Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de 175045252864354

Coco Huard

10
œuvres
0
défis réussis
22
"J'aime" reçus

Œuvres

Défi
Coco Huard

Désespérément à la recherche d'acceptation.
6
5
0
0
Coco Huard

Ils sont comme ça.
Ils aiment être comme ils sont.
C’est eux.
C’est leur vie, leur confiance, leur estime.
Ils ne veulent pas être jugés ni être pris en pitié.
Ils sont comme nous.
Respectables, honnêtes et gentils.
Pourquoi les prendre à part?
Pourquoi les regarder comme s’ils étaient absurdes ou détraqués?
Eux, ils savent qui ils sont.
Ils ont le courage de nous le montrer.
Considérons les sans irrévérence ni exécration.
Considérons les avec déférence et admiration.

Nous leur lançons des regards que nous croyons inoffensifs.
Des regards que nous croyons invisibles.
Mais ils les sentent et les comprennent.

Ces hommes dans la peau d’une femme.
Ces femmes dans la peau d’un homme.
Ces personnes que vous dites dissemblables à vos normes.
Ne sont pas indifférents à vos regards rempli de critique.
7
7
4
1
Coco Huard

 Je n'en peux plus.
Je dois sortir  de cette prison de cette salle.
Il faut que je fuie  ces barreaux ces murs.
J'ai besoin d'air, de l'air que je serais la seule à respirer. Je veux cet air glacial qui me sortira de ce cauchemar.
De l'espace...j'en rêve. Je ne suis pas un animal. Je ne veux pas vivre en troupeau et obéir à une cloche.
Une fenêtre. Oui, c'est la solution.
Elle est juste là. Ma porte vers la liberté   la raison  l'air.
Je dois l'ouvrir, la débarrer. Je dois trouver la clef de la serrure .
Je lève la fenêtre. le seul contact de son rebord glace l'extrémité de mes doigts.
Ouvert. l'air s'introduit tel des tentacules, envahissant la classe. Le froid me mord le visage.
Je peux à nouveau respirer, mais mon regard est toujours trouble.
Je retrouve lentement mon ouïe.
 
-Ophélia...
 
Cette voix.
 
-Ophélia.
 
Je la connais.
 
-Ophélia !
 
Je l'écoute chaque jour, Du lundi au vendredi j'écoute ces mots incessant qui me rappellent avec acharnement l'importance de mes choix futur.
 
-Ophélia! Tout va bien? Reste avec nous.
 
Pourquoi sa voix tremble-t-elle ? Est-il inquiet ? 
Je veux voir le problème, savoir ce qui l'inquiète tant, mais j'en suis incapable.
Que se passe-t-il ! J'ai l'impression de regarder à travers de l'eau...tout est si brouillé...
Je porte ma main à mes yeux.
De l'eau, des larmes salé s qui coulent le long de mon visage.
J'essuie mes yeux, amis je le regrette aussitôt.
Tout le monde me regardent : l'inquiétude, l'amusement, la peur. Tous ces gens me dévisagent.
Le froid est disparu et la chaleur s'insinue dans mon épaule.
 Il a fermé la fenêtre et mis sa main sur mon épaule.
 
-Ophélia. Calme toi, tu n'as rien à craindre.
 
Sa voix est douce et réconfortante, mais tout est encore si confus.
 
-Parle-moi, respire. Dis-moi ce qui ne va pas et je pourrais t'aider d'accord ?
 
Non, vous ne pouvez rien faire pour moi. Je dois sortir de cette prison de cette classe. Rendez-moi ma liberté. Rendez-moi ma vie. Laissez-moi de l'espace.
J'étouffe. J'étouffe, J'ÉTOUFFE !
 
-J-J...Je...J'ét-t-ouffe. Aidez...moi.
 
La lumière fait place à l'obscurité. 
0
1
0
1

Questionnaire de Scribay

Pourquoi écrivez-vous ?

Ça m'aide à me détendre et à laisser aller mon imagination débordante!
0