Inscrivez-vous sur Scribay...

...et retrouvez une communauté soudée par l'amour de l'écriture, le partage et l’entraide entre auteurs.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de Marie Tinet

Perte de motivation et d'inspiration

par Marie Tinet  il y a 3 ans
Vous avez perdu la motivation ? Ou l'inspiration ? C'est par ici qu'on vous redonnera la pêche et pleins d'idées pour vous remettre au top ! :D
Image de profil de Locyma
Locyma
Bonjour, j'écris depuis un an seulement, j'adore ça, mais je suis dans une phase ou les mots ne me viennent plus. Ca me rend fou d'être incapable de pouvoir aligner trois mots sur une feuille. Je n'arrive pas à continuer une histoire quand je la commence car je ne l'aime pas. Je n'arrive pas à écrire plus d'une page car après je bloque totalement. J'ai essayé de faire des plans pour m'aider mais ça ne m'aide pas vraiment.

Pourriez-vous m'aider?
bonne journée.
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
L'important, c'est d'écrire. Si tu n'arrives pas à écrire plus d'une page, écris des histoires de moins d'une page, des micro-nouvelles.

Tente des défis, avec des textes courts, participe à des concours comme le Prix Pépin (300 caractères, difficile de faire moins :)).

Avoir une idée qui peut tenir sur des centaines de pages, ça se prépare, ne serait-ce que mentalement. C'est tout à fait normal d'avoir 10 idées de romans et de s'apercevoir que pas une seule n'est assez solide pour tenir la distance. Mais note les toutes.

Et un jour, toutes ces idées, ces petites gouttes d'histoire, feront une flaque, une rivière et peut être un océan, un jour !

Donc pour résumer : écris tous les jours, même des textes courts, et note toutes tes idées, même les mauvaises.
Image de profil de JPierre
JPierre
Je ne dirais pas mieux que Eric Kobran.
L'important c'est d'écrire. Le nombre de lignes importe peu dans un premier temps. Note et garde, oublie les quelques jours, semaines, mois et après relis. Ton avis avec le recul sera plus objectif.
Ecrire c'est comme faire un sport, plus tu t'entraines, mieux "ça va venir!" Ce n'est pas forcément une vérité absolue mais un peu quand même.
Et, conseil, que moi et d'autres donnent: 1 page par jour = 360 pages à l'année. Soit un gros pavé même si ce n'est pas un roman, de le savoir fait relativiser.
Accessoirement comme pour le bricolage, tout ce que je "fabrique" , sur le moment, me déplait royalement. Il faut toujours laisser mûrir.
il y a le critère environnemental, dans un sens très global, qui peut influer. Mais là, tu es seul à pouvoir déterminer si ce qui compose ta vie quotidienne peut être négatif ou positif.
Bon courage
Image de profil de Sangre13
Sangre13
Change de sujet. Perso quand ça me fait ça, c'est que j'en ai marre de l'histoire ou que j'ai autre chose en tête.
Dans ce cas deux méthode: soit j'attends et passe à autre chose dans l'optique de revenir dessus plus tard, soit j'écris l'autre idée et tout finit par se débloquer.
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
Pareil que Sangre. Sur Scribay, j'ai toujours pas moins d'une quinzaine de brouillons en attente avec des moignons d'idée, parfois 3-4 mots qui se courent après. J'attends que l'étincelle vienne embraser ces brindilles.
Image de profil de Locyma
Locyma
Merci de m'aider! Comme je te l'avais dit dans l'autre post que tu m'avais laissé, je vais essayer d'écrire beaucoup plus.
Image de profil de Jessyxm
Jessyxm
L'écriture me plait toujours. Mais le travail, le mariage ... font que je n'ai plus le temps. peut-être aussi que je ne le prends plus. toujours est-il que je n'aime pas me couper dans l'écriture. Je préfère terminer ce que je commence d'un trait et ne pas revenir dessus. d'où la petite taille de mes textes. Les projets que j'ai étant bien plus longs je les ai laissés de côté.
Image de profil de JPierre
JPierre
Bsr,
Sans le moindre jugement de valeur, l'important serait, sera, de ne pas avoir de regrets.
Sur que le temps joue. J'ai coutume de dire que 24 heures ne me suffisent pas à faire ce que je voudrais faire. Sans rien d'extraordinaire en plus…
Un "conseil" que j'avais donné sur un autre sujet mais qui rejoint celui-ci : plusieurs petits textes peuvent faire un long texte. Ce n'est bien entendu que mon opinion. Perso quand j'écris "long", tout me reste dans la tête, même quand je délaisse le sujet pour en aborder un autre.
Tôt ou tard, ils toquent à la porte.
Image de profil de JPierre
JPierre
Bonsoir,
Je pense qu'il y a perte de motivation et perte de motivation.
Je suis un peu comme Sangre13. A un certain moment, il faut que je coupe sinon l'incohérence vient, surtout quand c'est un pavé de plus de 500 pages. Soit par "perfectionnisme" (toute modestie exclut de celui-ci)
Alors je pars sur autre chose comme cette semaine où j'ai d'abord laché Va Savoir et où je suis reparti sur quelque chose de plus contemporain, pas du tout SF.
Ecrire c'est beaucoup "vider toutes les idées qui sont stockées en tête" et elles ne concordent pas toujours avec l'écrit du moment.
Après, Shinoera, oui, probablement, le fait d'être "connu" incite à perdurer dans l'effort. C'est une autre sorte de motivation qui peut pallier manque de motivation, perte d'inspiration ou lassitude.
Image de profil de Sangre13
Sangre13
Je ne dirai pas que je perds l'inspiration. Mais j'ai d'immense périodes. Par exemple, j'ai passé trois mois à lire énormément et à beaucoup écrire Death Art Project. Et là, je ne touche presque plus au projet. Parce que je suis à fond dans d'autres choses (la k-pop, les jeux vidéo et mon autre roman Sky High).

Après, si je suis trop mes lutins j'arrive à un point où plus rien n'est coohérent donc je laisse le projet de coté.

Mais, d'un autre côté je suis d'accord avec Shinoera, le fait d'être lu et connu peut faire en sorte que ce soit bien plus motivant.
Image de profil de Shinoera
Shinoera
Je pense que la perte de motivation vient du fait que notre égo n'est pas satisfait de notre "popularité", car soyons clair si on avait 1000 lecteurs avides de nos textes, on écrirai tous avec envie !

C'est pour ça que je pense qu'il faut mettre de côté "la popularité" pendant un temps. En gros il faut écrire pour nous, et seulement un peu plus tard, il faut se pencher sur le succès de son oeuvre.

Moi, j'ai eu une perte de motivation pendant un mois entier mais ce mois à créer un certain manque, si l'on a pas ce manque, c'est que l'envie n'y est pas, et ça se ressent dans le texte, et vous vous lasserez vous-même d'écrire.
Image de profil de Venus Montgomery
Venus Montgomery
Bonjour !

Je n'ai pas écrit pendant au moins un an et tout d'un coup un tas d'histoires me sont tombées de dessus, avec évidence. J'ai écrit tout ce qui me passait par la tête (je n'ai pas tout publié), le problème étant maintenant que l'inspiration ne me vient plus. Notamment sur ce chapitre : https://www.scribay.com/read/text/1586232716/entre-deux-soupirs
Je ne vous demande pas du tout d'aller le lire ;) mais ces mots me sont venus tout naturellement et maintenant plus rien !!
Si vous avez des conseils ... ou même des idées de suite ! (j'en ai quelques unes mais je n'ai pas l'impression qu'elles tiennent la route et elles sont toutes très différentes !)
Bonne journée :)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Bonjour Venus Montgomery

Ce que tu dis dans ce chapitre est exactement ce que tu ressens.
Il faut à Mich une aventure... à raconter.
La seule chose que j'ai notée est : best-seller. C'est son but?
Peut-être que ça coince de ce côté?
L'ambition d'en faire trop peut s'avérer être un frein.
Ou alors, ton personnage de Mich ne s'est pas encore installé en toi. Laisse-lui le temps d'arriver.

À bientôt
:-))
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Bonjour à tous,

Là je suis en plein blocage. Un vrai de chez vrai.
Les personnages qui fuient, la situation qui s'étiole, des questions sans réponse...
Le vide!
Alors j'essaie de lire... non pas pour combler le vide mais pour reprendre confiance dans quelque chose qui m'échappe. Peut-être les mots reviendront-ils? Peut-être pas?
Un peu comme quand on arrête de respirer, si on y pense, on se demande si la prochaine inspiration sera possible ou non.
Personnellement, le cap le plus difficile à franchir est l'autocensure.
:-))
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Bonsoir Nog,
Merci pour le renseignement.
Pas de bibliothèque mais des librairies.
J'avais déjà beaucoup apprécié tes suggestions (lues).
Je ne connais pas cette auteure. Je vais regarder sur le Net, et j'irai lire ce qu'elle écrit de l'écrit.
Beaucoup d'auteurs parlent de ce problème qu'on doit tous rencontrer plus ou moins, selon, mais on ne sait jamais ce qui va re-déclencher le mécanisme créateur.
Parfois il suffit de la mise en présence de deux "idées" et la porte s'ouvre...
Il faut juste trouver la bonne clef.
À bientôt
:-))
Image de profil de Nicolas de Haussy
Nicolas de Haussy
Je reste souvent bloqué. Que ce soit par motivation ou inspiration.
Parfois, une idée me vient alors je suis encore au lit... et paf ça repars.
Image de profil de Saadia Sahraoui Brahim
Saadia Sahraoui Brahim
Il faut dégainer illico le smartphone et écrire, même morcelée, l'idée rejaillira lors de l'écriture avec plus de clarté ! Si je n'écris pas directement, j'oublie aussi puis je suis verte de ne pas avoir acté :(
Image de profil de Nicolas de Haussy
Nicolas de Haussy
Le nombre de fois ou j'ai eu des illuminations dans la narration et que je les oubliés dans mon lit ! ^^
Image de profil de Sangre13
Sangre13
Les idées vont et viennent. On peut avoir une super idée sur l'instant pendant qu'on écrit mais qui se révèle plus galère qu'autre chose au fur et à mesure de l'histoire (et je suis bien placée pour le savoir). Donc il faut quand même faire attention.
Image de profil de Clarisse Creighton
Clarisse Creighton
Je suis restée bloquée sur mon chapitre 2 pendant tout l'été. Lundi soir, en écoutant une musique, l'inspiration m'est revenue. Aujourd'hui, j'ai mis un point final à mon chapitre.
Parfois, il faut juste laisser du temps au temps.
Image de profil de C.S. Ringer
C.S. Ringer
Entièrement d'accord :)
Image de profil de Navezof
Navezof
Ce genre d’événement arrive également assez régulièrement dans l'informatique (ou tout métier à problème à résoudre) où le proverbe : "la nuit porte conseil" n'a jamais été aussi vrai.

La veille, le soir : Damn, ça fait trois heure que je bloque sur ce bug sans avancer !
Le lendeman, tôt le matin : Bon, c'etait quoi déjà le problème. Et si je fais ça ? Tiens, ça marche.
Image de profil de essaime
essaime
Je me permets de partager ici la vidéo d'Eric Abbel sur YouTube, qui nous montre en direct quelques petits trucs et astuces à tenter quand on est bloqué, appliqués sur lui-même dans tous les sens, avec un résultat plutôt sympa :
https://www.youtube.com/watch?v=FWeoTzumV1Y

(et je vous recommande également d'aller voir sa vidéo hommage aux shadoks et vous aussi finirez fan des Nasoils ;-) https://www.youtube.com/watch?v=_gcTY6U-IeA)
Image de profil de Vendarion d'Orépée
Vendarion d'Orépée
Argh ! mais quel abominable sadique...
Au moment ou il a trouvé l'idée "allergie" dans le robert, j'ai pensé qu'elles devraient chercher une maison, trouver celle des sept nains, manger Blanche-Neige et épouser les nains. Enfin, une histoire qui finit bien quoi.
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
L'écriture est un marathon, et trop souvent, dès qu'on a une idée, on part tête baissée dans un sprint.

Il faut d'abord évaluer ses idées pour savoir si c'est suffisant pour un texte court, une nouvelle ou un roman.

Pour un roman, si on n'a pas en tête un plan clair de l'intrigue, on ne fera que du remplissage après les deux-trois premiers chapitres. Il faut au moins pouvoir écrire 5 paragraphes racontant TOUT le roman, de la situation initiale (premier paragraphe) jusqu'au final (dernier paragraphe). Les 3 autres devant décrire les 3 grandes "catastrophes" faisant avancer le récit (la structure peut varier à la marge, notamment le nombre d'actes intermédiaires).

Si l'idée ne tient pas la route, si les personnages n'émergent pas naturellement de ce travail, l'idée n'est pas mûre. Il faut la laisser reposer. Souvent, ce n'est pas un manque de motivation mais la prise de conscience qu'il y a un gros écart à combler entre l'idée de départ et ce dont on a besoin pour en faire une histoire.
Image de profil de Oncle Dan
Oncle Dan
Tout à fait d'accord !
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
Et parfois il faut juste savoir écouter son histoire et elle s'écrit d'elle même, plus on l'enferme dans un cadre ou une structure, plus on la force et moins on la découvre et là elle s'epuisera comme tout le monde : quand on parle à quelqu'un qui n'écoute pas, on finit par se taire ;-)
Image de profil de Auteur inconnu
Auteur inconnu
J'ai parfois la même impression rassure toi Auteur inconnu ;-)
Mais j'ai trouvé d'autres allumés du verbes qui pensent comme moi.
Quand je lis tout ça, je me souviens quand je faisais pareil et que je n'arrivais jamais à finir une seule histoire. Impossible de finir une histoire car je ne tentais pas de raconter une histoire mais d'écrire un livre et me voilà perdue dans mes notes, perdue dans mon fil, mes personnages, pas d'histoire au final et le tout s'essouffle en vent, en paroles creuse que ce soit au bout de 10 pages ou au bout de 300 (oui j'ai jeté 300 pages... ) Et puis j'ai rencontré quelqu'un qui m'a fait entendre la musique de mon histoire et là, je n'ai plus cessé d'écrire et surtout il n'y a plus d'inachevé, avorté avant de s'enfanter, plus de perte, plus d'angoisse, juste le temps d'écouter une histoire avant de travailler un livre qui n'existe pas et n'existera jamais sans l'histoire.
L'écouter mais aussi la vivre tout en l'écrivant, ça aussi c'est important je pense, apprendre d'elle comme le lecteur pourrait lui aussi apprendre d'elle. :-)
Image de profil de BeyondTheWords
BeyondTheWords
Je suis d'accord. Parfois entre l'idée de départ et le produit fini, il y a un sacré fossé. Je pense aussi que si l'histoire ne se crée pas d'elle même et si les mots ne coulent pas de source, c'est que ça cloche quelque part. Au niveau des personnages ou de la structure par exemple. Parfois, les protagonistes sont crédibles et bien définis, mais la trame ne les met pas assez en valeur ou ne leur permet pas d'évoluer. Et là, ça peut devenir un sacré casse-tête !
Image de profil de CM LE GUELLAFF
CM LE GUELLAFF
Beaucoup de résonance dans ce que tu exposes Auteur inconnu. Le cadre enferme et clôt la (ou les) porte à laisser entrouverte ; la recherche de structure appauvrit et désincarne. Et tout d'un coup, la nausée m'envahit et la dispersion me permet de la contourner. je fuis alors l'histoire à peine née. Je contemple le synopsis bien étayé comme un devoir à remplir, comme une case de plus et de trop !.
Image de profil de C.S. Ringer
C.S. Ringer
Chacun sa façon d'écrire. Certains aiment les plans parce que ça les aide, d'autres n'en ont pas besoin. Il n'y pas de bonnes ou de mauvaises façons.
Les plans m'aident beaucoup, ça organise mes idées tout en sachant que je ne les suivrais jamais complètement à la lettre (il y a toujours des éléments qui s'ajoutent ou se retirent, rien n'est jamais figé). Si je ne note pas, je me perds, je ne me souviens plus et parfois je regrette de ne l'avoir fait.
C'est ma façon d'écrire et elle me convient très bien.
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
Je pense qu'effectivement, les personnages, les situations, les scènes, les décors peuvent venir au fur et à mesure de l'écriture. La trame de l'histoire, la fin, le propos, doivent être clair dans la tête dès le début.

Il y a un juste milieu. C'est comme prendre la route. On doit savoir où on va, et dans quelle direction il faut partir. Après, selon les auteurs, le brouillard est plus ou moins épais sur le trajet.
Image de profil de Dany B
Dany B
Bonsoir
Oh je pense qu'on passe tous par là pour diverses raisons. Pour ma part, j'écris la tête dans le guidon et à la relecture des pages écrites, je doute de l'intrigue ou du texte et ça me plombe le moral. Une fois l'ouvrage terminé, je doute dans mes corrections ( que je fais seule puisque personne pour me corriger) et au bout de la cinquième, sixième....lecture où je retrouve des fautes, pareil, je me démotive. Ce sont les doutes qui nous parasitent et nous bloquent et c'est là que la page blanche arrive...moi, je laisse couler, je ne cherche plus et je peux rester des semaines sans écrire, et peu de temps après, je bouillonne d'idées plus ou moins bonnes alors je sais que je peux y revenir. Intéressant comme sujet, on se sent moins seul.
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
Je suis venu sur Scribay pour qu'on me mettre un coup de pied là où c'est efficace. D'autant plus que ma résolution 2016 est de finir un draft. J'en suis loin. Parallèlement, j'aimerais être chaud pour le NanoWrimo 2016 et accomplir le défi Bradbury.

Bref, j'ai besoin de stimulation.

Car mon gros problème est que toute mon inspiration (et pas seulement pour l'écriture) me vient sous la douche. J'y passerais des heures si on ne m'en sortait pas manu militari. Mais dès que j'en sors, pffuit, tout s'évanouit.
Image de profil de Oncle Dan
Oncle Dan
Il faudrait habiter un Pays où il pleut beaucoup !
Image de profil de Alexis Ids
Alexis Ids
Une solution : le dictaphone. Pour dire ses idées à voix haute et les réécouter en sortant de la douche ;)
Image de profil de YellowFrance16
YellowFrance16
Lorsque j'arrête temporairement d'écrire pour me concentrer uniquement sur les devoirs et bac blancs, la reprise est difficile, mais là lorsque je m'y réhabitue, écrire est beaucoup plus facile, les mots viennent plus aisément aha.
Image de profil de staffez
staffez
Moi aussi je suis en panne d'inspiration. Tout ce que j’écris en ce moment et fade et tourne en rond, je ne sais pas quoi faire de mes personnages. Mon imagination s’échappe dans un trou noir sans fin.
Image de profil de Marie Tinet
Marie Tinet
Peut-être te faut-il te ressourcer un peu : se balader en forêt, au bord de mer... parfois ça marche ! Ou alors peut-être peux tu écrire complétement autre chose, des petits textes par exemple ? :)
Image de profil de Diony
Diony
T'as essayé de te lancer des défis ? À une période, ce que je faisais, c'est que je tirais au hasard une carte de taro et j'écrivais en impro totale (mais avec mes perso et dans mon univers) autour de la carte tirée. Parfois, surprise ! ça tombait étonnamment juste. Je faisais ça jusqu'à ce que la trame de mon récit apparaisse et que mon imagination puisse prendre son envol.
Image de profil de staffez
staffez
j'y ai pas pensé, je vais tester cette méthode merci
Image de profil de Aurore
Aurore
Peut-être certains d'entre vous ont-ils déjà jeté un œil à mon histoire L'espoir pour oxygène (https://www.scribay.com/library/text/3581/l-espoir-pour-oxygene) ? Cela fait plusieurs mois que je n'ai pas posté de nouveaux chapitres. Le chapitre 6 est en cours d'écriture depuis... janvier ! En fait, je bloque totalement. Mon idée finale est là, mais entre l'endroit où j'en suis restée et la fin, je ne sais pas comment avancer. De plus, je voudrais retravailler certains de mes chapitres pour éviter que l'histoire tourne en rond.
Quelqu'un aurait-il une idée ? Une suggestion ? (Je suis aussi preneuse des solutions miracles et des potions magiques d'inspiration !)
Image de profil de Marie Tinet
Marie Tinet
Peut-être peux tu écrire la fin avant le reste ? Parfois ça peut créer un déclic et donner des idées ! :)
Image de profil de Aurore
Aurore
Pourquoi pas ! Je vais essayer !
D'autres idées ?
Image de profil de Marie Tinet
Marie Tinet
S'aérer l'esprit ? Aller à une galerie d'art pour s'inspirer ? Se balader en forêt ? :)
Image de profil de Jean-Christophe Heckers
Jean-Christophe Heckers
Ecrire la fin avant le reste, ouaip, bonne idée. C'est comme ça que je me suis remis sur le canasson, qui voulait pas sortir de l'écurie depuis, hum... allez, deux ans minimum. Heureusement qu'il n'y a pas que le roman dans la vie... y a aussi les nouvelles...
Image de profil de Aurore
Aurore
Merci pour vos conseils, Marie Tinet et Jean-Christophe Heckers !
Image de profil de Amélie B.
Amélie B.
Peut-être discuter avec quelqu'un de ton projet ?
J'écris en envoyant chaque chapitre à 3 amies, elles sont toujours source d'inspiration, ne serait-ce qu'en me disant ce à quoi elles s'attendent. Ca crée souvent des déclics en moi :)
Image de profil de Aurore
Aurore
Je parle souvet de mes textes avec mes mies ou mes parents mais pas de façon aussi "sérieuse". Je vais leur demander s'ils ont des idées/conseils précis.
Merci !
Image de profil de Aurore
Aurore
Bonjour ! Je ne sais pas si ce sera la version définitive, mais j'ai terminé L'espoir pour oxygène ! Merci pour vos précieux conseils qui m'ont beaucoup aidée !
Image de profil de Pasot
Pasot
Perdre sa motivation c'est être rempli de trop plein de choses. Pour éviter de proscraniser dans la durée, il faut se faire une raison, soit on fait, soit on ne fait pas.
Exemple : avoir de la lecture en cours, un blog ou site à gérer, des cours ou des choses à apprendre, de nouvelles idées qui naissent et s'entremêlent dans les circuits de nos cerveaux surchauffés. La seule solution est de faire l'une ou l'autres de ces activités à un moment donné quoiqu'on l'en pense. Gérer son temps où organiser tel ou tel créneau provoque bien plus de stress que de se livrer à ce que l'on a envie sur le moment. Tiens, aujourd'hui, j'ai envie d'écrire... eh ben j'écris. Que ce soit un mot ou une phrase, qu'importe, je fais. Un film, un article, Youtube et compagnie, une humeur, une pensée, un son ou une musique, tout doit nous ramener à l'écriture. Je lave mon linge... tiens, pas mal comme idée là, et je la range dans un placard avec suivi ou relations, mes neurones se chargent du reste. Si nos vies sont des histoires, réelles ou imaginées par un auteur céleste, si nos personnages provoquent notre motivation, alors on peut se dire que c'est le bon choix, et ce quoi qu'il arrive. Le(s) récit(s) traîne... il y aura de toute façon une conclusion, car ce qui doit être fait ou pas le sera.
En espérant avoir pu emmener une petite pierre à un édifice en perpétuelle construction.
Image de profil de Jo. Loschnel
Jo. Loschnel
Je suis comme toi Marie Tinet, j'ai trop idées... mais pas assez de motivation! Va bien falloir que je me lance, surtout si je veux terminer ma nouvelle histoire avant le brevet à la fin de l'année!
Image de profil de Marie Tinet
Marie Tinet
Oui, c'est une nouvelle longue ? Sur quel sujet ? :)
Image de profil de Jo. Loschnel
Jo. Loschnel
C'est une histoire de science fiction. J'ai une grande partie de l'idée en tête, mais j'ai la flemme de la poser sur papier, de former les phrases et d'écrire les mots qui pourtant veulent sortir de mes doigts.
Image de profil de Marie Tinet
Marie Tinet
Je comprends, j'ai parfois aussi cette sensation ! Op, op, op, il faut s'y mettre :)
Image de profil de Jo. Loschnel
Jo. Loschnel
J'écris déjà sur mon cahier, en cours, mais après, il faut retranscire sur ordi... et c'est quand même assez chiant.
Image de profil de Marie Tinet
Marie Tinet
Dis toi qu'ensuite tu pourras partager ton texte avec nous ! :)
Image de profil de Jo. Loschnel
Jo. Loschnel
bien sûr, justement, partager avec d'autres, c'est ça qui m'aide à m'aider à écrire plus régulièrement que si je ne partageais rien...
Image de profil de Marie Tinet
Marie Tinet
Ça peut être une sacrée source de motivation ! :)
Image de profil de Marie Tinet
Marie Tinet
J'ai tellement de projets et de choses à améliorer sur mes textes que ça tue ma motivation :'(
Image de profil de Jeremie Pastor
Jeremie Pastor
Allez courage.
Une image qui peut t'aider :
Vois ça comme un saut en parachute !
Tu te retrouves devant le vide. Plus tu réfléchis moins tu as envi de sauter. Pourtant ce n'est pas la bonne solution. Il ne faut pas réfléchir et se lancer. Le reste se fait tout seul.
A trop réfléchir, on arrive souvent à se décourager !
Fais le premier pas et les autres suivront (enfin j'espère).
:)
Image de profil de Marie Tinet
Marie Tinet
J'essayerai ça pour demain ;) Merci !
Image de profil de Marie Tinet
Marie Tinet
Le temps j'arrive toujours à en trouver pour écrire :) Parfois, la masse de boulot sur mes projets d'écriture me fait penser que je n'arriverais jamais au bout... C'est un peu déprimant :D
Image de profil de Eric Kobran
Eric Kobran
Je suis dans le même cas. Je reviens bien trop souvent sur d'anciens textes. Et plus j'en ai, plus j'y passe du temps. Il m'est même déjà arrivé de faire plusieurs aller-retour sur un texte entre première ou troisième personne, présent ou passé, et toutes les combinaisons (pour Vestiges par exemple).
C'est pour ça que je tente le NanoWrimo (50000 mots en un mois) et le défi Bradbury (une nouvelle par semaine). Ça me force à avancer, sans avoir le temps de revenir en arrière.
Image de profil de L-N
L-N
Auteur inconnu : je compatis ! je suis comme toi, je n'ai aucun problème pour trouver des idées, mais plutôt pour trouver le temps d'écrire, alors que des millions d'autres tâches moins plaisantes m'attendent !
0