40 débuts d’œuvres qui pourraient vous inspirer

On appelle « incipit » le début d’une œuvre ; il peut désigner les premiers mots d’un texte comme plusieurs paragraphes. Son importance est primordiale pour la découverte d’une œuvre, puisqu’il donnera au lecteur ses premières impressions.

Il n’existe pas une seule façon de bien débuter votre œuvre. Cela dépend de la fonction que vous donnez aux premiers mots de votre texte et de l’effet que vous souhaitez produire chez votre lecteur. Afin de vous inspirer, pourquoi ne pas vous pencher sur des œuvres qui vous ont marqué ?

Du prologue de Roméo et Juliette à la première phrase de Harry Potter, en passant par Lolita et L’Étranger, nous vous invitons à découvrir une sélection d’une quarantaine de ces « premiers mots » classée par ordre chronologique !

 

Roméo et Juliette, William Shakespeare (1595)

Deux familles, égales en noblesse,
Dans la belle Vérone, où nous plaçons notre scène,
Sont entraînées par d’anciennes rancunes à des rixes nouvelles
Où le sang des citoyens souille les mains des citoyens.

L’intégralité du prologue pourrait être cité dans cet article ! Shakespeare y expose clairement le contexte, les enjeux, l’intrigue de son histoire… et même la fin de la pièce. Roméo et Juliette une tragédie complète, à l’issue irrémédiable, dont la fin est dévoilée dès le début.

 

Les Confessions, Jean-Jacques Rousseau (1782)

Je forme une entreprise qui n’eut jamais d’exemple et dont l’exécution n’aura point d’imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme ce sera moi.

Avec ses Confessions, Rousseau s’exerce à un travail rare à l’époque, voire inédit, puisqu’il s’agit d’une autobiographie. L’écrivain devient l’objet de son œuvre, et annonce qu’il souhaite se livrer dans son intégralité.

 

Jacques le fataliste, Diderot (1796)

Comment s’étaient-ils rencontrés ? Par hasard, comme tout le monde. Comment s’appelaient-ils ? Que vous importe ? D’où venaient-ils ? Du lieu le plus prochain. Où allaient-ils ? Est-ce que l’on sait où l’on va ? Que disaient-ils ? Le maître ne disait rien ; et Jacques disait que son capitaine disait que tout ce qui nous arrive de bien et de mal ici-bas était écrit là-haut.

Diderot s’adresse directement aux lecteurs… et répond aux questions « Comment ? Qui ? Où ? Pourquoi ? » en balayant ce qui ne sera pas utile à son introduction. L’auteur joue avec les règles de son art : après cet enchaînement de questions, l’œuvre reprend des codes du théâtre par un dialogue entre Jacques et son maître.

 

Orgueil et Préjugés, Jane Austen (1813)

C’est une vérité universellement reconnue qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit avoir envie de se marier, et, si peu que l’on sache de son sentiment à cet égard, lorsqu’il arrive dans une nouvelle résidence, cette idée est si bien fixée dans l’esprit de ses voisins qu’ils le considèrent sur-le-champ comme la propriété légitime de l’une ou l’autre de leurs filles.

Cette « vérité » annonce le ton du roman : l’ironie et la satire.

 

Le dernier jour d’un condam, Victor Hugo (1829)

Condamné à mort ! Voilà cinq semaines que j’habite avec cette pensée, toujours seul avec elle, toujours glacé de sa présence, toujours courbé sous son poids !

Le livre se veut « une plaidoirie générale et permanente pour tous les accusés ». Victor Hugo utilise alors un procédé très efficace afin de faciliter l’identification : son narrateur est également le personnage principal. Le lecteur est alors forcé de se mettre à la place du condamné en l’accompagnant jusqu’à son exécution.

 

Paul Clifford, Edward Bulwer-Lytton (1830)

C’était une nuit sombre et orageuse ; la pluie tombait à torrents — sauf par intervalles occasionnels, lorsqu’elle était rabattue par un violent coup de vent qui balayait les rues (car c’est à Londres que se déroule notre scène), crépitant le long des toits, et agitant violemment les maigres flammes des lampes qui luttaient contre l’obscurité.

Comme nous l’exposions dans un article du blog, il s’agit du pire début de roman du monde !

 

Notre-Dame de Paris, Victor Hugo (1831)

Il y a aujourd’hui trois cent quarante-huit ans six mois et dix-neuf jours que les Parisiens s’éveillèrent au bruit de toutes les cloches sonnant à grande volée dans la triple enceinte de la Cité, de l’Université et de la Ville.

Victor Hugo nous plonge dans un autre lieu, une autre époque, et nous intrigue : quel est l’événement méritant un tel concert de cloches ? L’auteur y répond quelques lignes plus loin : le jour des Rois et la Fête des Fous.

 

Mémoires de Barry Lyndon du royaume d’Irlande, William Makepeace Thackeray (1843)

Depuis Adam, il n’y a guère eu de méfait en ce monde où une femme ne soit entrée pour quelque chose. Depuis que notre famille existe (et cela doit remonter bien près de l’époque d’Adam, tant les Barry sont anciens, nobles et illustres, comme chacun sait), les femmes ont joué un rôle important dans les destinées de notre race.

Vous trouvez ces propos désagréables ? La suite de l’histoire ne fera que renforcer votre impression ! Le personnage de Barry Lyndon est construit afin d’être insupportable : imbu de lui-même, vantard, tricheur, vaniteux, prêt à tout pour arriver à ses fins et amoral. Les premiers paragraphes donnent le ton ironique du roman.

 

Moby Dick, Herman Melville (1851)

Appelez-moi Ismaël. Il y quelques années de cela — peu importe combien exactement — comme j’avais la bourse vide, ou presque, et que rien d’intéressant ne me retenait à terre, l’idée me vint de naviguer un peu et de revoir le monde marin.

Franc et direct, le personnage principal de Moby Dick s’adresse au lecteur et donne la direction vers laquelle se dirige l’œuvre.

 

Le conte de deux cités, Charles Dickens (1861)

C’était le meilleur et le pire de tous les temps, le siècle de la folie et celui de la sagesse ; une époque de foi et d’incrédulité ; une période de lumières et de ténèbres, d’espérance et de désespoir, où l’on avait devant soi l’horizon le plus brillant, la nuit la plus profonde ; où l’on allait droit au ciel et tout droit à l’enfer.

Cet incipit nous introduit au chaos qui bouleverse le monde dans lequel prend place l’histoire. Plus rien n’est stable : les révolutions et révoltes bousculent les destinées.

 

Alice au pays des merveilles, Lewis Carroll (1869)

Alice, assise auprès de sa sœur sur le gazon, commençait à s’ennuyer de rester là à ne rien faire ; une ou deux fois elle avait jeté les yeux sur le livre que lisait sa sœur ; mais quoi ! pas d’images, pas de dialogues ! « La belle avance, » pensait Alice, « qu’un livre sans images, sans causeries ! »

L’héroïne d’Alice au pays des merveilles est une fillette qui s’ennuie. Avons-nous besoin d’en savoir plus ? C’est tout la situation initiale qui sera bouleversée d’ici quelques lignes, lorsqu’elle apercevra le lapin blanc.

 

Anna Karénine, Léon Tolstoï (1877)

Les familles heureuses se ressemblent toutes ; les familles malheureuses sont malheureuses chacune à leur façon.

Cette leçon de vie captive notre curiosité par sa cruauté. Le histoires d’amour composant Anna Karénine illustreront cette phrase.

 

La guerre des mondes, H.G. Wells (1898)

Personne n’aurait cru, dans les dernières années du XIXe siècle, que les choses humaines fussent observées, de la façon la plus pénétrante et la plus attentive, par des intelligences supérieures aux intelligences humaines et cependant mortelles comme elles ; que, tandis que les hommes s’absorbaient dans leurs occupations, ils étaient examinés et étudiés d’aussi près peut-être qu’un savant peut étudier avec un microscope les créatures transitoires qui pullulent et se multiplient dans une goutte d’eau.

Cet incipit contient deux éléments marquants. Le premier, qui nous accroche, est une révélation : celle de l’existence « d’intelligences supérieures aux intelligences humaines ». Le second est une référence, qui ne peut être détaillée sans dévoiler la fin de l’histoire (ce que nous refusons par politesse pour celles et ceux souhaitant découvrir La guerre des mondes).

 

Croc-Blanc, Jack London (1906)

De chaque côté du fleuve glacé, l’immense forêt de sapins s’allongeait, sombre et comme menaçante. Les arbres, débarrassés par un vent récent de leur blanc manteau de givre, semblaient s’accouder les uns sur les autres, noirs et fatidiques dans le jour qui pâlissait. La terre n’était qu’une désolation infinie et sans vie où rien ne bougeait, et elle était si froide, si abandonnée que la pensée s’enfuyait, devant elle, au-delà même de la tristesse.

Jack London nous fait voyager et créé une ambiance en débutant son roman par la description d’un environnement froid, menaçant et brutal.

 

Du côté de chez Swann, Marcel Proust (1913)

Longtemps, je me suis couché de bonne heure.

Cette phrase renvoie À la recherche du temps perdu, dont Du côté de chez Swann est le premier tome. Les termes entrent en contradiction et composent un flou entre eux : au « longtemps » signifiant une durée indéfinie se succède un passé composé plutôt qu’un imparfait (imaginez : « longtemps, je me couchais de bonne heure »).

Contrairement à de nombreux incipits, cette première phrase et sa suite ne donnent aucune information permettant de se situer : pas de lieu, d’époque ou même d’identité. Le lecteur est seul face à la voix du narrateur, qui ne s’embarrasse pas de ces détails. Il est obligé de le suivre dans ses pensées et sa recherche.

 

La métamorphose, Kafka (1915)

En se réveillant un matin après des rêves agités, Gregor Samsa se retrouva, dans son lit, métamorphosé en un monstrueux insecte.
Kafka n’attend pas de nous exposer une situation initiale, le quotidien de Gregor Samsa, avant de bouleverser sa vie. Comme d’autres personnages de l’écrivain tchèque, le personnage principal de La métamorphose est un individu totalement ordinaire, sans éclat. Cela pourrait être n’importe qui, ce qui renforce l’angoisse et l’horreur des récits kafkaïens.

 

L’appel de Cthulhu, H.P. Lovecraft (1928)

À mon sens, la plus grande faveur que le ciel nous ait accordée, c’est l’incapacité de l’esprit humain à mettre en corrélation tout ce qu’il renferme. Nous vivons sur un îlot de placide ignorance au sein des noirs océans de l’infini, et nous n’avons pas été destinés à de longs voyages.

Les histoires de H.P. Lovecraft reposent le plus souvent sur l’indescriptible, l’inimaginable. Les créatures peuplant son univers et ses mythes dépassent la capacité de compréhension de l’être humain. Dans cet incipit, l’écrivain nous expose humblement les mécanismes de l’horreur qu’il mettra en œuvre par la suite.

 

Aden, Arabie, Paul Nizan (1931)

J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. Tout menace de ruine un jeune homme : l’amour, les idées, la perte de sa famille, l’entrée parmi les grandes personnes. Il est dur d’apprendre sa partie dans le monde.

Cet incipit nous parle de jeunesse, dénonce un préjugé et adopte un regard cruel sur le monde et la vie. La brutalité des propos prépare le lecteur au récit d’un jeune homme en colère.

 

Voyage au bout de la nuit, Louis-Ferdinand Céline (1932)

Ça a débuté comme ça.

Au « ça » familier répond un « débuté », plus soutenu. Dès le début, Céline mêle deux niveaux de langages alors que nous avons l’habitude d’en lire un seul. Plus d’une fois nous pouvons nous tromper en citant cet incipit, car nous répondons naturellement « ça a commencé comme ça ».

 

Bilbo le Hobbit, J.R.R. Tolkien (1937)

Dans un trou vivait un hobbit. Ce n’était pas un trou déplaisant, sale et humide, rempli de bouts de vers et d’une atmosphère suintante, non plus qu’un trou sec, nu, sablonneux, sans rien pour s’asseoir ni sur quoi manger : c’était un trou de hobbit, ce qui implique le confort.

« Dans un trou vivait un hobbit » est souvent cité seul. Cela sonne comme « il était une fois », mais en plus amusant et intrigue le lecteur : comment ça, un trou ? Qu’est-ce qu’un hobbit ?

 

Le Passe-Muraille, Marcel Aymé (1941)

Il y avait à Montmartre, au troisième étage du 75 bis de la rue d’Orchampt, un excellent homme nommé Dutilleul qui possédait le don singulier de passer à travers les murs sans en être incommodé.

Marcel Aymé décrit un homme ordinaire… à une seule exception près : il passe à travers les murs. Cette nouvelle débute avec légèreté, comme une plaisanterie, en retardant l’annonce du pouvoir de Dutilleul par des détails superflus.

 

L’Étranger, Albert Camus (1942)

Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas.

Aux côtés des incipits de Proust et Céline, l’incipit de l’Étranger est l’un des plus célèbres de la littérature française. Ces deux phrases renvoient à l’Absurde, qui feront l’objet du premier roman d’Albert Camus et de son Cycle de l’Absurde, avec le Mythe de Sisyphe, Caligula et le Malentendu.

 

La loterie à Babylone, Jorge Luis Borges (1944)

Comme tous les hommes de Babylone, j’ai été proconsul ; comme eux tous, esclave ; j’ai connu comme eux tous l’omnipotence, l’opprobre, les prisons.

L’étrangeté de l’histoire cet homme excite notre curiosité. Ce n’est pas sa vie, pourtant, que nous allons découvrir en détail dans cette nouvelle, mais la loterie de Babylone. Afin de présenter un univers, Borges choisit d’utiliser le point de vue d’un homme soumis à ses règles exotiques.

 

Aurélien, Aragon (1944)

La première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide.

L’auteur joue avec les attentes du lecteur afin de mieux le surprendre. Aurélien est une histoire d’amour, mais une histoire d’amour qui commence mal.

 

L’attrape-cœurs, J.D. Salinger (1951)

Si vous voulez vraiment que je vous dise, alors sûrement la première chose que vous allez me demander c’est où je suis né, et à quoi ça a ressemblé, ma saloperie d’enfance, et ce que faisaient mes parents avant de m’avoir, et toutes ces conneries à la David Copperfield, mais j’ai pas envie de raconter ça et tout.

Le fond et la forme de cet incipit sont là pour nous bousculer. Sur le fond, le narrateur nous explique qu’il n’a pas envie de nous raconter certaines choses. Dès le début, il pose des limites à son récit ; comme si nous le dérangions. Quant à la forme, elle est aussi originale : le narrateur s’adresse à nous avec un langage familier tout en adoptant des tics de langage.

 

Le vieil homme et la mer, Ernest Hemingway (1952)

Le vieil homme pêchait seul dans le Gulf Stream sur son canot depuis quatre-vingt-quatre jours sans avoir pris un poisson.

Hemingway nous communique avec simplicité une ambiance et un sentiment de solitude, d’éloignement, presque d’abandon, dans cette phrase… comme dans tout le roman qu’elle introduit.

 

Fahrenheit 451, Ray Bradbury (1953)

Le plaisir d’incendier !
Quel plaisir extraordinaire c’était de voir les choses se faire dévorer, de les voir noircir et se transformer.

Le lecteur est confronté à une vive émotion ainsi qu’une action, dès les premières lignes de Fahrenheit 451. Des questions se posent immédiatement : pourquoi un tel plaisir dans l’incinération ? Quel est l’activité du personnage principal ?

 

Tristes Tropiques, Claude Levi-Strauss (1955)

Je hais les voyages et les explorateurs.

Claude Levi-Strauss nous place face à un paradoxe avec cette simple phrase. N’allons-nous pas lire ses récits de voyages ?

 

Zazie dans le métro, Raymond Queneau (1959)

Doukipudonktan, se demanda Gabriel excédé.

Le lecteur est surpris : dès le premier mot, il doit en fait déchiffrer une phrase. Ainsi, l’énervement de Gabriel est retranscrit par une contraction acrobatique.

 

Lolita, Vladimir Nabokov (1959)

Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins. Mon péché, mon âme. Lo-li-ta : le bout de la langue fait trois petits bonds le long du palais pour venir, à trois, cogner contre les dents. Lo. Li. Ta.

Elle était Lo le matin, Lo tout court, un mètre quarante-huit en chaussettes, debout sur un seul pied. Elle était Lola en pantalon. Elle était Dolly à l’école. Elle était Dolorès sur le pointillé des formulaires. Mais dans mes bras, c’était toujours Lolita.

Lolita est rédigé du point de vue du personnage principal, Humbert Humbert qui décrit sa relation avec Dolorès Haze, une jeune fille de 12 ans et demi, qu’il surnomme « Lolita ». La passion dévorante d’Humbert se traduit dès les premières phrases de l’œuvre, durant lesquelles chacun peut croire à un amour « ordinaire ». Le paragraphe suivant surprend le lecteur en le renseignant sur la nature de cet amour.

 

Cent ans de Solitudes, Gabriel García Márquez (1967)

Bien des années plus tard, face au peloton d’exécution, le colonel Aureliano Buendia devait se rappeler ce lointain après-midi au cours duquel son père l’emmena faire connaissance avec la glace.

Gabriel García Márquez exécute une « prolepse » : il évoque un événement futur (le peloton d’exécution)… avant de nous plonger dans ses souvenirs. En outre, l’auteur nous place face à plusieurs temps à la fois : bien des années plus tard, le temps des souvenirs et le peloton d’exécution.

 

Abattoir 5, ou la croisade des enfants, Kurt Vonnegut Jr (1969)

C’est une histoire vraie, plus ou moins. Tout ce qui touche à la guerre, en tout cas, n’est pas loin de la vérité.

L’Abattoir 5 est l’endroit où le personnage principal de ce roman se cachera durant les bombardements de Dresde… au même titre que l’auteur du roman. L’auteur mêle science-fiction et expérience personnelle dans un roman à l’intrigue marquée par le voyage dans le temps. Kurt Vonnegut Jr brouille ainsi les limites entre la réalité et la fiction, comme il le déclare dès le début.

 

Las Vegas Parano, Hunter S. Thompson (1972)

Nous étions quelque part dans le coin de Barstow aux abords du désert quand les drogues ont commencé à nous travailler.

Hunter S. Thompson est connu pour son journalisme gonzo et ses reportages au cœur de l’événement et de l’action. Les premiers mots de Las Vegas Parano nous plongent immédiatement dans le trip de l’auteur. Le lecteur doit accepter les règles dès le début. Il sera ainsi moins surpris lorsque le personnage principal sera attaqué par des hallucinations de chauve-souris quelques lignes plus loin.

 

Le monde inverti, Christopher Priest (1974)

J’avais atteint l’âge de mille kilomètres.

Le procédé est efficace : l’auteur nous soumet aux règles de son univers dès les premiers mots du narrateur. En effet, Le monde inverti prend naissance dans une cité appelée Terre, amenée à se déplacer sur des rails pour assurer sa survie. Le temps est relatif au déplacement et l’âge des individus se compte en kilomètres !

 

La huitième couleur, Terry Pratchett (1983)

Dans un ensemble lointain de dimensions récupérées à la casse, dans un plan astral nullement conçu pour planer, les tourbillons de brumes stellaires frémissent et s’écartent…

Voyez…

La tortue la Grande A’Tuin apparaît, elle fend d’une brasse paresseuse l’abîme interstellaire, ses membres pesants recouverts d’un givre d’hydrogène, son antique et immense carapace criblée de cratères météoritiques. De ses yeux vastes comme des océans, encroûtés de chassie et de poussière d’astéroïdes. Elle fixe le But Ultime.

Les Annales du Disque-Monde de Terry Pratchett nous content des histoires se déroulant dans un monde plat, reposant sur quatre éléphants, juchés sur une tortue géante dérivant dans l’espace. Comment ne pas être curieux d’un tel objet céleste ? L’auteur nous expose l’une des plus grandes spécificités de son univers et l’un des éléments majeurs de la première histoire composant ses Annales : la Grande A’Tuin.

 

L’Amant, Marguerite Duras (1984)

Un jour, j’étais âgée déjà, dans le hall d’un lieu public, un homme est venu vers moi. Il s’est fait connaître et il m’a dit : « Je vous connais depuis toujours. Tout le monde dit que vous étiez belle lorsque vous étiez jeune, je suis venu pour vous dire que pour moi je vous trouve plus belle maintenant que lorsque vous étiez jeune, j’aimais moins votre visage de jeune femme que celui que vous avez maintenant, dévasté. »

La scène est vécue par la narratrice alors qu’elle est âgée… mais elle nous parle de la beauté et du visage de Marguerite Duras lorsqu’elle l’était jeune. Le rapport à son visage et au temps est installé ; nous voulons en savoir plus sur cette jeunesse.

 

Neuromancien, William Gibson (1984)

Le ciel au-dessus du port avait la couleur d’une télé allumée sur une chaîne hors-service.

Le roman fondateur du courant cyberpunk s’ouvre sur une image faisant intervenir un appareil détraqué. La référence servant l’image est contemporaine et attachée à l’électronique ; elle demande un effort de compréhension au lecteur et le renvoie à son imaginaire s’il souhaite visualiser cette couleur.

 

Les lois de l’attraction, Bret Easton Ellis (1987)

et c’est une histoire qui va peut-être t’ennuyer mais tu n’es pas obligé d’écouter

Les premières lignes des Lois de l’Attraction constituent une introduction et un avertissement. En parallèle, l’absence de ponctuation et de majuscules nous font imaginer des paroles saccadés, s’enchaînant rapidement. Ces premiers mots pourraient être adressés au lecteur… mais la suite nous fait comprendre le contraire.

 

Les Racines du Mal, Maurice G. Dantec (1995)

Andreas Schaltzmann s’est mis à tuer parce que son estomac pourrissait.

La première partie des Racines du Mal suit un serial-killer schizophrène. La première phrase ne laisse aucun doute sur le caractère équilibré et chaleureux du personnage.

 

Harry Potter à l’école des sorciers, J.K. Rowling (1997)

Mr et Mrs Dursley, qui habitaient au 4, Privet Drive, avaient toujours affirmé avec la plus grande fierté qu’ils étaient parfaitement normaux, merci pour eux.

Cette première phrase annonce toute l’ironie de la « normalité » de cette famille, dont la cruauté avec les individus « anormaux » fait partie. Pour rappel, ils forcent aussi Harry Potter à dormir dans un placard à balais.

 


 

7 commentaires

  1. L-N Répondre

    Très inspirant aussi, le début de Salammbô , de Flaubert : « C’était à Mégara, un faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar… » Tout un monde d’exotisme, d’orient fantasmé, en une seule phrase !

  2. Inès Répondre

    Inspirer. Peut-être par pour une histoire, à moins que c’était pour me dire qu’il fallait la commencer peut-importe comment, mais pas normalement. Ou si, mais avec une bonne d’humour complète nulle. Haha.
    Je suppose que ce début peut témoigner de mon amusement. Cet arcticle est vraiment génial. Des débuts d’histoire très tentente (même si ce n’est pas vraiment le but premier premier), et les commentaire n’en sont pas moins fun. J’adore l’avant dernier, mais n’ayant pas tout lu, qui sait si un autre ne m’aurait pas plus plu ?
    En tout cas, je voulais remercier l’auteur de m’avoir inspirer pour ma dissertation. Vu mon état, il ne sera pas très orthodoxe, mais tant pis.

  3. A. Timonier Répondre

    Édifiant!
    Oui, comme une sorte d’édifice en compte à rebours, qui rappelle à quel point le début d’une œuvre littéraire est sa pierre angulaire.
    Merci pour cet article.

  4. robert Répondre

    Prenez n’importe quel debut d’1 livre ayant eu un grand succes et tout le monde dira « Oh quelle beau debut de roman! ». C’est l’equivalent de ce qu’on appelle « ne pas mettre la charrue avant les boeufs. »

  5. Lama Répondre

    « C’était une journée d’avril froide et claire. Les horloges sonnaient treize heures.  »

    1984, de George Orwell. L’absurdité d’un univers déjà posé en deux phrases !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *