Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de 652571528532941

Nina Wolf

• 19 Yo • Cinéphile et Sériphile • Passionnée par le montage (photo/vidéo) • Addict à sa plume •

3
œuvres
2
défis réussis
27
"J'aime" reçus

Œuvres

Nina Wolf
—————
IDENTITY : Alpha Vampire
NUMBER : AV-001
NAME : Charlie
AGE : 20
SEX : Female
—————

2000 | Des milliers de disparitions sont signalées, elles concernent les enfants âgées entre 2 et 5 ans : Les disparitions sont étouffées, les familles forcées à se taire.

2015 | Apparitions progressives d'adolescents dans le pays : Certificats de naissances confirmant leur nationalité, pertes de mémoires constatées.

2019 | Comportements étranges constatés, extractions des cobayes « AL-001 », « BL-XXX » et « BV-XXX » : Disparitions remarqués.

2020 | Extraction publique du sujet AV-001 : Témoins réduits au silence.

2021 | Début des hostilités.

—————
Charlie est une jeune femme ignorant que sa vie va prendre un tournant : sa mutation, bien que tardive, va la renvoyer là où tout a commencé.
—————

⚠️ AVERTISSEMENT :
Article L. 112-1. Les dispositions du présent code protègent les droits des auteurs sur toutes les œuvres de l'esprit, quels qu'en soient le genre, la forme d'expression, le mérite ou la destination.

PS : J'ai grandement besoin de vous pour m'aider à corriger... Puisque je redécouvre ma propre histoire, je me plonge dans la lecture plutôt que la correction, je suis donc désolée pour les fautes, n'hésitez pas à me taper sur les doigts ! Bonne lecture =)
23
19
86
145
Défi
Nina Wolf

Préparer le dîner, programmer la machine à laver, vider le lave vaisselle. Une routine. Alice me rejoint dans la cuisine, elle s'assoit sur le plan de travail pour me raconter sa journée d'école. J'en oublie le poisson pendant sa cuisson.

Nous sommes installés à table, mon mari en face de moi, notre fille en bout. Poisson à la crème, pour cacher le goût légèrement trop cuit, accompagné de riz. Alice nous parle de son permis lorsque soudain, Philippe se met a hurler. Il se lève de sa chaise dans des cris de colère à mon égare : Le poisson est trop cuit. Mon cœur se serre, je baisse les yeux terrifié. Notre fille reste silencieuse, effrayée par ma faute. Mon mari s'énerve d'avantage au cause de mon silence. Il attrape son assiette pleine avant de la balancer contre le mur derrière moi. Les éclat de verres me font pousser un cri, je m'imagine ramassant les débris. Alice font en larme, je m'en veux. Philippe hausse le ton en contournant la table pour ramasser le poisson au sol, nous le suivons du regard, nos sanglots étouffés par ces cris. Le poisson est dégueulasse. Je suis une merde. Je ne le mérite pas. Il se rapproche de moi, hurlant ses répliques habituels pour me faire souffrir. Je suis une merde. Son regard sombre et perçant m'oblige a baisser les yeux : Pardon. Je le supplie en larme. Pardon. Il balance le poisson dans mon assiette avant de ma lever la main dessus. Le goût de la crème glisse entre mes lèvres. Il n'était pourtant pas si mal ce poisson. Mais notre fille se met à hurler : Arrête ! Il se tourne vers elle. Il la menace et l'oblige à s’asseoir en silence. Elle désobéit. Il la frappe. La chaleur monte, elle se répand sur mon visage. Mon cœur se serre. Dix ans de vie commune. Dix ans il me traite ainsi. Son paquet de clope est vide, impossible d'espérer en rester là. Alice pleure, sa main massant sa joue meurtri : Pourquoi tu nous fais subir ça ? Il s'énerve contre elle. Il l’attrape par le col de son pyjama : Comment oses-tu me parler comme ça ?! Je suis ton père, tu me dois le respect ! Je n'arrive plus à respirer, un nouveau coup sur ses joues humides. Il me tourne le dos : Laisse là en dehors de nos histoires. Mon corps parle, sans que je ne lui ai permis. Alice s'enfuit dans sa chambre en larme pendant que Philippe m'insulte.

Mon reflet dans le miroir est similaire à ses nombreuses années passés en couple, le bleu recouvrant mon bronzage. Je sors de la salle de bain tremblante. Philippe est endormi, sa dernière cigarette encore allumée entre ses lèvres : Fait le. Je prends l'alcool à brûler sous l'évier. La colère. Je ne le mérite pas. Non. Je mérite mieux. Silencieusement, j'ouvre la bouteille et la renverse sur son corps gras. Son visage prend feu en un hurlement de douleur à glacer le sang. Il passe a coté de moi sans me voir, couvert de flammes, avant de s’effondrer dans l'agonie.
3
3
1
2
Défi
Nina Wolf

Si vite, en un clin d'oeil. Je roule prudemment, ne connaissant pas cette route où se succèdent les virages tous aussi dangereux les uns que les autres. Ma vitesse est pourtant adaptée aux circonstances, 30/kmh en dessous des 50/kmh et pourtant, voila que je sens mon véhicule partir dans le fausser. Le silence règne, même mon meilleur ami, lui qui a l'habitude de me charier dès que l'occasion se présente, reste silencieux. L'adrénaline s'émisse dans mes veines, le temps s'est ralenti, comme s'il m'offrait la possibilité de nous redresser sur la route. Alors je contre braque avec délicatesse, comme je l'ai souvent fait par le passé, drifter est un jeu d'enfant après tout. La voiture se redresse, elle suit mon raisonnement en se redressant sur la route mais les roues arrières glissent. Sans même avoir freiné, le véhicule traverse la route pour se retrouver en travers dans la voie de gauche. Je comprends mon erreur bien trop tard. L'école primaire se retrouve dans mon champ de vision, je l'observe se retourner, me remémorant mon enfance avant de comprendre. Premier impact sur le flanc droit de ma voiture. Ma mère, va-t-elle se préoccuper de mon absence maintenant que je suis partie de chez elle en claquant la porte : Je me suis démerdée seule jusqu'à présent. C'est ce que je lui avais hurlé avant de partir. La tête en bas, les mains toujours sur le volant. Ma petite soeur ira dans cette école à la fin du week-end. Elle aussi je l'ai abandonné ce jour-là. Deuxième impact du coté conducteur, mon crâne percute le sol ou se trouve les débris de la fenêtre brisée. Ce n'est pas comme si je ne l'avais jamais souhaité, mourir. La dépression me ronge depuis bien des années, entre les coups de mon père, la mort de mon grand-père, le harcèlement, ... Je l'ai souhaité à tant de reprise. Après tout, j'en avais fait le voeu à mon 18ème anniversaire : Ce sera les dernières bougies que je soufflerai. La douleur qui m'habite depuis toutes ces années va enfin pouvoir disparaitre. La voiture arrête ses tonneaux dans un bruit fracassant. Le bout de mes doigts glacé, le regard s'assombrissant, ma force s'échappant. Alors c'est ça . Tout ce que je retiens de ma vie, c'est la souffrance à laquelle j'ai survécu . Mais maintenant que le sommeil me gagne, je me sens triste d'avoir perdu tout ce temps a m'apitoyer sur mon triste sort.
1
0
0
2

Questionnaire de Scribay

Pourquoi écrivez-vous ?

Pour vider ma tête de toute l’imagination débordante que j’ai !
0