L’anaphore, la figure de style préférée de François Hollande et Nicolas Sarkozy

L’anaphore est l’une des figures de style les plus simples à construire : il suffit de débuter plusieurs phrases, paragraphes ou segments de phrases par un ou plusieurs mots identiques. C’est également l’un des procédés les plus utilisés depuis l’Antiquité dans le domaine de la rhétorique.

Il n’y a rien d’étonnant à ce que les hommes et femmes politiques soient aussi friands de cette figure de style. À l’écrit, elle rythme un texte, renforce un élément ou permet de développer une idée. À l’oral, elle imprime facilement une formule dans l’esprit du public et structure un discours.

L’anaphore la plus célèbre de ces dernières années, dans le champ politique, fut celle de François Hollande. Comme nous le verrons, Nicolas Sarkozy n’a rien à lui envier… et peut même être considéré comme un champion de l’anaphore par l’omniprésence de cette figure de style dans ses discours.

« Moi, président de la République »… chez François Hollande

L’une des utilisations les plus médiatisées de l’anaphore est celle de François Hollande lors du grand débat des dernières élections présidentielles. À la question « Quel président comptez-vous être ? », François Hollande enchaîne alors une quinzaine de réponses initiées par « Moi, président de la République ».

Moi président de la République, je ne serai pas le chef de la majorité, je ne recevrai pas les parlementaires de la majorité à l’Élysée.
Moi président de la République, je ne traiterai pas mon Premier ministre de collaborateur.

[…]

Nicolas Sarkozy répliqua alors avec deux épiphores, plaçant la répétition… en fin de phrase. Tout d’abord sur la volonté de présidence « normale » de son adversaire :

Monsieur Hollande, vous avez parlé, sans doute pour être désagréable à mon endroit, d’un président normal. Je vais vous dire, la fonction d’un président de la République, ce n’est pas une fonction normale. Et la situation que nous connaissons, ce n’est pas une situation normale. […]

Puis en réaction aux attaques de François Hollande sur sa présidence partisane :

Sur la Cour des comptes, j’ai nommé un député socialiste, vrai ou pas ? À la tête de la Cour des comptes. C’est une présidence partisane ?

J’ai autorisé la Cour des comptes à contrôler tous les ans les comptes de l’Élysée. Mes prédécesseurs ne l’ont jamais fait. C’est une présidence partisane ? […]

Cette partie du débat et l’utilisation particulière de l’anaphore marqua les esprits. Plusieurs années après, des médias continuent d’analyser les discours de François Hollande sous l’angle du maniement de cette figure de style.

Se focaliser sur François Hollande pour l’exploitation de ce procédé n’est pas faire honneur à son ancien adversaire. En effet, Nicolas Sarkozy est également un virtuose de l’anaphore, au point d’amener des chercheurs à s’intéresser à son expression sous cet angle.

Les dix mille anaphores de Nicolas Sarkozy

L’anaphore semble avoir porté chance à François Hollande en 2012… et à Nicolas Sarkozy en 2007 !

Damon Mayaffre, universitaire spécialisé dans l’analyse du discours politique, a étudié la totalité des discours de meetings de Nicolas Sarkozy entre décembre 2006 et mai 2007 (voir l’article en question).

Ainsi, il dénombre 10 000 anaphores, qui représentent environ un mot sur cinq dans l’ensemble des discours de l’ancien président. Comparant ses travaux à ceux d’autres chercheurs, il rejoint le constat selon laquelle plus d’un tiers des phrases prononcées étaient anaphoriques.

Le chercheur cite alors différents types d’anaphores. Certaines sont très simples et illustrent l’utilisation intense de ce procédé :

L’autorité ce n’est pas l’autoritarisme. L’autorité ce n’est pas l’obéissance aveugle. C’est l’obéissance consentie. L’autorité ce n’est pas la crainte. C’est le respect. L’autorité ce n’est pas la force, c’est la légitimité.

(Extrait du discours du 23 février 2007 à Perpignan)

Des anaphores interrogatives, comme dans cet extrait (très court… le discours complet contient 46 répétitions !) :

Pourquoi tant de haine ? Parce que je dis que dans l’identité française il y a des valeurs qui ne sont pas négociables ? […] Pourquoi tant de haine ? Parce que je n’accepte pas la repentance ?

(Extrait du discours du 23 avril 2007 à Dijon)

Nicolas Sarkozy va plus loin, en cumulant anaphore et épiphore :

Vous en avez assez de la langue de bois et vous avez raison !
Vous en avez assez de la pensée unique et vous avez raison !

(Extrait du discours du 20 mars 2007 à Villebon-sur-Yvette)

Les hommes et femmes politiques utilisent fréquemment l’anaphore pour marquer leur auditoire en martelant une formule ou une idée. Si l’anaphore de François Hollande s’est fait remarquer et constitue désormais un cas d’école, Nicolas Sarkozy l’a adopté comme une façon naturelle de s’exprimer, de répondre aux questions et de discourir.

Plus proche de nous : la candidature d’Emmanuel Macron

Nous ne pouvons nous empêcher de prendre un cas d’actualité récent afin d’illustrer la gourmandise des hommes politiques pour cette figure de style !

Emmanuel Macron a fait patienter ses militants, la classe politique et de nombreux observateurs au sujet de son éventuelle candidature à la présidence de la République. Le 12 juillet, lors de la réunion à la Mutualité de son mouvement En Marche !, il annonce…

Ce mouvement, rien ne peut plus l’arrêter. Ce mouvement, parce que c’est le mouvement de l’espoir, nous le porterons jusqu’en 2017 et jusqu’à la victoire !

C’est bien entendu l’un des passages de son discours qui sera le plus repris dans les médias, afin de traiter de ses ambitions présidentielles.


Pour ses multiples qualités rhétoriques, cette figure de style est l’une des plus exploitées par le discours politique. Nous invitons tous nos lecteurs à repérer son maniement chez nos hommes et femmes politiques… non seulement pour des raisons esthétiques, mais aussi pour décrypter l’usage d’un procédé parmi les plus anciens et remarquables en rhétorique.


Vous ne souhaitez pas devenir Président de la République, mais vous voulez en savoir plus sur l’anaphore ? Vous pouvez lire notre autre article sur cette figure de style !


Image : Recadrage de « Nicolas Sarkozy et François Hollande sur le perron du palais de l’Élysée, lors de la cérémonie d’investiture du président de la République française le 15 mai 2012 », par Cyclotron. Licence : Creative Commons 3.0. Source.

Summary
L'anaphore, la figure de style préférée de François Hollande et Nicolas Sarkozy
Article Name
L'anaphore, la figure de style préférée de François Hollande et Nicolas Sarkozy
Description
L’anaphore est l’une des figures de style les plus simples à construire. C’est aussi l’une des plus utilisées par les hommes politiques.
Author
Publisher Name
Scribay
Publisher Logo

3 commentaires

  1. Max-Louis Répondre

    Bon jour,
    Article très intéressant. Un éclairage sur le discours politique que je ne connaissais pas.
    Je me demande si certains manager ne font pas la même chose 🙂
    Max-Louis

  2. Ping : Le discours hyper-référencé de François Hollande – INTELLINEWS

  3. Dubois Répondre

    Qui a inventé la formule de F.Hollande…Il ne se montre plus guère…Il a longtemps présenté des livres dans l’émission de Michel Drucker

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *