Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Faeress

France.
11
œuvres
8
défis réussis
11
"J'aime" reçus

Œuvres

Défi
Faeress
En réponse au défi de Solange Dolloup, "La tournée du facteur".
"Vous êtes un sale gosse ! Au petit matin, tournée du facteur, sa bicyclette là sous vos yeux... Deux belles sacoches emplies du monde. Coup d’œil à droite... Coup d’œil à gauche... Vous plongez votre main dans l'une d'elle et en ressortez un petit paquet de lettres, cartes postales, factures etc. Vous partez en courant et les dégustez sur le chemins de l'école comme des friandises... "
1
5
0
6
Faeress
Ozalee est une jeune femme souriante. Pourtant, elle a connu ce voile blanc de douleur intense, ce néant, alors qu'elle n'avait que dix ans. Juste après le passage de ce vide tortionnaire, ses parents ont disparu; comme ça, sans laisser de trace, la laissant elle est sa petite sœur à peine née, Sori, seules. Elles sont parties quelques années chez leurs grands-parents, dans une tribu amérindienne, avant d'en revenir. Elles sont maintenant dans une famille où tout va pour le mieux. Excepté que le voile blanc est revenu. Et qu'il n'y a pas que sas parents qui ont disparu, cette fois.
2
2
0
10
Défi
Faeress

Le choc fut violent. 
Elle fut tuée sur le coup. 
Pourtant, elle voyait toujours, quoique... C'était différent de voir. Plus quelque chose comme l'idée qu'elle se faisait de percevoir. Elle perçut la femme qui conduisait la voiture s'arrêter, en sortir, terrifiée, s'approcher épouvantée du petit corps faible et rachitique qu'avait été le sien. Sa tête avait été touchée, mais on voyait encore les larmes qui avaient coulé de ses yeux, lorsqu'elle était encore en vie. 
-Oh mon Dieu...
Sa poursuivant aussi s'approcha, trop choquée pour qu'aucune émotion ne passe sur son visage.
Et puis enfin, la récente morte se demanda ce qu'elle faisait là. Ses parents étaient croyant, on lui avait dit qu'elle irait aux Enfers. Mais elle n'était qu'une enfant, elle n'avait rein fait de mal. Donc, plutôt le Paradis. Dans ce cas, que faisait-elle encore ici? Elle essaya de se voir, mais sans yeux, c'était difficile. En revanche, elle pouvait regarder.
    Et puis, elle eut l'idée du miroir; Elle savait qu'il y en avait un dans sa salle de bains, chez ses parents. Peut-être apercevrait-elle son reflet... 
Elle n'y vit rien, si ce n'est son petit frère qui faisait encore une bêtise. Il voudrait sûrement l'accuser encore une fois; mais il ne pourrais pas. Bien fait pour lui, pensa-t-elle. Il serait enfin puni.
    Alors, elle se dit que, peut-être, elle n'était pas la seule dans cet état. Et elle se dit que, peut-être, le cimetière était un bon endroit où aller.
Il était rempli d'orbes multicolores, et ça ressemblait un peu au Paradis qu'elle s'imaginait. Le Soleil qui brille. Une rivière qui coule, surmontée d'un petit pont. Ce n'était décidément pas le cimetière.
Des fleurs, des arcs-en-ciels, de la joie.
Une orbe dorée s'approcha d'elle:
Tu es un beau fantôme; mais c'est étrange, tu es un peu turquoise sur le bords. Ça va?
Oui, oui, merci. Mais... Fantôme? Je te vois comme une orbe dorée.
Vraiment? Tu en as de la chance! Ta vie n'a as dû être très heureuse... Ne t'inquiète pas, elle le sera dorénavant
Ma vie, Mais je suis morte...Enfin, je viens de mourir, je n'y connais pas grand-chose, à la mort.
Ne t'inquiète pas, ça va aller. Sois heureuse
Pendant quelques minute, elle fut omniscient. Mais elle stoppa bien vite, c'était trop.


    Elle entendait les bruit que faisait sa mère, son père et sa famille. Ils riaient. elle aussi était contente, satisfaite tout du moins. La palette des ses sentiments n'était pas très développée, encore. Elle était douillettement recroquevillée sur elle-même, insouciante. Elle vit au jour le jour.
Il y eut tout à coup, des ténèbres, de la souffrance. Pas encore, pensa-t-elle! Non, pitié, pas comme avant!
Puis, la libération. L'air qui s'infiltre dans ses poumons. Le contact rassurant, le premier, avec sa mère.
-C'est une fille, annonça l'infirmière joyeusement. 
0
0
0
2

Questionnaire de Scribay

Pourquoi écrivez-vous ?

C'est un besoin, je ne peux pas m'empêcher d'imaginer des histoires, et si je ne les couches pas sur le papier, je ne pense qu'à ça.
0