Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

ombe khaled

Je suis le saint, en prière sur la terrasse, — comme les bêtes pacifiques paissent jusqu'à la mer de Palestine.
Je suis le savant au fauteuil sombre. Les branches et la pluie se jettent à la croisée de la bibliothèque.
Je suis le piéton de la grand'route par les bois nains ; la rumeur des écluses couvre mes pas. Je vois longtemps la mélancolique lessive d'or du couchant.
Je serais bien l'enfant abandonné sur la jetée partie à la haute mer, le petit valet, suivant l'allée dont le front touche le ciel.
Les sentiers sont âpres. Les monticules se couvrent de genêts. L'air est immobile. Que les oiseaux et les sources sont loin ! Ce ne peut être que la fin du monde, en avançant.
extrait de "enfance" Arthur rimbaud

et de Dylan Thomas:

.Do not go gentle into that good night,
Old age should burn and rave at close of day;
Rage, rage against the dying of the light.

Though wise men at their end know dark is right,
Because their words had forked no lightning they
Do not go gentle into that good night.

Good men, the last wave by, crying how bright
Their frail deeds might have danced in a green bay,
Rage, rage against the dying of the light.

Wild men who caught and sang the sun in flight,
And learn, too late, they grieved it on its way,
Do not go gentle into that good night.

Grave men, near death, who see with blinding sight
Blind eyes could blaze like meteors and be gay,
Rage, rage against the dying of the light.

And you, my father, there on the sad height,
Curse, bless, me now with your fierce tears, I pray.
Do not go gentle into that good night.
Rage, rage against the dying of the light.
19
œuvres
4
défis réussis
53
"J'aime" reçus

Œuvres

ombe khaled

 Le colosse est parti. Je suis seul avec Ahmed. Il pleure. Mes yeux restent sec. Mon front se colle au sien. Ses larmes ruissellent sur mon visage. Je l'enlace subitement. On titube vers son lit. Je m'endors la tête sur son torse.

Le lendemain je suis seule. Seule avec ma haine. Le jour passe lentement. Je dors par intermittence.  Le soir tombe. Je tourne en rond comme un tigre dans sa cage. J'enchaine les abdos et pompe à une main faute de la deuxième. Toujours pas de Ahmed. L'inquiétude commence à me torturer les tripes. Mes mains sont moites. Il est 10h. J'allume le télé. Une chaine en arabe diffuse des images de désert, de bombes, de kalash, d'hommes ceinturés de chargeurs. Je comprends un mot sur 5. J'éteins. Et balance la télécommande dans le mur. Putain qu'est ce qu'il fout !
11h. Mon pote devrait être rentré depuis 3 heures.
Tu vois, ta mère avait raison, tu sèmes la merde partout où tu passes !
Minuit et demie, on frappe à la porte. Mes muscles se contractent. Mon bras est douloureux. Il avait les clés...Je sors le couteau de mon sac. Mais à travers la porte, je reconnais la voix du barbu d'hier. J'ouvre. Essoufflé il me sort que Ahmed s'est fait bêtement chopé avec un pote qui avait de la blanche dans son sac.
Putain de vie de merde !
Je sors vite mon sac, claque la porte et suis  en courant le barbu dans ces putains d'escaliers.
Cette fois t'es bonne pour finir sous les ponts !
Nulle part où aller maintenant !
On sort de la cage d'escalier en trombe. Une nuit sans lune.
Une voiture attend le colosse. Il se tourne vers moi le visage fermé.
- S'tu veux tu peux crécher chez mon frère, sa hlel s'occupera de toi t'inquiètes !
Faible.
Pas le choix. Le souffle cours, j'acquiesce et rentre dans la bagnole. Trois autres barbus à l'intérieur. On dirait qu'on part pour le QG d'Al Qaida!
Trois barres de HLM plus loin la bagnole stoppe. On rentre dans un hall encore plus pourri. Les barbus tapent dans la main d'un guetteur qui me suit des yeux, intrigué. L'ascenseur qui marche cette fois pue la beuh. Mes accompagnateurs parlent en arabe, trop vite pour moi. Je le sens mal, qu'es ce que je fous ici, bordel !11ème étage. Nassim BudaK. La porte s'ouvre sur une  très jeune femme en burqa noire. Momo chuchote à son oreille ,me tape sur l'épaule en esquissant un sourire et la jeune femme m'entraine dans une pièce loin des autres barbus.
- Ahlan ! Ca va ? T'inquiètes pas y'a de la place ici, mes sœurs sont parties. Il reste un matelas dans ma chambre !
- Choukrane ! Wallah vous me sauvez  ! Même Ahmed s'est fait chopé, c'est vraiment la hass !
- Sérieux t'es morte azi même tf1 il parle de toi ! Wesh moi c'est Nassira.

Soudain,un des barbus toque à la porte, entre, parle à la fille, évidemment en arabe. Elle réajuste son voile
Viens on va sortir, grouille !
- Chui crevée et en plus vaut mieux pas que je sortes.
- T'inquiète c'est pas loin aucun risque. Viens c'est cool ya plein d'autres jeunes.
J'acquiesce sans vraiment me rendre compte. Dans la voiture elle m'annonce qu'on va a un enseignant musulman. Au fond de moi, une petite voix me murmure, tu es chrétienne. Jusqu'à ce que tu la perde c'est une croix que tu as porté sur ta poitrine.
Au pire je peux toujours rester devant. Et puis je m'en branle de toutes leurs putin de truc de catho de sa mère ! Que des enculés de bourges ! 

7
27
7
5
ombe khaled
Tiré plus ou moins de faits réels malheureusement. Désolé pour les fautes d'orthographe ( je sais il y en a plein ) et la mise en forme foireuse mais je tape pas sur un ordi. Critiques bienvenues!!!
11
28
0
18
Défi
ombe khaled
N'hésitez pas à critiquer, commenter !!!!
12
26
1
1

Questionnaire de Scribay

Pourquoi écrivez-vous ?

c'est plutôt compulsif, les idées viennent comme ça et je les couchent sur le papier avec plaisir !
0