La vitesse de la vie

de Image de profil de FlorianeFloriane

Apprécié par 9 lecteurs
Image de couverture de La vitesse de la vie

    Au milieu d’une foule bigarrée de curieux, de journalistes et de quelques officiels, une dame agite la main en direction de son fils. Il ne la voit pas. L’engin est déjà loin.

***

    Quelques minutes plus tôt, j’ai laissé maman sur le quai, le dos courbé malgré le sourire qui éclairait son visage ridé par le temps. J’ai eu mal. Maman se meurt doucement. Elle n’a pourtant que soixante-trois ans. Malgré tout, je n’ai guère eu l’envie de m’appesantir sur le corps fragile de celle qui m’a donnée la vie. Aujourd'hui, je me permets un peu d’oubli. C’est mon jour. J’ai juste besoin de prendre du temps pour moi, de prendre la mesure de tout ce que j’ai accompli.

    C’est un jour particulier pour moi. Un soupir de fierté s’échappe d’entre mes lèvres lorsque l’engin s’ébranle dans un apaisant silence. Je ferme les yeux, laisse ma carcasse de boxeur s’arrimer délicatement au siège luxueux et confortable. Et cette sensation d’être enfin arrivé là où j’ai toujours voulu aller s’empare de moi.

    J’ouvre les yeux. J’ai une pensée fugace pour tous les claustrophobes ! Pour ma part, malgré la bassesse des plafonds, je ne ressens aucun malaise, aucune oppression. Les larges hublots qui mangent les deux côtés de la capsule offrent la lumière du jour sans pour autaut proposer aux yeux un quelconque paysage, à l’instar d’un écran blanc, vide d’image. Dans ce monde où tous veulent aller toujours plus vite, il faut savoir faire quelques concessions. J’en ai fait et j’en ferai encore.

    Un passager à ma gauche me salue de la main, ravi lui aussi de participer à ce voyage inaugural. Une place chèrement payée pour ce privilège, il faut bien l’avouer.

    Alors que la vitesse atteindra normalement les 1000 kilomètres à l’heure dans quelques minutes, et que l’Hyperloop accélère dans le tunnel à la manière d’un ascenseur en position horizontale, je laisse à mon esprit faire le chemin inverse. Vers là où tout a commencé.

    J’avais à peine sept ans lorsque ma mère m’a ri au nez avant de m’embrasser pour la nuit. Pas un rire méchant, ni même cruel. Un tout petit rire. Un peu moqueur. Je me suis endormi vexé, la tête enfoncée dans mon oreiller.

    Un rire qui, année après année, n’a jamais cessé de résonner. J’ai travaillé dur, très dur, diplôme après diplôme, pour atteindre le sommet, pour faire taire ce rire qui sonnait comme un glas lugubre et sombre. Ce rire, il m’a poussé à toujours faire mieux, à donner plus, à croire davantage, à me battre. Je me revois avec mes inventions de jeune enfant et d’adolescent, à tenter de rendre vivant un projet d’enfant qui paraissait être mort avant d’être né.

    Et puis, j’ai réussi. Les pailles où je faisais glisser une toute petite bille à l’aide de mon souffle sont devenues de véritables tubes solides où le train que j’ai inventé fonce en défiant les lois de la gravité, le mur du son. Une merveille ! Paris-Marseille en 40 minutes ! Impensable dans les années 2000 ! Traverser la France de toute part deviendra qu’une banale promenade de santé. Grâce à moi.

    Un journaliste m’accoste, m’obligeant à revenir sur terre. Sur rail, plutôt. Un petit micro tendu devant moi, il me pose une seule question.

–Mr Loop, vous êtes le cerveau de cette entreprise, qui, pour l’heure, est en passe de devenir une véritable réussite. Comment vous est venue cette idée de génie ?

Je souris, fier comme un roi que je suis, et réponds :

–Il y a 35 ans, ma mère a ri.

Sceptique, le journaliste fronce les sourcils.


***


Il y a 35 ans, j’ai dit à ma mère :

– Plus tard, j’inventerai un truc aussi dingue qu’une fusée.

–Ah bon ?

–Oui, je veux devenir capsulote.

–Capsulote, ahahah !

Ne laissez personne rire de vous, de vos idées. Croyez en vous.


***


L’exploit de l’Hyperloop fera la une des journaux. Partout, on parlera de lui comme le nouveau transport de ce siècle. Relégués aux antiquités les avions, les trains et les voitures.

Dans la campagne silencieuse, une dame contemplera la photo de son fils, posant fièrement au côté de son invention. En première page ! Elle sera fière. Serait-ce la joie que lui procurera la réussite professionnelle de son fils qui la fera soudain se sentir fragile ?

Non. Elle se sentira mal. Nauséeuse. Sur le point de défaillir.

Le journal tombera tout à coup à ses pieds, heurtant le sol dans un bruissement de papier, avant que son corps le recouvre dans un bruit sourd. Elle partira.

Mr Loop arrivera trop tard au chevet de sa mère.

Une larme roulera sur sa joue. Décidément, on a beau vouloir aller toujours plus vite, on ne peut contrôler la vitesse à laquelle va la vie, va la mort.
    Même si ces bijoux de technologies facilitent le quotidien, ils ne seront jamais autant utiles et importants que l’amour et la présence des siens.

2016 © Floriane Aubin

Aventure
Tous droits réservés
1 chapitre de 3 minutes
Commencer la lecture

Table des matières

En réponse au défi

Cinq minutes en Hyperloop

Lancé par Jules Verne
Ce concours est terminé. Il a été remporté par Valérie Musset avec le texte Cinq minutes en Hyperloop.

Il y a plus d’un siècle, j’écrivais et publiais Cinq semaines en ballon. Comme je le déclarais à un journaliste quelques années plus tard : « J’ai eu la chance d’entrer dans le monde à un moment où il existait des dictionnaires sur tous les sujets possibles. Il me suffisait de trouver dans le dictionnaire le sujet sur lequel je cherchais un renseignement, et le voilà. »

Laissez-moi vous dire que je trouve formidable cette époque où tant d’informations sont accessibles de chez soi ! Afin de fêter les merveilles de la science, de la technique et de la modernité, je vous invite à relever un défi mettant à l’honneur un véhicule extraordinaire de votre époque.

Imaginez une histoire se déroulant pendant cinq minutes dans l'Hyperloop (Wikipedia), le futur mode de transport destiné à changer notre façon de voyager.


Vous avez jusqu'au 6 juillet à minuit (heure française) pour relever ce défi et y répondre.

La réponse la plus appréciée (Conditions) par la communauté sera mise en avant sur Un mot après l'autre, le blog de Scribay dédié à l'écriture, ainsi que sur les comptes Facebook et Twitter de Scribay !

Commentaires & Discussions

La vitesse de la vieChapitre14 messages | 4 ans

Des milliers d'œuvres vous attendent.

Sur Scribay, dénichez des pépites littéraires et aidez leurs auteurs à les améliorer grâce à vos commentaires.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0