpitant. Demande toi quel type de scénario tu veux écrire : un récit d'initiation ? une histoire d'amour compromise ? une vengeance ? Ensuite n'oublie pas le thème, car je pense que c'est ce qui fait d'un roman SF un chef d'oeuvre : la SF permet d'explorer de nombreux thèmes qu'on peut difficilement traiter dans d'autres genres. Par exemple, regarde les thèmes des oeuvres d'Asimov ou de P K Dick. Beaucoup ont exploité les thèmes liés à l'intelligence artificielle, ou de l'exploration spatiale mais il y a des nouveautés comme par exemple les effets du virtuel, de la génétique humaine, les humains pucés... à toi de te projeter au niveau technologique et d'en imaginer les conséquences sur la société, par exemple bien peu avaient imaginé toutes les conséquences d'internet et des téléphones portables, on voit déjà les gens scotchés à leur tablette 24h/24 alors imagine quand on passera à la technologie directement connectée au cerveau. C'est cela la SF à mon avis : se projeter.
Image de profil de essaime
essaime
Je trempe un orteil parmi vous, en m'arrêtant aux premiers mots de JoshDan : "je m’apprête a écrire et publier un histoire de SF prochainement".

Pour prendre le contre-pied de la question que tu poses, je dirais que l'important c'est que tu aies *envie* d'écrire une histoire, que cette histoire de plaise, t'excite, te donne envie de la partager, te permette de rêver, de voyager... est-ce que tu as vraiment besoin de la catégoriser avant de t'y mettre ? Si c'est pour un concours de SF ou un appel à texte, OK. Mais sinon ?

Écris-là, écoute ce qu'elle a envie de raconter, vois où elle te mène... Après coup on pourra s'amuser à dire que c'est du space opera, basé sur un univers asimovien qui empreinte à de la dystopie dark fantasy robotique de l'undergound cyberpunk... Mais ça ne changera pas grand chose à ton histoire en question : peut-être qu'elle plaira, peut-être pas. Si c'est ta première dans le genre, il y a des chances pour qu'il y ait plein de choses à améliorer et c'est normal pour progresser. Il y a une forte probabilité que tu choisisses une trame générale ou un thème qui a déjà fait l'objet de dizaines, voire plutôt de milliers de traitements. C'est le jeu ma pauvre Lucette. Mais si tout ceux qui voulaient écrire une histoire d'amour s'arrêtaient à ça... Mais ce sera ton traitement, ton écriture et ton angle. Il faut bien que tu commences quelque part pour voir si ça te branche ou non, si l'histoire que tu souhaites raconter accroche des lecteurs.

Il est certain que c'est aussi en lisant le genre et en l'appréciant comme l'a très bien dit parrynunez que tu pourras éviter éventuellement certains écueils et mieux voir où se situe ton récit, mais une bonne histoire de SF est avant tout une bonne histoire, avec une intrigue, des personnages, des situations intéressantes, un univers et une façon de la faire passer, une réflexion, etc. indépendamment du genre.

Bref, lance-toi et tu verras, il n'y a ni recette qui te garantira la réussite (à part le travail, et encore), ni une quantité de livres ingurgitée qui te garantira que le thème n'a pas été traité au moins une fois par quelqu'un.

Après c'est à toi de voir le processus : soit tu publies en "live" sur Scribay et tu auras des retours rapidement ou bien tu écris un peu plus dans ton coin pour prendre le temps de travailler quelque chose et tu le publies après. Tu peux aussi tester ta quatrième de couverture sur le fil dédié pour voir ce que ça donnerait... Mais ça ne vaut que si tu as vraiment toute l'histoire dans la tête il me semble. Parce que si tu t'arrêtes "c'est l'histoire d'une invasion de la terre super originale parce qu'avec des aliens pacifistes", c'est un peu court pour se positionner. On aurait envie de dire "Ouais, ok et alors ?".

Donc lance-toi !
Image de profil de The Creator
The Creator
Bonjour,
Je vais essayer de te répondre de mon point de vue :
vivikakashi a raison lorsqu'il t'exhorte à ne pas te perdre dans le prisme d'idées reçues et de ce que tu as déjà lu sur ce genre.
Je m'explique : tu veux écrire une histoire de SF mais tu n'as pas lu beaucoup sur ce genre, cela ne doit pas t'empêcher d'avancer dans le développement de ton récit. Lire est une chose, lire sur un genre en est une autre. Le fait d'avoir peu lu de SF a un bon avantage : tu ne seras que peu influencé par un auteur ou un autre. Tu as un univers à toi, unique, et il est important de le préserver d'une influence autre que la tienne. Alors, oui, on est tous plus ou moins influencés par ceux qui nous ont précédé mais cela ne doit pas être un frein à ton imagination. Pour moi, il n'y a donc pas d'éléments pré-établis à part ceux que tu te fixes toi-même. L'histoire est importante avant tout, la cohérence ensuite, le caractère des personnages à la fin pour densifier ton récit. Tu dois garder une certaine fraicheur. Pour les éléments de SF, fais bien attention à ce qu'ils servent ton récit et non l'inverse. Le problème qui se posera a toi sera de trouver l'équilibre entre ton histoire et les éléments SF que tu intégreras. Etre trop conventionnel risque de rendre ton récit banal. N'oublie pas non plus le message que tu veux faire passer et qui doit laisser l'impression agréable au lecteur de voir les choses sous un nouvel angle après lecture.
Bonne journée !
Image de profil de Joe Cornellas
Joe Cornellas
Est-ce que certains messages auraient été supprimés ici ? Sinon, je ne comprends pas trop tes dernières interventions The Creator ;-)
Image de profil de Navezof
Navezof
Indeed, un utilisateur (para-quelquechose) s'est désinscrit et ça a effacé tout ses messages. Et il etait engagé avec The Creator dans une discussion mouvementé.

Sans savoir cela, on à l'impression que Bruno s'énerve tout seul :D
Image de profil de Joe Cornellas
Joe Cornellas
Et c'est assez drôle ;-)
Image de profil de The Creator
The Creator
Re-moi !
Pour dire la vérité, je ne me suis même pas rendu compte du caractère violent de notre échange car pour moi je n'avais juste pas envie de polluer le débat. Effectivement, je constate que mon interlocuteur est parti mais pour mieux t'expliquer le quipropos Joe Cornellas je pense que tout cela est parti d'un malentendu. La personne a compris grosso modo que j'encourageais JoshDan à ne pas lire de SF ce qui est faux. Je suis évidemment pour, là n'est pas la question c'est une évidence, mais je pense également qu'il ne faut se freiner lorsqu'une idée germe dans ton esprit en se disant : " Ah, c'est de la SF, j'y connais rien, du coup, bah je préfère lire 100 bouquins de SF avant, histoire de pouvoir citer tel ou tel auteur plus tard et montrer à tout le monde que j'ai la légitimité nécessaire pour écrire de la SF." Non, pour moi, on ne doit pas se freiner. On ne connait pas le genre ? Tout le monde y est passé. Il faut lire mais il faut également savoir écrire, les deux vont de pair. Pour le reste, je suppose que JoshDan attend de ce débat de trouver des réponses autres que celles écrites dans des milliers d'autres blogs d'écriture où il suffit de taper "Comment écrire de la SF ?" sur Google pour faire un copier coller sur les pièges à éviter et les conseils. Des sites comme ça y'en a à la pelle et je pense qu'il sait déjà qu'il lui faut lire de la SF un minimum. J'ai donc essayé de lui proposer une réponse différente de ce qu'on lit habituellement sur internet afin d'éviter le copier-coller. Et donc cela n'a pas plu à la personne qui m'a interpellé :)).
Image de profil de Lily H. Kitling
Lily H. Kitling
(Il me semble que quelqu'un sur scribay a dit :)

Correction : un membre sur le forum Le Monde de l'écriture, a écrit :

"Ne te demande pas comment doit être un texte de space opera. Demande-toi comment tu veux que soit un texte de space opera. Si le genre te gonfle, c'est qu'il n'est donc pas écrit d'une manière qui te plaît. Ne cherche donc pas à t'instruire sur cette manière qui ne te plaît pas, et trouves-en une autre."

Question de base légèrement différente, mais je pense que le propos reste valable : JoshDan , tu veux écrire de la SF sans avoir lu ou pas beaucoup lu de SF ? Peu importe, écris la SF que tu as envie d'écrire ! ;)
Image de profil de The Creator
The Creator
Lily H. Kitling Merci, tu as synthétisé tout ce que je pense ! :)
Image de profil de Joe Cornellas
Joe Cornellas
Mon conseil serait plutôt : "écris ce que tu veux, les autres se chargeront de mettre la bonne étiquette dessus, du moment que l'histoire est bonne ! " ;-)
Image de profil de Lily H. Kitling
Lily H. Kitling
Joe Cornellas : le premier conseil à suivre, en effet !

Après, je comprends l'envie de comprendre un genre et ses codes, de chercher si on peut trouver sa place dans ce nouvel univers, de voir si on a quelque chose à faire, à apporter, ou qui puisse simplement élargir nos possibilités. Question de challenge personnel, on va dire ! ^^

Je sais que parfois, je trouve une histoire à raconter après avoir choisi le genre que je veux exploiter - ceci étant, je me rends compte que le plus souvent, ce que j'écris peut se classer dans plein de genres différents. ^^
Image de profil de The Creator
The Creator
C'est pas pour faire de la pub mais c'est exactement ce que j'ai fait lorsque j'ai commencé le 198ème Etat. Je ne me suis pas dit que j'allais faire de la SF, l'idée m'est venue et il s'est avéré que le genre prédominant est la SF, mais on aurait pu dire anticipation ou dystopie également. Pour ma part, cela traite aussi de la politique, des nanotechnologies, de Dieu, des dérives de la société contemporaine... En gros de plein d'autres sujets que de la SF classique. Je ne me suis pas dit que j'allais appréhender le récit comme si ou comme ça, j'ai voulu l'aborder en écrivant en direct, sans plan, pour rester le plus fidèle à l'idée de départ ;). (P.S : Je compte quand même relire le tout)
Image de profil de JoshDan
JoshDan
Je vous remercie encore et prends en compte tous vos commentaires.
Image de profil de vivikakashi
vivikakashi
Juste un détail !
"Ainsi, pouvez-me dire quels sont les éléments importants qu'une histoire de SF doit contenir? ". Cette phrase me perturbe. Tu n'as pas à suivre des dogmes d'écriture pour tes histoires. Tu vois le problème dans le mauvais sens. Tu ne suis pas des "règles" pour pouvoir être estampillé SF. Tu fais de la SF car ton histoire suit la structure qui définie la SF. La nuance est grande. Ton écriture est libre et tu dois surtout garder cette liberté. Tu racontes l'histoire que tu veux, avec les règles et l'univers que tu veux puis, en fonction du résultat, on te collera un genre ( et éventuellement la SF ).
Après, oui. Eviter les clichés une bonne chose :D

Pour les trucs à éviter, c'est assez classique. L'ambiance dictature manichéenne avec la jeune rebelle qui va sauver l'univers \o/, les lois de la physique complètement ignorées ( même si inventer sa propre science est possible mais ça demande un travail voir même une oeuvre rien que pour ça... ). Bien sûr, on peut être un peu " borderline " mais évitons les excès qui touchent souvent à la téléportation, déplacement ( vitesse lumière et compagnie ), les mauvaises dimensions cosmologiques et les abus " énergétiques " - electricité illimitée pour X raisons par exemple.
Image de profil de JoshDan
JoshDan
Non, si j'ai ouvert cette discussion, c'est pour être un minimum cohérent dans la SF, qui est nouveau pour moi, étant habitué à faire dans le réel. Ainsi je ne recherche pas à suivre la recette parfaite au pied de la lettre, juste à ne pas faire fausse route.
Image de profil de vivikakashi
vivikakashi
Auteur inconnu

Tu as raison. Je reconnais avoir été peu clair dans mes propos. Je ne dis pas qu'il faut éviter aborder certains thèmes mais qu'il ne faut pas les aborder d'une mauvaise manière. Comme tu dis, on peut ignorer la science en "imposant" une notion comme la Force dans Star wars ( restons classique ! ). Par contre, pour ma part, je ne cautionne pas des phénomènes qui sont justifiés par généralisation/extrapolation ou par méconnaissance théorique du sujet auquel il se rapporte. Il y a une différence entre "inventer son propre univers scientifique " et se calquer sur l'univers " réel" avec juste quelques décennies / siècles ou plus. Un cas est plus libre que l'autre mais plus dur à gérer car on doit éviter les contre-sens, le second plus "facile à suivre " car on a déjà nos règles mais on se DOIT de les respecter. " Non, dans la réalité, un vaisseau n'ira jamais à la vitesse de la lumière. C'est dommage mais c'est la vie. "
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
A mon sens, le principal écueil de la science-fiction est de confondre une bonne histoire avec un bon concept. En SF, on part souvent d'une idée originale qui modèle le monde : la Force, les robots, le monolithe noir, le réseau, un alien... Mais cette idée seule ne suffit pas à faire un bon roman.

Un roman, que ce soit en SF ou ailleurs, c'est avant tout une bonne histoire et de bons personnages. La SF ne fournit qu'un décor un peu plus original, qui intervient à un moment donné dans l'histoire. Mais ça n'est qu'une infime partie du roman.
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
Si je le précise, c'est que ce n'est pas évident pour tout le monde. On ne parle pas ici des romans SF qui existent, mais de ceux qui restent à écrire au sein de cette communauté.

Trop souvent, un auteur s'arrête à sa bonne idée et oublie de développer les autres piliers du roman. Après quelques chapitres de description exhaustive des causes et effets "SF", le propos commence à se diluer.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Ben merde alors ! J'étais en train de pondre une réponse à ce fil, je me suis ravisee parce que, comme d'habitude j'étais en train de m'enflammer et j'ai bien fait ;-)
Auteur inconnu tu dis mieux encore ce que je voulais écrire... Me reste plus qu'à cogiter la prochaine réplique suite à cela mais vu que je suis au boulot, je sens que je vais avoir un sérieux train de retard... pas grave :-)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Non mais faut absolument que je réponde mais là je file en réa... je reviens parce que je suis parfaitement d'accord avec toi et en même temps pas tout à fait sinon ce ne serais pas drôle ;-) et sinon surtout pas besoin d'en rajouter... si jamais j'oublie tape moi sur l'épaule, ça concerne le processus d'écriture.
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
Juste pour la note, et bien que n'étant pas fan de Star Wars, les films d'origine ont enfanté des dizaines de romans et chacun, bien plus profonds et intéressants que les intrigues choisies pour les 7-8 films actuels.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Ben c'est plus deux trains de retard que j'ai mais tout le réseau SNCF... j'ai même loupé le combat de testostérone !

Auteur inconnu j'essaye de reprendre ce que je voulais te dire.
Oui je suis d'accord sur le fait qu'il faut lire. D'ailleurs je pense qu'on ne tombe dans le besoin d'écrire que parce qu'on tombe dans l'amour de ce vecteur qu'est le livre, la lecture, le mot. (Pas pour rien que j'ai pondu la bibliothèque )
Je te rejoins aussi sur une question fondamentale en rapport avec ce fil d'ailleurs, (parce qu'après je vais en sortir du fil) et à laquelle JoshDan n'a absolument pas répondu alors que c'est la seule question intéressante de tout ces pavés de commentaire : pourquoi vouloir écrire de la SF ??? qu'est ce que c'est que cette idée de vouloir écrire dans un genre qu'on dit ne pas maîtriser qui plus est ? La réponse m'intéresse aussi, on l'a pas vue passée !

Maintenant je réponds à ta remarque Auteur inconnu et particulièrement à ta conception de l'écriture (au passage s'il te prend l'envie de publier, je serais curieuse de te lire).
Je pense aussi que le médium nouveau de l'écriture induit un comportement nouveau des "auteurs" (un peu pompeux comme dénomination) car on se retrouve avec des gens de différentes motivations qui se cotoyent sur le même site. Il y a ceux qui publient pour exister en effet, je les appels les publicistes. Souvent d'ailleurs ils font une magnifique étude de marché sur ce qui se lie ou pas, le format le mieux adapté au web (court de préférence), comment tenir le lecteur page après page, les clichés qui fonctionnent, ceux qu'il faut éviter (comme si on pouvait vraiment être original...) ou même et ça c'est très fort, ceux qui interrogent carrément le lecteur sur ce qu'ils aimeraient lire au chapitre suivant... Je pense que dans ces cas là, la publication d'oeuvres tient compte de blog amélioré.

Puis il y a ceux qui veulent travailler. L'amalgame est facile et malheureusement il est facile aussi de se prendre au jeu de la gloire immédiate qu'offre les plateformes de publication, comme parfois ceux de la première catégorie peuvent aussi, suite à certaines rencontres, passés dans la secondes. Il n'y a pas de scissure si franche que cela.
Car ceux qui veulent travailler cherchent aussi les trucs à éviter d'où ce fil et l'ensemble des réponses, cherchent des recettes toutes faites, applicables, des avis généraux...
Pas sûre en effet que ce soit une bonne idée, je reste convaincue que c'est dans les livres qu'on trouve nos propres règles (là aussi cf ma bibliothèque)
En revanche, je ne suis pas d'accord avec toi sur la distance que l'on doit prendre à l'écriture ou l'amalgame que tu fais d'une façon d'écrire avec le web.

L'immédiateté d'une écriture peut-être dû non pas à la récompense immédiate mais à la nécessité du mot. Comme le disait Duras, il existe un besoin du mot qui n'est pas dans la construction architecturale d'un scénario bien ficelé mais bien dans l'écoute de sa propre histoire (fictive ou réelle) et qui DOIT sorti. Ce débordement en ressenti, cette solitude du mot qui existe coûte que coûte, ce vécu de l'écrit existe pour certains auteurs et n'en ote pas le travail ou la qualité.
L'écriture se fait alors à travers sa nécessité, qu'importe le décor, qu'importe le genre, elle sera imprégné de sa propre histoire, de son propre regard, du point de vue narratif qui fera là, enfin, l'originalité d'une oeuvre.

Ce qui fait que la SF s'est essoufflée c'est que les auteurs sont partis dans la surenchère d'originalité là où le Roman a compris depuis longtemps qu'aucune histoire n'est originale, n'a jamais été traité... l'unicité d'une oeuvre se fera à travers le regard de l'auteur, le pourquoi raconter cette histoire comme ça, à qui et pourquoi maintenant ?
La SF s'est tellement focalisée sur ses propres codes, le développement du background, que le propos s'est noyé dans le combat. C'est à savoir qui inventera la planète la plus loufoque, la race d'ET la plus spectaculaire, la civilisation la plus originale. On crée un monde avant de créer une histoire, avant de porter un message, une réflexion. Quand les auteurs de SF se rendront compte qu'ils ne sont pas originaux, ils pourront enfin se pencher sur le terme littérature. Ils pourront enfin s'occuper de ce qui fait une véritable histoire : les personnages et les mots. On peut raconter une histoire sans décors, sans action, on ne peut le faire sans personnage. On ne peut le faire sans les mots. Et la façon d'invoquer les mots, d'articuler les personnages, voilà ce qui pose la réflexion. à mon sens en tout cas.
bon c'était ma petite contribution au débat, pas sûre qu'elle soit utile mais bon
Image de profil de Joe Cornellas
Joe Cornellas
Y aurait-il eu passage de Troll dans la communauté ? Je n'ai pas suivi les débats, mais je constate des réponses qui semblent tomber dans le vide et des citations d'un certain Auteur inconnu qui n'apparait plus nulle part. Compte supprimé ?
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Ah oui tiens... j'avais pas remarqué. En effet c'est amusant. Dialogue dans le vide du coup.
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
Ah oui tiens.

Au passage, je suis 100% d'accord avec la (méchante!!!) K_Gitsh, notamment les deux derniers paragraphes.
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
La méchante !! Niark niark niark.

Je te rappelle que tu as aussi un K dans ton pseudo ;-) mais je suis sûre que je te mets ta raclée sur les tatouages ;-)
Image de profil de Jean-Christophe Heckers
Jean-Christophe Heckers
Les éléments importants? Eh, ma foi, on peut tout faire. Sauf écrire des conneries. (Genre, et j'ai déjà vu ça, une planète habitable à deux années-lumière). Donc, principe premier, ne pas inventer un truc qui contrevienne aux connaissances scientifiques du moment.

Les motifs, je dirai pour ma part qu'on peut s'en cogner. L'histoire se rangera toute seule dans le domaine adéquat après-coup (si on y tient). Comme rien du tout n'empêche de mélanger (space-opéra uchronique et dystopique[1], ça doit bien se trouver).

*Le risque avec ce conseil, c'est d'enfoncer des portes ouvertes et d'accumuler les clichés. Pas de panique, je crois qu'on passe tous par là. Et même parfois on y repasse. L'important étant comment on traite son histoire. Des arrivées d'extraterrestres, par exemple, on en a déjà eu des pelletées, et on continue d'en écrire: l'essentiel est de poser un questionnement pertinent, présentant un angle au moins légèrement différent des autres.*

[1] un truc qui se place à une échelle au moins galactique, avec des vaisseaux spatiaux tout plein, mais en réinventant l'histoire réelle, et en mettant en place une conjoncture politique à tendance tyrannique ou en tout cas bien chiante.
Image de profil de Jean-Christophe Heckers
Jean-Christophe Heckers
Pour Bradbury, rappelons seulement ce que lui-même a déclaré: https://fr.wikipedia.org/wiki/Chroniques_martiennes. C'est tout à la fin de l'article, et on ne peut mieux explicite. Il rejoint même Arthur Clarke dans sa définition de la SF, lequel déclarait (à peu de choses près) que la SF est "la littérature qui a le plus affaire à la réalité".

On a parfaitement le droit d'utiliser une hypothèse (que la Lune aurait une atmosphère comparable à celle de la Terre, par exemple), mais dès lors que celle-ci est infirmée, il devient ridicule de s'appuyer dessus. Ou alors on élabore un univers alternatif, mais on a intérêt à ce que l'hypothèse tienne quand même debout. Si on ne choisit pas cette option, sans tomber dans la hard SF, on doit avoir en vue que certaines connaissances sont établies et incontournables. Si on venait aujourd'hui écrire que Vénus est habitable dans cet univers-ci, on ne serait pas un bon auteur de SF, on serait juste un imbécile. Hors de ces limites, on est libre de spéculer ce qu'on veut (ceci dit, pas n'importe comment), et d'effectuer des croisements thématiques voire de genre (je ne donnais qu'un aperçu fictif de ce qu'on peut tenter, dois-je me faire pardonner les raccourcis brutaux de ma note, ou alors aurais-je dû la rendre longue comme le bras et imbouffable?). La liste est longue des possibilités dès lors ouvertes, comme la *Bibliothèque de l'Entremonde* de Francis Berthelot nous le fait découvrir.

Les classiques s'appuient sur des connaissances et théories valides en leur temps, parfois dépassées ou réfutées par la suite. On ne peut souvent plus imaginer aujourd'hui ce qu'on imaginait hier. Bien des œuvres de SF sont, dans ce qu'elles décrivent, complètement dépassées, ce qui n'empêche pas que les réflexions qu'elles portent par ailleurs demeurent valides. C'est d'ailleurs à mes yeux ce qu'il y a d'essentiel dans la SF: ce regard particulier porté, qui transcende l'inévitable obsolescence du contexte décrit.
Image de profil de mih
mih
Pourquoi raisonner en terme de genre ? La SF est elle-même divisé en plein de sous-genre, avec parfois un grand écart (entre 1984 et Stars Wars, il y a un monde...).
On tombe très rapidement dans de la Science-Fiction, donc pour le reste, je l'aborderai comme n'importe quel genre (en fait, je fais comme pour les êtres humains, le genre est secondaire ;) )

Bon week-end à tous,
Image de profil de Olivier Giudicelli
Olivier Giudicelli
Tout dépend de l'architecture du scénario:
Est-ce sur Terre?
A quel époque?
Il y a beaucoup de style: space opéra, cyberpunk etc

Perso, je pense que le mieux est de se fixer une trame (le héros part d'une situation initiale, l'aventure arrive, puis situation finale). L’intérêt est souvent dans le truc en plus que les autres auteurs n'ont pas pensé.
Image de profil de JoshDan
JoshDan
Pour l'instant, j'ai prévu que ça se passe sur Terre à notre époque et par la suite, il serait possible que l'histoire pourrait situer entre la Terre et un univers parallèle. Mais si j'ai quelques idées, je cherche encore à mettre en place.
Image de profil de Olivier Giudicelli
Olivier Giudicelli
Super, maintenant à toi finir de définir les grandes lignes.
Je te déconseille de commencer à écrire avant d'avoir fini le schéma général du manuscrit.
@+
Image de profil de JPierre
JPierre
Bjr,
La SF permet tout et se permet tout, le pire comme le meilleur. Tout est dans la catégorie, Science Fiction.
Après sur le terrain purement scientifique, faut y aller avec des pincettes. Quoique… Quand même éviter des grosses âneries…
Il y a aussi beaucoup de genres en SF mais la finalité reste la prospective; de tenter d'imaginer ce qui pourrait être, aurait pu être ou avoir été.
Beaucoup d'auteurs connus ou moins connus posent le "décor" sans description des technologies. Elles sont "de fait", existent et ne nécessitent donc pas de justifications ( tant que le récit est prenant bien sur…)
Tu t'es lancé sur quoi?
Image de profil de JoshDan
JoshDan
Je suis parti sur un thème classique de la SF : l'invasion. Sauf qu'ici, il n'est pas affaire à extermination, dominance de la planète. Dans ce cas-ci, ils observent, critiquent et fondent dans le masse et sans plus. Je verrais mes personnages comme "pacifistes" mais c'est relatif, bien sûr.
0