Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Orion

Bonjour !

Je porte le pseudo d'Orion. J'ai 32 ans et vis dans le département du 76.

Mon registre de prédilection est le fantastique et la fantasy. Là je peux m'exprimer pleinement. De même pour la lecture.

J'aime le sport d'endurance, relever des défis, la promenade, la musique , ,la lecture, l'écriture bien sûr, les films, c'est tout et c'est déjà pas mal.

Ayant reçu de bons échos à propos de Scribay, j'ai pris la décision ultime de m'installer le temps pour moi de me familiariser afin d'être tout confort. J'espère trouver ma place parmi vous parce que je suis un petit nouveau grand par la taille.

116
œuvres
27
défis réussis
494
"J'aime" reçus

Œuvres

Orion

Vers la sente des prés
laisser le soleil couler
sur un tissu de chair avoiné
entre deux amourettes muettes
passé dans les bras des souvenirs
polis par sylphide.







67
33
39
4
Orion

Bonjour à tous ! Voici l'une de mes nouvelles en cours d'écriture, elle se classe dans le registre fantastique. Écrite à la première personne. Très bonne lecture !

Ouah ! Je nage dans une mer bleu nuit ! Cette source de lumière métallique m'envoie comme dans un rêve éveillé !
Il me faut un temps d'adaptation pour que ma perception visuelle se familiarise cette nouvelle atmosphère. Et dire qu'avant, dans une grotte souterraine en quête d'un gisement d'amétyste pour l'offrir en gage d'un amour florissant à ma princesse Maeva. Lorsque je l'ai égaré en chemin par inadvertance pour tomber finalement par hasard sur une cavité à l'étroit dans laquelle je me suis jeté pour me rafraîchir les idées. Une chance inouïe de pouvoir respirer sous l'eau sans devoir porter le moindre équipement de plongée. Cette découverte fait sensation. Ce fluide a des propriétés étonnantes. D'être sous la mer où dans les airs revient au même. Ça promet pour la suite. débarqué là autant poursuivre cette voie. Si besoin est, je peux toujours remonter vers la surface. Ceci dit, l'ouverture n'est pas très large au milieu de cette immensité sous marine, ça peut devenir ardu si je m'aventure dans les fonds marins. De toute façon mon choix est fait, maintenant que j'y suis, j'y reste. Qui sait encore quelle fameuse découverte me sera reservée, tout est possible. Et je n'ai pas tort d'avoir fait ce choix. Je rencontre une variété de méduses fuschia articulant leurs innombrables tentacules à ventouses, aux extrémités violette. Elles sont plus grande que moi, je mesure un mètre quarante six, elle me dépasse d'un mètre. De souvenir, j'ai déjà approché au contact des dauphins et des otaries, c'est la première fois que j'assiste de près à des méduses. J'ai envie de m'approcher mais le moment semble être mal choisi. Elles s'enlacent dans un enchevêtrement permanent. Je me demande ce que cela signifie. Il y a un message mais lequel ? Un ballet ? Une parade amoureuse ? Une intimidation ? Un accouplement ? Quoi que cela puisse être, je m'éloigne puisque mon esprit commence à tomber sous hypnose, bercé par le remous de l'eau. Je ne veux pas être sous leur emprise comme les mythiques sirènes, il y a quelque chose de similaire entre elles. Je n'ai le temps de respirer que je remarque très nettement dépassé derrière un récif échancré, une raie plate de forme pyramidale. Prenant elle aussi la même teinte. Pendant un millième de seconde, je pense percevoir une silhouette féminine se dessiner. Une jeune fille ou une femme ? Je ne peux dire son âge. Cependant si c'est bien réel et non une ruse de mon imagination, cela voudrait dire que je ne suis pas seul. Si je peux entrer en contact je pourrais en savoir d'avantage. Avoir de la compagnie serait un grand privilège dans ces conditions exceptionnelles. C'est justement ce que j'envisage de faire pour en avoir le coeur net. Je dois vite les rattraper avant qu'il ne soit trop tard. En plus d'être un excellent nageur, l'eau est mon élément. Je me lance à sa poursuite, action !
Il y a aucun obstacle, c'est bon signe. Par contre, elle ne laisse aucune vibration ni bulle d'air derrière elle, contrairement aux méduses auparavant. Elle traverse le fluide de façon propre et précise. Mes efforts finissent par être récompensés. Je reviens à mi hauteur et mon impression première se confirme. Il s'agit bien d'une fille qui demeure ! Peut-être même qu'il y en a d'autre cachée comme elle, allons savoir. La compétition est rude ! Elle ne ralentit pas sa fréquence la malicieuse ! J'ignore jusqu'où elle compte aller en revanche une chose est sûre, je garde les yeux rivés sur la sublime créature. Évidemment, c'est au moment de l'annoncer qu'elle sort sa botte secrète. Ce tour là, je ne pouvais l'anticiper. Elle reprend une longueur d'avance en déclenchant le mode turbo. Ça sent le roussi... me voilà distancé. Par chance, elle finit toujours par être visible après un virage, à moitié seulement. Je m'accroche pour éviter de la perdre définitivement de vue. Quelques mètres plus loin, je réalise que la tâche devient plus corsée que prévu. Je la vois emprunté un passage à l'étroit et à risque m'obligeant freiner sec. Ce léger contretemps lui laisse le temps de s'échapper à loisir, tandis que déception faite, j'ai perdu pour de bon sa trace... Pour la simple raison que deux immenses cloisons rocheuses se dressent devant moi, m'ouvrant une brèche pour avoir tout juste à peine de quoi passer. Et qu'en contrepartie de grandes fleurs ont déployées leurs longues corolles bleues pour me bloquer l'issue de haut en bas. Si je force le barrage qu'est ce que cela engendrait ? Il ne vaut mieux pas essayer. L'envergure est assez imposante, on aurait dit un grand canyon taillé dans un bloc de granit bleu glacier. Je m'évade le temps d'une rêverie pour exécuter un bond en Arizona pour rejoindre le mont Rushmore, avant de replonger sous les eaux limpides. Suite à quelques réflexions, je prends de la hauteur afin d'obtenir une vue d'ensemble. Comme convenu, je suis le prolongement de la ligne médiane pour m'en servir de marquage. Durant une dizaine de mètres plus loin, je parviens à atteindre les limites pour déboucher de l'autre côté du tunnel. Je n'ai plus qu'à regagner les profondeurs pour me relancer à sa trace. Depuis mon retard, j'espère qu'elle ne s'est pas trop éloignée, je connais mal le territoire. C'est au tournant d'un bloc de roche volumineux que je suis littéralement saisi sur place !
Non pas qu'elle se présente à moi mais ce vaste endroit abritait un champ entier de cette même fleur bleue découverte plus tôt ! Je fais le lien avec la jeune fille en me demandant comment je vais bien pouvoir la retrouvée, disséminée parmi toute cette forêt compacte et crépusculaire. Ça va me prendre un temps considérable pour ratisser le terrain fleur par fleur. Je lève les yeux plus haut pour étudier l'environnement, lorsque je comprends qu'il y a des galeries bâtit à même la roche, se suivant par réseau de communication. Pareille à une gigantesque ruche. Il y aurait-il des occupants ? Un peuple ? J'ai tout juste le temps de m'interroger qu'un phénomène m'arrache à mes réflexions. Sous mes pieds, en contre bas, les fleurs émettent à tour de rôle un rai de lumière irréel. D'ici peu, il y a fort à parié que les lieux à cette allure vont se métamorphoser en un incontournable lagon ! Je crois avoir surpris une silhouette bleue flottée dans l'une des nombreuses galeries. J'en suis sûr ! Tout à coup, je suis aveuglé ! Le rayon est orienté dans ma ligne de mire ! J'ai dû me protéger le visage à l'aide de mes bras. Je tire une conclusion irrévocable. Je ne peux rester ici plus longtemps. La projection de lumière est si agressive qu'elle rend la visibilité impossible. Je ne sais ce que ça veut dire mais ma présence à été détecté. Et qui sait ce qui risque de se produire. Je dois revenir sur mes pas à contre coeur, ce qui se passe.
Il revient sur ce qu'il a découvert en se rappelant de chaque moment, chaque émotion, chaque détail de tout ce qu'il y a d'invraisemblable, glauque et silencieux. À défaut d'avoir échoué sa mission prioritaire lui laissant une pointe amère de non concrétisation, tous les indices tangibles l'amenait sur une nouvelle piste. Les vestiges anciens, cette présence furtive qui s'est eclipsé sans pouvoir y mettre une identité, pas même un nom ou un visage, atteste à son égard d'une éventuelle cité engloutie, un nouvel Atlantide. Ça présagerait beaucoup de choses. Sans oublier, le parterre de fleurs hétéroclites qui viennent alimenter en source de lumière le vaste horizon. Si seulement le rayon tranchant n'aurait nullement interféré contre lui-même pour venir le quadriller idem à un projecteur d'un phare de surveillance, il n'aurait pas été contraint de partir à contre courant. Manque de chance, la réalité a eu raison de lui. Pendant ce court intermède, la jeune fille au charme mystique embrasait toujours son esprit, comme ci qu'elle le guidait à travers lui.
C'est à la fois énervant et frustrant d'approcher tout près du but avant de la voir me glisser entre les doigts... Un cuisant échec... C'était peut-être ma seule opportunité de l'aborder. Par un heureux hasard, nos chemins arriveront à se recroiser plus tard. Rien n'est encore perdu, il reste une lueur d'espoir. Depuis cette course âprement disputée à laquelle mon inspiration est de caresser ce duo improbable, je ne compte plus la distance parcourue que je suis déjà entraîné depuis, dans un nouveau climat.
10
22
33
21
Orion

Immuable désert de sel
Allié par l'alcool imbibé du soleil
Pic vertigineux virée solitaire
Cristaux d'angelot lové
Au berceau de l'hiver
Séléné panse la terre.

Douce almée serpente les rêves
Sanctuaire d'éclats étoffé de poussière
Baiser harmonieux sur l'envol des lumières
Les poèmes arborent des lunes fières
Dans les cieux la fibre hydromel
Des visages couronnés d'un halo s'éclairent.

Contemplation du feu d'horizon
S'engouffre l'avidité au coeur des passions
Sommeil glisse au murmure des violons
Flambeau des corps en propagation
Peigne d'essentiels baisers la création
Fleurs quatre saisons sur toile sans fond.

Symphonie du monde de minuit
Ailes de nuit s'inspirent des séjours bleu gris
Beauté miroir du temple des souvenirs
Hume les encensoirs flot de désirs
La profondeur du filon nymphatique.

Les champs de la cellulaire liberté
Palais d'or atomique éternité à ravir
Brillants esprits arrimer à l'univers entier
Sème dans l'amour des carats des graines de vie
Frémit ce tapis en surface
La sérénissime vie.





10
18
20
1

Questionnaire de Scribay

Pourquoi écrivez-vous ?

Afin de pouvoir m'évader vers l'infini et l-au-delà, être dans une bulle impénétrable. Utiliser à bonne escient mon imagination qui n'en finit pas de s'accroître. Disons j'en suis pas dépourvu. Et parce que c'est une activité qui fait grandir et fait du bien au corps et à l'esprit.

Listes

Avec Le fil de l'Ange, Le Projet Laborantina, L'Aube d'Alice, Nerus - Tome 1 : La Jungle, Masques & Monstres (ancienne version), Amarylite, Artisanat versatile, La danse de l'oiseau bleu, Le temps d'une légende (Tome 1), Le Chant du Cygne, Le baiser glacé., Redéfinitions, ECRIRE, Fragments de mots...
Avec Bienvenue sur Terre, Princesse de glace, Alana et le sortilège des Dieux Tome 1 : Fenrir le loup (Fantastique), Aslakia : la dérive infantile, Oneïria T. 1 : Du côté des matins bleus, La farce est terminée, Jusqu'à la lune, [Poésie] POEMES THANATERIQUES, ECRIRE, Fragments de mots, Redéfinitions, Dansément...
0