Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
NM Lysias
CV... Dans sa petite enfance Taimés est bercé par un conte que sa nourrice lui lit. Mais avec l'age, les fables et l'enfance s'envolent. Coincé dans son manoir, l'ennui le tort, quand un jour le souvenir de ce conte se réanime. Il va se fasciner pour un Rossignol dont tous parle. Il va chercher et s'accrocher pour effleurer la plume de ses songes.
Un soir, l'oiseau le trouvera et l'histoire continuera.... Mais jusqu'où ?

Fiche structure: https://www.scribay.com/text/1292510057/l-enfant-rossignol/chapter/155409
56
112
1588
157
Défi
NM Lysias
Défi lettre à son maître et conseillé en littérature.
Une correspondance entre un chat et un corbeau.

(Binôme Marquis de Corbeau-de-Vaulserre et NocMyst Lysias )
24
8
37
23
NM Lysias
Nouvelle, AT Romance surnaturelle (en cour d'écriture).
CV

Entre les pages d'un étrange livre, je créais un être rien que pour moi. Il m'avoua être un vampire de papier: une sorte de Golem qui prendrait mon âme lorsque je mourrais.

J'ai appris à l'aimer, il n'aimait que moi.
30
39
375
44
NM Lysias
PAUSE


( Enquête) CV/ Humour spécial (il y a des mots et des expressions inventé, pour une détective un poils étrange).
Syhol Macabé est une métamorphe mondialement connu. Dans un monde où chacun à un don particulier , elle est la seule, capable de faire parler les objets.

Lors d'un voyage à Kunming, une jeune fille la confond avec une autre personne et l'entraîne dans sa cours.
Aussitôt jeté dans une serpent mécanique, Syhol est embarquée dans une affaire qui ne la concerne pas !
Devant un portail, elle va être témoin d'une étrange scène et sera sauvé par un inspecteur français, Jean-Duc Fortesse avec qui elle travaillera.

La curiosité va l'embrigader dans une enquête à Siem Reap au Cambodge, pour le moins mystérieuse...
Elle qui a l'habitude de chercher des objets anciens, que lui apporteront cinq corps calcinés ?
10
17
161
23
NM Lysias
CV (réécriture de la bague et la pierre version longue /2/)

Le passé déteint toujours sur l'avenir, mais Inblagar est comme un Phénix. Il renaîtra de ses cendres, c'est ce que le peuple chuchotait de siècle en siècle.

Véric, le nouvel Elix du royaume d'Inblagar, est avertit d'un problème sur les terres de Riac. Le mont Damback gronde, l'atmosphère y est sombre, morose. Très vite, le jeune homme va prendre les devant, constatant que le Nipal à changé de couleur. Au même moment, Véric va rencontrer des Malgorgés ou du moins des personnes qui ne le portent pas dans leur coeur. Attaqué, il sera sauvé extremis par Luc qui deviendra son amant...
Puis, il retournera plusieur fois dans le village de RIac, rencontrant, notamment, une vieille femme recluse qui lui annoncera la vérité: le cœur de Damback est réapparu...
4
2
42
34
NM Lysias
Nouvelle, CV, AT: Lettre.

Dans un masque, une lettre désolante d'un jeune homme qui souffre de l'amour. Un Cyrano des temps moderne?
Une correspondance s'engage entre deux inconnus. En parallèle, un frère se fritte avec un pote. Une sœur inquiète part à sa rescousse.
Que se passe-t-il avec Alban et Valentino ?
22
23
118
29
NM Lysias
Appel à texte pour le 25 déc 2019/ Je recherche une bêta-lecture/ consigne ( 90 000 signe max).
Résumé : Shine, un jeune homme-oiseau des terres volantes de Batore, souffre d'un traumatisme causé dans son enfance. Il garde en mémoire l'image de son meilleurs ami, Philibert, mort, empalé. Depuis ce jour dramatique, ses ailes sont paralysées, et il cauchemarde presque chaque soir. Dans un cimetière, il finit par prendre la décision, de partir à la recouverte de son mécanisme cassé. En chemin, il rencontre Charles. Charles avec qui il va se lier d'affection.
40
40
295
62
NM Lysias
Longtemps, j'ai cherché ma mémoire fragmentée, longtemps j'ai couru dans des rêves irrationnels de triton, d'amour entre deux garçons et de plage aux sables fins.
Aujourd'hui, alors que j'ai des mots, des images pour parler de mon passé, je prends la décision de partager mes tourments. De raconter mon histoire et celles de mes amants : Orphée et Ilan.
23
14
66
46
NM Lysias

 Une vague plus sombre que les autres jaillit hors de l’eau. Elle gravit le ciel, effleura du bout de ses gouttes les cumulus qui se cumulaient au-dessus de ma tête, de nos têtes, pour retomber en une nappe trouée dans les bras de ses sœurs. Le remous, lorsqu’elle s’affaissa sur les volants de la Mer, créa de nouveaux bras d’eau. Ils se saisirent du bateau qui tanguait. Je suivais les mouvements, tout en regardant les titans de la mer s’agripper au navire. La capitaine Esquivane criait en tenant la barre d’une poigne ferme. Elle ne flanchait pas, alors que chacun de nous essayait de rester debout, trouvant accroche où il pouvait. Les voix se superposaient. La peur commençait à submerger les membres de l’équipage. Certains trouvaient la force de se battre, entre deux vagues folles qui percutaient la coque du Floutérion. D’autres préféraient vociférer des insultes fleurissantes au vide. La panique soulevait les cœurs, et faisait disjoncter les esprits les plus sages. Moi, je contemplais les vagues toujours plus hautes qui s’abattaient sur les planches du pont. Je gardais contre moi, ce pourquoi, j’avais les pieds sur ce bateau, ce pourquoi, je devais affronter ce début d’enfer. Je tentais de parvenir jusqu’à Kusune, mon bras droit, celui qui avait pointé la crique où se trouvait ce que nous cherchions. Il était à quelques pas de moi. Il se tenait fermement à la main d’un des gars de l’équipage. J’entendais sa voix, la peur qui s’en échappait, malgré lui. Il n’avait jamais aimé montrer ses émotions, notamment celle-ci qui pour lui le rendait faible au regard de la société.
— Est-ce que la tempête va se calmer ? demanda-t-il, le corps en déséquilibre.
— Je n’en sais rien. Ça peut durer la nuit entière, comme une semaine, comme une heure, hurla l’homme plus grand, plus massif, que mon compagnon de fouille.
Je m’approchais encore, saisis le pan de sa chemise hors de son pantalon, et avisai le marin.
— Où pouvons-nous trouver un semblant de stabilité ?
L’homme me fixait comme si je venais de lui annoncer la plus irréfléchie des paroles. N’était-ce pas le cas, alors que tous remuaient sous les vagues plus ou moins hautes de la mer furieuse ?
Il rit et me montra la capitaine.
— Vous serez le plus à l’abri prêt d’elle, prenez cette corde et attachez-vous là où vous pourrez. Si vous avez tant peur que ça, de vous faire avaler par la mer.
Le matelot se libéra de nous, et alla à la rescousse de ses collègues qui déjà, tombait au sol, comme de simple insecte.
— Rodvic, faisons comme il a dit. Allons prêt de la barre, cria Kusune.
Je l’entendais moins bien, derrière le son tempétueux de l’orage qui grondait au-dessus de nous, mais je le suivais. Je tanguais, toujours plus. Il me serrait contre lui, fixant son regard sur la boite que je gardais contre moi. Je la serrais si fort, que mes doigts étaient blancs.
Nous nous placions dans l’escalier, dos à la rambarde. La capitaine ne nous remarqua pas, criant toujours plus d’ordre à ses matelots. Elle était belle, malgré ses cheveux roux plaquaient sur son visage, enroulés autour de son cou, ruisselant sur son habit de capitaine, de corsaire. Je la sentais déterminée, comme le temps qui nous dirigeait dans la tempête qui se levait plus folle.
À suivre... 
2
0
0
2
0