Première édition du Prix Scribay : les résultats et nos coups de cœur !

Avec plus de 400 participations, la première édition du Prix Scribay sur le thème « Grandeur et décadence » fut une réussite ! À travers cet événement, nous étions heureux de poursuivre les missions originelles de Scribay : stimuler les auteurs, décomplexer l’acte d’écrire et encourager chacun à raconter une histoire.

Le Prix Scribay n’était pas un simple concours littéraire, c’était une fête : celle de la créativité, de l’écriture et du partage ! Notre système de défis a d’ailleurs permis à chacun de découvrir les textes de l’ensemble des participants, cassant l’isolement dans lequel les auteurs se retrouvent le plus souvent dans ce type d’événements. Nous avions aussi limité les contraintes formelles afin de permettre à toutes les sensibilités de s’exprimer avec joie : tout était fait pour favoriser une explosion créative.

Cette première édition du Prix Scribay nous a permis de découvrir une multitude d’œuvres surprenantes et nous souhaitons adresser nos félicitations à tous les courageux auteurs qui ont répondu présent ! Vos œuvres ont accompagné nos journées, nos soirées et nos nuits et nous n’imaginions pas faire face à un tel raz-de-marée créatif avant le lancement du Prix.

 

Comment avons-nous choisi le lauréat ?

L’originalité et l’ambition des œuvres furent nos premiers critères de sélection. Nous jugions cela à travers l’interprétation de la thématique, la richesse du récit, le genre adopté et les procédés utilisés. Le texte gagnant le fut sur tous les plans : une uchronie nous plongeant à l’époque des Croisades, narrée par Jean de Joinville et mettant en scène plusieurs grandeurs et décadences. Celle de Saint Louis et de sa croisade, mais aussi celle d’un monde, le nôtre, confronté à des déchirements religieux dont l’ampleur n’est dévoilée qu’à la fin de la nouvelle.

Nous n’avons pas accordé une importance trop grande aux fautes d’orthographe ou aux coquilles rencontrées lors de nos lectures. Un auteur peut toujours repasser avec aisance sur cet aspect lors de ses corrections ultérieures : la reconnaissance de cet exercice est d’ailleurs l’un des piliers de Scribay ! Nous souhaitions récompenser l’ambition, l’originalité, l’imagination ou même la virtuosité d’un récit. Si nous apprécions un texte corrigé et à la mise en page propre, cela ne constituait pas un critère majeur dans nos choix.

Pour finir, nous étions particulièrement réceptifs aux œuvres empreintes d’un « vécu » s’exprimant à travers la capacité d’un participant à faire vivre des personnages et un univers singuliers. C’est sûrement l’un des exercices les plus complexes à réaliser pour de nombreux auteurs : s’intéresser à autrui, porter un regard renouvelé sur le monde et donner vie à des personnages éloignés de sa condition personnelle. C’est un travail parmi les plus difficiles car il va à l’encontre de tendances modernes et socialement renforcées par notre époque : le narcissisme, le culte de l’immédiateté, l’obsession de soi et la mise en scène perpétuelle de sa propre vie.

Ainsi, notre sélection finale récompense aussi la capacité des auteurs à « penser hors de soi ». Nous étions attachés à la façon dont un auteur arrive à porter son regard sur l’horizon, à prendre le temps de construire un monde riche, une histoire complète, des personnages entiers et incarnés.

 

Le grand gagnant

« Le triomphe des fidèles » de Laufeust

Nous sommes en l’an de grâce 1270. Au mois de juillet, le roi de France Louis IX lance la huitième croisade en direction du sultanat de Tunis. L’objectif est d’y convertir le sultan Muhammad al-Mustansir à la foi chrétienne avant de fondre sur l’Égypte mamelouke.

Mais une épidémie de dysenterie ruine les plans des croisés. Figurant parmi les malades aux portes de la mort, le roi Louis risque d’emporter avec lui les derniers espoirs de la croisade.

A moins qu’un individu change le cours des choses.

A Aigues-Mortes, Jean de Joinville, le fidèle conseiller du roi, embarque pour rejoindre son seigneur.

Les nouvelles qu’il a entendues parlent d’un miracle. Et d’un ange descendu des cieux.

Tout nous a charmé dans cette œuvre ! Tout ! L’ambition de son auteur lorsqu’il fait s’exprimer son narrateur. Le regard dévot de Jean de Joinville sur les événements dont il est le témoin. L’invasion du doute face aux agissements de « l’ange ». L’escalade de la violence, l’apothéose terrifiante et la chute annoncée du camp chrétien. Le conflit entre l’ancien monde de la chevalerie et la guerre moderne. L’introduction progressive de l’uchronie dans le récit… Tout !

À nos yeux, c’est l’un des récits les plus denses et maîtrisés parmi toutes les participations. Comme dans de nombreuses histoires de ce type, l’ascension et la chute des protagonistes partagent la même source. Ainsi, les enjeux de l’histoire apparaissent suffisamment tôt pour captiver l’attention tout en portant les germes de la future déchéance des acteurs de ce récit.

Quant aux conflits intérieurs du personnage principal, ils teintent le texte de son inquiétude croissante. Jean de Joinville n’est pas qu’un observateur : il déraille lui aussi lorsque les fondations de son monde s’effritent au fil de son témoignage. On l’accompagne, pas à pas, dans l’ascension puis la chute de son univers et des personnages qu’il suit.

Pour finir, si vous êtes curieux des véritables mémoires de Jean de Joinville, vous pouvez les lire gratuitement en ligne. Nous avons pris plaisir à le faire en parallèle de notre lecture, afin d’enrichir notre regard sur « Le triomphe des fidèles » !

Pour lire le « Triomphe des fidèles » de Laufeust.

 

Place aux coups de cœur !

Si « Le triomphe des fidèles » est le grand texte gagnant, nous sommes heureux de vous présenter les autres nouvelles qui nous ont tapé dans l’œil. Bien entendu, nous vous invitons également à partager vos coups de cœur dans les commentaires de cet article ou à les faire connaître sur Scribay !

En effet, le Prix Scribay reste un concours littéraire spécial car toutes ses participations sont publiques. Chacun est donc libre de les découvrir, les trier, proposer son aide aux auteurs, commenter, annoter ou même faire découvrir ses textes préférés à l’ensemble de la communauté !

 

« Des vocations, des vocalises » de Rebecca Brocardo

Une cantatrice qui a perdu sa voix entreprend un voyage pour la retrouver.

L’héroïne de cette œuvre se cherche à travers un voyage introspectif, tout en se confrontant à une réalité absurde. L’errance de la narratrice est particulièrement bien servie par la plume douce, légère et plaisante de l’auteure.

Pour lire « Des vocations, des vocalises » de Rebecca Brocardo.

 

« Obsolescence » de korinne

Après une longue et prestigieuse carrière dans le monde de l’édition, Charles Montvil, la tête pleine de projets, s’apprête à prendre sa retraite avec les honneurs. Mais les temps changent et rien ne se passe comme il l’avait imaginé…

Une histoire de grandeur et de décadence qui met en scène la chute d’un éditeur dépassé par l’ambition d’une jeune stagiaire aux dents longues. Nous avons apprécié la légèreté du ton, le rythme, la cruauté et l’humour de cette nouvelle.

Pour lire « Obsolescence » de korinne.

 

« La machine à démonter le temps » de Nicolas Raviere

Grandeur et décadence de la Duchesse de Montorgueil, missionnée par le Roi Sommeil pour conjurer les prédictions du véreux Nostradanus concernant rien de moins que sa décapitation par un peuple de sans cœur !

Afin de trouver moult indices qui permettraient à ce cher suzerain d’échapper à son funeste destin, et à la déchéance supposée de son pays, la Duchesse voyage dans le temps grâce à une machine absconse mais, au lieu d’être téléportée en 1789, elle atterrit – avec ou sans culotte ? – en 2019.

Nous avons été séduits par le traitement humoristique du sujet reposant sur un procédé répandu mais bien maîtrisé par l’auteur. La Duchesse de Montorgueil se retrouve projetée dans un univers qui ne reconnaît plus rien de sa noblesse et se confronte à un monde ne pouvant que la choquer.

Pour lire « La machine à démonter le temps » de Nicolas Ravière.

 

« Le triptyque des fées » de Tom Toretoc

Lorsqu’un loup terrorise les environs, la reine des fées et un simple berger s’entendent pour l’attraper. Mais les conséquences de cette union pourraient bien être des plus inattendues.

Un triptyque de contes mettant en scène trois destins avec légèreté et douceur. Le conte reste un genre délaissé par de nombreux auteurs en herbe et nous trouvions cette interprétation inspirante !

Pour lire « Le triptyque des fées » de Tom Toretoc.

 

« Le verain de Syracuse » de Fiflo Sophia

Syracuse, 71 avant notre ère. Cicéron, jeune homme commençant tout juste sa carrière politique, fait face à la corruption d’un tyran local.

C’était sûrement l’un des écrits les plus ambitieux dans sa dimension historique et dans le traitement de la thématique, portée par la fascination du personnage principal pour cette ville à la grandeur passée.

Attention : l’auteure l’a publié « d’une traite » sur Scribay, négligeant de séparer nettement ses chapitres. Nous ne nous sommes pas arrêtés à ce détail pour savourer ce récit. Ainsi, une séparation est nécessaire juste avant le passage débutant par « – Tirez ! Cria Garnian. »

Pour lire « Le verain de Syracuse » de Fiflo Sophia.

 

« Boucler la boucle » de Symbelmynë

C’est la guerre qui lui a donné sa gloire, à lui. Pour elle, la mer fait sa force. La piraterie, plus exactement. L’un a construit son histoire dans la sueur et le sang. A coup de fer, à coup de pleurs. L’autre a hérité de la réputation noire de son malfrat de père. Ils sont si grands que des bardes ont un jour conté leurs sombres exploits. Et aujourd’hui, le monde a enfoui leurs noms dans l’oubli.

Une très belle histoire d’aventure baignée d’une ambiance pittoresque. Le souvenir de la gloire passée se mêle à la décadence, d’autant plus belle que celle-ci est partagée par deux personnages qui deviennent miroirs l’un de l’autre. Au-delà de l’histoire, nous avons trouvé remarquable la façon dont l’auteure maîtrise son vocabulaire de pirates avec ses petites touches argotiques sans pour s’abandonner dedans. Une œuvre virtuose que nous n’imaginions pas en-dehors de cette sélection !

Pour lire « Boucler la boucle » de Symbelmynë.

4 commentaires

  1. korinne Répondre

    Je suis très heureuse et fière de faire partie de vos coups de coeur !!!
    Je tiens à remercier chaleureusement tous les Scribyens et toutes les Scribayennes qui m’ont apporté aide et soutient sur ce texte (et grâce à qui je progresse) sans eux je ne serais pas dans cette liste ;-))

    Je vais m’empresser d’aller découvrir les autres textes (sauf celui de Nicolas Ravière, car je l’ai déjà lu et beaucoup aimé aussi)…

    Bravo pour votre difficile travail de sélection, face à l’énorme succès de ce premier Prix Scribay. Merci de l’avoir organisé. Scribay est une plateforme d’écriture absolument géniale.

    Et bien sûr : FELICITATIONS au gagnant !

  2. Tom Toretoc Répondre

    Je suis plutôt surpris (agréablement) de me retrouver dans ces coups de cœurs. Un grand merci donc aux deux personnes qui tiennent ce site à bout de bras. Étant moi-même informaticien, je connais la masse de travail énorme que cela représente. Alors conjuguer cela avec l’envergure du concours, un travail à côté, et une famille (j’imagine), je ne peux que leur tirer mon chapeau !

    Je suis venu sur ce site par le biais du concours et je ne suis certainement pas le membre le plus actif. Mais j’y ai trouvé une communauté incroyablement dynamique ( en comparaison, j’ai testé Wattpad, et cela n’a juste rien à voir). C’est vraiment appréciable d’avoir un retour sur ses propres textes tant il me paraît difficile de prendre du recul par rapport à des mots, des phrases que l’on connaît par cœur et dont on ne voit plus les erreurs pourtant flagrantes.

    Alors voilà, si d’autres ont pris autant de plaisir à lire ma proposition que moi de l’écrire, alors je pense que le défi est réussi.

    bref, encore une fois : merci !

  3. Nicolas Raviere Répondre

    Très étonné et heureux de me retrouver parmi vos coups de coeur !
    Un grand merci pour avoir lancé ce concours (qui m’a donné du fil à retordre par rapport au thème, mais m’a amusé quand j’ai trouvé sur quoi partir). Félicitations également pour le travail colossal que cela a dû demander vu le nombre colossal de participations, et la longueur de celles-ci. Ainsi que pour la création et gestion de Scibay. Je vous souhaite bonne continuation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *