Suivez, soutenez et aidez vos auteurs favoris

Inscrivez-vous à Scribay et tissez des liens avec vos futurs compagnons d'écriture.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
Image de profil de null

Le Molosse

Le Molosse
Trois personnes. Tilde, Maowelle et Kaisa.

Trois passés lourds. Des démons à exorciser.

Deux mondes d'origine différents.

Un nouveau monde: Aloph.

Une accusation de meurtre.

--------------------------------------------------------------------------------------

PUBLIC SENSIBLE:

- Mention de harcèlement scolaire (sous forme de confidences)
- Mention de prostitution (idem)
- Mention de viol (idem)
- Une scène de sexe consentie sera présente (plus explicite)
--------------------------------------------------------------------------------------

TEXTE THERAPEUTIQUE: Avant toute annotation, merci de lire cet avant propos qui est important et qui résume mes attentes:

https://www.scribay.com/text/1100806847/--15--entre-les-portes-et-les-mondes/chapter/133343
440
1172
4054
339
Défi
Le Molosse
Comme Gigi m'a donné envie de me marrer avec ce défi, voici mes citations XD

Avatar: Cornedor
53
69
71
3
Le Molosse


Doux rêve éveillé
Envol vers d'autres mondes
Féerie glaciale.
16
8
0
1
Le Molosse
IRL du 29 septembre avec des gens plus secrets que le secret XD
24
37
82
6
Défi
Le Molosse

NB: Je pense que j'en ferai peut être une histoire ou un truc plus long plus tard ^^
--------------------------------
Il faisait froid ce jour-là. Si froid que malgré mon long manteau noir, je frissonnais. Je descendais la longue avenue du centre-ville, passant devant ces habitations anciennes, aux façades souvent fissurées ou délabrées, d'un pas lent, les mains enfoncées au fond de mes poches, persuadée qu'au moindre choc, mes doigts allaient se briser.
Mon coeur battait la chamade tandis que mon regard, lui, se promenait et scrutait, vigilant, mon environnement. Des passants devant moi marchaient vite, très vite. Je m'écartais pour les éviter quand soudain mon dos heurta quelque chose. Paniquée, je me retournais et vis un homme, âgé d'une trentaine d'années, chauve, portant des lunettes qui me regardait d'un air désapprobateur. Il me parlait. Je voyais ses lèvres bouger mais je ne comprenais pas. Mes yeux se brouillèrent tandis que mes lèvres marmonnaient, je l'espérais, un mot d'excuse. Paniquée, mon pouls s'accélérant sous l'effet de cette dernière, je reculais d'un pas afin de garder le contrôle de mes émotions. Quelque chose de froid me heurta le dos. Haletante, je fis volte-face et vis un poteau, gris et froid qui me toisait de toute sa hauteur. Je me forçais à lever la tête tandis que l'homme, lui, pensant sans doute que j'étais folle, s'éloigna en me jetant un dernier regard dédaigneux en direction de la papeterie.
Un cauchemar.
Ce ne pouvait être qu'un cauchemar !
En regardant le ciel, ces oiseaux qui venaient de se poser sur le toit de cette boutique, ce soleil, tentant de percer, en vain, les nuages, des larmes roulèrent sur mes joues. Porteuses d'un chagrin immense, d'un sentiment de manque que, seules les personnes souffrant d'une défaillance connaissaient mais aussi d'une solitude immense. Une déchirure.
Cet environnement me faisait peur.
Ces gens m'effrayaient.
Rien que le fait de devoir traverser la route me terrorisait.
Je m'adossais à un poteau afin d'essayer de retrouver le contrôle de mon corps, tremblant, et de mon esprit, dont les pensées s'enchaînaient à vive allure. Puis, une larme, plus lourde que les autres se brisa, tel un cristal, sur le sol pavé sale de la rue.
Brisée.
Je suis brisée.
A qui la faute revenait ?
Qui juger pour ça ?
Je l'ignorais.
Puis, tandis que ces questions commençaient à doucement quitter mon esprit, je me redressais lentement puis, je repris ma route au milieu de cette ville silencieuse....
14
33
8
2
Le Molosse

Il faisait beau ce jour-là. Et encore, beau est un mot bien faible pour décrire ces merveilles de couleurs, cette sensation de légèreté présente qui me donnait envie de m'envoler. Il faisait froid en cette soirée de décembre. Pourtant, dans mon coeur, un brasier venait de s'allumer. Assise en tailleur au beau milieu de la forêt sans tenir compte de l'humidité de l'humus, les yeux clos, je m'ouvrais à toutes les portes de l'univers. A ma droite, le chant des oiseaux nocturnes. A ma gauche, le vent, douce brise, m'effleura le visage, me fit brièvement frissonner, avant de repartir vers d'autres horizons. Je me sentais cible de tous les regards, invitée dans un lieu qui est résidence pour d'autres.

Emplie d'une sérénité incroyable, j'ouvrai mes yeux, émerveillée et je regardai autour de moi.

Des arbres au feuillage bleu glacé et aussi vieux que le monde côtoyaient les nuages du ciel, paré, lui, de sa robe chatoyante, offrant ainsi un contraste magnifique aux yeux des rêveurs. Un lac serpentait la forêt près de moi. Son doux clapotis contre les rochers ajoutait encore à la sérénité du lieu et contribuait à l'apaisement de mon âme. Je me levais puis je m'approchais de l'eau, faisant craquer des branches et des feuilles mortes sous mes pas, puis, je contemplais les vaguelettes quelques secondes avant d'enjamber le lac et de m'enfoncer dans les bois. Chaque pas m'entraînait vers le paradis. Des arbres aux souches bordeaux, marron, ou encore jaunes. Des feuillages reflétant la lumière de manière totalement irréelle, et parsemant des poussières venant de... Venant d'où d'ailleurs ? Mon coeur d'enfant opta pour les fées. Je souris. Poussière de fée. Lumière dorée. Mon coeur rata un battement lorsque j'atteignis le centre.

Je me figeai sans m'en rendre compte. Une douce mélodie parvint à mon oreille, apaisante et rassurante. Je m'avançai doucement, accueillie par un cerf majestueux. Un guide. Je le suivis jusqu'à... Jusqu'à quoi ? Un étang ? Non, ce mot était trop terre à terre pour décrire cette merveilleuse alchimie de bleu et de blanc, de liquide et solide.

Puis, mon regard se posa autour de moi. Epuré, sans aucune fioriture, magique et merveilleux, doux et brut, sauvage. Des arbres entouraient ce lieu sacré, tels des gardiens tandis que l'humus laissa la place à une herbe émeraude et jaunie par endroits. Soudain, une lueur blanche attira mon attention. Je dirigeai mon regard vers sa source et je la vis. Quoi ? Une rose de glace. Je savais cette espèce rare et je fus honorée d'en apercevoir une. Aussi transparente que l'eau, aussi légère que le vent, et aussi belle que... que quoi ? Que toutes les merveilles qui l'entouraient ? Non, aussi belle qu'une déesse. Emue, je m'approchai, m'accroupis, et effleurai doucement ses pétales avant de m'allonger, sereine...z
10
19
8
2
Le Molosse

Très attachante, plus fidèle que votre partenaire, elle ne vous lâchera pas d'une semelle. Efficace, elle réduit à néant toutes envies et les remplace par sa copine Flemme. Généralement, elles sont inséparables ces deux-là. Par contre, hormis ces petits défauts, elles vous aideront à pleinement profiter du lit lors d'une chouette grasse matinée.

Prendre son temps est sa devise et l'horloge est sa pire ennemie ! Elle saccagera montres, horloges et tout ustensile donnant l'heure. Ne l'adoptez pas non plus si vous êtes un serial adepte des agendas et rendez-vous. Elle n'aime pas les caractères nerveux mais adore ronronner avec les gens calmes, posés et qui aiment se laisser couler.

Je m'en sépare car je n'ai plus le temps pour m'en occuper. Qui plus est, en janvier, j'ai adopté un agenda et le courant passe très très mal donc je lui recherche une famille aimante.

Prix négociable voire don envisagé si la personne est réellement intéressée. Vaccins, pucage et carnet de santé fournis avec la Procrastination.
10
28
2
1
Défi
Le Molosse

Elle était belle sous cette lumière dorée où les ombres et la lumières valorisaient ses voluptueux reliefs m'évoquant tantôt les dunes du désert, tantôt les montagnes. Ma main effleura lentement son sein encore doux et ferme bien que quelques sillons commençaient à s'offrir aux regards avisés. Elle était toujours aussi ardente de désir bien qu'elle ait passé l'âge de la jeunesse, du moins, en termes sociétaux.
"En vrai, on s'en fout de vieillir, c'est naturel donc autant profiter" m'avait-elle dit quelques jours plus tôt.
Dans son regard d'automne brillait l'acceptation, signe d'un long travail de déconstruction. Celle de vieillir sereinement. Elle qui avait eu pendant des années un rapport avec son corps compliqué, elle était désormais plus apaisée, plus calme. Pourtant, rien n'en ternirait l'éclat révélant son amour pour la vie et son désir d'en profiter chaque seconde. Ma main continua son voyage vers le ventre de mon aimée. Pas un ventre lisse comme les médias se complaisent à montrer mais un ventre ayant passé le cap d'un corps d'enfant à celui de femme. Je souriais en regardant les ombres et la lumière, parfaits contrastes mais en même temps, parfaits compléments, tracer des stries sombres au niveau de son nombril. Mon regard se posa sur ses cicatrices. Des blessures d'enfant. J'en souriais rien qu'à me remémorer le souvenir des confidences. Je laissais ma main remonter jusque son cou. Sa peau, ni douce ni lisse, était parsemée de chapitres de sa vie.
5
20
2
1
Défi
Le Molosse
Crédit photo: Moi-même
8
6
0
1
Défi
Le Molosse

Beauté enflammée
Regard aux dégradés d'or
Brasier ardent.
4
23
0
0
Défi
Le Molosse
Crédit Couverture: Misty Bulle / Cornedor

Aujourd'hui, alors qu'elle avait moultes choses à faire, Félicia nous fait l'honneur d'une interview...
4
5
0
6
Défi
Le Molosse


Je suis née.
I was born
A Beauvais.
In Beauvais
Dans un coin.
In a street
Où y a rien.
In the middle of nowhere.

J’avais tout pour être bénie.
I had everything to be blessed.
Sauf qu’ les ténèbres sont arrivées.
Except that the darkness arrived
Le ciel a noirci.
The sky became black
Ma vie a changé.
My life has changed

Et alors, je suis tombée.
So, I fell
J’ai plongé.
I dropped
Dans les abysses d’un cauchemar.
In the abyss of a nightmare.
Dans le noir le plus noir..
In the darkest black.

A cause de toi, gros connard
Because of you, asshole
J’en suis là
Here, I am
Mais j’ai forgé mon art et mes armes.
But I have forged my art and my weapons.
Je suis moi. Ici et là.
I'm myself. Here and there.

J’ai failli crever
I nearly died
Mais j’me suis rel’vée.
I picked myself up.
J’me suis battue.
I fought.
J’me bats à mort.
I fight like a madwoman
Pour vivre encore.
To live again
2
11
11
1

Chargement...

0