Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Tamytam1989

Suisse.
Tamytam1989
Je t'aime comme les étoiles dans le ciel. 
Ta bouche ourlée, ton petit nez retroussé. 
Tes yeux avides de connaissance et ta langue qui cherche à tout nommer. Ma main sur la tienne et ta tête sur mon coeur. 
Je jure par Le Seigneur qui t'a créée que jamais, JAMAIS, je ne laisserais une douleur tienne sans chercher à l'effacer. 
Je t'aime jusqu'à la lune, comme les pétales parfaites de la fleur que l'on a ramassée ensemble. 
Mon amour m'inonde comme brillent les étoiles la nuit. Nombreuses et merveilleuses. Comme ton sourire quand je te retrouve, comme l'éclat dans tes yeux le matin. 
Je t'aime comme les étoiles dans le ciel comme les rayons du soleil dans les boucles de tes cheveux... 
2
4
0
1
Tamytam1989
Ne le regarde pas, lorsqu'il te sourit. Et même s'il ne te sourit pas, ne le regarde pas. 
Ne réponds pas à ses messages, n'engage jamais la conversation. Et si tu veux qu'il sache que tu existes, si tu veux qu'il connaisse les battements de ton coeur, empêche ton coeur de battre pour lui. Garde ton amour sous clé, et la clé dans un coffre.
Ne laisse pas briller les étoiles dans tes yeux et laisse tes yeux ne s'émerveiller que des étoiles. 
S'il n'écoute pas tes silences crie lui ton indifférence.
Ô fillette, ton coeur est fragile et pur comme du cristal, transparent comme l'eau de source. Ne le laisse pas s'y refléter.
Pense à ton Seigneur, pense au soleil. Pense aux ailes des papillons, pense à la beauté de ce monde. Pense à demain, s'il ne se levait pas ?
Ta vie est courte, ta vie est tout ton temps. Ne lui offre pas tes heures, pas même une seconde.
Et si tes larmes coulent et te dessinent une rivière, apprends à nager, apprends à bâtir un pont. 
Deviens ingénieure, architecte, danseuse étoile. 
Apprends à aimer l'orage, à danser sous la pluie. Apprends à apprendre et apprends à oublier.
Sois fichtrement toi même et tant mieux si demain il t'aime.
1
2
0
1
Tamytam1989

Je marchais, je marchais, espérant te trouver au bout du chemin.
J'égrenais mes maux à chacun de mes pas, et tu n'étais pas là, et tu étais trop loin.
J’ai souffert de t’aimer comme je le faisais,
Mais c’est la seule manière alors que je connaissais.
Je voulais réinventer ta vie à en oublier la mienne,
Perdre la tête sans te perdre de vue quoiqu’il advienne.
 
Et je ne suis pas folle parce que je t’aime.
Ô non !
Je ne suis pas folle, puisque je t’aime.
1
0
0
0
Tamytam1989

Il ne rentrera pas ce soir. Il ne connaîtra plus l’odeur du pain frais. Il ne rentrera pas ce soir, sa mère qui l’attendait. Il ne rentrera pas ce soir, ni demain, ni plus jamais. Il ne rentrera pas, l’enfant qui jouait.
L’enfant du bord de plage, l’enfant du bout du monde. Une colombe s’est envolée, se cachant pour le pleurer. Et alentour les fleurs, de douleur, ont fané.
Il est parti comme il est arrivé, trop innocent, trop libre et trop basané.
Le monde a sacrifié son rire, son cœur trop grand d’avoir rêvé. Il n’est plus avant d’avoir vécu.
Il ne rentrera pas ce soir. Il ne survivra plus. Il ne rentrera pas ce soir, frêle petit inconnu.
Et je l’entends hurler, mon cœur déchiré par la douleur. Et je regarde les étoiles car elles brillent là-bas aussi ; les yeux humides sous  mon voile, j’ai mal et je prie.
J’implore la paix, la justice, la liberté. Un triomphe qui ne viendra pas des hommes, à trop avoir ils ont oublié d’être. Ils en oublient leurs frères en humanité, oublient que de l’autre côté de la rive on est mort avant de naître.
1
0
0
1
Tamytam1989

Quel tort que de croire que la poésie ne se résume qu’à quelques lignes, souvent en rimes, souvent en rythme. Oui la symétrie, l’arrangement, les sons démontrent une maîtrise quasi militaire, quasi  parfaite de la langue. C’est presque un exploit, une prouesse réservée à quelques puristes du vocable, des maîtres de la prose aux esprits rangés et aux valeurs nobles.
Mais leurs œuvres, mêmes maîtresses, ne sont que façades. Elles restent des exercices, ne feront jamais l’art ni la beauté. Elles plaisent aux yeux de ceux qui voient sans jamais regarder, charment les oreilles de ceux qui n’écoutent pas mais entendent. Elles séduisent puis s’en vont. Elles sont l’imposture de l’amour. Ne sont ni épouse ni amante.
 
Comment parler à l’âme sans la bousculer ? Car c’est du chaos que naît la vie ; on aime véritablement ce qui n’est pas figé. Nous sommes résolument sensibles au désordre, à l’imperfection. C’est l’incertitude qui nous trouble et aiguise nos sens.
Il faut du mouvement, il faut faire danser les mots. Il faut de l’anticonformisme. La poésie, voilà : attraper au vol des pensées et les faire siennes pour l’éternité ; ne pas avoir peur d’explorer son être, deviner l’autre côté du miroir. Rêver sans artifices, pleurer sans honte et rire sans limites. Donner vie à l’absence, croire en un absolu désir. Hanter la vie et mourir d’exister.
La poésie c’est l’esprit de la terre qui se révèle en ton cœur. C’est la main de Dieu derrière la splendeur. C’est l’éclat et la grâce, le charme volé derrière chaque instant. La poésie c’est l’aile fragile du papillon, le chant mélancolique d’une louve blessée. C’est le rayon du soleil qui joue sur l’écume. La poésie c’est la mort puis la vie qui renaît de ses cendres. C’est un brin d’herbe qui s’invite sur le macadam. Etre poète c’est lire entre les cris et écouter à travers les lignes. C’est hurler sans un mot, trouver le calme au milieu de la tempête. Etre poète c’est savoir que tu n’es jamais seul, tes doutes pour seule certitude. C’est déceler le rire qui se cache au milieu des pleurs, comprendre la douleur d’un sourire. Etre poète c’est accorder du sens à l’inconnu, aimer la nuit car il y brille des étoiles. C’est prendre le temps, l’arracher aux heures et attendre le train de l’Espoir.
Etre poète c’est savoir ne faire que ça.
 
1
0
0
2
Tamytam1989

Je mentirai à mes regrets,  je les escroquerai, les arnaquerai puis je disparaitrai.
Ainsi je pourrai enlacer mes rêves, tenir la main de l’Espoir, embrasser le possible et tendre mes joues vers le ciel.
 
Là où plus rien ne nous arrête ; là où les limites quittent nos pensées, où la peur n’est pas la bienvenue.
 
Je tordrai le cou à mes angoisses, briserai chacune de mes faiblesses.
Pour renaître des cendres de l’inconnu. Enfant de nulle-part, fruit d’un arbre qui n’est plus. Je prendrai racine où l’amour s’installe, ou la passion m’invite.
J’aimerai même fatiguée, j’avancerai même enchaînée.
Mon cœur sera le rythme imposé à mes pas.
 
Je mentirai à mes regrets, je les escroquerai, les arnaquerai puis je disparaitrai.
Pour mieux tourner le dos à l’absence, oublier qu’hier n’est plus, fuir la folie de mon siècle et prendre congé du confort.
L’aventure sera mon mentor, la liberté mon luxe ; délivrée de toute amertume, seule maître à bord de mes pensées.
 
1
0
0
1
Tamytam1989

Pour les étoiles qui brillent fidèlement chaque nuit,
Pour l’odeur du gâteau qui sort du four,
Pour les reflets du soleil dans les boucles des cheveux de ma fille,
Pour les blagues nulles qui me font toujours rire,
Pour les enfants qui m’ont offert un câlin,
Pour les rayons du soleil qui traversent le brouillard,
Pour l’odeur du sol après la pluie,
Pour le chant des oiseaux au petit matin,
Pour les films qui m’ont émue aux larmes,
Pour l’incroyable charisme des bébés pandas,
Pour l’humour dont je sais faire preuve en toute circonstance,
Pour le soulagement d’être allongée après une longue journée,
Pour les mots d’amour qui me font fondre d’amour,
Pour les espoirs que je garde avec moi,
Pour les livres que j’ai lu et les livres que je dois lire,
Pour les mots et toutes les langues que je ne connais pas,
Pour les paysages qui nous rendent insignifiants,
Pour la vie qui bat au cœur d’elle-même.
 
Pour chaque infime partie d’un tout…
2
0
0
1
Tamytam1989
L'espoir de lendemains loin de toute forme de violence; ou comment comprendre les mécanismes de sa propre victimologie. Se sortir du cercle de la violence psychologique et se reconstruire. Mettre des mots sur des maux...
à suivre.
Peut-être.
J'espère !
1
0
0
5
Tamytam1989
le récit d'un drame, à suivre.
Contenu sensible je ne crois pas mais thème difficile, pour l'instant j'introduis le truc, je brosse un vague portrait de la jeune fille concernée... je teste, je gribouille. Je tiens particulièrement à cet essai, j'espère rapidement le terminer pour pouvoir le reprendre.
0
0
0
2
Tamytam1989
Il se souvient de cette jeune femme qu'il a rencontrée, peut-être trop tôt... Elle n'est pas vraiment belle. Elle est faite pour lui ?
1
0
0
3
0