Nos questions à Essaime, l’organisateur des Jeux ParaOulipiques

Organisés par des membres de Scribay, les Jeux ParaOulipiques ont réuni plusieurs dizaines d’auteurs ayant publié 115 textes durant cinq semaines. C’est avec plaisir que nous avons posé plusieurs questions à Essaime, l’initiateur et l’organisateur des Jeux.

Peux-tu résumer les Jeux ParaOulipiques pour les lecteurs du blog ?

Les « Jeux ParaOulipiques » de Scribay se sont tenus du 12 septembre au 26 octobre. Ils proposaient aux scribayennes et aux scribayens de participer à une olympiade d’écriture sous contrainte en utilisant la fonctionnalité des défis de Scribay.

Le principe était assez simple : « 1 défi, 1 semaine pour y répondre, pendant 5 semaines ». Je postais les conditions du défi le lundi matin à 8 heures et les participants, qui pouvaient se joindre aux jeux à tout moment, avaient jusqu’au dimanche minuit pour publier leur réponse sur Scribay.

 

Comment t’est venue l’idée des Jeux ParaOulipiques ?

Je me suis inscrit sur Scribay en juillet cette année et j’ai vu passer de nombreux défis pendant l’été. Puis il y a eu les jeux olympiques, les jeux paralympiques et le mélange de l’écriture, des jeux et des défis m’a inspiré !

Ce que je trouvais intéressant, c’était le principe qu’on soit un groupe d’auteurs à écrire tous en même temps, avec les mêmes contraintes, et l’idée qu’il y ait toute une communauté pour « assister » à ces épreuves en direct.

C’est en cherchant des idées de contraintes d’écriture que j’ai redécouvert « l’Oulipo », « l’Ouvroir de Littérature Potentielle » dont les personnalités très diverses sont unies par « l’intérêt pour l’écriture sous contrainte, le goût du partage et de la convivialité, une certaine forme d’humour » – des choses auxquelles sont sensibles de nombreux scribayens finalement.

En m’inspirant des contraintes oulipiennes, j’ai rédigé 5 défis qui me paraissaient remplir ces critères. Les défis devaient également inciter les auteurs à marier le fond et la forme pour chaque défi.

Par exemple, le second défi proposait d’écrire un lipogramme du « a » (un texte sans la lettre « a »). Mais il ne s’agissait pas simplement d’écrire un texte sans « a » pour relever le défi : il fallait aussi proposer un texte en rapport avec la disparition de cette lettre.

La liste des défis des Jeux ParaOulipiques

Défi n°1 : écrire l’histoire d’un acronyme inventé, basé sur un mot choisi par l’auteur. Page du défi. Résultats du jury.

Défi n°2 : rédiger un lipogramme du A en rapport avec la disparition de la lettre A. Page du défi. Résultats du jury.

Défi n°3 : composer la nécrologie d’un artiste oulipien ayant relevé des défis improbables, le tout en 666 mots exactement et avec une référence à Pi. Page du défi. Résultats du jury.

Défi N°4 : inventer une recette de cuisine oulipienne sous forme de poésie avec les ingrédients et les instructions. Page du défi. Résultats du jury.

Défi N°5 : écrire une histoire de labyrinthe dont les mots constituent la raison d’être et dont les mots permettent de trouver la sortie. Page du défi. Résultats du jury.

 

Comment t’y es-tu pris pour mettre en place cette olympiade et toutes les animations qui ont rythmé ces semaines de compétition ?

Pour pouvoir organiser les choses, j’ai créé deux communautés dédiées : l’une pour accueillir les délibérations privées du jury et l’autre pour animer l’événement. Celle-ci permettait à tous les membres d’échanger leurs impressions au fur et à mesure de la compétition.

J’ai eu l’idée de proposer une couverture journalistique textuelle des Jeux, comme aux Jeux Olympiques d’une certaine manière. Pour cela, j’ai d’abord publié un défilé des candidats permettant à tous de mieux se connaître ainsi qu’une cérémonie officielle d’ouverture des Jeux.

L’ensemble des animations publiées représente plus de 35 000 mots sur 44 fils de discussion. J’étais d’ailleurs heureux d’être aidé par Marion Tmp, qui s’est portée volontaire pour assurer une partie des interviews des candidats !

 

Pourrais-tu d’ailleurs nous parler du jury ?

Même si l’essentiel des Jeux n’était pas dans la compétition en tant que telle, l’existence d’un podium et d’un jury a largement contribué au succès de ces jeux. Elle a amené le piquant supplémentaire et le regard extérieur de membres disposant d’une réelle expérience d’analyse et de commentaires de textes : K_Gitsh, Gobbolino, J.Eyme et Sangre13.

Tous les quatre ont publié des œuvres plébiscitées et ont eu de nombreuses occasions de commenter et d’annoter des textes en profondeur, voire d’ouvrir des communautés privées spécialement dédiées à la révision d’un texte avec son auteur.

 

Es-tu satisfait de la façon dont se sont déroulés ces Jeux ?

Je ne peux qu’être ravi de cette aventure qui nous a collectivement emmenés bien plus loin que ce que j’imaginais. Les retours des participants sur le fil de discussion dédié ont été plus que positifs et nombreux sont ceux qui demandent quand sera la prochaine édition !

À titre personnel, j’ai surtout fait connaissance avec d’autres auteurs, j’ai été séduit par leurs textes, surpris par leur plume, leur audace, leur style… Et je pense que c’est dans ce partage communautaire que tout le monde a pris le plus de plaisir, à lire et à être lu, avec de belles rencontres à la clé.

Au fur et à mesure des semaines, on sentait l’énergie, l’enthousiasme et le plaisir qu’a eu la communauté des Jeux à se retrouver autour des défis, à donner le maximum, à se commenter et à partager les applaudissements des podiums. Et cela jusqu’au dernier défi que beaucoup ont vécu comme une libération et peut-être une victoire sur eux-mêmes, puisqu’il était question de sortir de son propre labyrinthe avec des mots.

 

Quels conseils donnerais-tu aux membres qui aimeraient lancer leurs propres projets sur Scribay ?

Qu’ils n’hésitent pas à se lancer si l’envie est là, car la première chose c’est d’être motivé ! Toutefois, l’envie ne garantit pas le succès et, au risque d’être déçu des retours, voici quelques conseils que je donnerais :

  • Partager assez tôt l’idée avec les administrateurs de la plateforme qui sont à l’écoute et peuvent relayer l’évènement ou donner des conseils.
  • Prendre la température en soumettant l’idée dans un premier fil de discussion et par messages privés avec d’autres scribayens.
  • Savoir garder une ambition raisonnable : imaginer quelque chose qui mobilisera les 7000 inscrits sur Scribay est illusoire, sans parler de la gestion de l’événement en lui-même.
  • Ne pas se décourager si une initiative a priori excellente ne rencontre pas le succès escompté immédiatement. La réussite dépend de nombreux facteurs qui ne sont pas toujours prévisibles : le timing, la disponibilité des membres, l’existence d’évènements similaires, etc.

 

As-tu quelque chose à ajouter pour les lecteurs du blog et les membres de Scribay qui te liront ?

Je voudrais à nouveau remercier tous ceux qui ont participé à cette aventure des Jeux ParaOulipiques de Scribay, que ce soit les auteurs, les lecteurs, le jury, les volontaires et les administrateurs de Scribay. J’ai vécu des moments d’échanges inoubliables avec vous, merci encore !

Quant à moi, je vais passer le mois de novembre, non pas en vacances d’écriture, mais sur un autre genre de marathon, le « NaNoWriMo », un défi mondial qui demande d’écrire un roman d’au moins 50 000 mots en 30 jours. Rien que ça. Mon inspiration y survivra-t-elle ? Rien n’est moins sûr, mais j’ai rôdé mon endurance avec les jeux, paraît-il.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *